Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -37%
Couette 2 places (220×240) – Polyester ...
Voir le deal
29 €

 

 Gustave Samazeuilh (1877–1967)

Aller en bas 
+2
Michel Desrousseaux
lulu
6 participants
AuteurMessage
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19588
Date d'inscription : 25/11/2012

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyJeu 23 Jan 2014 - 14:47

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Gustave_Samazeuilh_1930

Né à Bordeaux en 1877 et mort à Paris en 1967. Compositeur, pianiste et (surtout?) critique, son œuvre est fort réduite : du piano seul, assez bien de musique de chambre (avec notamment une Sonate pour violon et piano et un Quatuor à cordes), plus un peu de musique orchestrale et un peu de musique vocale (non enregistrée à ma connaissance). Il a également écrit un grand nombre de réductions.

Je n’ai écouté que le piano. Stéphane Lemelin a enregistré une intégrale chez Atma, et Marie-Catherine Girod uniquement Le Chant de la mer, couplé avec La Maison dans les dunes de Gabriel Dupont, chez 3D.

Gustave Samazeuilh (1877–1967) MI0001101956  Gustave Samazeuilh (1877–1967) Girod-Marie-Catherine-Gabriel-Dupont-Gustave-Samazeuilh-Oeuvres-Pour-Piano-M-C-Girod-CD-Album-488029399_ML

C’est surtout ce Chant de la mer (1918–19) qui retient l’attention — le reste (chronologiquement ce qui précède et ce qui suit) étant plus gentil ou anecdotique. La pièce est divisée en trois partie : Prélude ; Clair de lune au large ; Tempête et lever du jour sur les flots. Les deux premières sont plus mélancoliques/gentilles, une sorte de calme dans lequel pourtant on entend déjà des remous, tandis que la troisième est plus agitée, tourmentée. Tout cela est très beau, en tout cas (je trouve). Dans le même genre que les cycles de Dupont, Migot, Aubert, Vierne, etc., voire Koechlin, Tournemire ou encore Decaux. Le tout dure un peu plus de 20 minutes.

bounce À écouter par ici : /watch?v=79OJuTyWu8M
Revenir en haut Aller en bas
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque



Nombre de messages : 1157
Date d'inscription : 31/08/2010

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyJeu 23 Jan 2014 - 15:34

Samazeuilh a aussi beaucoup réalisé de transcriptions pour piano d’œuvres de musique de chambre ou pour orchestre. Les pianistes lui sont reconnaissants pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyJeu 23 Jan 2014 - 15:37

je ne le retrouve pas pour l'instant, mais il existe un enregistrement live de Münch en 1942 au conservatoire de La Nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Nestor
Mélomaniaque
Nestor


Nombre de messages : 1583
Date d'inscription : 05/10/2012

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyJeu 23 Jan 2014 - 18:24

lucien a écrit:
Dans le même genre que les cycles de Dupont, Migot, Aubert, Vierne, etc., voire Koechlin, Tournemire ou encore Decaux.

J'ai un peu de mal avec cette phrase, en particulier le "dans le même genre". Tu parles de quel critère là ?


Dernière édition par Armand le Jeu 23 Jan 2014 - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19588
Date d'inscription : 25/11/2012

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyJeu 23 Jan 2014 - 18:33

j’ai l’air de parler de musique avec des critères objectifs, en général ? Mr. Green 

bah, c’est une esthétique assez proche, quoi, ce genre de chose. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89363
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyMar 25 Fév 2014 - 22:01

J'écoute le chant de la mer, c'est pas mal du tout.

Mais quand même Lucien, pour toi qui as tant de mal avec Debussy: la 3è pièce est quand même un quasi-plagiat (en moins bien) du Vent d'ouest de Debussy! (avec un passage central qui reprend exactement la trame harmonique de la Barque de Ravel, c'en est très troublant)

EDIT: y a aussi un peu de Scarbo vers la fin...
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19588
Date d'inscription : 25/11/2012

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyMer 26 Fév 2014 - 1:12

...oui, sans doute...

bon, il y a une sorte de déformation : quand je dis que j’ai du mal avec Debussy ou Ravel, c’est en proportion à leur célébrité / appréciation générale, donc cela ne veut pas dire pour autant que je les détestes, loin de là... ; Samazeuilh, c’est exactement l’inverse, donc ce Chant de la Mer est très loin d’être un indispensable pour moi. Surprised

EDIT. d’ailleurs, quand je disais « pourquoi est-ce que personne n’en parle ? », ce n’était pas une question rhétorique... si c’est plus ou moins un plagiat de Debussy et de Ravel, c’est peut-être une raison suffisante... Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89363
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyMer 26 Fév 2014 - 2:35

En fait c'est tout à fait sympathique, tout comme les Naïades et l'Evocation... mais c'est vrai que ça n'apporte pas grand chose, ça n'a pas de personnalité, c'est juste du Debussy/Ravel en moins bien. Mais ça reste très agréable à écouter!
En comparaison Decaux, Tournemire, Dupont ou encore plus Koechlin ont vraiment leur style, leur personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95087
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyMer 26 Fév 2014 - 4:53

Bien, tout le monde semble d'accord alors, parce que pour moi aussi, ce n'est pas incommensurable.

Aux cycles cités par Xavier, j'ajouterai le Zodiaque de Migot, bien sûr Le Rossignol Éperdu de Hahn, et pourquoi pas la plaisante Nursery d'Inghelbrecht ou les Prières enfantines de Le Flem, autant de titres qui manifestent une personnalité très définie, alors que Samazeuilh est un peu plus 'délavé'.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89363
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyVen 12 Nov 2021 - 10:04

Le Cercle des heures par Eliette Schenneberg, dirigé par Munch

Comment une telle oeuvre peut-elle rester dans l'oubli??
Malheureusement, l'enregistrement n'est pas très bon. (1943)
Il serait temps d'exhumer ce magnifique mini-cycle de mélodies (avec piano ou orchestre, comme ici) influencé par Debussy notamment.

Nuit toujours par Munch

Moins marquant peut-être, mais mériterait d'être entendu dans de meilleures conditions!
Là aussi, on entend notamment les ombres de Debussy, Dukas et Ravel. (prélude à la nuit de la Rapsodie espagnole)

On peut trouver ça dans ce coffret:

Gustave Samazeuilh (1877–1967) A1arNjhZCjL._SL500_

Gustave Samazeuilh (1877–1967) 9175-b-Ik+L._SL500_
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele


Nombre de messages : 1459
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyVen 12 Nov 2021 - 10:34

Je confirme que c'est magnifique, et l'on entend défiler le gratin musical de l'époque. Personnellement, plus que Debussy, j'y ai surtout entendu du Ravel (Renouveau sonne come Ma Mère l'Oye). Mais aussi du d'Indy (le Prélude, c'est l'ouverture du Jour d'été à la montagne), du Gaubert (Deux étoiles), du Dukas (Baiser) voire du Roussel (postlude qui évoque la fin du Festin). Définitivement parfum très français dans ce magnifique cycle, ainsi que dans Nuit (qui tient plus de Debussy et Gaubert côté sonorités et harmonies).

Dans les raretés, en sus du quatuor et de la sonate pour violon, il existe également un court Chant d'Espagne, très ravélien, pour violon et piano, dans un enregistrement antédiluvien par Menuhin et Persinger.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95087
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) EmptyVen 12 Nov 2021 - 13:02

Merci pour la pépite, je n'avais pas vu que c'était disponible au disque ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé





Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty
MessageSujet: Re: Gustave Samazeuilh (1877–1967)   Gustave Samazeuilh (1877–1967) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Gustave Samazeuilh (1877–1967)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gustave Charpentier: la joie de vivre à l'Opéra (1860-1956)
» Anja Silja
» Erno Dohnányi (1877-1969)
» Louis Aubert (1877-1968)
» Ernst TOCH (1884-1967)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: