Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Jules MASSENET – Le Mage – 1891

Aller en bas 
2 participants

Le Mage :
Excellent Massenet
Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_lcap50%Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_rcap
 50% [ 1 ]
Bon Massenet
Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_lcap0%Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Médiocre Massenet
Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_lcap0%Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Mauvais Massenet
Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_lcap0%Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Sous-Cid
Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_lcap0%Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Suicide
Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_lcap50%Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Vote_rcap
 50% [ 1 ]
Total des votes : 2
 

AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptySam 12 Juil 2014 - 22:08

L'œuvre est écrite au milieu de la carrière de Massenet, entre 1888 et 1891, où elle est créée, en mars, à l'Opéra de Paris.
Il n'y a pas vraiment de progression logique dans la production de Massenet, qui a toujours alterné les genres (et les langages musicaux !) les plus divers, mais on peut mentionner que l'œuvre est écrite entre Esclarmonde et Amadis ou, pour le situer par rapport à ses pièces les plus célèbres, un peu après Werther et un peu avant Thaïs.

Le livret est dû à Jean Richepin, prosateur et poète assez secondaire (la plupart d'entre vous ont dû au moins écouter « ses » Fauré), sur le modèle du grand opéra dont le caractère institutionnel décline.
Comme pour toute décadence, on n'a jamais fait aussi grandiose (comme Patrie ! de Paladilhe, par exemple).

On y retrouve des traits d'opéras antérieurs : ensembles comparables au Roi de Lahore (en moins bien), fanfares du Cid, lyrisme proche de la Reine de Saba (de Gounod), orientalisme aux couleurs parfois communes avec Lakmé de Delibes…

Un opéra de son temps. Même si la version publiée par Bru Zane (un concert sans retouches, d'après ce que vous avez dit ?) n'est pas complètement convaincante, j'ai surtout l'impression d'un opéra qui n'affirme pas vraiment de personnalité forte, un peu comme Roma (moins varié, mais qui me paraît plus attanchant dans sa relative médiocrité).

Clairement, je n'ai pas adoré, mais comme vous en avez beaucoup parlé, autant regrouper tout cela.


Jules MASSENET – Le Mage – 1891 UmNEETGURG_20137241BLBMTFU45


Dernière édition par DavidLeMarrec le Sam 12 Juil 2014 - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptySam 12 Juil 2014 - 22:10

bAlexb a écrit:
Le Mage, dimanche dernier à Saint-Etienne.
Résurrection tellement convaincante que je ne comprends toujours pas pourquoi (thème mis à part, avec son lourd tribut à la "vérité" et sa poésie aléatoire) l'opéra n'est pas resté, même épisodiquement, au répertoire. Il mérite d'y trouver sa place, aujourd'hui, à mon sens. J'aurais tendance à le rapprocher d'Hérodiade, de Thaïs peut-être aussi (dans le premier cas, l''effectif ; il circulerait cette légende urbaine que le Mage serait composé de "chutes" d'Hérodiade ; les spécialistes de Massenet confirmeront ou infirmeront).
Le choeur est pléthorique mais géré avec une finesse incroyable (la plainte du I, la monodie serpentine de la scène sur la montagne) ; comme l'orchestre (avec célesta, entre autres, section de cuivres débridée banda oblige, etc.). Tout étant d'une efficacité remarquable (à peu près 2h20 de spectacle, pas de temps morts, à l'exception peut-être due au concert, du ballet à l'orientalisme de pacotille qui s'étire, en dépit de séductions évidentes), l'orchestre soutient, devance, accompagne, poursuit, etc. Pas de bigarrure mais, au contraire, des effets très finement amenés, gérés (le début de la scène dans les souterrains du temple de Djahi, bien-sûr la scène sur la montagne, l'incendie du IV, etc.).
C'est même une succession presque ininterrompue de morceaux de bravoure (le I, seul, est peut-être un peu bavard), avec des duos incroyables (Zarastra/Anahita, Varedha/Amrou, Zarastra/Varedha), un concertato furieux (II-tableau 2), un acte entier qui s'arrache un temps au monde de l'opéra pour flirter avec les meilleurs oratorios (III), etc. Comme toujours chez Massenet, la vocalité est extrêmement soignée même si la plupart des rôles (au moins les quatre principaux, même si Amrou relève de la "bonne" tradition) appellent des moyens cyclopéens.
Que dire de la production stéphanoise ? D'abord qu'il faut féliciter la maison d'offrir au public cette reprise après 120 ans de silence ; peu de scènes en France (l'alibi de la naissance de Massenet à Saint-Etienne, qu'il a quitté enfant, relève presque du prétexte) ont eu ce courage et certainement pas Paris. Campellone, à la baguette, soigne le tissu avec un dramatisme-né et une grâce infinie ; orchestre extrêmement maîtrisé (à peine une clarinette qui détonne, l'espace d'une seconde), d'une séduction afollante. Peut-être (mais je pinaille), aurait-on pu espérer plus de tripes, dans les moments clés ; mais celles-ci "s'étalant" royalement sur le plateau...
Un regret et un immense bravo : Luca Lombardo, annoncé malade (fièvre, traitement à la cortisone) a assuré le spectacle pour qu'il ne soit pas annulé. Le medium reste très sonore, lumineux, à peine élimé par rapport à ce qu'on connaît de lui, mais l'aigu, très sollicité, est émacié, en arrière et, en général, le chanteur est difficilement audible dans les ensembles. Il faut, pourtant, saluer la qualité de la diction alors que Massenet distribue souvent le rôle suivant un enchaînement de rythmes syncopés laissant peu de place au lyrisme seul (mais les airs au II et III sont des sommets, la scène sur la montagne étant peut-être parmi les plus belles pages pour ténor écrites par Massenet avec son long crescendo et son accord choeur/soliste). Beaux moments, notamment dans les duos avec Varedha et Anahita.
Anahita/Catherine Hunold : moyens de toute beauté (le rôle est écrit dans le tiers supérieur de la voix et le grave est peu sollicité), soin porté à la ligne mais, de ma place, diction vaporeuse et attaques généralement plutôt molles. Au-delà, la figure de la reine est de haute-volée, tenue (et comment, cf. le concertato du II, l'incendie du IV), que ce soit face à Zarastra ou au roi (Marcel Vanaud, présence magistrale malgré un instrument en défaut de stabilité).
Varedha/Kate Aldrich : le rôle n'est pas inchantable mais appelle un format proche des grands mezzos wagnériens (on pense à Ortrud, dans les imprécations ; mais pourquoi pas, aussi, à une soprano du type Schröder-Devrient à la manière du quatuor du II de Fidelio). Le grave est très sollicité (premier tableau du II dans les souterrains du temple) et les écarts meurtriers (duo avec Zarastra, acte V). La chanteuse assume (mais moins crânement qu'on l'aurait espéré ; un rôle pour la Podles des années 90, à mon sens et, rêvons, pour Norman à la grande époque !), le texte est compréhensible et la présence est efficace !
Amrou/Jean-François Lapointe : là aussi, le rôle sollicite peu ou prou toute la tessiture balayant la voix du baryton à la basse. Là, le chanteur peut user de toute sa faconde, du tranchant de sa voix pour camper un prêtre retors et superbement chantant !
France Musique rediffuse l'oeuvre le 1er décembre ; à ne manquer sous aucun prétexte (et pour ceux qui passeraient à côté, rappelons que le disque doit suivre). Ce sentiment de découvrir la tombe de Toutankhamon, un trésor longuement caché que le temps n'a pas émoussé stimule l'écoute sans, par ailleurs, conduire à surévaluer un opéra d'une extrême qualité, en soi.

Polyeucte a écrit:
C'est pas Aldrich qui chantait Varedha? Les commentaires que j'ai vu était particulièrement positifs pour Aldrich... espérons qu'elle soit de l'enregistrement CD...

Merci pour le compte rendu...
Et là aussi, espérons que la maladie de Lombardo n'empêche pas la réalisation d'un CD... Confused

aurele a écrit:
Merci beaucoup pour ce compte-rendu. J'ai entendu en salle Catherine Hunold l'an dernier dans Françoise de Rimini d'Ambroise Thomas, elle semble notamment se spécialiser dans la redécouverte d'ouvrages français du XIXe méconnus. Elle m'avait fait une excellente impression. Le fait qu'il y ait un disque à la clé est une excellente nouvelle. J'essaierai d'écouter le podcast de la retransmission radio car je ne pourrai sans doute pas l'écouter samedi soir. J'ai lu le dossier consacré à cet opéra dans Opéra Magazine et aimant beaucoup ce compositeur, je dois avouer que l'écoute de l'opéra m'intéresse particulièrement.

bAlexb a écrit:
Polyeucte a écrit:
C'est pas Aldrich qui chantait Varedha? Les commentaires que j'ai vu était particulièrement positifs pour Aldrich... espérons qu'elle soit de l'enregistrement CD...

Merci pour le compte rendu...
Et là aussi, espérons que la maladie de Lombardo n'empêche pas la réalisation d'un CD... Confused

Si si ; j'ai fourché et édité dans la foulée. Pardon fesse .
Pour Lombardo, la retransmission radio risque d'être éprouvante (et vraisemblablement plus encore pour lui que pour les auditeurs !). Le job était très bien fait ; dans l'absolu, j'imagine parfaitement Alagna dans le rôle mais, avec sa clarté naturelle, Lombardo n'est pas loin d'approcher ce qu'on a d'Escalaïs dans le rôle (émission haute, diction parfaite, présence aristocratique, etc.). Au-delà, je pense que des parties devraient être (seront ?) réenregistrées : le premier air, la scène sur la montagne notamment.

bAlexb a écrit:
aurele a écrit:
Merci beaucoup pour ce compte-rendu. J'ai entendu en salle Catherine Hunold l'an dernier dans Françoise de Rimini d'Ambroise Thomas, elle semble notamment se spécialiser dans la redécouverte d'ouvrages français du XIXe méconnus.

Pas seulement : apparemment, dans la foulée, elle doit faire la Brünnhilde de Walküre à Rennes (il me semble que c'est Rennes), en version de concert.

Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:

Si si ; j'ai fourché et édité dans la foulée. Pardon fesse .
Pour Lombardo, la retransmission radio risque d'être éprouvante (et vraisemblablement plus encore pour lui que pour les auditeurs !). Le job était très bien fait ; dans l'absolu, j'imagine parfaitement Alagna dans le rôle mais, avec sa clarté naturelle, Lombardo n'est pas loin d'approcher ce qu'on a d'Escalaïs dans le rôle (émission haute, diction parfaite, présence aristocratique, etc.). Au-delà, je pense que des parties devraient être (seront ?) réenregistrées : le premier air, la scène sur la montagne notamment.

Pas de soucis! Very Happy

Bon, espérons que pour les reprises, Lombardo soit en forme... ou du moins plus en forme... je ne sais pas si sa partie est très longue (mais j'imagine que c'est quand même un peu important...) mais ils pourraient aussi refaire carrément sa partie entièrement...

En tout cas, j'espère vraiment que le projet de disque ne sera pas remis en cause Sad Sad

aurele a écrit:
Elle n'en sera pas à son premier Wagner car elle a Isolde à son répertoire. Ce qui me surprend dans le cast de Die Walküre même si c'est HS, c'est le fait que Fricka sera chantée par Kristina Hammaström, mezzo que je ne connais que dans le répertoire baroque : Handel et Vivaldi. Certes, Stéphanie Blythe par exemple a chanté ce rôle et a fait pas mal de baroque entre autres choses.

bAlexb a écrit:
Polyeucte a écrit:
Bon, espérons que pour les reprises, Lombardo soit en forme... ou du moins plus en forme... je ne sais pas si sa partie est très longue (mais j'imagine que c'est quand même un peu important...) mais ils pourraient aussi refaire carrément sa partie entièrement...

Il a de la musique en soliste (l'air et la scène dur la montagne) ; mais en partage aussi beaucoup avec ses partenaires (duos avec Anahita et Varedha, tout le final du II, le V est à trois voix avec Anahita et Varedha). Il faut attendre la captation radio pour se faire une idée du matériel existant (les miracles des potentiomètres, tu sais...) !

bAlexb a écrit:
Autre critique, ici : http://www.concertclassic.com/journal/articles_imp/actualite_20121113_4697.asp .

bAlexb a écrit:
Des participants, ici, qui auraient écouté la rediffusion du Mage, samedi et qui voudraient compléter le débat ?

WoO a écrit:
Première fois que cet opéra de Massenet apparaît au disque :

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Operararaorc47

http://www.prestoclassical.co.uk/r/Opera%2BRara/ORC47

Le concert a été enregistré en octobre 2011

Polyeucte a écrit:
cheers cheers

Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Des participants, ici, qui auraient écouté la rediffusion du Mage, samedi et qui voudraient compléter le débat ?

Oui! Embarassed

Alors j'ai écouté une fois...
Je dois dire que l'oeuvre n'est pas forcément ma préférée chez Massenet. Oui c'est fortement dramatique, mais j'ai un peu de mal à rentrer dans l'oeuvre. Un sentiment d'ENORME opéra plus que de Grand Opéra...
Après, il y a de belles choses bien sûr et rien que la scène finale est impressionnante!

Question interprétation, c'est globalement très bon, même Lombardo reste très écoutable malgré ses soucis de santé.


Désolé de ne pas en dire plus... ça fait un certain temps que je l'ai écouté et faut que je m'y remette...

En tout cas, j'attends avec impatience le CD... Surprised

bAlexb a écrit:
Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Des participants, ici, qui auraient écouté la rediffusion du Mage, samedi et qui voudraient compléter le débat ?

Oui! Embarassed

Alors j'ai écouté une fois...
Je dois dire que l'oeuvre n'est pas forcément ma préférée chez Massenet. Oui c'est fortement dramatique, mais j'ai un peu de mal à rentrer dans l'oeuvre. Un sentiment d'ENORME opéra plus que de Grand Opéra...

Disons que ça fonctionnait terriblement bien en salle ; et que ça fonctionnerait encore mieux en scène, je pense !

Polyeucte a écrit:
Sûrement... mais je vais me le reprogrammer... et je tenterai d'en dire un peu plus! Very Happy
De toute façon, le simple fait de donner à entendre cet opéra est un grand évènement!!!

Polyeucte a écrit:
Après ré-écoute, c'est quand même assez chouette comme oeuvre Le Mage.
Le seul soucis en fait, c'est que c'est trop court. En fait j'ai l'impression que les personnages n'ont pas le temps de gagner en épaisseur, l'oeuvre devenant trop dense. Il manque des moments de délicatesse, de calme dans cet opéra. Les grands moments se succèdent l'un après l'autre.

Après, on a bien la touche de Massenet, cette façon de créer des personnages, des ambiances exotiques sans en faire trop...
Donc oui, c'est quand même fort beau comme opéra! A suivre avec la sortie du CD! Very Happy

Polyeucte a écrit:
Jules MASSENET – Le Mage – 1891 UmNEETGURG_20137241BLBMTFU45

Sortie prévue en septembre...zen zen

bAlexb a écrit:
Impatient de retrouver cette oeuvre très efficace qui m'a fait grand effet en live ; et terriblement curieux de savoir si des prises alternatives ont été offertes à Luca Lombardo, lourdement souffrant lors des représentations, pour lui permettre de laisser un enregistrement à la hauteur du travail fourni (la scène sur la Montagne ; un oratorio en soi).

Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Impatient de retrouver cette oeuvre très efficace qui m'a fait grand effet en live ; et terriblement curieux de savoir si des prises alternatives ont été offertes à Luca Lombardo, lourdement souffrant lors des représentations, pour lui permettre de laisser un enregistrement à la hauteur du travail fourni (la scène sur la Montagne ; un oratorio en soi).

Si j'en crois la critique de ClassiqueNews, c'est pas le cas Confused Confused
Critique du Mage

bAlexb a écrit:
Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Impatient de retrouver cette oeuvre très efficace qui m'a fait grand effet en live ; et terriblement curieux de savoir si des prises alternatives ont été offertes à Luca Lombardo, lourdement souffrant lors des représentations, pour lui permettre de laisser un enregistrement à la hauteur du travail fourni (la scène sur la Montagne ; un oratorio en soi).

Si j'en crois la critique de ClassiqueNews, c'est pas le cas Question?
Critique du Mage

Alors c'est moche ; et ça ne donne vraiment de chance ni à l'artiste (qui a été courageux et qui aurait pu faire "simplement" tomber le projet en choisissant de ne pas s'exposer), ni à l'oeuvre privée, malgré tout, d'un de ses éléments constitutifs.

Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Alors c'est moche ; et ça ne donne vraiment de chance ni à l'artiste (qui a été courageux et qui aurait pu faire "simplement" tomber le projet en choisissant de ne pas s'exposer), ni à l'oeuvre privée, malgré tout, d'un de ses éléments constitutifs.

Enfin attendons d'écouter... il y a sûrement eu quelques petites corrections avec l'autre date ou des répétitions... Very Happy

bAlexb a écrit:
Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Alors c'est moche ; et ça ne donne vraiment de chance ni à l'artiste (qui a été courageux et qui aurait pu faire "simplement" tomber le projet en choisissant de ne pas s'exposer), ni à l'oeuvre privée, malgré tout, d'un de ses éléments constitutifs.

Enfin attendons d'écouter... il y a sûrement eu quelques petites corrections avec l'autre date ou des répétitions... Very Happy

J'ai écouté l'enregistrement radio ; et j'étais à l'autre date Evil or Very Mad ...

Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
J'ai écouté l'enregistrement radio ; et j'étais à l'autre date Evil or Very Mad ...

Oui, mais pour Thérèse par exemple, ils avaient aussi fait des reprises juste après le concert... bon, Lombardo sera toujours aussi malade, mais peut-être qu'il aura peu corriger quelques soucis! Very Happy

bAlexb a écrit:
Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
J'ai écouté l'enregistrement radio ; et j'étais à l'autre date Evil or Very Mad ...

Oui, mais pour Thérèse par exemple, ils avaient aussi fait des reprises juste après le concert... bon, Lombardo sera toujours aussi malade, mais peut-être qu'il aura peu corriger quelques soucis! Very Happy

Je l'espère sincèrement pour lui ; non pas que sa prestation était déshonorante, loin s'en faut, mais j'imagine que ça doit être extrêmement douloureux/frustrant pour un artiste.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptySam 12 Juil 2014 - 22:13

Et, bien après, ce que j'en disais dans le fil général :

J'écoute Le Mage. Pas mal, quelque part entre Werther et Puccini. Pas exactement le Massenet que j'aime, mais pourquoi pas.

D'ores et déjà quelques remarques sur l'interprétation :
¶ Le Chœur Lyrique de Saint-Étienne est donc un chœur amateur ? Il n'y a pas de chœur professionnel à l'Opéra ?
¶ Je n'avais jamais remarqué que Lombardo ressemblait autant à Guèze, ni qu'Aldrich avait autant de convergence avec BUM (sauf que BUM se bonifie, alors qu'Aldrich s'abîme sérieusement).

--

Je ne suis vraiment pas enthousiaste sur l'œuvre. Un peu meilleure que Roma, mais moins attachante pour moi.

Et puis je n'aime pas du tout la façon dont c'est chanté et capté : voix opaques bien déconnectées d'un orchestre sec… Très peu intelligible et pas très beau (alors que Hunold sonne très très bien en salle).

À part Lapointe qui fait vraiment une belle seconde carrière, plus intéressante même que la première, dans les rôles de barytons graves, pas grand'chose ne trouve grâce à mes oreilles. (Si, c'est dirigé avec valeur par Campellone, à défaut de rendre subtil ce qui ne l'est pas.)

Lombardo ne sonne vraiment pas en méforme : moins libre que dans ses meilleurs jours, mais quand même tout à fait maîtrisé de bout en bout, dans un rôle particulièrement exigeant. C'est plutôt la résonance qui est intrinsèquement un peu courte, désormais (elle l'a toujours été, mais il y a vingt ans, la juvénilité donnait le change) pour ce type de rôle de très large envergure.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20677
Age : 39
Date d'inscription : 03/07/2009

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptySam 12 Juil 2014 - 23:12

Ce qui m'embête le plus en fait dans ce Mage, c'est surtout le manque de suivi je dirai. On a des grandes scènes imposantes et impressionnantes, les passages obligés du Grand Opéra... mais il manque un liant à tout cela je trouve. On passe d'une scène à l'autre sans vraiment qu'il y ait un lien.

Question interprétation, Aldrich impressionne quand même : elle y va sans se ménager, assume le rôle malgré la tessiture super tendue... moi j'aime beaucoup et ça hurle quand même moins que BUM!
Hunold par contre, c'est beau mais dès que ça monte ça devient strident... et puis on ne comprend pas un traitre mot (en salle, c'est pareil d'ailleurs!)
Lombardo a quand même quelques soucis ici... c'est un peu gris et tiré je trouve.
Lapointe superbe!

Et Campellone en maître de cérémonie vraiment bien!

Pour l'enregistrement, ce n'est pas exactement la version de la radio : ils ont enregistré les deux soirées et peut-être aussi corrigé quelques petites choses pour Lombardo...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptyDim 13 Juil 2014 - 0:18

Polyeucte a écrit:
Question interprétation, Aldrich impressionne quand même : elle y va sans se ménager, assume le rôle malgré la tessiture super tendue... moi j'aime beaucoup et ça hurle quand même moins que BUM!

Ça m'embête de dire ça, parce qu'elle défend un répertoire (Offenbach, Reyer, Massenet, Mariotte…) qui m'est éminemment sympathique, mais au fil de l'écoute, je ne peux plus la supporter. À la fois opaque, blanchâtre, poussé… Certes, les notes sont faites, mais sans grâce, sans déclamation, sans même un timbre agréable…

Au moins, chez BUM, il y a de la présence, un peu de chair dans le timbre, et un effort pour incarner.


Citation :
Hunold par contre, c'est beau mais dès que ça monte ça devient strident... et puis on ne comprend pas un traitre mot (en salle, c'est pareil d'ailleurs!)

Ce n'était pas comme ça dans Françoise de Rimini, très intelligible malgré une tessiture écrasante. Il faut dire qu'en l'occurrence, ce n'est pas précisément un rôle taillé sur mesure – en fait, Aldrich tient le second soprano façon Valentine ou Rachel, non ? Et elle Isabelle ou Eudoxie, même si c'est moins pyrotechnique.


Citation :
Lombardo a quand même quelques soucis ici... c'est un peu gris et tiré je trouve.

Par rapport à ses standards, oui (et dans l'absolu je ne suis pas vraiment satisfait), mais c'est déjà dix fois mieux qu'un Guèze ou qu'un Laconi au sommet de leurs moyens.


Citation :
Et Campellone en maître de cérémonie vraiment bien!

Ça sonne sommairement, mais c'est une bande de concert d'une œuvre déjà fruste, alors… (ces unissons, je finis par ne plus les supporter !)

Je suis tout à fait d'accord avec le caractère décousu que tu décris. Et si encore ça reliait des sections intéressantes… Peut-être que mon avis s'amendera à la lecture de la partition ou à la réécoute – mais dans une autre version, en ce qui me concerne.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20677
Age : 39
Date d'inscription : 03/07/2009

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptyDim 13 Juil 2014 - 0:28

DavidLeMarrec a écrit:

Ça m'embête de dire ça, parce qu'elle défend un répertoire (Offenbach, Reyer, Massenet, Mariotte…) qui m'est éminemment sympathique, mais au fil de l'écoute, je ne peux plus la supporter. À la fois opaque, blanchâtre, poussé… Certes, les notes sont faites, mais sans grâce, sans déclamation, sans même un timbre agréable…

Au moins, chez BUM, il y a de la présence, un peu de chair dans le timbre, et un effort pour incarner.

Oui, Aldrich fatigue un peu si on compare même à sa Salammbo de Reyer. Mais quand même, il reste un geste, une conviction... et au moins elle ne hurle pas ses aigus elle! Mr.Red
Et pour le personnage, il est quand même diablement incarné ici...


Citation :
Ce n'était pas comme ça dans Françoise de Rimini, très intelligible malgré une tessiture écrasante. Il faut dire qu'en l'occurrence, ce n'est pas précisément un rôle taillé sur mesure – en fait, Aldrich tient le second soprano façon Valentine ou Rachel, non ?  Et elle Isabelle ou Eudoxie, même si c'est moins pyrotechnique.
Ben dans Bérénice de Magnard, c'était tout aussi incompréhensible.
Alors oui, le rôle dans ce Mage n'est pas vraiment pour elle (plutôt une Massis pour rester dans les connues à mon sens) mais toujours est-il que le texte passe totalement à la trappe.


Citation :
Par rapport à ses standards, oui (et dans l'absolu je ne suis pas vraiment satisfait), mais c'est déjà dix fois mieux qu'un Guèze ou qu'un Laconi au sommet de leurs moyens.
Ah mais c'est bien Lombardo. Juste frustrant Confused


Citation :
Ça sonne sommairement, mais c'est une bande de concert d'une œuvre déjà fruste, alors… (ces unissons, je finis par ne plus les supporter !)
Ou, mais voilà, l'oeuvre n'est pas non plus un sommet de finesse et du coup Campellone sait bien camper les différents passages.

Citation :
Je suis tout à fait d'accord avec le caractère décousu que tu décris. Et si encore ça reliait des sections intéressantes… Peut-être que mon avis s'amendera à la lecture de la partition ou à la réécoute – mais dans une autre version, en ce qui me concerne.

Ah mois j'aime beaucoup certaines scènes... le grand duo Varedha/Amrou par exemple, je suis totalement écrasé à chaque fois! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptyDim 13 Juil 2014 - 0:32

Polyeucte a écrit:
Oui, Aldrich fatigue un peu si on compare même à sa Salammbo de Reyer. Mais quand même, il reste un geste, une conviction... et au moins elle ne hurle pas ses aigus elle! Mr.Red
Et pour le personnage, il est quand même diablement incarné ici...

BUM chante fort… mais avec du timbre.

Citation :
Ou, mais voilà, l'oeuvre n'est pas non plus un sommet de finesse et du coup Campellone sait bien camper les différents passages.

Justement, le respect du style qui fait merveille dans Thaïs, on s'en serait passé au profit d'un essai d'améliorer un peu l'enchaînement général. Mais ce n'est pas sa faute, je suis d'accord.


Citation :
Ah mois j'aime beaucoup certaines scènes... le grand duo Varedha/Amrou par exemple, je suis totalement écrasé à chaque fois! Very Happy

Où ça ? Je me suis arrêté à la fin de l'acte III (j'ai bien aimé la fin du II et le début du III avec ses côtés Cid-Saba). Le reste, vraiment très peu convaincu (voire vaguement ennuyé).

Très bien chanté et joué, peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20677
Age : 39
Date d'inscription : 03/07/2009

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptyDim 13 Juil 2014 - 0:36

DavidLeMarrec a écrit:
BUM chante fort… mais avec du timbre.
Oui, mais justement on aimerait un peu moins de timbre et de puissance des fois... Confused

Citation :
Où ça ?  Je me suis arrêté à la fin de l'acte III (j'ai bien aimé la fin du II et le début du III avec ses côtés Cid-Saba). Le reste, vraiment très peu convaincu (voire vaguement ennuyé).

Très bien chanté et joué, peut-être.
Début du deuxième acte...

Pour l'écouter autrement, tu as aussi ça :
/watch?v=IgV6VrBdJOo

Hjordis Thebault et Pierre-Yves Pruvot... c'est sûr qu'on est dans une autre dimension... Mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94340
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptyDim 13 Juil 2014 - 0:42

Alors oui, effectivement j'ai remarqué ce moment, mais surtout parce que c'était dramatique et sonnait bien du côté de Lapointe.

Sinon, le texte est quand même bien roturier, et musicalement, il ne se passe pas grand'chose d'exceptionnel.

Pas sûr d'aimer davantage par Thébault / Pruvot (que j'ai écoutés et qui ne m'avaient pas totalement fait avaler l'intérêt de la page).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20677
Age : 39
Date d'inscription : 03/07/2009

Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 EmptyDim 13 Juil 2014 - 0:58

Môssieur est bien difficile! hehe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty
MessageSujet: Re: Jules MASSENET – Le Mage – 1891   Jules MASSENET – Le Mage – 1891 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jules MASSENET – Le Mage – 1891
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jules Massenet - tour d'horizon
» Jules Bastin (1933-1996)
» Väinö Raitio (1891-1945)
» Nikolaï Golovanov (1891-1953)
» Eugen Szenkar (1891-1977)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: