Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 1000 € sur le réfrigérateur américain LG GSX960MCAZ
1999 € 2999 €
Voir le deal

 

 Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo

Aller en bas 
AuteurMessage
Democrite
Mélomaniaque
Democrite

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo Empty
MessageSujet: Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo   Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo EmptyMar 29 Juil 2014 - 0:17

Handel : Il trionfo del tempo e del disinganno - Ensemble Ma non Troppo - Église de St Jean-du-Doigt - Samedi 05 juillet 2014, 20 h - Le Petit Festival de Musiques en Trégor

Marie Perbost La Beauté (soprano)
Myriam Arbouz Le Plaisir (soprano)
Lucile Richardot La Désillusion (mezzo-soprano)
Sebastian Monti Le Temps (ténor)

Ensemble Ma non Troppo
Olivier Clémence, Neven Lesage
hautbois ; Louis Creac'h violon solo ; Julie Friez, Matilde Pais, Camille Rancière violon ; Pascale Jardin alto ; Keiko Gomi, Sarah Ledoux violoncelle ; Olivier Leinen flûte à bec et basson ; Yoann Moulin clavecin et orgue.

       
Nous avions réservé nos places, donc nous avons nos places réservées dans la nef, pas de pilier obstruant la vue à déplorer. Nous remarquons les étranges vitraux abstraits de l'église, étonnamment modernes et dénués de scènes bibliques, sans réussir à nous rappeler comment ils étaient « avant », mais on suppose qu'ils sont de facture récente.

     
Nous avons écouté pour la première fois ces musiciens en février au théâtre de Morlaix dans un programme Bach, avec notamment le 5ème concerto brandebourgeois. À cette occasion ma surprise et mon enthousiasme furent grands, je suis donc heureux d'assister à ce concert en attendant une belle confirmation.

       
Je ne suis pas un connaisseur de cet oratorio de Handel, mais je l'ai consciencieusement écouté deux fois avant cette soirée, et la deuxième écoute m'a révélé plusieurs de ses beautés et la certitude de sa valeur. J'achète un livret, c'est imprimé très petit mais ça fera l'affaire. Ici l'acoustique de l'église n'est pas très évidente, un peu trop réverbérante, mais j'ai entendu nettement pire ailleurs et cela n'aura rien de rédhibitoire. Le début du concert me permet d'habituer mon oreille. Les violons accompagnés par les hautbois forment un ensemble qui me surprend d'abord par son résultat massif, uni, lourd et grave. Cette impression disparaîtra par la suite. La Beauté est une soprano dont les aigus entrent en collision avec l'acoustique des lieux, qui favorisera certainement les tessitures plus graves. Je remarque deux airs que je juge pas assez rapides, sans en être sûr. L'air marquant du Temps, Urne voi, che racchiudete, martèle sa loi. Puis vient Un pensiero nemico di pace, normalement très vif, qui m'emporte, m'ouvre la première porte. J'admire la souplesse avec laquelle le claveciniste amène la transition vers la modulation centrale. La Beauté, à l'égal des violons, semble apprécier la fluidité virtuose de cet air, et tous reprennent le thème principal pendant que je remarque la lucidité exprimée par les paroles. C'est devant cette alchimie de la musique et du texte, si particulière à l'esthétique d'une époque, que je pense : « Bon sang ! voilà qui est baroque ! typiquement baroque ! »

     
Airs et récitatifs se succèdent, et l'orgue, pendant la sonate et l'air Un leggiadro giovinetto, résonne délicieusement dans l'église et m'émerveille. Nous faisons mieux connaissance avec les personnages. Le Temps est un ténor à la voix claire, celle du Plaisir l'est aussi avec une légère coloration, et la Désillusion est sombre et envoûtante, il faut bien le reconnaître. Justement, l'air Crede l'uom ch'egli riposi est digne de toutes les louanges. La ritournelle et la flûte me ravissent, mais cette Désillusion, si profonde et aux mélismes infinis, suscite en moi une grande émotion, à tel point que mes yeux s'embuent. Puis survient ce que j'avais prédit : les musiciens vont prendre le temps de réaccorder leurs instruments. Cela ne me gêne pas, ce fut déjà le cas lors du concert Bach en février. Ici, on a tardé à fermer l'accès à la porte, de multiples passages se sont succédés pendant la première demi-heure, laissant des courants d'air s'introduire. Les instruments baroques sont peut-être aussi moins fiables. En février, au théâtre, j'avais salué ce choix car nous avions obtenu l'accord parfait pour le concerto final, ce soir je le bénis. On bavarde... « c'est un oratorio »... puis à la reprise l'accord juste est bienheureusement atteint, ce qui nous offre une fin de première partie valorisant davantage l'expression musicale pure, qui culmine dans le quatuor vocal Se non sei più ministro.
       
     
C'est le moment de l'entracte, ce que je regrette un peu car le concert prenait un tour idéal, nous tenions le bon fil. Mais ne dramatisons pas. Sortons. Tiens, il ne pleut plus.

     
De retour je suis moins en forme, l'air s'est refroidi. Mais l'émotion véhiculée par cette musique baroque, qui évoque tant la vie et concentre mon attention comme la limaille de fer sur un aimant, reprend petit à petit le dessus. Più non cura, chanté par une Désillusion que j'aime beaucoup, ainsi que le quatuor Voglio Tempo, sont remarquables. Je dirais toutefois que les quatre voix ensemble et aussi parfois successivement, par exemple lors des récitatifs, ont manqué d'une certaine communion, mais cela dit je n'insiste pas car je ne suis pas un glottophile informé et mon exigence n'a pas été déçue. Lascia la spina, cogli la rosa est interprété par le Plaisir qui ornemente très joliment et ravive l'intérêt d'un air très bien connu. La basse continue du violoncelle s'élève et plane dans les airs. Les notes tiennent en suspension, créant des harmonies. Un nouvel air s'annonce, mais c'est une intervention du premier violon. Il fait signe aux musiciens de s'accorder. Je me demandais s'il allait oser. Je suis soulagé. Quelques sièges derrière moi, une spectatrice dit, sans le crier mais sans le murmurer non plus : « Les interprètes sont vraiment de mauvais interprètes. » Non, pas vraiment, et selon moi pas du tout. À l'époque du CD, des enregistrements en studio, nous sommes coutumiers d'une perfection dont l'envers est l'aseptisé. En concert baroque, c'est autrement, il y a des risques. Je préfère une demi heure de musique juste à une heure de musique désaccordée, je le sais bien, j'en ai déjà entendu. Ces interprètes font ce que d'autres n'osent pas. Ils sont à la fois humbles et exigeants envers la musique. Ils savent qu'elle peut beaucoup, que sa puissance est grande, et la servent au mieux. Je leur en suis reconnaissant.

     
Le concert reprend de plus belle. Le claviériste alterne clavecin et orgue, parfois dans un même air. J'apprécie la virtuosité retrouvée. Le duo Il bel pianto dell'aurora égrène la dure mélancolie de la Désillusion et du Temps. Dans l'air final, Tu del Ciel ministro eletto, la musique tient sur un fil, du mince filet de voix de la Beauté jusqu'à la dernière note la plus lente du violon, qui me retiennent captif. Musique. Et silence. Mais trop court, car un spectateur applaudit trop tôt à mon goût et entraîne le public tout entier. Je pose mon livret, j'applaudis à mon tour et me lève, comme toujours à l'église. D'autres m'imiteront bientôt. Musiciens debouts, réunis, ovationnés, qui s'inclinent, et lumières dans la salle, public levé, c'est la sensation d'avoir vécu un événement, quelque chose qui compte, et le cœur allégé sur le chemin du retour.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo Empty
MessageSujet: Re: Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo   Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo EmptyMar 29 Juil 2014 - 0:28

Au passage, Marie Perbost est en formation au CNSM actuellement. J'ai eu l'occasion de l'entendre deux fois cette saison… avec beaucoup de satisfaction, je dois dire. Very Happy

(On peut l'entendre brièvement là : http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2014/03/30/2443 .)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Democrite
Mélomaniaque
Democrite

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo Empty
MessageSujet: Re: Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo   Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo EmptyMar 29 Juil 2014 - 0:51

salut Ave verum glotto, et merci pour l'extrait. Je ne comprends pas comment tu entends tout ça. Apparemment, si l'on peut se fier à ton enregistrement, ce qui n'est pas certain comparé à une écoute en salle, la voix de Marie Perbost était bien moins puissante dans Hahn que dans Il trionfo..., où elle tonnait, sans toutefois assourdir. Son d'église oblige, je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo Empty
MessageSujet: Re: Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo   Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo EmptyMar 29 Juil 2014 - 1:11

Elle n'était pas particulièrement sonore en effet, mais c'étaient des récitatifs, plutôt en bas de la tessiture, rien à voir avec le chant à pleine voix dans une œuvre aussi vocale que le Trionfo. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo Empty
MessageSujet: Re: Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo   Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Handel: Il trionfo del tempo e del disinganno: Ma Non Troppo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: