Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-45%
Le deal à ne pas rater :
WHIRLPOOL OWFC3C26X – Lave-vaisselle pose libre 14 couverts – ...
339 € 622 €
Voir le deal

 

 Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie

Aller en bas 
+4
rubber
Wagneropathe
Pipus
Montfort
8 participants
AuteurMessage
Montfort
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 4155
Age : 75
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 3 Nov 2015 - 9:35

Concert d'hommage à Claudio Abbado - et au profit de l'Institut Curie, les 9 et 10 novembre.

  Prokofiev - concerto pour piano No 3
  Mahler - symphonie No 5

    Orchestre du Festival de Lucerne, Marta Argerich, Andris Nelsons.

    J'y serai le 9 - je pourrai écouter Argerich "live" pour la première fois !

    Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Pipus
Mélomane chevronné
Pipus


Nombre de messages : 3548
Age : 50
Localisation : Vienne... en Isère, pas en Autriche ;-)
Date d'inscription : 24/05/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 3 Nov 2015 - 10:23

C'est un concert alléchant mais les prix sont sacrément élevés en premières catégories.

Catégorie 5 ou 6 à la Philharmonie, c'est quand même correctement audible ?
Revenir en haut Aller en bas
Wagneropathe
Mélomaniaque
Wagneropathe


Nombre de messages : 1476
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/06/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 3 Nov 2015 - 10:24

J'y vais le 10. Argerich et Abbado avaient réalisé ensemble, il y a près de 50 ans, un enregistrement mythique du Prokofiev 3 : l'oeuvre à donc sa place dans ce concert hommage, tout autant que la 5 de Mahler ; il paraît que Nelsons à fait un triomphe avec cette symphonie à Berlin au printemps dernier (c'est consécutivement à ces concerts qu'un sondage effectué auprès du public berlinois le désignait comme favori pour succéder à Rattle).

Et dans ce programme très virtuose, Lucerne devrait être superlatif...
Revenir en haut Aller en bas
Montfort
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 4155
Age : 75
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 3 Nov 2015 - 10:45

Pipus a écrit:
C'est un concert alléchant mais les prix sont sacrément élevés en premières catégories.

Catégorie 5 ou 6 à la Philharmonie, c'est quand même correctement audible ?

Il y a une "surtaxe caritative obligatoire" pour l'institut Curie.
Autrement je suis aussi impatient de découvrir Nelsons, sur lequel les commentaires sont très, très flatteurs - seul petit regret, j'aurais préféré une autre symphonie de Mahler : III, VI ou VII - la V je vais la réentendre un peu plus tard par Jansons et la Radio Bavaroise.

  Montfort
Revenir en haut Aller en bas
rubber
Mélomane du dimanche



Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 26/03/2013

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 3 Nov 2015 - 11:16

Pipus a écrit:
C'est un concert alléchant mais les prix sont sacrément élevés en premières catégories.

Catégorie 5 ou 6 à la Philharmonie, c'est quand même correctement audible ?

En catégorie 5, le dernier rang du 1e balcon de côté est très bon (mais pas facile d'avoir des places).
Revenir en haut Aller en bas
Pipus
Mélomane chevronné
Pipus


Nombre de messages : 3548
Age : 50
Localisation : Vienne... en Isère, pas en Autriche ;-)
Date d'inscription : 24/05/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 3 Nov 2015 - 11:26

rubber a écrit:
Pipus a écrit:
C'est un concert alléchant mais les prix sont sacrément élevés en premières catégories.

Catégorie 5 ou 6 à la Philharmonie, c'est quand même correctement audible ?

En catégorie 5, le dernier rang du 1e balcon de côté est très bon (mais pas facile d'avoir des places).

Merci Rubber ! Effectivement les cat 5 et 6 ne sont plus disponibles, mais je garde l'info pour les prochains concerts Smile
Revenir en haut Aller en bas
Wagneropathe
Mélomaniaque
Wagneropathe


Nombre de messages : 1476
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/06/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 3 Nov 2015 - 11:26

Pas très bon pour le piano par contre si on est trop sur le côté...
Revenir en haut Aller en bas
tomseche89
Mélomaniaque
tomseche89


Nombre de messages : 698
Age : 34
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 10 Nov 2015 - 16:11

Orgie sonore hier soir à la Philharmonie avec une 5e de Mahler inouïe. Le son du LFO est d'une opulence jamais entendue en live, pour ma part. J'en ai pris plein les oreilles dès l'introduction de la trompette. L'esthétique de Nelsons est complètement différente d'Abbado (à qui le concert était dédié), mais bon sang qu'est-ce que ça sonnait bien !
Je me suis replacé dès le début du concert au premier rang du 2e balcon de face, c'était génial.
Place idéale pour le piano également. Argerich fidèle à elle-même dans le 3e de Prokofiev, et ici accompagnée par un orchestre de rêve.

Aussi incroyable que cela puisse paraître vu l'affiche, c'était très clairsemé ! La faute à la majoration des tarifs pour l'Institut Curie, jusqu'à 200€ en première catégorie au lieu de 140. Ca devrait être complet ce soir. Très franchement, et même si la saison est encore longue, je sais déjà que ça sera l'un de mes meilleurs souvenirs de l'année, voire plus.


Réponse de Montfort sur un autre fil que j'avais ouvert par inadvertance.

Montfort a écrit:



J'ai du avoir des visions, parce que pour moi la salle était archi complète.... Les places étaient chères, mais moins chères que pour le Philharmonique de Berlin.

Autrement je laisse décanter un peu avant de parler de ce concert, en effet mémorable..

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 10 Nov 2015 - 16:18

l'autre fil a été supprimé... mais on pouvait aussi fusionner les deux.
Revenir en haut Aller en bas
tomseche89
Mélomaniaque
tomseche89


Nombre de messages : 698
Age : 34
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 10 Nov 2015 - 16:25

Montfort a écrit:
J'ai du avoir des visions, parce que pour moi la salle était archi complète.... Les places étaient chères, mais moins chères que pour le Philharmonique de Berlin.

Autrement je laisse décanter un peu avant de parler de ce concert, en effet mémorable..

Montfort

Non, il y a avait des rangées entières vides sur les côtes du parterre, au 1er balcon latéral et central ainsi qu'au 2e balcon central. C'est d'ailleurs la première fois que je vois des ouvreuses du 2e balcon autoriser tout le monde à se replacer dès la 1ère partie, comme au TCE.

Bon, globalement c'était quand même bien rempli.

Les tarifs sans majoration étaient les mêmes pour Berlin (de 10 à 140€), mais avec la majoration c'était plus cher.
Revenir en haut Aller en bas
Montfort
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 4155
Age : 75
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMar 10 Nov 2015 - 16:36

tomseche89 a écrit:
Montfort a écrit:
J'ai du avoir des visions, parce que pour moi la salle était archi complète.... Les places étaient chères, mais moins chères que pour le Philharmonique de Berlin.

Autrement je laisse décanter un peu avant de parler de ce concert, en effet mémorable..

Montfort

Non, il y a avait des rangées entières vides sur les côtes du parterre, au 1er balcon latéral et central ainsi qu'au 2e balcon central. C'est d'ailleurs la première fois que je vois des ouvreuses du 2e balcon autoriser tout le monde à se replacer dès la 1ère partie, comme au TCE.

Bon, globalement c'était quand même bien rempli.

Les tarifs sans majoration étaient les mêmes pour Berlin (de 10 à 140€), mais avec la majoration c'était plus cher.

Bizarre, j'étais placé au 1er balcon latéral, et je n'ai vu aucune place vide...
Autrement le tarif s'explique par l'intégration dans le prix du billet d'une "contribution caritative obligatoire" : le prix de mon billet était de 50 € mais j'ai payé 85 €, la différence étant versée à l'Institut Curie - on peut ou non apprécier le procédé - en ce  qui me concerne pour entendre ce que j'ai entendu hier soir j'aurais éventuellement payé plus cher !!!

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Wagneropathe
Mélomaniaque
Wagneropathe


Nombre de messages : 1476
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/06/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMer 11 Nov 2015 - 8:27

Deuxième représentation hier soir (et sans contribution caritative), dans une Philharmonie pleine à ras bord...

Un concert hyper-enthousiasmant à plusieurs égards : en première partie, on constate d'entrée de jeu que Martha Argerich n'a rien perdu de sa vélocité légendaire, ni de cette musicalité particulière qui rend chaque note évidente, et surmonte toutes les chausse-trappes avec un naturel et une évidence probablement uniques, même au sein de la poignée des plus grands virtuoses actuels.

Cela faisait plusieurs années qu'Argerich n'avait pas rejoué le 3ème Concerto de Prokofiev, qui fut longtemps un de ses chevaux de bataille et qu'elle enregistra, il y a près de 50 ans, avec le jeune Abbado, inaugurant une collaboration musicale et discographique fantastique dont le souvenir était, ce soir, le plus bel hommage qu'on pouvait rendre au chef milanais. Triomphe évidemment, et deux bis en apesanteur : la pianiste se lance d'abord dans l'ultra virtuose Sonate en ré mineur K 141 de Scarlatti, et donne à ses doubles-notes et à ses piqués un relief musical inouï, avant la Mazurka op. 24 no 2 de Chopin, suprêmement poétique, magnifiques successions d'arabesques et de pointes...

Deuxième motif de satisfaction, l'Orchestre de Lucerne est, lui aussi, fidèle à sa réputation. Dans le concerto, il ne se laisse jamais perdre par le train d'enfer de la pianiste et, dans la 5ème Symphonie de Mahler, l'héritage d'Abbado est patent. Chaque musicien semble jouer cette partition sans effort apparent, les sonorités sont d'une beauté évidente, physique, à couper le souffle, et quelques superbes moments de virtuosité individuelle (trompette, cor, les nuances infinies de la harpe dans l'Adagietto) marquent la soirée.

Pour que cette 5ème soit un vrai grand moment, il aurait quand même fallu un grand chef. Je suis d'avance très embarrassé par ce que je vais écrire sur Andris Nelsons. Je sais qu'il fait partie des 4 ou 5 chefs les plus fêtés de sa génération, qu'il a failli être nommé à Berlin, qu'il dirige Boston et dirigera bientôt Leipzig, qu'il a eu pour maître Mariss Jansons. Je l'avais déjà vu à l'époque de son passage à la tête de Birmingham, pour un concert qui ne m'avait ni marqué, ni déplu. Mais j'ai simplement eu l'impression que hier soir, il ne maîtrisait pas tellement le programme. A la fin du Concerto de Prokofiev déjà, son rôle s'est réduit à celui d'un simple batteur de mesure, presque débordé par sa soliste - il est vrai que l'hyper-rapidité dans les traits finaux est un péché mignon de Martha Argerich. Mais les choses ne s'arrangent pas vraiment avec Mahler : de ma place, j'avais une vue très précise de sa battue, et je n'ai vraiment pas saisi l'intérêt des gestes grandiloquents qu'il a fait pendant 1h15 devant un orchestre qui semble pouvoir jouer Mahler tout seul. C'est, au mieux, juste inutile : tirer la langue pour donner le départ de la petite harmonie dans le dernier mouvement ou faire de grands mouvements d'aérobic pendant l'Adagietto, ça n'a aucun intérêt mais ça ne semblait pas perturber plus que ça des musiciens qui, au lieu de le regarder lui, se regardaient généralement entre eux pour caler les entrées des uns et des autres -là encore, un héritage d'Abbado. Mais c'est, parfois, plus gênant : quand un geste est trop compliqué pour permettre à des musiciens de ce niveau de partir ensemble sur le pizzicato final du I, ou quand Nelsons arrête de battre la mesure du scherzo deux ou trois secondes après le dernier accord, c'est carrément embarrassant. Triomphe là aussi : pour l'orchestre c'était totalement mérité, pour le chef je me pose quelques questions...
Revenir en haut Aller en bas
sergio
Mélomane averti
sergio


Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 19/07/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMer 11 Nov 2015 - 11:53

Ce concert sera un jour considéré comme historique  car de nombreuses caméras étaient sur scène.

Historique, principalement pour Argerich... On a peine à croire que la musique de ce concerto lui coule dans les veines depuis 50 ans...et elle le joue aujourd'hui avec une souplesse et une élasticité encore plus stupéfiantes qu'au premier jour.

Andris Nelsons était aux petits soins dans le concerto, mais qui ne serait pas face à un pareil monument !

Pour la symphonie, qu'il maitrise parfaitement puisqu'il l'a dirigée pour un célèbre concert au Philharmonique de Berlin il y a plusieurs années, il s'est transformé en démiurge.

Je comprends que sa manière très expressive de diriger puisse dérouter mais je l'ai observé hier soir de très prés, sa sincérité ne peut absolument pas être mise en doute et cela n'a rien à voir avec le cinéma servi par certains.

La 5° n'est ni facile à diriger ni facile à écouter tellement l'humeur en change de façon permanente et Nelsons nous a largement offert de nombreux moments magiques. Sa chorégraphie dans l'Adagietto n'es pas gratuite car en définitive elle permet surtout d'introduire une souplesse dans un tempo plutôt rigoureux.

En tout cas son incroyable énergie communicative est vraiment appréciée par les musiciens qui l'adorent tous comme on pu le voir avec Birmingham (extraordinaire Tristan au TCE), Concertgebouw et Boston (Chostakovitch) et hier soir avec Lucerne...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97359
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMer 11 Nov 2015 - 12:13

Grâce à une gracieuse invitation (pas une invitation de la salle, hein, je ne veux pas qu'on croie que je refuse de payer ma cotisation à la cause !), j'ai pu m'y faufiler, et découvrir pour la première fois en vrai tous ces gens (pianiste, orchestre, chef). cheers

Je m'explique très bien la fascination pour Martha Argerich : le naturel incroyable avec lequel elle déroule chaque trait, la qualité permanente du timbre (toujours plein, même si dans une aussi grande salle, on perçoit avant tout la froideur du Steinway de concert). Il y a un parti pris de continuité (comme si chaque phrasé était lissé en un perpétuel glissando tendu vers la fin de l'œuvre !) qui frappe jusque dans le Scarlatti du bis, et qui ne m'avait jamais frappé à ce point, mais les phrasés révèlent toujours un soin musical très sûr – j'ai finalement trouvé ça plus typé qu'il ne m'avait paru jusqu'ici (où je la percevais davantage comme le meilleur choix de départ pour éviter les trop grands parti pris). Et m'explique assez bien la vénération qui l'entoure, vu l'énergie incroyable qui se dégage de son exécution – une énergie qui n'a rien à voir avec l'effort, bien au contraire.

Frappé par la sobriété de la gestique d'Andris Nelsons, très économe en gestes expressifs (essentiellement les entrées principales, parfois l'évolution des dynamiques) et d'une battue très claire. Étrangement, je trouve que son profil musical, peut-être au fil de sa carrière de chef symphonique, change beaucoup par rapport à ses débuts dans le monde des célébrités – en tant que chef d'opéra (et même au concert, à cette époque), il me paraissait privilégier l'élan de la ligne mélodique, ce qui fonctionne en général très bien pour la scène. Je suppose que les développements symphoniques l'ont incité à élargir son savoir-faire.

Enfin, l'Orchestre du Festival de Lucerne récolte un accueil chaleureux devant un public conquis d'avance. J'espère ne pas tomber dans la facilité d'une prédiction du passé, mais je remarque avant tout qu'il s'agit d'un orchestre de solistes – même si, à l'heure actuelle, les Capuçon, les Hagen (hors Clemens), Natalia Gutman ne participent plus aux sessions, la formation est toujours essentiellement constituée:

  • de membres du Mahler Chamber Orchestra et de l'Orchestre Mozart (deux créations d'Abbado, même si le premier a depuis passé par d'autres mains très différentes),
  • de premières chaises d'orchestres européens (Philharmonique de Berlin, Concertgebouw, Radio Bavaroise, DSO Berlin, Gewandhaus de Leipzig, SWR Baden-Baden, Staatskapelle Berlin, NDR de Hambourg, Santa Cecilia de Rome, Gürzenich, Tonhalle Zürich, Philharmonique des Pays-Bas, Chambre d'Europe, Radio de Sarrebrück, Konzerthaus, Deutsche Oper, Philharmonique de Munich, Jeunes Mahler, Royal Philharmonic, Philharmonique de Strasbourg, Mozart de Bologne, Nuremberg, Théâtre de Sarrebrück, Comunidad de Madrid, Bochum… et Boston),
  • de professeurs prestigieux,
  • et tout de même de quelques chambristes (membres du Leipziger Streichquartett, du quatuor Engegård) et solistes.

On se retrouve donc avec les solistes suivants : Mahler / Leipzig (c'était Leipzig ce soir-là), Mozart-Bochum (R. Christ fait les deux), professeur Fribourg / professeur Detmold, professeur Berlin, Philharmonique Munich pour les cordes ; professeur (ancien Concertgebouw, Boston et Chambre d'Europe) Concertgebouw, Santa Cecilia, Tonhalle pour les bois ; Santa Cecilia, professeur Karlsruhe, Concergebouw, deux principaux opéras berlinois pour les cuivres ; Radio Bavaroise pour les timbales.

Rien d'étonnant, donc, à cette impression :
¶ niveau individuel exceptionnel, avec un grain très individualisé (sans sonner disparate) ; on a vraiment l'impression que des solistes (avec quasiment le son d'un concerto pour violon) s'assemblent, faisant fusionner des timbres individuels très denses et personnels ;
¶ résultat collectif de très haut niveau, mais qui n'atteint pas la discipline des plus grands orchestres – même le vibrato n'est pas toujours homogène au sein du même pupitre (ni le même type, ni la même quantité) ; ce qui est logique, il n'ont pas l'habitude de jouer ensemble comme les plus grands orchestres (dont le niveau individuel est déjà suffisamment superlatif).

C'est donc (inévitablement !) superbe, mais sans l'identité ni la vision collective des meilleures formations. Il faut dire (en plus de l'absence d'Abbado, fulgurant dans ses dernières années) que sa constitution a beaucoup changé au fil du temps : même en retransmission, l'ardeur des premières saisons n'était pas équivalente (mais qui peut jouer continûment à ce degré d'exception ?).

La longueur d'archet et l'intensité d'attaque des cordes est toujours assez révélatrice sur ces matières : Sebastian Breuninger (violon solo au Gewandhaus) donnait de tout l'archet avec un emportement hors du commun, tandis que dans le pupitre, d'autres jouaient avec une maîtrise plus composée. Cela ne peut sembler qu'une apparence, mais non, pour les cordes, le geste est très révélateur du son : un musicien qui joue tranquillement au fond de son siège, ça se voit et s'entend immédiatement – personne n'était dans ce cas, mais tous n'étaient pas au même niveau d'implication (on parcourait le spectre de l'implication réelle jusqu'à la transe, disons).

Je ne veux pas avoir l'air de mégoter, c'était superlatif, bien sûr bounce – je relève simplement que par rapport à sa première période où il était peut-être, oui, le meilleur orchestre du monde, je ne le trouve pas supérieur aujourd'hui au LSO, au Concertgebouw, et même à la Radio de Munich ou à quelques orchestres français (ONF, OPRF, Capitole), justement parce que le son n'est pas très typé et que le geste collectif n'est pas comparable. Quoi qu'il en soit, une expérience très impressionnante (ces hypersolistes qui émergent des derniers rangs avec un son de concerto !).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Montfort
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 4155
Age : 75
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyMer 11 Nov 2015 - 12:59

Soirée exceptionnelle pour moi aussi.

 Le III de Prokofiev est une oeuvre toute de vélocité et de virtuosité : Argerich le possède à un degré suprême - et on ne peut qu’être frappé par sa personnalité, empathique au plus haut - et le bis de Scarlatti démontrait une autre facette de son immense talent.
Le temps ne semble pas avoir de prise sur elle...
Avec la V de Mahler Nelsons a aussi prouvé qu'à un age encore jeune - 37 ans je crois - il pouvait afficher une maîtrise souveraine : on peut discuter sa conception de l'oeuvre, sans doute moins habitée que celle d'Abbado, mais quelle maestria.
Je pourrai comparer avec la lecture qu'en donnera Mariss Jansons avec la Radio Bavaroise.
Son osmose avec l'orchestre était patente - il me semble qu'il a donné cette symphonie à Lucerne lors du dernier festival;
Pour moi la qualité de l'orchestre relève aussi presque du miracle : est -il moins homogène que de grandes formations permanentes, peut -etre, mais c'est - comme le souligne à juste titre David, c'est un orchestre dont les solistes sont tous des cadors dans leur catégorie : certains ont disparu : Natalia Gutman au violoncelle, Sabine Meyer à la clarinette, mais ils demeurent tous de haut niveau, et dans cette oeuvre il faut citer la trompette soliste : Rheinhold Friedrich , le cor : Alessio Allegrini , et la harpiste, qui porte littéralement l'adagietto : Gael Gandino.
L'oeuvre est passionnante : c'est d'une certaine manière Thanatos et Éros : les deux premiers mouvements, funèbres, témoignent de la rencontre du compositeur avec sa mort, à la suite d'une grave maladie - les trois mouvements suivants sont le témoignage du bonheur causé par son mariage avec Alma Schindler - je trouve le dernier mouvement d'une inspiration un peu inférieure au reste de l'oeuvre.

Montfort

P S : le programme recense l'intégralité des concerts donnés par Abbado à Paris - j'ai eu le privilège de pouvoir l'entendre à plusieurs reprises :
Simon Boccanegra à Garnier - Wozzeck avec la Scala en tournée à Garnier, le concerto de Berg avec l'orchestre de la Scala au TCE et le Requiem de Brahms avec les Berlinois à Pleyel.
Revenir en haut Aller en bas
Montfort
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 4155
Age : 75
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyVen 13 Nov 2015 - 17:04

Ce qu'en dit "Mariode" dans Le Monde :

http://www.lemonde.fr/musiques/article/2015/11/12/philharmonie-de-paris-un-inoubliable-concert-en-hommage-a-claudio-abbado_4808364_1654986.html

 Pour cette fois pas à coté de la plaque...

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Montfort
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 4155
Age : 75
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   EmptyLun 16 Nov 2015 - 13:17

Autre critique, enthousiaste, dans Altamusica :

 http://www.altamusica.com/concerts/document.php?action=MoreDocument&DocRef=5794&DossierRef=5314

  Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty
MessageSujet: Re: Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie    Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie   Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Hommage à Abbado - Argerich - Nelsons - Philharmonie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Concert Argerich-Abbado, Pleyel 14 avril 2013
» Philharmonie - Chosta 4 BSO-Nelsons 16/09/2018
» Philharmonie - Strauss, Chosta - Nelsons, 3/09/15
» Mahler III Graham Nelsons Philharmonie 15 IX
» Philharmonie. Concertgebouw . Andris Nelsons. 10 mars.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: