Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-21%
Le deal à ne pas rater :
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en promo
49.99 € 62.99 €
Voir le deal

 

 Othmar Schoeck (1886-1957)

Aller en bas 
+15
WoO
gluckhand
Golisande
luisa miller
Cololi
Roupoil
Roquefort
Adalbéron
arnaud bellemontagne
Xavier
DavidLeMarrec
Roderick
Rubato
greg skywalker
Benedictus
19 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand

Nombre de messages : 2441
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyLun 20 Jan 2020 - 9:38

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 5165se10


Othmar Schoeck / Das Holde Bescheiden /opus 62


Un cycle merveilleux, des interprètes merveilleux, une oeuvre qui date de près de 70 ans ,composée  entre 1947 et 1949 par un compositeur au meilleur de sa forme, un régal absolu pour les oreilles et pour l'esprit, même si on ne comprend pas l'allemand, on ressent une grande beauté qui coule de source naturellement et le piano en est aussi l'élément principal de ce trio magique.J'adore Hugo Wolf, mais là on est dans quelque chose, par sa vision ,de totalement différent, on ne cherche pas à traduire , se mettre à la place,mais plus à évoquer la poèsie de Mörike, raconter dans le sens premier ,de conte.. Je préfère ne pas jouer les prétentieux et renvoyer à la notice que Classical net, a consacré à cette oeuvre http://www.classical.net/music/recs/reviews/c/clv09308a.php
Et bien sûr aussi sur une traduction approximative c'est vrai mais qui donne une petite idée de quoi on parle , même si c'est grossier, le livret ne contient aucune traduction en français.
http://www.lieder.net/lieder/assemble_texts.html?SongCycleId=12040
Je n'ai pas parlé des interprètes Dietrich Fischer-Dieskau,Mitsuko Shirai et Hartmut Höll au piano, inutile de dire ici ,
qu'ils sont géniaux ,Dieskau a cette simplicité profonde qui n'appartient qu'aux grands, il y a longtemps qu'il n'a plus cette petite exagèration qu'il avait à ses débuts, il se plie aux textes avec une humilité toute cistercienne et Mitsuko est aussi superbe de fèminité et de présence , il faut aussi absolument parler du piano qui enrobe, déroule, tout ça, toujours présent, discret mais égal à lui-même, il se taille la part belle ,se faufilant partout,dans ce cycle de 40 mélodies plus ou moins longues.L'oeuvre est divisée en 4 parties, et dure près de 2 heures , mais rassurez-vous, moi qui ne comprend pas l'allemand ,je me  régale toujours à son écoute  .
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyLun 20 Jan 2020 - 10:06

Oui, très belle œuvre de Schoeck, comme la plupart de ses Lieder d'ailleurs!

Je ne connais pas cette version, mais j'ai celle avec:

Lynne Dawson
Ian Bostridge
Julius Drake

thumright


Dernière édition par Rubato le Lun 20 Jan 2020 - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyLun 20 Jan 2020 - 21:10

@gluckhand: mains Je contresigne tout ça des deux mains!
Et cet admirable lied final, Besuch in Urach, qui semble vouloir toujours retarder le moment de prendre congé... drunken

(Un peu moins d'accord quand tu dis que DFD n'a plus «depuis longtemps» ce côté exagéré en 1993: pour mon goût, les mauvaises années, celles où il surcharge d'effets la moindre syllabe, c'est surtout dans les années 70 et jusqu'à la fin des années 80 - mais ça dépend aussi un peu des répertoires: dans ses Schoeck avec Hartmut Höll de 1986 (Unter Sternen) et 1988 (Das stille Leuchten), je trouve sont art du détaché absolument merveilleux, alors que dans son récital de lied décadent de 1985 avec Aribert Reimann, c'est souvent très limite - voir ici.)

@Rubato: La version Bostridge / Dawson / Drake est très, très bien aussi - mais je préfère quand même la version DFD / Shirai / Höll. Disons qu'elles apportent deux éclairages très différents, et magnifiquement complémentaires: chez Shirai et DFD, c'est d'abord un sens poétique du mot, une espèce de matière verbale comme en suspension; chez Bostridge et Dawson, au contraire, c'est une lecture plus centrée sur l'élan de la phrase, et, me semble-t-il, sur une recherche de tension expressive. (Et puis, ce ne sont pas les mêmes tessitures, de toute manière: baryton / mezzo ici, ténor / soprano là.)

Par ailleurs, le piano de Höll possède une espèce de respiration ample et profonde, une matière au grain un peu sombre, avec des strates creusées par les basses, là où Drake semble plutôt exalter de façon «impressionnistes» des frémissements, des miroitements coloristes insaisissables. (Et dans les deux cas, c'est somptueux - vraiment deux des plus grands pianistes-accompagnateurs qui aient jamais servi le lied.)
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyLun 20 Jan 2020 - 21:54

J'ai toujours eu un problème avec DFD, quelque chose qui ne passe pas...c'est comme ça ! Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 2661413304
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14159
Date d'inscription : 14/04/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 13:17

J’ai lancé l’écoute du Château... c’est beau, généreux (à voir si ce flux continu est supportable pendant 2h30), à l’aveugle (Spotify oblige) mais ce n’est pas très grave. Entre Strauss et Schreker. En mieux ? Je ne sais pas qui est la chanteuse mais sa voix est magnifique. C’est assez envoûtant je dois dire.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 14:42

WoO a écrit:
J’ai lancé l’écoute du Château... c’est beau, généreux [...] Entre Strauss et Schreker. En mieux ? [...] C’est assez envoûtant je dois dire.
cheers

WoO a écrit:
(à voir si ce flux continu est supportable pendant 2h30)
Je ne peux bien sûr pas préjuger de ton ressenti, mais il me semble que les textures et les atmosphères sont suffisamment variées pour que ça ne pâtisse pas de la durée. En tout cas, c'est l'effet que ça m'a fait, alors que je l'ai écouté trois fois (et que je n'aime pas trop les macarons.) C'est même d'ailleurs pour ça que, personnellement, je le préfère à la plupart des Strauss et peut-être même aussi des Schreker.

WoO a écrit:
à l’aveugle (Spotify oblige)
Le livret allemand / anglais est disponible depuis le site de Claves:
https://cdn.shopify.com/s/files/1/0496/4069/files/761993119022_itunes_V2.pdf?15943304657415289116

WoO a écrit:
Je ne sais pas qui est la chanteuse mais sa voix est magnifique.
Le rôle principal (et seul rôle féminin du premier acte) est tenu par la soprano Sophie Gordelaze.
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14159
Date d'inscription : 14/04/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 14:53

Je me suis arrêté après la fin du I mais je reprendrai, c’est sûr. Merci pour le nom de la chanteuse et le lien vers le livret thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 16:10

Personnellement, je ne vois pas bien le rapport avec Strauss : non seulement les langages sont très différents – je trouve Schoeck plus proche de Schreker dans les moments les plus expansifs –, mais on ne peut vraiment pas dire que Schoeck soit racoleur (pour filer la métaphore pâtissière, par rapport aux macarons straussiens on serait plutôt du côté d'un pain d'épice subtil est relativement peu sucré)...
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 16:17

Oui, la seule ressemblance avec Strauss, c'est à la rigueur entre Penthesilea entre Elektra-Salome que je le verrais (sauf que Schoeck y est aussi ramassé et tendu que Strauss y est bavard) - mais la musique du Schloss Dürande est vraiment très, très personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 17:46

Benedictus a écrit:

Le livret allemand / anglais est disponible depuis le site de Claves:
https://cdn.shopify.com/s/files/1/0496/4069/files/761993119022_itunes_V2.pdf?15943304657415289116

tutut Il n'est qu'en allemand ! Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 2661413304
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 18:35

Oups, désolé, je n'ai pas vérifié - il me semblait qu'il y avait aussi une traduction anglaise.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 19:14

Benedictus a écrit:
Oups, désolé, je n'ai pas vérifié - il me semblait qu'il y avait aussi une traduction anglaise.

Malheureusement non, (seulement pour le synopsis) et c'est le gros problème de cette édition. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 19:26

Bah, quelle idée, aussi, de faire espagnol à l'école, si on aime le lied!
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87071
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 22:27

J'avoue, je n'aimais pas encore Wagner et le lied à 11 ans. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 24 Jan 2020 - 23:06

Alors que moi, j'avoue, je ne connaissais pas vraiment le lied, mais j'aimais déjà déjà Wagner (et c'est en partie à cause de ça que j'ai fait de l'allemand: je me disais, non sans raisons d'ailleurs, que les longs tunnels d'arioso continu devaient être captivants si on comprenait ce que les chanteurs disent.)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 92188
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 10:02

Mais moi j'aimais l'oratorio jésuite du Nouveau Monde, donc j'ai fait espagnol.

(Bon, et surtout, ça me paraissait numériquement plus rationnel, même si c'est, avec le recul, bien plus complexe que cela.)

Avantage non négligeable cependant : même au bout de quatre ans d'enseignement à la mode française (pas très immersif, donc), on maîtrise l'ensemble de la grammaire, simple et fortement cohérente. Après, quand on aime les arts, ça veut dire qu'il faut en plus se mettre à l'allemand. (J'ai moi aussi découvert le lied un peu plus tard.)

--

Pour le problème qui nous occupe : il est possible de copier-coller le texte du PDF dans Google Traduction… ça fonctionne assez bien désormais, la traduction est à peu près lisible (pas parfaite, mais on peut suivre l'intrigue, et comme à force de lire en allemand vous devez quand même avoir quelques notions, toujours possible de corriger les bizarreries ou contresens).

J'avais fait le montage pour le premier acte, je dois avoir ça quelque part (peut-être même déjà posté quelque part dans le fil).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 10:36

DavidLeMarrec a écrit:

J'avais fait le montage pour le premier acte, je dois avoir ça quelque part (peut-être même déjà posté quelque part dans le fil).

Exact, je l'avais même copié, mais je ne le retrouve plus non plus ! Confused
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 11:36

J'ai fait un montage texte allemand / traduction anglaisegooglish sous cette forme :

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 112, en respectant autant que possible la mise en page et en restituant (à quelques oublis probables près) les ff, fi et fl omis dans le copié-collé du texte original (ce qui n'aidait pas à l'intelligibilité de la traduction Mr. Green ).
Je vous en ferai volontiers profiter, mais pour le moment je cherche un moyen simple de le faire (je n'ai jamais eu d'hébergeur et ne sais pas pas comment m'y prendre... Embarassed ).


Dernière édition par Golisande le Sam 25 Jan 2020 - 11:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 11:36

Très intéressant ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 11:38

Je dois m'absenter maintenant, mais j'espère trouver un moyen d'ici lundi... Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 2661413304
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 92188
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 12:29

http://www.wetransfer.com est très efficace pour mettre des trucs en ligne rapidement. (Merci beaucoup, intéressé aussi, ça me facilitera la tâche, il me manque des bouts en allemand seul sinon !)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 18:01

Merci (je connais WeTransfer mais je n'y avais même pas pensé pour ça !..). Je m'en occupe ce soir ou demain.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 19:18

Golisande a écrit:
Merci (je connais WeTransfer mais je n'y avais même pas pensé pour ça !..). Je m'en occupe ce soir ou demain.

Super ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 25 Jan 2020 - 23:53

Acte I : https://we.tl/t-bFcXihQjkY
Acte II : https://we.tl/t-PhblFv083C
Acte III : https://we.tl/t-Tyf1tU9Lp7
Acte IV : https://we.tl/t-sC9iZeDDvW

(Il semblerait que la conversion de mes captures d'écran en pdf ait eu pour effet secondaire de les faire pivoter de 90° : normalement c'est assez facile à arranger, mais dites-moi si ça pose un problème, je posterai d'autres liens... Smile)
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyDim 26 Jan 2020 - 9:31

Un grand merci à Golisande ! mains

Effectivement, il y a une rotation des fichiers, et je ne trouve pas l'outil qui les remettrait dans le bon sens. scratch

EDIT:
Bon, c'est simple finalement: un clic droit sur la page, et rotation ! Smile

Sinon, de l'allemand au français, ça ne marchait pas ? siffle
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyDim 26 Jan 2020 - 11:05

Comme je l'ai dit plus haut, j'avais déjà essayé avec la traduction en français et je n'y comprenais que dalle. À leur décharge, il est vrai que je n'avais pas comblé les trous dans les mots allemands (Grä n au lieu de Gräfin, Wa e au lieu de Waffe, etc.), mais la traduction google de l'allemand au français - comme à mon avis de toute langue autre que l'anglais à toute langue autre que l'anglais (sauf peut-être le mandarin) - est néanmoins toujours problématique (il vaut sans doute mieux lui demander de traduire d'abord en anglais, puis de l'anglais au français Mr.Red ).
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyDim 26 Jan 2020 - 11:07

Bon, cela dit il y a tout de même de petites réjouissances de ce genre :

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Captur10


Dernière édition par Golisande le Dim 26 Jan 2020 - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyDim 26 Jan 2020 - 11:20

pété de rire

**************

J'ai réécouté Das Schloss Dürande hier ! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 31 Jan 2020 - 21:03

Sollicité par Rubato dans le fil discographique (ici), j’ai donc réécouté ce disque:

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Schoec10
Der Gott und die Bajadere, op. 34. Wanderung im Gebirge, op. 45. 12 Lieder d’après Hafiz, op. 33. Sommerabend, o. Op. 78. Die Entschwundene, o. Op. 37
Niklaus Tüller (baryton), Christoph Keller (piano)
Waldenburg, III.1992
Jecklin


C’est donc le volume de l’intégrale Jecklin qui est chanté par Niklaus Tüller accompagné par Christoph Keller - et rien que ça c’est presque déjà tout dire: un des liedersänger les plus formidablement éloquents qui soient, et dans son cœur de répertoire (son Notturno de Schoeck, chez Accord, qui fut ma version de découverte, reste ma préférée - malgré, quand même, la concurrence des meilleurs: Bär, Gerhaher, Genz...), un excellent accompagnateur mais lui aussi poète et coloriste limpide (on lui doit de superbes Koechlin chambristes et pour moi la plus belle version de L’Ancienne Maison de campagne - et ça se retrouve dans le long postlude de Der Gott und die Bajadere.)

S’agissant du programme, déjà pour répondre à la question de Rubato: pas énormément d’alternatives discographiques. Dans ce que j’ai, je ne trouve que la version Bär / Deutsch de Wanderung im Gebirge chez Denon (j’en avais parlé ici - vraiment très, très bien, dans une optique très complémentaire), et le premier des Hafiz par DFD et Margrit Weber en 1958 chez DG...

Il me semble que les œuvres comptent en plus parmi les réussites de Schoeck, et présentent de vraies singularités - déjà la longueur inhabituelle des deux premières plages (15:21 pour Der Gott und die Bajadere et 12:41 pour Wanderung im Gebirge.)

Pour Wanderung im Gebirge, la raison est simple: il s’agit en fait d’une sorte de mini-cycle d’une dizaine de lieder. J’en avais déjà dit quelque mots dans le fil «Cinq œuvres à faire découvrir», ici. Je me contenterai donc de signaler que la version qu’en donne ici Tüller se distingue par une lecture sombre, tendue, très déclamatoire du texte (vraiment le versant pré-expressionniste du romantisme - ce qui n’a rien d’absurde s’agissant de la poésie de Lenau), tandis que Keller a tendance à en souligner les sinuosités harmoniques. On est vraiment ici au cœur de l’esthétique de Schoeck.

Der Gott und die Bajadere (1921) est en revanche quasiment une sorte de monodrame, reprenant le texte d’une des ballades de Goethe pour l’Almanach des Muses de Schiller. Je me permets de renvoyer, en plus du texte original (ici) à la traduction de Nerval (ici), pour qu’on voie perçoive bien à la fois l’élan narratif du poème mais aussi sa dimension assez subversive pour l’Allemagne de 1797 (non seulement pour les allusions sexuelles assez directes, mais aussi, thématiquement, pour sa conception de l’amour et du salut - derrière son référent exotique, on pourrait d’ailleurs y lire comme une sorte de retournement à peine cryptique de certains thèmes néotestamentaires.) Les germanistes pourront sentir par ailleurs que, cette dimension narrative, Goethe la construit par une métrique et une versification singulièrement constrastées: c’est précisément cela que l’écriture vocale de Schoeck sert au plus près, avec un chant plus déclamatoire que mélodique, qui accentue les ruptures et possède une sorte d’intensité dramatique très forte, soutenue par les élans contradictoires et sinueux de la partie pianistique - jusqu’à un magnifique postlude qui semble constituer une sorte de commentaire «atmosphérique» du récit, trouvant des couleurs presque françaises ou post-debussystes assez propres à évoquer le climat «sensuel-mystique» du récit - sans pour autant donner dans les ornementations orientalisantes.

On retrouve de ce point de vue une certaine proximité d’inspiration dans les douze lieder d’après Hafiz, qui datent de la même époque (1919-20). Là, cependant, la forme et les poèmes posent d’autres enjeux musicaux. Schoeck va ici au contraire construire un véritable cycle, une série de miniatures aux atmosphères contrastées: l’écriture vocale y est plus mélodique, mais multiplie les modulations et les accidents harmoniques en fonction des ruptures de ton du texte; la partie de piano, là aussi avec des miroitements parfois «impressionniste», est plus étroitement entrelacée au chant, dont elle amplifie les sinuosités et les climats ou qu’elle commente avec parfois un certain granum salis; si le climat d’ensemble oscille plutôt entre une sorte de sensualité extatique troublée de frémissements inquiets et des méditations nocturnes tourmentées, on y trouve aussi des pièces empreintes d’un sarcasme amer (Nicht düstre, Theosoph, so tief!) ou d’une ironie piquante (Horch, hörst du nicht vom Himmel her.) Tout en étant parfaitement dans le style de Schoeck, ce cycle illustre cependant une des nombreuses ramifications esthétiques de sa période médiane (je serais curieux de savoir si Schoeck avait alors connaissance des lieder de Hafiz de Szymanowski, un peu antérieurs.)

De la même époque (respectivement de 1921 et 1923), les deux lieder sans numéro d’opus donnés en fin de programme sont très beaux eux aussi: Sommerabend relève vraiment du postromantisme apparemment traditionnel mais sombre et sinueux qu’on associe le plus spontanément au nom de Schoeck, tandis que Die Entschwundene est dans une veine méditative et lumineuse qui évoque étonnamment la mélodie française (avec des boucles mélodiques qui progressent par des modulations très simples.)

Donc vraiment un maître-disque, qui rassemble des œuvres significatives et belles et permet de mieux saisir la complexité des inflexions esthétiques de Schoeck dans sa première maturité. Et l’interprétation est absolument idéale.


Dernière édition par Benedictus le Sam 1 Fév 2020 - 2:13, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 31 Jan 2020 - 21:53

Merci Benedictus pour ce très intéressant commentaire Smile

Pour Sommerabend j'ai le n° d'opus 78, et pour Die Entschwundene le n°37. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyVen 31 Jan 2020 - 23:11

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 3641590030 Merci à toi de m'avoir donné l'idée de réécouter ce disque.

Alors, en fait, pour cette histoire de numéros d'opus, il y a un piège: non publiés du vivant de Schoeck, ils sont notés o. Op. (ohne Opuszahl, sans numéro d'opus); mais apparemment, les œuvres o. Op. de Schoeck ont été ultérieurement classées et... numérotés d'où: o. Op. 78 et o. Op. 37. Ça sonne un peu bizarre (c'est comme si on disait «œuvre sans numéro numéro 78») mais ça permet de mettre de l'ordre dans un corpus assez volumineux (117 compositions au total) sans bousculer la numérotation d'un catalogue déjà établi.

Le classement peut d'ailleurs se trouver ici:
https://imslp.org/wiki/List_of_works_by_Othmar_Schoeck

(C'est d'ailleurs quelque chose qu'il pourrait être pertinent de faire pour Webern, dont les œuvre sans numéro d'opus doublent quasiment le catalogue.)
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 1 Fév 2020 - 8:45

Oui, effectivement, il y a bien un o devant le n° d'opus, ce que je trouvais un peu bizarre...merci pour l'explication. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87071
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyJeu 5 Mar 2020 - 2:42

Sonate pour violon et piano en ré majeur opus 16: charmante mais assez mineure œuvre de jeunesse, le premier mouvement fait beaucoup penser à Franck, le reste m'enthousiasme moins.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyLun 13 Juil 2020 - 23:54

En Playlist, Mefistofele a écrit:
Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Sterne10
Étoiles mystérieuses

Inspiré il y a longtemps par Benedictus, Unter Sternen de Schoeck. Fort beau, fort retenu, un peu trop pour me satisfaire totalement, mais une bien belle écoute.
Effectivement, l'œuvre a quelque chose d'énigmatique dans sa retenue évasive... mais c'est aussi très largement accentué par la manière de DFD dernière manière.

Je trouve que ça convient idéalement à l'œuvre, mais pour mieux entrer dedans, tu pourrais peut-être essayer la versions de Roman Trekel et Christoph Keller (grand accompagnateur lui aussi, et spécialiste de Schoeck), chez Jecklin: Trekel propose une lecture très différente, dont les phrasés sont bien plus «continus» (là où DFD déploie tout un art du détaché-suspendu) et intensément expressifs (là où DFD est tout en réserve, en allusion et en douceur); par ailleurs, si la voix de Trekel n'est pas très belle (un peu grise et engorgée), c'est un excellent diseur et un grand musicien.
Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Schoec22
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMar 6 Oct 2020 - 23:59

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Schoec23
Notturno pour baryton et quatuor à cordes, op. 47
Christian Gerhaher (baryton), Quatuor Rosamunde: Andreas Reiner (violon I), Diane Pascal (violon II), Helmut Nicolai (alto), Anja Lechner (violoncelle)
Neumarkt, XII.2007
ECM New Series


Une énième réécoute (mais sans aucune lassitude, au contraire: à chaque fois, quelque chose se décante ou s’approfondit.) On en a assez abondamment parlé dans ce fil: chef d’œuvre absolu où les qualités de Schoeck dans le quatuor et dans le lied s’exaltent mutuellement.

L’interprétation de Gerhaher se distingue par l’intensité de l’expression et la franchise de l’émission, ce côté très direct, presque brut, entrant ici en contraste de manière très intéressante avec la sonorité du quatuor, très liée et homogène, au grain plutôt sombre et velouté (accentué peut-être par la prise de son assez réverbérée - mais ce qu’on y perd en netteté, on le gagne en moirures de timbres et en profondeur.) Une version à la matière très dense - et très belle.

(Je préfère la voix un peu plus étroite mais au verbe encore plus mordant et la déclamation, âpre et subtile, de Tüller et surtout le Quatuor de Berne, avec ses lignes plus focalisées et détaillées - c’est autre chose: non plus le contraste voire l’affrontement comme chez Gerhaher, mais au contraire une espèce d’intrication organique entre le quatuor et la voix.)
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 7 Oct 2020 - 8:38

C'est mieux que la version Stephan Getz / Leipziger Streichquartett?
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 7 Oct 2020 - 11:49

C'est très différent, mais tout aussi accompli. Gerhaher a cette expressivité presque brute qui est sa marque, Genz propose un chant très expressif mais plus nuancé et retenu; le Quatuor Rosamunde, c'est le legato moiré et un peu nimbé que j'ai dit, là où les Leipziger sont beaucoup plus focalisés et sinueux.

Si on tient vraiment à faire des classements au sein d'une discographie aussi superlative que celle du Notturno: Tüller / Berne est mon 1ᵉ, Genz / Leipziger et Gerhaher / Rosamunde sont mes 2ᵉ ex-aequo, Bär / Carmina mon 3ᵉ, DFD / Cherubini mon 4ᵉ.

(Mais n'ai toujours pas écouté Le Roux / Stanislas ni Mertens / Minguet, et DFD / Juilliard tout comme Widmer / Amati semblent introuvables.)


Dernière édition par Benedictus le Mer 7 Oct 2020 - 13:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 7 Oct 2020 - 12:56

Je ne pensais pas qu'il y avait autant de versions! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 7 Oct 2020 - 13:22

Et puis d'une telle qualité!
On a là les meilleurs barytons liedersänger de tous les temps (il ne manque guère que Thomas Bauer.)
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87071
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 7 Oct 2020 - 13:43

Sais-tu si on trouve la traduction française des textes dans un de ces disques?
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 7 Oct 2020 - 14:00

Dans que j'ai là sous la main pour vérifier (Tüller, Gerhaher, Bär): seulement Bär chez Denon (mais c'est un disque quasi introuvable.)

De ceux que j'ai, mais pas ici (DFD II, Genz) il me semble qu'il y a une traduction chez DFD (livret EMI trilingue) mais pas chez Genz (en général les livrets MDG c'est allemand / anglais.)

Ça m'étonnerait beaucoup qu'il n'y ait pas de traduction dans la version Le Roux (petit label suisse francophone.)
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 11653
Date d'inscription : 21/01/2007

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 7 Oct 2020 - 15:14

Pas de traduction pour la version Stephan Getz. (même pas l'anglais). Confused
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 18283
Date d'inscription : 25/11/2012

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 7 Oct 2020 - 15:41

Benedictus a écrit:
il me semble qu'il y a une traduction chez DFD (livret EMI trilingue)

pas de traduction des textes chez DFD/Cherubini, en tout cas pas dans l'exemplaire que j’ai eu en main.
Revenir en haut Aller en bas
rickmason
Néophyte


Nombre de messages : 19
Age : 32
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 04/11/2020

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 4 Nov 2020 - 22:03

Hello!
Ce topic me rappelle que quand j'étais étudiant, j'ai eu l'occasion de jouer une curiosité: la sonate pour clarinette basse et piano op.41, qui est la toute première du genre pour l'anecdote
C'était une totale découverte et je dois dire que j'y avais pris pas mal de plaisir!
À l'epoque je n'avais trouvé qu'une version en disque, sur un récital de clarinette basse par Henri Bok (c'est passablement ecoutable, la prise de son n'est pas folle)
Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 510foy10
Je vais écouter d'autres oeuvres tiens!
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 92188
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyJeu 5 Nov 2020 - 13:22

Oui, le son (des instruments notamment, pas beaux et captés de trop près) n'est pas très confortable sur ce disque.

On trouve aussi cette sonate (et je crois que c'est la seule autre occurrence) dans le formidable disque de Venzago (avec Besuch in Urach version orchestrale qu'il faut absolument connaître), orchestrée par Willy Honegger – le résultat n'est pas très convaincant.

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 MGB-6281
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptySam 12 Déc 2020 - 1:50

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Schoec26
Penthesilea
Helga Dernesch (Penthesilea), Jeane Marsh (Prothoe), Mechthild Gessendorf (Meroe), Marjana Lipovšek (Grande Prêtresse), Gabriele Sima (Prêtresse), Theo Adam (Achilles), Horst Hiestermann (Diomedes), Peter Weber (Héraut), Gerd Albrecht / ORF-Sinfonieorchester, ORF-Chor
En public, Salzbourg, VIII.1982
Orfeo «Festspieldokumente»


Toujours aussi terrible! En une heure vingt, un condensé d’expressionnisme exacerbé, qui en condense toutes les potentialités vocales (du grand lyrisme expansif-extatique au parlé-vociféré, en passant par l’arioso sinueux, le Sprechgesang furibond, la déclamation acerbe…), dans un climat de tension dramatique qui ne retombe jamais, avec un orchestre qui oscille entre des arrières-plans vénéneux et insinuants et des éclats d’une brutalité frontale…

Version qui met en relief l’arc dramatique de la fresque plus que la richesse des arrière-plans, avec des voix très en avant (et quels chanteurs-acteurs, qui jettent toutes leurs forces dans l’affrontement!) dans un climat d’une densité, d’une méchanceté parfaites.

(Dans mon souvenir, Mödl/Waechter/Leitner vont sans doute encore plus loins dans la côté sale et halluciné, mais avec quand même pas mal de scories; Venzago est sans doute plus détaillé orchestralement - mais peut-être moins véhément: il faudrait que je le réécoute, cela dit, ça fait longtemps que je ne l’ai pas écouté.)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyLun 14 Déc 2020 - 23:37

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Schoec27
Lebendig begraben, op. 40
Dietrich Fischer-Dieskau (baryton), Fritz Rieger / Radio-Symphonie-Orchester Berlin
Berlin, III.1962
Claves


Je ne l’avais pas écouté depuis pas mal de temps, et c’est toujours aussi impressionnant! On est là encore sur le versant du Schoeck méchant - mais d’une manière assez différente de Penthesilea.

Il faut dire que les poèmes de Gottfried Keller mis en musique sont assez terrifiants, dans leur genre: c’est, comme le titre l’indique, le monologue hallucinatoire d’un homme enterré vivant - ça fait assez penser à certains poèmes de Hugo (la dernière série de La Légende des Siècles, et les «petites épopées» Dieu et La Fin de Satan) pour le ton de vaticinations obscures et effarées hérissées d’apostrophes grandioses, mais que feraient sans arrêt grincer des tournures familières ou triviales - et où, dans le dernier tiers, les images poétiques plus traditionnelles ou naïves sont comme distordues entre une ironie volontiers ricanante et une expression extatique (la rose dévorées, les sapins, la «petite amoureuse» imaginaire…)

Musicalement, le cycle est totalement intégré par un ressac orchestral sans fin, d’abord animé de rugissements pleins d’amertume qui font beaucoup penser aux lieder pour orchestre de Wolf, et qui, dans le dernier tiers semblent se dissoudre dans des climat des climats plus suspendus, mais dont les espèces de miroitements lumineux sonnent toujours de manière un peu décalée ou disjointe (comme l’accompagnement de beaucoup de cycles de la même époque, que ce soit avec piano comme Gaselen ou orchestre comme Elegie.) Vocalement, l’écriture est beaucoup moins paroxystique et violente que celle de Penthesilea: les deux premiers tiers procèdent surtout d’une sorte de déclamation psalmodique très proche de la parole parlée, que les incessantes exclamations font glisser vers une sorte de Sprechgesang - et cette austérité met vraiment en relief le texte même d’une façon très impressionnante, tandis que le dernier tiers glisse davantage vers des phrasés plus longs, d’une espèce de lyrisme suspendu - jusqu’au grand flux du lied final (auquel se joint un chœur sans parole) et à sa coda évasive.

Grande version (originalement parue chez DG, qui l’a aussi rééditée en complément de la version Keilberth de Von deutscher Seele de Pfitzner): la manière verbale du Fischer-Dieskau des années 60 correspond assez idéalement à cette forme de véhémence ramassée sur elle-même, cette espèce de fureur corsetée de rhétorique - et l’espèce de plénitude un peu mate de son timbre se marie magnifiquement à la houle orchestrale (bizarrement, dans aucune édition on ne mentionne quel est le chœur qui chante dans le dernier lied.) Belle image sonore sombre mais lisible - malgré une stéréo un peu balbutiante (tantôt des effets spatiaux trop marqués, tantôt au contraire un côté frontal-massif qui sonne encore très mono.)

(Pour l’anecdote: le portrait de Schoeck en couverture de cette réédition Claves est l’œuvre de DFD lui-même.)


Dernière édition par Benedictus le Dim 3 Jan 2021 - 3:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMar 15 Déc 2020 - 23:00

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Schoec28
Nachhall, op. 70
John Hancock (baryton), Leon Botstein / American Symphony Orchestra
En public, New York, V.2006
ASO


L’ultime cycle de lieder de Schoeck, d’après Lenau (et Claudius pour le dernier lied) - plus expansif que les derniers cycles avec piano, avec un accompagnement orchestral étonnamment libre et inventif (assez dans le style de Dürande: le piano, les pépiements de la petite harmonie, les appels de cuivres en sourdine, les traits de percussions… l’œuvre fourmille de détails qui font sans cesse dresser l’oreille.)

Les climats y sont ceux d’un postromantisme très tardif, globalement mélancoliques et lumineux mais très variés: on dirait que Schoeck y revisite une dernière fois ses registres expressifs de prédilection (le nocturne mystérieux et suspendu, le lyrisme souriant mais très modulant, la nostalgie crépusculaire, les élans inquiets et tourmentés, la déclamation solennelle, le tout parfois sous-tendu par des accents d’ironie…) L’œuvre se distingue aussi par une forme de prégnance mélodique assez exceptionnelle chez Schoeck, d’habitude plutôt élusif; peut-être plus que de mélodies prégnantes, il conviendrait d’ailleurs de parler de motifs prégnants: ce sont en effet plus souvent des figures d’ostinato, des ritournelles instrumentales, des boucles d’accompagnement, des passages fugués plus que la coupe mélodique de la partie vocale qui fonctionnent comme des leitmotive obsédants. Dans l’ensemble, l’écriture vocale est d’ailleurs d’un style plutôt déclamatoire, mais avec des décrochages vers quelque chose de plus amplement lyrique (un peu comme dans Notturno ou Elegie.)

Vraiment un somptueux testament musical. L’interprétation est plus que recommandable: comme souvent dans le catalogue de l’ASO (uniquement disponible en dématérialisé), on est frappé par la virtuosité de détail et surtout la cohésion, l’intégration de la sonorité orchestrale. John Hancock a certes un allemand relativement neutre en termes d’expression, mais qui demeure habité (c’est une lecture plutôt intériorisée), et linguistiquement, tout à fait impeccable; et, surtout, si le placement vocal reste assez «en arrière» (à l’américaine), cela ne se double pas d’une couverture excessive, de sorte que l’émission demeure assez franche (ce qui s’explique peut-être par ses débuts de baroqueux LULLYste: c’est lui qui chantait Artémidore et la Haine dans l’Armide de Herreweghe!)

Je serais cependant curieux d’écouter la version d’Arthur (baryton) et Theo (chef) Loosli avec le Kammerensemble von Radio Bern (chez Jecklin) - qui doit sans doute être moins raffinée mais probablement aussi plus roots au niveau des textures et de la déclamation.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 92188
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 16 Déc 2020 - 9:41

(Tu ne soliloques pas, tu es lu très attentivement… mais Schoeck, c'est toi qui en parles le mieux…) Surprised
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13030
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 EmptyMer 16 Déc 2020 - 18:10

C'est gentil, ça! Very Happy

Rassure-toi (rassurez-vous), je n'ai pas interprété mon monologue en mode main heureuse comme du désintérêt. Quand je fait une cure intensive d'un compositeur, je comprends tout à fait que mes petits camarades n'aient pas le temps de suivre (moi-même, j'ai des semaines de retard sur les recommandations de mefistofélo-golisandiennes en musique anglaise.) (Et puis si Rubato délaisse un peu le lied pour LULLY, comment pourrais-je, moi, le blâmer?) Par ailleurs, je conçois que mes longs textes n'incitent pas forcément à une réponse à la volée.

A fortiori, sur des choses dont les uns ou les autres ont déjà parlé (je crois me souvenir qu'anaëlle est très fan de Nachhall, que Xavier avait beaucoup aimé Lebendig begraben (toi, si je me souviens bien, tu trouves ça impressionnant mais ça te touche moins que Notturno ou Elegie, c'est ça?)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Othmar Schoeck (1886-1957)   Othmar Schoeck (1886-1957) - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Othmar Schoeck (1886-1957)
Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: