Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Forfait Sosh Série limitée : 40 Go pour ...
Voir le deal
9.99 €

 

 Lectures (6)

Aller en bas 
+44
Golisande
Cricri
Iskender
frgirard
Francesco
mabuse
LeKap
gluckhand
Thelonious
Gregori
Barbajuan
Rubato
Xavier
Mefistofele
Roderick
Alifie
xoph
David Rolland
Horatio
charles.ogier
Ben.
anaëlle
Actéon
Belcore
SherlockEdoga
Quasimodo
Eusèbe
Mohirei
Cello
Ravélavélo
Roupoil
luisa miller
Prosopopus
Rav–phaël
Oriane
Parsifal
néthou
DavidLeMarrec
Emeryck
Cololi
arnaud bellemontagne
Stefano P
Adalbéron
Benedictus
48 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
AuteurMessage
Parsifal
Mélomane chevronné
Parsifal

Nombre de messages : 6623
Age : 29
Date d'inscription : 06/01/2011

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyVen 10 Sep 2021 - 18:13

Mefistofele a écrit:
Benedictus met le doigt en effet sur ce qui me gêne : des tournures alambiquées et un soulignement incongru dont la finalité m'échappe ; ce n'est ni artiste (ou sonore), ni évocateur, et encore moins efficace. J'ai même lu parfois en dépit de l'écriture...

c'est là que je ne suis pas d'accord, j'aime beaucoup cet incongru un peu baroque, ou maniériste je ne sais pas.
Je trouve ça assez évocateur et artiste justement (toute proportion gardé bien sur Carr n'est pas non plus un styliste génial et incontournable).

Je préfère aussi Agatha Christie cela dit ses meilleurs livre arrive presque a une forme que je n'ose pas vraiment qualifié d'épuré, mais ou tout est strictement essentiel aussi bien dans l'écriture que dans la construction de l'intrigue et la conception des personnages (jusque dans leur schématisme, qui d'ailleurs ne doit pas être exagéré) c'est beau comme un mécanisme d'horloge, ou comme la ligne claire en BD.
Mais j'apprécie aussi les arabesque un peu bizarre de Carr (en fait c'est ça qui me plait: c'est bizarre, un peu boiteux et déséquilibré si on veut mais ça contribue aussi a l'atmosphère de l'ensemble).
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Thomasl47
Mélomane averti


Nombre de messages : 329
Age : 36
Date d'inscription : 13/08/2018

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyMar 14 Sep 2021 - 21:25

Beaux portraits de femmes courageuses, chacune tentant de survivre tant bien que mal.

On a peine à croire qu'il existe encore des lieux où l'homme s'arroge le droit de posséder ainsi ses semblables. Voir cet enfer décrit de l'intérieur nous rappelle que non ce n'est pas une fiction.

Magnifique bouquin.

Lectures (6) - Page 19 Djaili-amadou-amal-les-impatientes
Revenir en haut Aller en bas
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3839
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyMar 14 Sep 2021 - 22:37

Parsifal a écrit:
J'adore la BD de Tardi, mais je n'ai jamais lu Léo Malet (j'essayerais le roman du coup)

Moi j'ai continué dans le polar britannique ou britannicisant avec Trop de témoin pour Lord Peter de Dorothy L. Sayers, l’intérêt est un peu moins dans la résolution de l'intrigue elle même que dans la peinture très caustique des personnages et surtout du milieu aristocratique, ça ne tend pas au burlesque comme Dickson Carr, mais tous les chapitres finaux sur le procès a la chambre des lords sont a la fois remarquable sur le plan dramatique, mais aussi plein de commentaire amusés et très amusant sur les rituels assez vains déployés pour l'occasion. Lord Peter est beaucoup moins fatiguant que dans le précédent Sayers que j'avais lu (Lord Peter et l'inconnu), sa relation avec son valet Bunter y est cela dit moins un peu moins fouillé (d'une manière générale les deux personnages m'ont parut plus effacés)

Les meilleurs sont les plus tardifs, à mon avis, Le Coeur et la raison n'est quasiment plus un roman policier, mais une étude de mœurs à visée féministe se passant à Cambridge (ou Oxford ?) et le très virtuose Noces de crimes est bel exercice de chambre close, même si la résolution est vraiment difficile à saisir. J'aime bien Sayers, en dehors des Lord Peter, j'adore Les Pièces du dossier, là encore, l'exercice de style est brillant, entre roman épistolaire, compilation de rapports d'expert et témoignages, ils portent bien son nom et tient le suspens alors même que les coupables sont désignés depuis la moitié du texte. Quelques personnages sont vraiment bien croqués (en particulier une incroyable érotomane.
Revenir en haut Aller en bas
Parsifal
Mélomane chevronné
Parsifal

Nombre de messages : 6623
Age : 29
Date d'inscription : 06/01/2011

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyMer 15 Sep 2021 - 1:51

Oui j'ai déjà noté (et acheté) Le Cœur et la raison, mais comme ça à l'air assez épais je ne lirais pas ça tout de suite. Déjà dans Trop de témoins le meilleur est vraiment dans les portraits des personnages l’avocat en particulier est très réussit!
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Horatio
Mélomane chevronné
Horatio

Nombre de messages : 4118
Age : 27
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyVen 17 Sep 2021 - 10:28

Thomas Mann : Les Histoires de Jacob (Joseph et ses frères I)

J'ai adoré. En particulier la manière de considérer l'Histoire, les aller-retours fertiles entre mythe et réalité.

José Saramago : La lucidité

Une sorte de suite à l'Aveuglement (que je n'ai pas lu), dont le principe est repris : aux élections, la quasi-totalité de la capitale vote blanc, provoquant la mise en place d'un régime de crise qui se cherche frénétiquement des ennemis, des boucs émissaires. L'histoire est simple, presque simpliste en vue de ses prémisses, c'est un conte plutôt qu'un roman politique. C'est surtout trop long, méticuleusement alourdi par un bavardage sans enjeu et sans surprises.
Que conseillez-vous chez Saramago Smile  ? Histoire de ne pas rester sur une déception.

Huysmans : En rade

Impression mitigée. Huysmans est meilleur lorsqu'il est sec ou cruel : les déceptions de Jacques lors des scènes paysannes, ses amorces d'enthousiasme, le mépris et le silence qui s'installent entre lui et sa femme. Les descriptions du château et de la campagne, ou des tourments de sa femme, me font penser à E.A.Poe, en ce qu'elles insistent tellement sur la singularité de leur objet qu'elles perdent leur force (sans arriver encore au degré d'indigestibilité du Château d'Argol de Gracq) ; le raffinement de la langue de Huysmans y est comme à contre-emploi.
Huysmans fait un usage extrêmement économe des trois rêves qu'il donne à son personnage principal, à peine quelques remarques psychologisantes (ai-je manqué tout un jeu de correspondances et de rappels thématiques ?). Etonnant à lire aujourd'hui, vu notre habitude et notre attente d'un traitement psychanalytique.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13042
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyVen 17 Sep 2021 - 11:41

Horatio a écrit:
Thomas Mann : Les Histoires de Jacob (Joseph et ses frères I)

J'ai adoré. En particulier la manière de considérer l'Histoire, les aller-retours fertiles entre mythe et réalité.
mains

Horatio a écrit:
Que conseillez-vous chez Saramago Smile  ? Histoire de ne pas rester sur une déception.
Rien, malheureusement.

J'ai lu ses trois autres romans les plus connus: L'Aveuglement, c'est exactement ce que tu dis de La Lucidité, à savoir la matière d'un petit conte philosophique des Lumières étalée à la louche par du bavardage sans enjeu et sans surprise; Le Dieu manchot m'a fait l'effet d'un laborieux démarquage des romans historico-magiques d'Alejo Carpentier, mais qui se prend les pieds dans le tapis, d'abord en voulant épaissir la sauce historique par une érudition de seconde main aussi envahissante que premier degré, et ensuite en virant au grand nawak fastidieux à force de vouloir en rajouter dans le surréalisme picaresque. L'Évangile selon Jésus-Christ reprend un peu tous les thèmes de la littérature polémique antichrétienne antérieure, mais en perd tout le potentiel corrosif par son goût du délayage narratif et du psychologisme (on dirait que pour Saramago les religions en général et le christianisme en particulier auraient en fin de compte une cause unique: le «sentiment de culpabilité») - sans compter que, pour un esprit fort, j'ai trouvé qu'il donnait bien naïvement dans la «prédiction du passé.»

Et puis, ce qui rend surtout Saramago pénible, c'est ces longues phrases sans ponctuation qui sont, je suppose, censées faire «moderne» à la Joyce-Faulkner. Ce qui rend le procédé particulièrement agaçant, c'est que c'est un modernisme purement cosmétique. Je veux dire par là qu'on pourrait tout à fait rétablir les virgules, les doubles points et les guillemets: ça redeviendrait de la narration à la troisième personne parfaitement traditionnelle (avec juste une propension marquée au macaroni syntaxique et au papotage digressif.) En fait, ça ne sert jamais comme chez Joyce ou Faulkner, à explorer les mouvements aux limites de la pensée consciente, à brouiller ou déplacer les cadres conventionnels de la narration (les temporalités, les personnages...), à jouer poétiquement sur les armatures même de la langue: ça sert juste à poser un panneau «attention, grande littérature moderne!»

Je pense que c'est probablement le plus surfait des auteurs pénibles (ou le plus pénible des auteurs surfaits?) qu'il m'ait été donné de lire.


EDIT: À y réfléchir, j'ai un peu l'impression qu'en fait, Saramago, c'est un gars qui aurait eu l'imaginaire et les idées d'un homme du XVIIIᵉ mais qui a dû plus ou moins se laisser impressionner par les gros romans modernes du XXᵉ et se convaincre qu'il fallait montrer qu'on les avait lus.


Dernière édition par Benedictus le Ven 17 Sep 2021 - 14:25, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21900
Date d'inscription : 22/01/2010

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyVen 17 Sep 2021 - 12:51

Benedictus a écrit:
Horatio a écrit:
Thomas Mann : Les Histoires de Jacob (Joseph et ses frères I)

J'ai adoré. En particulier la manière de considérer l'Histoire, les aller-retours fertiles entre mythe et réalité.
mains

Oui, les 3 autres volets sont tout aussi exaltants. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Horatio
Mélomane chevronné
Horatio

Nombre de messages : 4118
Age : 27
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyVen 17 Sep 2021 - 19:05

arnaud bellemontagne a écrit:
Benedictus a écrit:
Horatio a écrit:
Thomas Mann : Les Histoires de Jacob (Joseph et ses frères I)

J'ai adoré. En particulier la manière de considérer l'Histoire, les aller-retours fertiles entre mythe et réalité.
mains

Oui, les 3 autres volets sont tout aussi exaltants. Cool

J'espace la lecture des quatre tomes, mais je m'en réjouis Surprised  !


Benedictus a écrit:
Horatio a écrit:
Que conseillez-vous chez Saramago Smile  ? Histoire de ne pas rester sur une déception.
Rien, malheureusement.

Mince, je me suis fait avoir par la mention Prix Nobel de littérature  Laughing

Benedictus a écrit:
Et puis, ce qui rend surtout Saramago pénible, c'est ces longues phrases sans ponctuation qui sont, je suppose, censées faire «moderne» à la Joyce-Faulkner. Ce qui rend le procédé particulièrement agaçant, c'est que c'est un modernisme purement cosmétique. Je veux dire par là qu'on pourrait tout à fait rétablir les virgules, les doubles points et les guillemets: ça redeviendrait de la narration à la troisième personne parfaitement traditionnelle (avec juste une propension marquée au macaroni syntaxique et au papotage digressif.) En fait, ça ne sert jamais comme chez Joyce ou Faulkner, à explorer les mouvements aux limites de la pensée consciente, à brouiller ou déplacer les cadres conventionnels de la narration (les temporalités, les personnages...), à jouer poétiquement sur les armatures même de la langue: ça sert juste à poser un panneau «attention, grande littérature moderne!»

Tout-à-fait d'accord avec toi, à juger d'après ce que j'ai lu (Faulkner encore à découvrir !). En fait, vu mon ennui grandissant après à peine vingt pages, je me suis décidé non plus à lire ces phrases, mais à les scanner, en diagonale, afin de garder le fil du texte mais de m'épargner cette logorrhée froide. Dans plusieurs parties du roman (notamment une longue filature), il ne passe strictement rien, pas un remous de la langue, pas une surprise scénaristique.
Il semble qu'il fût plutôt engagé politiquement à la fin de sa vie --- et je m'étonne de ne pas trouver dans la Lucidité une seule phrase provocante ou une seule idée dérangeante, tout est terriblement convenu.
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopus
Mélomaniaque
Prosopopus

Nombre de messages : 505
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 EmptyAujourd'hui à 9:55

Je n'avais pas aimé non plus Saramago, mais je n'avais lu que Les intermittences de la mort. En pus de ce que cite Benedictus je trouve aussi franchement lourdingue le fait de construire ses livres sur un concept (la mort ne tue plus, les gens deviennent aveugles, les gens ne votent plus, les tartines de beurre ne tombent plus du côté de la confiture). Cela donne un aspect science-fiction un peu guindé à ses livres, pas aidés par le style sentencieux en effet.

De mon côté j'ai lu Burma contre CQFD de Malet et  I love you
(l'ambiance particulière de l'occupation sied vraiment bien aux histoires de Burma)

Lu aussi L'ensorcelée de Barbey d'Aurevilly comme Arnaud il y a peu et j'ai beaucoup aimé.
Etrangement, bien qu'ils ne s'appréciaient pas vu leurs idéaux esthétiques et politiques contraires, j'ai trouvé ça très proche d'Hugo par moment, dans le style des interventions du narrateur, dans les descriptions de la lande de Lessay, dans l'atmosphère fantastique, plus que de Stendhal ou Balzac donc Barbey se réclamait plus volontiers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Lectures (6) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Lectures (6)   Lectures (6) - Page 19 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Lectures (6)
Revenir en haut 
Page 19 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Divers :: Hors sujet-
Sauter vers: