Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -49%
Table de cuisson induction – ROSIERES RPI2S0 ...
Voir le deal
204 €

 

 Radio France - Chausson - Tchaïkovsky - 27/02/2020

Aller en bas 
AuteurMessage
Rocktambule
Mélomane averti


Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 28/03/2018

Radio France - Chausson - Tchaïkovsky - 27/02/2020  Empty
MessageSujet: Radio France - Chausson - Tchaïkovsky - 27/02/2020    Radio France - Chausson - Tchaïkovsky - 27/02/2020  EmptyVen 28 Fév 2020 - 17:34

Programme :

Chausson
Symphonie opus 20

Tchaïkovsky
Concerto pour piano et orchestre n°1

Dmitry Masleev, piano
Orchestre National de France
Emmanuel Krivine, direction

Initialement, c'était le pianiste Behzod Abduraimov qui devait assurer le concerto. Ensuite, l'ordre des œuvres a été inversé, plaçant le concerto en seconde partie, comme en vedette de la soirée. Pourtant, c'était bien pour la symphonie que j'avais réservé. Le concerto a été tellement entendu et vu des dizaines de fois... Est-il encore possible de dire du neuf sur ce concerto ? A part la soit-disant version "initiale" jouée dernièrement à la Philharmonie, mais qui ne diffère quasiment que dans la façon de jouer les accords d'ouverture (plaqués ou arpégés...).

Chausson : au disque, cette symphonie me transporte. Je la trouve terriblement vivante, inventive, pleine de thèmes. J'oserai même dire qu'elle est assez française, dans le refus de l'ostentation et du spectaculaire, mais dans la variété de thèmes, dans le génie des changements brusques d'univers, dans les osmoses fluctuantes...
L'interprétation d'hier soir était solide, efficace, tempo particulièrement rapide. Il manquait probablement un peu d'audace, et surtout une densité, une épaisseur notamment aux cordes et aux cuivres, pour donner chair à cette symphonie. J'ai essayé de me concentrer sur autre chose que le geste unique de Krivine, dont on a déjà parlé ici.
Bref, je ne suis pas entré dedans, et je le regrette. Peut-être était-ce de ma faute ? de la faute de ma place, pas terrible ? d'une dame devant, qui a passé la soirée à replier son manteau sur ses genoux ? ... Des fois, ça ne marche pas. Cette symphonie n'est pas jouée souvent, j'espère avoir d'autres occasions.
Sur le tempo, c'était vraiment rapide, en tous cas nettement plus que les versions au disque que je connais (Svetlanov particulièrement lent, mais d'une densité incroyable, Dutoit...). Krivine s'est donné du mal, il virait même au rouge profond par moment, et l'orchestre avait parfois du mal à suivre. Il marquait le rythme même avant les premières notes pour rappeler aux musiciens le tempo souhaité. Mais, je ne peux pas m'empêcher de penser que cette rapidité cachait un manque de fond. Et c'est en tous cas ce que j'ai ressenti.

Petit aparté sur Krivine : à force de jouer sur le mode détente, il en devient limite... Son style "à la bonne franquette" se radicalise. Hier, il s'est carrément réinstallé deux fois la braguette entre deux mouvements.

Tchaïkovsky : ils ont fait le job. Pianiste dont j'ai lu du mal ici même quelques jours avant, dans un post que je n'arrive pas à retrouver (au sujet d'un concert où il remplaçait déjà un pianiste malade, Berezovsky, à Annecy, de mémoire). J'ai retrouvé ce côté robot merveilleux qui ne met rien à côté, sachant jouer très fort et qui joue les nuances sans émotion, juste parce qu'elles sont écrites, où la différence entre pianissimo et pianinissimo est juste une variation de curseur, un bouton qu'on tourne. Il manquait peut-être un petit supplément d'âme. Néanmoins, malgré le manque d'émotion, il a su développer la mélodie, suivre le tempo exagéré de Krivine... et il a fait le job. Ce n'est pas le pire concerto n°1 que j'ai entendu. Tempo tellement rapide que dans le 3ème mouvement, tout le monde s'est perdu, Krivine a dû ralentir nettement pour reprendre la main. Étrange moment.

Deux rappels au piano, dont un sur un extrait de Peer Gynt de Grieg, pas mal, permet de contrebalancer un peu la mécanique de force. Le public était en transe, moi loin de là. J'ai de plus en plus de mal avec ce genre de public (de vieux) qui passe leur temps à s'extasier sur le fait que le pianiste est jeune. "Il sait jouer vite et fort... incroyable pour quelqu'un d'aussi jeune". Il a 31 ans...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88512
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Radio France - Chausson - Tchaïkovsky - 27/02/2020  Empty
MessageSujet: Re: Radio France - Chausson - Tchaïkovsky - 27/02/2020    Radio France - Chausson - Tchaïkovsky - 27/02/2020  EmptyVen 28 Fév 2020 - 20:20

Tu ne sembles pas très content… Surprised

Ça arrive de passer à côté de concerts ; parce qu'on est fatigué / préoccupé / mal entouré, mais aussi des fois alors qu'on est tout à fait disponible mentalement…

Mais rassure-toi, la Symphonie de Chausson, sans être un tube, est donnée régulièrement à Paris, je l'ai vue à l'affiche plein de fois (4-5 fois en dix ans, je dirais).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
 
Radio France - Chausson - Tchaïkovsky - 27/02/2020
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: