Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -41%
Moniteur 24″ pouces HP M24F FHD
Voir le deal
99 €

 

 L'Enfance du Christ à Zurich

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Pacific 231
Mélomane du dimanche
Pacific 231


Nombre de messages : 44
Age : 72
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 03/11/2010

L'Enfance du Christ à Zurich Empty
MessageSujet: L'Enfance du Christ à Zurich   L'Enfance du Christ à Zurich EmptyLun 29 Nov 2021 - 3:50

Hier dimanche 29 novembre 2021 je suis à un magnifique concert avec l'Orchestre de La Tonhalle: «L’enfance du Christ» de Berlioz.
Pour résumer mon ressenti de la production de cet oratorio: des moments d’émotion.

Emotion, car je retourne au concert après le Covid, même si ce n’est pas ma premières sortie.

Emotion, car c’est une des premières interprétations après 3 ans de rénovation de cette magnifique salle de la Tonhalle de 1895. Elle est devenue très belle, beaucoup plus de clarté tout en préservant l’origine de 1895 avec le retour de la brillante acoustique de d’antan.

Émotion, car, comme d’autres l’ont cité ailleurs, c’est à mon avis une très belle œuvre, je l’adore.

Emotion car les musiciens de cet orchestre de Paavo Järvi (ce n’est pas lui qui a dirigé) ont mené la partition avec beaucoup de talent.
Par exemple les contrebasses et violoncelles soutiennent bien dès le début suivi par la très bonne tenue des autres cordes.
Parfaite harmonie entre les bois. Comme Jotarra l'a déjà mentionné, je pense également que c'est le meilleur orchestre de Suisse.

Emotion dans le fameux trio des jeunes Ismaélites dans la partie III exécutée par 2 flutistes solo de l’orchestre soit la française Sabine Poyé Morel, l’allemande Haika Lübcke et la harpiste titulaire belge Sarah Verrue.
Très belle sonorité, 7 minutes de pur bonheur. Comme pour les messes on applaudit pas pendant toute l’œuvre, mais j’avoue, une fois ce trio terminé, il faut «ranger son frein» pour se retenir et je ne suis pas le seul qui le dit.

Les solistes.
Polydorus (basse) Alex Ashworth, manquait un peu de puissance, par contre excellent après dans le rôle de Père de famille, une voix réconfortante.
Marie (Mezzosoprano), Ann Hallenberg. Belle voix mais j’attendrais plus de sens dramatique notamment quand elle cite ses angoisses.
Joseph (baryton) Ashley Riches. Je l’ai trouvé plus à l’aise depuis la partie III, belle voix.
Hérode (basse) William Thomas ne devrait-il pas être plus agressif, mais je peux me tromper.
Centurion (ténor) Gareth Treseder.
Le récitant (ténor), Andrew Staples excellent, on sent si bien avec ses gestes qu’il raconte la situation.

Le chœur vous allez me demander? Volontairement je l’ai gardé pour la fin, car ce fut pour moi la plus grande émotion.
J’ai déjà entendu plusieurs chœurs professionnels, dont certains de haute qualité, mais là c’est le meilleur que je n’ai jamais entendu.
D’entrée les hommes sont présents montrant la véhémente agressivité des Romains et des Egyptiens envers Marie et Joseph. Mais beaucoup de douceur dans les autres rôles. Les dames notamment dans le chœur des d’Anges derrière la scène (demandé par Berlioz dans le libretto) dégage un esprit paradisiaque.
Superbe le Choeur des Bergers. Qu’importe les nuances, les tempi, tout est clair avec une remarquable précision, bref un chœur qui me touche droit au cœur dégageant quelques chose de magique que je n’arrive pas à décrire dans mes ressentis.
Ce chœur, c’est le célèbre Monteverdi Choir de Londres.

Toute cette soirée placée sous la direction de… Sir John Eliot Gardiner!

Vous comprenez pourquoi j’ai ressenti tant d’émotion, comme par exemple à la fin le Chœur mystique a capella finissant en decrescendo, avec cette clarté suivi de ce moment final de silence qui nous retient d’applaudir si spontanément car la gorge est serrée, rassuré de constater que je ne suis pas le seul dans ma rangée qui avait des larmes aux yeux. Je n’ai pas souvenir d’avoir vécu une telle émotion. Bien sur après, l’ovation est puissante à sa juste valeur.

Un concert dont je ne suis pas prêt d’oublier.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95290
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

L'Enfance du Christ à Zurich Empty
MessageSujet: Re: L'Enfance du Christ à Zurich   L'Enfance du Christ à Zurich EmptyLun 29 Nov 2021 - 12:31

Merci d'avoir raconté ça !

(Hérode est traité sous un angle assez humain, faible et mélancolique, la véhémence ne me paraît pas un trait indispensable.)

Staples, oui, déjà entendu dans cette œuvres, admirable comme toujours. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Pacific 231
Mélomane du dimanche
Pacific 231


Nombre de messages : 44
Age : 72
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 03/11/2010

L'Enfance du Christ à Zurich Empty
MessageSujet: Re: L'Enfance du Christ à Zurich   L'Enfance du Christ à Zurich EmptyLun 29 Nov 2021 - 12:48

DavidLeMarrec a écrit:
(Hérode est traité sous un angle assez humain, faible et mélancolique, la véhémence ne me paraît pas un trait indispensable.)
Ok merci pour cette précision.
Oui Staples superbe, première fois que je l’entendais, et même avis partagé avec d’autres à l’apéro après concert L'Enfance du Christ à Zurich 1f600
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





L'Enfance du Christ à Zurich Empty
MessageSujet: Re: L'Enfance du Christ à Zurich   L'Enfance du Christ à Zurich Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Enfance du Christ à Zurich
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philharmonie Berlioz L'Enfance du Christ - OCP Boyd 12/01/19
» Zurich 2016 - 2017
» Salle Pleyel - L'Enfance du Christ - 28/09/2010
» Trois concerts de l'orchestre de la Tonhalle de Zürich
» Zurich 2011-2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: