Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

 

 RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
andika
Mélomaniaque
andika


Nombre de messages : 602
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyJeu 28 Avr - 16:50

Un programme sympa à Radio France demain entre URSS et USA

DIMITRI CHOSTAKOVITCH
Ouverture festive

SAMUEL BARBER
Knoxville : Summer of 1915

IGOR STRAVINSKY
The Rake’s Progress : air d'Ann Trulove

GEORGE GERSHWIN
Porgy and Bess : Summertime

SAMUEL BARBER
Summer Music

DIMITRI CHOSTAKOVITCH
Symphonie n° 1

GOLDA SCHULTZ soprano
ANNE-SOPHIE NEVES flûte
STÉPHANE SUCHANEK hautbois
LILIAN HARISMENDY clarinette
HUGUES VIALLON cor
WLADIMIR WEIMER basson
ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE RADIO FRANCE
TARMO PELTOKOSKI direction

L'occasion d'entendre la fabuleuse première symphonie de Chostakovitch entre autres choses.
Revenir en haut Aller en bas
http://andika.fr/
andika
Mélomaniaque
andika


Nombre de messages : 602
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyLun 2 Mai - 10:11

Pour ouvrir un concert, quoi de mieux qu'une ouverture ? Il est vrai que la tradition du concert énonce la fameuse sainte trinité, ouverture, concerto, symphonie. Cependant, l'Ouverture festive de Chostakovitch au programme, ne fait pas penser au programme plan plan du concert de musique classique. Composée en vitesse en 1954 pour célébrer les 37 ans de la Révolution d'Octobre 1917, bien que moins célèbre que la Symphonie n°10 qui la précède d'un an, cette partition a tout de même été utilisée lors des jeux olympiques de Moscou. D'emblée, le jeune chef finlandais, Tarmo Peltokoski prend possession de l'estrade avec beaucoup d'assurance et de personnalité. Rien ne trahit son âge dans ses gestes. Et à distance, on ne perçoit pas ses traits juvéniles. Au contraire, on observe un indéniable charisme. A travers ses gestes amples, précis et clairs, il imprime toute sa vitalité et ses idées à l'orchestre qui répond avec une réactivité saisissante. La construction de cette courte pièce est sans faille. Le tempo allant permet de ne pas s'appesantir, les nuances, précises, sont toujours justes. Et enfin, le chef possède une certaines sciences pour mettre en avant certains pupitres quand la musique le requiert, (notamment les contrebasses lors d'un passages particulier). Une entrée en matière galvanisante pour ce concert faisant dialoguer musique russe et musique américaine.
Le temps de changer un peu le plateau, nous voyons enfin apparaitre sur scène la soprano Golda Schultz afin d'interpréter trois oeuvres. Tout d'abord Knoxville: Summer of 1915 composé par Samuel Barber en 1947, sur le texte de l'écrivain James Agee. Sur des paroles descriptives de la routine de l'été, le timbre doux de Golda Schultz s'impose paisiblement. Tout en chantant, elle raconte l'histoire de façon simple. Sa voix se projette sans forcer, en douceur, et la prosodie est admirable. Le chef, accompagne sa chanteuse avec tact et justesse, sans jamais perdre le fil. Saluons enfin le pupitre de petite harmonie sur cette pièce.

Retour à un compositeur russe avec l'air d'Anne Trulove "No word from Tom" issu de l'opéra The Rake's Progress d'Igor Stravinsky. Le registre ici, change du tout au tout. La musique est triste et davantage théâtrale, dans un style néoclassique dont Stravinsky avait le secret. La chanteuse ne joue plus du tout le même rôle et on sent de l'agitation dans son intensité (rôle que la soprano prendra au Metropolitan de New-York ce mois de mai). Ses aigus son plus percutants. En effet, l'absence de Tom inquiète. Du côté de l'orchestre l'ensemble est toujours excellent, soulignons ici le superbe basson solo qui enchante tout cet air.

Enfin, le fameux Summertime issu de l'opéra Pargy and Bess de George Gershwin. Composé dans le style des chants traditionnels du sud des Etats-Unis (folk song), Summertime est par la suite devenu un standard du jazz repris par les plus grands. Cette fois-ci, Golda Schultz n'a pas de livret devant elle. Sa projection est encore plus impressionnante et c'est l'occasion de l'entendre dans le registre de la puissance. Le chef obtient une teinte onctueuse à l'orchestre tandis que la chanteuse s'adresse directement au public dans son interprétation lorsqu'elle chante les dernières paroles "Rien ne peut te nuire quand papa et maman sont à tes côtés."

Trois belles oeuvres, modernes, interprétées par une sublime soprano venue d'Afrique du Sud et dirigés par un chef de 21 ans. Une soirée typique de l'Orchestre Philharmonique de Radio France et bien loin des clichés qu'on peut rencontrer au sujet de la musique classique. Et pourtant, ce n'était pas encore terminé.

Autre spécificité du Philhar', allier la musique symphonique à la musique de chambre dans le même concert. Et c'est exactement ce qui se passe après l'entracte avec Summer Music de Samuel Barber, quintette pour flûte, hautbois, clarinette, basson et cor. Les cinq musiciens du Philhar' démontrent une belle entente mutuelle et une excellente écoute dans ce morceau vif, à la verve mélodique très plaisante.

Pour conclure la soirée, rien de moins que la sublime Symphonie n°1 de Dmitri Chostakovitch, composée en 1925 lorsque le compositeur n'avait que 19 ans, et qu'il était encore étudiant au conservatoire. Nicolai Malka, le chef qui assura la création en 1926, pris immédiatement conscience "d'avoir ouvert un nouveau chapitre de l'histoire de la musique et d'avoir découvert un nouveau grand compositeur." La carrière ultérieure de Chostakovitch n'a fait que confirmer cette impression. Ainsi, le chef finlandais Tarmo Peltokoski, bien qu'âgé seulement de 21 ans, est déjà plus vieux que l'auteur de la partition au moment de sa conception ! Le premier mouvement noté Allegro est placé sous le signe de l'humour, avec une mélodie énoncée aux bois. Dès le début, on sent un orchestre dynamique et très réactif aux gestes du chef. La palette de nuances est riche, et les solos s'enchaînent avec joie et plaisir (clarinette, basson, flûte). Le deuxième thème pris sur un rythme de valse est joué avec légèreté, la mesure est bondissante avant que le fracas des tuttis brillants n'inonde le grand auditorium de Radio France, mais sans jamais saturer. Le deuxième mouvement, un scherzo noté Allegro est pris sur un tempo très allant. L'orchestre est une fois de plus bondissant, et le piano s'intègre à l'ensemble avec justesse. Le tempo ralentit lors du trio avant que la cavalcade ne reprenne, avec des tuttis qui explosent littéralement. Le ton humoristique est toujours présent, notamment dans ce fameux passage où le piano répond avec un accord timide à un climax de l'orchestre. Le Lento est d'une profondeur étonnant en comparaison aux deux premiers mouvements. Le chef troque le ton humoristique avec le ton de la gravité. Le vibrato des cordes, les cuivres vrombissants, l'émotion est intense. Tout comme dans le Finale qui revient à un ton sarcastique mais où la violence parfois s'invite. Le chef conserve une direction précise, donnant chaque départ dans cette orchestration foisonnante. La qualité des tuttis est une fois de plus à souligner. Le volume sonore augmente et le plaisir de l'écoute ne fait que se confirmer. Grâce aux rappels thématiques du Lento, mais aussi en raison de la direction impeccable du chef. Et arrivé à la fin, on a simplement le sentiment que c'était trop court. La Symphonie n°1 de Chostakovitch est une oeuvre magistrale. Pour une première tentative, elle ouvre en effet une nouvelle époque. Et près d'un siècle après sa création, l'impression qu'elle laisse à l'auditeur est toujours aussi intense. Servie à merveille par un Orchestre Philharmonique de Radio France des grands soirs, dirigé par un jeune chef qu'il faudra suivre, Tarmo Peltokoski.

Le concert est disponible sur Arte concert
Revenir en haut Aller en bas
http://andika.fr/
Rocktambule
Mélomaniaque
Rocktambule


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 28/03/2018

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyLun 2 Mai - 12:31

Programme copieux pour un concert que j'attendais depuis la lecture de la brochure de saison : en effet, ce concert devait être dirigé par Rouvali, que je suis attentivement depuis l'enregistrement de sa Sibelius 1, et qui se dérobe à nos rdv parisiens (ce vendredi, participation au Festival de Saint-Denis annulée, concerts 2020/2021 annulés bien sûr...).

Replacement en catégorie 1 (il semblerait que la corbeille chœur ne soit plus jamais en vente). Pas mal de places vides autour de moi, qui se sont d'ailleurs remplies à l'entracte.

Jeune chef, en effet, ce qui déclenche toujours le même symptôme : toujours les mêmes commentaires "il est drôlement jeune, tu as vu Mireille, dis donc 21 ans, ohlàlà..." Je les avais prévus, et les commentaires sont arrivés, exactement au bon moment.
Jeune chef donc, me paraissant tout de même un peu stressé, et en tous cas à la démarche assez rigide. Charisme évident, mais grosses difficultés à lâcher un sourire, et des maladresses le rendant passablement attachant, notamment dans les saluts ou les remerciements aux musiciens. Beaucoup d'énergie, des gestes désuets comme se tenir la hanche en plein morceau, ou une pose "à la Pécresse" après le final de la symphonie. Évidemment, ce n'est pas facile d'évoluer sur scène, et ça n'a rien de naturel.
Gros potentiel, grosse énergie, à revoir !

Chosta (ouverture) : de l'énergie, de l'énergie, de l'énergie ! Il ne m'en reste pas grand chose, si ce n'est ce mouvement qui décoiffe et qui fait oublier, en quelques secondes, quelques mesures, les soucis de la semaine. On plonge directement dans le concert, c'est concret, rapide et enthousiasmant.

Barber (Knoxville) : ambiance tamisée, comme un soleil couchant sur une campagne cramée par une journée de canicule. Musique variée, mais toujours en demi-teinte, c'est saisissant, sans pour autant qu'il en sorte un thème ou une mélodie accrocheuse. Voix absolument sublime de la chanteuse, avec une véritable présence charismatique, elle aussi. Elle capte le regard et l'attention, à tel point qu'on en oublie la beauté de l'accompagnement, pourtant très réussi. L'ensemble est harmonieux, ça fait voyager, voyage sans vertige, sans dépaysement, tout en douceur et langueur.

Stravinsky : jamais entendu auparavant, je craignais de retrouver le Stravinsky difficile des années post-2GM, et finalement, c'est une chanson de style néoclassique, avec deux parties permettant d'alterner mélancolie et colère contenue. Agréable à entendre, même si je n'en garderai pas grand chose en mémoire.

Gershwin : ça donnait l'impression que le rappel était écrit au programme. Tube international, bien chanté, bien accompagné. Voix exceptionnelle de Golda Schultz. La chanteuse n'arrivait pas à quitter le plateau, très enthousiaste, acclamée par le public et les musiciens. A revoir, elle aussi ! Il y avait une dédicace à la fin du concert, mais je ne suis pas resté.

Barber (quintette) : on reconnaît immédiatement la veine de Barber : musique très agréable à écouter, mais de laquelle ne surnagent pas de thème accrocheur. Morceau plutôt anecdotique. J'ai du mal avec l'introduction forcée de musique de chambre, et d'ailleurs, j'ai du mal avec la musique de chambre en général (il faudrait que je travaille ce point). Il faut dire qu'un type s'était replacé à côté de moi, et qu'il a passé tout le morceau à tousser et éternuer (toujours cette fameuse allergie à la musique, qui s'arrête à la seconde où cesse la musique, bien sûr...).

Chosta (symphonie n°1) : moins enthousiaste qu'Andika, j'ai trouvé que l'ensemble manquait de liant, comme si l'on jouait à très grande vitesse des strates séparées. Le découpage en mouvements n'apparaissait même pas clairement à mon oreille. Tentatives d'applaudissements vite ravalées lors d'une intervention du piano, dont on croit que le premier accord est une conclusion aux propos précédents, alors qu'il ouvre en fait la séquence suivante. Magnifique finale, notamment les dernières mesures, qui font toujours décoller la symphonie, que ce soit au disque ou au concert, mais encore une fois, une fin plaquée là de façon un peu utilitaire (allez, on finit et on joue plus vite et plus fort pour qu'ils comprennent qu'il faut applaudir). Je suis un peu sarcastique, mais j'ai largement apprécié !
Chef qui fait applaudir la partition, deux fois (est-ce par timidité ? je le sentais mal à l'aise à se faire applaudir, allant souvent se cacher derrière son pupitre).

Concert de découvertes donc : un chef à revoir, une chanteuse à revoir, des morceaux que l'on ne risque pas d'entendre à nouveau prochainement (Barber notamment). Un ensemble de très bonne facture, bilan très positif !
Revenir en haut Aller en bas
mickt
Mélomaniaque
mickt


Nombre de messages : 1545
Date d'inscription : 05/03/2018

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyLun 2 Mai - 13:04

Rocktambule a écrit:
une pose "à la Pécresse" après le final de la symphonie.

Laughing Laughing C'est-à-dire ??

Rocktambule a écrit:
des morceaux que l'on ne risque pas d'entendre à nouveau prochainement (Barber notamment).

Je n'ai jamais réussi à me motiver pour ce programme, et l'annonce des saisons 22-23 n'y a pas aidé : à Paris on pourra entendre Knoxville 1915 par Philadelphie et Angel Blue, et la 1ère de Chosta par Noseda et le National.
Revenir en haut Aller en bas
Rocktambule
Mélomaniaque
Rocktambule


Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 28/03/2018

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyLun 2 Mai - 13:33

mickt a écrit:
Rocktambule a écrit:
une pose "à la Pécresse" après le final de la symphonie.

Laughing  Laughing  C'est-à-dire ??

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   2Q==

Je complète : "mi-Pécresse, mi-Céline Dion".
Il s'est calé sur la rambarde arrière de son estrade, une jambe repliée, bras croisés, façon "oh yeah, on l'a fait les gars". Posture trop étudiée pour être sincère, pas spontanée.
Mais, tu sais à quel point j'aime me moquer !
fouet fesse

mickt a écrit:
à Paris on pourra entendre Knoxville 1915 par Philadelphie et Angel Blue, et la 1ère de Chosta par Noseda et le National.

Merci pour ce rappel qui m'évite de chercher !
Revenir en haut Aller en bas
mickt
Mélomaniaque
mickt


Nombre de messages : 1545
Date d'inscription : 05/03/2018

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyLun 2 Mai - 14:10

hehe hehe
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94077
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyMar 3 Mai - 12:09

À l'écoute de la bande radio, on perçoit une énergie folle ! (Mon hit personnel de ce programme, c'est l'Ouverture Festive de Chosta, sans doute parce que je suis un garçon superficiel. La Symphonie n°1 de Chosta, en soi, ressemble à du Chosta, dont je peine souvent à saisir les nécessités intérieures, pour la plupart de ses symphonies.)

Il faut souligner, à nouveau, la droiture de Radio-France en cette instance, qui a remplacé un jeune chef finlandais par un jeune chef finlandais, sans toucher à un cheveu du programme ! I love you C'est suffisamment rare à Paris pour être souligné, et cela prouve, vu la rareté relative des œuvres (qu'on ne doit pas avoir toutes les quatre à son répertoire quand on a 21 ans, ni même après…) qu'il est possible de le faire, et que les annulation avec changement de chef ET de programme ne sont pas du tout obligatoires.

Peut-être ont-ils tout simplement tiré la leçon des demandes de remboursement en cascade pour Chung dans Beethoven 6 au lieu de Mahler 3 ? hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94077
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyMar 3 Mai - 12:14

Concernant les autres œuvres : même problème en général avec les deux Barber que Rocktambule : tout ça est très réussi, mais absolument rien ne m'accroche. (Souvent le cas chez Barber pour moi, en dehors de Vanessa et de la Sonate pour piano qui me sont des œuvres absolument majeures et irrésistibles.)


Rocktambule a écrit:
Stravinsky : jamais entendu auparavant, je craignais de retrouver le Stravinsky difficile des années post-2GM, et finalement, c'est une chanson de style néoclassique, avec deux parties permettant d'alterner mélancolie et colère contenue. Agréable à entendre, même si je n'en garderai pas grand chose en mémoire.

Tout l'opéra est ainsi : c'est censé imiter Mozart, mais c'est une sorte de Mozart totalement délavé qui n'est plus du tout du Mozart. Jamais trop compris l'intérêt de la chose. C'est souvent enregistré et relativement régulièrement donné parce que c'est du Stravinski (mais pourquoi davantage que le Rossignol, alors ??), mais je crois que tout le monde est un peu perplexe aussi.


Citation :
Chef qui fait applaudir la partition, deux fois (est-ce par timidité ? je le sentais mal à l'aise à se faire applaudir, allant souvent se cacher derrière son pupitre).

Les chefs timides, je n'y crois pas ! Mr. Green Il voulait sans doute plutôt mettre en valeur l'orchestre, être civil ?
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Fritelli
Mélomane averti



Nombre de messages : 266
Date d'inscription : 29/04/2021

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyMer 4 Mai - 1:54

On devrait commencer tous les concerts par cette ouverture de Chostakovitch : je la trouve irrésistible. Et à un moment, il y a un thème lyrique aux violoncelles qui m'a fait penser à Elgar !
Je n'accroche pas non plus aux oeuvres de Barber. Cela me semble souvent impersonnel, sans originalité. Le concerto pour violon m'avait fait le même effet.
Il y a tout de même au moins une exception : la symphonie n°1 qu'a dirigé Marin Alsop m'avait beaucoup plu.
Je trouve pénible aussi cette page de musique de chambre imposée : j'attends toujours la fin avec impatience.
Je n'ai pas été emballé par la chanteuse : une jolie voix, mais sans saveur, avec déjà trop de vibrato à mon goût. On oublie vite qu'elle chante.
Belle surprise avec la 1ère symphonie de Chostakovitch. Elle m'a semblé peut-être un peu décousue; mais il avait 19 ans !
Le chef a montré une belle autorité sur l'orchestre, une énergie sans limite. Peut-être ujn peu trop dans la symphonie.
Curieusement, j'ai retrouvé dans les toutes dernières mesures, le style de l'ouverture de fête.
Un truc qui m'énerve toujours : plus de programme. Et pourtant, la salle était loin d'être pleine ! Alors pourquoi ??
Revenir en haut Aller en bas
andika
Mélomaniaque
andika


Nombre de messages : 602
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyMer 11 Mai - 18:15

Rocktambule a écrit:

Chef qui fait applaudir la partition, deux fois (est-ce par timidité ? je le sentais mal à l'aise à se faire applaudir, allant souvent se cacher derrière son pupitre).

Concert de découvertes donc : un chef à revoir, une chanteuse à revoir, des morceaux que l'on ne risque pas d'entendre à nouveau prochainement (Barber notamment). Un ensemble de très bonne facture, bilan très positif !

Mon Dieu, je n'avais même pas remarqué qu'il avait fait applaudir la partition. En revanche la direction la main sur la hanche, ça je ne l'ai pas manqué !
Revenir en haut Aller en bas
http://andika.fr/
andika
Mélomaniaque
andika


Nombre de messages : 602
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyMer 11 Mai - 18:17

DavidLeMarrec a écrit:
À l'écoute de la bande radio, on perçoit une énergie folle !  (Mon hit personnel de ce programme, c'est l'Ouverture Festive de Chosta, sans doute parce que je suis un garçon superficiel. La Symphonie n°1 de Chosta, en soi, ressemble à du Chosta, dont je peine souvent à saisir les nécessités intérieures, pour la plupart de ses symphonies.)

Il faut souligner, à nouveau, la droiture de Radio-France en cette instance, qui a remplacé un jeune chef finlandais par un jeune chef finlandais, sans toucher à un cheveu du programme !   I love you  C'est suffisamment rare à Paris pour être souligné, et cela prouve, vu la rareté relative des œuvres (qu'on ne doit pas avoir toutes les quatre à son répertoire quand on a 21 ans, ni même après…) qu'il est possible de le faire, et que les annulation avec changement de chef ET de programme ne sont pas du tout obligatoires.

Peut-être ont-ils tout simplement tiré la leçon des demandes de remboursement en cascade pour Chung dans Beethoven 6 au lieu de Mahler 3 ?  hehe

Alors s'ils ont modifié le programme à Mahler 3, c'est parce qu'ils manquaient de cuivres surtout. Ce n'est pas un bon exemple, le chef et l'orchestre sont restés les mêmes sur ce concert ahahaha !

Mais à l'OP, la défection de Makela pour la 7ème de Chostakovitch avait offert un tout autre programme...
Revenir en haut Aller en bas
http://andika.fr/
mickt
Mélomaniaque
mickt


Nombre de messages : 1545
Date d'inscription : 05/03/2018

RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   EmptyLun 16 Mai - 23:59

Et bien Tarmo Peltokoski a été nommé directeur musical de l'Orchestre symphonique national letton, à compter de 2022-2023. (orchestre qu'on entendra à Paris l'an prochain mais avec Andris Poga, son actuel directeur.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022    RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022   Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
RF - OPRF - Summertime - Peltokoski - 29/04/2022
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RF - OPRF/Franck - Ravel - Moussorgski - 07/01/2022
» RF - OPRF/Franck - Compositrices/Ravel - 18/02/2022
» PP - Beethoven 6, Triple Concerto - Chung/OPRF - 14/01/2022
» RF - OPRF/Alsop - Dvorak-MacMillan-Barber - 21/01/2022
» RF - OPRF/Orozco-Estrada - Brahms / Bartok - 22/04/2022

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: