Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le Coffret Cadeau Les Terres ...
Voir le deal

 

 Rossini, Moïse et Pharaon Opéra de Lyon du 20/01 au 1/02 23

Aller en bas 
AuteurMessage
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller


Nombre de messages : 5635
Age : 923
Date d'inscription : 27/11/2008

Rossini, Moïse et Pharaon Opéra de Lyon du 20/01  au 1/02 23 Empty
MessageSujet: Rossini, Moïse et Pharaon Opéra de Lyon du 20/01 au 1/02 23   Rossini, Moïse et Pharaon Opéra de Lyon du 20/01  au 1/02 23 EmptySam 28 Jan 2023 - 18:39

C'est la série lyonnaise de la co-production de cet opéra entre le festival d'Aix et l'Opéra de Lyon. J'y étais jeudi soir pour toutelaculture.com
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller


Nombre de messages : 5635
Age : 923
Date d'inscription : 27/11/2008

Rossini, Moïse et Pharaon Opéra de Lyon du 20/01  au 1/02 23 Empty
MessageSujet: Re: Rossini, Moïse et Pharaon Opéra de Lyon du 20/01 au 1/02 23   Rossini, Moïse et Pharaon Opéra de Lyon du 20/01  au 1/02 23 EmptyMar 31 Jan 2023 - 13:14

Moïse et Pharaon donné à l’Opéra de Lyon après Aix en Provence

Depuis quelques années, le festival d’art lyrique d’Aix en Provence et l’Opéra National de Lyon coproduisent un opéra d’abord présenté à Aix puis à Lyon. En 2022 ce fut Moïse et Pharaon de Gioachino Rossini (1792-1868) dont la mise en scène a fait couler beaucoup d’encre à l’époque.

Pour l’occasion c’est une très belle distribution qui a été réunie pour donner vie aux personnages de cet opéra encore bien peu représenté en France. Moïse et Pharaon, composé pour l’Opéra de Paris, contient le ballet « imposé » par la maison mais qui est généralement coupé de nos jours. Cela étant dit, la présente production a l’heur de le présenter ce qui permet au public lyonnais de voir une version intégrale de ce très bel opéra de Rossini.

Une mise en scène sans intérêt agrémentée de décors, de costumes et de vidéos inutiles et hors sujet

Tobias Kratzer qui est en charge de la mise en scène a beaucoup d’idées dont beaucoup sont inabouties  Ainsi la confrontation des hébreux et des égyptiens du premier acte ou chacun est de son côté : Les hébreux, les plus nombreux, sont côté cour et se retrouvent confinés dans un espace réduit comme une peau de chagrin. Si l’on peut comprendre la volonté de montrer à quoi sont réduits les migrants actuels, cela semble disproportionné dans un opéra comme Moïse et Pharaon. Les mouvements de foule sont souvent désordonnés et certains accessoires, notamment les chaises, les fauteuils et les bateaux de migrants n’aident personne. Kratzer a eu cependant deux excellentes idées : la transe de Moïse pour permettre à la voix mystérieuse de se matérialiser au milieu de la représentation et l’invasion de la salle par le chœur pour l’actions de grâces finale du chef d’œuvre de Rossini. Mais ce sont surtout les vidéos de Manuel Braun qui apparaissent à partir du deuxième acte qui nous semblent inutiles. Que vient faire ici le profil facebook de la princesse assyrienne Elegyne ? Quant au journal télévisé, pâle copie des JT de BFM TV, il ne sert pas à grand-chose. Le summum étant atteint au dernier acte quand sont diffusées des images de catastrophes naturelles pour marquer la « chute » de l’oppresseur égyptien et ce, juste après que les canots pneumatiques des migrants juifs aient pu passer avec succès. Quant aux décors et aux costumes de Rainer Sellmaier, ils sont tout aussi hors sujet que tout le reste ; le seul personnage échappant à ce maelström de contemporanéité mélangé à des faux semblants d’œuvre de charité étant Moïse dont le costume correspond parfaitement à ce que nous étions en droit d’attendre. La chorégraphie de Jeroen Verbruggen n’est pas extraordinaire mais elle a le mérite d’exister et de donner vie aux « adorateurs » de la déesse Isis. Déesse qui est considérée par les égyptiens antiques comme la mère et la tante des autres Dieux et ayant, de fait, une place prépondérante dans le panthéon religieux du pays.

Le choeur et l’orchestre de l’Opéra de Lyon au top

Si à Aix en Provence c’est Michele Mariotti qui dirigeait l’orchestre, à Lyon c’est Daniele Rustioni qui reprend sa place sur le podium. Daniele Rustioni dirige la phalange avec une énergie peu commune ; tout est clair, net, précis, les nuances et les tempos sont parfaits, voire même inégalables. Excellent chef d’opéra, Daniele Rustioni est très attentif à ce qui se passe sur le plateau et accompagne les solistes et le chœur avec une sûreté de métier incomparable. Quant au chœur de l’Opéra de Lyon, parfaitement préparé par son chef Benedict Kearns, il livre une performance exceptionnelle : la diction est parfaite et musicalement il n’y a rien à reprocher à ces artistes dont le niveau est remarquablement élevé.

Une distribution internationale au rendez-vous

On retrouve avec plaisir Michele Pertusi qui incarnait déjà Moïse à Aix en Provence. Après près de quarante ans de carrière la voix a changé mais la basse parmesane fait montre d’une autorité et d’un charisme impressionnants. Avant même d’ouvrir la bouche, voilà un Moïse qui s’impose dès son entrée en scène ; la diction est impeccable, la tessiture est tout à fait adéquate et en rossinien aguerri, il rend justice avec un beau panache à cette œuvre qui mérite grandement de sortir de l’ombre. A Lyon c’est Alex Esposito qui remplace Adrian Sâmpetrean qui chantait Pharaon à Aix en Provence. Le baryton, natif de Bergame, se montre sous son meilleur jour dans un rôle ingrat. Il campe un Pharaon de très belle tenue ; Esposito rend avec talent l’indécision du souverain mis sous pression par Moïse lui même, qui tient au départ vers la Terre Promise, mais aussi par Aménophis, son fils, fou amoureux d’Anaï, la jeune sœur de Moïse, et Osiride, le grand prêtre d’Isis qui ne veulent surtout pas que les hébreux quittent l’Égypte. C’est Ruzin Gatin qui interprète Aménophis ; le jeune ténor russe est doté d’une fort belle voix dont les aigus sont insolents. Si l’on peut regretter une prise de rôle un peu précoce dans sa carrière, Gatin donne de très belles choses à entendre et fait passer le jeune prince par une large palette de sentiments. Mert Süngü est un bel Eliézer mais la diction n’est pas toujours parfaite, notamment au premier acte. La belle voix de ténor, à l’ambitus impressionnant, de Süngü claque dans la salle sans efforts ; avec un peu de travail sur la diction, nous pourrions voir dans les années à venir un interprète majeur du répertoire français. Géraldine Chauvet est une Marie superbe qu’on aurait aimé voir un peu plus sur scène ; et Ekaterina Bakanova est une Anaï de toute beauté à la voix ample très bien maîtrisée pour une si jeune artiste ; espérons qu’elle saura gérer sa carrière avec prudence. Excellents également Alessandro Luciano (Aufide), Vasilisa Berzhanskaya (Sinaïde) et Edwin Crossley-Mercer (Osiride, voix mystérieuse). Si le rôle de la princesse Elégyne, incarné par Laurène Andrieu, est un rôle muet, on ne peut que regretter les gesticulations que lui impose Kratzer au moment ou les plaies annoncées par Moïse s’abattent sur l’Egypte dont le souverain refuse de libérer les hébreux.

Cette production de Moïse et Pharaon, qui s’arrête à Lyon jusqu’à début février est idéale sur un plan strictement vocal et musical. Elle aurait sans doute gagné à avoir une mise en scène plus soignée dans des décors adaptés et avec des accessoires et des costumes en rapport avec le livret et non avec les envies d’un Tobias Kratzer dont on peut regretter qu’il gâche son talent en montant une mise en scène si peu claire. Il faut néanmoins lui reconnaître que, la voix mystérieuse qui s’incarne par un Moïse en transe et la prière finale chantée au milieu du public sont deux idées brillantes.
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
 
Rossini, Moïse et Pharaon Opéra de Lyon du 20/01 au 1/02 23
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opéra de Lyon 2014-2015
» Sémiramide (Rossini) Lyon/TCE Pido
» Rossini : opéras & musique religieuse
» Lyon (opéra, etc...)
» Opera de Lyon 2011-2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: