Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Benoît Mernier (°1964)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Benoît Mernier (°1964)   Ven 27 Nov 2009 - 23:52

Voilà le bonhomme :



Il a l'air sympa, hein ? Very Happy
Benoît Mernier est né en 1964 à Bastogne, en Belgique.
Il commence par des études d'orgue avec Firmin David avant de rentrer au conservatoire de Liège, où il apprendra la composition avec, entre autres, Philippe Boesmans.

Déjà reconnu comme interprète, et ayant enregistré plusieurs disques, ses oeuvres recevront de nombreux prix, comme Artifices pour orgue en 1990, les Blake Songs (pour voix et orchestre de chambre) en 95 ou son Quintette avec clarinette en 99.

Mernier deviendra compositeur en résidence au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, durant la saison 2002-03, ainsi qu'au festival autrichien Carinthischer Sommer en 2004. Le Concours Rein Elisabeth lui commandera ensuite une oeuvre pour la session de chant 2004 et il se verra attribuer la place d'invité d'honneur au Festival de Wallonie en 2008, où il créera son Concerto pour piano.

Frühlings Erwarchen, son premier opéra, sera créé à la Monnaie en 2007 sur une mise en scène de Vincent Boussard et bénéficiera d'une édition au disque.

Il enseigne aujourd'hui l'orgue, l'analyse et l'improvisation à l'IMEP de Namur.

----------


Voilà, c'était le petit point bio, je vais essayer de parler de son opéra maintenant... siffle

Tout d'abord, un article bien fichu et très complet sur le spectacle, avec de jolies photos en prime :
http://www.webthea.com/actualites/?Frulings-Erwachen-l-Eveil-du,1644


Dernière édition par Wolferl le Dim 31 Jan 2010 - 22:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 28 Nov 2009 - 0:58




Le livret de Jacques de Decker est adapté de la célèbre pièce de Frank Wedenkind, L'éveil du Printemps, écrite en 1891. C'est de deux autres pièces, L'esprit de la terre et La Boîte de Pandore que s'inspirera Berg pour écrire Lulu : l'hommage de Mernier semble ici évident.

Ça semble étonnant de voir un compositeur utiliser un texte vieux de plus d'un siècle, mais celui reste étonnamment moderne. Du moins, s'il est clairement daté sur certains points, les personnages nous sont toujours très proches, ça ne souffrirait aucunement la transposition (et je crois que ça a déjà été fait, en comédie musicale).
Sans trop vous détailler le sujet, on est en plein dans les thèmes du passage de l'enfance à l'adolescence et de l'adolescence à l'âge adulte, de la sexualité, de l'érotisme et de la mort. On fait difficilement plus intemporel. hehe
Les psychologies sont assez profondes et l'histoire générale, vraiment saisissante. En tout cas ça m'a plutôt touché, sans doute parce que j'en suis proche. Evidemment, il n'y a pas une portée d'absolu comme on pourrait trouver chez Wagner, mais ce n'est pas le but. En plus c'est bien fichu, et la langue très belle, on n'est jamais dans l'imitation maladroite du langage des "jeunes".
Je précise d'ailleurs que, si le compositeur est francophone, il a souhaité garder l'allemand original de la pièce. Donc difficile pour nous de suivra sans le livret sous les yeux...

Du point de vue musical, en temps qu'élève de Boesmans, l'influence se fait évidemment sentir, mais de la manière la plus heureuse possible. On garde ce langage très riche, aux couleurs bergopostbritteniennes, et surtout - c'est le plus admirable - une orchestration très inventive. Il y a à la fois des recherches de textures, d'utilisations originales des timbres instrumentaux et même de figuralisme. En ajoutant que tout cela se renouvelle sans arrêt, presque à chaque scène, avec beaucoup de jeux de couleurs et de contrastes ; il n'y a quasiment aucun temps mort, on est tenu en haleine d'un bout à l'autre.
Le langage garde beaucoup de polarités, mais cela ne sonne jamais rétrograde, au contraire ! C'est sans doute ce que j'ai entendu de plus convainquant en contemporain (dans le peu que je connais) et qui laisserait de la place pour une évolution. De temps en temps il y a des incursions de musique tonale qui font un effet surprenant, un peu comme dans Wozzeck. Il y a par exemple une scène dont l'instrumentation se réduit petit à petit jusqu'à ne laisser plus qu'un quatuor à cordes énonçant un thème lyrique et très intérieur, c'est magnifique. Ou bien des bribes de piano en coulisse.

Bref, je ne sais pas par quoi finir, sinon que de vous dire d'écouter ça. C'est une superbe découverte pour moi, et qui promet beaucoup de choses de la part de ce compositeur. On attend la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafsan
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1508
Age : 52
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 28 Nov 2009 - 23:08

On peut préciser que le coffret mentionné comporte l'opéra en cd et en dvd. Production de la Monnaie, mise en scène de Vincent Boussard. À écouter et à voir, donc.

(Bon. J'aime beaucoup Benoît Mernier…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 29 Nov 2009 - 0:18

Nabla a écrit:
J'aime beaucoup Benoît Mernier…
Ah, tu peux nous en dire un peu plus alors ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 31 Jan 2010 - 23:09

Cette semaine je vous propose la première scène de l'acte II de Frühlings Erwachen.


C'est malheureusement le seul extrait de l'opéra disponible légalement sur Internet. Je n'aurais peut être pas choisi celui-ci, parce que ce n'est la pas le plus représentatif du style de Mernier (un peu plus sage que le reste, mais vous découvrirez ça).

Voici donc l'extrait ici : http://www.abeillemusique.com/CD/Classique/CYP4628/5412217046286/Cypres/Benoit-Mernier/Fruhlings-Erwachen-%28L%27eveil-du-printemps%29/cleart-30249.html
Et la version vidéo (sous-titrée en anglais) : http://www.youtube.com/watch?v=pbK8cY2ePt8


Cette scène n'a pas un rôle dramatique immense, c'est plutôt pour planter le décor, créer une ambiance - comme d'ailleurs tout l'opéra qui ressemble à une juxtaposition de scènes plus ou moins liées, avec différentes "intrigues".

Hänschen, un jeune garçon très studieux, rêve seul dans sa chambre.


HÄNSCHEN
As-tu fais ta prière du soir Desdémone ?
Ces membres si souples,
ce galbe harmonieux des hanches,
ces seins de jouvencelle...
Ô comme le grand maître a dû être submergé de bonheur lorsque le modèle de quatorze ans,
étendu sous ses yeux,
s'étalait sur le divan !

As-tu fais ta prière du soir Desdémone ?
Si je devais les énumérer,
toutes les endormies aved lesquelles ici même
j'ai mené le même combat !
Io, Galatée, Amor, Léda, Lorelei, Loni,
sept t'ont précédée,
florissante condidate à la mort,
sept, sur ce chemin vers le Tartare !
Tu ne meurs pas à cause de tes péchés,
mais à cause des miens.
Il y a quelque chose de tragique dans le rôle de Barb-Bleue.
Je crois que ses femmes mises à mort
n'ont pas toutes ensemble souffert autant que lui
lorsqu'il les étranglait.
Ah, je sens un Héliogabale en moi !

Moritura me salutat !
Jeune fille, jeune fille, pourquoi serres-tu les genoux ?
Un frisson, un mouvement d'extase,
un signe de volupté,
un frisson, un mouvement d'extase,
un signe de volupté,
et... je te libère !

Tu ne devines pas que
c'est ta chasteté
qui engendre mes débauches ?
Un baiser encore,
sur ton corps en fleur,
tes seins d'enfant qui se gonflent,
tes genoux si doucement arrondis,
tes genoux si cruels...

As-tu fais ta prière du soir Desdémone ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 6943
Age : 33
Localisation : Aix / Marseille
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Lun 1 Fév 2010 - 23:19

Je n'ai pas accroché tout de suite, mais au final je suis séduit. L'introduction orchestrale ne m'a semblé dans un premier temps ni très originale ni extrêmement attrayante, mais je suppose que l'on perçoit les choses différemment si on en arrive à ce passage dans le cours de l'opéra, car déjà, à la réécoute, après avoir entendu tout le reste de la séquence proposée, je me suis senti plus immergé à l'intérieur. L'introduction de la voix, un peu de la même manière, m'a d'abord laissé dubitatif : partition quand même très aride pour la sensualité exprimée par le texte... Neutral Avec la vidéo et donc la mise en scène on comprend qu'on est plus dans le délire frustré, mais quand même... Mais là encore, je suis rentré progressivement dans cette option esthétique. Et puis, au moment de ce qui apparaît dans ta traduction comme la troisième "strophe", l'émotion paraît plus directement, le style d'écriture se transforme légèrement, c'est très beau.

Du coup j'ai fureté sur le tube où l'on trouve d'autres extraits, dont le premier duo, d'une dizaine de minutes, entre Melchior (Thomas Blondelle) / Wendla (Kerstin Avemo), ou la scène d'amour entre Haenschen (Michele Angelini donc) et Ernst (Johannes Weiss) ... je ne mets pas le lien car je ne sais pas trop ce qu'il en est en termes de légalité, en tout cas en termes de musique j'aime beaucoup tout ça.

Du coup je crois que je vais profiter des soldes de la ruche pour commander l'opéra en entier. Merci Wolferl pour cette découverte! coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 29
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Jeu 4 Fév 2010 - 14:51

Le début est assez impersonnel, je trouve. Ça ne décolle pas, on attend que ça commence et finalement on a un bonhomme qui s'énerve tout seul dans une armoire sur un texte assez peu compatible. A partir de la cinquième minute ça devient intéressant et plutôt sensible. J'aime bien cette partie-là. Peut être que le reste de l'oeuvre est dans cette veine ? auquel cas, moi aussi, ça m'intéresserait d'en entendre plus. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Jeu 4 Fév 2010 - 15:37

Content Octavian que ça t'ait plu au point de l'acheter, je n'en attendais pas tant ! Very Happy

Oui, c'est un passage très particulier de l'opéra parce que le début est en effet plus aride que le reste (mais à peu près le même style) et qu'à partir de la cinquième minute c'est le seul passage complètement tonal de toute la partition.
Donc, finalement ça ne reflète pas tout à fait le style de l'ensemble mais donne une idée de l'ambiance, du sujet...

C'est peut être à réécouter de nombreuses fois, j'avoue qu'aujourd'hui je savoure cet extrait du début à la fin. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Ven 5 Fév 2010 - 23:58

J'avais déjà écouté l'extrait en début de semaine, et je viens de le réécouter à l'instant.

C'est une esthétique qui ne me touche pas, et je vais tâcher de développer pourquoi.
Tout ce que je vais dire est à mettre sous réserve bien sûr, je ne connais pas l'opéra dans son intégralité. Je parle exclusivement de l'extrait proposé.

L'oeuvre possède les caractéristiques de ce que j'appellerais l'Opéra psychologique. Cela m'a évoqué directement L'amour de loin de Saariaho, la musique exceptée.
Pas d'action, uniquement un personnage qui sur scène, nous expose ses pensées dans un monologue. Tout se joue dans la psychologie du personnage. La poésie ne me touche pas plus que cela, avec cette sensualité plus lugubre qu'attirante.

La musique ne m'a vraiment pas frappé: pas de tension/détente, un espace sonore finalement assez inerte et plat, avec des interventions instrumentales très parcellaires, qui empêche la véritable libération de couleurs orchestrales. Mélodiquement, cela ne m'a pas frappé. Effectivement, comme le souligne Ophanin, on gagne en lyrisme vers la fin de l'extrait. Le climat musical est lui plutôt lugubre dans l'ensemble; avec le texte, cela tourne quasiment au morbide, je l'ai ressenti comme tel.

Voilà, tout cela n'est guère élogieux, mais je ne connaissais pas ce compositeur, c'est toujours intéressant de découvrir même les choses que l'on aime pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 6 Fév 2010 - 22:17

Il est vrai que l'échéance arrive et je m'aperçois que je n'ai toujours pas mis mon commentaire. Et bien c'est tout simplement parce-que je suis très embêtée.
J'ai écouté l'extrait proposé plusieurs fois en audio et en vidéo.
Je suis très mitigée, j'ai écouté ça à des moments différents et une réaction différente à chaque écoute.
Disons pour essayer de dégager une idée principale que j'ai assez aimé l'exposition instrumentale. Quand il a commencé à chanter, ça m'a fait assez peur et puis petit à petit je me suis laisser conquérir par ce pauvre bonhomme. Je pense l'extrait un peu court pour pouvoir dire grand chose de plus mais Wolferl n'avait pas le choix.
En tout cas cette oeuvre ne m'a pas laissé indifférente, merci Wolferl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 6 Fév 2010 - 22:25

Bon, il va falloir que je réécoute ça, mais voici mes premières impressions, à vif :
J'aime pas trop, sûrement à cause du sujet, je n'apprécie pas trop les rôles trop dérangés, trop fous, comme celui ci. (ça me rappelle, divisé par dix bien sûr à cause de la longueur et parce que ça n'est pas aussi frappant, le malaise que j'avais ressenti en regardant le dvd de la Tour d'Ecrou)
L'orchestre est horriblement plat et n'apporte rien au monologue, et je ne comprends pas trop cette arrivée d'un discours tonal à la fin...pourquoi ?
Par contre, étonnamment (ça me surprend moi même), j'aime bien le discours, c'est très parlé et du coup ça passe bien, assez dans la tradition du chanté dans l'opéra décadent allemand du début du siècle, je trouve.


Voilà ma maigre contribution Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafsan
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1508
Age : 52
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 6 Fév 2010 - 23:40

Juger un opéra sur un extrait de quelques minutes ne me paraît guère pertinent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 6 Fév 2010 - 23:41

On a déjà parlé de ça, mais ça fait partie du jeu. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 6 Fév 2010 - 23:42

Nabla a écrit:
Juger un opéra sur un extrait de quelques minutes ne me paraît guère pertinent…

Personne ne juge l'opéra, je n'ai lu que des commentaires jugeant l'extrait en question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14250
Age : 55
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 6 Fév 2010 - 23:46

Je viens de l'écouter et ça ne m'a pas déplu, loin de là… Je trouve l'histoire de l'armoire astucieuse, afin de suggérer le malaise et l'enfermement narcissique du jeune homme. C'est assez tendu, et mystérieux. Toutes ces références montrent bien les émois sado-maso Mr.Red de l'adolescence… Les torsions de ce jeune homme sont à la fois impudiques et douloureuses.
Quant à la musique, je n'ai pas ressenti de difficulté, bien au contraire. Le solo grave nous prépare à entrer dans l'intimité de ce jeune homme. Ensuite, tout semble couler de source… Honnêtement, pas de sensation de nouveauté mais un vif intérêt. J'achèterai peut-être, moi aussi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 6 Fév 2010 - 23:51

Era a écrit:
Bon, il va falloir que je réécoute ça, mais voici mes premières impressions, à vif :
J'aime pas trop, sûrement à cause du sujet, je n'apprécie pas trop les rôles trop dérangés, trop fous, comme celui ci. (ça me rappelle, divisé par dix bien sûr à cause de la longueur et parce que ça n'est pas aussi frappant, le malaise que j'avais ressenti en regardant le dvd de la Tour d'Ecrou)

tutut
LE tour d'écrou (the turn of the screw, not the tower of the screw).

J'ai bien aimé l'extrait mais je serais incapable de commenter au-delà de j'aime/j'aime pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 0:04

Tu peux alors déjà nous dire si tu aimes ou pas. Mr. Green

Wolfgang a écrit:
L'oeuvre possède les caractéristiques de ce que j'appellerais l'Opéra psychologique. Cela m'a évoqué directement L'amour de loin de Saariaho, la musique exceptée.
Pas d'action, uniquement un personnage qui sur scène, nous expose ses pensées dans un monologue. Tout se joue dans la psychologie du personnage.
Je te rassure, c'est le seul extrait du genre, il y a une vraie intrigue, quelque chose d'un peu plus palpable (heureusement) que dans l'Amour de Loin.


@ Era : Tu trouves le personnage fou ? C'est juste censé être un adolescent qui fait beaucoup de références littéraires pendant ses rêves érotiques. Mr. Green
D'ailleurs, pour ce qui est de ce fondu vers un espèce de quintette très tonal, c'est sans doute pour faire ressentir l'intimité de la scène et son côté presque "instinctif", familier. Du moins, c'est comme cela que je le ressens.
Mais l'effet est sans doute plus saisissant et parlant dans son contexte.

Je le répète, pour ceux qui sont un peu mitigés ou qui veulent se faire une idée du style général, il existe quelques autres extraits sur le Tube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Schwark
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2761
Age : 39
Localisation : Wallonie
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 9:31

Nabla a écrit:
Juger un opéra sur un extrait de quelques minutes ne me paraît guère pertinent…
surtout que cet opéra fonctionne très bien sur des extraits de quelques minutes... quant à l'apprécier avec le même enthousiasme après une écoute intégrale, c'est pas gagné... la musique tourne un peu en rond Confused
mais bon, ce n'est que mon avis,... le mieux est de l'écouter en entier avant de cèder à une admiration prématurée

j'ai personnellement tenu le coup jusqu'à la fin du 1er acte mais j'ai craqué au 2ème et j'ai passé le 3ème en rêvant d'une paire d'allumettes qui aurait pu tenir efficacement mes paupières Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poesie.webnet.fr/vospoemes/poemes/axel_gaspart/axel_gaspa
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 11:16

Wolferl a écrit:

@ Era : Tu trouves le personnage fou ? C'est juste censé être un adolescent qui fait beaucoup de références littéraires pendant ses rêves érotiques. Mr. Green
Oui, je le trouve quand même bien dérangé, c'est une vision un peu spéciale de l'adolescence, mais pourquoi pas Mr.Red


Dernière édition par Era le Dim 7 Fév 2010 - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1600
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 11:50

J'ai beaucoup apprécié cet extrait, merci pour cette découverte !
C'est vrai que musicalement, ce n'est peut-être pas de la dernière originalité, mais les textures sont belles et servent bien la déclamation du texte, qui reste toujours au premier plan, une option absolument pas condamnable quand on choisit une pièce de théâtre de cette qualité !

Bref, je pense que je l'achèterai aussi quand l'occasion se présentera...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 11:58

Wolferl a écrit:
Je te rassure, c'est le seul extrait du genre, il y a une vraie intrigue, quelque chose d'un peu plus palpable (heureusement) que dans l'Amour de Loin.

Tu m'en vois rassuré.


Wolferl a écrit:
@ Era : Tu trouves le personnage fou ? C'est juste censé être un adolescent qui fait beaucoup de références littéraires pendant ses rêves érotiques. Mr. Green

C'est à dire qu'il y a un peu tout et n'importe quoi dans ce monologue.
La religion (As-tu fais ta prière du soir Desdémone ?), la mort (Tu ne meurs pas à cause de tes péchés, mais à cause des miens.), la souffrance (n'ont pas toutes ensemble souffert autant que lui), tout cela mêlé à de la sensualité, que je trouve vraiment morbide (Ô comme le grand maître a dû être submergé de bonheur lorsque le modèle de quatorze ans, étendu sous ses yeux, s'étalait sur le divan!).
Tout cela participe à créer une conception de l'amour que je trouve très particulière, mêlant religion et passion charnelle, souffrance et plaisir; pour moi, il est clair que cet adolescent est un peu fou effectivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 25
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 12:17

Hé bien, pour ma part, je ne sais pas trop quoi ajouter de plus après tout ce qui a été dit... Personnellement, je n'adore ni ne déteste. Est-ce de l'indifférence ? Je ne sais pas. Pourtant, je l'ai écouté 3 fois cet extrait, et je n'accroche toujours pas. Ce n'est même pas à cause de la musique en elle-même qui m'a dérangé, d'autant plus que cela colle parfaitement à la folie nocturne de ce personnage (par contre, des deux extraits, je n'ai pas aimé la voix des personnages, il chante en fausset, non ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1600
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 12:20

En tout cas, le ténor a l'air d'être un rossinien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 12:47

Wolfgang a écrit:
[/i]Tout cela participe à créer une conception de l'amour que je trouve très particulière
De l'amour ? Pour moi ce n'est rien de plus que de l'érotisme, avec ses pulsions de vie et de mort (ici forcément exacerbées). Peut être que le personnage manque un peu d'équilibre, je ne sais pas. On découvrira au fil de l'action qu'il a en fait une relation homosexuelle.

Citation :
(par contre, des deux extraits, je n'ai pas aimé la voix des personnages, il chante en fausset, non ?)
C'est exactement la même représentation, donc le même chanteur, dans ces deux extraits. Smile
C'est essentiellement du sprechgesang, avec quelques passages en fausset effectivement (sur Knie par exemple).

J'en profite pour dire que, même si mon allemand est plus que schématique, je trouve la prosodie dans cet extrait magnifique. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14115
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 14:12

Plaisir des yeux sûrement, plaisir des oreilles aussi ; mais je me pose quand même la question sur la durée (combien de temps dure cet opéra ?). L'extrait proposé ne m'a pas du tout déplu musicalement, en particulier le passage tonal "monteverdo-purcellien" qui commence vers 5'00, quand l'armoire bascule sur le côté, et qui fait son petit effet. La musique est assez dépouillée, laissant la première place au texte, mais accroche bien l'oreille. En fait je m'interroge surtout sur ma capacité à accrocher au livret sur la durée. Les délires érotiques à la mord-moi-le-noeud chantés en allemand ne sont pas ma tasse de thé... L'extrait Youtube m'a donné envie de regarder l'opéra en entier. Le sujet est original et j'aimerais bien voir comment il est traité (même si je m'inquiète un peu au vu de ce monologue).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stadler
Clarinomaniaque
avatar

Nombre de messages : 8501
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 7 Fév 2010 - 19:48

Cette semaine, j'ai eu l'occasion d'assister à un concert mêlant musique classique comtenporaine et jazz.

Au programme, il y avait notamment "Nachfrühling" pour orchestre de chambre de Benoît Mernier. D'après le (trop court) commentaire de l'organisateur, cette pièce est liée à son opéra "Frühlings Erwachen". Mais est-ce l'ouverture, un autre extrait ou une pièce composée dans le même contexte... Je n'en sais fichtre rien.

Une pièce très rafraichissante en tout cas.

Quelqu'un peut-il m'en dire plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Dave
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2659
Age : 27
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Lun 8 Fév 2010 - 22:26

J'ai bien aimé l'extrait proposé, ce genre de musique m'intéresse toujours assez, du moins à la découverte. Et la passage tonal est assez agréable et bienvenu.
Mais en fait, je poste surtout pour dire que j'entends une brève citation du Barbe Bleue de Bartok à 4'12'' de l'extrait qui est sur Youtube. C'est assez net Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Lun 8 Fév 2010 - 22:40

Je n'entends pas très bien, mais ça semblerait logique puisqu'il est entrain de parler de Barbe-Bleue.

C'est sur les mots "Moritura me salutat" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dave
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2659
Age : 27
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Lun 8 Fév 2010 - 22:44

C'est ça.

Oui, c'est plutôt logique, mais je suis bien heureux d'avoir su l'entendre Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Lun 8 Fév 2010 - 22:45

Ça doit être discret, en plus je ne connais pas si bien que ça l'opéra de Bartok.

Merci ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 14 Fév 2010 - 11:06

J'ai découvert l'univers de BENOÎT MERNIER par le biais de sa quintette pour clarinette et quatuor à cordes (1998/99) qui avait tout d'abord été écrite pour accompagner un film muet; AMORE PEDESTRE - Marcel Fabre,1914 - une mise en scène comique du trio amoureux classique: la femme,l'amant et le mari jaloux. L'astuce de la mise en scène: le spectateur ne voit que les pieds des personnages et doit en reconstituer lui-même l'action et la psychologie. Cette pièce m'a tout de suite séduit par la délicatesse qui en émane,une certaine poésie un brin lunaire que la clarinette de J.M. CHARLIER exprime parfaitement. Il faut dire que j'ai toujours été sensible au son des clarinettes.
Des oeuvres comme LES NIAIS DE SOLOGNE pour huit musiciens,LES IDEES HEUREUSES avec l'Ensemble Ictus et INTONAZIONE pour orchestre,me plaisent bien également. A Radio-France,j'avais assisté à la première de AN DIE NACHT pour soprano et orchestre et j'avais déjà très largement apprécié les qualités de son écriture orchestrale. Comme dans les oeuvres précédentes, j'y ai ressenti quelque chose de très esthétique,
de très peaufiné. C'est cependant sur cd que mon admiration pour AN DIE
NACHT s'est confirmée et j'apprécie aussi les BLAKE SONGS pour soprano
et ensemble avec lesquelles elle est couplée. Je peux donc en déduire que
BENOÎT MERNIER est un compositeur fait pour moi. Seulement,je dirais de
sa musique qu'elle ne me tire pas spécialement la larme de l'oeil comme le
ferait celle d'un SCHNITTKE ou d'un MORRICONE; elle suscite chez moi autre chose de plus uniquement intellectuel: L'admiration d'une écriture
formidable,d'une esthétique accomplie.
Lorsque je suis tombé,au hasard d'une Fnac,à prix bradé,sur son opéra
FRÜHLINGS ERWACHEN,je n'ai pas hésité une seconde bien que je n'avais
encore lu aucun commentaire à son sujet. J'avais juste le délicieux souvenir du quintet pour clarinette et quatuor à cordes que j'imaginais
accompagner les pieds des acteurs et cela suffit à me convaincre que je faisais un bon choix. Maintenant,il va me falloir l'écouter et lui prêter toute l'attention qu'il mérite,surtout que vos commentaires attisent de plus en
plus mon enthousiasme. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 14 Fév 2010 - 12:24

Théo taschimor a écrit:
Seulement,je dirais de
sa musique qu'elle ne me tire pas spécialement la larme de l'oeil comme le
ferait celle d'un SCHNITTKE ou d'un MORRICONE; elle suscite chez moi autre chose de plus uniquement intellectuel: L'admiration d'une écriture
formidable,d'une esthétique accomplie.
Je comprends ce que tu veux dire, il y a toujours une espèce de distance dans cette musique qui empêche peut être d'être littéralement submergé.
Ceci dit, même si je ne connais malheureusement pas les oeuvres que tu cites, je pense que son opéra pourrait te mettre cette fois-ci la larme à l'oeil, il brasse beaucoup plus d'émotions qu'un simple plaisir intellectuel. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Dim 14 Fév 2010 - 13:40

Wolferl a écrit:
Théo taschimor a écrit:
Seulement,je dirais de
sa musique qu'elle ne me tire pas spécialement la larme de l'oeil comme le
ferait celle d'un SCHNITTKE ou d'un MORRICONE; elle suscite chez moi autre chose de plus uniquement intellectuel: L'admiration d'une écriture
formidable,d'une esthétique accomplie.

Je comprends ce que tu veux dire, il y a toujours une espèce de distance dans cette musique qui empêche peut être d'être littéralement submergé.Smile

Oui,tu formules assez bien ce que je ressens. Ce n'est d'ailleurs pas un reproche,proprement dit,dans mon esprit,que je fais à la musique de
MERNIER. Disons qu'il y a des musiques et même des styles musicaux qui
vont me procurer un plaisir plus viscéral qu'intellectuel et d'autres qui me
laissent avant tout admiratifs et me procurent donc un plaisir plus intellectuel que viscéral.C'est un peu ce qui se passe avec les
compositions respectives d'ALFRED SCHNITTKE et d'EDISON DENISOV, deux compositeurs russes que j'aime beaucoup et bien qu'ils aient été
contemporains,ont développé une oeuvre très différente. Ainsi,si le CONCERTO GROSSO N°1 de SCHNITTKE,comme beaucoup d'autres de ses
compositions,me prend directement aux tripes,la pièce intitulée SYMPHONIE chez DENISOV,comme son magnifique REQUIEM,d'une beauté distante et détachée,me fige dans l'admiration. Il y a donc l'émotion chaude (viscérale) et l'émotion froide (intellectuelle),et que bien sûr combinées entre elles en un tout émotionnel,l'une va davantage émerger
selon le type d'oeuvre et d'approche dont il va s'agir.
Il se peut effectivement que l'opéra de MERNIER accomplisse l'exploit d'une combinaison idéale des deux émotions,celles du corps et de l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 6943
Age : 33
Localisation : Aix / Marseille
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Mar 30 Mar 2010 - 12:33

En attendant de trouver le temps de me plonger intégralement dans Frühlings Erwachen, j'ai écouté ce disque ce matin :

(Cyprès, 2006)

Il contient des œuvres composées dans les années 90, essentiellement dans le registre de la musique de chambre :

~ Quintette pour clarinette et cordes (Jean-Michel Charlier, Quatuor Danel)
~ Les Niais de Sologne, pour 8 musiciens (Ensemble Musiques Nouvelles, dir. Fabiãn Panisello)
~ Les Idées heureuses, pour 2 pianos et 2 percussions à clavier (Ictus Ensemble, dir. George-Élie Octors)
~ Intonazione, pour orchestre (Orchestre Philharmonique de Radio-France, dir. Michaël Schønwandt)

J'ai écouté ça d'une oreille un peu distraite pour l'instant, mais j'ai trouvé ça plutôt pas mal. Wolferl, tu connais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Mar 30 Mar 2010 - 18:22

Non, j'ai un peu cherché mais il n'est pas facile à trouver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Mar 30 Mar 2010 - 18:29

Wolferl a écrit:
Théo taschimor a écrit:
Seulement,je dirais de
sa musique qu'elle ne me tire pas spécialement la larme de l'oeil comme le
ferait celle d'un SCHNITTKE ou d'un MORRICONE; elle suscite chez moi autre chose de plus uniquement intellectuel: L'admiration d'une écriture
formidable,d'une esthétique accomplie.
Je comprends ce que tu veux dire, il y a toujours une espèce de distance dans cette musique qui empêche peut être d'être littéralement submergé.
Ceci dit, même si je ne connais malheureusement pas les oeuvres que tu cites, je pense que son opéra pourrait te mettre cette fois-ci la larme à l'oeil, il brasse beaucoup plus d'émotions qu'un simple plaisir intellectuel. Smile

J'ai enfin découvert cet opéra de BENOÎT MERNIER et effectivement,le plaisir
ne me fut pas qu'intellectuel. J'ai vraiment aimé. J'aimerais en dire davantage
mais une nouvelle écoute s'impose et je manque de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 6943
Age : 33
Localisation : Aix / Marseille
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Mar 30 Mar 2010 - 20:05

Wolferl a écrit:
Non, j'ai un peu cherché mais il n'est pas facile à trouver !
Ah mince, le contraire m'aurait bien arrangé, tu en aurais sans doute mieux pu présenter ces œuvres que moi. Very Happy Bon je réécoute sous peu et je verrai ce que je peux faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafsan
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1508
Age : 52
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Ven 2 Avr 2010 - 23:37

Wolferl a écrit:
Non, j'ai un peu cherché mais il n'est pas facile à trouver !

Il n'est pas difficile à trouver sur le site de Cyprès… Il y a un autre disque fort beau, intitulé An die Nacht.

An die Nacht
Laure DELCAMPE Soprano
ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE LIEGE WALLONIE BRUXELLES
Patrick DAVIN Direction
Trio à clavier
TRIO FIBONACCI
Blake Songs
Carmen FUGISS Soprano
ENSEMBLE MODERN
Peter RUNDEL Direction

En attendant, je l'espère, son Concerto pour piano et orchestre, créé en juin 2008 (Cédric Tiberghien, Orchestre philharmonique de Liège, Pascal Rophé), son Quatuor à cordes «La guêpe et l'orchidée», créé en mars 2010 (Quatuor Danel), etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 4 Sep 2010 - 22:27




J'ai enfin pu me procurer ce CD et, ma foi, si tout ne pas pas également emballé, je dois dire que je ne suis pas déçu. Smile

An die Nacht pour soprano et orchestre, sur un poème de Novalis, renferme de belles couleurs sombres, une atmosphère assez spéciale, très poétique... mais pas extrêmement expressive. Disons que c'est plus un climat éthéré, contemplatif, où la musique, un orchestre assez fourni, dépeint un vaste paysage. Contrairement à Mantovani par exemple (puisque je baigne un peu dedans depuis quelques temps), il est beaucoup plus attaché à la courbe, à la ligne instrumentale qu'aux jeux de timbres et textures orchestrales - c'est plus horizontale finalement, ce qui lui donne peut être un aspect plus "classique".
Le trio pour piano, violon et violoncelle en revanche ne m'a pas plu du tout. C'est ultra-aride, on dirait un peu du Boulez sec et rigide, franchement pas séduisant.
L'esthétique des Blake Songs (composées environ dix ans auparavant) se situe un peu entre les deux. C'est nettement plus expressif que la grande fresque An die Nacht : de courtes mélodies brutes, dépouillés, donnant vie aux croquis sévères de William Blake. Il y a des très beaux effets entre la voix et les instruments à vent notamment.
Tout cela est vraiment intéressant, à défaut sans doute de séduire instantanément, il faut un peu s'accrocher. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafsan
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1508
Age : 52
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Lun 28 Fév 2011 - 23:01

Pour ceux qui souhaiteraient se faire une idée de la musique de Benoît Mernier, je suggère de suivre le lien
http://www.compositeurs.be/fr/compositeurs/jean-pierre_deleuze/28/ecoute/
et je conseille notamment son Quatuor à cordes «La guêpe et l'orchidée», créé à Bruxelles en mars 2010 par le Quatuor Danel lors du Festival Ars Musica (j'y étais…) – et redonné à Liège en mars 2011 par les mêmes interprètes et dans le cadre de la même manifestation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafsan
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1508
Age : 52
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   Sam 18 Juin 2011 - 22:11

Benoît Mernier compose actuellement un nouvel opéra, La dispute, sur un livret de Ursel Herrmann et Joël Lauwers d'après Marivaux, qui sera créé à la Monnaie en mars 2013 sous la direction de Patrick Davin et dans une mise en scène de Karl-Ernst et Ursel Herrmann.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafsan
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1508
Age : 52
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Actualités et projets   Mar 3 Jan 2017 - 1:20

Plusieurs œuvres récentes de Mernier ont fait l'objet d'enregistrements: sa pièce pour orgue Pange lingua est publiée par le label allemand Aeolus, son Troisième quatuor à cordes par la firme américaine Albany records et ses deux concertos (le premier pour piano et orchestre, le deuxième pour violon et orchestre) par l'éditeur belge Cyprès.

Mernier travaille actuellement à une composition pour la Choraline, le chœur de jeunes de la Monnaie, et l’Orchestre symphonique de la Monnaie ainsi qu’à un Concerto pour orgue et orchestre qui sera créé lors de l’inauguration du nouvel orgue du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Benoît Mernier (°1964)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Benoît Mernier (°1964)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Benoît Mernier (°1964)
» Benoît MERNIER (1964)
» Benoît Poelvoorde/Astérix aux jeux olympiques
» Eurovision 1964.
» Around And Around (1964)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: