Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg

Aller en bas 
AuteurMessage
steadyraph
Mélomane averti
steadyraph

Nombre de messages : 338
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/03/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyLun 15 Fév 2010 - 20:59

Je suis conscient que je m'expose aux foudres des modérateurs, mais j'ai jugé que le Parsifal de Syberberg méritait plus qu'une mention dans le fil consacré à l'opéra. Et puis comme je n'ai pas trouvé une seule occurrence de "Syberberg" dans l'ensemble de cette nouvelle somme théologique qu'est le forum, je me suis arrogé le droit de créer ce fil pour réparer l'impair sur le champ. Un mot sur le réalisateur (mais est-ce un réalisateur ?) au nom exotique dont il est question :
Hans-Jürgen Syberberg (né 1935) est un allemand (bah oui), fin lettré, mélomane exalté, fervent gesamtkunstwerkien s'il en est, et sans doute par dessus tout grand wagnérien. Ainsi ses films peuvent atteindre des durées uber-parsifalienne. Il a traité divers sujets, mais toujours avec une ampleur de réflexion à la mesure de son talent. Il est un peu obsédé par l'Allemagne, mais comme disait Alain Badiou : "On reconnaît les Français parce ce qu'ils savent ce qu'est la France, on reconnaît les Allemands car il ne savent pas ce que c'est que l'Allemagne" (sous-entendu : et ils cherchent depuis des siècles). Un film de Syberberg est une expérience véritablement différente de l'approche traditionnelle du cinéma, mais c'est là un autre débat.

Alors, quid du Parsifal de Syberberg ? Syberberg, obnubilé par Wagner comme il se doit, a décidé en 1981 de réaliser un film à partir de Parsifal. Non pas d'après Parsifal, mais bien à partir, le livret et l'opéra sont intacts. Simple mise-en-scène filmée alors ? Certainement pas, c'était mal connaître le bougre de teuton. D'abord l'ensemble est filmé dans une gigantesque reproduction en béton du masque mortuaire de Wagner, rien que ça. Pour le reste, il faut le voir. C'est résolument baroque et encombré, saturé de références artistiques et historiques, constamment allégorique, mouvant, mais c'est extraordinaire à mon humble avis (et pas que le mien d'ailleurs). Galimatias culturo-idéologique pour les uns (et ce jugement est sans doute dû à l'extrême richesse de l'oeuvre qui lui donne sans aucun doute un côté indigeste), merveille unique pour d'autres, Parsifal ne laisse pas indifférent. Il faut dire que l'opéra de Wagner étant déjà en lui-même riche et long, et pour tout dire mystique, cérémonial, rituel, etc., l'apport de Syberberg est souvent incompris. Mais il s'agit bien, selon moi, d'une autre oeuvre : c'est le Parsifal de Syberberg, non celui de Wagner, même si le premier contient le second. Il s'agit d'ailleurs d'une lecture très éclairante de Parsifal pour qui prend le temps de s'imprégner des choix scéniques de Syberberg.

Mais avant de débattre sur les merveilles de ce "film", 1) le connaissez-vous ? et 2) Qu'en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Utnapištim
Mélomane chevronné
Utnapištim

Nombre de messages : 3330
Age : 55
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyLun 15 Fév 2010 - 21:53

1) je connais ! affraid

2) je crois que j'ai rarement vu un film aussi prétentieux et chiant ! pale

Je ne sais toujours pas comment j'ai pu faire pour rester jusqu'au bout quand je l'ai vu au cinéma. Si je me souviens bien il y a deux acteurs dont une fille pour jouer Parsifal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87533
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyLun 15 Fév 2010 - 22:02

Sisi, il en a été question aux débuts du forum (premier semestre 2006, je pense)... mais ça a tellement été enterré dans les fils Wagner que...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
steadyraph
Mélomane averti
steadyraph

Nombre de messages : 338
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/03/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyLun 15 Fév 2010 - 22:09

Utnapishtim a écrit:
1) je connais ! affraid

2) je crois que j'ai rarement vu un film aussi prétentieux et chiant ! pale

Je ne sais toujours pas comment j'ai pu faire pour rester jusqu'au bout quand je l'ai vu au cinéma.

Palsanbleu ! Mon fil est ruiné ! Bon, je comprends tout à fait qu'on puisse trouve ça prétentieux. Mais je pense sincèrement que ce n'est pas le cas. Syberberg n'est pas un cuistre ; et personnellement j'ai été vraiment séduit - et écrasé, sans doute aussi - même si ce n'est pas un film que je regarderais tous les soirs.

Citation :
Si je me souviens bien il y a deux acteurs dont une fille pour jouer Parsifal
Exact, après que Kundry a embrassé Parsifal. Ce "dédoublement" est assez merveilleux, outre qu'on pourrait le justifier par bien des voies différentes. La plus simple étant encore qu'après le baiser, Parsifal surmonte le désir irrépressible qui a fait tomber Amfortas, et du même coup triomphe de l'ambiguïté de la figure érotique et (explictement) maternelle de Kundry. Il devient homme et femme, rédempteur qui dépasse la polarité des sexes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
steadyraph
Mélomane averti
steadyraph

Nombre de messages : 338
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/03/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyLun 15 Fév 2010 - 22:13

DavidLeMarrec a écrit:
Sisi, il en a été question aux débuts du forum (premier semestre 2006, je pense)... mais ça a tellement été enterré dans les fils Wagner que...

Ah ? L'outil de recherche me l'avait caché. Et puis il faut bien avouer que, sans doute, l'esprit vengeur de Wagner plane sur ses successeurs et occulte le mérite de ceux qui ont osé bouleverser son édifice bien construit - avec privilège de Louis II - en le réinterprétant cum grano salis... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87533
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyLun 15 Fév 2010 - 22:32

Plus prosaïquement, la fonction 'recherche' ne marche pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Bertram
Mélomaniaque
Bertram

Nombre de messages : 1722
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 6:22

En effet, le second acte m'avait paru intéressant. Mais le reste, du point de vue esthétique, quel pensum, avec ces défilés de quatre figurants à la queue leu leu et avec leur casque en fer blanc, on dirait un nanar !


Dernière édition par Bertram le Mar 16 Fév 2010 - 7:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Utnapištim
Mélomane chevronné
Utnapištim

Nombre de messages : 3330
Age : 55
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 6:52

Dans ce film Armin Jordan joue le rôle d' Amfortas !


Dernière édition par Utnapishtim le Mar 16 Fév 2010 - 6:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
Bertram

Nombre de messages : 1722
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 6:53

Oui, il mime tout le rôle d'Amfortas avec la voix de Wolfgang Brendel, je crois, et ça ajoute au côté "théâtre engagé des 80s" qui a terriblement vieilli dans ce film.


Dernière édition par Bertram le Mar 16 Fév 2010 - 7:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Utnapištim
Mélomane chevronné
Utnapištim

Nombre de messages : 3330
Age : 55
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 6:57

Bertram a écrit:
On ne fait pas que l'apercevoir, il mime tout le rôle d'Amfortas (avec la voix de Wolfgang Brendel, je crois)

Oui, je viens d'éditer. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
Bertram

Nombre de messages : 1722
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 7:14

moi aussi alors !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
steadyraph
Mélomane averti
steadyraph

Nombre de messages : 338
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/03/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 7:44

Bertram a écrit:
En effet, le second acte m'avait paru intéressant. Mais les deux autres, quel pensum, avec ces défilés de quatre figurants à la queue leu leu et avec leur casque en fer blanc, on dirait un nanar !

Et le prélude ? Et la scène de la transformation ? Et la cérémonie ? Je ne trouve pas que l'esthétique du film ait tant vieilli, ou alors elle l'a toujours été. L'encombrement et la saturation de chaque plan est sans doute pour beaucoup dans cette impression.
Musicalement, c'est sûr, le film ne vaut pas tripette ; le doublage est correct, mais la distribution laisse un peu à désirer. Encore une fois, si l'on veut écouter Parsifal, autant acquérir des disques.

Donc personne n'aime le Parsifal de Syberberg ? Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
Bertram

Nombre de messages : 1722
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 7:56

Oui j'étais en train de regarder la transformation.

watch?v=8PZErcCuEgA

C'est meilleur que dans mon souvenir. Je l'ai vu au cinéma et c'était insupportable de laideur, à la longue. Mais le choix de garder en partie un contexte théâtral dans le film est plutôt un handicap pour la force symbolique, je trouve.
Mieux vaudrait un véritable dispositif théâtral filmé comme tel ou alors un film qui aurait vraiment confiance dans la force de l'image "fictive".

Pour la musique, ça ne m'avait pas paru mauvais non plus, en particulier Minton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83836
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 9:31

DavidLeMarrec a écrit:
Sisi, il en a été question aux débuts du forum (premier semestre 2006, je pense)... mais ça a tellement été enterré dans les fils Wagner que...

Il en a notamment été question dans la rubrique Concerts, lors de la rétrospective de l'Auditorium du Louvre.
J'étais parti de la salle à la fin du 2è acte, et je n'ai pas envie d'en dire plus sur cette horreur... Mr.Red

Concernant le titre du sujet, pour moi Parsifal reste une oeuvre de Richard Wagner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87533
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 18:45

Tu es dur Xavier, c'est quelque part entre Medea et Bedknobs & Broomsticks, je trouve ça très sympa. Le côté cinéma expérimental symbolique a quelque chose d'un peu amateur que je trouve très attachant : on ne fait pas dans l'illusion, on fait du bricolage, et ça colle vraiment bien à la musique.

Ca vaut tous les Ponnelle et Schenk du monde en tout cas. Ca fait assez penser à Ponnelle, d'ailleurs (les décors grisâtres en toc, les zooms...), sauf que ça cherche à renouveler sans cesse le visuel, comme la musique de Wagner se renouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
steadyraph
Mélomane averti
steadyraph

Nombre de messages : 338
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 29/03/2009

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyMar 16 Fév 2010 - 20:43

Xavier a écrit:
Concernant le titre du sujet, pour moi Parsifal reste une oeuvre de Richard Wagner...
Oui, bien sûr, pour moi aussi. L'intention n'est pas de voler la vedette à Wagner, mais de souligner que le Parsifal de Syberberg n'est pas réductible, soit de bien soit de mal, à l'opéra (qui, nous sommes d'accord, est un pur chef-d'oeuvre, un absolu de l'histoire de la musique, un cérémonial bouleversant, etc.)

La scène de la transformation est assez belle, et je trouve au contraire que le dispositif scénique fonctionne bien. Et d'emblée, le drapeau nazi donne le coup d'envoi d'un voyage à rebours dans l'histoire de l'Allemagne, puisque "le temps devient espace", sans ambiguïtés.

J'apprécie beaucoup, également, le Prélude, et ses airs de manège surréaliste, avec l'apparition subreptice de divers personnages bien connus - Marx, Nietzsche également si je me souvient bien, figurent en exergue sous la forme de masques ou de marionnettes. Le thème de la relation de Parsifal à sa mère est exploré dès le Prélude.

La scène du dédoublement est également assez belle, la présence de Karin Krick, associée à la voix de Reiner Goldberg, est saisissante en Parsifal féminin - ou plutôt androgyne au sens plein.

Denis Lévy (cinéaste et critique, co-fondateur de la revue Art et cinéma) pointe à bon droit les questions que pose la saturation référentielle dans Parsifal :
"L’extrême richesse visuelle du film, la surabondance des références artistiques et historiques, introduisent, à mon sens, une relative difficulté d’écoute, en détournant l’attention de la musique. On pourrait presque dire que dans ces conditions, la musique de Wagner tend à être réduite à l’état de musique de film.
En tout cas, le film donne à penser que le rapport de l’écoute et du regard est dans une tension difficile à tenir. Ici, la musique pose question au cinéma."
La musique pose question au cinéma, alors que c'est souvent le cinéma qui simplement annexe la musique (y compris des oeuvres autonomes) en fond sonore. Si la musique de Wagner tend, comme le dit Lévy, à devenir une musique de film, ce n'est pas au sens strict - car au sens strict parsifal est bien plutôt un "film de musique" comme il en existe beaucoup dans le domaine de l'opéra. Musique de film, donc, et non fond sonore, toute l'alchimie du gesamtkunstwerk est en question (et la possibilité d'appliquer cette leçon au cinéma, qui était aussi interrogée, sur un autre mode, dans la collaboration de Bill Viola avec Peter Sellars dans le récent Tristan de l'ONP). Après, certains sont ulcérés par ce genre d'oeuvres, qui peuvent passer pour des détournements (après tout les situationnistes détournaient bien des films...). En ce qui me concerne, le Parsifal de Syberberg a considérablement nourri mon approche de cet opéra, qui opère (si j'ose dire), indépendamment du film, il faut bien le reconnaître, dans un champ symbolique inextricable que Wagner lui-même s'est bien gardé de démêler. Et tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gont
Néophyte


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 04/01/2013

Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Le Parsifal de Karin Krick chez Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg EmptyVen 4 Jan 2013 - 10:25

steadyraph a écrit:

La scène du dédoublement est également assez belle, la présence de Karin Krick, associée à la voix de Reiner Goldberg, est saisissante en Parsifal féminin - ou plutôt androgyne au sens plein.

Absolument, c'est magnifique, sûrement le plus beau film d'opéra, ce Parsifal dédoublé est admiré par Gilles Deleuze, Pascal Bonitzer, Alain Badiou, Denis Lévy, Olivier Père, Philippe Godefroid... Voir ici leurs articles sur ce Parsifal féminin, et des extraits vidéos : pour ou contre Karin Krick chez Syberberg

C'est heureux de découvrir ici un article sur ce Parsifal beaucoup trop ignoré, qui mériterait une nouvelle sortie en salle à l'occasion du bicentenaire Wagner cette année.

"Syberberg divise Parsifal, en fait surgir par déhiscence une jeune fille merveilleuse (Karin Krick) dont la bouche laisse passer la voix du ténor Reiner Goldberg...

Vampirisation réciproque et lutte corps à corps, interpénétration formidable du cinéma et de l'opéra, de Wagner et de Syberberg, du complexe bouche-gorge-larynx des acteurs et de la voix des chanteurs, des corps et des décors, de la profondeur et de la surface, du grand et du petit, stupéfiant brassage de la mise en scène sur une orchestration sublime...

Parsifal est hors-tout, c'est de l'extra-être, mais c'est l'une des choses les plus splendides qui aient jamais été sur un écran. Là le cinéma s'invente, surgit avec force et l'évidence du génie, transforme toutes les données du cinéma, traverse l'histoire du cinéma, du théâtre et de la peinture, fait émerger les corps et les paysages dans une tension, dans une lumière jamais vue, affirme l'irréel et l'impossible avec une incroyable puissance, joue de toutes les dimensions, de tous les égarements, de toutes les dislocations du corps et du visage, joue du play-back avec un tel génie que le son direct paraît presque en regard une mesquinerie de techniciens frileux..." (Pascal Bonitzer)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty
MessageSujet: Re: Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg   Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Parsifal de Hans-Jürgen Syberberg
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grand Théâtre de Genève - 09/10
» Hans von Bülow (1830-1894)
» Wagner - Parsifal (3)
» Wagner - Parsifal (2)
» Grosses taches et pointillés (peinture fraîche... ou pas et autres babioles)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: