Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La musique classique (au sens large) dans les cartoons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Muzikantor
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 33
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 27/01/2012

MessageSujet: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   Sam 28 Jan 2012 - 1:18

Salut à tous ! Content de me joindre à un forum de qualité sur la musique dite classique.

Au temps de l'âge d'or de l'animation américaine, les studios d'animation réalisaient des chefs-d'œuvre. Les décors et animations des personnages étaient dessinés entièrement à la main. Les gestes et expressions étaient fignolés/ La musique d'accompagnement de ces courts-métrages est souvent de très bonne facture. Scott Bradley a fait merveille chez la Metro-Goldwyn-Mayer en composant les musiques et arrangements des Tom et Jerry, Tex Avery, Barney Bear et autres «theatrical cartoons» de la MGM. Car oui, leur qualité les rendait digne d'être projetés dans les salles de cinéma, avec des affiches de même acabit que les affiches de films. Carl Stalling et Milt Franklyn furent les compositeurs les plus attitrés de la Warner. Darrell Calker pour les studios Walter Lantz

La musique d'accompagnement, très narrative, est à dominante orchestrale jazzy et classique ou atonale, suivant le développement du scénario. Elle prend une dimension remarquable dans les courts-métrages avec peu ou pas de dialogues parlés. De nombreux cartoons rendent hommage à la musique classique "savante" européenne. Les musiques classiques, romantiques, populaires et traditionnelles y sont utilisées/citées à moult reprises. Je vous présenterai ceux qui sont pour moi des bijoux en la matière et/ou les plus marquants. A vous d'en proposer d'autres également !

De la diffusion de ces courts-métrages, on retiendra une cultissime émission de Canal+ : ça cartoon, présentée par Philippe Dana seul dans sa première période.  Puis en compagnie de Toons incrustés dans l'image dans de petites saynètes de transition entre les cartoons. Enfin il est rejoint par Ludivine Laveine. Mes frères et moi la regardions assidument quand nous étions petits !
Cette émission fut axée majoritairement sur les cartoons Warner bros et MGM. Mais une autre émission, Cellulo présentée par Serge Bromberg sur La Cinquième, était beaucoup plus diversifiée tant en studios qu'en époques.



L'ouverture de Guillaume Tell - Overture to William Tell
Musical miniatures
Wally Walrus le morse dirige un orchestre d'animaux dans l'ouverture de Guillaume Tell. Le passage de la tempête est matérialisé par des effets spéciaux très (trop) réalistes que subira l'orchestre.
Mais pourquoi y voit-t'on dans la séquence finale un petit cheval volant ? En fait c'est un taon, qui en anglais se dit horsefly.


Le lapin de Séville - Rabbit of Seville
Bugs Bunny et Elmer Fudd
Bugs Bunny est aux prises avec Elmer Fudd dans les collines. Il se réfugie dans un théâtre. Elmer le retrouve et les péripéties se poursuivent sur fond de musique du Barbier de Séville de Gioachino Rossini
Les paroles originelles sont remplacées par celles du scénariste Michael Maltese. Elmer et Bugs dialoguent sur ces paroles pour faire connaître leur éternel différend chasseur/chassé au spectateur. Puis Bugs Bunny fait tout une explication lyrique à Elmer pour le convaincre qu'il luit faut être rasé ("You need a sha-a-ave !")
La Marche nuptiale du Songe d'une nuit d'été de Mendelssohn est citée à la fin du cartoon lorsque, après un crescendo de démonstration d'armement, Bugs et Elmer viennent à convoler en justes noces. Un des premiers mariages zoophiles de l'histoire ! Le gâteau de mariage étant décoré au nom du Mariage de Figaro.

Les 3 cartoons suivants ont pour toile de fond sonore la 2ème rhapsodie hongroise de Ferenc Liszt

Le concerto du chat - The cat concerto
Tom et Jerry


Interprétation du morceau par Tom, mais aussi par Jerry qui intervient pour son plus maheur et notre plus grand rire ! Les décors et mouvements de la mécanique du piano sont superbe. L'expression du visage de Tom le rend presque méconnaissable au début par son sérieux caricatural. Mais bien vite, quand Jerry fait son apparition, on retrouve la personnalité habituelle du chat.

Au milieu du cartoon, notamment, Jerry mécontent se met à jouer une mélodie jazzy qui surprend agréablement Tom un bref instant.
La séquence finale voit Jerry en colère arracher deux marteaux, pour jouer directement à sa manière le final du morceau, obligeant Tom à plusieurs reprises à synchroniser ses mouvements sur le clavier du piano devenu une sorte de piano de saloon !

Autre morceau entendu : 24ème Prélude, en rém, op. 28 de Frédéric Chopin, pendant le carton titre
Un épisode de Tom et Jerry qui a sans conteste mérité son oscar.


Le virtuose - Rhapsody Rabbit
Bugs Bunny


idem que Le concerto du chat, avec Bugs Bunny et une petite souris
Y'a-t-il eu plagiat d'un studio sur l'autre entre MGM et Warner bros pour ces cartoons, sortis la même année 1946 ?

Autres morceaux :
Aria "Largo al factotum" du Barbier de Séville de Rossini : brève citation comique, "Figaro Figaro" chantée par Bugs qui relève la similitude d'une fin de phrase.
La souris prend un malin plaisir à gêner l'interprétation de Bugs. Cependant l'ambiance est plus décontractée au moment du boogie woogie Taps (musique de claquettes = tap-dancing en anglais) de Daniel Butterfield. La souris donne le rythme qui surprend Bugs, lequel improvise dans un moment de brève mais géniale complicité entre les 2 protagonistes !
On y entend également Chopsticks : morceau à connotation scolaire présent dans de nombreuses méthodes de piano et autres claviers.
Marche funèbre de Sigfried de Richard Wagner : thème principal interprété après que Bugs Bunny eut cru s'être débarrassé de la souris avec un pétard, en marquant une longue pose avant la dernière note.


Symphonie en boulon bémol - Rhapsody in rivets
Merry Melodies


Construction d'un gratte-ciel sous la direction d'un lion chef de chantier.


Musique de grange de Chopin - Musical miniatures from Chopin
Andy Panda et Woody le Pic


Andy Panda joue une compilation de musiques pour piano de Chopin, à commencer par la polonaise n°6 "Héroïque". Moment choisi par Woody le Pic (Woody Woodpecker) pour venir cirer le piano et se dégourdir les doigts avec brio sur le piano d'Andy puis sur un autre piano en duo avec lui.

Autres extraits interprétés en solo et duo avec Woody :
Ecossaise Op. 72 No. 3 : pendant la chasse à la sauterelle par le caneton
Mazurka Op. 7 No. 1 : les acrobaties du cheval ivrogne pour rallumer son cigare
Scherzo op 31 No. 2 et Fantaisie Impromptu, Op. 66 : invasion des flamèches et incendie.
C'est ce qui s'appelle "mettre le feu" à un concert !


Fast and furry-ous
Bip bip et Coyote


Ce cartoon n'est pas à proprement parler un cartoon musical mais mérite d'être signalé pour sa musique d'accompagnement : un extrait de La fiancée vendue de Bedřich Smetana : la danse des comédiens.
Les thèmes du morceau reviennent tout au long du cartoon. Aussi bien dans les moments d'intense réflexion stratégique du Coyote que les courses-poursuites déjantées.
Des thèmes de la danse des comédiens sont aussi cités dans d'autres épisodes de la première période des Bip bip et Coyote : Going Going Gosh !, Ready Set Zoom !, Gee Whiz-z-z-z et d'autres Bip Bip et Coyote.


La polka des cochons - Pigs in a polka
Merrie Melodies


L'histoire des 3 petits cochons revisitée avec pour musique d'accompagnement plusieurs Danses hongroises de Johannes Brahms. Le compositeur est allemand mais c'est le caractère tzigane (plutôt qu'hongrois) qui prédomine danses danses.
Malgré le titre, point de polka ici, mais les danses hongroises No. 5 No. 6 No. 7 No. 17. Une sélection judicieuse et dont le caractère narratif est approprié tout au long du cartoon.


La mazurka des souris - Mouse Mazurka
Grosminet


Cette aventure de Sylvestre le Chat dit Grosminet est un prétexte à rassembler l'imagerie d'Epinal des américains sur l'Europe de l'Est. Drôle, car très cliché et avec une bonne dose d'humour noir. Une souris mène la grande vie notamment gastronomique chez "Le baron des barons" au village de Kaviarov (quelque chose comme šemertovo en VO). Jusqu'à ce que Grosminet arrive et interrompe l'opulence. Il sera question de vrai/faux bluff à la nitroglycérine.

Danses hongroises No. 7 No. 17 de Johannes Brahms
- No. 17 : figure la morosité de la souris prisonnière chez lui, guettée par la famine
- No. 7 : quand Grosminet confectionne un déguisement sur sa main pour piéger la souris
Pizzicato Polka de Johann et Josef Strauss : interprétée de manière très accélérée et du plus bel effet quand la souris danse avec la main de Grosminet déguisée en dame souris.

+ quelques morceaux traditionnels slaves orientaux :
 - Un gopak (titre ?) : au début quand les villageois se déplacent en dansant, et à la première apparition de la souris
 - Les bâteliers de la Volga : lorsque Grosminet soulève le coffre avec une corde
- Deux guitares (chanson tzigane russe) : à plusieurs reprises, lors de la première course poursuite (refrain), quand ils montent au Ciel (intro)
 - Dans le jardin, dans le potager (Vo sadu li, v ogorode) lorsque Sylvestre poursuit la souris au Ciel. Mélodie citée également dans d'autres cartoons tels The Gay Anties, Russian Rhapsody, Hare Tonic. Avant de la trouver, j'ai longtemps cherché du côté de l'ouest de l'Ukraine, croyant trouver une ressemblance avec une kolomyjka ou mélodie de Bucovine (ex Arcan - le lasso...) ouf !



Vacances pour cordonnier - Holiday for shoestrings
Merrie Melodies

Carton titre original pré-1948


Carton titre "Blue Ribbon"

Florilège de musiques de compositeurs d'Europe centrale et orientale : Strauss, Liszt, Chopin, Tchaïkovski. C'est un merveilleux cartoon qui aurait pu être oscarisé. Il raconte l'histoire d'un cordonnier alité, malade semble-t-il,  aidé par des lutins qui lui réparent les chaussures à sa place. Avec des extraits musicaux différents pour chaque saynète

Ouverture du songe d'une nuit d'été Mendelssohn citée pendant le carton titre du dessin animé

Valse Op. 34, No. 2 en la m de Frédéric Chopin. Durant la scène d'introduction à l'entrée de la boutique de Jack le cordonnier, appuyant la situation dramatique dans laquelle il se trouve.
Mais l'espoir y succède avec l'apparition progressive des nains et leur irruption furtive dans l'atelier, sur fond de la Danse de la fée Dragée de Casse-noisettes, de Tchaikovski

Valse minute de Chopin : quand les lutins font de la récupération sur une botte. Il ne reste alors qu'une charpente de la botte. Pour finir, un lutin dépose délicatement une grappe de raisin, sur la dernière note de la valse.
Légendes de la forêt viennoise de Strauss II : Un clou est enfoncé alternativement par plusieurs nains costauds avec une masse, et par un petit nain et son petit marteau. Gag présent également dans Rhapsody in rivets
La Voix de printemps de Johann Strauss accompagne le piquage décoratif de la chaussure blanche. Une scène magique terminée par le gag réitéré dans ne nombreux cartoons du slogan «Eat at Joe's»
Le Grand Galop Chromatique de Liszt est entendu à 3 reprises : pendant le cloutage d'une semelle, le modelage de chaussures dans une sorte de gaufrier et quand le cordonnier tente de filer en douce pour jouer au golf.
Grande Valse Brillante de Chopin lors du découpage des semelles par un patineur
Humoresque en sol M de Tchaikovski : Le lutin bigleux, probablement apprenti, essaie d'utiliser un marteau. La scène revient 3 fois dans le cartoon, un peu comme 3 mini-entr'actes. Les deux premières fois, son maître reçoit le coup. Le troisième essai est couronné de succès grâce à la mise en pratique de la théorie des contraires.

Autres extraits de Casse-noisettes
 -Danse chinoise : pendant le boutonnage impossible d'une botte par un lutin
 - Danses arabe : Laçage d'une chaussure montante par un charmeur de lacets
 - Danses des Mirlitons (Gopak) : présente à la fin du cartoon, quand un lutin enfonce un clou dans un patron de bois et qu'un autre abruti le retire de l'autre côté. Jusqu'à ce que les lutins donnent une signification littérale à l'expression "être cloué au lit" en ramenant le cordonnier prétendûment malade et qui voulait partir jouer au golf.

Tex Avery reprendra l'idée du cordonnier aidé par des lutins dans Peachy cobbler


Un concert mouvementé - Long-haired hare
Bugs Bunny


Bugs Bunny chante quelques chansons populaires à l'époque de réalisation chantées. A chaque fois, un choriste dérangé en pleine répétition agacé par le fameux lièvre, lui montre sa furieuse façon de penser en massacrant les instruments du pauvre Bugs Bunny (banjo, harpe, hélicon). La guerre est déclarée ! Et le choriste connaîtra la vengeance de Bugs le jour de sa représentation.

Aria "Largo al factotum" du Barbier de Séville de Rossini : chanté par le choriste pendant sa répétition chez lui
Prélude, 2ème thème de l'acte III de Lohengrin de Richard Wagner : évoqué lorsque Bugs Bunny déguisé en groupie vient demander une autographe au chanteur.
Ouverture de La Belle Galathée, Franz von Suppé : Quand Bugs Bunny déguisé en chef d'orchestre se fait appeler «Leopold !» (Stokovsky ?) par les musiciens de l'orchestre.

Commence alors une séance de vocalises talentueuses, dirigées par un Bugs Bunny chef d'orchestre à l'expression des plus sévères et hiératiques qui soit ! Le choriste doit tenir une note de manière interminable à cause de l'exigence sadique de Bugs. Sa puissante voix finit par faire s'effondrer la demi-coupole de la scène (ressemblante à l'Hollywood Bowl). Enfin, en écho au début du cartoon, Bugs joue quelques notes au banjo.


La note ivre - The high note
Merrie Melodies


Dans ce court-métrage onirique, les notes de la partition s'animent pour donner naissance au Beau Danube Bleu de Johann Strauss, dont le thème principal revient de manière récurrente dans le cartoon.

Avec des citations de musiques populaires :
How dry I am ("Qu'est-ce que chui bourré") : fréquemment citée dans les cartoons lorsque les personnages sont ivres. Chanson traditionnelle américaine
"Little Brown Jug" connu en France sous le titre de "Talon pointe" de Joseph Winner : joué quand la note ivre sort du livret de la partition
"Wiegenlied, Op. 49, No. 4 "Brahms' Lullaby" : "Go to sleep" de T&J : A l'éclosion de l'oeuf. On entend souvent cette musique comme berceuse lorsque des personnages ont envie de dormir
Where, Oh Where, Has My Little Dog Gone? Mélodie tirée d'une chanson traditionnelle allemande


What’s opera, Doc?
Bugs Bunny et Elmer Fudd


Parodie des opéras de Wagner. En 6 minutes, ce cartoon vous propose un aperçu des 18 heures de la tétralogie de l'Anus des Libellules euh… l'Anneau des Nibelungen. C'est l'histoire magnifiée d'une chasse au lapin habituel : Elmer Fudd le «Beau et victorieux guerrier ô noble chasseur» contre Bugs Bunny.
Chœur des pèlerins de Tannhäuser
Ouverture du Vaisseau Fantôme (traduction littérale : "Le Hollandais volant")
Ouverture de Tannhäuser'
Aria "Return My Love" paroles de Michael Maltese
"Rienzi"
La chevauchée des Valkyries de La Valkyrie
"Horn Call" de Siegfried


Tom et Jerry à l'Hollywood Bowl - Hollywood Bowl
Tom et Jerry

Carton titre original, un ciel étoilé défilant en arrière-plan des crédits


Carton titre après la ressortie

 

Tom a l'honneur de diriger un orchestre à la scène de plein air de l'Hollywood Bowl. Au programme : L'ouverture de La Chauve-souris de Johann Strauss
L'introduction du cartoon jusqu'au zoom sur la scène, est sur un thème tiré du poème symphonique Les Préludes de Liszt. Tom et Jerry se disputent la direction de l'orchestre. Après plusieurs essais infructueux, Jerry sabote le concert en sciant les estrades des musiciens. Mais à quelque chose malheur est bon : c'est l'occasion pour Tom de montrer son immense talent d'Homme-orchestre pour terminer le morceau en apothéose !

[nb : Les rubriques soundtracks sur IMDB.com furent des plus utiles pour cet article.]


Dernière édition par Muzikantor le Ven 13 Mai 2016 - 0:58, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1113
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   Sam 28 Jan 2012 - 9:00

Joli sujet. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4031
Age : 22
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   Sam 28 Jan 2012 - 11:03

Magnifique boulot tigadlamarn thumleft ! Et bienvenue sur le forum !

_________________
Si Titus Andronicus avait compté six actes, Shakespeare s'en serait pris aux spectateurs des premiers rangs du parterre et les aurait fait périr dans d'atroces souffrances.
(Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain)

La vérité est si vraie, la force si forte, la finesse si fine, la profondeur si profonde et la philosophie si universelle dans ce texte qu'il vaut bien la peine d'y passer un instant.
(Un journaliste américain, 1894)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14250
Age : 55
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   Sam 28 Jan 2012 - 12:30

Beau fil, merci ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5563
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   Sam 28 Jan 2012 - 13:15

tigadlamarn!!!! cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers

kiss

Merci pour tout ces films, là dedans je connais, Rabbit of seville, la mazurka des souris, Hollidays for shoestring et What's opera doc, dont on parlait il n'y a pas longtemps sur le forum d'ailleurs qui est probablement l'une des meilleurs transpositions de l'univers wagnérien au cinema bedo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muzikantor
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 33
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 27/01/2012

MessageSujet: Re: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   Sam 28 Jan 2012 - 16:09

What's opera Doc ? est une parodie dont le côté caricatural est un vrai hommage. Cet épisode est dans la compilation "Bugs Bunny et ses amis : enfin le film !" qui est une succesion de cartoons entrecoupées par des présentations de Bugs Bunny lui-même décontracté chez lui dans sa villa de star
Holiday for Shoestrings est le plus fabuleux de tous. Par forcément en animation mais en envoûtement sûr !
Les images de titres proviennent principalement de mes vhs d'enregistrements de ça cartoon que j'ai numérisées, notamment pour garder les premiers doublages de la warner dont je suis fan. Mais aussi de dvds et... d'autres sources !
Plus généralement, j'adore les cartoons musicaux de style classique et jazz, comme les Silly Symphonies de Walt Disney qui a honoré la musique classique par le fantastique Fantasia, qui même si c'est un long-métrage, est une succession de tableaux musicaux accompagnés de superbes musiques, telles l'inoubliable Apprenti-Sorcier de Paul Dukas, les danses de Casse-Noisette de Tchaïkovski, la symphonie pastorale de Beethoven, la nuit sur le Mont Chauve de Moussorgski..


Dernière édition par tigadlamarn le Jeu 19 Déc 2013 - 2:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5563
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   Lun 30 Jan 2012 - 20:41

Ah oui Fantasia!!! Il faudra que je m'achète le DVD un de ses jours parce que ma VHS n'est pas éternel et la qualité commence a laisser a désirer, c'est un film qui a fait beaucoup pour mon gout pour le classique en tout cas ça c'est sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 11979
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukrainien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   Dim 26 Fév 2012 - 20:23

On devient vieux avec tout ça... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La musique classique (au sens large) dans les cartoons   

Revenir en haut Aller en bas
 
La musique classique (au sens large) dans les cartoons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La musique classique (au sens large) dans les cartoons
» Intégration du jazz dans la musique classique
» Avis de recherche : les oiseaux dans la musique classique
» Musique Classique dans le Cinéma
» Les virtuoses de la musique classique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Autres musiques :: Musique de film-
Sauter vers: