Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Zoltan Kodaly (1882-1967)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Horatio
Mélomane chevronné
Horatio

Nombre de messages : 4050
Age : 25
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Zoltan Kodaly (1882-1967)   Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 EmptyDim 31 Juil 2011 - 14:54

La Sonate pour violoncelle seul op.8 est un verai chef-d`oeuvre, a decouvrir de tout urgence, au meme titre que cles oeuvres pour orchestre citees plus haut. Bon, je vais essayer de ne pas faire doublon avec la reponse de Cello plus haut Laughing ...
Kodaly etait lui-meme violoncelliste, c`est pourquoi il a gratifie son instrument de quelques pieces de repertoire magnifiques. La Sonate est, a juste titre, consideree comme l`une des pages les difficiles pour l`instrument. L`interprete est amene a utiliser des techniques tres diverses (pizzicatos, flagolets, scordatura...) et a produire des sonorites elles aussi tres diverses. Le premier mouvement s`ouvre sur l`accord de si mineur (rendu possible grace a la scordatura : les deux cordes les plus graves sont un demi-ton plus bas que la normale, ce qui donne si-fa #-re-si), qui reapparaitra a la fin, apres le developpement plus meditatif. Le second mouvement est moins demonstratif, profond, alors que le troisieme fait appel a toutes ces techniques "paralleles".

Bien que ce ne soit pas la section discographie, je recommende la version de Jiri Barta, violoncelliste tcheque (Supraphon, vous l`aurez devine) : aux antipodes de la version Starker, tres distant et controle, Barta insuffle a cette musique une energie toute slave, un allant remarquable, une variete de sonorites et de nuances digne d`eloges sunny . La technique est bien sur parfaite - mais ce qui fait avant tout l`excellence de cet enregistrement, c`est qu`il ne tombe jamais dans le too much, il dose a merveille son energie.
Revenir en haut Aller en bas
Ben.
Mélomane chevronné
Ben.

Nombre de messages : 2000
Age : 31
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/10/2010

Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Zoltan Kodaly (1882-1967)   Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 EmptyVen 13 Juil 2012 - 16:53

Horatio a écrit:
La Sonate pour violoncelle seul op.8 est un verai chef-d`oeuvre, a decouvrir de tout urgence, au meme titre que cles oeuvres pour orchestre citees plus haut. Bon, je vais essayer de ne pas faire doublon avec la reponse de Cello plus haut Laughing ...
Kodaly etait lui-meme violoncelliste, c`est pourquoi il a gratifie son instrument de quelques pieces de repertoire magnifiques. La Sonate est, a juste titre, consideree comme l`une des pages les difficiles pour l`instrument. L`interprete est amene a utiliser des techniques tres diverses (pizzicatos, flagolets, scordatura...) et a produire des sonorites elles aussi tres diverses. Le premier mouvement s`ouvre sur l`accord de si mineur (rendu possible grace a la scordatura : les deux cordes les plus graves sont un demi-ton plus bas que la normale, ce qui donne si-fa #-re-si), qui reapparaitra a la fin, apres le developpement plus meditatif. Le second mouvement est moins demonstratif, profond, alors que le troisieme fait appel a toutes ces techniques "paralleles".

Bien que ce ne soit pas la section discographie, je recommende la version de Jiri Barta, violoncelliste tcheque (Supraphon, vous l`aurez devine) : aux antipodes de la version Starker, tres distant et controle, Barta insuffle a cette musique une energie toute slave, un allant remarquable, une variete de sonorites et de nuances digne d`eloges sunny . La technique est bien sur parfaite - mais ce qui fait avant tout l`excellence de cet enregistrement, c`est qu`il ne tombe jamais dans le too much, il dose a merveille son energie.

J'ai réécouté tout à l'heure une version remastérisée de Tortelier (1979), c'est quand même assez hallucinant d'intensité et de virtuosité. Je ne sais pas si tu connais la version de Niels Ullner, mais c'est aussi une prestation de très haut rang. Peut-être moins fiévreuse, et plus grave.

En cherchant un sujet discographique sur cette sonate, j'ai été stupéfait de voir que Kodály n'avait qu'un seul vrai sujet à son nom: le compositeur semble souffrir d'un réel anonymat, même par ici. C'est étonnant, puisqu'une grande partie de sa production pour violoncelle (solo ou de musique de chambre) se situe à mon sens au même niveau que celle de Bartók.
Revenir en haut Aller en bas
http://concert-perpetuel.blogspot.fr/
Horatio
Mélomane chevronné
Horatio

Nombre de messages : 4050
Age : 25
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Zoltan Kodaly (1882-1967)   Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 EmptyVen 10 Aoû 2012 - 18:26

Découverte tout-à-fait surprenante : une version de la Sonate pour violoncelle seul op.8 assez folle, par... Pierre Fournier.

Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 41XgZrnT%2BEL._SL500_AA300_

On associe souvent le violoncelliste français aux standards du répertoire (avec Dvorak en tête, Brahms, Elgar, Franck, Bach, Beethoven, R. Strauss ou encore Saint-Saens), en oubliant qu'il a joué - mais malheureusement rarement enregistré - du répertoire plus contemporain ou exotique ; Kodaly justement, Debussy, Martinu, Chostakovitch, Honegger et d'autres. C'est un véritable gâchis, lorsqu'on considère la qualité du musicien.

Cette célèbre Sonate de Kodaly, captée en live (!) à l'occasion des débuts de Fournier au festival de Salzbourg en août 1958, déploie une noble férocité particulièrement remarquable. L'idiome interprétatif de cette pièce a bien sûr été établi par Starker : un jeu vif, aiguisé et alerte, agrémenté d'un subtil rubato qui fait ressortir l'aspect souvent rhapsodique de la partition (dans le dernier mouvement notamment). Fournier possède en commun avec Starker ce timbre très frotté, rarement charnu, au grain prononcé et immédiatement reconnaissable, où la couleur boisée jaillit grâce à un archet explosif. Une relative sécheresse qui balaie déjà tout embourbement trop romantique.
La différence entre les deux interprètes est plus marquée sur le plan interprétatif ; là où Starker chercher l'osmose avec la musique (il n'y a qu'à le voir jouer cette même Sonate en live au Japon, les yeux clos du début à la fin), Fournier descend dans l'arène. S'il se donne moins de liberté sur le rythme, il creuse plus violemment les contrastes, cherche les inflexions du discours et la véhémence ; son second mouvement est plus violent encore que le premier, et il n'est question nul part d'accalmie. Ce qui est remarquable, c'est que malgré cette posture de combattant - distingué, mais tout de même combattant - Fournier conserve un jeu clair, lisible et très propre (signalons quelques minimes accrocs dans le dernier mouvement, qu'il est de toute façon impossible de réaliser parfaitement en live).

En complément de cette magnifique version, de non moins magnifiques sonate de Brahms (pas loin de la quadrature du cercle entre timbre et dynamique), Debussy et les Variations rococo de Tchaïkovsky avec accompagnement piano.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Zoltan Kodaly (1882-1967)   Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 EmptyVen 10 Aoû 2012 - 18:31

Je confirme que c'est une excellente version de cette sonate. C'est même assez époustouflant pour du live. Je suis un peu plus réservé sur le reste du programme, pas à cause de Fournier, mais à cause du pianiste.
Revenir en haut Aller en bas
docteur mabuse
Mélomaniaque
docteur mabuse

Nombre de messages : 816
Date d'inscription : 15/11/2016

Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Zoltan Kodaly (1882-1967)   Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 EmptyMar 22 Oct 2019 - 1:46

Ben, en playlist, a écrit:
Kodaly
Sonatine pour violoncelle et piano, op.4
Sonate pour violoncelle, op.8

Steckel, Rivinius

Très joli disque. Et des œuvres magnifiques.

mains  Des oeuvres magnifiques, qu'on se le dise !

Et par Miklos Perenyi, voilà un de mes disques de chevet :
Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 455601
Hungaroton (2003)

J'adore aussi la photo du tout jeune Perenyi avec le maître en personne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Zoltan Kodaly (1882-1967)   Zoltan Kodaly (1882-1967) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Zoltan Kodaly (1882-1967)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Gustave Samazeuilh (1877–1967)
» Pink Floyd video anthology 1967-1983
» John Coltrane : Om (1967)
» Paris - St-Marcel - Beuchet-Debierre - 1967
» The Rolling Stones 1962-1967 (Régis Canselier)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: