Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les grands interprètes de Chopin

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Les grands interprètes de Chopin   Lun 11 Nov 2013 - 7:58

Scherzian a soulevé avec l'interprètation de Chopin par Moriz Rosenthal un très sérieux problème à mon avis, qu'est-ce qui s'est perdu dans l'interprètation du piano depuis ces grands pianistes, mais on peut prendre aussi Joseph Lhevinne ou Harold Bauer, bref ces interprètes de génie avaient une façon de jouer tellement poètique qu'il semblerait que l'instrument piano n'exista plus que pour s'effacer devant eux et ne produire que de la beauté, bon Chopin est un musicien à part et il y a eu des spécialistes de Chopin comme Paderewski ou Cortot, mais à chaque fois l'oeuvre était transformée en oeuvre d'art, ce n'était plus une partition et une oeuvre mais la traduction passionnante du bout des doigts de cette oeuvre et le résultat était toujours étonnant, pas la peine de dire que ces pianistes faisaient salle comble, mais je ferais bien un parallèle avec le chant, le bel canto et même pourquoi pas aussi le chant wagnèrien, des chanteurs comme Auréliano Pertile ou un Giuseppe De Luca arrivaient avec leur voix et un air pourtant connu à le rendre différent et en faire quelque chose d'autre d'absolument passionnant et subjuguer les foules alors?


Dernière édition par gluckhand le Lun 11 Nov 2013 - 8:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 11 Nov 2013 - 8:19

William Kapell.Il faut absolument connaître ce pianiste mort à à 31 ans dans un accident d'avion,non seulement pour Chopin mais pour d'autres oeuvres, en plus son coffret regroupant ses enregistrements est à très bas prix.Moi j'aime beaucoup les Mazurkas de Chopin et Kapell se défend très bien là-dedans, ce sont des oeuvres apparemment légères mais qui contiennent ce que j'aime chez Chopin ce côté nostalgique et sombre.Plus on ira en avant ,plus le piano enregistré dans les années 1950 nous paraîtra ingrat, alors que celui enregistré dans les années 1930 passe très bien allez savoir pourquoi? Bref Kapell est un kapellmeister dans Chopin et ses mazurkas,j'aime beaucoup cette force et cette fragilité à la fois.Pour les 2 sonates enregistrées de Chopin, malheureusement l'ingratitude du son du piano parfois fait un peu perdre le discours poètique et c'est dommage, mais ça reste de belles versions , enregistrées dans les années 50 ,à écouter même s'il y a eu mieux depuis!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 11 Nov 2013 - 10:48

Les noms qui viennent directement à l'esprit sont pour ma part:
Rubinstein , beaucoup on découvert Chopin par ses enregistrements
Sanson François
Lipatti
Magaloff , meilleure intégrale selon moi, équilibre et bon ton
Arrau , et oui toujours lui, y a-t-il un répertoire que cet homme aie raté ?
Pollini , que je préfére dans Chopin que dans Beethoven par exemple
Argerich , de belles pépites
Et
Pogorelich , souvent critiqué à cause de ses partis pris mais que j'aime partout , on ne s'y ennuie jamais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 11 Nov 2013 - 11:17

Bien sûr Lekap, ce sont de grands interprètes mais il y a beaucoup d'autres interprètes de Chopin avant eux, dont Paderewski dont je parlais plus haut, Joseph Hoffmann et bien d'autres un peu oubliés comme Braîlowski, tant pis si j'écorche quelques noms au passage, cerains ont même fait carrière dans Chopin principalement.?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 11 Nov 2013 - 11:26

gluckhand a écrit:
Bien sûr Lekap, ce sont de grands interprètes mais il y a beaucoup d'autres interprètes de Chopin avant eux, dont Paderewski dont je parlais plus haut, Joseph Hoffmann et bien d'autres un peu oubliés comme Braîlowski, tant pis si j'écorche quelques noms au passage, cerains ont même fait carrière dans Chopin principalement.?

Tout à fait d'accord avec toi gluckland mais l'intitulé de ton fil est "les grands interprétes" et c'est la raison pour laquelle je te mets les noms qui me viennent directement à l'esprit
Quant aux autres que tu mentionnes , soit je ne les connait pas , soit c'est trop vieux pour moi
Je dois avoir une malformation auditive car il m'est totalement impossible d'écouter des vieilles lunes avec un son d'un autre àge
C'est pas une critique mais simplement un constat et çà ne met certainement pas en cause les qualités d'interprétation des ancêtres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 11 Nov 2013 - 11:35

LeKap a écrit:

Quant aux autres que tu mentionnes , soit je ne les connait pas , soit c'est trop vieux pour moi
Je dois avoir une malformation auditive car il m'est totalement impossible d'écouter des vieilles lunes avec un son d'un autre àge
C'est pas une critique mais simplement un constat et çà ne met certainement pas en cause les qualités d'interprétation des ancêtres
Tu as des enregistrements au Piano roll des enregistrements mécaniques vraiment très bon, c'était des cartes perforées je crois , bon ça vaut ce que ça vaut question interpretation c'est sûr!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 11 Nov 2013 - 14:17

Merci beaucoup Gluckhand pour ce beau fil. À mon avis, l'œuvre de Chopin est une des quatre, parmi les « classiques », avec celles de Mozart, de Liszt et de Scriabine, qui forment au mieux les musiciens à l'art du piano. Toujours à mon avis, c'est pour ça qu'il vaut mieux se méfier des « spécialistes de [...] ». Un musicien qui joue bien ces quatre-là a toutes les chances d'être fabuleux aussi dans à peu près toute la littérature pour piano : de ne pas transformer son instrument en un appareil de percussion, par exemple. Dans le cas de Chopin et de Liszt, ce sont en outre les maîtres qui ont fondé l'art de toucher le piano. Je pense que c'est donc important d'écouter les musiciens qui ont été leurs meilleurs élèves, ou les meilleurs élèves de leurs élèves. Je ne pense pas qu'on puisse donner de sens plus pertinent à la notion d'« authenticité » qu'une lignée directe, courte, puissante et assimilée entre les interprètes qu'on écoute et les maîtres qui les ont modelés. Important aussi, je crois, de lire les textes des pianistes-pédagogues qui ont assimilé l'enseignement de Chopin et de Liszt, et qui ont éventuellement fondé leur méthodologie sur leurs principes explicités.

À propos des « spécialistes », je ne parlerai pas d'Ignacy Jan Paderewski, ni de Raoul Koczalski, par exemple, que je ne connais pas assez (et que je n'apprécie pas assez dans ce que je connais d'eux), mais en tout cas je ne suis pas du tout d'accord pour dire qu'Alfred Cortot était un « spécialiste de Chopin ». Ce musicien a tout joué du cœur de répertoire, et même de certaines de ses marges, comme soliste et en musique de chambre (le lieu idéal pour apprendre à faire chanter un instrument « à marteaux et cordes frappées »), et je ne suis même pas sûr, pour ma part, de ne pas le trouver encore plus grand dans la musique de Schumann que dans celle de Chopin.

gluckhand a écrit:
Scherzian a soulevé avec l'interprètation de Chopin par Moriz Rosenthal un très sérieux problème à mon avis, qu'est-ce qui s'est perdu dans l'interprètation du piano depuis ces grands pianistes, mais on peut prendre aussi Joseph Lhevinne ou Harold Bauer, bref ces interprètes de génie avaient une façon de jouer tellement poètique qu'il semblerait que l'instrument piano n'exista plus que pour s'effacer devant eux et ne produire que de la beauté [...]
Je reviens sur ça, juste pour confirmer que quand je disais qu'on avait perdu quelque chose d'essentiel à mes yeux, dans l'interprétation au piano de Chopin, ce n'était pas pour laisser entendre qu'on aurait perdu quelque chose sans rien gagner en parallèle ailleurs. Selon ce qu'on attend de la musique de Chopin, on pourra trouver que ce qui a été perdu est dérisoire, secondaire, significatif, important ou essentiel. Je n'ai pas réellement réfléchi à la question, mais pour prendre quatre exemples où l'art des anciens, formés au contact des compositeurs et/ou de leurs meilleurs élèves, me semble le plus splendide :

  • la hiérarchie des accents et du phrasé, pour magnifier la forme, par exemple la structure thématique, les lignes de chant cachées, etc., et pour colorer l'harmonie et texturer toute la pièce ;
  • la gestion du temps, l'agogique en général et le rubato en particulier. C'est clair, par exemple, que les anciens ne se seraient jamais posé cette question, vide de sens, de savoir s'il faut « rendre » ici ce qu'on a « pris » là-bas en matière de rubato : ils savaient que la seule chose importante est de rendre aisément perceptible et en permanence, pour l'auditeur, la pulsation métrique fondamentale de l'œuvre ; on se fiche bien de connaître l'ampleur du décalage entre le temps musical, imposé par l'harmonie, le rythme et la thématique, et le temps. Un exemple magnifique : Benno Moiseiwitsch ;
  • l'incorporation organique de l'ornement dans la ligne de chant. Un des aspects les plus frappants de l'art de Moriz Rosenthal, qui permet de jouer chaque passage comme un envol, comme s'il était signalé, sur la partition, par une indication dolce sfogato. Une liberté suprême qui dissout les barres de mesures, la carrure et le manque d'expressivité de la notation. Il y faut un vertige lyrique et une forme de tutoiement avec le sublime qui échappent à la lettre stricte. L'analogie avec une forme onirique de bel canto ne me semble pas du tout inappropriée, au contraire ;
  • le legato sans pédale, qui libère cette dernière pour ses vraies fonctions, en particulier celles de coloration harmonique, et évite de s'en servir comme d'un cache-misère.

Je ne parviens pas à réduire la liste des pianistes que j'aime le plus dans la musique de Chopin à moins de trente-deux noms. Par ordre alphabétique, ça donne (plus il y a d'étoiles, mieux c'est, et ce n'est que mon avis ; il n'est pas nécessaire que le musicien ait beaucoup enregistré la musique de Chopin pour que j'aie envie de le citer) :
-- Alfred Cortot*(*)
-- György Cziffra
-- Samuil Feinberg*
-- Sergio Fiorentino
-- Samson François(*)
-- Ignaz Friedman*
-- Grigory Ginzburg(*)
-- Maria Grinberg*
-- Emil Guilels*
-- Josef Hofmann*
-- Maryla Jonas**
-- William Kapell
-- Josef Lhévinne**
-- Witold Małcużyński
-- Arturo Benedetti Michelangeli**
-- Benno Moiseiwitsch*(*)
-- Heinrich Neuhaus*(*)
-- Stanislav Neuhaus(*)
-- Mikhaïl Pletnev*
-- (le jeune) Ivo Pogorelich
-- (le vieillissant) Maurizio Pollini
-- Sviatoslav Richter*
-- Moriz Rosenthal**
-- Artur Rubinstein
-- Ann Schein
-- Leo Sirota*(*)
-- Vladimir Sofronitsky**
-- Ignaz Tiegerman*(*)
-- Elisso Virssaladze(*)
-- Yakov Zak(*)
-- Igor Zhukov*
-- Krystian Zimerman


Dernière édition par Scherzian le Lun 11 Nov 2013 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81598
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 11 Nov 2013 - 14:29

Je rappelle qu'il y a déjà plusieurs sujets consacrés à la discographie de Chopin:
http://classik.forumactif.com/t6976-index-discographique

Je crains que ce sujet ne fasse un peu doublon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 14 Nov 2013 - 20:37



Jerzy Godziszewski, comme on pourrait le penser ce pianiste  n'est pas polonais mais Lithuanien  né en 1935  à Vilnius, Jerzy Godziszewski a étudié le piano a l 'Académie de Musique de  Poznan et  à l' Académie de Musique à Varsovie , avec Stanislaw Szpinalski et Maria Wilkomirska. De 1960 à 1961, il fut l'élève de Arturo Benedetti Michelangeli à Arezzo ,en  Italie ., lui aussi avec un nom aussi difficile à prononcer n'est pas très connu, il a pourtant été  2ème finaliste du 6ème concours Chopin à Varsovie .Son jeu est assez agréable et son toucher assez délicat , bon je l'écoute en 33 tours mais on peut trouver ses disques en cd, il a aussi  enregistré l'oeuvre pour piano de Szymanowski en 4CD  .Pour en revenir à Chopin , c'est un jeu assez lisse qui convient bien à ce compositeur,comme d'habitude il faudrait plus d'un disque pour vraiment se faire une idée plus précise, même si ce que j'écoute n'est pas vraiment génial c'est sûr, sans doute le syndrôme du second prix, bon je plaisante.Laughing   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nestor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1554
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 14 Nov 2013 - 21:05

@Scherzian : Merci pour la liste, cela fait de quoi écouter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 14 Nov 2013 - 21:27

Armand a écrit:
@Scherzian : Merci pour la liste, cela fait de quoi écouter !
Il me semble ne pas y avoir vu Vladimir Horowitz ?
Mais justement , je vais mettre sur ce post des pianistes pas connus qui sortent des sentiers battus mais j'espère du conservatoire, comme par exemple Andrei Nikolsky pianiste russe, mort à 36 ans ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Ven 15 Nov 2013 - 5:16




František Rauch (1910 -1996) autre grand pianiste tchèque et grand défenseur de Chopin
Il a étudié le piano,avec Karel Hoffmeister et  Mikelka Emil  et la composition avec Vitezslav Novak  au Conservatoire de Prague. Internationalement reconnu comme l'un des plus grands pianistes tchèque , il est célèbre en tant qu'interprète de la musique tchèque (surtout Bedrich Smetana et Vitezslav Novak ), mais aussi Chopin, Liszt, Beethoven, Schumann et d'autres.
Il fut  aussi pensant longtemps  enseignant à la Prague Academy et  , parmi ses élèves les plus célèbres on peut citer,  Ivan Klansky , Petr Eben , Karel Kosarek , Petr Adamec , Kveta Novotna
On trouve difficilement en CD ses enregistrements de Chopin pourtant assez nombreux, j'ai quelques 33 tours de lui que je ne trouve même pas sur le net, bon ce sont  des Supraphon.Là j'écoute les 2 grandes sonates de Chopin et c'est du très beau piano très bien enregistré ,d'ailleurs les enregistrements de cette marque étaient assez bons.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 610
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Sam 16 Nov 2013 - 20:03

Scherzian a écrit:
Merci beaucoup Gluckhand pour ce beau fil. À mon avis, l'œuvre de Chopin est une des quatre, parmi les « classiques », avec celles de Mozart, de Liszt et de Scriabine, qui forment au mieux les musiciens à l'art du piano. Toujours à mon avis, c'est pour ça qu'il vaut mieux se méfier des « spécialistes de [...] ». Un musicien qui joue bien ces quatre-là a toutes les chances d'être fabuleux aussi dans à peu près toute la littérature pour piano : de ne pas transformer son instrument en un appareil de percussion, par exemple. Dans le cas de Chopin et de Liszt, ce sont en outre les maîtres qui ont fondé l'art de toucher le piano. Je pense que c'est donc important d'écouter les musiciens qui ont été leurs meilleurs élèves, ou les meilleurs élèves de leurs élèves. Je ne pense pas qu'on puisse donner de sens plus pertinent à la notion d'« authenticité » qu'une lignée directe, courte, puissante et assimilée entre les interprètes qu'on écoute et les maîtres qui les ont modelés. Important aussi, je crois, de lire les textes des pianistes-pédagogues qui ont assimilé l'enseignement de Chopin et de Liszt, et qui ont éventuellement fondé leur méthodologie sur leurs principes explicités.

À propos des « spécialistes », je ne parlerai pas d'Ignacy Jan Paderewski, ni de Raoul Koczalski, par exemple, que je ne connais pas assez (et que je n'apprécie pas assez dans ce que je connais d'eux), mais en tout cas je ne suis pas du tout d'accord pour dire qu'Alfred Cortot était un « spécialiste de Chopin ». Ce musicien a tout joué du cœur de répertoire, et même de certaines de ses marges, comme soliste et en musique de chambre (le lieu idéal pour apprendre à faire chanter un instrument « à marteaux et cordes frappées »), et je ne suis même pas sûr, pour ma part, de ne pas le trouver encore plus grand dans la musique de Schumann que dans celle de Chopin.

gluckhand a écrit:
Scherzian a soulevé avec l'interprètation de Chopin par Moriz Rosenthal un très sérieux problème à mon avis, qu'est-ce qui s'est perdu dans l'interprètation du piano depuis ces grands pianistes, mais on peut prendre aussi Joseph Lhevinne ou Harold Bauer, bref ces interprètes de génie avaient une façon de jouer tellement poètique qu'il semblerait que l'instrument piano n'exista plus que pour s'effacer devant eux et ne produire que de la beauté [...]
Je reviens sur ça, juste pour confirmer que quand je disais qu'on avait perdu quelque chose d'essentiel à mes yeux, dans l'interprétation au piano de Chopin, ce n'était pas pour laisser entendre qu'on aurait perdu quelque chose sans rien gagner en parallèle ailleurs. Selon ce qu'on attend de la musique de Chopin, on pourra trouver que ce qui a été perdu est dérisoire, secondaire, significatif, important ou essentiel. Je n'ai pas réellement réfléchi à la question, mais pour prendre quatre exemples où l'art des anciens, formés au contact des compositeurs et/ou de leurs meilleurs élèves, me semble le plus splendide :

  • la hiérarchie des accents et du phrasé, pour magnifier la forme, par exemple la structure thématique, les lignes de chant cachées, etc., et pour colorer l'harmonie et texturer toute la pièce ;
  • la gestion du temps, l'agogique en général et le rubato en particulier. C'est clair, par exemple, que les anciens ne se seraient jamais posé cette question, vide de sens, de savoir s'il faut « rendre » ici ce qu'on a « pris » là-bas en matière de rubato : ils savaient que la seule chose importante est de rendre aisément perceptible et en permanence, pour l'auditeur, la pulsation métrique fondamentale de l'œuvre ; on se fiche bien de connaître l'ampleur du décalage entre le temps musical, imposé par l'harmonie, le rythme et la thématique, et le temps. Un exemple magnifique : Benno Moiseiwitsch ;
  • l'incorporation organique de l'ornement dans la ligne de chant. Un des aspects les plus frappants de l'art de Moriz Rosenthal, qui permet de jouer chaque passage comme un envol, comme s'il était signalé, sur la partition, par une indication dolce sfogato. Une liberté suprême qui dissout les barres de mesures, la carrure et le manque d'expressivité de la notation. Il y faut un vertige lyrique et une forme de tutoiement avec le sublime qui échappent à la lettre stricte. L'analogie avec une forme onirique de bel canto ne me semble pas du tout inappropriée, au contraire ;
  • le legato sans pédale, qui libère cette dernière pour ses vraies fonctions, en particulier celles de coloration harmonique, et évite de s'en servir comme d'un cache-misère.

Je ne parviens pas à réduire la liste des pianistes que j'aime le plus dans la musique de Chopin à moins de trente-deux noms. Par ordre alphabétique, ça donne (plus il y a d'étoiles, mieux c'est, et ce n'est que mon avis ; il n'est pas nécessaire que le musicien ait beaucoup enregistré la musique de Chopin pour que j'aie envie de le citer) :
-- Alfred Cortot*(*)
-- György Cziffra
-- Samuil Feinberg*
-- Sergio Fiorentino
-- Samson François(*)
-- Ignaz Friedman*
-- Grigory Ginzburg(*)
-- Maria Grinberg*
-- Emil Guilels*
-- Josef Hofmann*
-- Maryla Jonas**
-- William Kapell
-- Josef Lhévinne**
-- Witold Małcużyński
-- Arturo Benedetti Michelangeli**
-- Benno Moiseiwitsch*(*)
-- Heinrich Neuhaus*(*)
-- Stanislav Neuhaus(*)
-- Mikhaïl Pletnev*
-- (le jeune) Ivo Pogorelich
-- (le vieillissant) Maurizio Pollini
-- Sviatoslav Richter*
-- Moriz Rosenthal**
-- Artur Rubinstein
-- Ann Schein
-- Leo Sirota*(*)
-- Vladimir Sofronitsky**
-- Ignaz Tiegerman*(*)
-- Elisso Virssaladze(*)
-- Yakov Zak(*)
-- Igor Zhukov*
-- Krystian Zimerman
Un nom que j'ajouterais à ta liste est John Ogdon. Son disque a du être enregisté quand son humeur été elevée, c'est indescriptible, presque violent. Moi, je l'adore, mais c'est pas pour les timides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 5:06

Je viens de réécouter Guillels dans la sonate 2 et 3 de Chopin, c'est simplement merveilleux de simplicité et de beauté, d'ailleurs dans ce gros coffret Legendary Russian Pianists , il y avait deux fois le Cd de Guillels en doublon je ne sais si c'est arrivé à d'autres, et par contre j'ai pas l'hammerklavier alors je suis très amer, mais quel interprète de Chopin magnifique Guillels!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 5:14

Merci Mandryka pour ta réponse passionnante,je ne reste qu'un amateur et auditeur de musique et c'est peut être tant mieux je pense, alors il m'est pour ma part difficile de parler piano,rubato, pédale ou toucher, ou vraiment ce qui différencie tel pianiste d'un autre par son jeu comme un professionnel ou quelqu'un qui joue du piano le ferait, et c'est ça qui est interessant ici je trouve,ce mélange sans prétention de tous,de tous les niveaux et de toutes les aptitudes, il y a de bonnes choses à prendre partout,néanmoins je vois et j'entends très bien qu'on joue différemment comme tu l'écris de ces très grands pianistes d'autrefois mais j'ai du mal à l'expliquer en mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 7:43

Bon j'avoue ne pas être un grand fan des concertos de piano en général et particulièrement les 2 de Chopin, l'orchestre est un peu lourdingue pour moi et le discours souvent un peu attendu, mais là dans ce 2ème concerto avec Henrich Neuhaus, vraiment un régal du piano, un plaisir à l'entendre jouer, pour finir ce sont peut être les mauvais interprètes qui m'ont rendu les concertos pour piano imbuvables? Attention j'aime beaucoup ceux de Liszt et de Schumann, mais en général je trouve que l'on est un peu prisonnier de la forme concerto et moi comme j'aime la liberté,je préfère la sonate j'aime pas beaucoup les cadres et les obstacles en général, bon là c'est superbe, quelle intelligence pianistique, c'est chantant et l'on voit ce que c'est qu'un grand pianiste, sûrement une des plus belles versions de ce concerto j'en suis sûr , toujours extrait de LEGENDARY RUSSIAN PIANISTS!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 8:01

Par contre j'ai vu aussi que Stanislas Neuhaus avait lui aussi enregistré du Chopin et d'autres choses, quelqu'un connaît il ce pianiste, fils du précédent?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AlfredoGermont
Mélomane averti


Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 13/12/2010

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 9:52

gluckhand a écrit:


Jerzy Godziszewski, comme on pourrait le penser ce pianiste  n'est pas polonais mais Lithuanien  né en 1935  à Vilnius, Jerzy Godziszewski a étudié le piano a l 'Académie de Musique de  Poznan et  à l' Académie de Musique à Varsovie , avec Stanislaw Szpinalski et Maria Wilkomirska. De 1960 à 1961, il fut l'élève de Arturo Benedetti Michelangeli à Arezzo ,en  Italie ., lui aussi avec un nom aussi difficile à prononcer n'est pas très connu, il a pourtant été  2ème finaliste du 6ème concours Chopin à Varsovie .Son jeu est assez agréable et son toucher assez délicat , bon je l'écoute en 33 tours mais on peut trouver ses disques en cd, il a aussi  enregistré l'oeuvre pour piano de Szymanowski en 4CD  .Pour en revenir à Chopin , c'est un jeu assez lisse qui convient bien à ce compositeur,comme d'habitude il faudrait plus d'un disque pour vraiment se faire une idée plus précise, même si ce que j'écoute n'est pas vraiment génial c'est sûr, sans doute le syndrôme du second prix, bon je plaisante.Laughing   

Non, un Polonais, qui est né à Vilnius. Vilnius en 1935, était une ville polonaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83828
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 11:18

gluckhand a écrit:
Bon j'avoue ne pas être un grand fan des concertos de piano en général et particulièrement les 2 de Chopin, l'orchestre est un peu lourdingue pour moi  et le discours souvent un peu attendu,
Ok pour l'orchestre, vraiment sans intérêt à part d'assurer un petit soutien harmonique et quelques interludes – on pourrait jouer ces concertos comme des sonates, on n'y perdrait pas beaucoup, même sans remplacer l'orchestre par un second piano.

En revanche, le discours attendu, non, vraiment pas du tout... il y a une vadrouille harmonique très originale pour l'époque, et que je trouve personnellement toujours prégnante, même après la cohorte d'imitateurs dont le XIXe et le XXe siècles nous ont abreuvé. La cadence du mouvement lent de l'Op.11, c'est quelque chose, quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 11:26

David, je ne parlais que pour l'orchestre , pas pour le piano, il y a des passages un peu obligatoires ou obligés dans les concertos romantiques , je parle toujours pour l'orchestre sinon ,comme tu dis on pourrait très s'en passer dans Chopin!
Merci Alfredogermont pour cette petite précision de naissance de ce pianiste , donc il est polonais de naissance et Lithuanien d'état civil si j'ai bien compris?Surprised 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 14:10

Scherzian, ta liste est très intéressante. Beaucoup de noms de la grand école russe. Pourrais-tu être plus spécifique et recommander disons, cinq disques disponibles sur le marché (au total, même si ça t'oblige à en laisser de côté 27 sur les 32) ? Ce serait une bonne introduction

Je remarque: pas de Arrau, ni Horszowski, Magaloff ou Moravec ? Qu'est-ce qui fait qu'ils ne sont pas selon toi de grands interprètes de Chopin ?

J'ai un disque intitulé Golden Age of Polish Pianism dans leuel Chopin est décliné par une foule de pianistes polonais d'antan dont plusieurs sont d'illustres inconnus: Michalowski (1910), Paderewski (1930), Friedman (1930), Rosenthal (1930), Rabcewicz (1932), Hoffman (1935), Rubinstein (1939), Smidowicz (1948), Malcuzinski (1948), Zuralewski (1955). J'écoute ce disque à l'occasion mais je dois dire ne pas avoir été frappé par la foudre. Je vais remettre ça sur la chaîne aujourd'hui pour analyser un peu plus attentivement.

Perso, le 1er concerto de Chopin est une des toutes premières oeuvres de musique classique que j'aie jamais entendues - sinon la première. J'adore ce concerto. Mes interp préférés sont Horszowski, Rubinstein, Mewton-Wood et Anda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24270
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 14:58

Dans ta liste de pianistes polonais, on trouve quand même des noms biens connus (Paderewski, Friedman, Rosenthal, Hoffman, Rubinstein, Malcuzinski).

En revanche, Michalowski, Rabcewicz, Smidowicz, Zuralewski : jamais entendu ces quatre là.

Si quelqu'un veut en dire un mot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 16:19

Vu les dates André (1910) ils ont pas dû enregistrer de grands morceaux, surtout que le rouleau était limité ou le 80 tours à un certain temps, mais c'est vrai que quand l'on se penche sur un sujet, on découvre toujours quelque chose ,ainsi je voyais plus Guilels en Beethovenien qu'en Chopinien (dieu que c'est laid ces mots)Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 73
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 18:54

On semble en panne sur ce sujet, et ce, à juste titre, me semble-t-il, tant il y a place pour des goûts personnels plus que pour des verdicts.
J'avance un seul nom, et ce, quelle que soit ma réelle admiration pour d'autres, Alfred Cortot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24270
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 19:32

fomalhaut a écrit:

J'avance un seul nom, [...] Alfred Cortot.
... d'avant-guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 21:08

Armand a écrit:
@Scherzian : Merci pour la liste, cela fait de quoi écouter !
Wink

gluckhand a écrit:
Il me semble ne pas y avoir vu Vladimir Horowitz ?
J'ai hésité ; son jeu est assez souvent fabuleux, mais, dans mon cas, il y avait un peu trop d'« allergies » pour que j'ajoute son nom à ma liste. Je crois, tout bêtement, que je suis en train de m'écarter un peu de son jeu, voilà tout...

Mandryka a écrit:
Un nom que j'ajouterais à ta liste est John Ogdon. Son disque a du être enregisté quand son humeur été elevée, c'est indescriptible, presque violent. Moi, je l'adore, mais c'est pas pour les timides.
Merci, Mandryka, je ne connais pas ce disque. « C'est pas pour les timides »... tu veux dire, un peu comme si Ernst Levy avait enregistré des œuvres de Chopin ? Ou Ervin Nyiregyházi un soir de pleine lune ?

gluckhand a écrit:
[...] dans ce gros coffret Legendary Russian Pianists, il y avait deux fois le Cd de Guillels en doublon je ne sais si c'est arrivé à d'autres, et par contre j'ai pas l'hammerklavier alors je suis très amer, mais quel interprète de Chopin magnifique Guillels!
Shocked Je crois que tu pourrais contacter le revendeur qui t'a livré cette édition, si tu as obtenu un boîtier avec un disque en double et surtout un autre absent ! Faut pas laisser passer ça. En particulier pour une Hammerklavier par Guilels (en public, de surcroît, je suppose).

gluckhand a écrit:
Bon j'avoue ne pas être un grand fan des concertos de piano en général et particulièrement les 2 de Chopin, l'orchestre est un peu lourdingue pour moi et le discours souvent un peu attendu, mais là dans ce 2ème concerto avec Henrich Neuhaus, vraiment un régal du piano, un plaisir à l'entendre jouer, pour finir ce sont peut être les mauvais interprètes qui m'ont rendu les concertos pour piano imbuvables? Attention j'aime beaucoup ceux de Liszt et de Schumann, mais en général je trouve que l'on est un peu prisonnier de la forme concerto et moi comme j'aime la liberté, je préfère la sonate j'aime pas beaucoup les cadres et les obstacles en général, bon là c'est superbe, quelle intelligence pianistique, c'est chantant et l'on voit ce que c'est qu'un grand pianiste, sûrement une des plus belles versions de ce concerto j'en suis sûr, toujours extrait de LEGENDARY RUSSIAN PIANISTS!
Il y a sans doute parfois des concessions à l'« éclat » et à la « virtuosité extérieure » du genre, mais les œuvres concertantes dépendent beaucoup de l'entente entre le chef et le soliste. Qu'il y ait juste un peu de frottement, de tension centrifuge entre les deux musiciens, et c'est la catastrophe ; c'est une des raisons pour lesquelles les œuvres concertantes peuvent s'échouer dans de mauvaises mains. Pour moi, les deux concertos de Chopin sont des chefs-d'œuvre. Je trouve même que la mélancolie qu'ils projettent, orchestre et piano, est unique et irremplaçable.

Tout à fait d'accord avec toi à propos d'Heinrich Neuhaus, mais dans le Premier Concerto de Chopin, le mi mineur, opus 11, avec Alexander Gauk. Es-tu sûr qu'il existe un enregistrement du Deuxième Concerto avec Heinrich Neuhaus ? Sinon, tous les enregistrements de Chopin par Heinrich Neuhaus sont à écouter minutieusement, des merveilles, de même que ceux de Scriabine, de Prokofiev, de Chostakovitch, de Debussy, de Liszt, de Beethoven, de Brahms, de Schumann, de Mozart.

gluckhand a écrit:
Par contre j'ai vu aussi que Stanislas Neuhaus avait lui aussi enregistré du Chopin et d'autres choses, quelqu'un connaît il ce pianiste, fils du précédent?
Oui, j'aime beaucoup le jeu de Stanislav Neuhaus. Il y a plusieurs disques édités par Vista Vera (http://www.vistavera.com/index.php?categoryID=376).

André a écrit:
Pourrais-tu être plus spécifique et recommander disons, cinq disques disponibles sur le marché (au total, même si ça t'oblige à en laisser de côté 27 sur les 32) ?
Je ne sais pas si les cinq disques ou boîtiers seraient facilement disponibles sur le marché aujourd'hui. Si on ajoute cette condition de grande disponibilité, ça risque d'être difficile, peut-être même surcontraint... Je vais aussi tricher sans vergogne et citer des boîtiers (en plus, ils sont parfois vendus au même prix qu'un seul disque un peu rare voire incunable des années 1980 et 1990, donc j'ai moins de scrupules...).

-- Alfred Cortot : le grand boîtier EMI récent, bien sûr.

-- Maria Grinberg : essayer de trouver le disque Denon (COCQ-84244) avec les Ballades opus 23, 47 et 52.

-- Maryla Jonas : essayer de trouver le disque Pearl avec la plupart de ses Mazurkas de Chopin, quelques autres œuvres de Chopin, un Impromptu de Schubert et les plus merveilleuses Kinderszenen de Schumann de l'histoire du disque, à mon avis. À noter que tout ça est sur Musique ouverte : autant se servir, tant que Mediafire n'y a pas encore inventé des droits voisins imaginaires.

-- Josef Lhévinne : le boîtier de deux disques qui lui était consacré dans la série des Great Pianists of the Twentieth Century. Il faudrait vérifier, mais il n'est pas impossible que ce boîtier couvre l'entièreté de ses témoignages discographiques (?).

-- Arturo Benedetti Michelangeli : tout. Pourquoi ne pas commencer par le célèbre disque DGG avec dix Mazurkas miraculeuses, le Prélude opus 45, la Première Ballade et le Deuxième Scherzo ? (Pour le Deuxième Scherzo, compléter avec un enregistrement plus tardif de cette œuvre par ABM !)

-- Benno Moiseiwitsch : les quelques disques Chopin réédités chez Naxos.

-- Heinrich Neuhaus : chercher le boîtier réédité par Denon, ou alors piocher chez l'éditeur russe Classical Records (leurs volumes 1, 3 et 4 sont consacrés à Chopin).

-- Moriz Rosenthal : pas difficile, le boîtier de cinq disques réédité récemment par Appian (APR) est complet.

-- Leo Sirota : le disque Arbiter ARB137 (« A Chopin Recital »), perfectible quant à la note, fascinant et envoûtant musicalement.

-- Vladimir Sofronitsky : au moins le boîtier Denon (COCQ-83968/9) qui contient le récital du 21 novembre 1949 et ce qui subsiste de celui du 20 octobre 1949 (notamment la Barcarolle et la Fantaisie en fa mineur. Aussi le disque réédité par Classound (CLAS 001-026), qui propose au complet les sessions Chopin en studio en janvier et février 1960. Aussi le boîtier Melodiya (le seul que l'éditeur historique daigne pour le moment consacrer au pianiste...), avec les deux premiers Scherzos (l'opus 20 est une des sept merveilles du monde) et deux des Nocturnes de l'opus 15 ; ce boîtier Melodiya comporte surtout le récital du 13 mai 1960 complet, avec aussi des Mozart (K475), Schubert (D899 n°3 et n°4), Schumann (opus 11) et Scriabine (opus 8 n°11, 34, 30 et 38), tous miraculeux.

-- Ignaz Tiegerman : encore une fois, les publications de l'éditeur américain Arbiter (ARB158). C'est fabuleux, mais je t'avoue que je ne connais encore que grâce à un moyen que la morale réprouve (le tuyau...).


Bon, ça en fait encore plus de quinze... Si je devais choisir, ce serait d'abord le CD Pearl de Maryla Jonas, le CD DGG d'Arturo Benedetti Michelangeli, le boîtier de cinq CD Appian de Moriz Rosenthal, le CD Arbiter de Leo Sirota et le boîtier de deux CD Denon de Vladimir Sofronitsky.

Comme ça, on en a cinq... bounce

Dans un autre message, je vais essayer d'illustrer un peu ce que je veux dire (la hiérarchie des accents et du phrasé avec une Mazurka jouée par Maryla Jonas ; la gestion du temps, l'agogique et le rubato avec la Fantaisie opus 49 et la Barcarolle opus 60 jouées par Vladimir Sofronitsky, et avec le Prélude opus 28 n°7 joué par Benno Moiseiwitsch ; l'incorporation organique de l'ornement dans la ligne de chant avec des enregistrements de Moriz Rosenthal ; le legato sans le secours charitable de la pédale avec, à nouveau, des enregistrements de Moriz Rosenthal), mais je ne sais pas si tout ça se trouve dans le tuyau...

Citation :
Je remarque: pas de Arrau, ni Horszowski, Magaloff ou Moravec ? Qu'est-ce qui fait qu'ils ne sont pas selon toi de grands interprètes de Chopin ?
Ivan Moravec et Mieczyslaw Horszowski, bien sûr que si ! Je voulais me limiter un peu... Claudio Arrau, je trouve toujours qu'il est un pianiste exceptionnel avec une technique fabuleuse et une sonorité envoûtante, mais plus les années passent plus je m'éloigne de son jeu, en particulier parce que je trouve qu'il ne cesse de s'opposer au mouvement libre de la musique, à son écoulement naturel (mot dangereux, je sais...). Je ne compte plus les exemples où il s'arrête presque sur une note ou un accord, comme s'il voulait faire un sort à chaque lettre ou mot d'un texte. Je veux bien que c'est pour souligner une harmonie, une modulation ou une charnière formelle importante, mais maintenant ces interventions m'irritent. Nikita Magaloff, je demande à passer mon tour (je pourrais développer, mais je n'en ai pas envie).

Citation :
J'ai un disque intitulé Golden Age of Polish Pianism dans leuel Chopin est décliné par une foule de pianistes polonais d'antan dont plusieurs sont d'illustres inconnus: Michalowski (1910), Paderewski (1930), Friedman (1930), Rosenthal (1930), Rabcewicz (1932), Hoffman (1935), Rubinstein (1939), Smidowicz (1948), Malcuzinski (1948), Zuralewski (1955). J'écoute ce disque à l'occasion mais je dois dire ne pas avoir été frappé par la foudre. Je vais remettre ça sur la chaîne aujourd'hui pour analyser un peu plus attentivement.
Mélomaniac a écrit:
Dans ta liste de pianistes polonais, on trouve quand même des noms biens connus (Paderewski, Friedman, Rosenthal, Hoffman, Rubinstein, Malcuzinski).

En revanche, Michalowski, Rabcewicz, Smidowicz, Zuralewski : jamais entendu ces quatre là.

Si quelqu'un veut en dire un mot...
Ben oui, Ignacy Jan Paderewski, Ignaz Friedman (!), Moriz Rosenthal (!!), Josef Hofmann (!), Artur Rubinstein et Witold Małcużyński ne me semblent pas inconnus du tout ! (Je me méfierais quand même de Paderewski.) En revanche, je ne connais pas non plus du tout Rabcewicz, Smidowicz et Zuralewski...

Alexander Michalowski est un des meilleurs élèves de Karol Mikuli, lui-même élève principal de Chopin. Michalowski est un des trois professeurs principaux de Vladimir Sofronitsky, le deuxième chronologiquement, à l'époque de ses études à Varsovie, avec Anna Lebedeva-Getsevitch (Varsovie aussi, plus tôt) et Leonid Nikolaïev (Saint-Pétersbourg, plus tard). J'ai un disque où on peut l'écouter, avec certains de ses élèves. J'aime vraiment beaucoup, mais peut-être l'ai-je écouté aussi pour essayer d'y saisir l'enseignement qu'il a prodigué à son jeune élève...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 21:09

Mélomaniac a écrit:
fomalhaut a écrit:
J'avance un seul nom, [...] Alfred Cortot.
... d'avant-guerre.
tutut D'avant-guerre et d'après-guerre.
Revenir en haut Aller en bas
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 73
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 17 Nov 2013 - 21:27

Mélomaniac a écrit:
fomalhaut a écrit:

J'avance un seul nom, [...] Alfred Cortot.
... d'avant-guerre.
D'avant Guerre ? En es-tu bien sur ?
La pertinence de ses interprétations, la qualité des enregistrements et, heureusement, la qualité des reports...Alfred Cortot est toujours parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 18 Nov 2013 - 4:20

Voici le disque en question. Je n'ai pas vérifié, mais il y en a peut-être des extraits sur ton tube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 18 Nov 2013 - 4:50

Raoul Koczalski


Armand Georg Raoul (von) Koczalski (3 Janvier 1884 à Varsovie - 24 Novembre 1948 à Poznań ) Pianiste Polonais et aussi compositeur, qui a démarré à 6 ans en public  comme  enfant prodige  pour devenir l'un des plus grands pianistes et interprète de Chopin.Sur Wikipedia , ils signalent son refus d'aller jouer aux Etats_Unis et la mauvaise opinion qu'avait de lui Arthur Rubinstein, faudra que je regarde car j'ai son bouquin,quoiqu'il en soit il semble y avoir quelques disques de Raoul Koczalski pour se faire sa propre idée, encore faut il les avoir, il a enregistré sur Welt-Mignon, un pianola mécanique ,ce qui peut réserver de bonnes surprises question qualité sonore .
Sur Youtube quelques enregistrements de lui
www.youtube.com/watch?v=7zBDTIdWcTk‎
www.youtube.com/watch?v=VRmek8kADWA



http://www.marstonrecords.com/koczalski/cover_koczalski_lg.jpg
Pour en savoir plus en anglais http://www.marstonrecords.com/koczalski/koczalski_liner.htm




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 18 Nov 2013 - 7:37

Scherzian, oui c'est bien le concerto N01 de Chopin et non pas le 2, joué par Neuhaus, tu as raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 18 Nov 2013 - 15:15

Merci pour les conseils discographiques, Scherzian ! Avec ces références détaillées je vais pouvoir commencer à explorer !

J'ai posté le lien sur le disque Golden Age. Les pistes sont disponibles individuellement, et on peut les retrouver sur youtube. Pour ma part il en est plusieurs que je considère inécoutables en raison de la prise de son datant du Crétacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Lun 18 Nov 2013 - 21:42

J'ai écouté sur l'ordinateur les extraits du disque Golden Age dont tu as posté le lien, André. Sous réserve d'une écoute avec mon matériel audio PC neandertalien, il me semble quand même que le son est très travaillé, avec à peu près zéro aigu, très sourd et filtré (ma bête noire).

Sinon, puisqu'on a parlé d'Alexander Michalowski (qu'on retrouve sur deux plages du disque Golden Age), l'éditeur Selene a publié trois disques consacrés à lui-même et à son école. Ça me semble quand même bien plus écoutable (si on songe à la date des enregistrements), avec une meilleure bande passante vers les aigus et donc des timbres instrumentaux plus agréables et proches de la réalité.

(lien Amazon)
(lien Amazon)
(lien Amazon)
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Mar 19 Nov 2013 - 5:04

Ignaz Friedman

Ignaz est né le 13 février 1882 à Podgórze près de Cracovie et mort le 26 janvier 1948 à Sydney.





Ignaz Friedman est un enfant prodige né dans une famille où son père et son oncle, musiciens d'orchestre, se produisent au théâtre, effectuant des tournées en Europe de l'est et parfois jusqu'en Turquie et même deux ans aux États-Unis. L'adolescent fait même une tournée avec eux. Six ans avant sa naissance, dans la même ville de Podgórze était né Josef Hofmann, un pianiste prodige.

Friedman a pris des leçons de piano dès six ans, avec Flora Grzywinska à Cracovie. Son père, sans cesse en voyage jusqu'à trouver un poste stable à Cracovie en 1892, pense que l'instrument lui réservera une vie plus calme que la sienne. Il donne son premier récital à l'âge de seize ans.
En 1900, grâce à la générosité d'un médecin de Cracovie, il entre au Conservatoire de Leipzig et étudie la composition avec Hugo Riemann parallèlement à la philosophie, d'esthétique et de pholologie à l'université.
L'année suivante, à dix neuf ans, il décide de poursuivre ses études du piano à Vienne avec le réputé Theodor Leschetizky (lui-même d'origine polonaise et élève de Czerny). Bien que peu enthousiaste Leschetizky : il considère le jeu de Friedman comme trop indiscipliné. Moiseiwistch, qui a vécu la même situation, affirme qu'il s'agissait d'une tactique pour le professeur de dégonfler l'égo d'un élève et le préparer aux difficultés et à la rigueur de l'étude. Malgré tout, il admet le jeune Friedman dans sa classe. Il y restera trois ans et travaille même pour lui comme assistant, Leschetizky ayant passé les soixante et onze ans... Il participe aux masterclasses de Busoni et étudie la composition et la théorie.



Pour son premier concert officiel, le 22 novembre 1904 à Vienne, il interprète trois concertos pour piano en une soirée : les premiers concertos de Brahms, Tchaïkovsky et Liszt. Friedman rivalise ainsi avec les programmes similaires de ses aînés Busoni ou Godowsky, ce qui lance sa carrière. La critique est enthousiaste.
En 1905 et 1940, il enchaîne les tournées dans le monde entier, jusqu'au Japon. Il joue avec des partenaires nombreux : Erica Morini, Mischa Elman, Leopold Auer, Ossip Gabrilowitsch, Eugène Ysaÿe et sous la direction de chefs tels Willem Mengelberg, Antal Dorati ou Arthur Nikisch. Selon son estimation personnelle, Friedman s'est produit plus de 2 800 fois au concert.
Jusqu'en 1914, Friedman réside à Berlin et se réfugie à Copenhague pendant la guerre. Ensuite il préfèrera l'Italie.
En avril 1923 il enregistre son premier disque pour la Columbia américaine.
En 1927, à Vienne, il prend part aux concerts pour le centième anniversaire de la mort de Beethoven avec notamment l'intégrale des trios avec piano avec Bronislaw Huberman et Pablo Casals.
Alors qu'il est en Europe au début de la Seconde Guerre mondiale, ayant accepté de remplacer des annulations d'autres artistes à Vienne, il obtient à la dernière minute une tournée en Australie (1940).
Il décide de s'installer à Sydney et y restera jusqu'à sa mort, sans jamais revenir en Europe. En 1943, un problème de paralysie de sa main gauche le force à abandonner les concerts.
Il repose à Genève, au cimetière du Petit-Saconnex.



Les interprétations de Friedman sont caractérisées par une force extraordinaire. Ses capacités techniques, aux dires de Rachmaninoff qui le plaçait au même rang, sont aussi impressionnantes que celles de ses contemporains Rosenthal, Godowsky, Josef Hofmann ou Lhévinne. Il utilise une très large palette dynamique et agogique, sans perdre l'équilibre de la musique.
Il est considéré comme un des élèves les plus doués techniquement parmi tous les virtuoses de Leschetizky. Même Horowitz, affirme qu'il avait une technique supérieure à la sienne.
Friedman apprécie les petites formes, telles que les chansons sans paroles de Mendelssohn, les Mazurkas de Chopin, et donne son sens aigu du rythme et à modeler les sons.
Comme son compatriote et contemporain Moriz Rosenthal, les interprétations de Chopin par Friedman (en particulier les Mazurkas) sont considérées par beaucoup comme inégalées : il avait pratiqué cette danse dans la Pologne de son enfance, a-t-il confié à Bruce Hungerford.

MERCI A WIKIPEDIA POUR CET ARTICLE TRES INTERESSANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Mar 19 Nov 2013 - 19:38

Julian de Károlyi



Pianiste allemand né en Hongrie en Hongrie en 1914 et mort à Munich en 1993
Enfant il reçoit des leçons de Louis Akom, un célèbre organiste de Budapest mais  bien vite son talent est manifeste .En 1926 il fait ses débuts à Budapest en jouant un concerto de Mozart, qui suscite l'intèrêt pour ce jeune homme de  Bela Bartok en lui faisant suivre des cours de piano par Margit Varró, célèbre pédagogue .de l'époque. Plus tard, il a étudié avec Joseph Pembaur à Munich entre 1927 et 1930 puis  Max von Pauer au Conservatoire de Leipzig , en 1931,et puis  Alfred Cortot à Paris , et enfin de 1932 à 1934, lorsque Ernst von Dohnányi présidait  et donnait des cours àl l' Académie de musique Franz Liszt à Budapest .



En 1929, premier récital à Londres, en 1929 il donne des récitals  avec  la basse Fiodor Chaliapine  et part pour une grande tounée à travers le  Royaume-Uni.A partir de 1934 il donne des concerts internationaux à travers le monde.
Au début des années 1940, Julian de Károlyi s'installe définitivement à Munich, où il a vécu dans le 12e Nibelungenstraße En 1956, il a pris la nationalité allemande.
De 1972, il a été professeur à l' Université de musique de Würzburg
Julian de Károlyi avait une technique brillante et fut l'un des plus grands virtuoses de son temps. Il était connu en particulier avec la musique pour piano de Frédéric Chopin , Franz Liszt et Rachmaninov .



Merci à Wikipedia pour ces quelques renseignements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 610
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Mar 19 Nov 2013 - 21:43

Qui sont les grands interprètes de Chopin sur pianoforte?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 610
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Mar 19 Nov 2013 - 21:48

Scherzian a écrit:
Merci beaucoup Gluckhand pour ce beau fil. À mon avis, l'œuvre de Chopin est une des quatre, parmi les « classiques », avec celles de Mozart, de Liszt et de Scriabine, qui forment au mieux les musiciens à l'art du piano. Toujours à mon avis, c'est pour ça qu'il vaut mieux se méfier des « spécialistes de [...] ». Un musicien qui joue bien ces quatre-là a toutes les chances d'être fabuleux aussi dans à peu près toute la littérature pour piano : de ne pas transformer son instrument en un appareil de percussion, par exemple. Dans le cas de Chopin et de Liszt, ce sont en outre les maîtres qui ont fondé l'art de toucher le piano. Je pense que c'est donc important d'écouter les musiciens qui ont été leurs meilleurs élèves, ou les meilleurs élèves de leurs élèves. Je ne pense pas qu'on puisse donner de sens plus pertinent à la notion d'« authenticité » qu'une lignée directe, courte, puissante et assimilée entre les interprètes qu'on écoute et les maîtres qui les ont modelés. Important aussi, je crois, de lire les textes des pianistes-pédagogues qui ont assimilé l'enseignement de Chopin et de Liszt, et qui ont éventuellement fondé leur méthodologie sur leurs principes explicités.

À propos des « spécialistes », je ne parlerai pas d'Ignacy Jan Paderewski, ni de Raoul Koczalski, par exemple, que je ne connais pas assez (et que je n'apprécie pas assez dans ce que je connais d'eux), mais en tout cas je ne suis pas du tout d'accord pour dire qu'Alfred Cortot était un « spécialiste de Chopin ». Ce musicien a tout joué du cœur de répertoire, et même de certaines de ses marges, comme soliste et en musique de chambre (le lieu idéal pour apprendre à faire chanter un instrument « à marteaux et cordes frappées »), et je ne suis même pas sûr, pour ma part, de ne pas le trouver encore plus grand dans la musique de Schumann que dans celle de Chopin.

gluckhand a écrit:
Scherzian a soulevé avec l'interprètation de Chopin par Moriz Rosenthal un très sérieux problème à mon avis, qu'est-ce qui s'est perdu dans l'interprètation du piano depuis ces grands pianistes, mais on peut prendre aussi Joseph Lhevinne ou Harold Bauer, bref ces interprètes de génie avaient une façon de jouer tellement poètique qu'il semblerait que l'instrument piano n'exista plus que pour s'effacer devant eux et ne produire que de la beauté [...]
Je reviens sur ça, juste pour confirmer que quand je disais qu'on avait perdu quelque chose d'essentiel à mes yeux, dans l'interprétation au piano de Chopin, ce n'était pas pour laisser entendre qu'on aurait perdu quelque chose sans rien gagner en parallèle ailleurs. Selon ce qu'on attend de la musique de Chopin, on pourra trouver que ce qui a été perdu est dérisoire, secondaire, significatif, important ou essentiel. Je n'ai pas réellement réfléchi à la question, mais pour prendre quatre exemples où l'art des anciens, formés au contact des compositeurs et/ou de leurs meilleurs élèves, me semble le plus splendide :

  • la hiérarchie des accents et du phrasé, pour magnifier la forme, par exemple la structure thématique, les lignes de chant cachées, etc., et pour colorer l'harmonie et texturer toute la pièce ;
  • la gestion du temps, l'agogique en général et le rubato en particulier. C'est clair, par exemple, que les anciens ne se seraient jamais posé cette question, vide de sens, de savoir s'il faut « rendre » ici ce qu'on a « pris » là-bas en matière de rubato : ils savaient que la seule chose importante est de rendre aisément perceptible et en permanence, pour l'auditeur, la pulsation métrique fondamentale de l'œuvre ; on se fiche bien de connaître l'ampleur du décalage entre le temps musical, imposé par l'harmonie, le rythme et la thématique, et le temps. Un exemple magnifique : Benno Moiseiwitsch ;
  • l'incorporation organique de l'ornement dans la ligne de chant. Un des aspects les plus frappants de l'art de Moriz Rosenthal, qui permet de jouer chaque passage comme un envol, comme s'il était signalé, sur la partition, par une indication dolce sfogato. Une liberté suprême qui dissout les barres de mesures, la carrure et le manque d'expressivité de la notation. Il y faut un vertige lyrique et une forme de tutoiement avec le sublime qui échappent à la lettre stricte. L'analogie avec une forme onirique de bel canto ne me semble pas du tout inappropriée, au contraire ;
  • le legato sans pédale, qui libère cette dernière pour ses vraies fonctions, en particulier celles de coloration harmonique, et évite de s'en servir comme d'un cache-misère.

Je ne parviens pas à réduire la liste des pianistes que j'aime le plus dans la musique de Chopin à moins de trente-deux noms. Par ordre alphabétique, ça donne (plus il y a d'étoiles, mieux c'est, et ce n'est que mon avis ; il n'est pas nécessaire que le musicien ait beaucoup enregistré la musique de Chopin pour que j'aie envie de le citer) :
-- Alfred Cortot*(*)
-- György Cziffra
-- Samuil Feinberg*
-- Sergio Fiorentino
-- Samson François(*)
-- Ignaz Friedman*
-- Grigory Ginzburg(*)
-- Maria Grinberg*
-- Emil Guilels*
-- Josef Hofmann*
-- Maryla Jonas**
-- William Kapell
-- Josef Lhévinne**
-- Witold Małcużyński
-- Arturo Benedetti Michelangeli**
-- Benno Moiseiwitsch*(*)
-- Heinrich Neuhaus*(*)
-- Stanislav Neuhaus(*)
-- Mikhaïl Pletnev*
-- (le jeune) Ivo Pogorelich
-- (le vieillissant) Maurizio Pollini
-- Sviatoslav Richter*
-- Moriz Rosenthal**
-- Artur Rubinstein
-- Ann Schein
-- Leo Sirota*(*)
-- Vladimir Sofronitsky**
-- Ignaz Tiegerman*(*)
-- Elisso Virssaladze(*)
-- Yakov Zak(*)
-- Igor Zhukov*
-- Krystian Zimerman
Mais quid de Sokolov? Je pense surtout à son disque d'études op 28, et la troisième sonate. Tu as raison de mentionner Kapell. Son interprétation de la deuxième sonate est passionnée et (pour une fois) spontanée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 21 Nov 2013 - 5:38

Andrei Nikolsky




Andrei Nikolsky (ou Andreï Nikolski en translittération française) est un pianiste d'origine russe, né à Moscou en 1959, et mort d'un accident de voiture en Belgique près de Waterloo en 3 février 1995.

 



Après avoir commencé ses premières leçons de piano à l'âge de cinq ans, Andreï Vladimorovitch Nikolski entre au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou en 1976 où il travaille avec Heinrich Neuhaus et Lev Naoumov. Il travaille également avec Hans Leygraf au Mozarteum de Salzbourg. Il reçoit un second prix au Concours Long-Thibaud en 1979, et remporte en 1987 le premier grand prix du Concours musical international Reine-Elisabeth-de-Belgique. Il avait choisi de prendre la nationalité belge, acquise en 1988. Il a joué en concert le premier concerto pour piano de Tchaïkowski avec l'Orchestre Symphonique de Boston placé sous la direction de Seiji Ozawa. Cet enregistrement a été diffusé le 3 novembre 1986 sur la radio américaine WQXR (New York's Classical Music Radio Station). MERCI WIKIPEDIA



Pour en savoir plus sur sa fin tragique.
http://archives.lesoir.be/disparition-accidentelle-du-pianiste-andrei-nikolsky-l-_t-19950204-Z092VK.html

Pour en savoir plus sur sa discographie
http://www.musicme.com/Andrei-Nikolsky/biographie/


Dernière édition par gluckhand le Jeu 21 Nov 2013 - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 21 Nov 2013 - 9:51

Mandryka a écrit:
Mais quid de Sokolov? Je pense surtout à son disque d'études op 28, et la troisième sonate.
Je ne connais pas assez cette partie de son répertoire. J'ai quand même eu une petite allergie pour un enregistrement des préludes opus 28 par Sokolov. Les études, oui ; les préludes, moins pour moi...

gluckhand a écrit:
Après avoir commencé ses premières leçons de piano à l'âge de cinq ans, Andreï Vladimorovitch Nikolski entre au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou en 1976 où il travaille avec Heinrich Neuhaus et Lev Naoumov.
scratch  Il doit y avoir une erreur dans la source : Heinrich Neuhaus est décédé en 1964, son fils Stanislav en 1980. La même erreur sur le Wikipedia anglophone.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 21 Nov 2013 - 10:28

Oui en effet, Tu as raison Scherzian, un peu baclé cet article et si les morts commencent à donner des cours maintenant ou v'a t'on ? D'ailleurs je sais pas pourquoi sur les notices, ils passent leur temps à mettre qui a étudié avec qui, surtout que ce sont des inconnus pour nous la plupart du temps, bon ce qui est sûr c'est que Nikolsky ,il a étudié ..avec qui j'en sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 610
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 21 Nov 2013 - 18:21

Scherzian a écrit:
Mandryka a écrit:
Mais quid de Sokolov? Je pense surtout à son disque d'études op 28, et la troisième sonate.
Je ne connais pas assez cette partie de son répertoire. J'ai quand même eu une petite allergie pour un enregistrement des préludes opus 28 par Sokolov. Les études, oui ; les préludes, moins pour moi...
J'ai voulu dire les études op 25 - je suis pas très emballé par son disque de préludes. Mais il a joué les préludes à Amsterdam en 2012, et c'était bien meilleur que son CD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1296
Age : 26
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 21 Nov 2013 - 20:11

Je vous recommande vivement Milosz Magin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83828
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Jeu 21 Nov 2013 - 23:25

Mandryka a écrit:
Qui sont les grands interprètes de Chopin sur pianoforte?
Ce n'est pas à proprement parler du pianoforte, on est déjà dans de la facture de vrai piano, même si l'ampleur, l'égalité et le timbre sont très différents.

Le coffret de l'Institut Chopin est extrêmement convaincant de ce point de vue : de superbes instruments Pleyel et Érard (trop souvent, on souffre des limites sonores de ces antiquités), joués à un degré maximal de virtuosité (et souvent de musicalité), qui restitue à ces pièces leurs équilibres initiaux (basses et pédale beaucoup moins prégnantes, par exemple).
De mon point de vue, ça règle assez complètement la question ; ça suffirait même comme intégrale, dans l'absolu, parce que la réussite est assez générale. Les volumes de Tatiana Shebanova, par exemple. Moins complètement convaincu par Wojciech Świtała, mais les limites des instruments lissant les jeux, c'est finalement très suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24270
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Ven 22 Nov 2013 - 0:00

DavidLeMarrec a écrit:

Les volumes de Tatiana Shebanova, par exemple. Moins complètement convaincu par Wojciech Świtała, mais les limites des instruments lissant les jeux, c'est finalement très suffisant.
Je n'ai pas encore écouté toute l'intégrale Shebanova mais ce que j'en ai entendu est très stimulant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Sam 23 Nov 2013 - 5:43

Alexander Uninsky


Encore un pianiste bien oublié qui a pourtant eu son heure de gloire (plus qu'une heure même) et dont il n'est pas inutile de rappeler la mémoire, bon pas là peine de dire qu'il n'y a rien en français ,donc encore recours à Wikipedia en traduction libre!


Alexander Uninsky est né à Kiev (alors russe , actuellement en Ukraine ). Il  entre au conservatoire de Kiev en 1913, et dont les diplômés inclus sont Vladimir Horowitz et Alexandre Brailowsky .Il a ensuite déménagé à Paris en 1923, où il a étudié avec Lazare Lévy . Il a reçu le premier prix du conservatoire de piano. En 1932, il a remporté le deuxième concours international de piano Frédéric Chopin . En fait, Uninsky lié pour la première place avec le pianiste hongrois aveugle Imre Ungar , et les juges ont décidé de la victoire d'attribution sur la base du tirage au sort. Ungar a  perdu.





En 1955, il a pris un poste d'enseignant au Toronto Conservatory of Music , où il a compté parmi ses élèves le compositeur canadien Bruce Mather . Mather a commémoré son maître dans sa composition 1974 In memoriam Alexander Uninsky
Par la suite, il a enseigné à l' Université Southern Methodist à Dallas , Texas . Parmi ses élèves Jeffrey Swann , David Morgan, Carmen Alvarez, Boaz Heilman, Henry Doskey, David Golub et Dubravka Tomšič Srebotnjak .
Il est mort à Dallas en 1972, 62 ans.



Uninsky a  signé au début des années 1950 par le nouvelle firme  Philips . Son  jeu dans Chopin est bien représenté dans ses enregistrements, dont l'intégrale des Études , enregistrés dans les années 1950, les  Mazurkas et Impromptus enregistré entre 1959 et 1971, les scherzos et valses , ainsi que les concertos pour piano.

Son style rappelle Nikita Magaloff , qui a subi les mêmes influences de la Russie pré-révolutionnaire et Paris post-révolutionnaire. Son jeu est sentimental et élégant, mais avec un rubato qui le marque comme provenant d'un début essentiellement esthétique du XXe siècle. Il n'est pas surprenant que son propre jeu sobre impressionné le jury de la deuxième Concours Chopin, qui a été fondée pour lutter contre la tradition virtuose de Chopin j,eu qui avait marqué la fin du 19ème siècle. Une indication de la "modernité "'du jeu de Uninsky vient d'un commentaire par Dinu Lipatti à une question posée, écrit-il en 1937 pour Libertatea dans lequel il dit: «Comment est-il possible que Emil Sauer doit jouer dans la petite salle Érard , en dépit de son passé glorieux, quand un Brailowsky ou Uninsky peut emballer la Salle Pleyel ? "  WIKIPEDIA


Dernière édition par gluckhand le Sam 23 Nov 2013 - 8:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Sam 23 Nov 2013 - 6:05

Stefan Askenase



Dieu merci une belle notice en français sur ce grand défenseur de Chopin sur Wikipedia

Stefan Askenase, né le 10 juillet 1896 à Lwów (aujourd'hui Lviv en Ukraine) et mort le 18 octobre 1985 à Cologne, pianiste polonais, naturalisé belge. C'est sa mère qui avait été à Lwów élève de Karol Mikuli, un des disciples de Chopin qui l'a initié au piano. Il fait ses études musicales au Conservatoire de Musique de sa ville natale où Théodore Pollack est son professeur. En 1914, juste avant le début des hostilités, il part pour Vienne où l'attend Emil Sauer dont il ne sera l'élève qu'une année. En 1916, il se trouve enrôlé dans l'armée autrichienne où il est officier. En 1918, il retourne à Lwów, sa ville natale. On lui confie la direction de l'opéra où il aime accompagner au piano les chanteurs lors des répétitions. Bientôt, en 1919, il repart pour Vienne où il donne une série de concerts très appréciés par la critique. Mais les tournées sont fatigantes pour quelqu'un qui a des ennuis de santé. Il a besoin d'un climat plus chaud, celui de l'Égypte lui convient et c'est ainsi qu'en 1921, il accepte un poste de professeur au Conservatoire de Musique du Caire. Néanmoins, il rentrera en Europe en 1926, pour s'établir définitivement à Bruxelles. Il se consacre à l'enseignement, donne des récitals et joue en concert aux Pays-Bas, en Autriche, en Allemagne, en France. Les compositeurs dont il interprète le plus souvent les œuvres sont Chopin et Mozart. De 1937 à 1939, il enseigne au Conservatoire de Rotterdam, de 1951 à 1961 il a sa classe de piano au Conservatoire Royal de Bruxelles et donne des cours particuliers. Il a compté au nombre de ses élèves Martha Argerich, Mitsuko Uchida, Andreï Tchaïkovsky. Ses enregistrements réalisés pour la Deutsche Grammophon Gesellschaft restent des interprétations très appréciées. Ils ont fait l'objet d'une réédition présentée en un coffret de 7 CD.



Pour écouter ce pianiste.
https://www.youtube.com/watch?v=3nzPbKTWkhc


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Sam 23 Nov 2013 - 7:26

Dans l'article sur Uninsky, on parle de départager les deux vainqueurs par tirage au sort, malheureusement Imre Ungar a perdu, c'est interessant de se pencher sur la carrière de ce pianiste aveugle hongrois (1909-1972 )dont on ne trouve hélas pas beaucoup de disques sinon pas du tout et qui paraît il était formidable !Pour en savoir plus http://en.chopin.nifc.pl/chopin/persons/detail/name/ungar/cat/3/id/28


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1296
Age : 26
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 24 Nov 2013 - 0:12

J'aime beaucoup Stefan Askenase!! J'ai l'intégrale D.G. Superbe!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
néthou
JazzAuNeth
avatar

Nombre de messages : 1574
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 24 Nov 2013 - 0:35

Un nom n'a pas été cité, dont j'aime bien la simplicité dans ce qu'elle a enregistré de Chopin: Guiomar Novaes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83828
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   Dim 24 Nov 2013 - 0:48

Elle a été abondamment citée dans d'autres sujets, bon choix en effet, même si ce n'est jamais le plus profond qu'on puisse trouver – elle exalte surtout un lyrisme sans apprêts, très séduisant en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grands interprètes de Chopin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grands interprètes de Chopin
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les grands interprètes de Chopin
» Gaspare Spontini (1774-1851): La Vestale ...et autres œuvres
» Le meilleur interprète de Chopin?
» Les grands pianistes: Lazar Berman
» Chopin - Nocturnes, polonaises, préludes, etc...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: