Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie

Aller en bas 
AuteurMessage
gluckhand
Mélomaniaque
gluckhand

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie Empty
MessageSujet: In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie   In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie EmptyDim 29 Déc 2013 - 5:41

Attention il y a plusieurs Paul Jacobs, celui dont je parle ici n'est pas l'organiste, celui dont on parle ici est mort hélas du sida en 1983, et c'est vraiment dommage car il avait vraiment quelque chose que tous les autres pianistes en général n'ont pas, d'abord la curiosité pour un certain répertoire et bien sûr une façon de jouer très simple mais très prenante, tout en respectant la musique, pour résumer je dirais que ses interprètations sont chantantes ou encore très vivantes et c'est quand même le plus important en musique.

In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie 280px-Paul_Jacobs_in_Recital_-_Arbiter_130

Bon je vais encore faire râler en citant Wikipedia et en plus en traduction google , car il n'y a pas grand chose sur Jacobs en français hélas mais faute de mieux .

Paul Jacobs est né à New York City et a suivi des études au lycée DeWitt Clinton dans le Bronx et a étudié à la Juilliard School , où son professeur était Ernest Hutcheson . Il est devenu un soliste avec Robert Craft Chambre Arts Society s 'et joué avec le Forum des Compositeurs. Il a fait ses débuts officiels à New York en 1951. Revoir ce concert, Ross Parmenter a décrit dans le New York Times comme «un jeune homme de goûts individuels avec une approche expérimentale pour le clavier qu'il a déjà maîtrisé. [2]

L'Europe dans les années 1950
Il s'installe en France après avoir obtenu son diplôme en 1951. Là, il a commencé sa longue association avec Pierre Boulez , jouant souvent dans ses Domaine musical des concerts, qui ont introduit de nombreuses œuvres clés du début du XXe siècle à l'après-guerre à Paris. D'un seul concert en 1954, qui doit avoir duré près de cinq heures, et inclus également des oeuvres de Stravinsky , Debussy et Varèse , Jacobs a contribué musique de chambre de Berg , Webern et Bartók et a donné la première d'une nouvelle œuvre par Michel Philippot . [3 ] Dans un Domaine concert 1958, il a joué une pièce écrite pour lui par le 21-year-old Richard Rodney Bennett, son cycle 2 pour Paul Jacobs. [4]

Il a agi comme pianiste répétiteur pour la musique de scène qui Boulez a écrit pour Jean-Louis Barrault «production s de l'Orestie en 1955. [5] plus tard Jacobs a déclaré que la réunion Boulez avait mis fin à ses ambitions de composer: «Je viens lui ai donné up. Je n'aurais pas osé montrer quoi que ce soit à moi de Boulez. [6]

Pendant son séjour en Europe, il est apparu comme soliste avec l'Orchestre National de Paris et l'Orchestre de Cologne et a fait de nombreuses émissions de radio. [1] Il a joué pour la Société internationale pour la musique contemporaine en Italie et au cours de vacances internationales pour la musique nouvelle à Darmstadt . [2] Pour le cours 1957 Wolfgang Steinecke a invité à donner la première européenne de Stockhausen 's Klavierstück XI , une œuvre clé dans le développement de «hasard contrôlé» [7] , ce qui peut avoir été à la suggestion du compositeur. [8 ]

Comme beaucoup de musiciens avec un engagement de la nouvelle musique de son existence était frugal. Pour les émissions qu'il serait payé aussi peu que 5 $, qui est passé à 25 $ quand il a joué la première du Concerto pour piano Henze »en raison de la difficulté particulière de la pièce. Il vivait dans un hôtel "avec une fenêtre donnant sur un mur pour que je devais aller à l'extérieur pour voir ce que le temps était. Il n'y avait de place que pour un lit et d'un piano et un peu de brûleur à alcool pour faire ragoût. [6] A cette époque, il est devenu un ami proche du peintre français Bernard Saby, qu'il décrit comme une influence importante. [9]
De New York de 1960 à 1983

Fatigué d'essayer de vivre avec 500 $ par année, il est retourné à New York en 1960 avec l'aide de Aaron Copland qui a organisé un travail d'enseignement à Tanglewood . [6] En Novembre et Décembre 1961, il a donné une paire de Town Hall considérants, le mélange Boulez et Copland, Stockhausen et Debussy. Le New York Times les a décrits comme «presque écrasante ... ne vous méprenez pas, M. Jacobs est un virtuose même dans le sens traditionnel du terme ». [10] Il a fait ses débuts en récital comme claveciniste au Carnegie Hall en Février 1966, un programme qui comprenait Bach, Haydn et la Falla Concerto pour clavecin. [11]

Pendant les années 1960 et 1970, il a continué à donner des récitals en solo et joué souvent pour la Chamber Music Society du Lincoln Center . Il a joué avec les joueurs Fromm bourses à Tanglewood, innovations contemporaines de Gunther Schuller et contemporain Chamber Ensemble d'Arthur Weisberg. Il a enseigné à Tanglewood et au Mannes et Manhattan écoles de musique à New York. Pour les quinze dernières années de sa vie, il a été professeur agrégé de musique de Brooklyn College de la City University de New York . [1]

Jacobs a été le New York Philharmonic officielle pianiste de s (à partir de 1961) et claveciniste (de 1974) jusqu'à sa mort. Il a occupé le poste pendant la durée de trois directeurs musicaux. Il peut être entendu en tant que soliste dans Bernstein 'enregistrement s de Messiaen «Trois Petites liturgies s [12] à la fois Boulez et [13] et Mehta 's [14] enregistrements de Stravinsky 's Petrouchka . Il est le pianiste de l'enregistrement NYPO de Gershwin Rhapsody in Blue (menée par Mehta) utilisée par Woody Allen dans l'ouverture de son film Manhattan . [15]

Il a eu une longue collaboration avec le compositeur américain Elliott Carter , l'enregistrement le plus de solo de la musique pour piano de Carter et œuvres d'ensemble avec clavier, y compris le Double Concerto pour clavecin et piano, avec deux orchestres de chambre, la Sonate pour violoncelle et la Sonate pour flûte, hautbois, violoncelle et clavecin. Il était l'un des quatre pianistes américains qui a commandé à grande échelle piano solo de Carter travail de nuit Fantasmes (1978 à 1980), les autres étant Charles Rosen , Gilbert Kalish et Ursula Oppens (avec qui Jacobs produit souvent des œuvres pour deux pianos). [16 ] C'était Jacobs, qui a organisé le consortium après que lui et Oppens réalisé que précédente réticence de Carter d'accepter une commission pour une nouvelle œuvre pour piano solo d'un pianiste pourrait avoir été né d'un désir de ne pas offenser les autres. [17] Il a donné la nouvelle York première de l'œuvre en Novembre 1981. Tous les enregistrements Carter de Jacobs ont été ré-émis par Nonesuch en 2009 dans le cadre d'une série rétrospective Carter. [18]

Il a également donné premières représentations de musique de George Crumb , [19] Berio , Henze , Messiaen et Sessions [1] et a commandé Frederic Rzewski «Quatre Ballades en Amérique du Nord s en 1979. [20] Aaron Copland a appelé "plus d'un pianiste. Il apporte à son piano une passion pour la musique contemporaine et une largeur de culture musicale et générale comme c'est rare ». [2]
Décès

Il est mort d'une maladie liée au sida en 1983, l'un des premiers artistes de renom à succomber à la maladie. Lors de ses funérailles le 27 Septembre 1983, Elliott Carter a prononcé un éloge funèbre, rappelant son amitié et de collaboration avec Jacobs datant au milieu des années 1950. [22] Un concert commémoratif tenu au Symphony Space de New York, le 24 Février, 1984 a été suivie par quelques-uns des compositeurs et interprètes les plus éminents de l'Amérique. [23] La musique varie de Josquin à deux nouvelles compositions dédiées à Jacobs (par William Bolcom et David Schiff). [24] Pierre Boulez a écrit dans le programme: «musique du XXe siècle lui doit merci pour tout le talent qu'il a généreusement mis à sa disposition.

Bolcom inclus une complainte pour Jacobs comme le mouvement lent de son Concerto pour violon 1983 et a consacré 12 New Etudes de lui. Il avait commencé à les composer pour Jacobs en 1977 et leur achevée après sa mort. [26] Jacobs a également été l'un des amis et des collègues commémorés par John Corigliano dans sa Symphonie n ° 1. [27]

Répertoire et le style
Bien que Jacobs a été associé à une partie de la musique la plus difficile de la tradition moderniste, son collègue Gilbert Kalish a souligné que «loin d'être un" interprète intellectuel ", Paul a été l'espèce la plus intuitive et spontanée de musicien. Rares sont ceux qui l'entendit jouer seront jamais oublier l'éclat de projection de ses courses, l'éclat de ses attaques, son sens aristocratique du rythme et le phrasé ... Je n'ai jamais vu quelqu'un jouer du piano avec une telle grâce féline et de la vigilance ». [21]

De son engagement à la musique contemporaine, Jacobs lui-même a dit: «Je me sens absolument perplexe parfois pourquoi les artistes ne se sentent pas à l'aise avec la musique de leur propre siècle. La musique qui m'a frappé en premier lorsque j'étais adolescent était la musique du début du siècle, tout le chemin à travers Stravinsky, même dans ses dernières années. Cela ne pose pas de problèmes stylistiques, il est aussi facile de parler comme si vous lisiez le journal, je sais exactement quoi faire avec elle. [9]

Peut-être le compositeur avec qui il est maintenant plus étroitement associé est Debussy , dont la plupart des grands travaux du piano, il a enregistré, y compris la Préludes , Etudes , Images et Estampes . Sa a été un des premiers enregistrements de trois 1894 Images de Debussy, qui avait été récemment publiés. Rédaction d'une réédition de l'un de ces enregistrements en 2002, le Gramophone a commenté: 'audience Paul Jacobs ... est un rappel fort et salutaire d'un roman, vigoureux et superbement vue épurée de Debussy ... celui qui souligne la ferveur révolutionnaire du compositeur. La puissance et l'orientation de ces performances restent étonnant de brumes et brouillards opalescentes brûlées pour révéler un esprit corruscating et vitalité. Il n'ya absolument rien ici de l'homme décadent et léthargique de l'imagination populaire. Tout au long, l'engagement de Jacobs à chaque note de visions fantasmagoriques de Debussy est totale. Tous ses enregistrements doivent être réémis. [28]

Discographie

Jacobs a commencé sa carrière d'enregistrement en Europe dans les années 1950. Un de ses premiers enregistrements (en 1953) était de Deuxième Concerto pour piano de Beethoven avec l'Orchestre Symphonique de Radio Paris dirigé par René Leibowitz , couplé avec sa propre réalisation de Leibowitz du Concerto pour piano de Beethoven en mi bémol majeur de 1784, écrite quand Beethoven avait 14 ans et qui seule la partie de piano survit. [29] A Paris, en 1956, il a donné le premier cycle complet en un seul concert du Schoenberg musique de piano, de passer à l'enregistrer pour le label Véga. Il a également agi en tant que producteur sur des enregistrements réalisés par René Leibowitz , y compris le premier enregistrement de LP de Schoenberg Gurrelieder s '. Il était le soliste de clavecin en 1968 l'enregistrement Britannique du Carter Double Concerto avec Charles Rosen (piano) et l'English Chamber Orchestra, dirigé par Frederick Prausnitz. [30] et a joué sur les années 1970 l'enregistrement CRI de Morton Feldman La Viola dans ma vie . [31]
Disques Nonesuch

Sa réputation comme un artiste d'enregistrement repose en grande partie sur une série de disques qu'il a fait pour l'Amérique Nonesuch étiquette, pour la plupart desquels il a écrit un vaste essai accompagnant. À partir de 1968 et 1973, avec chambre et concertante œuvres de Carter, à partir de 1976 il s'est concentré sur le solo et duo répertoire. La plupart sont restés disponibles au cours des années grâce à des rééditions CD par Nonesuch et, plus tard, par Warner . Le petit label américain arbitre a également fait beaucoup pour garder 'héritage enregistré Jacobs devant le public. En 2008 Arbiter a publié un ensemble de deux CD du / répertoire à quatre mains Stravinsky deux pianos (avec Ursula Oppens ), couplé avec quelques enregistrements live inédits de Jacobs. Ils ont également réédité ses enregistrements de la musique de piano de Busoni , que Jacobs considéré comme «le grand maître méconnu du XXe siècle». [1]

MERCI WIKIPEDIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
gluckhand

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie Empty
MessageSujet: Re: In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie   In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie EmptyDim 29 Déc 2013 - 14:21

In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie 694244

Cette version de l'oeuvre pour piano de Schoenberg qu'on peut aussi trouver en CD chez APEX, est une des plus passionnantes lectures de cette oeuvre assez difficile, je ne sais pas si c'est aussi la même version qui est parue il y a longtemps aussi en 33 tours chez VEGA.Jacobs y explore là déjà à l'époque,toutes les possibilités techniques et bien sûres musicales du piano, sa vision est très intérieure, très fouillée ,plutôt lente , assez constructive, elle priviligie à mon avis la construction au lyrisme par rapport par exemple à la version Otto Z .Khan qui est pour moi ma version préfèrée .Jacobs ici , détâche les notes et joue sur les profondeurs , sa façon de jouer très ascétique avec le silence , à l'économie et misant sur la beauté des sons, renforce encore les qualités de ces oeuvres et c'est bien sûr pour ça qu'elles gardent encore aujourd'hui toute cette inventivité, cette modernité.Jacobs est vraiment un pionnier par cet éclairage de l'intérieur et par la beauté des sons qu'il prodigue avec ses doigts,bref une des grandes versions de cette oeuvre et qui le restera longtemps à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 719
Date d'inscription : 03/04/2010

In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie Empty
MessageSujet: Re: In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie   In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie EmptyMar 31 Déc 2013 - 19:04

J'ai les transferts en FLAC de deux 33 tours de Jacobs

Contrapuntal Masterpieces, avec Ursula Oppens - Busoni Fantasia, Beehoven (op 133), Mozart (K594)
Un 33 tour de Nonsuch avec les cinq sonatinas de Busoni. Nonsuch H-71359

Le Mozart et le Beethoven sont fabuleux.

Message édité par la modération: pas d'incitation au piratage. (partage d'enregistrements non libres de droits)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie Empty
MessageSujet: Re: In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie   In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
In mémoriam Paul Jacobs (1930-1983)discographie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paul Dukas : Ariane et Barbe-Bleue
» Gibson Jeff Beck 1954 Les Paul Oxblood
» Discographie en tant que guest artist ou participations
» 1930 NATIONAL TRIOLAN
» Paul GILSON (1865-1942)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: