Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Yasushi Akutagawa (1925-1989)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marchoukrev
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 20
Localisation : Entre Paris et les Hauts-de-France
Date d'inscription : 14/08/2013

MessageSujet: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Jeu 5 Jan 2017 - 22:13

Voilà un sujet dans lequel je risque de perdre toute crédibilité musicale à vos yeux... En effet, la musique d'Akutagawa est bien kitsch et risque de vous déplaire. Mais bon, quoi de mieux que de la musique kitsch et joyeuse pour commencer l'année?  bedo


En fait, je connais peu d’œuvres aussi enthousiasmantes que la Music for Symphonic Orchestra ou la Trinita Symphonica d'Akutagawa. Composées entre 1948 et 1950, ce sont des œuvres de jeunesse pleines de fougue et d’entrain. Ecoutez donc l’exubérant finale de la Music for Symphonic Orchestra ! Comme j'ai l'habitude de le dire, "c’est du lourd": les cuivres s’y déchaînent et lancent une danse que rien ne semble pouvoir arrêter. D’ailleurs, qui voudrait que ça s’arrête ? Cette débauche de rythmes étourdissants est tellement jouissive ! Pourtant, je sais bien que tout le monde ici ne sera pas de cet avis. Exécutez un tel morceau pendant un concert: immédiatement, les ayatollahs de la musique « sérieuse » crieront au scandale et ne manqueront pas d’affirmer « Mais quelle infâme kitscherie » ! Certes, la musique d’Akutagawa est particulièrement kitsch en ce sens qu’elle est simple (mais pas simpliste), festive et accessible (en tout cas c'est ma définition du kitsch). En tout cas on sent bien l'intention hédoniste du compositeur. Cette musique est sensée faire plaisir et je la trouve assez enivrante!  drink

Cependant, si vous vous plongez plus profondément dans la Trinita Symphonica ou l’Ellora Symphony d'Akutagawa, vous remarquerez d’indéniables passages de pure poésie. Ainsi, les mouvements lents de ces œuvres sont imprégnés de mystère et de folklore japonais… C’est ce mélange d’ombres et de lumières, de tradition et de modernité qui fait tout le charme d’Akutagawa. Du moins d'après moi!  hehe

En espérant que vous serez nombreux à découvrir cette musique rayonnante!

PS: cette courte présentation est adaptée de la chronique musicale que je tiens dans le journal de mon École; désolé donc pour l'absence de véritable analyse musicologique (les mauvaises langues diront que ça ne manque pas dans le cas d'Akutagawa).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 15495
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Jeu 5 Jan 2017 - 22:41

le peu que je connais d’Akutagawa est manifestement sous la zone d’influence soviétique (il est loin d’être le seul japonais dans le cas), et pas si kitsch que ça d’ailleurs, mais pas très éblouissant non plus à mon avis.
peut-être que Vino aura quelque chose à dire, il a écouté quelques œuvres récemment.

merci pour la présentation. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 11978
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukrainien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Sam 7 Jan 2017 - 17:03

Eh bien, il est très honorable (de par chez nous) d'ouvrir un sujet sur un compositeur fort respecté dans le monde culturel asiatique (de par chez lui).

Yashusi Akutagawa, né à Tokyo la même année que Pierre Boulez ou Andreï Eshpaï (ne prenez que ce qui vous plaira), dans la famille du fameux écrivain Ruûnosuke Akutagawa, était un humble étudiant au Collège Musicale de sa ville natale où il y eut Kunihiko Hashimoto et Akira Ifukube (deux compositeurs assez enclins à l'influence soviétique dans leurs oeuvres, pour le peu que j'ai pu entendre mais, étrangement, le premier a fait la connaissance d'Alban Berg et a étudié auprès d'Arnold Schoenberg lors d'un voyage à Los Angeles) comme professeurs de composition et suivait en parallèle des cours de direction auprès de N. Kaneko (ce qui explique bien la présence d'enregistrements hyper jouissifs d'Akutagawa dirigeant ses propres oeuvres symphoniques trouvables sur le site de la Caverne d'Ali-Baba). Il terminera ses études en 1949 avec un beau diplôme sous le bras.

Je suppose que sa musique avait beaucoup de succès au Japon et dans les alentours de l'archipel du Nihon-koku, à tel point qu'en 1980 il fut élu président de la Fédération des compositeurs japonais et vice-président de la League des compositeurs asiatiques.

J'ai découvert sa musique par hasard, dans un coffret recommandable de six disques paru au début des années 1990 (réédité depuis dans un colori rose immonde) chez Col Legno. Grosso modo sept heures de captation de concerts du troisième festival international de musique à Leningrad en mai 1988 "pour l'humanisme, la paix et l'amitié entre les nations" (le tout sous la houlette de Tikhon Khrennikov bien évidemment). Bref, j'ai pu entendre sur le quatrième disque sa Rapsodie pour orchestre composée en 1971 sous la direction du jeune Valery Gergiev. C'est une musique envoûtante, presque debussyste (plutôt le Roussel de "Pour une Fête de Printemps"), mais toujours assez concrète (on ne tombe pas dans le piège de l'impressionnisme à l'eau de rose), presque folklorisant (possible qu'il y ait quelques bribes de motifs-thèmes nippons traditionnels ou alors de simples allusions-citations à la Rihm, dans un tout autre style). Je ne peux pas dire que ce soit complètement kitsch, cela dit, effectivement, il y a une belle part de festivité (les cuivres soviétiques sont de la parti) et de mystère (l'introduction épique suivie d'un épisode énigmatique avec la flûte de l'Après midi d'une faune à la sauce extrême-orient). Quelque part, sa musique est au carrefour des influences française et soviétique (à l'instar d'Eshpaï). En résumé, cette oeuvre m'a beaucoup plus.

Il y a quelques jours, j'ai écouté deux-trois oeuvres orchestrales et concertantes d'Akutagawa. J'ai adoré son Concerto Ostinato (1969) pour violoncelle et orchestre (bah normal, puisqu'il y a un clavecin dans l'effectif). C'est peut-être l'oeuvre la plus moderniste du compositeur nippon qui m'était donné d'entendre, assez tourmentée et sombre, on sent bien la vague des écoles d'avant-garde de par le monde, sans pour autant que sa musique devienne plus radicale (Boris Tchaikovsky et le Dutilleux de la deuxième symphonie me viennent à l'esprit). La partie véhémente centrale est du pur Eshpaï.   

Voilà, voilà.


Dernière édition par ovni231 le Dim 8 Jan 2017 - 18:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 11978
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukrainien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Dim 8 Jan 2017 - 18:32

Bon, je me suis réécouté pour le plaisir ses oeuvres symphoniques de jeunesse, c'est-à-dire, la Musique pour orchestre (1950), le Tryptique pour orchestre à cordes (1953) et la Première Symphonie (1950). On est tout de même à vingt-mille lieues de l'originalité du Concerto pour violoncelle ou de la Rapsodie (soyons indulgents, nous sommes en présence d'un jeune compositeur de 25 ans). Je pense que la Music for orchestra est ce que le musicien tokyoïte a écrit de plus kitsch, bien qu'il y ait quelques épisodes moins exubérants. Le tryptique est un petit bijou de sincérité et de nostalgie (particulièrement dans la deuxième pièce). Le troisième volet rappelle le motorisme de Prokofiev. Quant à la première symphonie, elle forme une sorte de synthèse des deux oeuvres citées précédemment. J'ai été agréablement surpris par les harmonies presque acides et monumentales du mouvement lent (vision troublante préfigurant la cinquième de Honegger composée une année plus tard). Cependant, le finale est un calque moins génial du II. de la cinquième symphonie de l'auteur du ballet Cendrillon. On ne peut pas gagner à tous les coups. J'aimerais tellement entendre ses autres symphonies pour avoir une idée plus complète sur le catalogue du maître japonais.

Ah, et une petite photo souvenir s'il vous plaît !



Yasushi Akutagawa dirige son concert pour violoncelle dans la grande salle du Conservatoire de Moscou (photo prise en 1981 selon la source)


Dernière édition par ovni231 le Lun 9 Jan 2017 - 18:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marchoukrev
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 20
Localisation : Entre Paris et les Hauts-de-France
Date d'inscription : 14/08/2013

MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Lun 9 Jan 2017 - 18:27

Merci pour cette présentation Vino!

Pour les autres symphonies d'Akutagawa je te conseille l'Ellora Symphony. C''est une œuvre plus moderne que la Music for Symphony Orchestra ou son Triptyque pour orchestre à cordes. Plus profonde aussi. Presque mystique, avec son alternance de thèmes masculins et féminins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 11978
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukrainien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Lun 9 Jan 2017 - 18:50

Akutagawa a composé la symphonie Ellora à la fin des années 1950, durant une période où il s'est intéressé à des sujets plus cosmiques (existe-t-il un enregistrement de sa symphonie "Etoiles Jumelles" de 1957 quelque part ?). Je pense effectivement que ça va plutôt me plaire.

Je suis en train d'écouter, il y a des points communs avec la symphonie (1958) de Yashiro Akio (mon préféré avec Takemitsu chez les nippons).

Cependant, Akio développera une écriture beaucoup plus moderniste dans les années 1960 (j'y entends plus l'école polonaise que l'influence française alors que ce dernier a étudié avec Messiaen et Nadia Boulanger), sa sonate pour piano (1961) est une oeuvre admirable (merci à Loutsian).


Dernière édition par ovni231 le Lun 9 Jan 2017 - 20:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 11978
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukrainien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Lun 9 Jan 2017 - 19:18

Sinon, j'ai vu que Gergiev a dirigé son tryptique pour orchestre à cordes, comme quoi il a tenu de forts liens musicaux avec l'oeuvre d'Akutagawa, même après la mort du compositeur survenue en 1989.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 11978
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukrainien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Lun 9 Jan 2017 - 20:25

Oulà, je viens de lire à l'instant que Yasushi était entrée illégalement en URSS (1954), alors que le Japon et l'Union étaient encore (et sont restés même après l'effondrement étatique en 1991) officieusement en guerre (aucun des deux pays n'ont signé de traité de Paix depuis la fin de la seconde guerre mondiale) et qu'il s'était lié d'amitié avec Chostakovitch, Kabalevsky et Khachaturian (ce qui explique beaucoup de choses !). Il fut le seul compositeur japonais à être publié officiellement en Union Soviétique à cette époque-là (eh ben, ça éclaire ma lanterne !).


Dernière édition par ovni231 le Lun 9 Jan 2017 - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 11978
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukrainien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   Lun 9 Jan 2017 - 20:31

Autrement, il y a encore le groupe Sannin no kai (littéralement "Les Trois"), dont Akutagawa faisait parti. Je pense que Loutsian devrait connaître un peu Toshiro Mayuzumi, mais ceci est une autre histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yasushi Akutagawa (1925-1989)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yasushi Akutagawa (1925-1989)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Singles Collection: The London Years (1989)
» Musique afro-américaine (1925-2008)
» Scott ROSS (1951-1989)
» [Anime] The Legend Of Zelda ( 1989 )
» The Bootleg Series Vol. 8: Tell Tale Signs - Rare and Unreleased 1989-2006 (2008)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: