Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80176
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mer 10 Mai 2017 - 3:06

Pelléas et Mélisande
Claude Debussy

Louis Langrée direction
Eric Ruf mise en scène et scénographie
Christian Lacroix costumes
Bertrand Couderc lumières

Patricia Petibon Mélisande
Jean-Sébastien Bou Pelléas
Kyle Ketelsen Golaud
Jean Teitgen Arkel
Sylvie Brunet-Grupposo Geneviève
Jennifer Courcier Yniold
Arnaud Richard Le médecin, le berger

Orchestre National de France
Chœur de Radio France direction Marc Korovitch

La première avait lieu ce mardi soir, des extraits dont disponibles, ça a l'air vraiment chouette, sombre et sobre, avec un décor plongé dans l'eau et l'humidité...

Extraits ici: http://www.theatrechampselysees.fr/saison/opera-mis-en-scene/pelleas-et-melisande
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mer 10 Mai 2017 - 11:40

J'espère que ce sera un Ruf des bons soirs, ce que j'ai vu avec lui ne m'a pas toujours bouleversé – Cressida sans aucun intérêt (il n'aura pas ici son mot à dire dans la déclamation, soulagement), Pré aux clercs pas très inventif…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80176
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mer 10 Mai 2017 - 11:42

En tout cas une chose est sûre: ça n'est pas un truc tout laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mer 10 Mai 2017 - 11:44

Pelléas doit être l'opéra le plus régulièrement donné à Paris, non ? (avec Don Giovanni et L'Orfeo…) Même pas sûr qu'on joue autant Carmen (en nombre de dates oui, mais en nombre de séries, ça doit se valoir).

Pour l'instant, étrangement, ça ne m'a toujours pas bouleversé en salle… Mais j'ai été très touché par des extraits avec piano hier soir au CNSM (Perbost, Lanièce, Worms), les harmonies prenaient davantage de relief, et autant au disque le piano fait pâle, autant dans une petite salle, c'était encore plus impressionnant qu'orchestré.

Je serai de cette série au TCE de toute façon (Bou en Pelléas, et ce devait être, logiquement, une de ses dernières fois…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Resigned
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 33
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Jeu 11 Mai 2017 - 0:48

J'y serai pour ma part mercredi prochain!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80176
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Jeu 11 Mai 2017 - 3:19

Moi ce samedi!


DavidLeMarrec a écrit:
Pelléas doit être l'opéra le plus régulièrement donné à Paris, non ?  (avec Don Giovanni et L'Orfeo…)  Même pas sûr qu'on joue autant Carmen (en nombre de dates oui, mais en nombre de séries, ça doit se valoir).

Depuis 10 ans en tout cas, ça n'arrête pas, c'est vrai. (4 fois le TCE en comptant la saison prochaine, 2 fois l'Opéra-Comique, 3-4 fois Bastille...)

Citation :
Pour l'instant, étrangement, ça ne m'a toujours pas bouleversé en salle…

Pas même Braunschweig?

Et tu as manqué Haitink/Martinoty...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Jeu 11 Mai 2017 - 22:51

Non, même Braunschweig, c'est vraiment l'œuvre qui ne prend pas. Au piano (alors que je n'aime pas Pelléas au piano d'ordinaire) ça passait bien mieux lors d'extraits entendus mardi au CNSM… c'est assez étrange.

Je tâcherai de me placer au-dessus de la fosse pour profiter de l'orchestre, au TCE, on verra si ça change quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 0:42

DavidLeMarrec a écrit:
Je tâcherai de me placer au-dessus de la fosse pour profiter de l'orchestre, au TCE, on verra si ça change quelque chose.

En effet. Je suis sorti complètement euphorisé de l'expérience, chantant les répliques des cinq actes dans le désordre dans les rues parisiennes… Rolling Eyes

Distribution vraiment parfaite pour les six principaux, orchestre incroyablement intense, mise en scène sobre, adaptée au lieu (angles de vue réduits), pas mal vue… et puis la musique et le texte, toujours immenses.

C'était une orgie du début à la fin. Je ne veux plus jamais écouter de musique, voilà, c'est fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80176
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 1:05

Oui...

L'inconfort de la salle (la chaleur épouvantable en haut du 2è balcon, les sièges vraiment pas terribles...) m'a empêché d'être aussi immergé dans le spectacle qu'il faudrait, mais c'était vraiment superbe.

Quand même, Bou n'a plus les aigüs, il fait presque du Gerhaher, ça plafonne méchamment à partir du fa# et ensuite il lâche carrément les notes, et Ketelsen, bien que formidable, manque pour moi vraiment de nuances. (sans compter qu'il a complètement raté sa première réplique samedi, démarrant deux temps trop tôt et bafouillant, il y a eu deux autres moments où il s'est un peu loupé dans le texte)
Mais dans l'ensemble le spectacle est effectivement très abouti et Petibon est pour moi quasi-parfaite, quelle projection, et puis que de nuances, avec notamment ces sons droits bizarres... (pourquoi n'avait-on encore jamais entendu sa Mélisande à Paris??)
Bou a pu être un Pelléas assez idéal (quoi qu'en réécoutant Minkowski 2002, les notes aigües sont déjà limites voire vraiment basses sur certaines, mais ça passe mieux), n'hésitant pas dans le presque parlé et le chuchoté, bien que toujours audible dans les ppp, dommage qu'il n'ait plus toutes les notes.
Rien à dire de négatif pour Arkel, Geneviève et Yniold, excellents.
Pour moi on se serait rapproché de la perfection avec un Pelléas plus jeune ou plus ténor et un Golaud francophone et plus nuancé.

J'ai été assez emballé aussi par la mise en scène, belle et sobre, effectivement bien adaptée au lieu, avec la présence permanente de l'eau (le lit dans l'eau me rappelant le III du Tristan de Py)
J'ai apprécié le côté ancien, assez proche des vieilles images qu'on a tous en tête, des costumes de Mélisande, le fait d'assumer d'aller jusqu'au bout de l'idée de l'interminable chevelure, au premier degré.

Et l'orchestre, l'engagement de Langrée, la tension permanente... c'était très grand.
J'espère que ça sera diffusé en vidéo, en tout cas publié d'une façon ou d'une autre.

Je comprends que tu aies été emballé, mais je ne m'explique pas la différence si grande avec d'autres très bons Pelléas, notamment celui de l'Opéra-Comique.

Tu étais placé où exactement?

Au 2è balcon, ricanements incessants du public sur telle ou telle réplique, au moment du déroulement de la chevelure... on se serait cru en 1902.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 10:51

Xavier a écrit:
L'inconfort de la salle (la chaleur épouvantable en haut du 2è balcon, les sièges vraiment pas terribles...) m'a empêché d'être aussi immergé dans le spectacle qu'il faudrait, mais c'était vraiment superbe.

Ah oui les demi-sièges en Z6x ? Smile

J'étais au bord d'une ouverture, c'est vrai que ça change tout en confort.


Citation :
Quand même, Bou n'a plus les aigüs, il fait presque du Gerhaher, ça plafonne méchamment à partir du fa# et ensuite il lâche carrément les notes

J'étais étonné qu'il le change encore à ce stade de sa carrière, alors qu'il chante beaucoup de rôles de barytons graves, voire de basses baroques. Donc j'étais enchanté de l'entendre : et le côté très mâle de la voix est compensé sur scène par son allure juvénile – j'ai totalement acheté le côté postadolescent.

Pour les aigus, c'est vrai, c'est étonnant, la voix est magnifique et extraordinairement épanouie dans les aigus, jusqu'au sol 3, très facile, sans aucune fatigue… mais les sol dièses sont difficiles, presque escamotés, et les la 3 ratés en effet. Mais honnêtement, je m'en moque… ces la ne sont pas forcément des points culminants, et le second, amené par une phrase entière en fausset, s'intègre très honnêtement au reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2250
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 11:26

DavidLeMarrec a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Je tâcherai de me placer au-dessus de la fosse pour profiter de l'orchestre, au TCE, on verra si ça change quelque chose.

En effet. Je suis sorti complètement euphorisé de l'expérience, chantant les répliques des cinq actes dans le désordre dans les rues parisiennes… Rolling Eyes

Distribution vraiment parfaite pour les six principaux, orchestre incroyablement intense, mise en scène sobre, adaptée au lieu (angles de vue réduits), pas mal vue… et puis la musique et le texte, toujours immenses.

C'était une orgie du début à la fin. Je ne veux plus jamais écouter de musique, voilà, c'est fini.

C'est ça hehe . Et moi je suis la reine d'Angleterre pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 15910
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 12:06

ce n’est pas après Stockhausen qu’on ne peut plus... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80176
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 12:16

DavidLeMarrec a écrit:

Pour les aigus, c'est vrai, c'est étonnant, la voix est magnifique et extraordinairement épanouie dans les aigus, jusqu'au sol 3, très facile, sans aucune fatigue… mais les sol dièses sont difficiles, presque escamotés, et les la 3 ratés en effet. Mais honnêtement, je m'en moque… ces la ne sont pas forcément des points culminants, et le second, amené par une phrase entière en fausset, s'intègre très honnêtement au reste.

Samedi soir, à partir du fa# tout était trop bas et pas tenu, c'était quand même très gênant, plus que le la en fausset.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2250
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 13:03

lucien a écrit:
ce n’est pas après Stockhausen qu’on ne peut plus... ?

Et surtout après un certain Phil GLASS Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 13:23

[Ketelsen]

La voix perd en impact lorsqu'il chante fort, se plaçant plus en arrière et couvrant beaucoup, mais sinon, c'est vraiment du cordeau. Hier soir, un mot manquant (pas le seul, pas mal de décalages, Petibon et Teitgen, surtout – quelques-uns vraiment évident, mais sinon, difficile de faire autrement, sur scène dans cette œuvre) et un déterminant changé (« le » au lieu de « mon », quelque chose comme ça…), c'est tout. Diction immaculée, vraiment digne d'un francophone, voix franche… un peu sombre pour mon goût personnel, mais vraiment au-dessus de tout reproche, et très convaincant, même physiquement dans son rapport à la mise en scène.

--

[Petibon]

J'aurais cru que tu n'aimerais pas ces sons droits (à un moment, elle fait même un son droit qui remonte, à la manière des « ah ! »
de la tragédie lyrique Very Happy ), mais oui, tout est très maîtrisé. J'aime moins la voix que Vourc'h, mais en salle, elle m'a plus intéressé, comme plus libre – possiblement parce que j'étais beaucoup plus près.

C'est vrai qu'elle chante le rôle depuis longtemps, en plus (j'ai une bande au NYCO au début des années 2000, avec piano). Elle a beaucoup mûri sa voix et son personnage (pas aussi intéressant à l'origine, évidemment).

--

Citation :
n'hésitant pas dans le presque parlé et le chuchoté

Le moment où l'orchestre se tait sur l'aveu était vraiment bouleversant chez les deux, effectivement. Oui, Bou est un peu mince dans la projection du bas-médium (normal, vu sa technique assez pharyngée), mais c'est tout à fait véniel…


Citation :
Pour moi on se serait rapproché de la perfection avec un Pelléas plus jeune ou plus ténor et un Golaud francophone et plus nuancé.

Pour moi, on peut déjà considérer, si on ne regarde pas aux quelques notes manquantes chez Bou ou décalées chez les autres, qu'on est dans la perfection, si on considère le résultat. Souvent, il y a un chanteur un peu moins bon (ici, c'était Arnaud Richard en berger et médecin, ce n'était pas bien grave), quelque chose qui ne prend pas. Non, vraiment pas ici. Et l'orchestre était l'un des plus beaux que j'aie entendus dans l'œuvre, peut-être même le plus beau, le plus intense, le plus détaillé.

Pelléas ténor est souvent moins convaincant que baryton, je trouve, il est dans une zone de confort générale et moins à l'aise pour phraser les graves, et puis sa clarté paraît trop franche pour un personnage aussi fuyant… il faudrait un ténor dramatique pour le faire (non, pas Vickers ou Domingo en fin de carrière, ça ira), comme Windgassen l'avait fait (pas mal du tout).


Citation :
J'ai apprécié le côté ancien, assez proche des vieilles images qu'on a tous en tête, des costumes de Mélisande, le fait d'assumer d'aller jusqu'au bout de l'idée de l'interminable chevelure, au premier degré.

Tout à fait ! Il n'y avait pas de « message », ça n'apportait pas de supplément (hors des interludes, comme le beau premier regard), mais ça laissait justement le texte s'exprimer et le soutenait bien. Et c'était très centré pour que tout le monde puisse voir dans cette salle aux angles impossibles visuellement…


Citation :
J'espère que ça sera diffusé en vidéo, en tout cas publié d'une façon ou d'une autre.

Ça a été capté.


Citation :
Au 2è balcon, ricanements incessants du public sur telle ou telle réplique, au moment du déroulement de la chevelure... on se serait cru en 1902.

Public très recueilli hier soir. Certes, ça n'a pas pu s'empêcher d'applaudir à la seconde où le si majeur s'est interrompu (on a attendu la fin malgré l'extinction des lumières, c'est déjà ça), et il y a eu des sourires audibles à tel ou tel moment (répliques faites pour ça comme « je ne mens jamais, je ne mens qu'à ton frère »), mais pas de ricanements.


Citation :
Je comprends que tu aies été emballé, mais je ne m'explique pas la différence si grande avec d'autres très bons Pelléas, notamment celui de l'Opéra-Comique.

Moi non plus. Je crois que j'ai plus écouté la musique cette fois, et surtout j'étais bien mieux placé, en corbeille au-dessus de la fosse. Là, on se prend tout en pleine figure, j'ai fait la même expérience pour Don Giovanni avec le Cercle de l'Harmonie, ça n'a aucun rapport avec ce qu'on peut vivre tranquillement au second balcon.

En tout cas, rien à voir avec mes précédentes expériences en effet, hier soir c'était l'une de mes soirées d'opéra les plus jubilatoires ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5011
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 13:33

[Edit : commentaire écrit ce matin avant l'échange qui précède, que je n'ai pas encore lu]

Eh bien...

Du coup je suis vraiment content d'y être allé, parce qu'en lisant vos commentaires (surtout celui de David Shocked ) j'aurais énormément regretté d'avoir manqué ça...
Mais du coup aussi, je me pose bien des questions, car ce que j'ai vu et entendu était certes un assez bon Pelléas, et sans doute même excellent si l'on se réfère au niveau global des différentes productions de l'œuvre depuis sa création (et probablement des productions actuelles à travers le monde), mais.
... C'est peut-être parce que j'ai visionné le Haitink/Martinoty (que je vais m'empresser de revoir) il y a une quinzaine de jours ?... Ou peut-être étais-je particulièrement mal placé (premier rang du gradin supérieur du premier balcon à gauche)...
En tout cas, pas de miracle pour moi.

Commençons par le très bon : Yniold (comme souvent dans les productions récentes, l'ère des Yniolds à se jeter par la fenêtre semble heureusement révolue). Peut-être pas tout à fait de la classe d'une Brahim-Jelloul en 2007, mais avec Naouri pour lui donner la réplique, ç'aurait peut-être été le cas...
Geneviève : pas grand-chose à dire de négatif non plus, un timbre pas forcément à tomber par terre mais ce n'est pas ce que l'on attend en priorité d'une Geneviève. Scène de la lettre extrêmement lente, vraiment différente de ce que l'on entend d'habitude, et du coup captivante (une des rares fois où cette scène m'a vraiment tenu en haleine).

Voilà. Mr. Green

Plus sérieusement, je n'ai rien trouvé de vraiment mauvais (sauf peut-être une seule chose - non négligeable - sur laquelle je reviendrai), mais tout le reste m'a paru mi-figue mi-raisin, plutôt bon (entendons-nous bien) mais certainement pas de quoi grimper aux rideaux (et c'est heureux, car à quoi donc aurait ressemblé cette soirée, je vous le demande un peu, avec tous ces gens accrochés aux rideaux de scène).

D'abord l'orchestre / direction : c'est là que je serais tenté d'incriminer l'acoustique et la position de mon siège hier soir, mais je n'ai pratiquement jamais (sauf par bonheur dans la scène de la grotte, et peut-être dans celle de la tour) été enveloppé ni embarqué par la sonorité, ni par le jeu sur les tempi (contrairement à la micro-agogique surhumaine de Haitink en 2007). Il manquait la transparence, le clair-obscur, la souplesse, je serais presque tenté de dire la subtilité si ce n'était pas injuste, parce que c'était tout de même très bien – et même parfait en un certain sens... Mais, pour résumer mon impression en un mot, j'ai trouvé cet orchestre et cette direction assez secs... ce qui peut me plaire dans certains répertoires, mais pas chez Debussy et pas dans Pelléas... (Un seul exemple, la 3e scène du I, en particulier juste après l'unique intervention du chœur à partir de "On dirait que la brume s'élève lentement" : où était la mer, l'élasticité des pizz de contrebasse, la translucidité, la sensation d'être happé par les vagues sombres ? J'ai trouvé ça plat, en deux dimensions, sans le moindre soupçon d'envoûtement... Mais, encore une fois, j'étais peut-être mal placé.)

Suis-je seul à avoir trouvé qu'Arkel chantait faux ? N'ayant pas bien entendu l'annonce du début, je ne sais pas si c'était le chanteur prévu ou un remplaçant, mais apparemment il fallait être indulgent... Le fait est que, justesse mise à part, ç'aurait pu être vraiment excellent ; d'ailleurs la première scène (dans la continuité de la superbe Lettre) m'a beaucoup plu, mais au IV et surtout au V, ça m'a vraiment gêné...

Je n'ai pas grand-chose de négatif à dire sur Golaud, mais le problème est que je n'ai pas grand-chose de positif non plus. Il assurait indiscutablement, mais à aucun moment il ne m'a fait frissonner (ce ne sont pourtant pas les occasions qui manquent de faire frissonner l'auditeur/spectateur dans ce rôle); je l'ai trouvé extérieur à son rôle, appliqué plutôt qu'impliqué, etc. ... Rien à redire sur la forme encore une fois, mais lorsqu'on a Naouri et Van Dam dans l'oreille, difficile de se sentir remué par ce Golaud-là.

Pelléas était plus enthousiasmant, même s'il est difficile de ne pas faire le perroquet en répétant que Bou n'a plus tout-à-fait les aigus et la juvénilité idéaux pour le rôle... Un beau Pelléas néanmoins, un peu voilé, presque un peu épuisé... pourquoi pas (après tout lui aussi vit aussi dans ce foutu château, et à la réflexion l'on pourrait même le considérer comme le personnage le plus fantomatique de tous...). Si ce n'est que, là encore, je n'ai pas eu le grand frisson.

Reste Patricia Petibon, évidemment. J'ai failli ne pas prendre de place à cause d'elle, mais je me suis dit que ça suffisait comme ça, qu'il fallait que je m'interdise tout a priori et que j'ouvre tout grand mes oreilles ; et je dois dire qu'au tout début ça n'a pas été difficile, car elle a la voix et l'incarnation qu'il faut pour faire une très belle Mélisande...
Mais évidemment (hélas), il y a un gros hic pour moi, et ce sont ces foutusameux sons droits...
Si elle le faisait une ou deux fois, à des moments soigneusement choisis et surtout avec une véritable intention expressive (intelligence du texte, etc.), ce pourrait être un vrai atout, ce pourrait même être carrément émouvant, mais là ça s'apparente beaucoup trop à un tic ou à une marque de fabrique — ce qui ne serait pas nécessairement grave en soi si, par ailleurs, elle investissait réellement son rôle, si elle était vraiment , ce qui pour moi n'était pas du tout le cas. Sans les sons droits systématiques, ç'aurait été une très bonne Mélisande – pas très habitée, un peu absente à son personnage, mais après tout l'option "transparente" et "spectrale" est tout à fait défendable dans ce rôle (à condition d'être consciente et assumée), mais là... En l'écoutant je ne cessait presque jamais de me dire qu'après deux ou trois prises de rôle, elle approfondirait son personnage et se débarrasserait peut-être de sa manie...
Et si encore ça ne faisait que tomber à plat neuf fois sur dix, mais le pire est qu'à plusieurs reprises ces fins de phrases droites et filées détonaient franchement vers le grave... J'ai entendu des critiques radiophoniques dire que ça lui donnait l'air de "minauder", mais en l'occurrence je ne suis pas d'accord : il ne s'agit pas de minauderie, en revanche j'ai plusieurs fois trouvé ça d'un mauvais goût confinant à la laideur... En tout cas ça m'a sorti de la musique, du personnage, du texte ; à cause de cela je n'y croyais plus...
Bref, de quoi plomber pour de bon une Mélisande. J'ai bien conscience d'être pénible avec ça, mais je ne peux m'empêcher de trouver ça incompréhensible et presque impardonnable rambo ... Cela dit, force m'est de constater que ça n'a apparemment pas importuné grand-monde (j'ai tout de même remarqué qu'en dépit de son statut de vedette elle n'a même pas été spécialement plus acclamée que les autres chanteurs principaux, mais il faut dire que les applaudissements étaient particulièrement timides et mous – du moins lors du premier salut, je ne suis pas resté jusqu'à la toute fin)...

Pour ce qui est de la mise en scène, j'ai trouvé ça plutôt beau (en particulier la scène de la fenêtre avec la chevelure plus qu'ostensiblement postiche – outre la longueur, pas moyen de prendre ça pour des cheveux, même la couleur était différente et carrément fluo – qui donnait à l'ensemble un côté surréaliste – subtilement humoristique en tout cas – très plaisant et original), mais aussi un peu claustrophobique, et même franchement lugubre dans l'ensemble : à aucun moment (sauf peut-être dans ladite scène) on n'entrevoit la possibilité d'un horizon quelconque, même la lumière du soleil couchant nous est refusée au cinquième acte (ce que j'ai un peu regretté).
Il y a tout de même quelques coups de génie (ou au moins de belles trouvailles) dans la direction d'acteurs, comme cette mise en action des interludes parfois formidablement bien vue (par exemple le long regard amoureux entre Pelléas et Mélisande de part et d'autre du bassin omniprésent, au point culminant du deuxième interlude – alors qu'ils sont censés ne pas s'être encore rencontrés, mais où l'on se dit soudain que Debussy n'a pu écrire cette musique-là que dans ce but –, ou la scène Mélisande-Golaud du dernier acte – où pour la première fois je me suis dit que Golaud cherchait à faire dire à Mélisande qu'elle et Pelléas avaient été "coupables" non pour savoir (ou lui faire avouer) "la vérité", mais dans l'espoir éperdu que Mélisande reconnaisse son sentiment comme une faute et, en quelque sorte, le renie).


Dernière édition par Golisande le Mar 16 Mai 2017 - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5011
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 13:44

DavidLeMarrec a écrit:


[Petibon]

[...]
C'est vrai qu'elle chante le rôle depuis longtemps, en plus (j'ai une bande au NYCO au début des années 2000, avec piano). Elle a beaucoup mûri sa voix et son personnage (pas aussi intéressant à l'origine, évidemment).


... Flûte ... Neutral

Citation :


Citation :
Au 2è balcon, ricanements incessants du public sur telle ou telle réplique, au moment du déroulement de la chevelure... on se serait cru en 1902.

Public très recueilli hier soir. Certes, ça n'a pas pu s'empêcher d'applaudir à la seconde où le si majeur s'est interrompu (on a attendu la fin malgré l'extinction des lumières, c'est déjà ça), et il y a eu des sourires audibles à tel ou tel moment (répliques faites pour ça comme « je ne mens jamais, je ne mens qu'à ton frère »), mais pas de ricanements.

Ah si, moi j'ai eu de petits ricanements (légers) au moments de la chevelure, mais ça ne m'a pas dérangé car c'était effectivement assez drôle.
En revanche, l'absence totale de silence entre l'accord de euhem do# majeur et les applaudissements, ça oui c'est pénible... (d'autant que c'était vraiment très beau, ce long accord en decrescendo accompagné de l'extinction progressive des lumières dans la fosse... On se demande ce que les gens voient et entendent...Confused )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80176
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   Mar 16 Mai 2017 - 14:09

Golisande a écrit:

En revanche, l'absence totale de silence entre l'accord de euhem do# majeur et les applaudissements, ça oui c'est pénible... (d'autant que c'était vraiment très beau, ce long accord en decrescendo accompagné de l'extinction progressive des lumières dans la fosse... On se demande ce que les gens voient et entendent...Confused )

C'est très simple: extinction des lumières, baisser de rideau = c'est fini, ouf, on peut applaudir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017   

Revenir en haut Aller en bas
 
TCE - Pelléas et Mélisande - Mai 2017
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pelléas et Mélisande
» Debussy - Pelléas et Mélisande
» Pelléas et Mélisande - 15 et 17/04/11 - TCE
» Fauré: Pelléas et Mélisande
» Debussy Pelléas et Mélisande - Bastille - Février-mars 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: