Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms

Aller en bas 
AuteurMessage
tomseche89
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 457
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms   Sam 15 Sep 2018 - 1:01

Jeudi 13 septembre, Maison de la Radio

Orchestre National de France
Emmanuel Krivine, direction
Bertrand Chamayou, piano

Lalo : Le Roi d'Ys, Ouverture
Saint-Saëns : Concerto pour piano n°5 "L'Egyptien"
Brahms : Symphonie n°4

Auditorium complet pour la rentrée symphonique à Radio France avec un ONF et Krivine survoltés. Discours d'introduction de la nouvelle présidente de Radio France (mélomane affirmée mais qui incitera pourtant à aller écouter le lendemain... "l'Orchestre Philharmonique de France" bedo )
La houle déferle d'entrée avec l'ouverture du Roi D'Ys, puissance et dramatique, tendue à l'extrême, avec des cuivres vraiment éclatants. Orchestre furibard, formidable d'engagement et galvanisé par le chef. On retrouvera les mêmes qualités dans la 4e de Brahms, très efficace et sonore, avec du rubato mais quasiment jamais sans lourdeur, avec un tempo assez allant au début.
J'ai trouvé le Saint-Saëns un peu plus oubliable, peut-être la faute de Chamayou (qui joue très bien au demeurant) qui n'a pas réussi à apporter toute la magie et le mystère nécessaire à cette belle partition orientalisante. Très beau II avec l'orchestre.

Après sa traditionnelle intervention en fin de concert (pour remercier les personnels de l'orchestre ainsi que les syndicalistes, si j'ai bien compris!) Krivine a rajouté le scherzo du Songe de Mendelssohn, pas forcément utile.

Superbe concert de rentrée donc, dans un programme vraiment sympa. Krivine chaleureusement remercié par les musiciens, ses concerts sont globalement réussis dans l'ensemble, en tout cas il y a moins de "soirs sans" qu'avec Gatti. J'ai une affection particulière pour ce chef avec lequel je me suis initié à la musique classique lorsque j'étudiais à Grenoble, il venait plusieurs fois par saison à la MC2 avec ses deux orchestres qu'étaient la Chambre Philharmonique (dissout depuis sa prise de poste à Radio France...) et le très solide Philharmonique du Luxembourg. Content qu'il brille à Paris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82436
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms   Sam 15 Sep 2018 - 1:06

C'est vrai que l'an dernier aussi, le concert de rentrée de l'ONF était bien rempli.
( http://classik.forumactif.com/t8509-radio-france-webern-strauss-franck-krivine-7-09-17 )

Pourquoi ça ne dure pas sur le reste de la saison?
Est-ce qu'il y a un quart d'invités qui donnent l'illusion d'une salle réellement remplie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tomseche89
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 457
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms   Sam 15 Sep 2018 - 1:16

Il y avait sans doute des invitations oui, mais pas tant que ça car le public n'a jamais applaudi entre les mouvements (c'est un bon indicateur), contrairement à la Philharmonie.

Le programme était tout de même assez grand public, avec une symphonie très connue, un concerto d'un compositeur connu au titre plutôt aguicheur, un pianiste et un chef réputés en France... Et puis il n'y a pas encore trop de concurrence à ce stade de la saison, ni opéra ni TCE ni Seine Musicale ce soir-là... Tout cela doit jouer !

Suite de l'intégrale Brahms samedi 22 septembre au TCE avec la 1ère symphonie couplée au Don Juan de Strauss et au Concerto n°1 de Liszt (avec Kissin). Le dimanche 23 seule la symphonie sera jouée à Radio France (et là, il y aura la concurrence Gergiev à la Philharmonie !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82436
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms   Sam 15 Sep 2018 - 1:19

tomseche89 a écrit:
Il y avait sans doute des invitations oui, mais pas tant que ça car le public n'a jamais applaudi entre les mouvements (c'est un bon indicateur), contrairement à la Philharmonie.

Je crois que je n'ai jamais entendu d'applaudissements entre les mouvements à Radio France.
Pas sûr que ça nous renseigne sur le nombre d'invités…
En tout cas il y a souvent plusieurs rangées qui leurs sont réservées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andika
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 297
Age : 28
Localisation : France
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms   Lun 17 Sep 2018 - 8:59

Après la rentrée des classes qui a occupé l'actualité en ce début du mois de Septembre, voici maintenant la rentrée des orchestres. Ainsi, nous étions heureux de retrouver l'Orchestre National de France à la Maison de la Radio ce jeudi 13 septembre 2018, pour son concert inaugural de la saison 2018/2019. Dirigé pour l'occasion par son chef attitré, Emmanuel Krivine. Le programme proposait trois œuvres qui auraient pu être données il y a un siècle mais, il n'en était pas moins intéressant. En effet, grand plaisir de retrouver la Symphonie n°4 de Brahms pour ce début d'intégral, après avoir entendu l'ouverture du Roi d'Ys d'Edouard Lalo et le Concerto pour piano n° 5 de Camille Saint-Saëns, interprété par Bertrand Chamayou.

Lalo est un compositeur français contemporain de Gounod, il est l'auteur de trois opéras. Le Roi d'Ys met en scène deux sœurs éprises du même homme. Il est à supposé qu'avant l'irruption de cet objet commun de passion, la quiétude semblait régner entre les deux frangines car c'est ce que l'on entend dans le début de l'ouverture, très tranquille, avec un tempo Andante. Les cordes du national sont ici fidèles à leur réputation, très liées, soyeuses, douces, la petite harmonie est charmante, notamment le hautbois solo. Mais la discorde n'est pas loin, l'Allegro tonitruant suit avec force effets, notamment dans des fortissimos impressionnants, tout cela jusqu'à un final dantesque voire violent. Que la quiétude est loin dans cette entrée en matière qui était pourtant initialement très confortable. Le chef soigne ses effets et a le sens du spectacle pour cette rentrée, afin d'emporter son auditoire.

Changement d'ambiance avec le concerto pour piano n° 5 de Saint-Saëns dit égyptien car composé dans ce pays. Mais il est vrai que cette musique suinte l'orientalisme, notamment dans le deuxième mouvement noté Andante. Mais quel besoin de jouer à une telle vitesse ? Surtout dans les parties qui semblent devoir être plus lentes. Toutefois, on sent un vrai dialogue entre Bertrand Chamayou et l'orchestre, notamment lors d'un merveilleux duo entre Sarah Nemtanu la première violon, et le soliste dans le deuxième mouvement. On savoure également toute la virtuosité du pianiste dans le troisième mouvement ,avec un jeu tout en rebond, souplesse. Le piano se fait percussion, l'orchestre suit. Une interprétation de très belle facture. Et le clair de Lune de Debussy en bis ne vient rien gâcher ! Quel plaisir de retrouver un tel pianiste.

Enfin, la Symphonie n°4 de Brahms en mi mineur. La forme ici regarde une fois de plus vers le passé et la symphonie classique mais on est toutefois dans une veine très romantique. Composée en 1885 et créée la même année, elle dénote par rapport à ce qui se faisait déjà à cette époque, notamment par Bruckner, ou encore Mahler et Rott qui allaient suivre. Et pourtant, elle a beaucoup d'intérêt car elle va droit au cœur. Moelleuse, chaleureuse, rieuse, puis un peu triste, mais toujours touchante, elle porte bien son surnom de "symphonie d'automne" comme le dit si bien Claude Rostand. Le tempo est très allant dans l'allegro initial, les cordes sont toujours très douces, les basses sont en retrait, le chef arrondit le son, le rend confortable. Tout coule de source, les textures sont moelleuses, les bois sont onctueux, le contrepoint est assez fameux. Le II, noté Andante Moderato, exprime de la tristesse, de la douleur, entre cette petite harmonie très performante et ces cordes qui jouent en pizz. Le contraste est total avec le III, Allegro giocoso, très rapide, joyeux voire nerveux. Encore le sens du spectacle du chef qui soigne les effet, qui fait en sorte que le son du tutti soit impressionnant, prend grand soin de la pulsation et des équilibres entre les pupitres. Mais l'émotion n'est jamais loin. Enfin le final est déchirant, cette magnifique pasacaille fait pleurer l'orchestre, les solos s'enchainent (sacré hautbois et flûte), et il est déjà temps d'en finir bouleversé par se final qui ne lambine pas. Une très belle reprise pour une très belle saison. On en redemande !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andika.over-blog.fr/
Rocktambule
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 28/03/2018

MessageSujet: Re: RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms   Mar 18 Sep 2018 - 12:37

Un bien beau concert !

Programme on ne peut plus classique : ouverture + concerto + symphonie. Finalement, c'est plutôt bien ! J'ai besoin d'un morceau court pour me calmer de la frénésie de la journée et du trajet, pour entrer, apaisé, dans des morceaux plus "solides".

Lalo : je ne connaissais pas cette ouverture. Quelques écoutes sur Youtube cet été ne m'avaient pas emballé. C'était très beau ce soir : belles profondeurs, vision d'ensemble, et pas ce "ventre mou" que j'avais pu entendre sur diverses interprétations. Krivine qui m'avait prodigieusement agacé lors des derniers concerts de la saison précédente m'est apparu en pleine forme. Il a toujours son "tic", c'est-à-dire son geste répétitif de direction, mais dilué dans une bonne humeur et un plaisir de jouer communicatifs.

Saint-Saëns : autant le dire tout de suite, j'adore Saint-Saëns, et j'aime beaucoup ce concerto. Je l'ai beaucoup entendu, et souvent mal ! Je redoutais l'interprétation de Chamayou : plusieurs mauvaises expériences dernièrement avec lui, dont le point d'orgue était son CD de Ravel. Lors de la présentation de la saison à Radio France, il avait joué Les cloches de Las Palmas de Saint-Saëns : morceau que je connais bien pour l'avoir moi-même joué, qu'il avait raté (tempo beaucoup trop lent, mélodie à la main gauche embrouillée dans une main droite trop forte et une pédale trop présente). Bref, je redoutais un peu son concerto. Et finalement, il m'a convaincu : tempo très rapide, tout en restant lisible et en respectant la mélodie. Ce concerto est quand même incroyable : la partition arrive à tirer du piano des sons qu'on n'entend quasiment jamais. Curiosité technique et à la fois voyage spatial, très intéressant ! Grâce à sa résidence à Radio France, Chamayou a-t-il peut-être eu vraiment le temps suffisant pour répéter ce concerto avec cet orchestre et ce chef ? D'où le CD que je vais peut-être acheter finalement ?
Un rappel sur Debussy, pas mal mais oubliable.

Brahms : que c'était beau ! Notamment le troisième mouvement que le chef semblait attendre particulièrement et qu'il a dynamité de bonne humeur ! La passacaille me tire des frissons à chaque fois, et elle était magnifique ce soir ! J'aurais aimé que ce concert soit capté pour une parution CD, la symphonie l'aurait largement mérité !

Effectivement le rappel sur Mendelssohn, bien qu'agréable et bien interprété était malvenu après la charge émotionnelle de la symphonie... Mais, il ne m'a pas empêché de fredonner cette dernière durant tout le trajet du retour...

J'ai relevé aussi la coquille de la nouvelle PDG de Radio France qui a présenté la saison et un orchestre qui n'existe pas. Toutefois, ce qui m'a le plus surpris, c'est qu'elle intervienne pour ce qu'elle a appelé "le premier concert de la saison", alors que la saison avait commencé la semaine précédente...
Effectivement, salle quasiment complète ce soir, et pourtant, l'accueil / sécurité s'est très bien passé. Les longues attentes et les errements passés semblent définitivement oubliés, heureusement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85597
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms   Mar 18 Sep 2018 - 14:13

Rocktambule a écrit:
Toutefois, ce qui m'a le plus surpris, c'est qu'elle intervienne pour ce qu'elle a appelé "le premier concert de la saison", alors que la saison avait commencé la semaine précédente...

Certes, mais c'était le premier concert de l'ONF, c'est sans doute ce qu'elle pouvait dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms   

Revenir en haut Aller en bas
 
RF - L'ONF, Chamayou et Krivine jouent Ys, St Saens & Brahms
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bertrand Chamayou
» Chambre Philharmonique (Krivine, Peretyatko), Paris/Grenoble
» Emmanuel Krivine (1947-...)
» Auditorium de Dijon
» Stephen Bennett

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: