Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Franz Liszt - Conception du Lied

Aller en bas 
AuteurMessage
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyDim 28 Sep 2008 - 14:38

Je reprends ici l'introduction de David dans sa présentation de l'univers du lied:

3.8. Franz Liszt

Liszt a écrit, comme Beethoven, dans de nombreuses langues, mais de façon plus précise - pas simplement sous l'angle du chant populaire. Marginalement en anglais et en hongrois, un peu plus en italien et en français, très largement en allemand.

3.8.1. L'écriture en allemand

L'écriture pianistique n'appartient pas au Liszt virtuose, plutôt au Liszt dépouillé (ou du moins au Liszt du lyrisme), avec toujours cette petite sècheresse, ce début d'ascétisme. La partition porte des indications (rédigées !) très précises sur les modes de jeu, notamment concernant l'équilibre avec le chanteur, les notes à privilégier dans le chant du piano, l'usage de la pédale, la relativité des nuances dynamiques, etc.
Liszt se plaît à utiliser des figures qu'il réexploite ensuite sur le mode de la variation. Dédaignant superbement la forme strophique, les fins sont particulièrement travaillées, souvent sous forme d'extinction douce.

Du côté vocal, les tessitures peuvent être très centrales ou au contraire assez longues, selon l'oeuvre. Liszt n'exploite pas une veine extrêmement mélodique, plutôt laissée du côté du piano, et lui préfère une forme mi-récitative mi-lyrique, avec des intervalles parfois larges, qui préfigure tout à fait Wagner.

[Vous pouvez écouter Der König in Thule ("Le roi de Thulé") par Cord Garben, dans le récital Behrens, tout cela y apparaît très nettement, bien qu'il prenne avec quelque sens de la contradiction les indications du Maître.]

3.8.2. Dans d'autres langues

En italien, on sent une lointaine influence de type sérénade italienne (pour mettre en musique du Pétrarque !).
En français, le sens du charmant est préféré, et ici, le strophique revient en force (avec variations, of course). Les Hugo se parent d'un goût délicieux, romances ravivées au contact du sacré.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je prépare une présentation d'un lied assez court et simple avec un fichier temporaire pour découvrir et convaincre ceux qui ne connaissent pas, ou ceux qui n'ont pas été marqués la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyDim 28 Sep 2008 - 14:46

Génial ! On attend. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 12:01

Der Fischerknabe
Lied tiré du Wilhelm Tell de Friedrich Von SCHILLER

Es lächelt der See, er ladet zum Bade, / La mer semble sourire, elle invite au bain,
Der Knabe schlief ein am grünen Gestade, / L'enfant dort sur les rives verdoyantes ;
Da hört er ein Klingen, wie Flöten so süß, / Là, il entend un son, aussi doux que les flûtes,
Wie Stimmen der Engel im Paradies. / Comme des voix d'anges du Paradis.
Und wie er erwachet in seliger Lust, / Et comme il se réveille plein d'un plaisir bienheureux,
Da spielen die Wasser ihm um die Brust. / Les vagues jouent sur son sein.
Und es ruft aus den Tiefen: Lieb' Knabe, bist mein! / Et des profondeurs, un appel: Cher enfant, tu es mien!
Ich locke den Schläfer, ich zieh ihn herein. / Je tire le dormeur, je l'entraîne à l'intérieur.


Je remercie DavidLeMarrec pour la traduction en cours de modification.

Le Lied proposé temporairement est interprété par Endrik Wottrich (ténor) et Semjon Skigin (piano) dans sa version révisée de 1859/60. Lien retiré

Je signale juste que ce Lied n'est pas l'un des plus orginaux du corpus.

Comme souvent chez Liszt, les éléments thématiques sont exposés en introduction, réservée au piano:

-premier élément: les arpèges amples évoquant le flux et le reflux des vagues, et en même temps la contemplation d'une nature immense.
-deuxième élément: un thème lumineux et tendre de cinq accords, dont je me passe d'expliquer la disposition (parce que je ne sais pas le faire) et dans la partie haute du piano.
-troisième élément: un tremolando (ou double trille?) dans l'aigu, associé à un sentiment de plénitude. Notez que la figure du thème souriant est déjà soumise à une première variation à la main gauche, approfondissant le discours de séduction de la nature et plus particulièrement de la mer.

Comme dans le texte de Schiller, on entame le Lied de façon progressive: le décor est posé par les arpèges, et la forme impersonnelle "Es lächelt der See" (ici brillamment traduite par une sorte d'hésitation: la mer semble sourire) est exprimée par une attente avant l'entrée du thème souriant, exposé à deux reprises. Puis les arpèges s'envolent vers le registre aigu, l'ascension s'achevant par le tremolando de l'extase, et la parade de la mer sous-jacente (variation du thème souriant) avant de s'éteindre délicatement et sereinement:
On pourrait résumer ainsi cette première section, comme la thèse exposée: le bonheur est indissociable de la nature.

Maintenant que Liszt nous a présenté son postulat, il peut développer:

Es lächelt der See, er ladet zum Bade, / La mer semble sourire, elle invite au bain,
Reprise de l'introduction: arpèges introductifs puis thème souriant à la voix et au piano.

Der Knabe schlief ein am grünen Gestade, / L'enfant dort sur les rives verdoyantes ;
Les arpèges s'éteignent avant le verbe dormir, le chant est accompagné par des arpèges ascendants et séparés par des silences, illustrant l'état d'apaisement au contact de la nature. Au bout de cette nouvelle ascension délicate, le tremolando dans l'aigu, anticipant sur le "songe" des vers suivant.

Da hört er ein Klingen, wie Flöten so süß, / Là, il entend un son, aussi doux que les flûtes,
Le tremolando est soutenu; par-dessous, le thème souriant varié en berceuse.

Wie Stimmen der Engel im Paradies. / Comme des voix d'anges du Paradis.
Un silence entre les deux vers, moins pour séparer que pour effectuer une transition subtile, et, pour exprimer la perfection: le tremolando se métamorphose en accords plaqués toujours dans l'aigu, qui s'éteignent sur "Paradies". L'impression résultante est très forte: on effleure l'infini, l'entrevoit...

Und wie er erwachet in seliger Lust, / Et comme il se réveille plein d'un plaisir bienheureux,
... Mais on ne l'atteint pas, juste des échos qui ne durent pas... le piano reprend alors la figure du bien-être (tremolando) et le thème de la berceuse, le petit pêcheur étant toujours sous le charme de la nature, ayant fait un pas vers le bonheur, mais incomplet.

Da spielen die Wasser ihm um die Brust. / Les vagues jouent sur son sein.
A partir de là, le coup de génie: Le paysage s'assombrit soudainement au réveil, le tremolando jusqu'ici chaleureux se fait inquiétant, du rêve on passe au cauchemar de la réalité*.

*Volontairement, j'occulte l'analyse littéraire, qui voudrait vraisemblablement que l'on aborde le thème du malaise social et celui du suicide... très Sturm und Drang... et puis, je ne sais pas faire.

Transition: Le thème de la mer, les arpèges amples, revient brutalement et de façon criarde et incisive sur "Brust". Le petit pêcheur est gagné par l'angoisse. Tout cela s'interrompt violemment. Un silence... comme coupé de la réalité. Je ne peux m'empêcher de penser paysages marins de Victor Hugo ici! hehe Wink

Und es ruft aus den Tiefen: Lieb' Knabe, bist mein! / Et des profondeurs, un appel: Cher enfant, tu es mien!
Une fin sous forme de récitatif. L'appel inquiétant et mystérieux nous paralyse avec le petit pêcheur et nous captive en même temps. Le silence alentour révèle une absence de décor terrestre, comme dans l'antichambre d'un lieu inconnu qui nous devient familier par la voix de la mer: "cher enfant, tu es mien!" La musique se veut rassurante et optimiste à partir de là: par l'harmonie employée d'une part, mais aussi le thème de la mer souriante varié à la voix, invitant et charmant...

Ich locke den Schläfer, ich zieh ihn herein. / Je tire le dormeur, je l'entraîne à l'intérieur.
Ce thème varié est repris pour les deux derniers hémistiches, à chaque fois plus haut. On retrouve l'ascension transitoire initiale, conclue non par le tremolando qui n'est qu'un bien-être incomplet, mais par les accords plaqués du paradis, ou de l'éternité si on veut avec la fusion du thème de la mer et du sourire... tout cela s'évapore dans un silence parfait!
(Je suis prêt à parier que cette fin est dans la tonalité de fa dièse majeur! hehe Leslie Howard fait remarquer à propos de la Ronde des lutins ou Gnomenreigen, que Liszt recourt à cette tonalité pour évoquer la vie éternelle!)

Voilà la combinaison parfaite de la sensibilité et du calcul, de la rigeur dans la composition.

PS: Merci à sofro pour l'hébergement! Le fichier sera retiré soit ce soir soit demain.


Dernière édition par MickeyZeVrai le Mar 30 Sep 2008 - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89705
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 18:27

Effectivement, il faut que je trouve une chute plus satisfaisante à ma traduction. Je vais me plonger dans tout ça moi aussi, c'est l'occasion.

(Je n'aime pas trop cette mise en musique, d'ailleurs.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 18:42

Mais pourquoi donc?Franz Liszt - Conception du Lied Impatient Elle est très bien cette mise en musique... elle propose d'autres couleurs que celles du texte seul... Smile
Qu'est-ce qui ne te plaît pas?
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89705
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 18:45

Je la trouve beaucoup plus univoque. Du figuralisme un peu gentil.

Compare avec la répétition hallucinée de la Lorelei, par exemple...


Bien, je regarde ça plus sérieusement avant de poursuivre. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 18:50

Oui, sauf que j'avais prévenu! Et que c'est moins évident de parler de la Lorelei... N'empêche, je voulais montrer un peu quelques mécanismes compositionnels, et puis un détournement de l'esprit vers quelque chose de plus tourmenté. Le poème, lu seul, est déjà moins contrasté.
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
sofro
Tonton
sofro

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 22:30

Bravo pour l'analyse qui accompagne l'extrait sonore ! cheers


(La meilleure façon de présenter une oeuvre !...)
Revenir en haut Aller en bas
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 22:35

Danke schön Meister sofro. salut
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 29
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 22:36

En tout cas, c'est très intéressant, merci. Wink
Revenir en haut Aller en bas
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied EmptyLun 29 Sep 2008 - 22:40

Grazie mille Donna Elvira. salut
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




Franz Liszt - Conception du Lied Empty
MessageSujet: Re: Franz Liszt - Conception du Lied   Franz Liszt - Conception du Lied Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Franz Liszt - Conception du Lied
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: