Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -52%
Lecteur de Cartes SD/Micro SD, USB Type C Micro USB ...
Voir le deal
7.64 €

 

 Marina Rebeka

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11100
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyJeu 30 Avr 2020 - 17:09

Merci! C'est très clair, et passionnant!

Juste deux ou trois petites réactions.

Colbran a écrit:
Il fut un temps où même les soprani lyriques-léger et légers possédaient tous leurs registres cultivés, la voix montant et descendant dans un mouvement limpide, égal et " naturel". On m'accusera peut-être de faire de l'idéologie italocentrée, mais non, écoute de grandes wagnériennes ou des françaises début de siècle (ou Deutekom Wink ). Il y a des styles, des esthétiques,  qui varient (quoique Onegin, Leider, Lehmann I love you ...) mais la construction est finalement assez équivalente et a un seul et même but: une voix claire, limpide, sonore, également placée, ductile et flexible, bien dans le ton et articulée sur le mot.
Je ne me hasarderai pas sur le chant italien, mais quand tu parles de chanteuses wagnériennes ou de françaises début de siècle (ou plutôt «première moitié du XXᵉ siècle», vu les noms que tu cites), je serais loin d'être aussi catégorique, en tout cas pour ce qui est de la voix «claire, limpide [...] et articulée sur le mot.» Dans ces deux domaines-là (wagnérien et français), j'ai l'impression que cette description correspond bien aux sopranos des années 50, mais pas vraiment à celles des années 30: par rapport à (disons) Martha Mödl ou Martha Angelici en effet limpides et très articulées, il me semble que Frida Leider ou Ninon Vallin sonnent de façon plutôt opaque et d'une intelligibilité toute relative (la pire étant probablement la wagnérienne française Germaine Lubin, pourtant portée aux nues par ses contemporains, et pas seulement les plus compromettants d'entre eux.)

Colbran a écrit:
On dit souvent que Callas chantait "dans les joues", c'est très vite dit. Ou du moins, pas tout le temps et pas à toutes les époques. Ça reste une chanteuse d'hier sur bien des aspects , sachant parfaitement tenir une ligne centrale en position haute avec un timbre clair, capable de  descendre en vraie poitrine (quit à en faire trop), avec une diction excellente ainsi qu'une vraie ductilité sur l'extension et une agilité exceptionnelle à ses débuts. Mais il est vrai qu'elle a pu sombrer/gonfler, parcimonieusement au début dans un objectif de contrastes colorostiques, et ensuite plus généralement, quand la voix déclina.
Voilà, dans ce que j'ai entendu de Maria Callas, j'ai l'impression que le «chant dans les joues» correspond plutôt à une posture parmi d'autres qu'elle emploie à certains moments bien précis pour des objectifs expressifs déterminés (j'ai l'impression que c'est souvent lié à l'expression d'une indignation ou d'une colère qui peine à se contenir) - quitte, comme tu le dis de ses poitrinés, à en faire trop: chez elle, l'effet est vraiment très audible, mais probablement parce que ça correspond justement à une visée expressive (et qu'on ne saurait guère lui reprocher des excès de sobriété dans ce domaine.)

Colbran a écrit:
En revanche, je ne suis pas du tout sûr que ce type d'émission soit démodé, au contraire.
Encore une fois, je ne suis pas assez féru d'opéra italien pour m'en rendre compte, mais, à l'instar de Francesco, je me souviens que, quand je lisais la presse musicale à la fin des années 80 et dans les années 90, c'était, dans le discours des critiques, un élément qui était toujours retenu à charge contre les chanteuses qui y recouraient, et manifestement considéré comme une mauvaise manière, quelque chose qui ne se fait pas. Aujourd'hui, je n'en sais rien (je ne lis pas du tout la presse opératique.)


Par ailleurs, je ne sais pas trop si c'est susceptible de cadrer avec ton développement, exclusivement centré sur le chant lyrique, mais j'avais été aussi frappé par l'usage très audible qu'en faisait, dans un tout autre genre, la chanteuse Barbara - pourtant dans un répertoire où la question du passage ne se pose pas, a priori. Je me demande jusqu'à quel point, ça ne correspond pas, comme chez Callas à un emploi expressif de cette posture vocale. (Au demeurant, c'est amusant, parce que, parmi les gens que je connais, ce sont souvent les mêmes qui idolâtrent l'une et l'autre - d'ailleurs tous sans exception des garçons sensibles, pour reprendre l'expression de Francesco¹.)

¹ auquel je me permets du coup de suggérer un beau sujet de thèse: Chant dans les joues et icônicité de genre.
Revenir en haut Aller en bas
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 07/09/2014

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyJeu 30 Avr 2020 - 19:15

Benedictus a écrit:
Je ne me hasarderai pas sur le chant italien, mais quand tu parles de chanteuses wagnériennes ou de françaises début de siècle (ou plutôt «première moitié du XXᵉ siècle», vu les noms que tu cites), je serais loin d'être aussi catégorique, en tout cas pour ce qui est de la voix «claire, limpide [...] et articulée sur le mot.» Dans ces deux domaines-là (wagnérien et français), j'ai l'impression que cette description correspond bien aux sopranos des années 50, mais pas vraiment à celles des années 30: par rapport à (disons) Martha Mödl ou Martha Angelici en effet limpides et très articulées, il me semble que Frida Leider ou Ninon Vallin sonnent de façon plutôt opaque et d'une intelligibilité toute relative (la pire étant probablement la wagnérienne française Germaine Lubin, pourtant portée aux nues par ses contemporains, et pas seulement les plus compromettants d'entre eux.)

Ça ne m'étonne pas que tu aies relevé Leider, en fait... D'où le petit aparté entre parenthèses sur les transfuges de style et d'esthétique.
Moi, j'aime beaucoup ça. Car j'y trouve justement cet équilibre très italien entre verticalité et horizontalité, ce chiaroscuro, que j'explicitais plus bas. Il y a de ces inflexions qu'on retrouve même jusque dans les reste de Patti, d'Albani voire...Moreschi. C'est troublant. D'ailleurs, elle disait elle-même que l'école italienne avait libéré sa voix. Quelque chose de  clair et antérieur (le vertical) mais assis sur un fondu morbido (l'horizontal), avec un travail magnifique sur l'homogénéité et l'équilibre des registres, quasi parfait chez elle. C'est un instrument conséquent et très opulent, cela joue aussi.  Onegin, c'est un peu pareil, mais encore plus beau, voire divin, pour moi. Tu ne dois pas aimer ça, car c'est excessivement italien comme technique pour le coup. Alors oui, forcément ça n'a pas la clarté perçante de l'émission tout à fait nasale (donc pas du tout italienne) alla Angelici. Quant à l'articulation, bien entendu, avec une telle technique, on ne peut obtenir une voyelle parfaitement ouverte, c'est physiologiquement impossible, un équilibrage est nécessaire. Chez Leider, il est vrai aussi qu'il y a parfois un certain maniérisme d'époque propre à ces années (repérable chez les italiennes aussi), et poussant à l'hédonisme, avec une finition des phrasés un peu lâche . Mais globalement, je trouve ça admirablement organisé, vraiment pas du tout opaque ni arrière. Je ne me suis jamais remis de son air de Donna Anna. Quel slancio, quelle liberté sur toute l'extension, mon dieu!  Ses Trovatore en allemand sont vraiment exotiques pour la langue, mais incroyables. Ils n'ont rien à envier aux italiennes!
Et pour Lubin, je suis beaucoup moins client, mais joli gosier et école italienne, aussi!  Laughing Formée par Litvinne (élève de Viardot) voix  sublime, mais déjà peu soucieuse de l' articulation et ... Lehmann.



Benedictus a écrit:
Par ailleurs, je ne sais pas trop si c'est susceptible de cadrer avec ton développement, exclusivement centré sur le chant lyrique, mais j'avais été aussi frappé par l'usage très audible qu'en faisait, dans un tout autre genre, la chanteuse Barbara - pourtant dans un répertoire où la question du passage ne se pose pas, a priori. Je me demande jusqu'à quel point, ça ne correspond pas, comme chez Callas à un emploi expressif de cette posture vocale. (Au demeurant, c'est amusant, parce que, parmi les gens que je connais, ce sont souvent les mêmes qui idolâtrent l'une et l'autre - d'ailleurs tous sans exception des garçons sensibles, pour reprendre l'expression de Francesco¹.)



Je ne dois pas être assez sensible, je ne saurais te répondre. Je ne connais pas assez Barbara pour me prononcer! Laissons cela à Francesco, donc. Wink
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyJeu 30 Avr 2020 - 20:52

Colbran a écrit:
- Mais plus généralement:  les voix féminines contemporaines sont généralement  sous-développées en zones centrale et grave, elles sont construites essentiellement sur l'octave supérieure. Il y a une incapacité chronique à assurer l'équilibre et la coordination des registres de poitrine et de tête , et une panique à l'idée du passage. C'est un problème de préparation, de travail, car c'est ce qui demande le  plus d'effort dans la pratique du chant, et cela, les grand auteurs de traités italien du XVIII ème le disaient déjà. Ainsi, tout est émis sur un même mode, et la position basse est supposée palier cette absence de fermeté en s'épargnant de solliciter le  registre de poitrine, pourtant nécessaire à la production des tons médians et graves, tout en donnant une fausse impression de consistance. Problème: plus ça descend et qu'on approche du passage, plus ça s'entend! Le son se tasse, s'opacifie, se vide, contraint et piégé dans sa position incommode. Excellent exemple chez Rebeka ici: /watch?v=6p7zl1qoZ3M.
Au contraire, pour une voix librement produite, "en avant", fluide, sans contrainte, aux registres bien développés, affermis, et cordonnés  le son, à toutes ses hauteurs demeure égal, clair et sonore. Dans la même pièce:  Deutekom. Pourtant loin d'être ma Norma idéale et ici tardive (mais j'ai fait exprès de prendre une chanteuse plutôt récente et pas d'école italienne), ici: /watch?v=RA1lulm1HJo. Dés l'attaque, la comparaison avec Rebeka est implacable.

Oui, ce n'est plus vraiment la question des joues, ça. Smile Le chant 'dans les joues' n'a jamais été une posture majoritaire.


Citation :
En revanche, je ne suis pas du tout sûr que ce type d'émission soit démodé, au contraire. C'est même plutôt la norme et ce que la majorité du public attend dans les emplois dramatiques, voire lyriques.  Des chanteuses comme Netrebko ou Yoncheva, pas vraiment des seconds couteaux pour théâtres de province, en sont aussi d'éminentes représentantes (avec des façons qui peuvent varier) .

Yoncheva, parfois oui, Netrebko, ça me paraît beaucoup moins évident. Tout est arrondi et assez en arrière, mais pas beaucoup 'dans les joues', en tout cas ça ne m'a jamais frappé.


Citation :
Pour moi, Larmore, c'est encore différent, c'est engorgé.

Pourtant, on entend très bien ce son spécifique (en avant mais en bas), type Callas-Souliotis-Aliberti…

Je ne crois pas que Larmore soit engorgée : on l'entend très bien en salle, avec un impact direct que n'ont pas les voix en arrière, même les plus sonores (Netrebko par exemple).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyJeu 30 Avr 2020 - 21:02

Vous soulevez des choses importantes en effet : la fluctuation extrême des écoles en peu d'années (les années 30, quelle bouillie de voyelles chez les Italiens, par contraste avec la quasi-dureté de l'école des années 50…), en dix ans on passe de Boué à Doria… ; et aussi la dilution du sens de « chant italien ». Aujourd'hui la quasi-totalité des professeurs de chant, de toutes nations, s'en revendiquent (certes, c'est la base culturelle de l'opéra), mais on n'entend pas du tout cela dans le résultat de leurs élèves…

D'ailleurs, dans les exemples proposés par Colbran, difficile de parler d'une seule technique italienne entre, disons, Onegin et Simionato.

(Je n'ai pas trop compris non plus le sens respectif d'horizontal et vertical : la logique voudrait qu'horizontal soit avant / arrière et vertical nez / bouche, mais j'ai l'impression que ça ne correspond pas aux exemples que tu donnes. Un petit éclairage ?)

Sinon : j'aime beaucoup Leider (la clarté, la fluidité du lyrisme pour des rôles de hochdramatisch !), mais Lubin, non, vraiment pas possible pour moi. Voix totalement opaque et expression absente, indépendamment même du texte incompréhensible à un degré rarement atteint (Sutherland est trois étages au-dessus, niveau diction, et pourtant elle est déjà au sous-sol).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 07/09/2014

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyJeu 30 Avr 2020 - 23:15

DavidleMarrec a écrit:
Yoncheva, parfois oui, Netrebko, ça me paraît beaucoup moins évident. Tout est arrondi et assez en arrière, mais pas beaucoup 'dans les joues', en tout cas ça ne m'a jamais frappé

Ah mais, comme je disais, le son dans les joues, je n'y crois pas moi, je mets tout ça dans le même sac des positions basses et élargies.
Pour Larmore, je ne sais pas, toute la première octave est très en fond de gorge pour moi, ça sonne comme du Bartoli en plus sonore. Mr.Red

DavidleMarrec a écrit:
Je n'ai pas trop compris non plus le sens respectif d'horizontal et vertical : la logique voudrait qu'horizontal soit avant / arrière et vertical nez / bouche, mais j'ai l'impression que ça ne correspond pas aux exemples que tu donnes. Un petit éclairage ?)

Pardon, ce n'était pas clair, car le détail entre parenthèses était maladroitement interverti.
Cette théorie n'est pas de moi, bien sûr, mais je la trouve personnellement très évocatrice et convaincante.
Elle se base sur des considérations laconiques  de Mancini ensuite développées par des exégèses. Pour produire "la voix  claire et harmonieuse", celui-ci parlait du nécessaire accord/équilibre de l'espace  buccal en bonne position (horizontale-"sourire" ) - apportant la composante brillante, haute et claire du son- et la gorge, la composante verticale, donc, celle de l'espace de résonance pharyngé bien ouvert et nécessaire pour procurer sa morbidesse.
Une maximisation de toutes les cavités de résonance disponibles, donc, pour éviter soit "l'affondo" (position basse ou engorgée) ou la poussée de force étroite en avant (comme le font les baroqueux, par exemple, ou les émissions nasales).
Ça rejoint un peu ce que disait encore laconiquement Tosi quand il formulait que la voix, claire et limpide, ne devait ni se noyer en gorge , ou passer dans le nez. Un nécessaire point d'équilibre, donc.
Quand j'écoute Onegin, par exemple, c'est ce que j'entends. Après où plaçait-elle réellement le son, je n'en sais rien. Wink
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyVen 1 Mai 2020 - 6:53

Colbran a écrit:
Ah mais, comme je disais, le son dans les joues, je n'y crois pas moi, je mets tout ça dans le même sac des positions basses et élargies.

De toute façon, oui, faire résonner le son dans de la peau, ça marche pas. hehe (ça décrit l'impression de l'auditeur, mais je ne sais pas trop ce qui se passe réellement) Position basse, oui (j'ai l'impression qu'il s'agit d'une façon de sombrer, par la bouche) mais les cas que je connais, on reste en général sur un son antérieur et assez bien focalisé, ce n'est pas du gros écrasement outrancier. (Kurzak I love you )


Citation :
Pour Larmore, je ne sais pas, toute la première octave est très en fond de gorge pour moi, ça sonne comme du Bartoli en plus sonore. Mr.Red

Ça paraît gonflé, oui, mais elle a beaucoup progressé techniquement, et ce qu'elle fait depuis vingt ans est beaucoup plus franc – d'ailleurs elle renforce vraiment ses graves de mixtes de poitrine qui passent très bien la rampe !

En tout cas, ça sonne vraiment trop bien dans l'espace pour être du son de gorge, il y a une base de recette plus frontale qu'il n'y paraît (justement habillé de façon plus sombre / basse / élargie par l'effet « dans les joues », qui constitue plus une coquetterie que la véritable structure de la voix).


Citation :
Elle se base sur des considérations laconiques  de Mancini ensuite développées par des exégèses. Pour produire "la voix  claire et harmonieuse", celui-ci parlait du nécessaire accord/équilibre de l'espace  buccal en bonne position (horizontale-"sourire" ) - apportant la composante brillante, haute et claire du son- et la gorge, la composante verticale, donc, celle de l'espace de résonance pharyngé bien ouvert et nécessaire pour procurer sa morbidesse.

Merci, c'est clair maintenant ! (Je me figurais une horizontalité à angle droit de celle-là – pharynx-lèvres.) hehe


Citation :
ou la poussée de force étroite en avant (comme le font les baroqueux, par exemple, ou les émissions nasales).

I love you


Citation :
Ça rejoint un peu ce que disait encore laconiquement Tosi quand il formulait que la voix, claire et limpide, ne devait ni se noyer en gorge , ou passer dans le nez. Un nécessaire point d'équilibre, donc.

C'est le plus difficile dans le chant, oui : il n'existe pas d'absolu, on est toujours obligé de transiger entre les paramètres – on ne peut pas produire de voyelles absolument naturelles, mais on ne veut pas non plus de son intervocalique unique inidentifiable, on ne veut pas sonner nasal mais on est structurellement obligé d'utiliser les fosses nasales (sinon, on place le son en bouche et on ne passe plus l'orchestre…). Tout ça est un grand art.


Citation :
Quand j'écoute Onegin, par exemple, c'est ce que j'entends. Après où plaçait-elle réellement le son, je n'en sais rien. Wink

Il faudrait que je réécoute (je n'ai jamais aimé sa voix ni son esthétique). Un conseil sur quelque chose de vraiment vertigineux ?
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3576
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyVen 1 Mai 2020 - 14:12

A côté du sujet : je ne suis fan ni de Barbara ni de Callas. Ma sensibilité me porte plutôt du côté de Zarah Leander, ce qui est pire.

Spoiler:
 

Je résume ce que j'ai compris. Le son dans les joues est un mythe. Very Happy C'est davantage un ressenti de l'auditeur et ça s'explique par une posture vocal (visant à dramatiser le son) qui provient en fait de la difficulté à émettre naturellement ou plutôt correctement techniquement des sonorités perçues comme dramatiques dans le grave et le medium.

Du coup j'ai oublié si Rebeka chantait dans les (fausses) joues ou pas ….

Et je m'interroge aussi sur le fait que tout le monde semble associer le peu de clarté dans l'articulation et ce type d'émission. Pourtant Callas, bla, bla, bla …
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptySam 2 Mai 2020 - 14:40

Francesco a écrit:
Ma sensibilité me porte plutôt du côté de Zarah Leander, ce qui est pire.

Ce qui est mieux. Cool


Citation :
Du coup j'ai oublié si Rebeka chantait dans les (fausses) joues ou pas ….

Oui. Smile


Citation :
Et je m'interroge aussi sur le fait que tout le monde semble associer le peu de clarté dans l'articulation et ce type d'émission. Pourtant Callas, bla, bla, bla …

Ah non, chanter dans les joues ne gêne pas du tout l'articulation, parce que c'est un placement plutôt à l'avant (bas au lieu d'être haut, mais avant et non arrière), ça ne gêne pas du tout. C'est le reste de la technique qui détermine si on est plutôt net comme Larmore ou Rebeka ou plutôt flou comme Kurzak.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3576
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptySam 2 Mai 2020 - 21:11

Je suis en train de tester de chanter bas au lieu de haut et en avant mais pas en arrière (enfin chanter …) : mes joues résonnent ! Ca y est je peux imiter Callas drink
Je me demande ce que serait le chant dans les bajoues, maintenant … un truc de contralto sans doute. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 07/09/2014

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptySam 2 Mai 2020 - 22:49

DavidLeMarrec a écrit:
Ça paraît gonflé, oui, mais elle a beaucoup progressé techniquement, et ce qu'elle fait depuis vingt ans est beaucoup plus franc – d'ailleurs elle renforce vraiment ses graves de mixtes de poitrine qui passent très bien la rampe !  

En tout cas, ça sonne vraiment trop bien dans l'espace pour être du son de gorge, il y a une base de recette plus frontale qu'il n'y paraît (justement habillé de façon plus sombre / basse / élargie par l'effet « dans les joues », qui constitue plus une coquetterie que la véritable structure de la voix).

Vraiment?
Bon, quand bien même nous nous n'accordions pas là-dessus, l'organisation que tu décris paraît assez anarchique pour une chanteuse dont le belcanto fut un cheval de bataille.

Citation :
ou la poussée de force étroite en avant (comme le font les baroqueux, par exemple, ou les émissions nasales).

DavidLeMarrec a écrit:
I love you  

Je précise qu'à défaut, j'ai toujours tendance à nettement préférer une émission un tantinet  déséquilibrée vers l'avant que le contraire, tant que ce n'est pas "tiré". Au moins, ça permet d'exploiter tous les registres de façon beaucoup plus effective et de mieux varier les dynamiques .Voilà pourquoi je préfère Deutekom à Rebeka, ou Horne (quand ça ne couine pas trop) à Larmore, par exemple. En revanche, l'émission fixe de Mater Kirkby et ses nombreux épigones, pour moi, c'est non.  

DavidLeMarrec a écrit:
C'est le plus difficile dans le chant, oui : il n'existe pas d'absolu, on est toujours obligé de transiger entre les paramètres – on ne peut pas produire de voyelles absolument naturelles, mais on ne veut pas non plus de son intervocalique unique inidentifiable, on ne veut pas sonner nasal mais on est structurellement obligé d'utiliser les fosses nasales (sinon, on place le son en bouche et on ne passe plus l'orchestre…). Tout ça est un grand art.  

mains. C'est pour cela que l'on parle beaucoup, mais qu'il est difficile de conclure!


DavidLeMarrec a écrit:
Il faudrait que je réécoute (je n'ai jamais aimé sa voix ni son esthétique). Un conseil sur quelque chose de vraiment vertigineux ?

Si tu n'aimes ni l'instrument, ni l'esthétique, difficile de te convaincre! Et comme je doute que nous ayons les mêmes paramètres pour définir le vertigineux en matière de chant hehe . Pour moi, c'est un peu un rêve, cette voix. Qui coche à peu près toutes les cases. Un exemple unique d'homogénéité et de coordination réellement parfaites sur trois octaves. Un son pur et immatériel qui semble naître de partout et de nulle part, avec une morbidesse incroyable, mais  qui n'entrave en rien la netteté des attaques et de la ligne, ainsi que la clarté de l'ensemble. Un souffle et un legato inépuisables, des nuances infinies,  une totale flexibilité , et tout cela avec cette nonchalance, ce "non è difficile" en coin, alors que c'est infiniment complexe et raffiné techniquement (sprezzatura?).
Et un grand mystère, aussi. Pour avoir amplement échangé avec des gens bien plus savants que moi, on a jamais totalement compris ce qu'elle faisait pour obtenir cette qualité et cette égalité sur une si vaste extension.  Mais déjà, je pense que cette organisation est bâtie sur l'instrument tel qu'il est, sans volonté de le travestir par des procédés artificiels, et c'est déjà beaucoup. C'est un contralto sonnant plus clair et léger d'émission que la plupart de nos lyriques-légers actuelles (je ne parle même pas des autres), déjà un bon indice.
Mais effectivement, pas wagnerienne pour un sous, je pense.
Difficile aussi de juger l'expression sur les vieux enregistrements, comme je l'avais déjà dit ici. Et Onegin, dans ses gravures, semble nous dire avant tout  "écoutez ma technique incroyable" sans se soucier trop du reste,  elle peut se permettre ! J'admets quand même fondre pour certaines de ses coquetteries, comme ses rubati, exquis.

/watch?v=ZQvZlzsnp_M. (Tu n'aimeras pas, je le sais, mais tu l'as bien cherché!)

Francesco a écrit:
Je résume ce que j'ai compris. Le son dans les joues est un mythe. Very Happy C'est davantage un ressenti de l'auditeur et ça s'explique par une posture vocal (visant à dramatiser le son) qui provient en fait de la difficulté à émettre naturellement ou plutôt correctement techniquement des sonorités perçues comme dramatiques dans le grave et le medium.

Oui. Mais fais attention en société quand même. Je doute que cette théorie soit vraiment dans l'air du temps.

Francesco a écrit:
Et je m'interroge aussi sur le fait que tout le monde semble associer le peu de clarté dans l'articulation et ce type d'émission. Pourtant Callas, bla, bla, bla …

En ce qui me concerne, relis ma tirade plus haut, j'ai bien dit que je ne mettais pas la "bonne" Callas dans le groupe de chanteurs dont je dénonçais le vice (position basse - élargie- opaque - 'en arrière", joue ou pas, m'en fiche).
Je ne vois que peu de rapport  entre ça /watch?v=Ec3ZCgbkzSE (pourtant en 55, déclin amorcé) et la même chose dans le gosier de Rebeka, dans l'extrait que j'ai posté plus haut.
Une voix avec la position que je dénonce ne parviendrait pas à cette fermeté et cette ductilité dans et entre les tons centraux, du bas-médium ou graves. Et la capacité dynamique et d'accentuation qui va avec. Il y a juste à écouter l'attaque, impitoyable pour les voix mal faites (ou non faites) en poitrine, et la messe est dite. Quoique l'ensemble de la pièce, horriblement incommode pour la chanteuse, soit une excellente jauge de ce point de vue. Si Callas sombre certaines voyelles pour signifier sa fureur (on peut trouver ça facile ou grossier), rien à voir avec l'émission invariablement tassée de Rebeka quand ça cherche dans la première octave.

Sinon, en lisant David, je crains que tu ne doives encore choisir ton camp, mon pauvre Francesco. Même si ce qui compte pour toi, hein, tu sais bien que c'est ailleurs. Et ça te donnera encore l'occasion de ricaner en coin de ces circonvolutions qui n'en finissent pas avec ton petit air ingénu (mauvais garçon, sensible du coup) hehe  . Mais c'est ce qui fait le sel de l'histoire de chant. Il y en a bien qui parlent politique ou dissertent sur les mérites de Bartoli, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyDim 3 Mai 2020 - 7:02

Colbran a écrit:
Je précise qu'à défaut, j'ai toujours tendance à nettement préférer une émission un tantinet  déséquilibrée vers l'avant que le contraire, tant que ce n'est pas "tiré". Au moins, ça permet d'exploiter tous les registres de façon beaucoup plus effective et de mieux varier les dynamiques .Voilà pourquoi je préfère Deutekom à Rebeka, ou Horne (quand ça ne couine pas trop) à Larmore, par exemple. En revanche, l'émission fixe de Mater Kirkby et ses nombreux épigones, pour moi, c'est non.  

Kirkby ne peut pas chanter Bellini (même pour moi qui y mettrais volontiers Mesplé ou Gillet), clairement, les dynamiques sont trop limitées. Mais avec le temps, j'ai appris à apprécier sa sobriété… (Il y a bien sûr beaucoup plus exaltant que Kirkby dans ce même genre de voix antérieure et étroite, même dans celles limitées en volume.)


Citation :
C'est un contralto sonnant plus clair et léger d'émission que la plupart de nos lyriques-légers actuelles (je ne parle même pas des autres), déjà un bon indice.
/watch?v=ZQvZlzsnp_M. (Tu n'aimeras pas, je le sais, mais tu l'as bien cherché!)

Ça rejoint mes souvenirs en effet, sur l'absence d'expression – et je n'aime décidément pas ces attaques gommées, ça amollit vraiment la ligne. Quant à l'aigu aigrelet final qui perd en substance (effet esthétique voulu, je sais), je ne suis pas inconditionnel non plus. Un peu trop liquide pour moi.

En revanche, je suis admiratif, oui, du naturel d'émission, tout cela est fait avec beaucoup de sobriété et de facilité, une détente maximale – ma principale réserve étant que, précisément, on entend un peu trop que c'est détendu… ça n'a pas beaucoup d'enjeu dramatique, même pour du chant d'église on est très en deçà de l'expression requise.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyDim 3 Mai 2020 - 7:06

En réécoutant, quand on entend la tronche des hautbois (on dirait un harmonium !), je me dis que la voix devait avoir une ampleur et une majesté qui échappe aux micros…
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 07/09/2014

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyJeu 7 Mai 2020 - 18:26

DavidLeMarrec a écrit:
]Kirkby ne peut pas chanter Bellini 
Pas plus que Hasse ou Haendel.  Mr.Red

Citation :
 En réécoutant, quand on entend la tronche des hautbois (on dirait un harmonium !), je me dis que la voix devait avoir une ampleur et une majesté qui échappe aux micros…

C'était bien le cas, si l'on en croit la chronique. De même que pour son expressivité et la variété de son style, très favorablement jugés.
Laissons-nous/lui le bénéfice du doute!
Même si avec une telle voix, elle pourrait me chanter un programme de campagne que je ne m'ennuierais pas...

Je laisse le fil aux admirateurs de cette brave Rebeka, maintenant. hehe
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyJeu 7 Mai 2020 - 23:37

Colbran a écrit:
Pas plus que Hasse ou Haendel.  Mr.Red

Ce n'est pas complètement un drame pour moi. Smile Je l'écoute dans Purcell et Couperin.


Citation :
Même si avec une telle voix, elle pourrait me chanter un programme de campagne que je ne m'ennuierais pas...

(soupir) Ah, La Madelon par Georges Thill…
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11100
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 EmptyVen 8 Mai 2020 - 0:46

DavidLeMarrec a écrit:
(soupir)  Ah, La Madelon par Georges Thill…
drunken mains
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Marina Rebeka - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Marina Rebeka   Marina Rebeka - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Marina Rebeka
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: