Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -38%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
31.19 €

 

 Les Opéras de Carl Nielsen

Aller en bas 
+5
Yohan Nicolas
Cololi
senga
Guillaume
TragicSymph
9 participants
AuteurMessage
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph


Nombre de messages : 2153
Age : 31
Date d'inscription : 23/12/2010

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyMar 14 Juin 2011 - 11:03

Bonjour à tous !

Etant donné que Nielsen est clairement un de mes compositeurs favoris, et après avoir ouvert un fil sur ses sublimes symphonies, je me disais qu’en faire un sur ses opéras serait vraiment intéressant, d’autant plus qu’il ne sont vraiment pas très connus et qu’ils mériteraient franchement à être bien plus joués car ils contiennent de magnifiques choses.
La musique de Carl Nielsen est très connue dans son pays, à savoir le Danemark mais ne jouit pas encore de la même notoriété en dehors de ce dernier, même si, ces derniers temps, les chefs l’enregistrent de plus en plus. On peut rapprocher cela de Szymanowski, à la seule différence que Nielsen était très apprécié de son temps et beaucoup joué.
Revenons-en à ses opéras. Il en a écrit deux : Saül og David et Maskarade
Ces deux opéras sont de style radicalement différents, je ferai une présentation générale des deux opéras : description et résumé de chaque acte, musique, airs marquants...
Comme Maskarade se trouve facilement sur Musicme dans la version que je possède d’ailleurs (Schirmer), j’ai décidé de commencer par celui-ci comme ça vous pourrez l'écouter, en plus, ça tombe bien, c’est un opéra comique, donc tout à fait rafraîchissant à écouter !
Je ferai la présentation de Saül og David dans quelques mois.

Maskarade, FS 39 (1904 -1906)


Tout comme le Roi Roger de Szymanowski, Maskarade de Nielsen (considéré comme l’opéra national danois) est un total chef-d’œuvre et compte parmi ces grandes raretés de l’histoire de l’opéra du XX° siècle pour lesquelles les connaisseurs et les autres compositeurs ont toujours manifesté une immense estime, mais qui n’ont jamais réussi à s’imposer sur scène.
Maskarade est le deuxième et dernier opéra achevé de Nielsen et est certainement un des plus réussis de tout le répertoire danois, il est d’ailleurs fréquemment représenté en Scandinavie...mais jamais chez nous ! Sad
Le livret de cet opéra vient de Villhelm Andersen d’après un thème de Holberg qui avait beaucoup plu à Nielsen.
Dans l’acte 2 dans la scène 3, Leonard définit à merveille la pensée dominante de l’opéra : « Je ne blâme pas les mascarades en tant que mascarades mais parce qu’elles deviennent l’habitude. Amusement inutile et divertissements d’enfants sont quelques fois aussi nécessaires à certaines personnes que la nourriture et la boisson, et en plus atténuant la mélancolie du peule, les mascarades sont une invention particulière et fameuse, car elles montrent aux gens l’égalité que prévalait avant que la morgue s’installe et que certains considèrent indigne d’eux de s’associer à d’autres ; car aussi longtemps que dure la mascarade, le serviteur est aussi bon que son maître ».
En fait, la mascarade devient le forum du bonheur et de la joie de vivre, dans laquelle tout s’unit : jeunes et vieux, riches et pauvres. Durant la mascarade, les personnages révèlent des qualités qu’ils essaient en temps normal de cacher. Finalement, ils jettent le masque quand ils sont masqués...
Dans Maskarade, la mise en évidence fine et détaillée des caractères des personnages principaux n’est pas le point fort de l’opéra, ici, Nielsen s’intéresse plus à la comédie de situation qu’au drame de caractère.

Attention, ce qui suit dévoile l'intrigue... Cool

Synopsis

Maskarade se situe à Copenhague un jour de printemps 1723.
L’ouverture est une des pièces de Nielsen les plus jouées dans le monde. Cette ouverture est vraiment très belle, virtuose, tout le style Nielsenien y est présent, on reconnaît très aisément sa patte personnelle. Je rapprocherais cette ouverture de la très belle Symphonie n°3 « Espansiva » par ses harmonies et ses mélodies tout à fait propres à Nielsen mais également ses accents rythmiques et son orchestration. Une superbe introduction ! drunken
Les personnages seront présentés au fur et à mesure de leur apparition.

Acte 1

L’opéra commence, il est cinq heures de l’après midi, Léandre et son valet Henrik se réveillent dans leur demeure. Ils ont participé à la mascarade la veille dans le théâtre situé en face.
Henrik, encore un peu endormi pense qu’il est encore temps de danser, mais se fait brutalement réveiller par Léandre qui lui donne une claque.
Etant donné que Léandre est tombé amoureux d’une jeune fille la veille et qu’ils ont échangé leurs anneaux, il ne souhaite qu’une seule chose : la retrouver lors de la mascarade, la nuit suivante. Mais Jeronimus, le père de Léandre veut faire épouser une autre jeune fille à son fils que ce dernier n’a d’ailleurs jamais vue. Henrik, signale alors à Léandre que ne pas obéir aux souhaits de mariage de son père est une chose grave et à ce moment, là, intervient une scène particulièrement drôle de travestissement où l’on voit Henrik qui montre comment Léandre va au-devant de démêlés avec son père, son futur beau-père et la fille.
Tout ceci est rapidement interrompu par Magdelone, la femme de Jeronimus qui annonce qu’elle aimerait aussi participer à la mascarade la nuit suivante en montrant aux deux garçons qu’elle sait encore chanter et danser. C’est une scène assez drôle également, car Magdelone chante et danse pendant que les deux autres se moquent d’elle dans un coin.
Soudainement, Jeronimus, en colère, arrive en demandant à tous de se taire et leur signale qu’il sait qu’ils ont l’intention d’aller à la mascarade mais leur dit qu’il est prêt à les empêcher en les enfermant dans la maison. A ce moment, Jeronimus apprend que Léandre n’est pas allé chez Leonard, le père de la jeune fille que Léandre doit épouser selon les désirs de Jeronimus, ce dernier alors s’assoit dans un fauteuil, maudit les mascarades qui ont mis toute la ville sens dessus-dessous, et dans un magnifique air il explique comment étaient les choses de son temps, avant les mascarades.
Après cela, Henrik annonce l’arrivée de Léonard, un vrai gentleman, et ce dernier va se plaindre auprès de Jeronimus à propos de sa fille qui est également tombée amoureuse d’un autre jeune homme lors de la mascarade la nuit précédente, mais bien sûr, Leonard aimerait que sa fille épouse un autre jeune homme.
Leonard et Jeronimus se rendent compte qu’ils ont exactement le même problème, et éprouvent alors une sorte de soulagement. Ils questionnent Léandre et Henrik sur leur participation à la prochaine mascarade. Dans un autre air célèbre, Henrik va défendre les mascarades car il les considère comme nécessaires dans le pays où les discriminations sociales sont nombreuses.
Maintenant, Jeronimus ordonne à son (stupide) serviteur Arv de surveiller la maison la nuit suivante pour que personne ne sorte et dicte à Léandre les excuses qu’il devra offrir à Léonard, il termine en évoquant la promesse qu’il se mariera avec sa fille le lendemain, sur ce, bien sûr, Léandre refuse violemment et dans un passage extraordinaire qui clôt le premier acte dans une grande apothéose, Léandre, Henrik, Jeronimus, Leonard et Arv se disputent au sujet de leur désir d’aller à la mascarade.

Acte 2

Un magnifique prélude orchestral ouvre cet acte. Encore une fois, je trouve que l’on est assez proche de la Symphonie n°3 « Espansiva » pour son mouvement lent. Ce petit intermède décrit Copenhague la nuit. C’est tout à fait charmant, et à nouveau, on reconnaît très facilement la patte Nielsenienne. drunken
Tout commence par des cloches qui sonnent huit heures, et un air a capella du veilleur de nuit. Nous sommes dans la rue, entre la maison familiale et le théâtre où devra avoir lieu la mascarade. Il est huit heures du soir, et Arv, le stupide serviteur se tient devant la maison et se chante une chanson pour essayer de se rassurer car il a peur du noir ! La merveilleuse chanson qu’il fredonne vante les délices de la cuisine (il est très gourmand) et d’une fille.
A ce moment précis, Henrik fait son apparition, déguisé en fantôme menaçant, et par peur, Arv lui confesse ses pêchés. Ces derniers sont d’abord inoffensifs, il dit qu’il vole de la nourriture, des bouteilles de vin...mais à la fin, on apprend qu’Arv est blâmable car il a pris la virginité de la cuisinière...Henrik ne peut bien sûr pas contenir son rire et promet à Arv de ne rien dire si ce dernier le laisse passer ainsi que Léandre, plan machiavélique ! Mr.Red
Tout ceci fonctionne et Arv voit maintenant passer des groupes d’étudiants et des jeunes filles vers la mascarade. Leonard qui souhaite aller à la mascarade rencontre Arv dans la rue et lui dit qu’il se rend à la maison. Deux dames masquées arrivent alors à la mascarade. Il s’agit de la fille dont Léandre s’est épris la nuit précédente, ainsi que sa servante.
Les deux amoureux se joignent pour un très beau duo, qui est suivi par la chanson de la servante pour Henrik de qui elle attend un geste de bonne manière...en effet, Henrik lui donne une bonne tape sur les fesses... Laughing
A cet instant, on est informés que Jeronimus a remarqué que les deux garçons se sont échappés de la maison et qu’il se rend avec Arv dans la boutique du marchand de masques pour pouvoir pénétrer incognito dans la mascarade.
Pendant ce temps, Magdelone, la femme de Jeronimus rencontre Leonard pour aller à la mascarade, mais comme ils sont déguisés et masqués, ils ignorent l’identité de l’autre et vont ensemble à la mascarade !
Jeronimus, déguisé en Bacchus et Arv masqué en Cupidon, se rendent à la mascarade et l’acte se termine.

Acte 3

Nous sommes dans le théâtre où la magnifique et joyeuse mascarade a lieu. La musique d’ailleurs est vraiment très belle et très joyeuse, c’est la première fois que l’on entend les chœurs.
On y voit des jeunes filles qui parlent aux étudiants, un homme essaye de vendre des roses et d’autres choses et Henrik est assailli par de ravissantes jeunes filles avec lesquelles il a flirté la nuit précédente, et qui maintenant lui reprochent sa déloyauté.
Maintenant Léandre et Léonore (celle qu’il avait rencontrée la veille et dont il est amoureux) se disent leur prénom et se promettent une union éternelle dans un magnifique duo.
A leur tour également, Henrik et Pernille (la servante de Léonore) expriment leurs sentiments dans une chanson parodique d’après le duo précédant, mais dans un style italien maintenant. Mais tout ceci est interrompu par une querelle entre des officiers et des étudiants qui prennent même leur épée, et le maître de la mascarade annonce la danse des coqs, un admirable petit intermède musical tout à fait savoureux dans lequel on reconnaît toujours l’écriture Nielsenienne drunken. Tout le monde y participe, Léandre danse avec Léonore, Léonard avec Magdelone et Léonard demande à Magdelone plusieurs faveurs qu’elle refuse, de peur d’être reconnue.
Leur tête-à-tête est interrompu par Jeronimus qui les prend pour un autre couple, à savoir Léandre-Léonore. Henrik dit à Léandre que le Bacchus n’est autre que Jeronimus et Arv qui a reconnu Henrik est empêché de parler par les étudiants.
Henrik, avec l’aide d’autres, fait abondamment boire Jeronimus et se dernier se ridiculise.
A présent, un ballet pantomime « Mars et Vénus » est organisé et plus tard, une très jolie valse très Nielsenienne drunken se fait entendre à l’orchestre. Jeronimus à présent un peu ivre entre dans le cercle des étudiants et ils chantent une chanson à boire. Un autre cercle est formé par Léandre, Léonore, Henrik, Pernille, Léonard et Magdelone. Là, Jeronimus voit une ballerine dansant seule, il lui fait des avances, mais est houspillé par les étudiants, scène très comique. Puis, le maître de la mascarade avec ses deux assistants portent une grande urne à l’intérieur de laquelle où les invités doivent jeter leur masque, mettant ainsi fin à la mascarade. La musique qui accompagne la scène où les invités se démasquent est vraiment magnifique, et assez mélancolique drunken . Magdelone et Leonard sont embarrassés de se reconnaître et rejoignent les deux jeunes couples. Arv et Jeronimus sont les derniers à se démasquer. Jeronimus se rue violemment sur son fils mais s’arrête avec honte quand il voit sa femme et Léonard. Et quand il apprend que, finalement, Léonore est la fille de Léonard, celle qu’il destinait à Léandre, il se sent soulagé, c’est le coup de théâtre.
Enfin, le maître de la mascarade annonce la danse finale au cours de la quelle Henrik s’adresse au public et sollicite les applaudissements.



Musique

La musique quant à elle présente une remarquable cohérence tout au long de Maskarade, par l’utilisation quasi permanente de rythmes de danse et de mélodies populaires simples. A ce propos, pour élargir un peu, Nielsen a écrit beaucoup de magnifiques recueils de mélodies, qui sont devenues des classiques du chant choral danois. Certaines de ces mélodies sont de vrais bijoux, je vous conseille d’y jeter une oreille !
D’autre part, Nielsen utilise aussi dans Maskarade des motifs dominants, non dans le sens Wagnérien du leitmotiv mais plutôt comme motif-mémoire. Le plus évident est le motif en relation avec la mascarade elle-même, c’est-à-dire, la toute première idée musicale de l’ouverture. On l’entend très souvent tout au long de l’opéra.
Nielsen avoua qu’il adora travailler avec tous ces airs, et cet opéra demeure la pièce qu’il a préféré écrire.
Pour la petite anecdote, après avoir assisté à l’une des premières représentations, Edvard Grieg écrivit cette lettre à Nielsen :
« Cher Carl Nielsen ! Merci à vous pour hier soir. C’est une œuvre divertissante et spirituelle que vous avez créée-là : le premier acte je l’ai saisi immédiatement ; le second moins aisément, mais dans le troisième j’ai de nouveau saisi les grandes lignes, et pour l’ensemble je n’ai aucun doute : c’est l’œuvre d’un nouveau Maître qui dit : « je suis là ». Quel merveilleux art, plein d’humour, et quelle sage économie technique ! J’étais à bout de force à la fin de l’opéra ».
C’est une œuvre que j’admire profondément, toute la personnalité de Nielsen y est présente, j’espère que cela vous intéressera tout autant que moi et si le coeur vous en dit, je vous renvoie au fil sur ses symphonies :
>> https://classik.forumactif.com/t5151-les-symphonies-de-carl-nielsen

Avant de terminer, voici le CD et le DVD que je possède, vous pourrez écouter ce CD sur MusicMe, c'est une magnifique interprétation :

Les Opéras de Carl Nielsen 51zphk10 Les Opéras de Carl Nielsen 41ujyn10


Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume


Nombre de messages : 17530
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyMar 14 Juin 2011 - 11:24

Wahou, quel message intéressant, merci beaucoup, un commentaire qui va me permettre de me lancer dans l'écoute du CD DECCA que j'ai acquis. Very Happy Je ne connaissais pas le DVD, qu'apporte-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph


Nombre de messages : 2153
Age : 31
Date d'inscription : 23/12/2010

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyMar 14 Juin 2011 - 11:29

Merci à toi ! Very Happy

Oui, tu vas découvrir un magnifique opéra, alors, le DVD est superbe aussi, il y a une très belle mise en scène, et c'est également Schirmer qui dirige.
Je ne l'ai pour l'instant regardé qu'une seule fois mais il m'a conquis, c'est plein d'humour et très bien chanté, vraiment une très belle découverte.
Bonne écoute à toi et j'attends avec intérêt tes commentaires ! mains
Revenir en haut Aller en bas
senga
Mélomane averti
senga


Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 06/12/2008

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyVen 17 Juin 2011 - 22:59

Ah oui ! C’est vivifiant!!
Les passages burlesques un peu longs parfois dans le II (l'acte pour moi le moins brillant), les interludes un peu décoratifs parfois (la loi du genre?), un final bref moins éclatant que ce qu'on pourrait attendre, mais cette concision est à l'image de l'ensemble: tonique.
De beaux duos, chez les maîtres comme chez lez valets, une dispute bien troussée dans un quintette bien enlevé à la fin du I, un magnifique prélude au II.
J'adore!
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph


Nombre de messages : 2153
Age : 31
Date d'inscription : 23/12/2010

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptySam 18 Juin 2011 - 11:30

Oui, merci pour tes commentaires, et je suis assez d'accord avec ce que tu dis. En effet, l'acte II est le moins brillant, il y a moins d'airs mémorables, mais il sert à bien préparer le superbe acte III dont la fin aurait pu être encore plus brillante, je suis du même avis.
De tout l'opéra, je trouve que l'acte I est le plus brillant, Carl Nielsen écrit vraiment très bien pour la voix, je trouve quand même les interludes forts beaux, oui, le prélude de l'acte II est formidable.
Et tout comme toi, j'adore le quintette final du premier acte, le prélude du deuxième mais j'adore également la danse des coqs et les magnifiques valses que l'on entend assez régulièrement aussi.
Bref, très content que cet opéra te plaise, et en effet, c'est très tonique et vraiment vivifiant, quelle maîtrise musicale !

Et les autres forumeurs ? Je suis sûr qu'Aurèle aurait des choses à dire vu comme il est fan d'opéra (mais connaît-il celui-ci ? Mr. Green ), je sais que David aime beaucoup Maskarade, et Xavier, ça fait assez longtemps (avec David également) que l'on aimerait avoir ton opinion sur les symphonies, mais je suis sûr que cet opéra te plairait aussi, en tous cas, ça me ferait plaisir que tu me (nous) dises ce que tu en penses.
Mais tous les autres grands forumeurs sont les bienvenus ! Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 32556
Age : 42
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptySam 18 Juin 2011 - 11:40

senga a écrit:
les interludes un peu décoratifs parfois (la loi du genre?),

Il y a au moins Pelléas et Wozzeck pour prouver qu'un interlude n'est pas décoratif , quand le compositeur le veut. Smile

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph


Nombre de messages : 2153
Age : 31
Date d'inscription : 23/12/2010

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptySam 18 Juin 2011 - 11:44

Je trouve que dans cet opéra, les interludes s'y intègrent bien ! Very Happy
C'est un opéra comique

Et toi cher Cololi ? Tu connais Maskarade ?
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph


Nombre de messages : 2153
Age : 31
Date d'inscription : 23/12/2010

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptySam 18 Juin 2011 - 23:20

Voilà, je viens tout juste de terminer de revoir mon DVD, et vraiment, je trouve qu'il n'y a rien à jeter là-dedans.
Les mélodies sont assez simples à mémoriser, bien que la recherche harmonique soit toujours surprenante chez Nielsen. drunken
Je crois vraiment avoir trouvé mes passages préférés :
- L'ouverture
- L'air de Jeronimus dans l'acte I où il se rappelle le bon vieux temps
- Le quintette final de l'acte I
- Le prélude de l'acte II
- Les scènes d'amour de Léandre avec Léonore et Henrick avec Pernille dans un style italien très bien parodié ! hehe
- Les interventions des choeurs
- La danse des coqs et les valses dans l'acte III
- Le moment où on doit enlever les masques

L'histoire en elle-même est super chouette aussi et quelle orchestration ! J'ai passé un super moment Very Happy Very Happy Very Happy
En tous cas, c'est magnifiquement écrit pour la voix ! cheers


Revenir en haut Aller en bas
Yohan Nicolas
Mélomane averti
Yohan Nicolas


Nombre de messages : 390
Age : 34
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 30/05/2010

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyLun 20 Juin 2011 - 11:20

A la médiathèque, ils ont Saül et David ! Shocked
Pour une fois qu'ils ont quelque chose de pas trop courant, je vais sauter dessus, je pense !

C'est dans cette interprétation :

Haugland, Aage (basse)
Lindroos, Peter, ténor
Kiberg, Tina, soprano
Westi, Kurt (ténor)
Gjevang, Anne, contralto
Christiansen, Christian (basse)
Jarvi, Neeme (direction)
CHOEUR DE LA RADIO DANOISE
ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA RADIO DANOISE

C'est bien ?
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph


Nombre de messages : 2153
Age : 31
Date d'inscription : 23/12/2010

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyLun 20 Juin 2011 - 14:25

Yohan Nicolas a écrit:
A la médiathèque, ils ont Saül et David ! Shocked
Pour une fois qu'ils ont quelque chose de pas trop courant, je vais sauter dessus, je pense !

C'est dans cette interprétation :

Haugland, Aage (basse)
Lindroos, Peter, ténor
Kiberg, Tina, soprano
Westi, Kurt (ténor)
Gjevang, Anne, contralto
Christiansen, Christian (basse)
Jarvi, Neeme (direction)
CHOEUR DE LA RADIO DANOISE
ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA RADIO DANOISE

C'est bien ?

Oui, Järvi c'est super pour ce répertoire, c'est même la meilleure version ! cheers
Il a fait une magnifique intégrale des Symphonies aussi, que je t'invite à découvrir avec Saül et David si tu ne les connais pas encore.
En tous cas, tu vas découvrir un magnifique opéra, j'en ferai la description dans quelques mois, en ce moment, je suis sur d'autres opéras.
Hâte d'avoir tes commentaires ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Biely
Mélomane averti
Biely


Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 28/01/2013

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyLun 15 Avr 2013 - 14:49

Alors déjà merci beaucoup à Tragicsymph pour ce formidable premier message. Ca donne envie de découvrir cet univers.
Pour Aladdin, un conseil ?

Existe t il autre chose que ça ?

Les Opéras de Carl Nielsen 095115149829_300



Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95320
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyLun 15 Avr 2013 - 20:42

C'est la seule version complète de la musique de scène.

Sinon, il existe la très belle Suite, enregistrée notamment par Salonen chez Sony (excellent), Blomstedt / San Francisco chez Decca (excellent), Bostock chez ClassicO, Willen chez Naxos, Maston chez Centaur, Chung chez BIS...
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph


Nombre de messages : 2153
Age : 31
Date d'inscription : 23/12/2010

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyMar 16 Avr 2013 - 11:34

Merci Biely ! Very Happy

Pour Aladdin, ce disque est super, mais David est aussi de très bon conseil. Salonen et Blomstedt sont très bien pour Nielsen !
Revenir en haut Aller en bas
Der Zwerg
Néophyte
Der Zwerg


Nombre de messages : 7
Localisation : Paris
Date d'inscription : 19/11/2013

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptySam 14 Déc 2013 - 18:13

Yohan Nicolas a écrit:
A la médiathèque, ils ont Saül et David !  Shocked
Pour une fois qu'ils ont quelque chose de pas trop courant, je vais sauter dessus, je pense !

C'est dans cette interprétation :

Haugland, Aage (basse)
Lindroos, Peter, ténor
Kiberg, Tina, soprano
Westi, Kurt (ténor)
Gjevang, Anne, contralto
Christiansen, Christian (basse)
Jarvi, Neeme (direction)
CHOEUR DE LA RADIO DANOISE
ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA RADIO DANOISE

C'est bien ?

A mon humble avis, je conseille cet ouvrage et cet enregistrement. L'oeuvre-qui est très belle-est bien servie par ses interprètes. A connaître. C'est certes très différent de Maskarade, mais tout aussi beau.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato


Nombre de messages : 12834
Date d'inscription : 21/01/2007

Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen EmptyMer 2 Nov 2016 - 13:11

En découvrant "Maskarade", ce matin, j'ai touvé qu'il y avait une "coloration" très 18éme, voire "Mozartienne".

L'opéra bouffe, n'est pas ce que je préfère dans l'opéra, mais j'ai vraiment bien aimé celui-ci.

Vivifiant ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Les Opéras de Carl Nielsen Empty
MessageSujet: Re: Les Opéras de Carl Nielsen   Les Opéras de Carl Nielsen Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Opéras de Carl Nielsen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Symphonies de Carl Nielsen
» Carl Nielsen (1865 - 1931)
» Carl Loewe (1796-1869) , le faiseur de ballades
» Musiques du Nord ( Scandinavie, Baltique )
» Carl Czerny (1791-1857)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: