Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-17%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS Centrale vapeur HI5900/22 5,2 bar
59.99 € 71.99 €
Voir le deal

 

 Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) Empty
MessageSujet: Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)   Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) EmptyDim 11 Nov 2012 - 20:49

Iolanta : 11/11/2012

Salle Pleyel, Paris

Iolanta : Anna Netrebko
Le Roi René : Vitalij Kowaljow
Robert : Lucas Meachem
Le Comte Vaudémont : Sergey Skorokhodov
Ibn-Hakia : Vassily Savenko
Alméric : JunHo You
Bertrand : Luka Debevec Mayer
Martha : Monika Bohinec
Brigitta : Theresa Plut
Laura : Nuska Rojko

Slovenian Philharmonic Orchestra
Slovenian Chamber Choir
Direction : Emmanuel Villaume


Iolanta est un des rares opéras de Tchaïkovsky qui réussit à survivre hors de Russie face aux deux monstres que sont Onegin et La Dame de Pique...
Et on peut comprendre le "succès" de cet opéra vu la fascination qu'il peut susciter. Œuvre initiatique, l'opéra voit l'ouverture d'une jeune fille au monde, monde de l'amour et monde de la vision. Élevée dans un cocon d'amour et de soin où on lui cache sa cécité, Iolanta va découvrir l'amour, la vue et la lumière qui lui étaient étrangère alors qu'elle vivait entourée de soin et d'affection mais avec un manque qui commençait à poindre. Pièce naïve baignant dans une luminosité que retranscrit bien la partition, cet opéra est un vrai moment de bonheur pour l'auditeur.

Représenté en version de concert... cet opéra bénéficiait aussi d'une mise en espace très vivante et d'acteurs concernés. Du coup, les interactions entre les personnages est bien rendue et on comprend les motivations de chacun.
Dès le début, on est frappé par la beauté de l'orchestre et sa fluidité. Les différents pupitres rayonnent avec tout particulièrement les bois lors du tout début de l’œuvre. Tout au long de la soirée, l'orchestre va donner un écrin lumineux et délicat pour l’œuvre, tout en donnant aussi certaines envolées... Dynamique, sonorité, nuances... c'est un vrai bonheur d'entendre cet orchestre dirigé de main de maitre par un Emmanuel Villaume qui insuffle passion et vie à la partition.
De même, une grande satisfaction pour le chœur, qui a peu d'interventions, mais qui manifeste une grande justesse et un bel ensemble.

Côté solistes, l'ensemble est remarquable, depuis les plus petits rôles jusqu'au rôle titre !
Parmi les rôles secondaires, on remarquera Monika Bohinec, qui compose une Martha aimante et maternelle, loin de la vieille nounou qu'on aurait peu nous servir. Véritable amie de Iolanta, elle montre une voix sonore et assez jeune de mezzo sans aucune des dérives souvent appliquée à ce genre de personnages. C'est la jeunesse qui est mise en avant et cette tendresse qui la pousse à soigner et entourer de son amour la jeune fille.
Autre grande surprise, Luka Debevec Mayer est un Bertrand qui volerait presque la vedette à l'autre basse de la soirée ! Quelle projection, quel timbre, quelle facilité !! Il ouvre la bouche et immédiatement on se trouve face à un grand homme plein de noblesse... du coup presque trop vu le personnage. En tout cas, c'est vraiment une basse à suivre !
L'autre basse justement est le Roi René, chanté par Vitalij Kowaljow. L'entrée du chanteur est un peu timide, avec un aigu qui ne sort pas vraiment et une projection moindre que ses partenaires. Mais rapidement le chanteur rentre dans la musique et compense un timbre un peu sec par un personnage tout en nuances et en amour paternel. La noblesse est là, mais s'efface devant l'amour du père. Bien sûr, son air est superbe, mais c'est plus dans la suite, les confrontations et les doutes qu'il se dévoile totalement.
En médecin Maure Ibn-Hakia, Vassily Savenko surprend au début avec une voix sèche et un vibrato. Là aussi la voix se chauffe rapidement pour donner tout le magnétisme nécessaire à ce savant. Rôle très court mais très payant par son air orientalisant, le baryton basse réussit comme il le doit à s'imposer par une stature et une sorte de présence à la fois fascinante et un peu troublante.
Lucas Meachem est Robert... le fiancée de Iolanta qui préfèrerait épouser une autre. Dès son entrée, on est frappé par la jeunesse du ton et sa frivolité... vivant avant tout pour son plaisir, il arrive à trouver ce petit ton moqueur mais amical pour Vaudémont. Avec une voix puissante et superbement timbrée, il enlève avec facilité sa partie et sa voix n'est pas son faire penser dans l'aigu à Pavel Lisitsian : l'aigu s'illumine et acquière un petit vibrato serré.
Son compagnon Vaudémont était chanté par Sergey Skorokhodov. Ce ténor de la troupe du Mariinsky est très marqué par son école de chant russe : son chant très haut placé n'est pas particulièrement gracieux, mais toujours très contrôlé avec un aigu qui éclate. Malgré un timbre peu marquant, le chanteur s'impose par une composition particulièrement poussée, aussi bien à l'aise dans son évocation de l'ange espéré que dans ses serments à Iolanta où sa vie est en jeu. Passionné et typiquement russe dans sa passion dangereuse, il est passionnant pour le public qui lui fait un bel accueil !
Mais bien sûr, c'était pour Anna Netrebko que le public s'était déplacé avant tout (et bien déplacé étant donné que la salle était bien pleine... une bonne nouvelle qui peut nous faire espérer d'autres opéras russes en version de concert dans les années qui viennent...). Véritable reine de la soirée de part son statu de star (alors que le reste de la distribution était inconnue ou presque mais de très haut niveau), elle se donne théâtralement et musicalement d'un bout à l'autre du concert. Alors qu'elle enchaîne les succès dans le bel-canto romantique, c'est vraiment dans le répertoire russe qu'elle donne toute la dimension de son talent et de son caractère. Ici, pas de composition fabriquée mais une interprétation fluide et sobre. Jamais on ne sent une quelconque fabrication de l'émotion ou même du chant : cela semble logique et naturel que la soprano se coule dans les émotions de la jeune Iolanta. Avec une voix superbe, elle compose une jeune fille passionnée ou résignée selon les cas, la voix murmurant ou explosant dans un élan de passion amoureuse ou d'extase. Le timbre est toujours aussi beau et nourri, avec des graves ronds et des aigus lumineux. La ligne est souveraine et le personnage véritablement passionnant!

Alors qu'on pouvait penser que la représentation serait avant tout une excuse pour mettre en avant Anna Netrebko dans un rôle russe, c'est un véritable travail d'équipe auquel on assiste : une distribution sans point faible, une cohésion musicale et théâtrale... un orchestre et un chef passionnants et passionnés, le tout pour une œuvre fascinante et splendide. Une immense émotion au final pour cette ouverture sur le monde et cette musique si belle et bien construite dans son évolution.
Mémorable !

Vu les artistes et la mention du partenariat d'Universal Music, on peut espérer qu'un concert de la tournée aura été enregistré ou qu'une séance en studio est prévu pour que soit diffusé commercialement cet ensemble : ne pas proposer au public cet opéra ainsi joué serait très dommage alors que c'est un moyen de faire connaître le répertoire russe, trop marginalisé en dehors des grands succès connus de tous.
Revenir en haut Aller en bas
charles.ogier
Mélomaniaque



Nombre de messages : 1975
Age : 65
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)   Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) EmptyDim 11 Nov 2012 - 21:22

Très beau compte-rendu, qui donne regret.
Une question
Comment faites vous donc? Prenez-vous des notes (pendant la représentation)? pendant l'entracte? Utilisez-vous un dictaphone? ou "tout de mémoire?
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)   Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) EmptyDim 11 Nov 2012 - 21:26

Pas de note... juste un ressenti que j'essaye de retranscrire en rentrant chez moi...
Mais merci! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Martine
Mélomaniaque
Martine


Nombre de messages : 916
Date d'inscription : 06/09/2010

Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)   Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) EmptyDim 11 Nov 2012 - 21:39

Oui, une grande après-midi à Pleyel qui m'a permis de découvrir une oeuvre et des chanteurs. Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
artur
Mélomane du dimanche



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 07/10/2011

Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)   Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) EmptyDim 11 Nov 2012 - 23:14

Complètement d'accord avec vous, et merci pour ce compte rendu assez fidèle à ce que j'ai pu ressentir.

La plupart des spectateurs (dont moi) venait vraisemblablement pour Netrebko, mais ce fut l'occasion d'admirer une distribution de haut vol (dont Lucas Meachem qui s'épanouit plus que dans le dernier Billy Budd de Bastille) et de découvrir une oeuvre magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)   Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) EmptyDim 11 Nov 2012 - 23:39

Ah il me semblait bien avoir déjà entendu ce baryton... mais c'est bien sûr dans Billy Budd!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)   Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Pleyel, 11/11/2012 : Iolanta (Villaume, Netrbko)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» brahms pleyel 20/10/2012
» Pollini à Pleyel 14-02-2012
» Pleyel 02/2012 Philhar
» menahem pressler à pleyel 10/12/2012
» Salle Pleyel 2012 - 2013 (programmation)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: