Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Asger HAMERIK (1843-1923)

Aller en bas 

Hamerik est :
Mieux que Mendelssohn
Asger HAMERIK (1843-1923) Vote_lcap0%Asger HAMERIK (1843-1923) Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Mieux que Glass
Asger HAMERIK (1843-1923) Vote_lcap100%Asger HAMERIK (1843-1923) Vote_rcap
 100% [ 2 ]
Mieux que Cololi
Asger HAMERIK (1843-1923) Vote_lcap0%Asger HAMERIK (1843-1923) Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Plus lourd que tout le monde
Asger HAMERIK (1843-1923) Vote_lcap0%Asger HAMERIK (1843-1923) Vote_rcap
 0% [ 0 ]
Total des votes : 2
 

AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88214
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) EmptyJeu 12 Déc 2019 - 13:12

Compositeur danois, élève de Gade et J.P.E. Hartmann, puis Bülow, proche de Berlioz, étudiant et exerçant à Berlin, Paris, Vienne, et finalement Baltimore.

Stylistiquement, on ne sent pas forcément d'évolution par rapport au style de Gade (Mendelssohn pour faire simple), mais je trouve sa manière charmante, sa veine mélodique séduisante, son sens de l'atmosphère délicieux si l'on cherche de la musique simple et lumineuse, en particulier les symphonies 1 & 2 – qui figurent parmi mes chouchoutes absolues, bien que n'ayant pas la moindre incidence dans l'histoire du genre. Même l'influence de Berlioz, qui est attestée dans sa vie, paraît assez peu évidente dans sa musique.

Les œuvres plus ambitieuses (symphonie n°7, Requiem) manquent à mon sens leur cible à cause de l'écart entre leur projet impressionnant et la politesse de l'expression.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88214
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Re: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) EmptyJeu 12 Déc 2019 - 13:17

Ben. : « Ecoute et découverte de la Symphonie °7 de Hamerik aujourd'hui.

Asger HAMERIK (1843-1923) 61Q3vXaIpUL._SY400_

Je passe très vite sur la belle interprétation de Dausgaard, comme d'habitude dans ce répertoire, car ça n'est pas le sujet.

L'oeuvre date de 1897, est révisée jusque 1906, est sous-titrée "Symphonie Chorale" (Kor Symfony). Comme son nom l'indique, elle est écrite pour choeur et mezzo soprano. L'effectif (mais je vérifierai sur la partition) me semble néanmoins plutôt réduit.

Le premier et le troisième encadrent un bref Andante (2 fois plus court que le I et III, environ).
Ces deux mouvements se répondent et se font écho (fortes similitudes dans les procédés, dans l'écriture et les phrases mélodiques).

L'orchestration est assez simple, et l'écriture pour chœur plutôt minimaliste. Tout cela reste très tonal, bien entendu, mais assez éloigné du romantisme fin de siècle. Ca tire beaucoup plus vers Mendelssohn, selon moi.

L'Andante fait la part belle à la soliste, mais la mélodie n'est pas transcendante, et l'orchestration parfois un peu grotesque.
Les différentes phrases sont entrecoupées d'exclamations percussives un peu caricaturales.
On y entend néanmoins un contre-chant plutôt délicat de la petite harmonie. La fin de l'Andante, qui reprend la structure ascensionnelle des phrases musicales du I et du III est un peu plus convaincante.

Le troisième mouvement est assez morcelé; beaucoup de silences et de pauses entre l'évocation des différents thèmes.
Ce mouvement est également celui où l'on entend le plus quelques inspirations (très discrètes) folkloriques. Ces pages sont plutôt belles, bien qu'un peu trop naïves par instant. Plus que naïve, en fait, j'ai été un peu déçu par le manque de caractère.

Néanmoins, ça sonne joliment à l'oreille, on passe un bon moment, et la découverte est agréable.  »

--

DLM : « Assez d'accord, on dirait qu'il a voulu prouver qu'il était un homme de son temps et… pas vraiment.

Il vaut mieux écouter les premières symphonies (1 et 2 surtout, 3 et 5 éventuellement), qui assument totalement leur filiation mendelssohnienne et sont parmi les plus délicieuses choses qu'il m'ait été d'entendre – mais il ne faut vraiment pas chercher de l'innovation singulière là-dedans ! »

--

Benedictus : « Du coup, pour vérification:

Asger HAMERIK (1843-1923) Hameri10
HAMERIK: Symphonies nº1 en fa majeur, op. 29 «Symphonie poétique» et nº2 en ut mineur, op. 32 «Symphonie tragique»
Thomas Dausgaard / Orchestre Symphonique d’Helsingborg
Helsingborg, VI & IX.1997
Marco Polo / Da Capo


Du Schubert-Mendelssohn composé au Danemark vers 1880. La 1 est élégament orchestrée, avec une jolie veine mélodique et un certain élan - c’est plutôt plaisant, assez lumineux et bien fait (mais quand même passablement anodin.) En revanche, je n’ai pas aimé la 2: des mouvements de plus de dix minutes dans un langage aussi simple, ça finit par m’impatienter; par ailleurs, le ton plus grave, la recherche d’effets (tantôt pompeux, tantôt pathétiques, voire franchement faciles dans le III) qu’affecte cette symphonie, sans jamais atteindre au «tragique» promis, ne m’ont pas paru correspondre au registre naturel compositeur (la 1 sonne plus spontanée.)

À ce compte-là, j’aurais à coup sûr moins eu le sentiment de perdre mon temps en réécoutant Czerny 1 ou Sinding 4 - que je me souviens d’avoir vraiment bien aimées, à défaut d’y voir les chefs-d’œuvres ultimes du genre. (Ou encore Børresen 1, que David a bizarrement écarté de sa liste.)

Je pense néanmoins que la 1 pourrait être vraiment très chouette - à condition de pouvoir bénéficier d’une interprétation un peu plus enlevée et frémissante que celle de Dausgaard, et un orchestre au spectre plus nettement défini, aux textures plus fines et aux couleurs plus vives. (Étonnant, d’ailleurs, le côté terne, opaque, empesé et mou de ce disque, quand on connaît les Beethoven et les Schubert ultérieurs de Dausgaard, ou le spectre d’Helsingborg dans Brahms, avec Manze.) »

--

Mefistofele : « Je me suis réveillé ce matin en fredonnant... le III (Ndt: de la symphonie no2), et du coup je me suis repassé la symphonie en entier (et je crois que j'ai apprécié l'expérience Embarassed ). Si le titre est à moins avis une publicité mensongère, du moins les mélodies se retiennent facilement. Par contre, ce n'est ni la finesse des coloris ni l'inventivité des variations qui prédominent : certaines parties semblent reprises telles quelles, et l'on sait que bis repetita ne placent pas toujours. Cf. supra.  »

--

Golisande : « Au fait, si quelqu'un connaît la 7e Symphonie de Hamerik, que vaut-elle ? »

--

Mefistofele :« J'ai testé pour vous parce que la curiositié est un vilain défaut, et c'est... choral, en 3 mouvements, assez austère. L'appellation symphonie est passablement surprenante, mais comme discuté ailleurs, le terme s'applique selon la fantaisie du compositeur.
Deux appels de l'orchestre avant l'apparition des voix, atmosphère recueillie et soulignements orchestraux légers (un peu sirupeux ?) avant l'arrivée d'un thème aux cordes qui va être repris encore et encore et encore tout au long de l'œuvre. Au demeurant, l'urgence mise en place n'est pas déplaisante.
Le II. (Andante sostenuto) est la partie lyrique réservée à la soliste (et le énième retour du thème urgent), dont la voix hélas ne me plait guère.
Le III. (Grave) est assez majoritairement "silencieux", avec brefs élans empreints de pompe et de majesté (enfin, je suppose que c'est l'intention), avant le finale joyeux, avec force triangle et zim boum. Le temps est toutefois long avec près de 17 minutes, aux teintes majoritairement ternes, exception faite de ce finale qui fait très "fêtes de fin d'année".
Bref, on est bien loin du monde de la symphonie no9 de Rubbra ou finalement des élans (appuyés mais entraînants pour moi) de la symphonie no2. »
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88214
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Re: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) EmptyJeu 12 Déc 2019 - 13:20

Benedictus a écrit:
Je pense néanmoins que la 1 pourrait être vraiment très chouette - à condition de pouvoir bénéficier d’une interprétation un peu plus enlevée et frémissante que celle de Dausgaard, et un orchestre au spectre plus nettement défini, aux textures plus fines et aux couleurs plus vives. (Étonnant, d’ailleurs, le côté terne, opaque, empesé et mou de ce disque, quand on connaît les Beethoven et les Schubert ultérieurs de Dausgaard, ou le spectre d’Helsingborg dans Brahms, avec Manze.)

Oui, Dausgaard était assez lisse et mou à l'origine, pas du tout baroqueux. Je ne sais pas quand s'est fait la bascule (ces enregistrements Da Capo sont les premiers que j'ai entendus de lui), mais elle a été rapide et puissante – il dirige maintenant Bruckner avec des orchestres de chambre d'une façon assez Venzago.


Mefistofele a écrit:
le III (Ndt: de la symphonie no2), et du coup je me suis repassé la symphonie en entier (et je crois que j'ai apprécié l'expérience  Embarassed ). Si le titre est à moins avis une publicité mensongère, du moins les mélodies se retiennent facilement.

Oui, il ne faut pas se fier au titre (de qui est-il d'ailleurs ?), qui indique une atmosphère plus contrastée que dans la première, pas du tout une couleur sombre (pas une seconde).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Ben.
Mélomane chevronné
Ben.

Nombre de messages : 2046
Age : 31
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/10/2010

Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Re: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) EmptyJeu 12 Déc 2019 - 15:15

Pour la musique symphonique, on peut aussi écouter la Jodisk Trilogi, op.19.
Ecrite avant les symphonies, il me semble (1879), elle préfigure le corpus en question.

Dommage qu'il n'ait pas écrit plus de musique de chambre.
On pourra écouter la très courte et romantique Concert-Romance, op.27 pour piano et violoncelle. Et surtout un Quintette pour piano, oeuvre de jeunesse, très réussie, qui n'a rien à envier aux productions chambristes contemporaines de son époque.

Revenir en haut Aller en bas
http://concert-perpetuel.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88214
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Re: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) EmptyJeu 12 Déc 2019 - 23:55

Avec sa veine mélodique séduisante et sa simplicité d'écriture, je serais très curieux d'entendre un de ses quatre opéras… il faudra que je me mette en quête ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1142
Date d'inscription : 31/08/2010

Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Re: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) EmptySam 21 Déc 2019 - 10:23

DavidLeMarrec a écrit:
Les œuvres plus ambitieuses (symphonie n°7, Requiem) manquent à mon sens leur cible à cause de l'écart entre leur projet impressionnant et la politesse de l'expression.
Je range pourtant son Requiem parmi les plus beaux.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Re: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) EmptySam 21 Déc 2019 - 10:36

Je viens de m'apercevoir que j'avais écouté la 7e Symphonie il y a quelques mois... Et de fait, elle m'avait assez peu marqué. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Mélomaniaque
joachim

Nombre de messages : 1228
Age : 73
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Re: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) EmptySam 28 Déc 2019 - 18:19

En 2013, je m'étais téléchargé sans illusion, un peu au hasard, l'intégrale des 7 symphonies plus le Requiem, en 4 CD, et je ne le regrette pas. Voici une merveilleuse musique d'un compositeur inconnu. C'est un romantique attardé, ceci explique peut-être pourquoi j'aime tant ces œuvres.

Asger HAMERIK (1843-1923) Box_fr10

Par la suite je me suis encore procuré ce CD de sa 6ème symphonie "Spirituelle", couplé avec les deux Novelettes pour cordes de Niels Gade.

Asger HAMERIK (1843-1923) Front101

Un CD qui évite de se procurer le coffret ci-dessus si l'on veut seulement "essayer" ce compositeur.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Asger HAMERIK (1843-1923) Empty
MessageSujet: Re: Asger HAMERIK (1843-1923)   Asger HAMERIK (1843-1923) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Asger HAMERIK (1843-1923)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: