Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] -25€ dès 249€ d’achat sur tout le site avec le Code ...
Voir le deal

 

 Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)

Aller en bas 
AuteurMessage
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4723
Age : 921
Date d'inscription : 27/11/2008

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyMar 18 Mai 2021 - 12:51

S'il y a bien deux opéras de Verdi qui ont une dstinée étrange c'est bien Stiffelio  (1850) et Aroldo (1857). Le premier, Stiffelio a reçu un accueil chaleureux tant public que critique et pourtant il a très vite disparu des scène lyriques. Et Aroldo a connu à peu près le même sort. Des deux, je n'ai vu que Stiffelio.

Si Jérusalem est une rareté, il n’aura pas fallu très longtemps à Stiffelio pour disparaître des scènes lyriques. La destinée de cette œuvre de Giuseppe Verdi (1813-1901) ne manque d’ailleurs pas d’interpeller tant il aura fallu peu d’années pour qu’il soit rangé dans un placard d’où il ne ressortira qu’un siècle plus tard. Composé et créé en 1850 au Teatro Grande de Trieste, Stiffelio a reçu, à défaut d’un triomphe, un accueil chaleureux tant public que critique. Le déclin et la disparition des scènes lyriques de cet opéra a un seul nom : Censure. En effet, les multiples interventions des censeurs, qui se montrent assez chatouilleux dès que l’on s’attaque à l’Eglise ou au pouvoir temporel, ont considérablement nui a Stifflio qui tombe dans l’oubli en trois ou quatre ans. La musique de cette œuvre sera par ailleurs reprise en 1857 par Verdi pour un autre opéra qui tombera, lui aussi, presque aussitôt dans l’oubli : Aroldo. Depuis les années 1950, Stiffelio reprend timidement du service ; si timidement, d’ailleurs, que sa discographie est quasi inexistante. A Parme même, l’œuvre n’a été montée que deux fois depuis 1968. Cette nouvelle production est donc bienvenue malgré une mise en scène, certes totalement iconoclaste, mais qui fonctionne. A sa décharge, il nous faut bien admettre que Stiffelio est loin d’être un chef d’œuvre comparé aux opéras créés juste avant ou juste après : Macbeth (1847), Luisa Miller (1849), Rigoletto (1851), Il Trovatore (1853) par exemple. On y trouve néanmoins de très belles pages notamment parmi les airs des principaux personnages. L’intrigue tourne autour d’un pasteur protestant et de son épouse infidèle ; certes le sujet n’a rien de nouveau et la nature humaine est traitée ici de manière assez crue (Graham Vick, accentue d’ailleurs ces qualités et ces défauts dans sa mise en scène) : amour, haine, jalousie, religion… On peut, dans ces circonstances, s’étonner que Stiffelio et Aroldo quelques années plus tard, aient ainsi disparu des scènes lyriques quand Carmen, créée vingt cinq ans après Stiffelio, a connu un triomphe durable et sans précédent après avoir subi un échec retentissant lors de sa création.

La totalité de mon CR sur la production parmesane/bolognaise est en fin de page : https://classik.forumactif.com/t8311-festival-verdi-de-parme-2017

Je mettrai une discographie pour les 2 opéras à mon retour à la maison
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 86755
Age : 39
Date d'inscription : 08/06/2005

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyMar 18 Mai 2021 - 16:08

Il en a peut-être déjà été question ici: https://classik.forumactif.com/t2981-les-operas-de-jeunesse-de-verdi
Revenir en haut Aller en bas
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4723
Age : 921
Date d'inscription : 27/11/2008

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyMar 18 Mai 2021 - 16:30

Xavier a écrit:
Il en a peut-être déjà été question ici: https://classik.forumactif.com/t2981-les-operas-de-jeunesse-de-verdi

Oui, mais en fait, j'ai ouvert le sujet pour ne pas polluer ce fil : https://classik.forumactif.com/t9501-saisons-lyriques-en-france-et-au-dela

Mais si tu préfères fusionner, c'est toi qui décides Smile
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91676
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyMar 18 Mai 2021 - 16:46

Oh oui, un fil Stiffelio. bounce


luisa miller a écrit:
Depuis les années 1950, Stiffelio reprend timidement du service ; si timidement, d’ailleurs, que sa discographie est quasi inexistante.

Pour un Verdi, oui, mais il doit bien y avoir une dizaine de versions officielles (incluant Del Monaco, Carreras, Domingo…), ce qui dans l'absolu est quand même plutôt suffisant. Very Happy


Citation :
il nous faut bien admettre que Stiffelio est loin d’être un chef d’œuvre comparé aux opéras créés juste avant ou juste après : Macbeth (1847), Luisa Miller (1849), Rigoletto (1851), Il Trovatore (1853) par exemple.

Ah, pour moi, Stiffelio est (très) nettement plus abouti que Macbeth (qui ne m'apparaît vraiment pas aussi révolutionnaire qu'on le dit dans la rupture formelle avec le belcanto, quand on a eu Nabucco longtemps avant, indépendamment du côté héros méchants, rare dans cette portion de la période romantique) et même Luisa Miller. J'irai jusqu'à le considérer comme un des très grands Verdi, peut-être pas du niveau de Rigoletto ou Trovatore, mais valant largement Traviata et Forza !

Aroldo, en transposant l'intrigue (contemporaine, comme Traviata) depuis le pasteur (quelle tension dans le sujet !) vers le chevalier, amoindrit l'intensité dramatique. Et puis, cette fin, quel éteignoir étrange, alors que le prêche en chaire de Stiffelio est, à mon sens, la plus belle fin de tout le catalogue de Verdi !


Citation :
Je mettrai une discographie pour les 2 opéras à mon retour à la maison

Hâte ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4723
Age : 921
Date d'inscription : 27/11/2008

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyMar 18 Mai 2021 - 18:03

Stiffelio :

https://melomania.com/fr/resultats-de-la-recherche (le hic c'est que tous les CDs et DVDs sont annoncés indisponibles)

https://www.amazon.fr/Stiffelio-Lamberto-Gardelli/dp/B0009A41XI (je ne recommanderais pas spontanément amazon, mais là au moins on y trouve des produits contrairement à melomania)

/watch?v=ACCBnnFwOj8 (Stiffelio dirigé par Battistoni sur ToiTube)



Aroldo :

https://melomania.com/fr/resultats-de-la-recherche

https://www.amazon.fr/Aroldo-Giuseppe-Verdi/dp/B00005O83U
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91676
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyMar 18 Mai 2021 - 18:19

Donc, en m'en tenant à Stiffelio, j'ai :
→ Maag 1968 (Gulín, Limarilli, Walter Alberti)
→ De Fabritiis 1972 (Gulín, Del Monaco, Fioravanti ;
j'en ai parlé dans le fil indiqué par Xavier
→ Gardelli 1979 (Sass, Carreras, Manuguerra)
→ Inbal 1986 (Plowright, Barasorda, Brent Ellisà
→ Downes 1993 (Malfitano, Carreras, Yurisich)
→ Levine 1993-4 (Sweet, Domingo, Chernov)
→ Luisotti 2000 (Theodossiou, Malagnini, Vratogna)

Puis les deux dont nous venons de parler. Soit au moins 9 versions officielles, dont quelques-unes avec des grands noms.

À cela s'ajoute une bonne demi-douzaines de CDs ou DVDs parus chez les pirates du type House of Opera, Premiere Opera, etc.

Pour moi, Battistoni règle clairement la question, mais Levine est très bien aussi, Luisotti ne s'en tire pas mal non plus.
De Fabritiis, Gardelli, Downes, tout ça est très propre, mais il y a plein de petits défauts un peu frustrants (le premier pas très raffiné, les deux autres pas toujours très engagés chez tout le monde).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91676
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyMar 18 Mai 2021 - 18:21

Pour Aroldo, c'est clairement la version Luisi qui m'a donné le plus de satisfactions, mais il y a pas mal d'autres belles versions prestigieuses et abouties.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4723
Age : 921
Date d'inscription : 27/11/2008

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyJeu 20 Mai 2021 - 10:41

Et dis moi, qu'as tu pensé du Stiffelio de Graham Vick ?
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91676
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyJeu 20 Mai 2021 - 10:48

luisa miller a écrit:
Et dis moi, qu'as tu pensé du Stiffelio de Graham Vick ?

Je crois bien que c'est le seul (avec Inbal qui était difficile à trouver) que je n'aie pas écouté / vu dans la liste ! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4723
Age : 921
Date d'inscription : 27/11/2008

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyJeu 20 Mai 2021 - 14:39

DavidLeMarrec a écrit:
luisa miller a écrit:
Et dis moi, qu'as tu pensé du Stiffelio de Graham Vick ?

Je crois bien que c'est le seul (avec Inbal qui était difficile à trouver) que je n'aie pas écouté / vu dans la liste ! Embarassed

Tu n'as pas Embarassed . Il n'est pas toujours évident d'avoir toute ou partie de la discographie d'une oeuvre quelle qu'elle soit
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
vinteix
Mélomane averti
vinteix

Nombre de messages : 236
Age : 52
Localisation : Japon
Date d'inscription : 27/10/2006

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyDim 23 Mai 2021 - 4:20

Concernant "STIFFELIO", si historiquement l'oubli, dû à la censure, au 19eme siècle, de cet opéra s'explique, sa désaffection qui perdure depuis sa redécouverte en 1968 a vraiment de quoi surprendre ! au vu des beautés de la partition ! notamment les ensembles. Parmi les plus beaux passages, je retiens en particulier les prières de Lina, le duo père-fille (Stankar-Lina) à l'Acte I, le magnifique quatuor de l'Acte II, les duos Stiffelio-Lina (Actes I et III), le finale. Je n'ai et ne connais qu'une seule version, celle de Gardelli, que je trouve très bien, avec surtout J. Carreras (au zénith !) et S. Sass.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91676
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyDim 23 Mai 2021 - 8:46

vinteix a écrit:
sa redécouverte en 1968

Vraiment ? Tu peux nous en dire davantage ?

Ce n'était pas du tout joué sur les scènes avant Maag ?


Citation :
Parmi les plus beaux passages, je retiens en particulier les prières de Lina, le duo père-fille (Stankar-Lina) à l'Acte I, le magnifique quatuor de l'Acte II, les duos Stiffelio-Lina (Actes I et III), le finale.

Pareil !

Et puis, côté airs, Lina pensai che un angelo de Stankar, au début du II, c'est quelque chose !

Les sommets sont probablement le quatuor du cimetière et le final en chaire, mais tous les duos que tu cites sont merveilleux en effet !


Citation :
Je n'ai et ne connais qu'une seule version, celle de Gardelli, que je trouve très bien, avec surtout J. Carreras (au zénith !) et S. Sass.

Dans ce cas n'hésite pas à explorer un peu la discographie, il y a plus animé que Gardeli (et mieux chanté, je trouve aussi, alors même que je suis un enthousiaste de Carreras en général).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
vinteix
Mélomane averti
vinteix

Nombre de messages : 236
Age : 52
Localisation : Japon
Date d'inscription : 27/10/2006

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyDim 23 Mai 2021 - 9:45

Oui, tout à fait, cet air de Stankar également (au début de l'Acte III) !

Redécouverte en 1968 : c'est en tout cas ce qu'on peut lire lire ici ou là. Il y a peut-être eu des représentations sur scène auparavant ? je l'ignore, mais j'en doute, car ce que l'on sait, c'est que Verdi détruisit le matériel d'orchestre, et que pendant longtemps ne circulaient que des partitions vocales, chant et piano, jusqu'à la découverte à la fin des années 1960 de 2 copies manuscrites en partitions d'orchestre à la bibliothèque du Conservatoire de Naples.
(je trouve ces mêmes informations dans le livret du CD Ganzarolli, "Tout Verdi" dans la coll. "Bouquins" ou encore chez Kaminski, "Mille et un opéras".)

PS : par contre, j'ignore totalement "AROLDO", jamais entendu.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91676
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyDim 23 Mai 2021 - 9:59

vinteix a écrit:
Oui, tout à fait, cet air de Stankar également (au début de l'Acte III) !

Ah oui, c'est l'acte III qui est divisé en deux tableaux et non l'acte II


Citation :
pendant longtemps ne circulaient que des partitions vocales, chant et piano, jusqu'à la découverte à la fin des années 1960 de 2 copies manuscrites en partitions d'orchestre à la bibliothèque du Conservatoire de Naples.

Je trouve très amusant de penser que, pendant toutes ces années, personne ne se sentait capable (??) de reconstituer une orchestration de Verdi (première période en plus). hehe Je suppose que c'est surtout que la demande n'existait pas.

Merci pour ce contexte, que j'ignorais.


Citation :
PS : par contre, j'ignore totalement "AROLDO", jamais entendu.

C'est sensiblement la même partition, les moments de bravoure sont conservés (souvent avec le même texte), ce sont surtout quelques chœurs de couleur locale et des éléments de jointure qui apportent le contexte nouveau de la croisade.

À mon sens, à musique égale, la figure beaucoup plus banale du guerrier qui retrouve sa femme infidèle est beaucoup moins saisissante que celle du pasteur écartelé entre ses principaux moraux supérieurs et son ressenti d'homme.

La fin est totalement différente en revanche, musique totalement récrite – et sans du tout le même éclat. Même son intégration librettistique paraît vraiment artificielle.

Donc, clairement, il y a peu d'urgence à découvrir Aroldo quand on connaît Stiffelio : le peu qui change est moins bien. hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7177
Age : 55
Date d'inscription : 20/05/2010

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyDim 23 Mai 2021 - 10:14

Concernant les moments de bravoure, ça n'est pas toujours vrai que la musique est forcément toujours restée la même : par exemple la grande aria de Mina (Aroldo) à l'acte 2 est modifiée en profondeur dans sa cabalette qui est radicalement différente (et beaucoup plus dramatique) de celle de Lina (Stiffelio).
Revenir en haut Aller en bas
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4723
Age : 921
Date d'inscription : 27/11/2008

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyDim 23 Mai 2021 - 10:18

En ouvrant ce sujet, je n'imaginais pas qu'il y aurait tant de réactions Shocked . Cela étant dit, je suis ravie car si Stiffelio et Aroldo sont encore méconnus, ils mériteraient une carrière digne de ce nom
Revenir en haut Aller en bas
https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91676
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) EmptyDim 23 Mai 2021 - 10:38

Otello a écrit:
Concernant les moments de bravoure, ça n'est pas toujours vrai que la musique est forcément toujours restée la même : par exemple la grande aria de Mina (Aroldo) à l'acte 2 est modifiée en profondeur dans sa cabalette qui est radicalement différente (et beaucoup plus dramatique) de celle de Lina (Stiffelio).

Oui, pardon, ma définition du moment de bravoure était peut-être un peu trop personnelle, cet air ne m'ayant pas beaucoup touché dans aucun des deux opéras. Embarassed

Disons que globalement, ce n'est pas un nouvel opéra qui inclut des morceaux anciens et les réorganise ou les retravaille, mais vraiment le même opéra, partiellement rhabillé avec son nouveau sujet et quelques changements musicaux.

Je n'ai pas ouvert la partition d'Aroldo, mais j'ai l'impression que 80% de la musique est restée la même, et que la plupart de ce qui change est plutôt dans les chœurs d'atmosphère ou dans les récitatifs (et pas les récitatifs les plus marquants) que dans les moments-clefs de l'œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty
MessageSujet: Re: Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)   Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Giuseppe Verdi : Stiffelio (1850) / Aroldo (1857)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: