Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Topic débutant: les Opéras de Handel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Glocktahr
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4606
Date d'inscription : 22/03/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 20 Mai 2013 - 18:20

Cololi a écrit:
Moi je te conseille pas ce découpage Smile (car ça donne un côté superficiel)

Pourquoi ne pas commencer par Rinaldo ? C'est un ultra-chef d'œuvre et il a le mérite pour débuter d'être sensiblement moins long que les autres Smile
Ou alors ... le Messie, dans un style différent.
Je préfère nettement Giulio Cesare à Rinaldo. Je ne suis pas assez fan de Haendel pour vraiment avoir du plaisir avec un opéra intégral (même si il arrive que j'écoute Giulio Cesare). Je suis en train d'écouter le CD dédié aux airs pour sopranos du coffret dont j'ai parlé, ça me plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18944
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 20 Mai 2013 - 18:30

Comme récital Haendel, il y a celui de d'Arcangello (pour basse) qui est vraiment chouette et original!! Very Happy
Sinon, plus commun, mais magnifique, il y a le Furore de DiDonato...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Glocktahr
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4606
Date d'inscription : 22/03/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 20 Mai 2013 - 18:33

Polyeucte a écrit:
Comme récital Haendel, il y a celui de d'Arcangello (pour basse) qui est vraiment chouette et original!! Very Happy
Sinon, plus commun, mais magnifique, il y a le Furore de DiDonato...
Ok merci j'écouterai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28978
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Mer 28 Aoû 2013 - 10:17

Voici deux petits tableaux (purement subjectifs bien sur) que je compléterai à mesure, destinés à guider ceux qui voudraient se lancer :

Les opéras :

OeuvreIntérêt / inspiration
RinaldoVery Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy
AlcinaVery Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy
AriodanteVery Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy
Giulio CesareVery Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy
Les oratorios :

OeuvreIntérêt / inspiration
Acis and Galatea
Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Smile
Israel in EgyptVery Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy
MessiahVery Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy
HerculesVery Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy
TheodoraVery Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy
JephthaVery Happy  Very Happy  Very Happy  Smile

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18944
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Mer 18 Juin 2014 - 23:29

Suite à l'écoute d'Orlando dirigé par Jacobs, je vais essayer de continuer un peu...
Vu les conseils donnés, j'ai un peu fouillé et j'ai trouvé différentes petites choses possibles. Je solliciterai donc un peu l'avis de spécialistes!

On m'a dit le plus grand bien de Giulio Cesare... et du coup, je tenterai bien la version Jacobs!
Ariodante semble aussi un passage obligé... du coup, Minkowski?

Sinon on m'a ben vendu aussi Rinaldo... mais quelle version...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Mer 18 Juin 2014 - 23:33

Polyeucte a écrit:
On m'a dit le plus grand bien de Giulio Cesare... et du coup, je tenterai bien la version Jacobs!

Très bonne version. (L'œuvre est un peu longue et reste inégale, à mon sens, mais il y a incontestablement des moments très forts.)

Citation :
Ariodante semble aussi un passage obligé... du coup, Minkowski?

Oui, Minko, mais la bande avec Della Jones est meilleure que le studio avec von Otter, si jamais ça t'intéresse.

Citation :
Sinon on m'a ben vendu aussi Rinaldo... mais quelle version...

Jacobs, sans hésiter. Sinon, tu adorerais probablement Luks avec la mise en scène de Louise Moaty, la vidéo se trouve (je ne crois pas qu'elle ait été éditée).


Tu pourrais essayer un peu de Vivaldi et de Hasse, plutôt que tous ces Haendel, aussi. Motezuma ou Griselda, par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18944
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Mer 18 Juin 2014 - 23:37

DavidLeMarrec a écrit:
Très bonne version. (L'œuvre est un peu longue et reste inégale, à mon sens, mais il y a incontestablement des moments très forts.)
J'en connais des passages, donc oui, ça semble intéressant. A voir si ça tient sur la durée!

Citation :
Oui, Minko, mais la bande avec Della Jones est meilleure que le studio avec von Otter, si jamais ça t'intéresse.
Bah, Von Otter semble bien. Mon rêve serait plutôt Murray, mais en anglais non!

Citation :
Jacobs, sans hésiter. Sinon, tu adorerais probablement Luks avec la mise en scène de Louise Moaty, la vidéo se trouve (je ne crois pas qu'elle ait été éditée).
Alors va falloir que je regarde tout ça! Very Happy


Citation :
Tu pourrais essayer un peu de Vivaldi et de Hasse, plutôt que tous ces Haendel, aussi. Motezuma ou Griselda, par exemple.

Oh non... Vivaldi j'ai déjà tenté plusieurs choses.
Hasse, j'étais presque tenté par le Cleopatra sorti il y peu...

Mais tu veux m'empêcher d'arrêter d'avoir un très mauvais a priori sur Haendel? Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28978
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Jeu 19 Juin 2014 - 8:25

Il ne faut pas l'écouter là dessus  Mr. Green 

Giulio Cesare c'est long, mais c'est inspiré de bout en bout. Jacobs oui !
Pour Ariodante, oui Minko !
Rinaldo a l'avantage d'être moins longs que ces derniers, peut être que ça peut avoir ta préférence du coup. Je ne connais que Hogwood (excellent), mais j'imagine que Jacobs doit être très bien.
Mais ne pas oublier Alcina, car c'est peut être le plus beau.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18944
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Jeu 19 Juin 2014 - 10:09

Cololi a écrit:
Il ne faut pas l'écouter là dessus  Mr. Green 
Mais ça ne m'empêchera pas d'aller y jeter une oreille... mais là je veux essayer de continuer voir si c'était un essai isolé ou pas cet Orlando!

Citation :
Giulio Cesare c'est long, mais c'est inspiré de bout en bout. Jacobs oui !
Pour Ariodante, oui Minko !
Ok... va falloir que je fasse un choix alors... hehe
Citation :
Rinaldo a l'avantage d'être moins longs que ces derniers, peut être que ça peut avoir ta préférence du coup. Je ne connais que Hogwood (excellent), mais j'imagine que Jacobs doit être très bien.
Oui, mais j'en trouve pas vraiment une version abordable question prix pas loin de chez moi (c'est à dire d'occasion! Mr.Red)

Citation :
Mais ne pas oublier Alcina, car c'est peut être le plus beau.
Oui, mais là je connais déjà... Vu en salle, écouté en disque (Christie, avec Fleming, Graham, Dessay,...) et aussi la bande où on peut entendre Bartoli (vraiment superbe version! Dommage que la prise de son soit un peu lointaine!)
Donc Alcina n'est pas vraiment prioritaire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Sam 21 Juin 2014 - 15:54

Cololi a écrit:
Giulio Cesare c'est long, mais c'est inspiré de bout en bout. Jacobs oui !

Ou Minko, cela dit, et il doit y avoir plein de bons DVDs récents.

Citation :
Rinaldo a l'avantage d'être moins longs que ces derniers, peut être que ça peut avoir ta préférence du coup. Je ne connais que Hogwood (excellent), mais j'imagine que Jacobs doit être très bien.

Hogwood est bien, mais un peu mesuré, Jacobs est autrement plus dramatique et extraverti. On n'aurait que Hogwood, ce serait déjà très bien, mais quand on a Jacobs et Malgoire en face, ça reste un second choix.

Citation :
Mais ne pas oublier Alcina, car c'est peut être le plus beau.
Bof.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18944
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 23 Juin 2014 - 13:05

Merci pour les conseils! Parce que même si je pense que l'interprétation est très importante dans mon appréciation de ces opéras de Haendel, j'ai vraiment bien aimé le Giulio Cesare dirigé par Jacobs.
A voir pour la suite avec Ariodante par Minko! Very Happy

  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 23 Juin 2014 - 13:29

Citation :
Rinaldo a l'avantage d'être moins longs que ces derniers, peut être que ça peut avoir ta préférence du coup. Je ne connais que Hogwood (excellent), mais j'imagine que Jacobs doit être très bien.

Hogwood est bien, mais un peu mesuré, Jacobs est autrement plus dramatique et extraverti. On n'aurait que Hogwood, ce serait déjà très bien, mais quand on a Jacobs et Malgoire en face, ça reste un second choix. [/quote]

Absolument d'accord pour ce qui concerne Jacobs & Malgoire (le premier avec un instrumentarium idéalement coloré et mis en valeur au service d'un sens inné du théâtre qui s'entend au disque ; ce qui n'est pas la moindre des gageures). Et quelles distributions dans les deux cas.
Avec Hogwood, le "problème" ne tient pas que dans la seule comparaison avec ces deux-là ; elle vaut aussi pour la comparaison avec lui-même, en live (Vienne, 01/99 ; trouvable Embarassed ) où Podles secoue la direction et le plateau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18944
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Ven 27 Juin 2014 - 9:28

Après avoir écouté Ariodante, je dos dire que je suis moins intéressé que Orlando ou Giulio Cesare. Un petit manque de variété, quelque chose de peut-être trop sérieux là où Giulio Cesare était plus varié et moins répétitif...
Bien sûr rien d'affreux, mais il manque un petit quelque chose dans les couleurs de l'orchestre. De magnifiques airs pour Ariodante par contre! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Ven 27 Juin 2014 - 20:02

Ah, moi je trouve au contraire des longueurs dans Cesare (au disque comme sur scène), alors qu'Ariodante me magnétise beaucoup plus longuement — c'est moins patchwork que Cesare, mais j'ai l'impression de plus de variété (et d'une petite influence française qui n'est peut-être pas pour rien dans mon appréciation...).

Oui, les airs d'Ariodante sont fantastiques. Ceux de Polinesso aussi — mais par Trullu, c'est tellement plus frémissant que par Podleś (que j'aime néanmoins beaucoup ici).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 7 Juil 2014 - 12:01

bAlexb a écrit:
Citation :
Hogwood est bien, mais un peu mesuré, Jacobs est autrement plus dramatique et extraverti. On n'aurait que Hogwood, ce serait déjà très bien, mais quand on a Jacobs et Malgoire en face, ça reste un second choix.
Absolument d'accord pour ce qui concerne Jacobs & Malgoire (le premier avec un instrumentarium idéalement coloré et mis en valeur au service d'un sens inné du théâtre qui s'entend au disque ; ce qui n'est pas la moindre des gageures). Et quelles distributions dans les deux cas.
Avec Hogwood, le "problème" ne tient pas que dans la seule comparaison avec ces deux-là ; elle vaut aussi pour la comparaison avec lui-même, en live (Vienne, 01/99 ; trouvable Embarassed ) où Podles secoue la direction et le plateau !

DavidLeMarrec a écrit:
Rinaldo est clairement l'un des meilleurs du genre, Haendel y a regroupé le meilleur de la production qui l'a rendue célèbre pour épater les londoniens... Si tu n'as pas aimé, tu peux attendre un moment pour réessayer, c'est sûr...
(Sauf si tu as écouté ça avec une version indéfendable, bien sûr.)

Forcément, je réclame des noms hehe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 7 Juil 2014 - 12:07

bAlexb a écrit:
bAlexb a écrit:
Citation :
Hogwood est bien, mais un peu mesuré, Jacobs est autrement plus dramatique et extraverti. On n'aurait que Hogwood, ce serait déjà très bien, mais quand on a Jacobs et Malgoire en face, ça reste un second choix.
Absolument d'accord pour ce qui concerne Jacobs & Malgoire (le premier avec un instrumentarium idéalement coloré et mis en valeur au service d'un sens inné du théâtre qui s'entend au disque ; ce qui n'est pas la moindre des gageures). Et quelles distributions dans les deux cas.
Avec Hogwood, le "problème" ne tient pas que dans la seule comparaison avec ces deux-là ; elle vaut aussi pour la comparaison avec lui-même, en live (Vienne, 01/99 ; trouvable Embarassed ) où Podles secoue la direction et le plateau !

DavidLeMarrec a écrit:
Rinaldo est clairement l'un des meilleurs du genre, Haendel y a regroupé le meilleur de la production qui l'a rendue célèbre pour épater les londoniens... Si tu n'as pas aimé, tu peux attendre un moment pour réessayer, c'est sûr...
(Sauf si tu as écouté ça avec une version indéfendable, bien sûr.)

Forcément, je réclame des noms hehe !

Rien de très surprenant : s'il a écouté Luks, Jacobs, Malgoire, Mallon ou même Hogwood ou Bicket, aucune objection. S'il a écouté Bernardi ou Fischer, je demanderai un autre essai. Et si c'est pire, je l'exigerai.
Mais Rinaldo est plutôt très bien servi commercialement, donc je doute que ce soit là la source de ses problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3877
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Ven 12 Sep 2014 - 15:04

Tiré du fil «Playlist»

Benedictus a écrit:
Haendel: Alcina, acte I, Joyce DiDonato, Maite Beaumont, Karina Gauvin, Sonia Prina, et alii, Alan Curtis / Il Complesso Barocco (Archiv).
A l'inverse, pas trop mon genre dans l'absolu. Très, très belle musique (évident génie haendelien pour la mélodie et les couleurs orchestrales), mais tout de même pas très nourrissante côté contrepoint et harmonie: j'ai peur que sur trois heures, l'attention finisse par se perdre. Mais les voix! c'est du bonheur glotto à l'état pur  drunken Et puis un plateau très engagé, une diction franche: ça pourrait finalement marcher (au moins pour une première écoute complète).

Cololi a écrit:
Citation :


Haendel: Alcina, acte I, Joyce DiDonato, Maite Beaumont, Karina Gauvin, Sonia Prina, et alii, Alan Curtis / Il Complesso Barocco (Archiv).
A l'inverse, pas trop mon genre dans l'absolu. Très, très belle musique (évident génie haendelien pour la mélodie et les couleurs orchestrales), mais tout de même pas très nourrissante côté contrepoint et harmonie: j'ai peur que sur trois heures, l'attention finisse par se perdre. Mais les voix! c'est du bonheur glotto à l'état pur  drunken Et puis un plateau très engagé, une diction franche: ça pourrait finalement marcher (au moins pour une première écoute complète).

c'est vraiment un chef d'oeuvre ! Par contre je n ai pas encore écouté la version Curtis ... car en général c'est pas trépidant. N'oublie pas ce paramètre !

Xavier a écrit:
Benedictus a écrit:

Haendel: Alcina, acte I, Joyce DiDonato, Maite Beaumont, Karina Gauvin, Sonia Prina, et alii, Alan Curtis / Il Complesso Barocco (Archiv).
A l'inverse, pas trop mon genre dans l'absolu. Très, très belle musique (évident génie haendelien pour la mélodie et les couleurs orchestrales), mais tout de même pas très nourrissante côté contrepoint et harmonie: j'ai peur que sur trois heures, l'attention finisse par se perdre. Mais les voix! c'est du bonheur glotto à l'état pur  drunken Et puis un plateau très engagé, une diction franche: ça pourrait finalement marcher (au moins pour une première écoute complète).

Le pire chez Haendel ce sont les airs avec 54 reprises... Confused  
Jules César... I don't want that

Benedictus a écrit:
Cololi a écrit:

c'est vraiment un chef d'oeuvre ! Par contre je n ai pas encore écouté la version Curtis ... car en général c'est pas trépidant. N'oublie pas ce paramètre !

Je ne sais pas: c'est ce qu'on en dit généralement, mais primo tout ce que je connais de lui c'est son Motezuma qui ne me semblait pas encourir ce reproche, secundo je ne suis pas sûr que Haendel à la Giardino Armonico me plaîrait davantage, tertio quand bien même la fosse serait assoupie, ces chanteurs (et surtout ces chanteuses)-là sont assez engagés pour compenser.

C'est quand même de très loin la plus belle distribution que j'ai vue au disque dans Alcina: DiDonato (que je découvre, après son Elvira chez Nézet-Séguin), Beaumont, Gauvin et Prina (que j'aime déjà énormément), c'est très beau, mais pas du joli timbre mollasson: c'est vif, tranchant et avec un impact formidable.

DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
Cololi a écrit:

c'est vraiment un chef d'oeuvre ! Par contre je n ai pas encore écouté la version Curtis ... car en général c'est pas trépidant. N'oublie pas ce paramètre !

Je ne sais pas: c'est ce qu'on en dit généralement, mais primo tout ce que je connais de lui c'est son Motezuma qui ne me semblait pas encourir ce reproche, secundo je ne suis pas sûr que Haendel à la Giardino Armonico me plaîrait davantage, tertio quand bien même la fosse serait assoupie, ces chanteurs (et surtout ces chanteuses)-là sont assez engagés pour compenser.

C'est quand même de très loin la plus belle distribution que j'ai vue au disque dans Alcina: DiDonato (que je découvre, après son Elvira chez Nézet-Séguin), Beaumont, Gauvin et Prina (que j'aime déjà énormément), c'est très beau, mais pas du joli timbre mollasson: c'est vif, tranchant et avec un impact formidable.

… et Priante !

J'ai écouté aussi l'acte I de cette hier soir… Curtis n'est pas dans le genre cinglant à la mode, mais il est (comme souvent) excellent ici, plus souple que virtuose, avec un son très rond, des doublures de bois comme chez les français.

Et puis cette distribution assez invraisemblable.

Cololi a écrit:

Xavier a écrit:

Le pire chez Haendel ce sont les airs avec 54 reprises... Confused  
Jules César... I don't want that

Les airs de seria c'est toujours ABA' (le A' ne se différenciant du A que par quelques impros du chanteur). Tout ça c'est des excuses à 2€, car ce sont des chefs d'œuvre ... et que tu n'aimes pas plus Rameau qui ne relève pas du tout de cette esthétique.
Une jour peut être ... (je te le souhaite en tout cas)

Benedictus a écrit:

Je ne sais pas: c'est ce qu'on en dit généralement, mais primo tout ce que je connais de lui c'est son Motezuma qui ne me semblait pas encourir ce reproche, secundo je ne suis pas sûr que Haendel à la Giardino Armonico me plaîrait davantage, tertio quand bien même la fosse serait assoupie, ces chanteurs (et surtout ces chanteuses)-là sont assez engagés pour compenser.

C'est quand même de très loin la plus belle distribution que j'ai vue au disque dans Alcina: DiDonato (que je découvre, après son Elvira chez Nézet-Séguin), Beaumont, Gauvin et Prina (que j'aime déjà énormément), c'est très beau, mais pas du joli timbre mollasson: c'est vif, tranchant et avec un impact formidable.

Je ne jugeais pas de cet enregistrement ... mais plutôt de son Ariodante ... où il y avait AUSSI une distribution flamboyante. Et j'ai failli à cause de lui, penser que cette œuvre était pas géniale ... alors qu'elle l'est (il suffisait d'écouter Minko).

Tu sembles oublier Hickox (souvent cité comme la référence). C'est je présume la date d'enregistrement qui te fait peur. C'est totalement injustifié (dans ce cas) si c'est bien cela qui t'es venu à l'esprit.

Xavier a écrit:
Cololi a écrit:
Xavier a écrit:

Le pire chez Haendel ce sont les airs avec 54 reprises... Confused  
Jules César... I don't want that

Les airs de seria c'est toujours ABA' (le A' ne se différenciant du A que par quelques impros du chanteur). Tout ça c'est des excuses à 2€, car ce sont des chefs d'œuvre ... et que tu n'aimes pas plus Rameau qui ne relève pas du tout de cette esthétique.
Une jour peut être ... (je te le souhaite en tout cas)

Moi j'entends plutôt ABA'A''A'''A''''... je ne vois pas en quoi ce serait une "excuse à 2 euros", c'est un vrai argument, on a le droit d'être lassé par toutes ces reprises à peine ornementées.

Polyeucte a écrit:
Xavier a écrit:
Moi j'entends plutôt ABA'A''A'''A''''... je ne vois pas en quoi ce serait une "excuse à 2 euros", c'est un vrai argument, on a le droit d'être lassé par toutes ces reprises à peine ornementées.

Ah mais si c'est à peine ornementé, c'est que c'était pas bien chanté! Very Happy
Il faut réveiller le gène glotto qui sommeil en toi avant d'écouter du Haendel, et prendre les versions les plus glotto.
Sinon je te rejoins totalement sur le côté lassant...

Xavier a écrit:
Quand je dis "à peine ornementées", je veux dire "seulement ornementées", c'est-à-dire que ce sont les mêmes phrases, le même texte, les mêmes carrures, les mêmes harmonies... pour moi si on change l'ornementation on change 5% de la musique à peine.

Sinon, Alcina était mieux passé pour moi que Giulio Cesare. (mais là, les interprètes et la mise en scène ont pu jouer, car il ne s'agit que d'une seule écoute à chaque fois)

Polyeucte a écrit:
Xavier a écrit:
Quand je dis "à peine ornementées", je veux dire "seulement ornementées", c'est-à-dire que ce sont les mêmes phrases, le même texte, les mêmes carrures, les mêmes harmonies... pour moi si on change l'ornementation on change 5% de la musique à peine.
A l'orchestre oui, mais après il peut y avoir quand même des grands bouleversements question ligne de chant en fonction des chanteurs...

Citation :
Sinon, Alcina était mieux passé pour moi que Giulio Cesare. (mais là, les interprètes et la mise en scène ont pu jouer, car il ne s'agit que d'une seule écoute à chaque fois)

Disons que Alcina est peut-être plus théâtrale...


Mais de toute façon je suis peut-être de mauvais conseil, surtout pour toi vu que ce qui va me plaire dans du Haendel, c'est avant tout la personnalité vocale, le charisme par le chant... en gros, le côté vocal avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3877
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Jeu 25 Déc 2014 - 23:50

Deux écoutes récentes (sachant que je suis loin d’être un spécialiste ou un inconditionnel de seria, ni même un haendélien chevronné):


1. Rodelinda
Simone Kermes, Marijana Mijanović, Steve Davislim, Marie-Nicole Lemieux, Vito Priante, Sonia Prina, Il Complesso barocco, Alan Curtis (dir.)
Archiv, 2004
(Acheté et écouté en CD.)


2. Faramondo
Max Emanuel Cencic, Philippe Jaroussky, Sophie Karthäuser, Marina de Liso, In-Sung Sim, Xavier Sabata, I Barocchisti, Diego Fasolis (dir.)
Virgin ou Erato ou Warner, 2008
(Seulement écouté en version MP3.)


I. Les œuvres

Déjà, si elles répondent toutes deux aux lois du seria (pas forcément propres à produire d’immenses œuvres dramatiques), les deux œuvres ne m’ont franchement pas semblé relever du même niveau d’inspiration.

Je pense que Rodelinda doit faire partie du meilleur de la production seria de Haendel - bien sûr en-dessous du miracle d’Ariodante, mais à peine inférieure à Rinaldo ou Alcina, et peut-être supérieure à Giulio Cesare (moins composite, en tous cas): une atmosphère un peu en clair-obscur, des arias assez travaillés, de beaux passages orchestraux. Le livret est ce qu’il est, l’habituelle intrigue politico-amoureuse tarabiscotée, mais il a pour lui de présenter quelques situations de suspens (autour de la reconnaissance de Bertarido, en particulier) ou d’ironie dramatique (les interventions d’Eduige dans l’aria «Con rauco mormorio» de Bertarido) pas inintéressantes, et des personnages moins plats que la moyenne (Rodelinda est une reine pas dépourvue d’ambiguïtés; Grimoaldo «méchant» plus veule et imbu que proprement mauvais; Unulfo vassal bougon mais d’une loyauté à toute épreuve).

A l’inverse, Faramondo (que j’ai aussi écouté de façon plus superficielle) m’a davantage semblé appartenir au tout-venant du seria - qu’il s’agisse de l’orchestre ou de l’écriture vocale des arias, ça m’a paru vraiment très stéréotypé et systématique, et plutôt sec dans son simplisme. Le livret (lui aussi, parcouru en diagonale plus que vraiment lu) m’a semblé lui aussi vraiment conventionnel et sans ces différences minimes susceptibles de faire l’intérêt de Rodelinda.


II. Les interprétations

A. Interprétations orchestrales

S’agissant de l’interprétation, je vais d’abord devoir aller à rebours de l’opinion majoritaire, aussi bien partagée par la presse musicale que par les forumeurs de goût: dans Haendel, je préfère nettement Curtis à Fasolis  Embarassed . Autant je suis inconditionnel de Fasolis dans Bach, autant là il ne répond pas du tout à mes attentes: dans Haendel, j’aime un orchestre à la sonorité plutôt ronde, des tempi assez souples et plutôt modérés, ainsi qu’une certaine sobriété dans l’expression - ce qui me semble vraiment définir le style de Curtis (si rares que soient ceux qui acceptent d’y voir des qualités autres que sédatives); or avec Fasolis, j’entends exactement l’inverse: une sonorité tranchante et presque percussive, des tempi très vifs et implacablement métronomiques, et quelque chose d’extraverti dans les phrasés.

Or ce Haendel cravaché, très à la mode (c’est le style de Fasolis mais aussi d’Il Giardino armonico, de Spinosi, de Dantone, de Montis Regalis...), non seulement ne me répond pas à mes critères mais me semble passer à côté du «ton» Haendel: comme ça, à l’oreille, ça pourrait aussi bien être du Vivaldi, du Hasse, du Porpora ou du Gluck pré-réforme. En fait, outre les versions Curtis, je trouve bien mieux mon compte ou bien des versions tradi pas trop lourdes (comme l’Alcina de Hickox ou l’Ariodante de Leppard) ou, encore mieux, les Malgoire première manière (Rinaldo, Serse).

(Sinon, dans un genre «qui claque», j’aime énormément Minkowski et Jacobs - mais il me semble que c’est encore autre chose, qui ne relève pas de l’esthétique trépidante et percussive que j’ai dite.)

B. Interprétations vocales

Côté vocal, on a aussi à faire à des options très différentes. La plus évidentes concerne la distribution des rôles originellement destinés à des castrats: voix de femmes graves dans la Rodelinda de Curtis, contre-ténors dans le Faramondo de Fasolis. (Alors que, on ne le répétera jamais assez: il n’y aucune justification historique ou musicologique à ce dernier choix.)

On pourrait dire que la distribution de Curtis est en outre (comme souvent avec ce chef, d’ailleurs) glottophile à mort: Simone Kermes extraordinaire pour autant qu’on adhère à ses idiosyncrasies (engagement impétueux et diction tranchante dans les récitatifs; merveilleuse dans le sussuré-frémissant ; et les vocalises au laser, au demeurant ce que j’aime le moins dans son art vocal - l’aria «Ombre, piante, urne funeste» est un peu un condensé du style-Kermes); Marijana Mijanović comme d’habitude un chant un peu instable, pas toujours très contrôlé mais un timbre impressionnant; Steve Davislim, timbre rayonnant et caractérisation un peu fade mais qui colle assez bien au personnage (mais je ne connais pas assez ce ténor pour savoir si c’est délibéré); Marie-Nicole Lemieux dont je ne raffole vraiment pas dans l’absolu m’a paru ici excellente (peut-être parce que sa voix très engorgée et son interprétation rogue correspondent bien au côté scrogneugneu de son personnage); et puis, dans les seconds rôles, Sonia Prina et Vito Priante excellents comme à l’accoutumée.

Et puis l’alliance des voix tellement opposées de Simone Kermes et Marijana Mijanović a quelque chose de miraculeux (et même d’assez troublant, de presque érotique - écoutez à la fin de l’acte II le récitatif «Non ti bastò, consorte» et le duo «Io t’abbraccio»).

Le Faramondo aura au moins été pour moi l’occasion d’une sorte de banc d’essai des contre-ténors à la mode, puisqu’on en rencontre trois dans cet enregistrement et que ce sont des voix qui, en règle générale, me font plutôt fuir.

Max Emanuel Cencic, d’abord: à part la seconde Flûte de Solti, c’est le premier disque de lui que j’écoute (sans doute parce que c’est l’un des seuls où il ne figure pas sur la pochette déguisé avec la sobriété et le bon goût qu’on sait - à la place, on voit un sous-bois colorisé) et c’est une assez bonne surprise: certes, comme chez la plupart des contre-ténors, la voix n’est pas immense, ce n’est pas extraodinairement articulé, mais là, au moins, il y a un vrai timbre, et même un beau timbre - dans le genre opaque, voilé - et paradoxalement surtout convaincant dans les graves (de sorte que cela ne sonne pas vraiment asexué comme le suivant). Philippe Jaroussky, justement, c’est un bon résumé de tout ce que je n’aime pas chez les contre-ténors: mots peu intelligibles, voix assez molle, et surtout ce timbre blanchâtre supposément «pur» qui provoque chez moi une répulsion physique assez immédiate; après, j’entends bien tout ce qu’on peut apprécier chez lui (la musicalité, la technique virtuose...) mais je ne peux vraiment pas. Xavier Sabata aura été vraiment la très bonne surprise des trois: si le timbre n’est pas aussi flatteur que celui de Cencic, la voix m’a paru étonnamment charnue pour un contre-ténor (mais sans que ça se transforme en une rondeur confortable à la Andreas Scholl), et le chant est énergique, théâtral, incarné: l’expression semble extrêmement mobile, et je me demande même (mais je ne connais pas assez la question) si la technique de chant n’est pas plus composite que celle de ses deux partenaires - j’ai trouvé sa prestation vraiment passionnante, même si peu séduisante. (Bon, il ne me reste plus qu’à entendre Mehta et Fagioli, et j’aurais fait le tour de la question; mais je ne suis pas pressé non plus.)

Pour les voix masculines plus «viriles», Fulvio Bettini et In-Sung Sim m’ont paru corrects mais assez courts (en souffle, en couleurs, en ambitus vocal). Sinon, côté dames, on est là aussi dans des formats vocaux plus légers que chez Curtis: Sophie Karthäuser, que je connais assez mal, m’a plutôt déçu: c’est très clair, très bien articulé, mais le timbre ne m’a vraiment pas plu (je l’ai trouvé terne la plupart du temps, et par moments méchamment acide); Marina de Liso ne m’a beaucoup marqué (tout au plus m’a-t-elle semblé un peu en inconfort dans ses arias).

Donc, au total, et même si ça reste du seria (autrement dit, un opéra que j’écouterai moins souvent que Parsifal ou Così...), j’ai fini par acquérir cette Rodelinda de Curtis, pour les vrais plaisirs hédonistes qu’elle offre, ce que je ne compte pas faire de ce Faramondo de Fasolis, dont l’intérêt n’est, de mon point de vue, que documentaire (et surtout documentaire quant à la façon dominante de jouer du seria ces dernières années).


Dernière édition par Benedictus le Ven 26 Déc 2014 - 0:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28978
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Jeu 25 Déc 2014 - 23:53

J'ai Rodelinda (entre 3 tonnes d'autres choses) en réserve, ça va me pousser à écouter.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3877
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Ven 26 Déc 2014 - 0:26

Vas-y, c'est vraiment chouette. (Maintenant, il faudrait que je réussisse à mettre la main sur la version Westminster avec Stich-Randall et Forrester, ça doit être glotto à donf...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Ven 26 Déc 2014 - 1:33

Merci pour ce retour détaillé, Benedictus !


Benedictus a écrit:
(Alors que, on ne le répétera jamais assez: il n’y aucune justification historique ou musicologique à ce dernier choix.)

… et, ce qui est encore plus important, aucune justification pratique (problèmes de puissance). Les contre-ténors ont toute leur place dans les acoustiques proches et réverbérées des églises, voire dans les chœurs de la période baroque… mais ses contraintes en matière de puissance et d'articulation les rendent indésirables à l'Opéra — hors rôles de caractère avec des voix très typées façon Visse.

Ils ne sont choisis que pour des raisons de vraisemblance sexuelle (et de mode), on pourrait tout aussi bien les faire octavier et les confier à des barytons…

--

Benedictus a écrit:
Je pense que Rodelinda doit faire partie du meilleur de la production seria de Haendel - bien sûr en-dessous du miracle d’Ariodante, mais à peine inférieure à Rinaldo ou Alcina,

Vraiment pas senti ça (oui, plutôt du niveau d'Alcina, qui ne me passionne pas spectaculairement : livret sympa, mais musique pas très dramatique). Vraiment loin de Rinaldo, d'Ariodante ou même des meilleurs Vivaldi (Motezuma bien sûr, mais aussi Griselda).

La version Stich-Randall, contrairement à ce que tu sembles supposer espérer, n'est pas du tout glottodémonstrative : tout le monde chante ça avec un certain sens de la retenue et du goût. Plutôt une bonne version, d'ailleurs.


Citation :
ainsi qu’une certaine sobriété dans l’expression - ce qui me semble vraiment définir le style de Curtis (si rares que soient ceux qui acceptent d’y voir des qualités autres que sédatives)

cheers
Bien d'accord, du drame sobre, sans chercher à faire le pitre avec les effets de chevalet ou les alliages instrumentaux inédits. Mais Curtis mou, on m'en a souvent parlé, jamais entendu. Bien sûr, à côté de Spinosi (mais lui, on lui reproche systématiquement l'hystérie, il faut choisir !) ou Sardelli, ça paraît sans doute anesthésié — mais non, vraiment pas. Après, ferons-nous confiance aux glottos diplômés en agilité glossolalique pour nous dicter où se situe le bon goût orchestral ?  Le ferons-nous ?


Citation :
or avec Fasolis, j’entends exactement l’inverse: une sonorité tranchante et presque percussive, des tempi très vifs et implacablement métronomiques, et quelque chose d’extraverti dans les phrasés.

Oui, c'est en général le cas dès qu'il aborde de la musique virtuose (Brandebourgeois, seria)… notamment ici. (L'œuvre moi aussi m'avait laissé de marbre, ainsi que la distribution dans un genre très… translucide.)
Il a par ailleurs d'excellentes qualités dans d'autres répertoires (Passions très dépouillées, Via Crucis assez intense). Et j'aime assez ses trouvailles dans ces œuvres virtuoses, avec une recherche plus approfondie que la concurrence « percussive », en général.

Mais ça reste un peu démonstratif pour de l'opéra, c'est sûr.

Concernant Cencic, D'accord avec toi sur la voix, chaleureuse et plus dense qu'à l'accoutumée, qui a fait sa réputation. En revanche, on salle, elle n'est pas du tout projetée (les voix de falsettistes projetées sont nécessairement stridentes, en fait… Visse, pas de problème !). Même dans Monteverdi, on a l'impression d'entendre un vague écho.

Ce que tu dis de Jaroussky reprend assez exactement mon ressenti : monochrome, très peu articulé musicalement et verbalement… en revanche, le musicien est de telle qualité que je dois assez souvent rendre les armes. Toujours conduit avec beaucoup de sûreté et de finesse, malgré tout, là où d'autres se contentent d'étaler des voix plus intéressantes.


Citation :
(Bon, il ne me reste plus qu’à entendre Mehta et Fagioli, et j’aurais fait le tour de la question; mais je ne suis pas pressé non plus.)

Ce sont plus ou moins les deux meilleurs depuis Deller et Esswood, donc ne t'en prive pas, effectivement. (Surtout Mehta, parce que Fagioli est une sorte de Flórez baroque, avec le timbre exact de Bartoli – admirable mais essentiellement virtuose.)


Citation :
Sophie Karthäuser, que je connais assez mal, m’a plutôt déçu: c’est très clair, très bien articulé, mais le timbre ne m’a vraiment pas plu (je l’ai trouvé terne la plupart du temps, et par moments méchamment acide)

Effectivement, voix vraiment de notre temps, très arrondie : ça sonne très bien pour les micros, mais ça manque un brin d'impact (ça reste quand même très chouette !) dans les salles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28978
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Ven 26 Déc 2014 - 9:36

Bon les enfants je sens qu'il faut que j'intervienne pour dire la vérité cat :

1 / Perso ... j'ai dis du mal de l'Ariodante de Curtis ... mais c'est après avoir écouté Minkowski ! J'avais commencé avec Curtis et je trouvé cette œuvre pas terrible ... et là je passe Minko, et le miracle eu lieu. Alors c'est vrai certains soirs je suis très open et d'autres très fermé ... mais là ...

2 / Alcina c'est génial et puis c'est tout siffle Giulio Cesare aussi Evil or Very Mad , tout autant que Rinaldo et Ariodante.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3877
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Sam 27 Déc 2014 - 1:13

DavidLeMarrec a écrit:

… et, ce qui est encore plus important, aucune justification pratique (problèmes de puissance). Les contre-ténors ont toute leur place dans les acoustiques proches et réverbérées des églises, voire dans les chœurs de la période baroque… mais ses contraintes en matière de puissance et d'articulation les rendent indésirables à l'Opéra — hors rôles de caractère avec des voix très typées façon Visse.

Ils ne sont choisis que pour des raisons de vraisemblance sexuelle (et de mode), on pourrait tout aussi bien les faire octavier et les confier à des barytons…

Vraisemblance sexuelle? Hum...  scratch
Spoiler:
 
Je dirais plutôt «déconstruction festive des stéréotypes de genre», c'est plus mode et plus exact, finalement

DavidLeMarrec a écrit:

Benedictus a écrit:
Je pense que Rodelinda doit faire partie du meilleur de la production seria de Haendel - bien sûr en-dessous du miracle d’Ariodante, mais à peine inférieure à Rinaldo ou Alcina,

Vraiment pas senti ça (oui, plutôt du niveau d'Alcina, qui ne me passionne pas spectaculairement : livret sympa, mais musique pas très dramatique). Vraiment loin de Rinaldo, d'Ariodante ou même des meilleurs Vivaldi (Motezuma bien sûr, mais aussi Griselda).

Cololi a écrit:
2 / Alcina c'est génial et puis c'est tout siffle  Giulio Cesare aussi Evil or Very Mad , tout autant que Rinaldo et Ariodante.

Je crois que ce genre de classement dépend surtout largement des attentes de chacun. Pour moi, il y a d’abord Ariodante très nettement au-dessus, avec cette espèce d’atmosphère préromantique (raison pour laquelle j’aime aussi énormément L’Allegro, il Penseroso ed il Moderato); ensuite, les grandes réussites, mais qui à la différence d’Ariodante restent à l’intérieur des limites du seria: Rinaldo, Alcina, Rodelinda.

Quant à Giulio Cesare, plus objectivement, je trouve quand même ça un peu décousu (musique et livret).


DavidLeMarrec a écrit:

La version Stich-Randall, contrairement à ce que tu sembles supposer espérer, n'est pas du tout glottodémonstrative : tout le monde chante ça avec un certain sens de la retenue et du goût. Plutôt une bonne version, d'ailleurs.

Non, non: justement, ce que j’en attends, c’est précisément ce que tu dis, de grandes voix et une esthétique sobre, voire un peu hiératique.

DavidLeMarrec a écrit:

Citation :
ainsi qu’une certaine sobriété dans l’expression - ce qui me semble vraiment définir le style de Curtis (si rares que soient ceux qui acceptent d’y voir des qualités autres que sédatives)

cheers
Bien d'accord, du drame sobre, sans chercher à faire le pitre avec les effets de chevalet ou les alliages instrumentaux inédits. Mais Curtis mou, on m'en a souvent parlé, jamais entendu. Bien sûr, à côté de Spinosi (mais lui, on lui reproche systématiquement l'hystérie, il faut choisir !) ou Sardelli, ça paraît sans doute anesthésié — mais non, vraiment pas. Après, ferons-nous confiance aux glottos diplômés en agilité glossolalique pour nous dicter où se situe le bon goût orchestral ?  Le ferons-nous ?

Voilà.

Cololi a écrit:
Perso ... j'ai dis du mal de l'Ariodante de Curtis ... mais c'est après avoir écouté Minkowski ! J'avais commencé avec Curtis et je trouvé cette œuvre pas terrible ... et là je passe Minko, et le miracle eu lieu. Alors c'est vrai certains soirs je suis très open et d'autres très fermé ... mais là ...

L’Ariodante de Minkowski est en soi un miracle d'atmosphère.

Je reconnais aussi que la version Curtis n’est pas exempte de défauts: une prise de son un peu trop «high tech de confort», quelques stars assez typiques de ce qui m’agace dans le chant contemporain (trop rondes comme Gauvin, trop engorgées comme Lemieux) - mais il me semble que ces défauts sont, au moins autant qu’aux choix de Curtis, imputables à la direction artistique de Virgin de cette époque (on trouve les mêmes défauts dans l’Orfeo d’Haïm ou le Billy Budd de Harding - et pas dans les enregistrements de Curtis pour Archiv).

Ces réserves mises à part, je trouve que c’est quand même une très belle version - ne serait-ce que pour les belles sonorités nocturnes du Complesso barocco et l’engagement vocal de Joyce DiDonato. A mon sens, elle fait jeu égal avec la belle version tardi de Leppard, et surclasse facilement la version McGegan (en plus, je ne suis vraiment pas fan de Lorraine Hunt).

DavidLeMarrec a écrit:

Citation :
or avec Fasolis, j’entends exactement l’inverse: une sonorité tranchante et presque percussive, des tempi très vifs et implacablement métronomiques, et quelque chose d’extraverti dans les phrasés.

Oui, c'est en général le cas dès qu'il aborde de la musique virtuose (Brandebourgeois, seria)… notamment ici. (L'œuvre moi aussi m'avait laissé de marbre, ainsi que la distribution dans un genre très… translucide.)
Il a par ailleurs d'excellentes qualités dans d'autres répertoires (Passions très dépouillées, Via Crucis assez intense). Et j'aime assez ses trouvailles dans ces œuvres virtuoses, avec une recherche plus approfondie que la concurrence « percussive », en général.

Mais ça reste un peu démonstratif pour de l'opéra, c'est sûr.

Oui, je le préfère (et de très loin) dans d’autres répertoires (et plus c’est recueilli, meilleur il est, je trouve - sa Saint Jean est superbe, son Buxtehude chez Naxos est admirable). Via Crucis, c’est celui de Liszt? Je ne connais que la version de Leeuw, mais Fasolis fait envie.

DavidLeMarrec a écrit:

Ce que tu dis de Jaroussky reprend assez exactement mon ressenti : monochrome, très peu articulé musicalement et verbalement… en revanche, le musicien est de telle qualité que je dois assez souvent rendre les armes. Toujours conduit avec beaucoup de sûreté et de finesse, malgré tout, là où d'autres se contentent d'étaler des voix plus intéressantes.

Nous en avons déjà parlé: j’en suis bien conscient, et l’artiste a toute mon estime (avec quand même une réserve pour Fauré). Le problème est que ma réaction à sa voix est trop viscérale pour pouvoir être efficacement contrebalancée par des considérations plus médiates.

DavidLeMarrec a écrit:

Citation :
(Bon, il ne me reste plus qu’à entendre Mehta et Fagioli, et j’aurais fait le tour de la question; mais je ne suis pas pressé non plus.)

Ce sont plus ou moins les deux meilleurs depuis Deller et Esswood, donc ne t'en prive pas, effectivement. (Surtout Mehta, parce que Fagioli est une sorte de Flórez baroque, avec le timbre exact de Bartoli – admirable mais essentiellement virtuose.)

Ah oui, carrément? Mais la technique n’est quand même pas celle de Deller, si? En tous cas, Mehta, j’ai forcément entendu son Ptolémée dans le Giulio Cesare de Minkowski, mais ne m’a pas du tout marqué.

Tu me recommanderais quoi pour l’entendre au mieux? (Sachant qu’un récital entier de contre-ténor est au-dessus de mes forces.) J’ai vu l’Orlando de Haendel par Jacobs: j’aime énormément Jacobs dans Haendel, mais entre un orchestre inconnu au nom peu engageant («Freiburger Barockorchester» ou «Concerto Köln», ça sonne plus sérieux) et une distribution poids plume pour ce que j’en connais (Sophie Karthäuser, Sunhae Im)...

(Pour Fagioli, je crois que je vais en rester à Sacrificium, alors...)

(Sinon, tu aurais des lumières sur la technique de Sabata? Ça m’intrigue assez, un contre-ténor à la voix aussi charnue et dynamique.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Sam 27 Déc 2014 - 1:32

Benedictus a écrit:
Vraisemblance sexuelle? Hum...  scratch

Je n'ai pas dit pour quel véhicule. fleurs


Citation :
Je crois que ce genre de classement dépend surtout largement des attentes de chacun. Pour moi, il y a d’abord Ariodante très nettement au-dessus, avec cette espèce d’atmosphère préromantique (raison pour laquelle j’aime aussi énormément L’Allegro, il Penseroso ed il Moderato); ensuite, les grandes réussites, mais qui à la différence d’Ariodante restent à l’intérieur des limites du seria: Rinaldo, Alcina, Rodelinda.

Ah, pour moi tous sont à l'intérieur. Le Penseroso, à la rigueur, oui, ça regarde vers autre chose (mais musicalement, j'écoute clairement ça quand j'ai envie de baroque léger) ; c'est le Messie qui explose vraiment ces frontières.


Citation :
Quant à Giulio Cesare, plus objectivement, je trouve quand même ça un peu décousu (musique et livret).

Je crois que tout le monde est d'accord là-dessus. Et il est particulièrement long, non ?


Citation :
L’Ariodante de Minkowski est en soi un miracle d'atmosphère.

Assurément. Et dans les bandes avec Della Jones plus encore.


Citation :
Je reconnais aussi que la version Curtis n’est pas exempte de défauts: une prise de son un peu trop «high tech de confort», quelques stars assez typiques de ce qui m’agace dans le chant contemporain (trop rondes comme Gauvin, trop engorgées comme Lemieux)

Pareil. En revanche, je ne ressens pas ce problème dans l'Orfeo certes un peu léché, mais très réussi de Haïm. Elle parvient tout de même à faire un Combattimento parmi les plus passionnants malgré l'embauche un ténor verdien déclinant en Testo !

D'accord aussi, McGegan est un peu indolent — et effectivement Hunt y affiche plutôt ses défauts (bords du timbre peu définis et acides, diction relâchée) que ses qualités charismatiques. Mais la fascination qui l'entoure fait vibrer la corde Ferrier, je crois (je ne parle pas de biographie, mais de l'impact lacrymal immédiat du timbre qui lui-même « pleure »).

[H.S. Via Crucis]
Citation :
Je ne connais que la version de Leeuw, mais Fasolis fait envie.

C'est beaucoup moins bien (De Leeuw est inapprochable de toute façon), mais c'était clairement l'autre version que je pouvais écouter pour changer (il y a quand même de bonnes versions avec orgue, mais je trouve ça beaucoup moins convaincant). Beaucoup plus vive et rebondissante, mais ça se tient très bien.

Il y a eu beaucoup de parutions depuis, il est possible qu'il y ait mieux aujourd'hui.


[Jaroussky]
Citation :
Nous en avons déjà parlé: j’en suis bien conscient, et l’artiste a toute mon estime (avec quand même une réserve pour Fauré). Le problème est que ma réaction à sa voix est trop viscérale pour pouvoir être efficacement contrebalancée par des considérations plus médiates.

Je le conçois très bien. Ce serait presque mon cas s'il n'avait pas fait cet impossible Rinaldo (rôle bien mâle et grave pour une telle voix), qui m'a tout à fait décillé à son propos.


[Mehta et Fagioli]
Citation :
Ah oui, carrément? Mais la technique n’est quand même pas celle de Deller, si? En tous cas, Mehta, j’ai forcément entendu son Ptolémée dans le Giulio Cesare de Minkowski, mais ne m’a pas du tout marqué.

Oui, la technique n'a rien à voir avec les anciens. Mehta, ça ressemble assez à Bowman, avec un grain pas très net, mais beaucoup de présence — et surtout une énergie dramatique, pas seulement vocale, qui fait défaut aux autres. Il était un peu jeune dans le Minko, il a fait mieux depuis.

Fagioli, c'est beaucoup plus de la pyrotechnique, le technicien impressionne surtout.


Citation :
Tu me recommanderais quoi pour l’entendre au mieux?

Très honnêtement, c'était essentiellement des bandes radio… et je ne suis pas assez enthousiaste de Mehta (excellentissime dans sa catégorie) pour ne pas chercher à le remplacer systématiquement par les voix de femme correspondantes. Mr. Green

Je chercherai si tu veux. Mais un enregistrement récent, même si la voix décline un peu, ce sera très bien. Sinon demande à Polyeucte, il aime beaucoup aussi, on avait apprécis des trucs en commun.


Citation :
(Sachant qu’un récital entier de contre-ténor est au-dessus de mes forces.) J’ai vu l’Orlando de Haendel par Jacobs: j’aime énormément Jacobs dans Haendel, mais entre un orchestre inconnu au nom peu engageant («Freiburger Barockorchester» ou «Concerto Köln», ça sonne plus sérieux) et une distribution poids plume pour ce que j’en connais (Sophie Karthäuser, Sunhae Im)...

Pas essayé, mais ce doit être très bien (malgré les tropismes vocaux de Jacobs, effectivement… qu'est-ce qu'on trouve à Im ? il y a quand même plus personnel parmi les millions de sopranes de ce format…)


Citation :
(Pour Fagioli, je crois que je vais en rester à Sacrificium, alors...)

Mr. Green Sans doute un choix avisé.


[Sabata]
Citation :
(Sinon, tu aurais des lumières sur la technique de Sabata? Ça m’intrigue assez, un contre-ténor à la voix aussi charnue et dynamique.)

Ça nous conduit peut-être dans un autre fil, non ?

Je serais curieux de l'entendre en personne pour voir vraiment comment ça fonctionne : pas sûr que ce soit très projeté. Sinon, il fait surtout beaucoup d'espace dans son instrument, tout est rond partout… peut-être renforcé par des mécanismes plus mixtes que le fausset absolu… là, très honnêtement, j'ai peine à voir, moi aussi je me demande pourquoi c'est si différent.

En revanche, la technique de Deller est très simple, et assez facile à imiter. Je me demande pourquoi personne ne le fait — d'ailleurs il y avait un certain nombre de voix assez similaires à son époque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28978
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Sam 27 Déc 2014 - 10:19

DavidLeMarrec a écrit:

Citation :
Quant à Giulio Cesare, plus objectivement, je trouve quand même ça un peu décousu (musique et livret).

Je crois que tout le monde est d'accord là-dessus. Et il est particulièrement long, non ?

Non Twisted Evil

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3877
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Jeu 1 Jan 2015 - 23:12

Donc (puisque j’ai profité des fêtes pour me le faire offrir):


Orlando
Bejun Mehta, Sophie Kartäuser, Kristina Hammarström, Sunhae Im, Konstantin Wolff, B’rock Orchestra, René Jacobs (dir.)
Archiv, 2013
(Acheté et écouté en CD.)

I. L’œuvre

Adaptation d’une adaptation de l’Arioste, Orlando m’a un peu fait penser à une sorte de Rinaldo mineur: une intrigue moins foisonnante, une partition plus brève, mais un peu les mêmes ressorts (héroïsme croisé, amours pastorales et magie). Evidemment, les lois d’airain du seria sont là pour corseter le tout, la versification ressemble à ce à quoi l’on est habitué (les habituelles métaphores maritimes chères à David), mais enfin ça se laisse écouter. Comme dans Rinaldo, et pour les mêmes raisons (évocation du surnaturel et accompagnement de machines), l’orchestration est assez imaginative - à moins que ce ne soit en partie le fait de Jacobs? (j’y reviendrai)

Bref, pas une œuvre de tout premier plan, mais c’est quand même très chouette, ça s’écoute vraiment avec plaisir - mieux que Faramondo (cf. supra) - et pour débuter dans ce répertoire ça passera sans doute mieux que Rodelinda (cf. supra aussi).

II. L’interprétation

A. Interprétation vocale

Comme on le voit sur la couverture, c’est notre ami Polyeucte Bejun Mehta qui est le principal argument de vente de cette production: j’en profite donc pour compléter mon «tableau des contre-ténors qui comptent». J’ai pu supporter sa voix sur la durée d’un opéra écouté d’un bout à l’autre (et pour un contre-ténor, c’est déjà beaucoup). Cette voix n’est d’ailleurs pas tellement belle: elle possède une assise appréciable dans le grave, le timbre en revanche n’est pas très propre et s’acidifie parfois de manière assez peu agréable dans des aigus qu’on sent par ailleurs un peu incofortables (très vibrés). En effet, comme disait David, ça ressemble assez à Bowman (et l’effet sur moi est un peu le même: très supportable, mais jamais séduisant - à l’inverse de la voix de Cencic, pour moi séduisante sur le coup mais vite pénible). En fait, la vraie force de Mehta réside plus dans son jeu dramatique que dans sa voix: c’est très engagé, très énergique, et avec une vraie intelligence de la dimension théâtrale du texte musical (c’est assez rare, dans ce répertoire, d’entendre comme ici des ornementations qui entrent vraiment en résonance avec le contenu dramatique de ce qui est chanté, et non juste de beaux effets vocaux).

Cela dit, ce n’est pas ça qui me convertira à l’utilisation de contre-ténors à l’opéra (mais l’unique intégrale d’Orlando avec une mezzo dans le rôle-titre étant dirigée par Christie, je me suis finalement fait offrir cette version Jacobs).

Pour le reste de la distribution, il est assez typique des choix de Jacobs dans le domaine lyrique: poids-plume et pas vraiment glotto-friendly. Sophie Karthäuser tire bien son épingle du jeu: par rapport à ce que j’en disais dans Faramondo, les défauts et les qualités sont à peu près les mêmes, mais ici l’articulation très claire gagne en plus en intensité dramatique. Sunhae Im, c’est comme d’habitude: c’est proprement chanté mais ça manque quand même d’impact et surtout de personnalité vocale. Je découvre Kristina Hammarström: pour l’instant, ce que j’ai surtout repréré c’est un timbre étonnament translucide dans les graves et un peu d’inconfort aux deux extrémités de l’ambitus. Konstantin Wolff est encore moins enthousiasmant: timbre plutôt terne, pas grand impact et voix assez courte

B. Interprétation orchestrale

C’est vraiment le point fort de cet enregistrement, ce qui fait que je le réécouterai alors même que, vocalement, rien ne m’y a enthousiasmé. Au prix sans doute de quelques choix peu orthodoxes dans le continuo (et de bruitages parfois un peu envahissants), l’orchestre de René Jacobs (malgré son nom: ils trouvent ça drôle, «B'rock Orchestra»? ils pensent que ça fera vendre plus de disques?) est épatant de bout en bout: on est toujours tenu en haleine par la progression dramatique du récit (les récitatifs avancent sans temps mort, avec une vie intense, on n’est jamais tenté de les sauter), on sans arrêt saisi par des effets d’orchestration originaux, des alliances de timbres audacieux, et le tout baigne dans cette atmosphère de surnaturel et d’effets théâtraux proprement baroques qui faisaient déjà tout le prix de son Rinaldo.

Bref, grâce au sens théâtral insufflé par l’orchestre et le continuo, et bien saisi par les chanteurs (Mehta en tête), grâce à l’extravagance instrumentale assumée de Jacobs, un enregistrement auquel j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80640
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Ven 2 Jan 2015 - 0:17

Y a un sujet pour la discographie d'Orlando sinon...

http://classik.forumactif.com/t4382-handel-orlando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3877
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Ven 2 Jan 2015 - 0:20

Oups! Pardon... (Comme je n'avais pas trouvé de topic pour Rodelinda et Faramondo, je n'avais pas pensé à vérifier pour Orlando.) Bon, je transfère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18944
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 9 Mar 2015 - 16:33



Sortie prévue en Allemagne (mais j'imagine un peu plus tard en France??) pour le 20 mars 2015.

Au programme :


Bon, j'ai déjà Ariodante.. donc ce sera sans moi. Mais au moins le Giulio Cesare me tentait bien... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28978
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 9 Mar 2015 - 16:48

Je ne sais pas pour Giulio Cesare ... mais les 2 autres c'est vraiment à avoir.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Lun 9 Mar 2015 - 16:52

De toute façon Hercules avec Von Otter; Croft et Minko ça ne peut pas être mauvais drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Dim 1 Oct 2017 - 10:27

Cololi a écrit:
xoph a écrit:
Que me conseillerais tu ? des opéras je ne connais rien, des oratorios pas beaucoup plus Embarassed (le Messie, et je m'étais mis Israël en Egypte dans mes écoutes à venir)

Le principal côté opéra :

Giulio Cesare (version Jacobs)
Alcina (version Hickox, watch?v=b8C5ph1k-ZE)
Ariodante (version Minkowski)
Rinaldo (version Hogwood, watch?v=iID7bAZkdFY)
(après viennent Orlando, Rodelinda ...)

Avec les 4 opéras et les 4 oratorios cités dans le 1° cercle, là on touche vraiment au divin Smile (mais le reste mérite l'écoute, bien sûr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Dim 1 Oct 2017 - 10:38

DavidLeMarrec a écrit:
Cololi a écrit:
xoph a écrit:
Que me conseillerais tu ? des opéras je ne connais rien, des oratorios pas beaucoup plus Embarassed (le Messie, et je m'étais mis Israël en Egypte dans mes écoutes à venir)

Le principal côté opéra :

Giulio Cesare (version Jacobs)
Alcina (version Hickox, watch?v=b8C5ph1k-ZE)
Ariodante (version Minkowski)
Rinaldo (version Hogwood, watch?v=iID7bAZkdFY)
(après viennent Orlando, Rodelinda ...)

Avec les 4 opéras et les 4 oratorios cités dans le 1° cercle, là on touche vraiment au divin Smile (mais le reste mérite l'écoute, bien sûr)

J'ai remarqué que, vu le style homogène et la séduction essentiellement mélodique des airs, on était souvent plus sensible à ceux qu'on avait le plus écoutés, tout simplement (donc en général ceux avec lesquels on a commencé…).

Donc, ma proposition (pas si différente de Cololi).

Rinaldo. Il n'y a pas plus vif, varié, une collection de tubes extraordinaires. Et le livret, très agile, est très sympa (la romance avec Armide est d'ailleurs expurgée, Renaud est éloigné de la fille de Godefroy, mais si Armide l'aime, il ne le lui rend pas vraiment !). Versions Jacobs ou Mallon. (Hogwood est beaucoup moins animé. J'aime énormément Malgoire aussi, mais les da capo ne sont pas variés, et la virtuosité instrumentale s'est accrue dans l'intervalle.)

Ariodante. Des atmosphères nocturnes épatantes. (Version Minkowski, absolument, même si Curtis se tient très bien.)

Je trouve Giulio Cesare inégal (les airs sont vraiment longs et annoncent beaucoup les évolutions à venir – pour le même sujet, Graun fera systématiquement des airs de 8 à 9 minutes…), très patchwork, les spécialistes du seria le regardent parfois avec une certaine condescendance que je m'explique assez bien. Son point faible, à mon avis, tient surtout dans les airs tendres, que je ne trouve pas très intéressants. Et le livret qui patine un peu (les interminables déguisements de Cléopâtre, franchement… c'est la pastorale à la française sans le charme français).

(Alcina, étrangement, je n'ai jamais adhéré. Sauf interprété adéquatement, bien sûr. I love you )

Sinon, moi, j'aime beaucoup Silla, pas du tout saillant en tubes, mais qui coule très naturellement. (Vient d'être exhumé par Biondi).

Mais plutôt que de s'acharner sur Haendel, tu peux aussi écouter les bons Hasse (pas évident, son meilleur, Cleofide, ne dispose pas encore de bonnes versions), Jommelli, etc. De Vivaldi, Motezuma et Griselda sont incontournables, de réels bijoux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28978
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Dim 1 Oct 2017 - 11:13

Je conteste évidemment l'inégalité dans Giulio Cesare. C'est très inspiré de A à Z ... ce qui est presque une gageure pour un seria ... de 4h !
Quant à la condescendance ... dont je n'avais jamais eu écho ... ça ne m'étonne qu'à moitié. C'est souvent l'opéra le plus connu, avec Rinaldo, de Haendel, donc il convient de le mépriser.

Quant à Vivaldi, Motezuma est intouchable en CD. A quand une réédition ?
La Griselda, je ne connais qu'un fameux air ... : il faut prendre Mallon ou Spinosi ?

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Dim 1 Oct 2017 - 11:56

Cololi a écrit:
Je conteste évidemment l'inégalité dans Giulio Cesare. C'est très inspiré de A à Z ... ce qui est presque une gageure pour un seria ... de 4h !
Quant à la condescendance ... dont je n'avais jamais eu écho ... ça ne m'étonne qu'à moitié. C'est souvent l'opéra le plus connu, avec Rinaldo, de Haendel, donc il convient de le mépriser.

C'est plutôt Alcina qui est en solide second (Ariodante doit même être davantage donné que Rinaldo).

Non, Giulio Cesare, c'est quand même assez long, beaucoup de tunnels, et il faut aimer les sopranes qui pépient (Cléopâtre est assez insupportable) et les pleurnichards qui chouinent (entre la veuve et l'orphelin, ça n'arrête pas…).

Cesare et Tolomeo ont de très beaux airs, mais ça ne représente pas un tiers de l'œuvre.


Citation :
Quant à Vivaldi, Motezuma est intouchable en CD. A quand une réédition ?

Malgoire oui (mais c'est un pasticcio, pas l'œuvre de Vivaldi). Le Curtis est épuisé ?

Citation :
La Griselda, je ne connais qu'un fameux air ... : il faut prendre Mallon ou Spinosi ?

Spinosi est plus vivant, je trouve, ça explose de partout. Mallon est bien, mais la distribution est plus terne (et Ottone par un ténor me séduit moins).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18944
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Dim 1 Oct 2017 - 13:48

Assez d'accord pour Giulio Cesare très chouette, Ariodante aussi... et j'ajouterai aussi Orlando dans la superbe version de Jacobs!!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Roupoil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 36
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Dim 1 Oct 2017 - 15:28

Je suis loin d'être un grand spécialiste de Händel, mais j'ai aussi gardé un très bon souvenir de Giulio Cesare. Dans une moindre mesure, j'aime bien aussi Ariodante, et j'ai du en écouter deux ou trois autres qui ne m'ont pas marqué (Serse je crois, en tout cas Rinaldo je suis à peu près certain de ne jamais l'avoir entendu).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82070
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   Dim 1 Oct 2017 - 19:58

Roupoil a écrit:
Je suis loin d'être un grand spécialiste de Händel, mais j'ai aussi gardé un très bon souvenir de Giulio Cesare. Dans une moindre mesure, j'aime bien aussi Ariodante, et j'ai du en écouter deux ou trois autres qui ne m'ont pas marqué (Serse je crois, en tout cas Rinaldo je suis à peu près certain de ne jamais l'avoir entendu).

J'aime beaucoup Serse néanmoins ; c'est inégal, mais il y a aussi de grands moments (la traversée maritime, le grand récitatif accompagné d'Elviro…). J'y trouve finalement davantage mon compte que dans d'autres titres plus sérieux (Alcina, Rodelinda, Ezio…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Topic débutant: les Opéras de Handel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Topic débutant: les Opéras de Handel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Topic débutant: les Opéras de Handel
» Topic débutant : les opéras baroques en cds et dvds.
» [A verrouiller - Topic plus récent plus haut]
» avis débutant !
» Weissenborn pour débutant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: