Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)

Aller en bas 
AuteurMessage
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 13 Mar 2013 - 8:14

Début de la production au long cours d'un nouveau Ring au Grand Théâtre de Genève. Rheingold cette saison pour aboutir à deux cycles intégraux en mai 2014.
http://www.forumopera.com/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=4905&cntnt01origid=57&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=54
Certains d'entre-vous y étaient ? Y seront ? Pour moi, ça commence vendredi.
Revenir en haut Aller en bas
Wagneropathe
Mélomaniaque
Wagneropathe

Nombre de messages : 1475
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/06/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 13 Mar 2013 - 11:03

Metzmacher est un chef assez exaltant je trouve ! Il avait dirigé, l'année dernière, d'incroyables "Mahagonny" à Vienne, et je serais très curieux de pouvoir l'entendre dans le Ring.
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 13 Mar 2013 - 13:04

Wagneropathe a écrit:
Metzmacher est un chef assez exaltant je trouve ! Il avait dirigé, l'année dernière, d'incroyables "Mahagonny" à Vienne, et je serais très curieux de pouvoir l'entendre dans le Ring.

Oh ! C'est annoncé comme devant être capté par la Radio suisse romande, rassure-toi ! Diffusion en mai prochain : http://www.geneveopera.ch/production_49 .
Revenir en haut Aller en bas
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
Siegmund

Nombre de messages : 6534
Age : 30
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 13 Mar 2013 - 14:06

Wagneropathe a écrit:
Metzmacher est un chef assez exaltant je trouve ! Il avait dirigé, l'année dernière, d'incroyables "Mahagonny" à Vienne, et je serais très curieux de pouvoir l'entendre dans le Ring.

Disons même que c'est l'un des plus grand chef en activité. Malheureusement trop peu présent au disque.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.julien-boudry.net
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 13 Mar 2013 - 14:27

Siegmund a écrit:
Wagneropathe a écrit:
Metzmacher est un chef assez exaltant je trouve ! Il avait dirigé, l'année dernière, d'incroyables "Mahagonny" à Vienne, et je serais très curieux de pouvoir l'entendre dans le Ring.

Disons même que c'est l'un des plus grand chef en activité. Malheureusement trop peu présent au disque.

Même si c'est très marginal par rapport au Ring, Metzmacher a fait un travail incroyable, la saison passée, à Genève sur Macbeth. Prégnance des timbres, puissant sens (dans l'acception d'une trajectoire d'un point A vers un point B) du drame, vraie attention portée au plateau, etc. Dans un répertoire qui n'est pas, traditionnellement dans sa "zone de confort" ou dans son coeur de répertoire.
Du coup, quand on sait l'amplitude qualitative que peut connaître l'OSR en fonction de la baguette qui le dirige (finalement pas si exaltant que ça dans Samson avec Plasson plus oratorio que nature et qui manque, du coup, presque complètement le II ; petite forme dans l'Enlèvement avec Darlington, etc.), c'est effectivement très prometteur pour ce Ring.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20184
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 13 Mar 2013 - 14:33

bAlexb a écrit:
Même si c'est très marginal par rapport au Ring, Metzmacher a fait un travail incroyable, la saison passée, à Genève sur Macbeth. Prégnance des timbres, puissant sens (dans l'acception d'une trajectoire d'un point A vers un point B) du drame, vraie attention portée au plateau, etc. Dans un répertoire qui n'est pas, traditionnellement dans sa "zone de confort" ou dans son coeur de répertoire.

Et Larmore en Lady... Sad J'ai tellement entendu parler de cette prod...
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 13 Mar 2013 - 14:44

Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Même si c'est très marginal par rapport au Ring, Metzmacher a fait un travail incroyable, la saison passée, à Genève sur Macbeth. Prégnance des timbres, puissant sens (dans l'acception d'une trajectoire d'un point A vers un point B) du drame, vraie attention portée au plateau, etc. Dans un répertoire qui n'est pas, traditionnellement dans sa "zone de confort" ou dans son coeur de répertoire.

Et Larmore en Lady... Sad J'ai tellement entendu parler de cette prod...

Ah la la, oui ; Rebecca d'Hitchcock où Larmore aurait été à la fois Mrs De Winter & Mrs Danvers drunken !
Superbe en salle ; présence vraiment charnelle des voix chez Larmore et Vassallo !
Mais je ne veux pas insister et retourner le couteau dans la plaie Evil or Very Mad... Ni réécrire ce que j'ai déjà largement écrit Wink : http://classik.forumactif.com/t5369-grand-theatre-geneve-2011-2012?highlight=geneve .
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptySam 23 Mar 2013 - 11:23

DavidLeMarrec a écrit:
Swarm a écrit:
un Fasolt un peu faiblard
En volume, c'est possible, mais ce devait être remarquablement dit, non ?

Oui, dans l'absolu, oui ; mais le problème est un peu le même qu'avec son Ochs, la saison passée. Le volume, c'est un moindre mal ; là, ce qui m'a dérangé c'est l'absence de couleur même si le personnage acquiert une carrure intéressante, tout en demi-teintes ou en demi-tons (le conflit intérieur lié au choix).
Mais voilà, sur ce plateau, avec cet entourage et cet orchestre (moi j'étais placé plutôt du côté du "retour" des cuivres) c'était très déséquilibré ; y compris dans le rapport avec Fafner.
Revenir en haut Aller en bas
Swarm
Mélomaniaque
Swarm

Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 03/04/2006

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyLun 25 Mar 2013 - 10:01

Je n'avais pas vu ce topic... re-voilà donc mon message déjà posté dans un autre topic (http://classik.forumactif.com/t6163-grand-theatre-de-geneve-2012-2013)

Swarm a écrit:
Je suis allé voir 2 fois le Rheingold présenté en ce moment au Gd Théâtre de Genève... (eh oui j'ai eu des places gratuites après avoir acheté mes billets et pis comme le Ring n'est pas monté tous les jours c'était l'occasion)...

Mise en scène pas très convaincante (surjoué, exagéré, parfois grotesque), décors pas fabuleux et globalement laids (sauf le Niebelheim qui est très bien), costumes globalement affreux (souvent à la limite du ridicule, les couvre chef de Donner et Froh)... tout cela tire Rheingold vers son côté comique. Malgré tout, le côté un peu "littéral" de l'ensemble (sans les décors carton pâte kitchos du Ring DVD de Levine) permet une très bonne compréhension de l'histoire, ce qui n'est pas négligeable pour ceux qui "entrent" dans le Ring. Ce qui n'était pas mon cas...

Distribution inégale : un Wotan vocalement puissant mais pas très incarné, une Fricka un peu raide, un Fasolt un peu faiblard, un bon Fafner tout de même, une Freia très très belle en écorchée vive malmenée, des filles du Rhin inégales (superbe Woglinde mais une Flosshilde carrément pas terrible), une bonne Erda (son intervention est un moment de suspension magique), Froh pas génial, Donner assez convaincant (vocalement, pas théâtralement), un Loge finalement pas si mauvais (bien que clairement pas à la hauteur des meilleurs) et heureusement un très très très bon Alberich, bien dans son rôle et vocalement irréprochable...

Une direction d'orchestre qui manque souvent de puissance (merde faut que ça pète quand même par moments, non?), un orchestre parfois très bon (les tapis de cordes pour Fricka), parfois complètement à la ramasse (prélude un peu bâclé et lors de ma deuxième soirée les cuivres ont fait un nombre incalculable de couacs...), pas grandiose, donc.

Résumé : quand même, quoi qu'on en fasse, Wagner ça reste incroyable. Et le tout, étrangement, se tient assez bien ! Bref, je ne le nie pas : malgré tout le mal qu'on peut légitimement en dire, j'ai eu beaucoup de plaisir, et plus encore la deuxième fois! Comme quoi...
Citation :

Das Rheingold
Direction musicale Ingo Metzmacher
Mise en scène Dieter Dorn
Décors et costumes Jürgen Rose
Expression corporelle Heinz Wanitschek
Lumières Tobias Löffler
Vidéo Jana Schatz
Dramaturgie Hans-Joachim Ruckhäberle
Wotan Tom Fox
Loge Corby Welch
Alberich John Lundgren
Mime Andreas Conrad
Fasolt Alfred Reiter
Fafner Steven Humes
Donner Thomas Oliemans
Froh Christoph Strehl
Fricka Elena Zhidkova
Freia Agneta Eichenholz
Erda Maria Radner
Woglinde Polina Pasztircsák
Wellgunde Stephanie Lauricella
Flosshilde Laura Nykänen
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyLun 25 Mar 2013 - 10:27

Le temps, pour moi, après l'avoir ingéré/digéré, de dire trois mots de ce premier volet du Ring genevois.
La mise en scène de Dorn ? Une direction d'acteurs plutôt fine (et assez idéalement visible dans la salle du GTG) qui met en exergue tout ce que Wagner peut avoir de critique, ici envers les dieux ramenés, finalement, à une composante humaine (trop humaine  Wink ?). Un dispositif scénique ingénieux, parfois impressionnant (la vaste plaine dans laquelle habitent les dieux, un Niebelheim à la fois terrifiant et bien campé avec de belles trouvailles, cf. les disparitions/métamorphoses d'Alberich). Un problème, quand même, pour moi : l'aggiornamento génère des images vraiment vilaines ! J'aurais conservé le beau drapé mouvant pour le fond du Rhin qui disparaît sitôt apparu (mais les formes "liquides" en patins à roulettes ne m'ont pas gêné) ; j'aurais évité, a contrario, celui extrêmement vilain qui ferme la perspective de la montée au Walhalla (et le ballon atroce qui va avec). N'empêche, le metteur en scène est intelligent, parfois d'une esthétique magnifique (ça ne dure pas mais les Nornes poussant leur écheveau dès le début de l'oeuvre sont superbes !) et je demande à voir la suite !
Côté fosse ? J'ai beaucoup lu que Metzmacher va vite, parfois avec un déficit de dynamique. Je n'ai rien ressenti de tout ça. Les équilibres sont bien gérés, les 6 harpes sur scène sonnent vraiment de là où je suis placé, les vents sont sensibles, les cordes sans trop d'apprêt, etc. Rien d'empesé, l'oeuvre file bon train et le théâtre y gagne. Mais l'orchestre répond mal aux intentions du chef ; les cuivres détonnent souvent, sont patauds et le tissu en pâtit.
Côté plateau ? Tout a été plus ou moins dit : peut-être pas assez la franche projection de chacun (exception faite de Reiter, cf. plus haut). Wotan fier de Tom Fox ; Loge "traditionnel" de Corby Welsh (dans la veine de Zednik sans l'implacable instrument et la fêlure, aussi, quand le dieu se plaint d'être relégué par ses égaux !) ; Alberich superbe de John Lundgren avec toutes les anfractuosités qu'on peut attendre du personnage (de la jubilation à l'amertume) ; Fricka/Elena Zhidkova qui sonne parfois comme Flagstad jeune (c'est à dire dégraissée !) ; Mime intéressant à suivre, en espérant qu'on le retrouve dans Siegfried (Andreas Conrad) ; géants en équilibre instable dans leur binôme, je l'ai écrit plus haut ; Fille du Rhin sans vertige particulier (pas de paillons argentés chez Woglinde ni de creux sensible chez Wellgunde ou Flosshilde) ; Strehl trop sous-employé en Froh pour en faire quelque chose (sur lui, l'oeil critique de Dorn s'exerce avec maestria) ; Donner très enlevé (belle matière brillante) de Thomas Oliemans ; j'aurais aimé qu'Erda soit mieu servie par son placement scénique et profiter pleinement d'un timbre plein au beau galbe et au legato parfaitement tenu (Siegfried risque de la mettre plus en péril).
A noter : la totale cohésion d'ensemble du plateau.


Dernière édition par bAlexb le Mer 29 Jan 2014 - 12:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMar 26 Mar 2013 - 11:12

Pour les germanistes, Ingo Metzmacher publie cet ouvrage : http://www.forumopera.com/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=4903&cntnt01origid=57&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=55 .
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 13 Nov 2013 - 11:53

Qui a prévu d'aller entendre/voir Die Walküre à Genève ? Pour moi, c'est ce soir.

http://www.geneveopera.ch/production_81
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyVen 15 Nov 2013 - 14:02

Une recension assez juste, ici : http://www.resmusica.com/2013/11/14/le-nouveau-ring-de-geneve-le-suspense-reste-entier/ ; il faut que je trouve le temps de poster quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 22 Jan 2014 - 12:44

Siegfried arrive et je n'ai pas encore parlé de Walküre (en même temps, est-ce que ça intéresse quelqu'un  Embarassed ?).
A peu près les mêmes crédits/débits que pour Rheingold, en fait.
Vision de Dorn extrêmement fraîche, presque naïve d'une vraie histoire contée avec des moyens parfois dérisoires et mettant volontairement la charge mythique/historique  de l'oeuvre (ce qu'elle est fondamentalement et la manière dont elle a été reçue/reprise) à distance : j'aime Grane mais aussi la présence discrète des "aides" qui animent le décor. Peut-être une dette assumée, parfois, envers des devanciers, je ne sais pas ? Je pense au jeu des miroirs dans le long monologue de Wotan, au II, qui m'a fait penser à Chéreau ; mais c'est peut-être mon fantasme seul. En tout cas, pour moi, le sentiment d'une lecture au sens propre du terme, inspirée/inspirante dont le texte ressort parfaitement lisible (j'allais former un néologisme : lisibilisé  pale ) ; une pierre jetée dans le jardin de ceux qui pensent qu'il n'y a qu'avec les oripeaux de Schenk que Wagner peut se comprendre. Ici, une constante : ce plateau immense d'où émergent (et c'en est d'autant plus impressionnant, comme venant d'un espèce "d'étang" primal) des corps puissamment travaillés (costumes qui sculptent les silhouettes, postures, dynamique générale) ; et des images saisissantes : le lever de lune du I, le Walhalla ramené à sa plus simple expression, le rocher graphique du III. Esthétiquement, la proposition me paraît beaucoup plus aboutie que pour Rheingold ; certes l'idée d'une espèce de théâtre de tréteaux demeure (économie de moyens) mais des images fortes perdurent : pour le monologue de Wotan au II et pour les "Adieux" et leur rideau de feu (au sens propre du terme).
Metzmacher conduit dans la même veine, chambriste dans le sens où il cherche la mise en valeur du tissu orchestral (mais la palette dynamique n'est pas minorée pour autant), extrêmement dramatique, discursive, rapide surtout (moins d'1 h pour le I). Mais là l'orchestre paraît si ce n'est mieux préparé du moins plus à son affaire ; on n'a pas/plus les pains aux cuivres qu'on entendait dans Rheingold et l'ensemble est, en général, très élancé, tendu, pas forcément séduisant (ceci dit je ne suis pas sûr que ce soit le but) mais extrêmement prégnant.
Les voix ?
J'ai rarement entendu un médium sonnant et naturel comme celui de Kaune (sans doute très flattée par l'acoustique de la salle), que je n'avais pas spécialement appréciée en Leonore à Lyon ; là, la diction est exemplaire (un médiocre germaniste comme moi s'y retrouve avec tout ce luxe de dentales qui structurent la phrase) et si l'aigu peine un peu à se libérer, sa Sieglinde reste formidablement habitée de fait de cette assise "première", j'ai envie de dire, qui est celle d'une voix solidement charpentée. Et le couple fonctionne parfaitement avec Will Hartmann en Siegmund dont la voix, fièrement projetée, n'est pas sans rappeler celle du jeune Stolze (elle fait office de présence ; l'acteur lui-même étant loin d'être bouleversant). Gunther Groissböck complète le trio ; impressionnant, méphitique, efficace.
Au Walhalla ? Un ensemble de Walkyries très bien apparié et fier, vibrant, athlétique. Tom Fox est mis à mal par la tessiture, la voix est friable, l'aigu éreinté (j'ignore si c'est systémique ou uniquement conjoncturel) mais il sait utiliser cet automne étouffant, brumeux pour camper son Wotan amoindri, pas philosophe mais simplement abattu même s'il se ramasse de manière plutôt inattendue/inespérée pour des "Adieux" de haute tenue ; d'autant plus amoindri, surtout, qu'il retrouve face à lui une Zhidkova toutes voiles dehors en Fricka puissante, dardée (la vraie patronne, c'est elle ; qu'on se le dise). Petra Lang, longue liane dynamique, tout en rebond est annoncée souffrante ; le II ne lui laisse pas trop l'occasion de se déployer mais le III impose une présence (c'est indéniable) et une voix, à défaut d'une tessiture complètement assumée (l'aigu est fier mais les registres manquent de liant ; en général, mais c'est une incise très personnelle, l'instrument n'est ni très plastique, ni très séduisant).
D'où j'étais placé : acoustique excellente, vrai présence des voix sur le tapis "ostinato" de l'orchestre. Réjouissant pour la fusion des parties.
Un Ring solide et patient de vraie maison qui tient son rang.
D'autres ici y étaient ?
http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/11/09/si-la-walkyrie-nous-etait-cont_3511047_3246.html
http://www.resmusica.com/2013/11/14/le-nouveau-ring-de-geneve-le-suspense-reste-entier/
http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=9469
http://classiqueinfo.com/La-Walkyrie-au-Grand-Theatre-de.html


Dernière édition par bAlexb le Mer 22 Jan 2014 - 12:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20184
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 22 Jan 2014 - 12:56

Mais oui que ça intéresse! Very Happy

Zhidkhova... plus j'en entends parler et plus elle semble s'imposer! Sa Judith était déjà superbe, mais sa Kundry à Lyon semble avoir reçu beaucoup de compliments... maintenant sa Fricka...
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 22 Jan 2014 - 14:25

Polyeucte a écrit:
Mais oui que ça intéresse! Very Happy

Zhidkhova... plus j'en entends parler et plus elle semble s'imposer! Sa Judith était déjà superbe, mais sa Kundry à Lyon semble avoir reçu beaucoup de compliments... maintenant sa Fricka...

C'est un chant élancé, très russe peut-être suivant une idée communément reçue (timbre anguleux mais dans le même temps profondément nourri, "nature" puissante qui sourd des pores du timbre et inversement) ; sur le "mezzo" lui-même je me pose même des questions (là, plus que jamais ça flirte avec le soprano dramatique et je me dis qu'elle pourrait aussi bien être une Sieglinde voire une Brünnhilde de Walküre). Qui sait s'il n'y a pas, même, à venir une belle Isolde en puissance (dans tous les sens du terme), à l'image de Meier longtemps maturée.
Dans son agenda, je vois une Marie avec Neuhold, une Principessa de Bouillon à Vienne avec Pido, Waltraute et la 2nde Norne à Séville.
'tites biographies ici : http://www.intermusica.co.uk/zhidkova et http://www.mariinsky.ru/en/company/opera_guest/zhidkova/ même si c'est pas fondamentalement le sujet  Wink .
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 29 Jan 2014 - 8:52

Siegfried en vue à partir de demain.
Distribution :

Siegfried, John Daszak
Mime, Andreas Conrad
Der Wanderer, Tómas Tómasson
Alberich, John Lundgren
Fafner, Steven Humes
Erda, Maria Radner
Brünnhilde, Petra Lang
Waldvogel, Regula Mühlemann

Diffusion sur RSR Espace 2 le 08/03.
J'y vais mercredi prochain ; qui d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyJeu 30 Jan 2014 - 17:58

Un 'tit bout ici, mis en ligne par le Grand Théâtre : /watch?v=yBxxjFqY29w&feature=youtu.be .
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyLun 3 Fév 2014 - 22:47

Un papier ici : http://www.forumopera.com/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=6104&cntnt01origid=57&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=54 .
Voir ici aussi : http://seenandheard-international.com/2014/02/geneva-presents-traditional-siegfried-free-modern-gimmicks/?doing_wp_cron=1391587256.7044410705566406250000 et http://www.asopera.fr/critique-siegfried-r373.htm .
J'y vais mercredi.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20184
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyVen 7 Fév 2014 - 12:57

Une critique chez Resmusica...
ça devait être quelque chose! Very Happy

http://www.resmusica.com/2014/02/07/crescendo-esthetique-du-ring-de-geneve/
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyJeu 27 Fév 2014 - 13:18

Polyeucte a écrit:
Une critique chez Resmusica...
ça devait être quelque chose! Very Happy

http://www.resmusica.com/2014/02/07/crescendo-esthetique-du-ring-de-geneve/

Oui, c'est le cas !
Mise en scène toujours incroyable dans la manière qu'elle a de fouiller avec naïveté (paradoxe apparent) les didascalies de Wagner ; visuellement magique au II (la forêt, Fafner) et tendre (la gestuelle suivant une gradation de la retenue à l'embrasement) après le réveil de Brünnhilde (avec, pour moi, une vraie dépendance envers Chéreau, parfaitement assumée ce qui la rend d'autant plus tendre et prophétique puisque le spectacle a été conçu avant sa mort). Une vision incroyable, pour moi (en plus du "lever" de Fafner) : le cocon "primitif" dans lequel Erda se rencogne autant qu'elle se débat et qui me paraît lourd de sens.
Une direction ramassée mais coloriste (l'orchestre va indéniablement en s'améliorant ; c'est prometteur pour le Crépuscule), discursive ça on le savait déjà depuis Rheingold, mais pas économe, pour autant, ni de poésie, ni de passion(s).
Beau Wanderer de Tomasson, concentré, brûlant (et par ailleurs parfaitement dans la lignée du Wotan éreinté/fataliste de Fox, cf. le III) ; bon Mime de Conrad dans la tradition (il couine, criaille en ténor-ténorisant). J'ai été personnellement moins convaincu par le Siegfried élancé certes, mais un peu à la peine de Daszak (Loge pour la production de la Fura del Baus) ; le texte est investi, l'intelligence du chanteur (y compris l'intelligence des moyens) n'est pas en cause, mais les limites sont vite atteintes, notamment face à Brünnhilde de Petra Lang. Laquelle, pleine de santé, éperdument vivante, sait ployer ses moyens avec une certaine rigueur aux besoins de l'éveil avec une belle palette dynamique et, in fine, des aigus à pleine voix à partir de "Ewig war ich" qui sonnent justes et puissants (or Brünnhilde dans Siegfried, est souvent le maillon faible pour les mezzos dramatiques).
Vite : la suite/fin de l'épopée !
EDIT : la captation doit être rediffusée le 08/03 à 20h sur RSR Espace 2 !
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyVen 18 Avr 2014 - 8:27

Lancement du dernier volet du Ring de Dorn & Metzmacher la semaine prochaine : http://www.geneveopera.ch/production_86 .
Quelqu'un y va ? Pour moi : samedi 26.
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyVen 25 Avr 2014 - 20:15

bAlexb a écrit:
Lancement du dernier volet du Ring de Dorn & Metzmacher la semaine prochaine : http://www.geneveopera.ch/production_86 .
Quelqu'un y va ? Pour moi : samedi 26.

Quelques bribes mises en ligne par le théâtre : /watch?v=RKrpvchAOOI&feature=youtu.be .
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyLun 28 Avr 2014 - 11:30

Parce qu'il faut bien finir.
Et plus que jamais j'ai envie de dire : "maheureusement".
Malheureusement, d'abord parce que, définitivement ce Ring me paraît être un authentique Ring pour la scène.
A l'heure du bilan, il y aura nécessairement eu quelques bas ; mais aussi beaucoup de hauts. Quelque chose d'aléatoire parfois (l'esthétique de la fin de Rheingold) mais aussi de belles trouvailles à porter au crédit du metteur-en-scène (soit des images comme le lever de lune de Walküre, le rideau de feu du rocher de Brünnhilde ou la forêt de Siegfried ; soit un assez prodigieux travail de direction d'acteurs pour que chaque individualité devienne la partie organique d'un tout).
Du travail mené par Dorn, on retrouve des constantes : une vision apolitique (ou dépolitisée ; c'est bon de le rappeler tant sa vision peut avoir des connections par ailleurs assumées avec le travail de Chéreau, extrêmement politique, lui), une forme de naïveté dans la manière d'approcher le mythe. Dorn attrape l'histoire au vol et ne lui fait pas dire plus que ce que Wagner à écrit. Mais l'ambition n'est pas a minima pour autant et ne dispense ni de fouiller les psychés, ni de travailler puissamment les corps ; ni de chercher, non plus, à investir un imagier pour aujourd'hui. Telle que je la perçois, la mise en scène de Dorn est une subtile mise à distance ("je-mets-en-scène-le-Ring", cf. les acolytes ; "je-regarde-une-mise-en-scène-du-Ring") et une narration dans le même temps. Et quand je parle de naïveté, je ne rabaisse pas le travail du metteur en scène ; j'aurais même envie de dire, au contraire. Je m'explique.
Il y a une fraîcheur incroyable dans la manière dont Dorn envisage son Ring ; l'atmosphère d'un théâtre de tréteaux ou d'un jeu d'enfants faisant-comme-si. Alors chacun s'attife comme s'il avait attrapé au hasard quelque morceau "signifiant" de tissu (le manteau commun des Gibichungen, qui exalte leur dualité/complémentarité ; la robe/sari rapidement fourbie de Brünnhilde ; la saharienne de Siegfried qui "fait" aventurier). Et cette simplicité fait beaucoup pour l'universalité du discours : parce que Brünnhilde a un physique parfois ingrat, parce que Waltraute est une bonne fille un peu lourde, parce que Siegfried est un brave garçon un peu simple, l'histoire est accessible à chacun. Il y a de la Walkyrie dans toutes les grandes carcasses un peu découplées !
Dès lors, même le kitsch de la chute des Dieux, pendant le postlude du III, devient d'une logique essentielle. Sans parler de la vision abyssale de l'engloutissement du bûcher laissant une cage de scène ouverte et vide comme une cathédrale dépeuplée ; ou, au contraire, à habiter pour l'humanité laissée sans Dieux/guides.
Une dame devant moi a justement relevé à propos de Brünhhilde : "c'est incroyable ce qui se passe sur son visage". Oui, incroyable ; y compris dans la transformation d'une espèce de surjeu qui "fait" dramatique. C'est particulièrement éloquent dans l'espèce de long plan-séquence dévolu, rideau baissé, à la soprano pendant le Voyage de Siegfried sur le Rhin au I qui est une action en soi ; ça l'est aussi (et de manière magnétique) quand l'héroïne découvre la trahison de Siegfried au II. Et chez chacun Dorn trouve des ressources similaires (particulièrement chez un Gunther tout en épaisseur et à plusieurs dimensions successives/parallèles ; voir aussi la manière lasse et effrayée, en même temps, dont les Nornes se jettent littéralement l'écheveau de la destinée). Travail passionnant.
Aussi passionnant pour le théâtre que pour la musique. Si on avait pu pointer quelques aléas (mais toujours marginaux) dans les journées précédentes, ici le plaisir est complet et le niveau brillant.
Il faut commencer par l'orchestre de Metzmacher. Ici, la trame fourbie s'est noircie et partiellement épaissie par rapport aux purs sortilèges de Siegfried, notamment. C'est l'écueil reconnu à toutes les versions dites "de chambre" ; mais c'est que le drame touchant à son paroxysme, le monde courant au chaos, les moyens ne sont plus à alléger/poétiser. Cela ne dispense pas de détailler la trame imbriquée des leitmotive, ni de flatter l'effectif (y compris dans la retenue) ; ni d'ailleurs de privilégier l'avancée, la motorique brûlante du drame (le Voyage de Siegfried ; rappelons un acte I de Walküre en 58 minutes, à titre d'exemple). Quelques pains aux cuivres seront une paille quand les harpes, les bois, les cordes intermédiaires sonnent avec une telle plénitude et, en même temps, une telle précision/alacrité.
Au chant également la satisfaction est assez complète.
Petra Lang chante en athlète ; il y a du Nilsson dans sa voix (un peu de Martha Fuchs aussi ; le sens d'une voix "à l'ancienne" modelée en pleine pâte), les angles/arêtes en moins mais beaucoup de mots/intentions en plus. Peut-être la seule difficulté (et encore est-elle toute relative) tient-elle, pour elle, dans certains sauts de registres. Mais quand la phrase se déploie largement qui dans le medium, qui dans l'aigu, etc. alors la ligne se déploie largement, avec le ressac moelleux d'un vibrato par ailleurs parfaitement équilibré. L'aigu est glorieux, l'organe puissant pour affronter les vagues de l'orchestre, l'énergie communicative. J'ajoute de vraies subtilités aussi, une large palette de nuances (d'authentiques pauses dans la scène avec Gunther/Hagen au II, dans la partie médiane de l'Immolation) pour la figure complète (ici et sur l'ensemble du cycle) d'une authentique titulaire capable de rendre justice au rôle.
J'avais été un peu sceptique par rapport à John Daszak. La voix, ici, reste verticale ; objectivement assez sèche mais o combien lumineuse et crânement projetée. Chez Daszak comme chez Petra Lang, la nuance (au sens dynamique et sur tout le spectre) est essentielle dans l'économie générale de la prestation ; si les appels au II sont à la limite extrême des capacités du ténor, le sens virtuose du verbe (vrai conteur au milieu des chasseurs) permet de porter loin dans la salle et dans l'imaginaire ce Siegfried bravache et bon garçon. Sans doute pas parfait (mais la quadrature du cercle pour les 2 Siegfried successifs est difficile à réunir) mais parfaitement convaincant.
Hagen : Jeremy Milner. Voix idéalement sombre mais pas charbonneuse ; élancée, jamais machouillée, vigoureusement projetée. Et présence efficace de petite frappe oeuvrant en sous-main ; mais pas hermétique, pour autant, au(x) doute(s) dès lors que le personnage retrouve sa position marginale sur l'échiquier (avec les Gibichungen), pion plus qu'acteur (tendu mais brisé face à Alberich). John Lundgren, justement, en Alberich passe mais laisse flotter longtemps l'empreinte sèche, aride de son timbre graphique (mine de crayon à la pointe grasse qui griffe sa scène du II). Les Gibichungen sont idéalement appariés : beau fruité de Gutrune (Edith Haller) et sonorité franche, mâle aux modulations infinies pour Gunther (Kränzle, acteur majuscule). Chez Michelle Breedt, voix royale, manque peut-être un peu de l'effroi visionnaire de Waltraute ; là, les raucités de certaines, épuisées/vaincues dès leur entrée en scène, peut être une forme de valeur ajoutée (en tout cas l'option est possible). Nornes parfaitement différenciées, parties et tout en même temps ; Filles du Rhin qu'on retrouve avec plaisir.
Wagner à la fête, pour ce Crépuscule en particulier et pour le Ring dans sa totalité ; une production de qualité qui place le Grand Théâtre de Genève parmi les belles scènes wagnériennes européennes.
On regrette par avance la non-captation en vidéo pour dire la haute cohérence du propos et la profondeur du travail accompli. Pour l'audio seul, ce Crépuscule sera rediffusé par la RSR-Espace 2 le 07/06 à 20h.
(EDIT : il doit rester possible de trouver des places pour les deux cycles intégraux du mois de mai, http://www.geneveopera.ch/production_88 !)
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20184
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyLun 28 Avr 2014 - 11:42

cheers 

Merci pour ces compte-rendus captivants... on regrette donc vraiment oui qu'il n'y ait pas de "sauvegarde" de ce Ring...
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20184
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMar 29 Avr 2014 - 10:37

Compte-rendu tout aussi positif chez ResMusica
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMar 29 Avr 2014 - 10:44

Polyeucte a écrit:
Compte-rendu tout aussi positif chez ResMusica

Je le prends pour moi  hehe !
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20184
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMar 29 Avr 2014 - 10:46

bAlexb a écrit:
Je le prends pour moi  hehe !

 Embarassed Pas compris...
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMar 29 Avr 2014 - 11:16

Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Je le prends pour moi  hehe !

 Embarassed Pas compris...

"Tout aussi positif" ; si Resmusica me fait quitus, je suis content  Wink !
(C'est un peu ma rubrique "Votre satisfaction du jour" ; même si le plaisir du spectacle lui-même suffit déjà largement, en soi !)
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20184
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMar 29 Avr 2014 - 11:24

bAlexb a écrit:
"Tout aussi positif" ; si Resmusica me fait quitus, je suis content  Wink !
(C'est un peu ma rubrique "Votre satisfaction du jour" ; même si le plaisir du spectacle lui-même suffit déjà largement, en soi !)

Ok... Very Happy Ce n'était en rien un caution nécessaire à ton jugement... juste un autre avis Smile
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 30 Avr 2014 - 8:19

Christophe Schuwey y croit moins, pour FO : http://www.forumopera.com/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=6480&cntnt01origid=57&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=54 .
(NB : ce n'est pas "Hugo" mais "Ingo" Metzmacher !)
Autre commentaire ici : http://seenandheard-international.com/2014/04/lang-daszak-triumph-genevas-gotterdammerung/ , http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=9805 et http://brunoserrou.blogspot.fr/2014/04/le-crepuscule-des-dieux-conclut-avec.html .
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMer 21 Mai 2014 - 8:23

Où l'on reparle du début du Ring, à la faveur de la reprise du cycle intégral : http://www.resmusica.com/2014/05/17/un-nouveau-monde-pour-lor-du-rhin-a-geneve/ .
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMar 24 Mar 2015 - 20:51

bAlexb a écrit:
Une vision incroyable, pour moi (en plus du "lever" de Fafner) : le cocon "primitif" dans lequel Erda se rencogne autant qu'elle se débat et qui me paraît lourd de sens.

Maria Radner, qui chantait Erda dans cette production, se trouvait avec Oleg Bryjak dans le vol A320 qui reliait Barcelone à Düsseldorf ; ils venaient de prendre part au  Siegfried mis en scène par Carsen au Liceu ; lui en Alberich et elle, donc, en Erda (qu'elle devait reprendre à Bayreuth) Crying or Very sad .
http://www.geneveopera.ch/usermedias/files/CP_deces_Maria_Radner_14_15.pdf
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) EmptyMar 8 Jan 2019 - 11:56

Reprise de cette très belle, très riche production sous la forme de trois cycles enchaînés : https://www.geneveopera.ch/der-ring/ . Avec des constantes dans la distribution (Petra Lang, les jumeaux de Hartmann/Kaune, la Waltraute de Breedt) mais aussi des renouvellements (Tom Fox qui passe de Wotan à Alberich ; alors que Tomas Tomasson, Wanderer dans la série initiale, récupère l'entièreté du rôle). Larmore, d'abord annoncée en Fricka, cède sa place à Ruxandra Donose.
À la baguette Metzmacher est remplacé par Georg Fritzsch. Quid, qu'en attendre si certain.e.s ici ont un avis sur la question ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty
MessageSujet: Re: Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)   Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Der Ring : Metzmacher/Dorn (Genève)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grand Théâtre de Genève - 09/10
» Customize ton Ring
» Ring My Bells CLip par un Fan
» Wagner - Ring - Neuhold
» Wagner - Les Ring post-2000 (CDs)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: