Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale

Aller en bas 
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27659
Date d'inscription : 21/09/2012

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyMer 11 Déc 2013 - 0:06

Smile A moins que j'aie mal cherché, ce sujet n'existe pas encore.

On trouve néanmoins quelques considérations discographiques dans la Rubrique Générale : http://classik.forumactif.com/t1784-charles-ives

Voilà donc un topic spécifiquement dédié aux enregistrements de l'oeuvre orchestral de ce compositeur américain :
 
les Symphonies 1 à 4
 
la Holidays Symphony
 
Central Park in the dark ; The unanswered Question
 
les Orchestral Sets, dont Three Places in New England
 
les Sets pour petits ensembles instrumentaux
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27659
Date d'inscription : 21/09/2012

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyMer 11 Déc 2013 - 1:03

Je réserve ce message pour un survol de la discographie des Symphonies.

Mais je tiens déjà à l'alimenter pour signaler un coup de coeur, que partagent certainement tous ceux qui aiment ces oeuvres.

L'invitation la plus conviviale pour les découvrir toutes quatre provient assurément d'Harold Farberman, né en 1929, qui étudia à la Juilliard School et auprès d'Aaron Copland.
Spécialisé comme percussionniste, il fut le plus jeune musicien à rejoindre ce pupitre au sein du prestigieux Boston Symphony Orchestra.
Les collectionneurs se rappellent peut-être ses enregistrements mahlériens.
Il s'engoua aussi pour l'oeuvre de Ives, et grava ses Symphonies en octobre 1967 à Londres pour la label Vanguard, dans d'excellentes conditions : orchestre de rêve (un Philharmonia plus opulent que jamais), splendides prises de son, et une direction vive et nourissante, qui irradie son enthousiasme pour ce corpus.
L'influence de la tradition européeenne est clairement soulignée dans les deux premières symphonies, y compris dans la Seconde où la baguette flatte la dette brahsienne sans survaloriser les emprunts folkloriques.
Le sens poétique du chef américain nous vaut une interprétation aussi plantureuse que ciselée du Camp Meeting. Et les micros nous offrent une restitution particulièrement édifiante mais lucidement construite de l'inextricable Quatrième.
Ces disques, heureusement réédités en CD qu'à cette heure on trouve encore d'occasion, transpirent un véritable amour pour ces opus, abordés dans une veine lyrique et émotionnelle dont le pouvoir évocateur ne fut à peine égalé, à ma connaissance, que par Ormandy ou Bernstein.
 
Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Ives_f10
Revenir en haut Aller en bas
LeKap
Mélomaniaque
LeKap

Nombre de messages : 1504
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyJeu 2 Jan 2014 - 16:33

Ne mettons pas trop vite au placard l'intégrale de Tilson Thomas et le Chicago so et le Concertgebouw
Interprétations magistrales et enregistrements de grande qualité
Revenir en haut Aller en bas
LeKap
Mélomaniaque
LeKap

Nombre de messages : 1504
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptySam 11 Jan 2014 - 0:14

Décidément ce compositeur n'intéresse personnes

Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84033
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptySam 11 Jan 2014 - 0:38

Si on dit ça de tous les compositeurs sur lesquels il n'y a rien pendant une semaine...

Et puis, 3 pages en rubrique générale: http://classik.forumactif.com/t1784-charles-ives
Revenir en haut Aller en bas
néthou
JazzAuNeth
néthou

Nombre de messages : 1718
Date d'inscription : 04/03/2011

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptySam 11 Jan 2014 - 10:42

LeKap a écrit:
Décidément ce compositeur n'intéresse personnes
Mais si mais si.
On n'en parle pas nécessairement.
(je dis ça parce que j'ai sur le feu un disque de Jay Gottlieb qui joue sa musique pour piano)
Revenir en haut Aller en bas
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1024
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptySam 11 Jan 2014 - 14:48

LeKap a écrit:
Décidément ce compositeur n'intéresse personnes


Ce n'est peut-être pas tout à fait cela...Il est quand même assez difficile de suivre tous les fils du Forum auxquels on voudrait s'intéresser, les jours ne comptent que 24 heures !

Et bien, j'aime la musique orchestrale de Charles Ives. Je possède les deux "intégrales" de Farberman (il lui manque la "New England Holiday", hélas) et de Tilson-Thomas. Je n'apprécie pas particulièrement Tilson-Thomas (Je trouve qu'il manque souvent de poids) mais, assez curieusement, il interprète parfaitement, à mon goût, la musique de Charles Ives et on peut sans hésiter acheter ses CDs (Sony SB3K87746). Quant à Farberman, un ami américain me dit toujours que c'est lui qui donne l'interprétation la plus "authentique" des symphonies...Dommage qu'il n'ait pas enregistré la "New England Holidays".

Ce ne sont pas les enregistrements de ces deux chefs qui m'ont amené à aimer les symphonies de Charles Ives, mais Leonard Bernstein et Leopold Stokowski. Le CD de Stokowski comporte l'ouverture "Robert Browning", une œuvre que je n'ai jamais appréciée et quelques chœurs, autre aspect de Charles Ives.
Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Bernst10Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Stokow10

Ce sont finalement les enregistrements de Eugene Ormandy que je préfère dans ce repertoire. D'abord, l'Orchestre de Philadelphie est, certes, une grosse machine mais une grosse machine qui joue superbement et la musique de Ives lui va comme un gant, comme lui va la musique post-romantique et moderne, d'une façon générale. Ensuite, Eugene Ormandy, ce chef qu'on dit souvent peu imaginatif et peu inspiré, est un excellent interprète de ces œuvres très denses qu'il sert magnifiquement.

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Ormand10Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Ormand11
Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Ormand12
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27659
Date d'inscription : 21/09/2012

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyLun 10 Mar 2014 - 23:52

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Charles Ives (1874-1954) :

Symphonie n°4

= Harold Farberman, New Philharmonia Orchestra ; Ambrosian Singers

(Vanguard, octobre 1967)

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Ives_313


sud273 a écrit:

pas mal du tout, mais surtout les trois autres, fabermann
pour la 4 je garde une tendresse pour Ozawa (pour une fois) un sublime vinyl DG avec Central Park in the dark


Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27659
Date d'inscription : 21/09/2012

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyMar 19 Mai 2015 - 0:05

Smile Une intéressante revue discographique de la Symphonie n°4 : http://www.musicweb-international.com/Ives/RR_Sym_4.htm







Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27659
Date d'inscription : 21/09/2012

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptySam 3 Fév 2018 - 22:41

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Charles Ives (1874-1954) :

New England Holidays

Washington's birthday
Decoration Day
The Fourth of July
Thanksgiving and Forefather's Day


= Michael Tilson Thomas, Orchestre et Chœur symphoniques de Chicago

(CBS, 1986)

Smile Une vaste symphonie (trois quarts d'heure) dont les quatre parties honorent des dates festives du calendrier étasunien,
et couronnée par un hymne final.
On y retrouve le goût de Ives pour sa culture natale (les gazouillis de guimbarde dans la première partie), les folksongs,
et bien sûr son langage âpre, enchevêtré de polyrythmies, de collages complexes (les fanfares dissonantes et déflagrantes).
Interprétation à la hauteur de l'enjeu : fine, concentrée, subtilement suggestive.
Mais une prise de son un peu maigre et qui contribue moins à la lisibilité qu'à éveiller la poésie nébuleuse des pages atmosphériques.


Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Ives_h10
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8937
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyLun 21 Oct 2019 - 0:00

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Ives_a10
Three Places in New England (“First Orchestral Set”). The Unanswered Question. Symphonie nº3 “The Camp Meeting
Gilbert Kalish (piano), Orpheus Chamber Orchestra
New York, IV.1993
DG


Tombé un peu par hasard sur ce disque déjà ancien, j’ai d’abord écouté les trois œuvres que je connaissais déjà, et je dois avouer que je n’ai pas été tellement convaincu. Le «concept» de ce disque - à savoir des œuvres symphoniques d’Ives par un orchestre de chambre (même si c’est un orchestre de chambre très rond), capté de façon assez proche et directe - paraît en effet assez peu opérant. Sur le papier, on pourrait imaginer qu’un tel dispositif exalterait la singularité de l’écriture d’Ives: en réalité, c’est le contraire qui se produit.

Dans les Three Places, sans l’espèce de nimbe sonore du grand orchestre, les fanfares décalées de Putnam’s Camp (dont je ne suis déjà pas fou) ainsi surexposées sont franchement pénibles, tandis que la poésie bruissante et mystérieuse du “Saint Gaudens” in Boston Common et du Housatonic at Stockbridge (qui m’avait émerveillé lorsque j’ai réécouté récemment l’enregistrement de Tilson Thomas à Boston) est totalement perdue au profit d’une musique polytonale et polyrythmique frontale d’une originalité assez limitée - en fait, ça ressemble pas mal à du Milhaud un peu standard. (Par ailleurs, le piano capté comme un soliste me semble déséquilibrer le discours.)

La 3ᵉ Symphonie est à peine moins décevante: les cordes très en avant occultent considérablement les pupitres de vents, ce qui non seulement crée une image assez blanche mais surtout privilégie les éléments mélodiques les plus immédiats au détriment des complexités  harmoniques des contrechants. Ce qui revient finalement à faire ressortir tout ce qui relève des influences de la musique européenne classique et de la musique traditionnelle américaine (danses, hymnes d’église, ritournelles enfantines...), soit le versant «naïvement tonal» de l’œuvre. Du coup, ce qu’on entend là s’apparente à une espèce de «Symphonie classique» à l’américaine, plus qu’à l’œuvre kaléidoscopique qu’on peut attendre.  

La perte est moins spectaculaire dans The Unanswered Question, mais néanmoins réelle: la pièce reste magnifique, mais avec ce spectre réduit et sans profondeur, on perd la dimension évasive et «cosmique» de la plupart des versions à spectre très ample (Gould / Chicago, Bernstein / New York I, Farberman / Royal Philharmonic) sans y retrouver pour autant la poésie diaphane et frémissante de Dohnányi / Cleveland: ça sonne juste comme une belle mélodie suspendue mais un peu lisse pour trompette et cordes (comme d’ailleurs dans la version Adams / St Luke’s.)

Finalement, ce disque semble surtout apporter a contrario la preuve que la musique orchestrale d’Ives ne prend toute sa dimension poétique que dans le spectre sonore ample, coloré, bruissant et un peu nébuleux d’un grand orchestre - et que la jouer dans une optique plus chambriste en constitue, dans tous les sens du terme, une réduction.

(Cela étant dit, je suis loin d’être un fanatique ou un grand connaisseur d’Ives: sans doute des ivesiens plus chevronnés que moi auront-ils de pertinents contre-arguments à m’opposer.)
Revenir en haut Aller en bas
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1024
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyLun 21 Oct 2019 - 9:17

Je partage entièrement l'avis de Benedictus en ce qui concerne l'interprétation de la musique symphonique de Charles Ives. Cette musique appelle sinon un "grand" orchestre symphonique au moins un orchestre symphonique "confortable".

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87958
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyMar 22 Oct 2019 - 12:50

Benedictus a écrit:
Finalement, ce disque semble surtout apporter a contrario la preuve que la musique orchestrale d’Ives ne prend toute sa dimension poétique que dans le spectre sonore ample, coloré, bruissant et un peu nébuleux d’un grand orchestre

Ce disque confirme surtout l'esthétique de l'Orpheus Chamber O, qui est dans tous les répertoires comme cela, un orchestre de chambre à l'ancienne (assez nombreuses cordes en réalité, et qui prédominent sur le spectre avec un grain très lisse). Pas passionnant non plus dans Mendelssohn, par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
warren 60
Mélomane averti
warren 60

Nombre de messages : 319
Age : 47
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 28/01/2014

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyMar 22 Oct 2019 - 12:57

Plutôt d'accord avec Benedictus (et avec David aussi quant aux Orpheus, rarement mauvais mais rarement géniaux), et je remarque au passage que c'est exactement l'inverse pour Moondog par exemple, dont la traduction symphonique (concert récent à Toulouse) affadit les trouvailles sonores, flattant une harmonie pour le coup bien pauvrette, même si c'est plus ou moins revendiqué...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87958
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyMar 22 Oct 2019 - 15:37

La symphonisation est en général une horreur, oui.

La réduction, non, pas forcément, bien au contraire ; c'est pourquoi je me figure que c'est davantage l'esthétique de l'orchestre que l'effectif qui est en cause.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8937
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyMar 22 Oct 2019 - 15:51

Disons que, même si c'était fait par des ensembles plus affutés, je ne suis pas sûr du tout que la musique symphonique d'Ives en version de chambre me plairait beaucoup plus: ça mettrait sans doute plus en avant le côté dissonant et «moderniste» de l'écriture (mais peut-être aussi ce qu'elle peut avoir de bordélique ou de tâtonnant), mais je crois qu'on y perdait malgré tout ce côté ample et nébuleux auquel tient une bonne part de l'attrait que je peux y trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8937
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale EmptyMar 22 Oct 2019 - 23:50

Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Ives_o10
Central Park in the Dark¹. Three Places in New England²
Seiji Ozawa¹, Michael Tilson Thomas² / Boston Symphony Orchestra
Boston, II.1976¹, III.1970²
DG «20th Century Classics»


A contrario, ce disque pourrait définir assez exactement mes attentes dans Ives: la sonorité si particulière de Boston (cette façon qu’ont les cordes de faire une sorte de halo frémissant qui se emplit l’espace sans pour autant le saturer, créant une sorte de profondeur sonore sans opacifier les autres strates) me semble ici assez idéale - en particulier dans un Central Park in the Dark, incroyablement fouillé, savamment étagé, sans effet trop frontal, mais où, au contraire, les rumeurs hétéroclites et dissonantes semblent se mouvoir sur le fond d’une sorte de bruissement mystérieux (Ozawa me semble avoir été à l’époque un des seuls à pouvoir organiser ainsi ce genre d’image sonore complexe avec une telle apparence de naturel); mais ça vaut aussi pour la façon dont Tilson Thomas organise le miroitement des textures et des timbres au sein d’un spectre arachnéen dans St Gaudens et Housatonic.

Cela étant dit, je me rends compte que c’est avec ce disque que j’ai découvert la musique d’Ives il y a déjà longtemps: pas impossible du coup que ce soit un peu le «symptôme de la première version.»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale   Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Ives (1874-1954) : Symphonies et musique orchestrale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Marteau (1874-1934)
» Musique classique et droits de l'Homme
» Faut il être dépressif pour composer de la bonne musique?
» Site de la musique de l'air de Paris
» Alan stivell a fait revivre la BRETAGNE la musique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: