Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Nikolai Miaskovsky (1881-1950)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 19456
Date d'inscription : 22/01/2010

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 29 Juin 2013 - 15:39

Merci à toi ô grand loup des steppes! Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 173236763 Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 173236763 Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 173236763 Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 173236763 Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 173236763 Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 173236763 Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 173236763 
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12957
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 29 Juin 2013 - 15:51

Mais ce n'est rien en comparaison de tes futures grandes découvertes musicales ! Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 4 Avr 2015 - 23:34

Au fait, vous parlez de "la" version Kondrashin/chine de la 6e Symphonie, mais j'ai vu qu'il y en a, en fait, deux : une de 1959 avec l'Orchestre Symphonique d'URSS et une de 1978 avec l'Orchestre Philharmonique de Moscou (avec des minutages très différents, la seconde étant très nettement plus rapide)...
Je comptais bien écouter les deux, mais quelqu'un ici l'a-t-il fait ? Et quelle est la-version-Kondrashin dont on parle généralement ?... Merci d'avance. bounce
Revenir en haut Aller en bas
dave r symph chamber
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/03/2015

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 11 Avr 2015 - 21:05

Je suis en train de découvrir Myaskowky ; j'ai entre autres écouté ses symphonies 5, 9, 15 et 22.
Ce qui frappe dans ces oeuvees est que Myaskowsky semble être le maillon intermédiaire entre la musique romantique russe et la musique soviétique à la Chostakovich.
Ses symphonies sonnent à la fois XXème siècle tout en gardant des élements romantiques dans les mélodies, les harmonies et l'orchestration.
Un élement frappant est que Myasowsky n'utilise pas excessivement les percussions, à l'opposé des symphonistes du XXème siècle, et ses thêmes sont souvent expansifs.
Myaskowsky aime aussi donner des soli instrumentaux, notamment aux bois et cors.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9307
Date d'inscription : 21/01/2007

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 1 Oct 2016 - 9:51

À propos de l'intégrale des symphonies par Svetlanov, j'ai lu des commentaires très critiques concernant la qualité technique (désastreuse) de cette édition warner.
Qu'en est-il exactement ?

...parce que l'on peut l'avoir pour le prix de 2 CD !


Dernière édition par Rubato le Lun 3 Oct 2016 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12957
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 1 Oct 2016 - 21:58

Eh bien, cela fait un bout de temps que je n'ai plus posé cet intégral sur ma platine. Dans mes lointains souvenirs, le pressage est assez catastrophique pour certaines symphonies (notamment l'histoire des cordes pianissimo qui sonnent comme un synthé). En voici une petite liste :

- Nos. 1, 2, 4, 10, 11, 13, 15, 17, 22, 23 et 27 (qualité de pressage *beurk*)
- Nos. 3, 5, 6, 7, 8, 9, 12, 14, 16, 18, 20, 21, 24, 25 et 26 (écoutables)

Je n'ai jamais écouté la symphonie No. 19 (les orchestres d'harmonie, it's not my cup of tea), donc...

Bon, de toute manière, si l'on veut absolument découvrir le corpus symphonique de Miaskovsky, on n'a pas beaucoup de choix...

Et puis, heureusement que les autres oeuvres du coffret (poèmes symphoniques, sinfoniettas, concertos...) ne souffrent pas des mêmes défauts techniques.
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12957
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 1 Oct 2016 - 22:11

Edit : Ah oui, ces commentaires sur amazon ne sont pas loin de la vérité.^^
Revenir en haut Aller en bas
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 1 Oct 2016 - 23:43

Au fil des messages ce sujet a évolué et on est maintenant franchement en discographie, non ? scratch .

J'hésite: j'ai plus de la moitié du nom NIKOLAY MIASKOVSKY épellé sur la tranche des disques Olympia originaux (chacun des 17 disques contenant une lettre du nom du compositeur, pour que ça fasse mélomaniaque hehe sur les étagères). Le reste je l'ai sur CDR, mais ça ne fait guère d'effet... Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 2661413304

Est-ce que la qualité sonore est différente vs les disques Olympia ???

Revenir en haut Aller en bas
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyDim 2 Oct 2016 - 0:03

J'ai vu les commentaires sur Amazon.fr. Rien de tel sur Amazon.com ou Amazon.UK. Donc j'imagine qu'il faut éviter ce produit malgré le prix alléchant.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9307
Date d'inscription : 21/01/2007

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyDim 2 Oct 2016 - 8:39

ovni231 a écrit:
Ah oui, ces commentaires sur amazon ne sont pas loin de la vérité.^^

André a écrit:
J'ai vu les commentaires sur Amazon.fr. Rien de tel sur Amazon.com ou Amazon.UK. Donc j'imagine qu'il faut éviter ce produit malgré le prix alléchant.

Merci pour les conseils; je ferai donc l'impasse. Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 2661413304
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14123
Date d'inscription : 14/04/2007

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyLun 3 Oct 2016 - 11:59

chez moi c'est tout à fait correct... et à ce prix là franchement...
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12957
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyMer 5 Oct 2016 - 17:44

WoO a écrit:
chez moi c'est tout à fait correct... et à ce prix là franchement...

Si tu l'as acheté tout de suite après sa sortie ou presque, il est tout à fait normal que tu n'aies pas de problème pour entendre un beau son (même avec un matériel basique).
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9307
Date d'inscription : 21/01/2007

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyMer 5 Oct 2016 - 17:49

ovni231 a écrit:
WoO a écrit:
chez moi c'est tout à fait correct... et à ce prix là franchement...

Si tu l'as acheté tout de suite après sa sortie ou presque, il est tout à fait normal que tu n'aies pas de problème pour entendre un beau son (même avec un matériel basique).

scratch scratch
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12957
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyMer 5 Oct 2016 - 18:11

Oui, j'ai acheté ce coffret en été 2012, soit 5 ans après sa sortie initiale. Comme Sud et WoO ont l'air d'être en possession de ce coffret bien avant cette date et qu'ils n'ont jamais remarqué ce genre d'imperfection...
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12957
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyMer 5 Oct 2016 - 18:14

Bon, pour que ce sujet ne tombe pas complètement en discussion discographie, je vous recopie ici mes impressions en playlist :

Nikolaï Miaskovsky : Symphonie No. 5 Op. 18 (1919)
Symphonie No. 9 Op. 28 (1926)
Symphonie No. 13 Op. 36 (1933)
Symphonie No. 25 Op. 69 (1946 ; 1949)
Symphonie No. 22 "Symphonie-Ballade" Op. 54 (1941)


Intégral des symphonies par Evgeny Svetlanov chez BMG Warner

Je reste d'accord (avec moi-même) sur le fait que la cinquième symphonie de Miaskovsky est l'une des premières à sonner comme une vraie symphonie soviétique (bien que l'on trouve encore ça et là des copeaux de Borodine et de Rimsky-Korsakov).

La neuvième est plus intéressante que dans mon souvenir. Les mouvements intermédiaires sont les plus attrayants. Cela dit, on est assez loin du délire de la dixième symphonie...

La treizième, toujours aussi étrange et pourtant, je commence à percevoir ses nombreuses qualités. Quel pessimisme tout de même !

La vingt-cinquième est la plus équilibrée du lot mais rien n'égale la magistrale écriture de la vingt-deuxième symphonie, l'une des plus belles choses qu'on ait pu écrire en URSS (à mon humble avis) ! J'en pleure encore à la fin... Et comme me l'a fait remarqué Loutsian en mp, les premières notes de l'introduction sont exactement celles du début de l'Inachevée de Franz Schubert. C'est assez troublant.


Dernière édition par ovni231 le Jeu 29 Juin 2017 - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88214
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyVen 26 Mai 2017 - 19:19

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 9.70196

En train de m'ennuyer gentiment en écoutant deux sonates pour violoncelle et piano.

Tout à fait banal, un violoncelle lyrique un peu geignard, un piano qui habille l'harmonie qui n'excède pas vraiment Brahms. Et comme le piano n'est pas de grande qualité qu'Allen Sternfield en joue désagréablement (ses arpèges, au début de la 2, chaque note égale, détachée, et à la même force, j'ai cru à un pastiche de Glass !), ce n'est pas très captivant.

Dans le même genre, Brahms a réglé la question.

Je voulais changer des quatuors (pourtant, j'aime énormément les premiers, les plus liés au postromantisme), mais ce n'est pas fabuleux.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 1013
Date d'inscription : 06/08/2010

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 27 Mai 2017 - 11:04

DavidLeMarrec a écrit:
Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 9.70196

En train de m'ennuyer gentiment en écoutant deux sonates pour violoncelle et piano.

Tout à fait banal, un violoncelle lyrique un peu geignard, un piano qui habille l'harmonie qui n'excède pas vraiment Brahms. Et comme le piano n'est pas de grande qualité qu'Allen Sternfield en joue désagréablement (ses arpèges, au début de la 2, chaque note égale, détachée, et à la même force, j'ai cru à un pastiche de Glass !), ce n'est pas très captivant.

Dans le même genre, Brahms a réglé la question.

Je voulais changer des quatuors (pourtant, j'aime énormément les premiers, les plus liés au postromantisme), mais ce n'est pas fabuleux.

Pourtant dans cet cd , la sonate de Kabalesky est Top ! Du niveau de celle prokofiev et chosta : pas geignard .
Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 5148J2br2hL._SY355_
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88214
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 27 Mai 2017 - 13:46

La Sonate de Kabalevski est très bien en effet, d'un intérêt et d'une personnalité sans comparaison avec celles de Miaskovski. Mais pour une fois, la production Naxos ne se situe pas parmi les témoignages les plus inspirés, clairement.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 591
Age : 38
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyMer 26 Sep 2018 - 10:46

N'en ayant pas eu assez en termes de symphonies russes avec mon intégrale Glazounov, je me lance maintenant dans un morceau encore nettement plus consistant avec Miaskovsky, dans la fameuse intégrale Svetlanov. Je vais a priori les faire dans l'ordre chronologique, en laissant de temps à autre des impressions dans ce fil. Pour aujourd'hui, les symphonies 1 à 4. Ce sont des symphonies très consistantes, avec des mouvements qui approchent ou même dépassent régulièrement la vingtaine de minutes. On est plus proche au niveau des dimensions et même du style dun Chostakovitch que des réminiscences tchaikovskiennes de Glazounov. Les deux premières symphonies, assez imposantes, dont toutefois encore relativement scolaires, avec notamment un recours assez insistant au fugato pour structurer ces gros blocs qui tiennent lieu de mouvements (plus d'une demi-heure pour le deuxième et dernier mouvement de la 2ème symphonie). Mais quand on aime ce genre, c'est vraiment pas mal du tout. Mais parmi ces quatre premières symphonies, celle qui m'a le plus impressionné est la Troisième, dont le premier mouvement tourne un petit peu en rond (une vingtaine de minutes mais c'est le plus court des deux mouvements de la symphonie), mais dont le deuxième "Deciso" frappe vraiment fort, avec cette introduction cinglante et cette belle aternance de passages très rythmés et de plages calmes, on est vraiment au niveau des (bonnes) premières symphonies de Chosta (je manque de références en musique soviétique, alors je me contenterai de celle-là !). En comparaison, la quatrième m'a semblé avoir moins de souffle, notamment ce mouvement lent plus statique que vraiment glaçant (il est noté "freddo e senza espressione"). Mais je prends toujours plaisir à entendre un bon gros orchestre exécuter ce genre de musique (même si celui de Svetlanov a notamment des cuivres qui ont un son parfois agressif pour mes pauvres oreilles).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 591
Age : 38
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyLun 1 Oct 2018 - 10:56

Je continue tranquillement mon petit circuit Miaskovsky. La cinquième symphonie est beaucoup moins typique que celles qui l'entourent, presque bucolique par moments. Agréable, mais ce n'est pas forcément ce que je recherche dans ce corpus, et elle m'a moins marqué que les autres pour l'instant. La sixième est apparemment la plus célèbre des symphonies de son auteur, et en tout cas la plus longue, avec plus d'une heure de musique. Ca commence bien, avec un premier mouvement prenant, un rouleau-compresseur qui avance continuellement et nous fait penser une nouvelle fois aux meilleures réussites de Chostakovitch (en fait, il les anticipe vu la date de composition de l'oeuvre). Je suis malheureusement beaucoup moins séduit pas le reste. Le deuxième mouvement rapide me semble assez anecdotique, le mouvement lent qui suit est beau mais pas mémorable non plus, mais surtout le finale à l'introduction bizarrement festive avec citations de "Ah, ça ira", interrompu par des épisodes plus lugubres, me laisse complètement à côté. En fait j'ai l'impression d'assister à une tentative d'humour ou d'ironie musicale qui tombe complètement à plat. Pas de choeur dans la version Svetlanov, mais je doute que ça aurait changé grand chose à mon appréciation de la chose.
La septième symphonie démarre de façon très inattendue, dans une atmosphère raréfiée et fantasmatique dont vont émerger des thèmes finalement assez typiques de Miaskovsky. Seulement deux mouvements dans cette symphonie, et le second est lui aussi beaucoup plus relâché au niveau de la forme, avec des séquences "atmosphériques" dont émergent des bribes de thèmes, ponctuées de déclamations de cuivres assez inquiétantes, et de passages fugato assez récurrents dans les finales de Miaskovsky mais qui ne constituent pas pour moi les parties les plus passionnantes. Malgré tout, voilà une oeuvre franchement singulière et prenante pour peu qu'on se laisse porter. À découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88214
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyLun 1 Oct 2018 - 15:36

Miaskovski est vraiment dans l'interstice Tchaïkovski-Chostakovitch (et son style évolue toute sa vie, même si c'est beaucoup plus sensible dans les Sonates et les Quatuors que dans les symphonies, plus homogènes) : j'y entends du postromantisme plus que du soviétisme, mais un postromantisme qui a vraiment perdu de vue le romantisme, qui est déjà ailleurs.

Pas aussi marquant que sa musique de chambre, mais toutes sont assez belles (et autrement plus consistantes que Glazounov, en effet).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 591
Age : 38
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyDim 7 Oct 2018 - 18:57

Bon, j'ai fini mon tour d'horizon des symphonies, je n'en donnerai pas un aperçu détaillé car ce serait au fond plus lassant qu'autre chose, le corpus me semblant globalement très homogène en qualité (un ou deux dérapages peut-être, la 19ème avec son orchestre à vents par exemple est loin d'être inoubliable), et finalement une évolution stylistique limitée (comme signalé plus haut dans ce fil, il y a une légère progression vers la modernité jusqu'à la 13ème symphonie, puis on revient à des oeuvres très classiques ensuite). Vraiment plein de bonnes choses dans ce cycle, c'est de la belle symphonie, et ça mérite incontestablement d'être découvert et approfondi, sans avoir peur des vastes dimensions de l'ensemble. Mon quinté dans le désordre : 3 - 7 - 15 - 21 - 22. J'ai déjà évoqué la troisième (probablement ma préférée du lot) et la septième plus haut, la 15ème est une oeuvre tout à fait classique dans sa construction, mais qui emporte le morceau par son dynamisme et la qualité des thèmes, les 21ème et 22ème sont au contraire des symphonies formellement plus libres (un seul mouvement à chaque fois), la 21 offre un intense condensé d'une petite vingtaine de minutes qui offre sûrement une très bonne porte d'entrée dans l'univers de Miaskovsky, et au contraire la 22 est une longue ballade (d'ailleurs, c'est son sous-titre, symphonie-ballade), une coulée de plus d'une demi-heure de musique qui invite au voyage, c'est là aussi très beau. Franchement, très peu de déchet dans l'ensemble !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12957
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyDim 24 Mar 2019 - 22:32

Roupoil a écrit:
Mon quinté dans le désordre : 3 - 7 - 15 - 21 - 22

Le mien également. mains Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyJeu 26 Déc 2019 - 21:06

Je suis en train d'écouter la 3e symphonie, et en fait c'est vraiment très bien... Very Happy Ça me donne même envie de me refaire l'intégrale...
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyJeu 26 Déc 2019 - 22:08

En revanche le premier mouvement de la 4e symphonie est plutôt scolaire, et d'un ennui assez abyssal... I don't want that
Le Largo me semble avoir plus de choses à dire, même si le côté un peu "éclaté" de la forme génère une série de petites frustrations... Mais l'étrangeté de l'ensemble (en particulier à la fin) est assez addictive...
Hélas, retour à l'ennui (respectueux) avec l'Allegro energico final -- toutefois plus court que le premier mouvement...
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyJeu 26 Déc 2019 - 23:00

Je me permets de sauter la 5e, qui m'a laissé un souvenir un peu négatif (contrairement à la 4e qui ne m'en avait laissé aucun)...

6e Symphonie, donc, que j'ai déjà écoutée plusieurs fois, toujours au moins avec intérêt :
Le premier mouvement est d'une grande générosité expressive et narrative, sur fond postromantique, mais avec (notamment) une quasi-citation (consciente ?) de Pelléas - ou de Nuages - de Debussy à 2:50 puis à 12:40 -- comme motif final d'un épisode de transition entre premier et second thème principaux Mr.Red, mais néanmoins évident si on a l'"original" en tête.
La générosité - démontrée par le nombre des symphonies, mais également très perceptible dans la musique elle-même - est certainement ce que j'apprécie le plus chez ce compositeur.

Fin accablée du premier mouvement, suivie d'un scherzo agrémenté d'un trio assez magique citant presque textuellement (je suis désolé) le motif principal de Nuages de Debussy -- œuvre probablement influente dans l'imagination musicale de Miaskovky à l'époque...
Le long Andante appassionato ne me passionne que dans la mesure où j'ai découvert Miaskovsky parallèlement à Bax -- or le thème principal de ce mouvement et son atmosphère générale sont cuieusement proches de ce compositeur; par ailleurs le début de Nuages de Debussy est de retour à 5:20 - et domine le propos jusqu'à 6:40 - et de 13:12 à +-14:20...
Autrement, ce vaste Andante en Si majeur me fait toujours sporadiquement songer à Bax, et possède en outre une magnifique coda méditative.

Le final bourré de références (la Carmagnole, Ah ça ira, le Dies irae, puis une magnifique mélodie qui me parle à haute voix mais que je n'arrive pas à identifier - à moins qu'elle ne soit tout simplement de Miaskovsky, ce qui serait tout à son honneur) est loin de me déranger -- d'autant que la Coda générale me fait (une fois de plus) beaucoup penser à celles des 6e et 7e symphonies de Bax, même si je suis le seul à faire de tels rapprochements... (j'ajouterais bien sûr la 3e de Brahms...)
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyVen 27 Déc 2019 - 21:37

Je réécoute cette Sixième que j'aime décidément beaucoup...

Au-delà du debussysme(/baxisme) évident (et délectable) pour moi, cette symphonie est une très grande réussite, qui justifie sa relative renommée au sein de ce corpus énorme et - au minimum - méconnu...

Les deux premiers mouvements sont des merveilles d'inventivité, sans la moindre baisse de tension; l'Andante (avec sont thème de Nuages de Debussy au célesta et clarinettes, repris du Trio du II) n'est pas forcément captivant tout au long de ses dix-huit minutes, mais il constitue un vaste îlot de tranquillité au sein d'une œuvre relativement agitée (même si je tiens à préciser que les quatre mouvements se terminent dans la douceur, ce à quoi je ne trouve spontanément aucun autre équivalent que la 3e de Brahms dans le répertoire symphonique (post)romantique)...
J'insiste également sur la couleur curieusement britannique (en tout cas peu russe/slave) de ce mouvement, et même de toute la symphonie.

Concernant le final, je trouve vraiment très dommage de s'arrêter à l'utilisation de chants révolutionnaires français, tant Miaskovsky parvient à les intégrer, voire à en faire des thèmes convaincants (y compris "Ah ça ira" que j'ai toujours détesté -- cette symphonie m'aura en outre permis de vérifier que cette chanson et "Tiens voilà du boudin" constituent bel et bien deux entités distinctes -- en raison d'une harmonisation originale et dépourvue de toute vulgarité); par ailleurs, le magnique thème en fa mineur (à la clarinette à 4:40 puis aux violons à 5:25) repris ensuite en sib mineur (alti à 11:25), et tout/s l(es)épisode(s) lent(s) afférent(s), ainsi que la magnifique coda qui succède au second de ces épisodes, suffiraient à eux seuls à sauver ce mouvement (pour ne pas dire toute la symphonie)...

Je n'ai jamais entendu de version avec chœur - il paraît que ça existe - mais je ne veux même pas en entendre parler... Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyVen 27 Déc 2019 - 22:04

Je suis plutôt moins enthousiaste aujet de la (courte : deux mouvements d'un seul tenant, moins de 24 minutes) Septième.

La première partie ressemble vaguement à du Scriabine soft (beaucoup plus fade que l'original) mâtiné d'une couleur française indéterminée et assez pâle...

La seconde partie/mouvement (qui fait office à la fois de mouvement lent, de scherzo et de finale) me parle beaucoup plus, mais j'avoue y entendre encore quelque chose d'anglais (serais-je obsédé ?...)

En tout état de cause, c'est vraiment de l'excellente musique (ce qui explique que j'aie pu m'enfiler les 27, même si mon souvenir est assez flou...).


Dernière édition par Golisande le Sam 28 Déc 2019 - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyVen 27 Déc 2019 - 22:38

Sautons allègrement à la 13e (d'un seul tenant d'une vingtaine de minutes).
Le langage harmonique (atonal libre) est plutôt captivant : même s'il pourrait y avoir de quoi, je m'ennuie assez rarement...
Le fugato qui débute vers la 12e minute, peu engageant, enchaîne sur une sorte de choral des cuivres assez magnifique; la suite est plutôt aride, mais jamais rébarbative (à condition d'être un minimum concentré)...
La coda est particulièrement envoûtante.


Dernière édition par Golisande le Sam 28 Déc 2019 - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 28 Déc 2019 - 21:54

15e Symphonie

Le langage est presque purement romantique, ne trahissant nullement sa date de composition (1934) (si ce n'est par quelques tournures modales, à commencer par le mode dorien omniprésent), et néanmoins constamment inspiré et séduisant -- toujours cette fameuse générosité, jointe à un goût à peu près infaillible.
(Je suis particulièrement intéressé par le jeu sur les rythmeset les tempi que Miaskovsky semble affectionner -- ici entre le 3/4 à la noire et le 3/4 à la blanche pointée...)

Le deuxième mouvement débute de façon très prometteuse par un thème à la fois magnifique et simplissime (que l'on a la sensation de connaître depuis toujours), pour ensuite s'égarer dans une succession d'épisodes expressifs un peu cahotiques, qui font perdre de sa prégnance au thème principal (un défaut qui me semble assez récurrent chez ce compositeur)...

Suit un scherzo gracieux aux couleurs assez françaises -- mais Saint-Saëns plutôt que Debussy la plupart du temps ; le trio, ainsi que la coda, sont toutefois nettement plus originaux et prenants (une de ces fulgurances qui me fait rêver d'un Miaskovsky auteur de - seulement - 9 symphonies, chacune ayant bénéficié d'un temps de maturation et de travail trois fois supérieur...).

Le final me fait douter de certaines assertions précédentes, car on a incontestablement affaire à un langage du XXe siècle -- quoique tout aussi incontestablement non-avant-gardiste.
En tout cas, c'est constamment séduisant, sans baisse de tension -- jusqu'à la coda quasi StarWarsienne...


Dernière édition par Golisande le Dim 29 Déc 2019 - 9:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptySam 28 Déc 2019 - 23:19

17e Symphonie :

Toujours ma chouchoute... Ici on est de plein pied dans le XXe siècle, en dépit du langage tonal : c'est épique et foisonnant, un bonheur de chaque instant (je pensais que l'écoute avec partition était pour beaucoup dans mon engouement, mais non : je suis tout aussi enthousiaste en rédigeant ce post Very Happy ).
Ce qui m'avait frappé (et me frappe toujours), c'est que l'étrange tonalité "principale" de sol# mineur n'intervient en fait que sporadiquement, l'essentiel du premier mouvement étant écrit sans aucune altération à la clé, donc en la mineur (un demi-ton plus haut) ou do majeur.

Le Lento assai en mi majeur est parfaitement envoûtant - et extrêmement facile d'accès (une porte d'entrée idéale ? Good )...
Vraiment superbe, en tout cas.

Le scherzo plutôt modéré et méditatif (assez brahmsien) est agrémenté d'un trio bucolique assez irrésistible, sans la moindre kitscherie...

Le final débute en ut mineur (tonalité du scherzo) par une introduction énigmatique, avant de s'élancer dans un Allegro en La b majeur (équivalent de sol# par enharmonie); la suite est captivante, sans temps mort, et conforte ma prédilection pour cette symphonie - sorte de somme assez idéale des précédentes (le problème est qu'elle est noyée au milieu de ses 26 consœurs, mais il me semble qu'elle suffirait à assurer la postérité d'un compositeur dont ce serait l'unique œuvre)...
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyDim 29 Déc 2019 - 21:37

Symphonie n°9


Le langage harmonique est plus moderne que celui des 17e et (surtout) 15e symphonies, sans toutefois abandonner la tonalité comme dans la 13e : on est plus proche du langage de la 7e, mais avec de longues séquences d'un romantisme à la fois mélancolique et exalté (j'ai songé ponctuellement au premier Schönberg), qui sont ce qui m'enthousiasme le plus.
Je remarque une fois de plus la grande prégnance des thèmes, non pas immédiate (on ne les retient pas à première écoute) mais qui les grave durablement dans la mémoire.

Après un scherzo plutôt optimiste et exalté (et assez foisonnant), le lento me séduit beaucoupavec son magnifique premier thème à l'étrange accompagnement claudicant, le tout aussi magnfique choral de cuivres aux harmonies archaïsantes, l'atmosphère raréfiée et inquiétante (d'ailleurs extrêmement originale) de la partie centrale...

Hélas, le mouvement final (à la fois "rustique" et vaguement expérimental avec ses accords parallèles en progression chromatique, son étrange second thème tâtonnant...) ressemble un peu à un exercice grimaçant, et me semble très en retrait...


Dernière édition par Golisande le Lun 30 Déc 2019 - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyDim 29 Déc 2019 - 22:03

Symphonie n°10


C'est, il me semble, ce que j'ai entendu de plus avant-gardiste chez Miaskovsky (il faudrait toutefois que je réécoute la 13e, à laquelle je n'ai guère accroché), toutefois ça reste assez accessible et plutôt enthousiasmant (pas si éloigné de Hartmann à ce qu'il me semble)...

Je suis assez intrigué par la capacité de Miaskovky d'emprunter avec une égale sincérité des langages très disparates - même si c'est finalement une caractéristique commune aux compositeurs issus de l'ex-URSS, Miaskovsky faisant figure d'aîné...
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyDim 29 Déc 2019 - 22:24

Et du coup : Symphonie n°13


Assez proche du langage de la Dixième, mais dans une humeur globalement plus languide, et une atonalité plus radicale -- sensation de grisaille plus prononcée la plupart du temps (sauf dans les sections plus pentatoniques du "scherzo", et les très beaux chorals de cuivres du long mouvement lent final -- étant entendus que les "mouvements" sont soudés en une seule plage d'une vingtaine de minutes).
Cela dit, il me semble que cette œuvre se bonifie plutôt au fil des écoutes - ce qui, paradoxalement, est presque décourageant... Neutral
La coda est particulièrement impressionnante (Edit : j'avais dit "envoûtante", ça marche aussi Razz )...
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5528
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Informations de suivi incompréhensibles (2503)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 EmptyDim 29 Déc 2019 - 22:48

Je réecoute la 17e avec partition, et je suis frappé par le jeu des tonalités : l'œuvre débute par une introduction lente en la b majeur (homonyme/enharmonique du sol # mineur annoncé) qui bifurque vers do mineur - tonalité récurrente dans la suite de l'œuvre, ainsi que son homonyme do majeur (et la mineur, fa majeur...) -, avant l'intervention de l'Allegro en sol # mineur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Nikolai Miaskovsky (1881-1950)   Nikolai Miaskovsky (1881-1950) - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Nikolai Miaskovsky (1881-1950)
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: