Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
SITRAM Set 3 poêles tous feux dont induction + ...
Voir le deal
20.99 €

 

 Henry Cowell (1897–1965)

Aller en bas 
+2
arnaud bellemontagne
lulu
6 participants
AuteurMessage
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19082
Date d'inscription : 25/11/2012

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 12:42

Henry Cowell (1897–1965) Henry_Cowell_as_a_young_man


Quelques mots sur Henry Cowell.


Nait en Californie en 1897 ; meurt à New York en 1965. C’est l’un des grands représentants de l’avant-garde américaine au début du vingtième siècle. Il est surtout connu pour ses pièces pour piano.


Quelques innovations notables :

— Utilisation et diffusion du cluster au piano (paumes, poings, avant-bras). Dans The Tides of Manaunaun (Three Irish Legends nº1, 1912), de très larges clusters dans les graves côtoient une mélodie évocatrice. On retrouve notamment des clusters de ce genre dans Dynamic Motion (1914), dans les Five Encores to “Dynamic Motion” (dont What’s This, Aimable Conversation et Advertisement) et dans Tiger (1928). On rapporte souvent l’anecdote suivante : Béla Bartók fut impressionné par cette technique et demanda à Cowell l’autorisation de l’adopter.
— Le string piano : le pianiste manipule directement les cordes du piano (pincements, frottements, etc.) d’une main tandis que l’autre joue sur le clavier (ou simplement fait soulever des marteaux pour permettre aux cordes de vibrer). Ces recherches annoncent le piano préparé développé par John Cage, l’un de ses élève. Il utilise par exemple cette technique dans Aeolian Harp (1923) et dans The Banshee (1925).
— Intérêt pour la polyrythmie (exemple : Fabric, pièce dans laquelle il utilise un notation particulière pour la polyrythmie). Il crée avec Léon Thérémine une machine capable de produire des combinaisons rythmiques complexes, le rythmicon.
— Le minimalisme et les répétitions, dans Anger Dance (1914).
— Il est également l’un des pionnier de la musique aléatoire. Mosaic Quartet (1934), par exemple, est constitué de cinq mouvements dont l’interprète peut choisir l’ordre (et jouer plusieurs fois certains d’entre eux s’il le désire). Bon... euh... il faut un début à tout. Mr. Green
— L’utilisation du folklore américain (notons que George Gershwin fut aussi l’un de ses élèves). Par exemple dans les 18 pièces du cycle Hymnes and Fuguing Tunes (1943–64) ou dans Old American Country Set (1937). Et cela donne des trucs post-romantiques assez moches, je trouve. Mr. Green


Suggestions d’écoute :

The Tides of Manaunaun (1912) : /watch?v=Pgn4SQFgU9Y
Advertisement (1914) : /watch?v=jka08Reh5kI
Anger Dance (1914) : /watch?v=xr4YF8iQlss
Fabric (1920) : /watch?v=q_-t-cbBJj8
Aeolian Harp (1923) : /watch?v=4QF4ZgYx6ec
The Banshee (1925) : /watch?v=ND-ga_BrkCE
Mosaic Quartet (1934) : /watch?v=LTMaBFbp0s8
Hymn and Fuguing Tune nº2 (1944) : /watch?v=t36Y8ixW2eE


Henry Cowell (1897–1965) Henry_Cowell_composing_1960s


Henry Cowell (1897–1965) 1378291075
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 23364
Date d'inscription : 22/01/2010

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 13:11

Merci. Smile 

Tu sais si c'est de lui que vient le nom du groupe de rock de chambre Henry Cow?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94315
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 13:34

Non, c'était plutôt un nom fantaisiste (Henri la Vache) qu'un hommage à Cowell. Smile

Moi aussi je me suis souvent posé la question.


Source : The Rough Guide to Rock de Buckley.


Dernière édition par DavidLeMarrec le Mer 4 Sep 2013 - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Roderick
Mélomane chevronné
Roderick


Nombre de messages : 3456
Age : 47
Date d'inscription : 10/06/2013

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 13:36

En 1935, Henry Cowell publie "New Musical Resources", où il aborde les nouvelles possibilités de la polyharmonie, des clusters, des quarts de ton et des problèmes rythmiques, sa musique repose sur le timbre, le son, la matière sonore. Ses idées influencent beaucoup de compositeurs à commencer par Stockhausen et Cage, mais aussi Terry Riley, Charles Ives, Lou Harrison, Meredith Monk... Il incite d'ailleurs John Cage à se consacrer à la musique plutôt qu'à la peinture... Cage le qualifie de "Sésame ouvre-toi" de la musique nouvelle américaine. Un hommage plus tardif lui sera même rendu par le groupe de rock expérimental "Rock in Opposition" Henry Cow créé par Fred Frith et Tim Hodgkinson en 1968 !

Source : sonhors.free.fr

EDIT : Henry Cowell (1897–1965) 2661413304
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94315
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 13:41

A priori non, les membres du groupe ont à plusieurs reprises nié cette volonté d'hommage.

Sinon, pour en revenir à Cowell (merci Lucien !), au delà de ses expériences, ce n'est quand même pas de la vilaine musique (c'est même assez tradi). Il faisait des trucs très bizarres sur les partitions, comme disposer des armures différentes aux portées... c'est un peu bizarre à lire au début.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Roderick
Mélomane chevronné
Roderick


Nombre de messages : 3456
Age : 47
Date d'inscription : 10/06/2013

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 13:48

Oui, merci pour les liens, très beau le string-piano sur Aeolian Harp...
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand


Nombre de messages : 2702
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 13:56

Très interessant , merci Lucien pour ce sujet qui a l'air passionnant, je ne connais que de nom ainsi que Partch.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 23364
Date d'inscription : 22/01/2010

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 14:47

@David, @Roderick:Merci à vous. Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Alcotts
Néophyte



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 01/09/2013

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyMer 4 Sep 2013 - 19:24

Henri Cowell est un de ces cas où la biographie explicite sa musique : né dans un milieu pauvre d'origine irlandaise (influence récurrente de sa musique), malade dans son enfance, il ne reçoit quasiment pas d'éducation musicale ou classique avant la fin de son adolescence, quand il est pris sous la protection de Charles Seeger (mari de Ruth Crawford Seeger et père d'une poignée de chanteurs folk célèbres). Il écrit très jeune sa "musique pour coude" (son oeuvre la plus célèbre est The Tides of Manaunaun, souvent datée de 1912 (ce qui ferait que Cowell l'aurait écrit à 14 ans !), mais qui serait plutôt de 1917), et les année 1920-30 sont emplies d'expérimentations (New Musical ressources est commencé dès 1919), mais il conserve un lien fort avec la musique folklorique, qui s'étendra aux musiques traditionnelles du reste du monde - il est sans doute un pionnier dans ce qu'on appelle aujourd'hui la musique du monde. Il est aussi à cette époque le leader et promoteur de l'avant-garde aux USA avec son association New Music Society et sa revue New Music, l'un des rares medias qui permettaient aux compositeurs modernes d'être publiés et joués aux USA.
Tout cela est stoppé quand il est condamné à 10 ans de prison pour "atteinte à la morale" en 1936 (il a fricoté avec plusieurs étudiants). Il est libéré sur parole en 1940 (grâce notamment à Percy Grainger !) puis gracié, mais ses 4 années d'emprisonnement, bien qu'il ne cesse pas d'écrire et de faire de la musique en prison et les vit de manière optimiste, le marquent durablement. Sa musique se fait plus conservatrice après cette époque, même s'il y a un retour à l'expérimentation vers la fin de sa vie.

Son catalogue est surtout composé de courtes pièces, et est très mal servi au disque. Il est difficile d'avoir une idée globale de son itinéraire. Les deux disques de l'ensemble continuum rééditées par Naxos sont un bon point de départ, et contiennent la superbe Irish suite, orchestrations de trois pièces pour piano, qui montre que les Lachenmann et consorts n'ont pas inventé grand-chose.

PS : le résumé trouvé par Roderick_U est douteux : non seulement Henri Cow ne tire pas son nom, mais dire que New Musical Ressources a influencé Charles Ives est faux, car Charles Ives a arrêté d'écrire de la musique vers 1924.


Dernière édition par Alcotts le Jeu 5 Sep 2013 - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Roderick
Mélomane chevronné
Roderick


Nombre de messages : 3456
Age : 47
Date d'inscription : 10/06/2013

Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) EmptyJeu 5 Sep 2013 - 7:13

Alcotts a écrit:
PS : le résumé trouvé par Roderick_U est douteux : non seulement Henri Cow ne tire pas son nom, mais dire que New Musical Ressources a influencé Charles Ives est faux, car Charles Ives a arrêté d'écrire de la musique vers 1924.
Tout à fait d'accord ! D'ailleurs d'autres (multiples et plus crédibles, comme dbpedia) sources confirment celà.
En parcourant les différentes bios (plus ou moins sérieuses) sur le net, on s’aperçoit assez vite que s'il aurait contribué à faire connaitre Ives, c'est plutôt Cowell qui aurait été influencé et soutenu par Ives.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Henry Cowell (1897–1965) Empty
MessageSujet: Re: Henry Cowell (1897–1965)   Henry Cowell (1897–1965) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Henry Cowell (1897–1965)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexandre Tansman (1897-1986)
» Manuel Blancafort (1897-1987)
» Harald Saeverud (1897-1992)
» Alexandre Tansman (1897-1986)
» Henry Sauguet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: