Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-37%
Le deal à ne pas rater :
Couette 2 places (220×240) – Polyester – Fabrication Française
29 € 46 €
Voir le deal

 

 Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
tomseche89
Mélomaniaque
tomseche89


Nombre de messages : 626
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty
MessageSujet: Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz   Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz EmptyJeu 14 Nov 2013 - 15:46

Le LSO et Gergiev sont à Pleyel ce week-end pour 2 programmes Berlioz. Vous savez ce que donne Gergiev dans ce répertoire ? Et lequel de ces 2 concerts me conseillerez-vous ?

Samedi : Ouverture Waverley, La Mort de Cléopâtre (avec Karen Cargill), Symponie fantastique
Dimanche : Roméo et Juliette (avec le choeur du LSO, les Guildhall Singers, Olga Borodina, Kenneth Tarver, Evgeny Nikitin)

Il encore encore pas mal de places.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20716
Age : 39
Date d'inscription : 03/07/2009

Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz   Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz EmptyJeu 14 Nov 2013 - 15:53

A priori il était dans son élément à Londres en début de mois :
http://www.resmusica.com/2013/11/06/a-londres-berlioz-et-le-lso-continuent-lidylle/

Perso, je ne choisi pas... je vais aux deux! Mr.Red

Mais après, difficile... peut-être plus Roméo parce que Cléopâtre et la Fantastique sont assez souvent donnés...
Revenir en haut Aller en bas
mr.hutz
Mélomane averti
mr.hutz


Nombre de messages : 151
Localisation : Paris
Date d'inscription : 31/03/2010

Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz   Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz EmptyJeu 14 Nov 2013 - 17:39

Bonsoir,

J'ai une place à céder pour samedi :

2 balc. cente - Rang G - Place 316 (4e cat)
Tarif abonné: 27 €

Je réponds par MP. Merci mains 

Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves
Néophyte



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 15/11/2013

Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz   Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz EmptyVen 15 Nov 2013 - 15:03

Gergiev dans Berlioz très bien ! J'ai assisté à une des premières prestations dans laquelle il dirigeait cette pièce à Milan il y a environ un an (je chercherai la date précise), et c'était très bien, l'orchestre aidant naturellement.

Maintenant Romeo et Juliette avec les choeurs du LSO ça doit pas être dégoutant non plus, en effet si je suivais le conseil de "Polyeucte" j'irais aux deux !
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20716
Age : 39
Date d'inscription : 03/07/2009

Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz   Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz EmptyDim 17 Nov 2013 - 11:17

Gergiev dirige Berlioz : 16/11/2013


Salle Pleyel, Paris

Berlioz : Waverley, Grande ouverture
Berlioz : Cléopâtre, scène lyrique pour soprano et orchestre

Berlioz : Symphonie Fantastique

BIS :
Berlioz : Marche hongroise (extrait de la Damnation de Faust)


Mezzo-soprano : Karen Cargill

London Symphony Orchestre
Direction : Valery Gergiev


Début du week-end Berlioz/Gergiev avec ce concert...
Dès l'ouverture Waverley, on se dit qu'il sera bon ce week-end car Gergiev semble en grande forme alors que le LSO est comme toujours un vrai bonheur à écouter ! En effet, Gergiev soigne aussi bien la première partie amoureuse et calme que le crescendo qui conduit à une passion guerrière où se mêlent cuivre conquérants et cordes amoureuses. L'oeuvre n'est pas forcément la plus passionnante, mais c'est une belle entrée en matière.

Arrive ensuite Karen Cargill pour la Mort de Cléopâtre... et là première faute. Cette déploration ne s'accorde pas vraiment avec une robe magenta... dommage quand même de ne pas être légèrement raccord avec ce qu'on chante (Meier, Antonacci ou D'Oustrac avaient eu la bonne idée d'être en noir...). Et puis surtout, le soucis vient de la voix de Karen Cargill... Le timbre en lui-même n'est pas laid, mais la voix est large, opaque, n'arrivant à donner un peu de vie au texte que dans certains passages les plus déclamatoires alors que les passages plus chantants sont arrondis à l'extrême sans donner vie au personnage. Après toutes les grandes Cléopâtres vues et entendues, il était difficile de suivre cette interprétation qui manque de ciselé, de dramatisme et de déclamation. A cela ajoutons un aigus pas très beau et un grave vraiment pas beau... Quitte à jouer la carte du grand mezzo, il aurait été plus intéressant d'entendre une Borodina : pas plus d'intention et de détails à priori, mais la voix est au combien plus belle ! Cette interprétation vocale est d'autant plus décevante que la direction de Gergiev est très vivante et détaillée. La partition est mise en valeur, les tempos très bien sentis, les silences qui émaillent la partition faisant véritablement partie de la musique. Alternant violence et repos, l'orchestre est totalement impliqué, répondant à chaque volonté du chef... grande impression à la fois du chef donc (qui donne vraiment beaucoup de relief et de signification à la partition) mais aussi à l'orchestre totalement bluffant de couleurs et de dynamisme.

Et puis la Symponie Fantastique arrive... et là on passe un moment impressionnant ! Loin des allègements qu'on entend souvent maintenant dans cette partition avec un orchestre un peu moins romantique et plus classique, Gergiev opte pour une vision énergique et puissante de l'oeuvre. Dès le début les couleurs sont marquées, les nuances impressionnantes... et les détails très bien mis en avant. Car c'est en fait la plus grande qualité de cette direction : bâtir un édifice immense, avec deux derniers mouvements totalement dantesques qui font trembler tout Pleyel... tout en mettant aussi en avant les détails qui émaillent la partition. Alors que les cuivres rugissent accompagnés par les percutions, on conserve les traits des violons qui s'enroulent autour, on entend le cri de la chouette et les sarcasmes de la clarinette. Les passages les plus violents sont gigantesques et le contraste est bien marqué avec la rêverie d'autres passages. Avec toutes les nuances, l'intelligence de direction, l'énergie démentielle qui est mise dans cette narration, Gergiev ne signe pas une direction des plus raffinées, mais totalement assumée et prenante, loin d'un mauvais goût ou d'une mollesse dans laquelle il tombait souvent pendant un temps. Et puis encore, il faut noter l'orchestre d'une malléabilité confondante... Immense explosion de musique qui sera suivie par une ovation gigantesque !

Pour saluer ce triomphe, Gergiev ne donne la Marche Hongroise assez énergique, mais un petit peu lourd quand même...


Au final, une vraie grande soirée de musique, avec un chef passionnant et un orchestre magnifique, qui possède vraiment tout pour être parmi les plus grands du monde (au niveau des orchestre allemands!)
Revenir en haut Aller en bas
tomseche89
Mélomaniaque
tomseche89


Nombre de messages : 626
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz   Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz EmptyDim 17 Nov 2013 - 12:49

Tu as tout dit !

Gergiev a paraît-il la réputation d'être inégal, parfois au sein d'un même concert : ce n'était assurément pas le cas hier. Hyper impliqué et donnant même les départs à Cargill dans la fin de Cléopâtre. On l'entendait rugir dans la Fantastique. L'orchestre l'a ovationné pendant les rappels.

Le LSO était superbe. Les 2 premiers violons sont un spectacle à eux tous seuls ! Les tutti étaient particulièrement impressionnants avec des musiciens galvanisés par la direction du chef et qui répondent à sa moindre injonction avec un plaisir et un bonheur manifestes, à en juger par les innombrables sourires des violonistes.

Les mouvements 4 et 5 de la Fantastique étaient vraiment extraordinaires. La cloche (placée dans les coulisses) produit toujours son effet. J'ai personnellement toujours du mal à rentrer dans cette symphonie, avec ce premier mouvement assez bizarre. Ma seule réserve sur l'interprétation concerne le Bal, qui a mis du temps à décoller (il convient peut-être moins au tempérament de Gergiev aussi).

J'ai bien aimé la Mort de Cléopâtre, je trouvais que Cargill et l'orchestre se répondait bien. Elle donnait quand même l'impression d'en faire des tonnes sur certains mots. Un peu étonné au moment des saluts qu'elle et Gergiev ne s'adressent même pas un regard...

L'ouverture Waverley donnait effectivement le ton de la soirée avec un orchestre déjà bien chaud. La pièce paraît moins aboutie que les autres ouvertures de Berlioz mais reste malgré tout très agréable à écouter.

Malheureusement je ne pourrai pas assister à Roméo et Juliette, ce qui est bien dommage car Gergiev et le LSO sont bien dans leur élément avec Berlioz !
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20716
Age : 39
Date d'inscription : 03/07/2009

Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz   Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz EmptyLun 18 Nov 2013 - 0:03

Roméo et Juliette : 17/11/2013

Salle Pleyel, Paris


Alto : Olga Borodina
Ténor : Kenneth Tarver
Basse : Evgeny Nikitin

London Symphony Orchestra
London Symphony Chorus
Direction : Valery Gergiev


Deuxième concert de cette visite Berliozienne du LSO et de Gergiev à Paris... et encore un grand moment.

L'oeuvre déjà... plusieurs fois écoutée, je l'avais trouvée intéressante, mais j'en ai vraiment découvert les détails ici, par plus de concentration de ma part je dois bien l'avouer. Ces deux passages qui ouvrent et closent l'oeuvre, chantés avec une sorte de hiératisme tant par les solistes que le petit choeur, le scherzo de Mab, le grand duo d'amour... et ce passage assez étrange de la visite de Roméo au tombeau. Chaque mouvement est varié et détaillé, toujours expressif sans pour autant trop décrire une action. Et puis cette intercalation de choeurs, ce récit de l'ensemble de l'histoire lors du prologue, cette grande scène imposante finale... des grands moments musicaux et théâtraux même si on est face à une symphonie !

Musicalement, on est au même niveau qu'hier, à savoir un orchestre impressionnant de technique et de son, aussi à l'aise dans les détails aériens de Mab que dans le lyrisme amoureux... et puis quel volume lors du final ! Gergiev mène tout ça avec une passion et un engagement qui se transmet aux musiciens. Il est de tous les pupitres, soignant les cordes, encourageant les violons, vibrant de sa main pour le vibrato... et le tout avec toujours une belle construction dramatique, propulsant cette symphonie clairement dans le domaine de la symphonie à programme, n'essayant pas de faire jolie mais plutôt émouvant ou inquiétant. Quelque soit le moment, il faut encore une fois souligner le soin apporté aux détails, n'oubliant pas les détails pendant les grands ensembles.
Le choeur du LSO est tout aussi bon que l'orchestre, au détail près qu'il a un sacré accent anglais ! Mais ce n'est qu'un détail car la diction est assez claire, le choeur très malléable et détaillé. A noter le petit choeur du prologue composé uniquement de jeunes d'une superbe clarté... seule une mezzo était légèrement trop en avant dans l'ensemble par moments.

Et puis forcément quelques mots sur les trois solistes...
Le ténor Kenneth Tarver n'a pas un gros rôle, mais il est enlevé avec la vitalité nécessaire et un bel aplomb.
Olga Borodina a déjà une présence plus importante, avec une très bel air chanté avec beaucoup de sensibilité et de nuances. Quelques graves sont un peu trop puissant peut-être, mais sinon tout est chanté avec beaucoup de goût et de noblesse, un petit côté monumental dans la présence mais qui va bien avec le texte et le prologue je trouve...
Et puis Evgeny Nikitin qui impressionne d'autorité dans le dernier final... Dès son arrivée, la voix claque et sonne, noble et menaçante... La puissance est là (il se fait entendre dans les grands ensemble avec le choeur), le charisme aussi... et la diction ! Si Borodina et Tarver montraient déjà un beau travail, c'est encore plus marquant ici. Grande prestation de sa part, totalement différente de son Oreste monolithique...

Un très beau concert ce soir, avec des grands moments musicaux.
Merci Gergiev pour ce plaisir, merci le LSO pour les bonheurs musicaux, merci Berlioz pour les oeuvres, Pleyel pour la programmation... enfin voilà, des superbes moments en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty
MessageSujet: Re: Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz   Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Pleyel, 16 et 17/11 / Gergiev et le LSO jouent Berlioz
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pleyel, 23-24/04 - N.Angelich, P.Järvi et l'OP jouent Brahms
» Pleyel / R. Capuçon et K. Buniatishvili jouent Franck, Grieg
» Déc 13-Fév 14 - Pleyel - Chostakovitch - Gergiev/Mariinsky
» Pleyel - Intégrale Tchaikovsky: Gergiev - 2010
» Dutilleux-Sibelius-Prokofiev/Gergiev 17/03/12 Pleyel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: