Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -39%
SONY SRSXB10 Enceinte portable – Bluetooth ...
Voir le deal
29.99 €

 

 Rudolf Kelterborn (1931)

Aller en bas 
AuteurMessage
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17997
Date d'inscription : 25/11/2012

Rudolf Kelterborn (1931) Empty
MessageSujet: Rudolf Kelterborn (1931)   Rudolf Kelterborn (1931) EmptyLun 1 Fév 2021 - 13:55

Rudolf Kelterborn (1931) Smp20_10

gluckhand a écrit:
Rudolf Kelterborn

Rudolf Kelterborn (1931) Concerto-Pour-Violoncelle-Namenlos-Concerto-De-Chambre-Pour-Clarinette-Ivan-Monighetti-Violoncelle-CD-Album-847088389_ML

Compositeur suisse (Bâle 1931).

Il a fait ses études à Bâle, à Salzbourg, à Detmold et à Zurich, et a enseigné la théorie musicale à Bâle jusqu'en 1960. Il a été ensuite professeur de composition et d'analyse à l'Académie de musique de Detmold (1960-1968), puis à l'École supérieure de musique et au conservatoire de Zurich (1968-1975). De 1975 à 1980, il a dirigé le département de la musique de la radio suisse alémanique et rhéto-romane à Bâle. Depuis 1980, il enseigne de nouveau à Zurich ainsi qu'à l'École supérieure de musique de Karlsruhe (théorie et composition).Dans un style ne dédaignant pas les techniques sérielles, il a écrit notamment 3 symphonies (1967, 1969, 1976), dont la dernière, dite Espansioni, avec baryton et bande magnétique, 4 quatuors à cordes (1954, 1956, 1962, 1970), le ballet Relations (1975), Phantasmen (1965-66), Changements (1973) et Erinnerungen an Orpheus (1979) pour orchestre, Visions sonores pour 6 groupes de percussions et 6 instruments obligés (1980), l'oratorio Die Flut (1965), d'après la traduction de la Bible de Martin Buber, et les opéras Die Erretung Thebens (Zurich, 1963), Kaiser Jovian (Karlsruhe, 1967) et Ein Engel kommt nach Babylon (Zurich, 1977), d'après Dürrenmatt MERCI à Larousse  pouir ces quelques ligne!
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17997
Date d'inscription : 25/11/2012

Rudolf Kelterborn (1931) Empty
MessageSujet: Re: Rudolf Kelterborn (1931)   Rudolf Kelterborn (1931) EmptyLun 1 Fév 2021 - 13:57

Benedictus a écrit:
Au fait, lulu, tu as déjà écrit quelque chose sur Rudolf Kelterborn (je n'en ai pas eu l'impression, mais j'ai peut-être mal cherché); à vue de nez, ça a l'air plutôt pour moi (dans le sens un peu Holliger-Rihm), non?
(Bon, et puis je devrais recevoir dimanche les deux Poppe dont on a causé hier.)

lulu a écrit:
non j’en ai pas parlé.
c’est pas exactement ça, c’est plus ce genre d’avant-garde un peu conservatrice, atonale, souvent frontale et dissonante comme on en faisait beaucoup à une certaine époque en Europe.
mais tu peux tenter moi j’aime beaucoup.
(enfin à la rigueur c’est plus Maderna-Ligeti-Xenakis que Holliger-Rihm quoi. hehe )

Benedictus a écrit:
Je ne sais pas trop s’il existe déjà un sujet où je pourrais mettre ça, donc:

Rudolf Kelterborn: Symphonie IV (1985-86):

Rudolf Kelterborn (1931) Kelter11
Horst Stein / Bamberger Symphoniker
Schweinfurt, II.1987
MGB «Musikszene Schweiz»


J’ai beaucoup aimé.
lulu a écrit:
ce genre d’avant-garde un peu conservatrice, atonale, souvent frontale et dissonante comme on en faisait beaucoup à une certaine époque en Europe.
Il y a en effet de ça! En revanche, si c’est effectivement atonal et très frontal, je n’ai pas trouvé ça tellement dissonant, au contraire - il y a même des moments très consonants. En fait, j’ai l’impression d’une musique qui brasserait un peu tous les langages dans une espèce de progression continue, à la fois cinétique et narrative; en fait, pour le cadre harmonique comme pour ce côté directionnel-qui-agrège-du-composite, ça m’a beaucoup fait penser à Schoenberg fin des années 20 / début des années 30 ou à certaines symphonies de Hartmann - mais avec effectivement certaines des textures (extrêmement variées) qu’on entend ici ne peuvent être que postérieures à Atmosphères de Ligeti ou à Spiegel de Cerha. (Et puis certains passages très pulsés ne sont finalement pas si éloignés que ça du Rihm de la même époque, Schwebende Begegnung, par exemple.)

Cela dit, il n’est pas impossible aussi que cette symphonie soit un peu à part dans l’œuvre de Kelterborn: je ne les ai pas écoutés en entier, mais la sonate pour violoncelle et piano et l’œuvre concertante pour flûte et orchestre de chambre qui sont sur le même disque m’ont l’air beaucoup plus typiquement «darmstadtiens» (dissonances très marqués, effets de frappe et de prolifération - toutes choses peu sollicités dans la Symphonie.)


Dernière édition par lulu le Lun 1 Fév 2021 - 14:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17997
Date d'inscription : 25/11/2012

Rudolf Kelterborn (1931) Empty
MessageSujet: Re: Rudolf Kelterborn (1931)   Rudolf Kelterborn (1931) EmptyLun 1 Fév 2021 - 14:14

Golisande a écrit:
lulu a écrit:
avant-garde un peu conservatrice

compress (on imagine assez facilement, et d'ailleurs tu expliques un peu juste après, mais tout de même quel étrange oxymore...)

Oui, il y avait un peu de provocation de ma part, mais si j’ai employé cette expression c’est pour deux raisons :

1. La musique de la seconde moitié du vingtième siècle a été fortement marquée par le vieillissement de l’avant-garde. « Avant-garde » pourrait être un terme qui désigne seulement une façon de faire de l’art / de la musique, et effectivement chaque époque peut avoir son avant-garde, mais dans les faits ça renvoie à certaines périodes bien particulières, et pour ce qui est de la musique « académique » on est plutôt dans l’après-guerre — l’avant-garde actuelle étant en fait sortie au moins en partie de la musique classique. De sorte que quand à époque contemporaine un compositeur à lunettes un peu poussiéreux fait encore de l’avant-garde sérieuse à l’ancienne il a quelque chose d’un peu réac et irréductible.

2. Même quand Kelterborn verse là-dedans (c’est-à-dire plutôt dans ses œuvres anciennes), il le fait de façon assez conservatrice, c’est-à-dire qu’il est toujours en-deça de la « vraie » avant-garde historique, et garde toujours un pied dans la musique d’avant (comme pouvaient le faire les Viennois à leur manière et en leur temps), ce qui peut je suppose justifier des rapprochements avec des compositeurs de la génération précédente (Fortner dans ses œuvres les plus audacieuses ?) ou suivante (Benoît a cité Rihm), ou tout simplement avec d’autres compositeurs de sa génération qui sont toujours restés un peu à la marge tout en étant modernes (d’abord pas assez puis un peu trop).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Rudolf Kelterborn (1931) Empty
MessageSujet: Re: Rudolf Kelterborn (1931)   Rudolf Kelterborn (1931) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Rudolf Kelterborn (1931)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: