Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -40%
Machine à café avec broyeur KRUPS ...
Voir le deal
357.99 €

 

 RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Rocktambule
Mélomaniaque
Rocktambule


Nombre de messages : 667
Date d'inscription : 28/03/2018

RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  Empty
MessageSujet: RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22    RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  EmptyMer 29 Juin 2022 - 11:42

Programme :
SIBELIUS : Tapiola
SAARIAHO : Château de l'âme
NORDIN : Emerging from Current and Waves pour clarinette solo, orchestre et électronique live

Distribution :
MARTIN FRÖST clarinette
FAUSTINE DE MONÈS soprano
JESPER NORDIN composition et logiciels
MUSIC UNIT réalisation informatique musicale
Membres du CHŒUR DE RADIO FRANCE
ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE RADIO FRANCE
HANNU LINTU direction

J'espère trouver prochainement le temps d'écrire quelques mots sur ce concert exceptionnel, qui me bouleverse encore quelques jours plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 88963
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22    RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  EmptyVen 1 Juil 2022 - 12:23

Etonnant, car c'est un peu le contraire pour moi...

Sans doute un peu la faute à la salle, et à ma fatigue de ce soir-là, mais pas seulement.

J'ai été déçu par le Tapiola de Lintu, encore moins enthousiasmant que son disque, qui est une version assez consensuelle avec une belle prise de son mais un peu neutre, manquant de nerf et d'angles à mon goût, et un peu lente.
Là c'était carrément mou, avec de belles cordes, mais décevant dans l'ensemble, et vraiment lent.
Reste le plaisir d'entendre ce chef d'oeuvre en salle (la dernière fois pour moi c'était à Pleyel il y a une vingtaine d'années par Segerstam), mais j'espérais quand même mieux.

Déçu aussi par Château de l'âme de Saariaho, là c'est plus l'oeuvre, j'en avais un très bon souvenir au disque, là je me suis un peu ennuyé, même si c'est très beau, et on ne comprenait pas un mot de ce chantait la soprano Faustine de Monès. (jolie voix malgré tout)
Manque de contrastes, chaque partie (ou presque) commence plus ou moins comme la séquence précédente, si on attend du renouvellement on est déçu. (certes on pourrait dire ça de beaucoup d'oeuvres de Saariaho)
C'est beau, contemplatif, scintillant... mais il ne faut pas aller écouter ça un peu fatigué, sinon la somnolence guette.

Je suis parti à l'entracte car j'étais venu principalement pour Sibelius et Saariaho. (et j'ai encore mis 2 heures à rentrer chez moi depuis Radio France!)
Revenir en haut Aller en bas
Rocktambule
Mélomaniaque
Rocktambule


Nombre de messages : 667
Date d'inscription : 28/03/2018

RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22    RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  EmptyVen 1 Juil 2022 - 18:00

C'est grâce à l'écoute comparée sur ce forum que j'ai découvert Tapiola, une pièce qui me passionne depuis... et qui me passionne au point d'avoir réservé ce concert juste pour la singularité de l'entendre en live (17 minutes sur 2h de concert, bon...). J'étais assez réservé sur la pièce de Saariaho vaguement écoutée au disque et jugée hâtivement assez terrifiante. Rien trouvé sur le morceau de Nordin, à part des extraits mal montés sur une vidéo Youtube avec Salonen qui ne donnaient pas envie. Mais bon, j'ai réservé quand même, têtu, juste pour Tapiola.
Quelques jours avant, message de Mickt me transmettant un lien au sujet du morceau de Nordin, et qui n'en disait pas que du bien. Tant pis, c'est réservé, j'y vais !

Petite parenthèse : on pourrait se refaire une écoute comparée un de ces jours ? bounce

J'aime bien ce studio 104, même si les occasions d'y aller se font rares. La décoration est un peu ratée, entre des fauteuils colorés semblant neufs, la moquette noire et les murs en béton, avec des structures style océanique en métal, des rideaux, des plaques... qui font architecture soviétiques années 1950/60. On est un peu serrés, mais il n'y a pas de véritables mauvaises places. J'ai dû réserver trop en avance, le balcon n'était pas ouvert à la réservation, et pourtant il y avait bien du public. J'aimerais bien le tester un jour.

Un concert autour de la thématique de l'angoisse et du mystère : Tapiola, l'angoisse de la forêt et du dieu qui l'habite (ou la hante), les lutins et leurs secrets magiques ; le Château de l'âme, l'angoisse spirituelle et mystique, le mystère de l'âme, musique particulièrement angoissante ; Emerging from Currents and Waves, musique angoissante également, sur le mystère insondable de la place de l'homme dans l'univers pris par le prisme de l'intelligence artificielle jusqu'au transhumanisme. C'est un programme bien construit qui questionne la place de l'homme dans la nature, en lui-même et dans l'univers qu'il a lui-même construit, potentiellement amené à le détruire.

Sibelius : version assez tradi et radicalisée dans le "moyen" (qualité, tempo, engagement...). Pas noté la lenteur du tempo, même si ce n'était clairement pas rapide. A côté des versions ébouriffantes que l'on a pu découvrir dans l'écoute comparée, ça pouvait effectivement avoir une saveur décevante. Toutefois, j'étais tellement enthousiaste que j'ai eu ma dose de plaisir : belle montée d'angoisse, magnifiques effets de cordes. On était en droit d'attendre un peu plus, et, en cela, je partage partiellement la déception de Xavier.

Saariaho : quelle ambiance étrange ! Il faut vraiment l'atmosphère particulière de concentration du concert pour goûter à ce fruit si particulier. Comme Xavier, j'ai noté la diction incompréhensible de la soprano : j'ai même réalisé que le texte chanté était en français en feuilletant le programme de salle... ce qui est vraiment étonnant dans la mesure où elle est française ! Physiquement, de là où j'étais placé, elle ressemblait à Anne Hathaway. Très belle voix, beaucoup d'expressivité, dans une partition probablement très difficile. Chœurs semblant jeter des sortilèges à la salle, avec des passages parlés ou ris, dans des couleurs inhabituelles et intrigantes (l'image qui m'est venue en tête, ce sont les murènes de la Petite sirène de Disney, Flotsam et Jetsam, les deux acolytes de la méchante Ursulla, qui espionnent l'océan avec leurs yeux jaunes). Textes puisant au plus profond de la spiritualité ou des relations humaines. C'est beaucoup plus puissant que ce qu'une écoute au disque m'avait laissé entrevoir.
Kaija Saariaho présente dans la salle.

Nordin : la claque ! LA CLAQUE !
Déjà, il faut indiquer que ce morceau utilise les applications d'intelligence artificielle créées par Nordin. Concrètement, le chef dispose de deux capteurs situés au-dessus de son estrade, au niveau du regard et qu'il "actionne" en plaçant sa main devant, à plat. Il module le son par la proximité de la main par rapport aux capteurs et par le rythme qu'il impulse. De même, le clarinettiste soliste dispose d'un capteur, juste entre lui et le public. Ça commence par des sons stridents aux cordes, et ça mène, par différents procédés, jusqu'à des climax impressionnants, par des crescendos savamment orchestrés, par des effets de surprise subtils ou plus simplement par des énormes masses sonores qui font bondir du fauteuil. Le son de l'orchestre est enregistré, brouillé, retravaillé par l'ordinateur et rediffusé par les hauts-parleurs, en direct ou en décalé, pouvant créer des canons, ou des superpositions, ou les deux... Par ailleurs, la scène est habitée de bizarreries : deux gongs sur lesquels sont placées des baguettes que l'on fait vibrer en fonction des vibrations de la musique, pianiste qui jette une baguette de batterie sur les cordes du piano et qui rebondit dessus, percussionniste qui joue avec une chaîne en métal... Exploration sonore maximale !
Frost entre sur le deuxième mouvement, impérial, inquiétant, diabolique avec un regard de fou. Il livre une véritable performance tout autant physique que musicale. Il joue non seulement de la clarinette, mais aussi de cet étrange instrument qu'est l'application informatique avec le capteur placé entre lui et le public. Il lance des gestes toujours plus étranges, pour moduler un son pouvant être ondulant ou massif, caressant ou choquant. C'est à mi-chemin entre musique et chorégraphie. Si sa première prestation commence chatoyante, elle finit par des coups de poing, des coups de clarinette en horizontal ou en vertical ; et pour finir, c'est la partition qu'il place devant le capteur, de sorte qu'elle crée le son massif sur lequel il quitte la scène. Partition sur laquelle on lit clairement que les mouvements sont écrits, matérialisés par des vagues ou des amas d'encre sur des portées classiques. Prestation hypnotique !
Il reviendra pour le final, depuis le fond de la scène, là où étaient placé le chœur de femmes pour le morceau précédent, pour une intervention tout aussi intrigante, stratosphérique.
J'étais placé au parterre latéral, juste à côté de la régie son. Une demi-dizaine d'ingénieurs du son réglaient tout ce bazar sonore, notamment un qui s'activait derrière la fameuse application chargée de traiter les mouvements enregistrés par les capteurs (sorte de boule rouge qui évolue dans une carte, où le son est traité comme un univers en deux ou trois dimensions, comme un champ de vecteurs en physique astronomique). Les saluts m'ont permis d'apprendre qu'il s'agissait en fait du compositeur lui-même, largement applaudi.
Avis mitigés des musiciens, pas mal de regards curieux et amusés (pianiste, cordes...), mais aussi franche hostilité (altiste du premier rang notamment, qui a fait ostensiblement la tête tout le morceau ; percussionniste jouant de force, et s'adossant au mur du fond, croisant les bras, posture de rejet franc et massif). J'ai rarement vu autant d'avis tranchés sur une œuvre émaner des musiciens, tout en, à mon goût, réussissant à le jouer parfaitement.
Difficile de décrire ce morceau, c'est même une gageure. Est-ce vraiment de la musique ? C'est un vecteur d'émotions par le son, mais qui bouleverse beaucoup de codes, tout en s'inscrivant dans la tradition de nombreux autres. C'est à la fois de la musique et de la post-musique, la quintessence de ce que permet la technologie comme liberté de création sans limite, vertigineuse, débarrassée de toute nécessité de virtuosité. Ça convoque énormément d'images, un peu comme une carte mentale de l'espace, remplie de couleurs et de formes variées, denses ou vaporeuses, comme autant de climax au sein du morceau. Beaucoup de frissons !
C'était en tous cas fascinant, et pour moi, une expérience inoubliable !

Dédicaces du compositeur à la sortie, avec un public assez ému. Je n'ai pas été capable de bredouiller deux mots en anglais tellement je sortais décalqué de cette expérience, et je m'en suis senti plutôt minable. Retour en bus dans un état second et week-end passé à écouter et réécouter le disque de ce morceau (qui vient juste de sortir), pour tenter à la fois d'en percer le mystère et d'y retrouver une bribe de l'émotion du concert (deux objectifs manqués pour l'instant).
Je doute que ce soit reprogrammé un jour à Paris, mais j'y courrais sans hésitation !
Revenir en haut Aller en bas
mickt
Mélomaniaque
mickt


Nombre de messages : 1653
Date d'inscription : 05/03/2018

RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22    RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  EmptyVen 1 Juil 2022 - 19:01

Ça fait plaisir de lire un tel enthousiasme ! Pour ma part il n'y avait que Tapiola qui m'intéressait vraiment donc j'ai renoncé à ce concert, d'autant que j'avais en effet lu une critique qui massacrait l'œuvre de Nordin. Œuvre qui a d'ailleurs apparemment été beaucoup remaniée, passant de 80 à 45 minutes si j'ai bien compris.

Deux critiques divergentes sur le concert de la semaine dernière : https://www.resmusica.com/2022/06/28/les-corps-electriques-de-manifeste/
http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=15143

Et pour écouter le concert : https://www.radiofrance.fr/francemusique/podcasts/le-concert-de-20h/concert-manifeste-2022-par-le-chef-hannu-lintu-sibelius-saariaho-nordin-1732980

(en jetant une oreille très rapide à Nordin, quelques secondes, j'entends quelque chose de plutôt consonnant / planant qui ne semble pas de nature à déclencher des réactions aussi extrêmes. Ça doit se jouer sur la durée.)
Revenir en haut Aller en bas
Rocktambule
Mélomaniaque
Rocktambule


Nombre de messages : 667
Date d'inscription : 28/03/2018

RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22    RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  EmptyVen 1 Juil 2022 - 19:47

mickt a écrit:
Ça fait plaisir de lire un tel enthousiasme ! Pour ma part il n'y avait que Tapiola qui m'intéressait vraiment donc j'ai renoncé à ce concert, d'autant que j'avais en effet lu une critique qui massacrait l'œuvre de Nordin. Œuvre qui a d'ailleurs apparemment été beaucoup remaniée, passant de 80 à 45 minutes si j'ai bien compris.

Deux critiques divergentes sur le concert de la semaine dernière : https://www.resmusica.com/2022/06/28/les-corps-electriques-de-manifeste/
http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=15143

Et pour écouter le concert : https://www.radiofrance.fr/francemusique/podcasts/le-concert-de-20h/concert-manifeste-2022-par-le-chef-hannu-lintu-sibelius-saariaho-nordin-1732980

(en jetant une oreille très rapide à Nordin, quelques secondes, j'entends quelque chose de plutôt consonnant / planant qui ne semble pas de nature à déclencher des réactions aussi extrêmes. Ça doit se jouer sur la durée.)

Merci pour ces liens ! C'est drôle de lire qu'en utilisant parfois les mêmes mots, ils en tirent des avis radicalement différents.

Je ne crois surtout que l'effet concert est essentiel pour ce morceau. Je n'arrive pas à retrouver l'émotion au disque. Je tenterai avec l'enregistrement RF de vendredi, mais j'en doute.
Revenir en haut Aller en bas
ofrex
Mélomane du dimanche



Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 29/02/2012

RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22    RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  EmptyDim 10 Juil 2022 - 10:46

Dans la musique de Kaija Saariaho je préfère des voix comme celles de Barbara Hannigan ou de Dawn Upshow. Je n'ai pas aimé du tout celle de Faustine de Monès.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  Empty
MessageSujet: Re: RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22    RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
RF - OPRF/Lintu/Fröst - Sibelius-Saariaho-Nordin - 24/06/22
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PP] Sibelius 5, Faune, Chosta – Gabetta, OPRF, Franck
» Kaija Saariaho (1952)
» Philharmonie - Chen, Bartok - Lintu 10/02/18
» Saariaho Only the sound remains ONP janvier février
» ONP - Le Vaisseau fantôme, Wagner - Lintu, Decker - oct 2021

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: