Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les compositeurs vus par leurs contemporains

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Pousskine
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 17:29

Voici un sujet qui répertorie les petites phrases (parfois assassines) et les avis ou critique d'un compositeur au sujet d'un autre compositeur, ou bien d'une grande personnalité au sujet d'un autre compositeur.

Ainsi en ce moment dans un bouquin que je lis, il y'a plein de petites réflexions de Chopin sur Berlioz, exemple;

"Chopin dit à Franchomme qu'il s'était attendu à des productions meilleures de la part de Berlioz, déclarant que sa musique justifiait n'importe qui de rompre tout lien d'amitié avec lui".

et un peu plus loin sur la manière dont Berlioz compose, Chopin dit à l'un de ses élévès;

" Voila la manière dont Berlioz compose - sa plume crache sur les feuilles de papier réglé, et il en résulte les fruits du hasard."

Il ne l'aimait pas beaucoup.

Une autre anecdote amusante, dans le journal de Delacroix, Verdi est régulièrement appelé Merdi (sic).

Avez vous d'autres petites piques et phrases de ce genre ca me plait beaucoup Mr.Red


Dernière édition par le Mer 12 Déc 2007 - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9357
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 17:39

Il doit y en avoir de Berlioz sur Chopin, je présume.

Comme ça, n'étant pas chez moi, rien ne me vient à l'esprit, mis à part qu'il avait parlé de Haendel en ces termes: "la lourde face emperruquée de ce barril plein de bière"... finesse quand tu nous tiens. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pousskine
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 17:47

Oui j'en ai de Berlioz sur Chopin, mais celui-ci n'est pas tellement mechant à son égard quelque morceau choisis;

"Pour pouvoir l'apprecier complètement, je crois qu'il faut l'entendre de près, au salon plutot qu'au theatre[...]"

"Malheureusement il n'y a que Chopin lui-même qui puisse jouer sa musique"

et je tronque ces phrases car la suite est plutot faites de compliments car il dit que c'est justement ce qui fait son charme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kia
vomi
avatar

Nombre de messages : 6939
Age : 33
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:28

Pousskine a écrit:

Une autre anecdote amusante, dans le journal de Delacroix, Verdi est régulièrement appelé Merdi (sic).
On dirait une phrase de Guireu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:29

Voilà un sujet que je voulais inaugurer... zut!

Je n'ai jamais vu Delacroix écrire Merdi dans son journal... cela dit, il ne l'aimait pas ça c'est sûr. Il attaque beaucoup Berlioz, défend Rossini, Mozart et Cimarosa, postillonne un peu en passant sur Meyerbeer, ignore Wagner et adule Chopin. J'ai mis pas mal de marque-ta-page, je les posterai à l'occasion !

Berlioz appréciait Chopin, là aussi, une petite citation dans le bouquin d'Eigeldinger Chopin vu par ses élèves.

J'ajoute ce petit lien intéressant: Wagner et Rossini

Je suggère d'élargir un peu le topic (même si ça risque de devenir une poubelle d'anecdotes): Les compositeurs vus par leurs contemporains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
Pousskine
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:35

Justement la référence a Delacroix et ses "Merdi" vient d'un bouquin d'Eigeldinger "L'univers Musical de Chopin", ou il cite des extraits de Delacroix, mais tu as raison ces extraits ne se referait pas à son journal mais à des lettres qu'il écrivit à George Sand;

" J'ai vu hier l'opera de ce fameaux Merdi[...]"

"Verdi ou Merdi fait fureur ajourd'hui [...] " etc,..

sinon pas de probleme pour l'elargissement du topic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:36

Berlioz reprochait notamment à Chopin de "trop sacrifier la mesure", manifestement atteint de rubatite galopante, comme le confirment tous les témoignates.


Zoilreb a écrit:
Comme ça, n'étant pas chez moi, rien ne me vient à l'esprit, mis à part qu'il avait parlé de Haendel en ces termes: "la lourde face emperruquée de ce barril plein de bière"... finesse quand tu nous tiens. Confused
Si c'était joué de façon semblable aux interprétations favorites de Spiritus, on peut comprendre. siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:41

MickeyZeVrai a écrit:
Je n'ai jamais vu Delacroix écrire Merdi dans son journal... cela dit, il ne l'aimait pas ça c'est sûr. Il attaque beaucoup Berlioz, défend Rossini, Mozart et Cimarosa, postillonne un peu en passant sur Meyerbeer, ignore Wagner et adule Chopin. J'ai mis pas mal de marque-ta-page, je les posterai à l'occasion !
La fascination du début du XIXe pour Cimarosa me plonge dans des abîmes de perplexité. Et c'est un amateur de Salieri et de Boïeldieu qui le dit, donc pas nécessairement un tenant de l'orthodoxie novatrice.

Mais enfin... le Mariage Secret, c'est bien gentil, mais comment comparer ça à Mozart ? Martin y Soler et Salieri, eux aussi, on fait bien mieux dans le genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:41

Ah oui, et je crois qu'il existe déjà des fils sur la question. Mr. Green

Je vais vérifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pousskine
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:42

Ce n'étais pas vraiment une "rubatite", il parait que c'était tres cohérent, quelqu'un (justement dans le bouquin de Chopin vu par ses éléves il me semble) disait que c'était comme d'observer un paysage dans un lentille déformante, avec certaine partie plus étirée que d'autre mais au final tout se tenait,.. mais bon j'arrête la le Hors Sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kia
vomi
avatar

Nombre de messages : 6939
Age : 33
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:46

Sinon on avait un peu discuté du sujet ici:
http://classik.forumactif.com/le-forum-f6/signatures-t1016-100.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pousskine
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:50

Ah oui y'en a des belles dans l'autre fil, faut les déplacer ici Mr. Green .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pousskine
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:56

D'ailleurs dans un des liens cité dans l'autre fil, je suis tomber sur une page et sur une citation d'un chef d'orchestre, David Randolph :

""Parsifal est le genre d'opéra qui commence à six heures. Après trois heures vous regardez votre montre, et il est six heures vingt ""

Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liana
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 789
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 18:58

En voici une de Stravinski - qui avait une langue très bien pendue mais passablement méchante :

"Comme Richard je préfère Wagner, comme Strauss je préfère Johann !" (gracieusement offerte à Spiritus pété de rire )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.boursosmile.com
Liana
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 789
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 19:07

DavidLeMarrec a écrit:

La fascination du début du XIXe pour Cimarosa me plonge dans des abîmes de perplexité. Et c'est un amateur de Salieri et de Boïeldieu qui le dit, donc pas nécessairement un tenant de l'orthodoxie novatrice.

Mais enfin... le Mariage Secret, c'est bien gentil, mais comment comparer ça à Mozart ? Martin y Soler et Salieri, eux aussi, on fait bien mieux dans le genre.

L'on peut aussi se souvenir de Goethe (qui avait snobé successivement Beethoven et Schubert), déplorant la mort de Mozart, seul compositeur capable selon lui de mettre en musique son Faust avec ... Meyerbeer (je cite de mémoire) compress
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.boursosmile.com
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9912
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 19:07

il va falloir aller compulser Monsieur Croche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Pousskine
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Age : 31
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 19:08

Sur ce site http://pagesperso-orange.fr/operavivi/pagesl/rigolerl.htm trouvé dans le fil evoqué plus haut quelques remarques acerbes sur Wagner ;

Nietzsche; "Wagner est-il un homme ou une épidémie ? Il a rendu la musique gravement malade."

et aussi "«Il est une évidence qui me semble primordiale: l'art de Wagner est malade. Les problèmes qu'il porte à la scène, de purs problèmes d'hystériques; ce que sa passion a de convulsif, sa sensibilité d'exacerbé, son goût qui exigeait des piments toujours plus forts, son instabilité qu'il déguisait en autant de principes, enfin, et ce n'est pas le moindre symptôme, le choix de ses héros et héroïnes, considérés comme types physiologiques (une vraie galerie de malades!), bref, tout cela forme un tableau clinique qui ne permet pas le moindre doute: Wagner est une névrose.» "

Oscar Wilde ; ""La musique de Wagner est si bruyante qu'on peut parler sans déranger son voisin"

Henri de Rochefort ; ""Comment a-t-on osé mettre une meute de chiens dans Tannhäuser ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 19:11

Liana a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:

La fascination du début du XIXe pour Cimarosa me plonge dans des abîmes de perplexité. Et c'est un amateur de Salieri et de Boïeldieu qui le dit, donc pas nécessairement un tenant de l'orthodoxie novatrice.

Mais enfin... le Mariage Secret, c'est bien gentil, mais comment comparer ça à Mozart ? Martin y Soler et Salieri, eux aussi, on fait bien mieux dans le genre.

L'on peut aussi se souvenir de Goethe (qui avait snobé successivement Beethoven et Schubert), déplorant la mort de Mozart, seul compositeur capable selon lui de mettre en musique son Faust avec ... Meyerbeer (je cite de mémoire) compress
Pour Schubert, on n'est pas sûr qu'il ait jamais reçu la lettre - ni qu'il ait peut-être confondu avec le Schubert de Dresde. Plus vraisemblablement, il était sur le créneau de son protégé Zelter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Kia
vomi
avatar

Nombre de messages : 6939
Age : 33
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 19:11

Mais comme disait ce salaud de Rebatet: "On pardonne à Wagner deux heures d'ennui infernal pour trente minutes de génie"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 19:13

Kia a écrit:
Mais comme disait ce salaud de Rebatet: "On pardonne à Wagner deux heures d'ennui infernal pour trente minutes de génie"...
C'était la réception de la création : les critiques avaient dormi et avaient surtout aimé la Chevauchée et les Adieux...

Ils ont pris ça pour de l'opéra italien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Capri
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1239
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Mer 12 Déc 2007 - 20:52

C'est plutôt rassurant de lire ce genre de choses...

Ca me rassure quant à l'avenir Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 0:07

Du Journal de Delacroix:

Ceci me ramène à la différence de Mozart et de Beethoven. Là, m'a-t-il (Chopin) dit, où ce dernier est obscur et paraît manquer d'unité, ce n'est pas une prétendue originalité un peu sauvage, dont on lui fait honneur, qui est en cause; c'est qu'il tourne le dos à des principes éternels. Mozart jamais. Chacune des parties a sa marche, qui, tout en s'accordant avec les autres, forme un chant et le suit parfaitement; c'est là le contrepoint, "punto contrapunto." Il m'a dit que l'on avait l'habitude d'apprendre les accords avant le contrepoint, c'est-à-dire la succesion des notes qui mène aux accords. Berlioz plaque des accords, et remplit comme il peut les intervalles.
Ces hommes épris à toute force du style, qui aiment mieux être bêtes que ne pas avoir l'air grave.


-----

Elle (Comtesse Delphine Potocka) a essayé le Lac de Lamartine avec l'air si commun et si prétentieux de Niedermeyer. Ce maudit motif m'a tourmenté pendant deux jours.

-----
Après dîner, chez Chopin, autre homme exquis pour le coeur, et, je n'ai pas besoin de dire pour l'esprit. Il s'était traîné à la première représentation du Prophète. Son horreur pour cette rapsodie.

Delacroix en pense la même chose.

-----

L'affreux Prophète, que son auteur croit sans doute un progrès, est l'anéantissement de l'art. L'impérieuse nécessité où il s'est cru de faire mieux ou autre chose que ce qu'on a fait, enfin de changer, lui a fait perdre de vue les lois éternelles de goût et de logique qui régissent les arts. Very Happy

Bon ça suffit pour ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 0:37

Citation :
L'affreux Prophète, que son auteur croit sans doute un progrès, est l'anéantissement de l'art. L'impérieuse nécessité où il s'est cru de faire mieux ou autre chose que ce qu'on a fait, enfin de changer, lui a fait perdre de vue les lois éternelles de goût et de logique qui régissent les arts. Very Happy
Tu vois que tu sais utiliser habilement les souriards. Wink Oui, ça vient.

Merci d’avoir pris le temps de recopier tout ça. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Kia
vomi
avatar

Nombre de messages : 6939
Age : 33
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 7:45

Les Allemands, sauf Wagner, n'ont jamais eu le sentiment de la mesure

Le Temps, 25 août 1914

________________________________________________________________

Siegfried a été abominable. Aucune trace de mélodies cohérentes. Cela tuerait un chat et la frayeur provoquée par ces hideuses dissonances transformerait les rocs en oeufs brouillés.

Richard Strauss

________________________________________________________________

A propos de Tristan:
C'est de la musique de chat évolué. Cela pourrait être fait par un pauvre pianiste qui frappe les touches noires à la place des blanches, ou vice versa.

Heinrich Dorn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Évelyne Louvre-Blondeau
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 11:35

Les critiques contemporaines des grands compositeurs me frappent souvent en ceci qu'elles sont très justes.

J'avais entendu sur France Musique les critiques faites à Beethoven au début de sa carrière. Sa musique était très mal acceptée par la plupart, et on lui reprochait d'être trop longue, ennuyeuse, bruyante, peu raffinée...

Or je trouve que tout ça était tout à fait juste et bien vu. Mais simplement, ce qui était considéré alors comme des défauts, s'est peu à peu transformé en qualités. Ce qu'on considérait comme des fautes ou de la maladresse s'est peu à peu révélé être l'originalité profonde et la personnalité musicale originale d'un artiste puissant.

Évelyne Louvre-Blondeau
mon blog-BD intime :
http://louvreblondeau.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 16:03

Bien sûr, parce qu'ils entendent la même oeuvre que nous.

Mais tout de même, lorsqu'on ne retient de Walküre que les deux seuls "numéros" isolables, on a mal compris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 21:04

Même provenance:

Sur Berlioz:

Chez Berlioz ensuite*. L'ouverture de Léonore m'a produit la même sensation confuse; j'en conclus qu'elle est mauvaise, pleine, si l'on veut de passages étincelants, mais sans union. Berlioz de même: ce bruit est assommant; c'est un héroïque gâchis.

*Premier concert de la Société philharmonique fondée par Berlioz, elle n'a pas duré. Toutefois, ce concert fut un succès: La Damnation de Faust, la Bénédiction des poignards de Meyerbeer et l'ouverture de Léonore de Beethoven.

Sur Cimarosa (légèrement HS donc):

Le soir, au divin Mariage secret, avec Mme de Forget. Cette perfection se rencontre dans bien peu d'ouvrages humains.
On pourrait refaire pour tous les beaux ouvrages restés dans la mémoire des hommes ce que De Piles fait pour les peintres seulement. Je me suis interrogé là-dessus, et pour ne parler que de la musique, j'ai successivement préféré Mozart à Rossini, à Weber, à Beethoven, toujours au point de vue de la perfection. Quand je suis arrivé au Mariage secret, j'ai trouvé non pas plus de perfection, mais la perfection même. Personne n'a cette proportion, cette convenance, cette expression, cette gaieté, cette tendresse, et par-dessus tout cela, et ce qui est l'élément général, qui relève toutes ces qualités, cette élégance incomparable, élégance dans l'expression des sentiments tendres, élégance dans le bouffon, élégance dans le pathétique modéré qui convient à la pièce.


Et objectivement ? David...

J'ai pas le courage d'en mettre plus ce soir... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9912
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 21:33

Oui, Cimarosa est contemporain de Mozart et d'un style d'écriture proche en mieux.

Ses très nombreux opéras ne sont quasiment plus joués quand le moindre Mozart est enregistré en 493.127.185.637.426 versions différentes avec les interprètes les plus prestigieux de chaque génération.

Je ne serais pas surpris qu'il ait son heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 21:43

MickeyZeVrai a écrit:
Sur Cimarosa (légèrement HS donc):

Le soir, au divin Mariage secret, avec Mme de Forget. Cette perfection se rencontre dans bien peu d'ouvrages humains.
On pourrait refaire pour tous les beaux ouvrages restés dans la mémoire des hommes ce que De Piles fait pour les peintres seulement. Je me suis interrogé là-dessus, et pour ne parler que de la musique, j'ai successivement préféré Mozart à Rossini, à Weber, à Beethoven, toujours au point de vue de la perfection. Quand je suis arrivé au Mariage secret, j'ai trouvé non pas plus de perfection, mais la perfection même. Personne n'a cette proportion, cette convenance, cette expression, cette gaieté, cette tendresse, et par-dessus tout cela, et ce qui est l'élément général, qui relève toutes ces qualités, cette élégance incomparable, élégance dans l'expression des sentiments tendres, élégance dans le bouffon, élégance dans le pathétique modéré qui convient à la pièce.


Et objectivement ? David...
Ouii ? fleurs

Je ne suis pas sûr que mon avis soit un gage d'objectivité. Mais c'est vraiment le tout-venant de l'époque de Mozart, pour moi, comme je le disais à la page précédente.

Si tu veux t'en faire une idée, il me semble que Kia en a proposé une version libre de droits (affreuse, je crois).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 21:43

Morloch a écrit:
Je ne serais pas surpris qu'il ait son heure.
On voit que tu n'as pas essayé les concertos pour flûte ou l'Olimpiade, je crois. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9912
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 21:51

C'est le moment d'honnêteté, je n'ai entendu que deux opéras, les Horaces et les curiaces et le mariage secret, en plus d'un peu de son clavier.

Franchement, j'ai beaucoup aimé à chaque fois, comparer à Mozart, je veux bien mais sur quels critères décider que c'est mieux ou moins bien ? La musique est belle, même grammaire que Mozart, théatralement ça fonctionne. On fait comment ?

Sinon pour l'anecdote, Stendhal aussi, me semle t'il, se pâmait devant Cimarosa à égalité devant Mozart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82888
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 21:52

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sauron le Dispensateur
Etre malfaisant
avatar

Nombre de messages : 7003
Age : 36
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 21:56

Kia a écrit:
Les Allemands, sauf Wagner, n'ont jamais eu le sentiment de la mesure
Le Temps, 25 août 1914
Tiens c'est amusant! L'article parle de quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 22:20

Comme on parle de Stendhal, je vais quand même poursuivre ici.

Morloch a écrit:
C'est le moment d'honnêteté, je n'ai entendu que deux opéras, les Horaces et les curiaces et le mariage secret, en plus d'un peu de son clavier.

Franchement, j'ai beaucoup aimé à chaque fois, comparer à Mozart, je veux bien mais sur quels critères décider que c'est mieux ou moins bien ? La musique est belle, même grammaire que Mozart, théatralement ça fonctionne. On fait comment ?
C'est juste que Mozart c'est évident, c'est profond. Cimarosa c'est agréable, et c'est superficiel.

Son seria est d'une platitude incommensurable, et son Matrimonio reste de l'ordre d'un Martin y Soler de qualité moyenne : même écriture musicale, même profil dramatique.


Citation :
Sinon pour l'anecdote, Stendhal aussi, me semle t'il, se pâmait devant Cimarosa à égalité devant Mozart.
Il Matrimonio Segreto était son opéra préféré...

Mais lorsqu'on lit les platitudes aussi subjectives que définitives qui peuplent sa Vie de Rossini, on comprend bien à quel point les écrivains n'ont que rarement compris la musique.

Rousseau et Diderot étaient pour les Italiens à l'époque de Rameau, faut-il le rappeler. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
OYO TOHO
Des chiffres et des Lettres
avatar

Nombre de messages : 6965
Localisation : LH
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 22:26

Je trouve quand même que Nietzsche avait du goût pour la musique et qu'il a écrit de très belles choses sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/decapitum
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 22:40

A David: Faut pas généraliser, je t'ai déjà parlé de Gide, mais il y a aussi Baudelaire à lire lorsqu'il parle de Wagner; si je peux, j'en reporterai les passages les plus éclatants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9912
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 22:43

C'est d'ailleurs l'occasion d'aller à Bastille écouter Tannhäuser, dans le programme il y a l'article de Baudelaire écrit après l'annulation des représentations à Paris Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 22:47

Je n'ai pas dit qu'il s'agissait de tous. Je pensais plus particulièrement, il est vrai au XVIIIe-XIXe (première moitié). Ca dépend intimement de chaque individu écrivain, il va sans dire !

Pour Baudelaire, je n'ai pas été étourdi par ses propos, qui sont au demeurant très justes, mais forcément, Tannhäuser, ce n'est pas non plus Tristan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Jeu 13 Déc 2007 - 23:16

Je pensais surtout à ses réflexions sur les leitmotivs et sa vision comparée à celles de Liszt et Berlioz de l'ouverture de Lohengrin. Je vais essayer de les publier ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 12:33

Critique musicale, Ch.BAUDELAIRE:

Liszt, Fétis, Gautier et la musique de Wagner:

Paris avait jusque-là peu entendu parler de Wagner; on savait vaguement qu'au-delà du Rhin s'agitait la question d'une réforme dans le drame lyrique, et que Liszt avait adopté avec ardeur les opinions du réformateur. M. Fétis avait lancé contre lui une espèce de réquisitoire, et les personnes curieuses de feuilleter les numéros de la Revue et Gazette musicale de Paris pourront vérifier une fois de plus que les écrivains qui se vantent de professer les opinions les plus sages, les plus classiques, ne se piquent guère de sagesse ni de mesure, ni même de vulgaire politesse, dans la critique des opinions qui leur sont contraires. Les articles de M. Fétis ne sont guère qu'une diatribe affligeante; mais l'exaspération du vieux dilettantiste servait seulement à prouver l'importance des œuvres qu'il vouait à l'anathème et au ridicule. D'ailleurs, depuis treize mois, pendant lesquels la curiosité publique ne s'est pas ralentie, Richard Wagner a essuyé bien d'autres injures. Il y a quelques années, au retour d'un voyage en Allemagne, Théophile Gautier, très ému par une représentation de Tannhäuser, avait cependant, dans le Moniteur, traduit ses impressions avec cette certitude plastique qui donne un charme irrésistible à tous ses écrits. Mais ces documents divers, tombant à de lointains intervalles, avaient glissé sur l'esprit de la foule.

-----

Berlioz en réaction à cet évènement déplorable:

Dans le feuilleton auquel je faisais tout à l'heure allusion, M. Berlioz, qui montra cependant beaucoup moins de chaleur qu'on aurait pu en attendre de sa part, ajoutait : « Ce qui se débite alors de non-sens, d'absurdités et même de mensonges est vraiment prodigieux, et prouve avec évidence que, chez nous au moins, lorsqu'il s'agit d'apprécier une musique différente de celle qui court les rues, la passion, le parti pris prennent seuls la parole et empêchent le bon sens et le bon goût de parler. »

Je posterai les passages les plus éloquents plus tard dans la journée.

Et bien évidemment, la lecture de cette critique vous est fortement recommandée si vous désirez en savoir plus sur l'injustice faite à Wagner et si vous vous extasiez en lisant des propos très lucide sur l'Art et notamment celui de Wagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 15:39

Wagner dans le programme de l'ouverture de Lohengrin:

Je prends tout de suite un exemple, la fameuse ouverture de Lohengrin, dont M. Berlioz a écrit un magnifique éloge en style technique*; mais je veux me contenter ici d'en vérifier la valeur par les suggestions qu'elle procure. Je lis dans le programme distribué à cette époque au Théâtre-Italien :
« Dès les premières mesures, l'âme du pieux solitaire qui attend le vase sacré plonge dans les espaces infinis. Il voit se former peu à peu une apparition étrange qui prend un corps, une figure. ( cette apparition se précise davantage et la troupe miraculeuse des anges, portant au milieu d'eux la coupe sacrée, passe devant lui. Le saint cortège approche; le cœur de l'élu de Dieu s'exalte peu à peu; il s'élargit, il se dilate; d'ineffables aspirations s'éveillent en lui; il cède à une béatitude croissante, en se trouvant toujours rapproché de la lumineuse apparition, et quand enfin le Saint-Graal lui-même apparaît au milieu du cortège sacré, il s'abîme dans une adoration extatique, comme si le monde entier eût soudainement disparu.
« Cependant le Saint-Graal répand ses bénédictions sur le saint en prière et le consacre son chevalier. Puis les flammes brûlantes adoucissent progressivement leur éclat; dans sa sainte allégresse, la troupe des anges, souriant à la terre qu'elle abandonne, regagne les célestes hauteurs. Elle a laissé le Saint-Graal à la garde des hommes purs, dans le cœur desquels la divine liqueur s'est répandue, et l'auguste troupe s'évanouit dans les profondeurs de l'espace, de la même manière qu'elle en était sortie. »


*Je cherche cet article !

A venir: Liszt sur l'ouverture de Lohengrin.


Dernière édition par le Sam 15 Déc 2007 - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 19:21

Comme promis:

Je prends maintenant le livre de Liszt, et je l'ouvre à la page où l'imagination de l'illustre pianiste (qui est un artiste et un philosophe) traduit à sa manière le même morceau :
« Cette introduction renferme et révèle l'élément mystique, toujours présent et toujours caché dans la pièce… Pour nous apprendre l'inénarrable puissance de ce secret, Wagner nous montre d'abord la beauté ineffable du sanctuaire, habité par un Dieu qui venge les opprimés et ne demande qu'amour et foi à ses fidèles. Il nous initie au Saint-Graal; il fait miroiter à nos yeux le temple de bois incorruptible, aux murs odorants, aux portes d'or, aux solives d'asbeste, aux colonnes d'opale, aux parois de cyrnophane, dont les splendides portiques ne sont approchés que de ceux qui ont le cœur élevé et les mains pures. Il ne nous le fait point apercevoir dans son imposante et réelle structure, mais, comme ménageant nos faibles sens, il nous le montre d'abord reflété dans quelque onde azurée ou reproduit par quelque nuage irisé.
« C'est au commencement une large nappe dormante de mélodie, un éther vaporeux qui s'étend, pour que le tableau sacré s'y dessine à nos yeux profanes; effet exclusivement confié aux violons, divisés en huit pupitres différents, qui, après plusieurs mesures de sons harmoniques, continuent dans les plus hautes notes de leurs registres. Le motif est ensuite repris par les instruments à vent les plus doux; les cors et les bassons, en s'y joignant, préparent l'entrée des trompettes et des trombones, qui répètent la mélodie pour la quatrième fois, avec un éclat éblouissant de coloris, comme si dans cet instant unique l'édifice saint avait brillé devant nos regards aveuglés, dans toute sa magnificence lumineuse et radiante. Mais le vif étincellement, amené. par degrés à cette intensité de rayonnement solaire, s'éteint avec rapidité, comme une lueur céleste. La transparente vapeur des nuits se referme, la vision disparaît peu à peu dans le même encens diapré au milieu duquel elle est apparue, et le morceau se termine par les premières six mesures, devenues plus éthérées encore. Son caractère d'idéale mysticité est surtout rendu sensible par le pianissimo toujours conservé dans l'orchestre, et qu'interrompt à peine le court moment où les cuivres font resplendir les merveilleuses lignes du seul motif de cette introduction. Telle elle est l'image qui, à l'audition de ce sublime adagio, se présente d'abord à nos sens émus. »


A venir: Baudelaire sur l'ouverture de Lohengrin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 19:57

Je poste simplement le lien de Berlioz sur le concert de Wagner à Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 22:27

amusant ce Wagner commenté par lui-même, comme toujours dans ses écrits un charabia inextricable, mêlé aux pires poncifs ici de la mystique pseudo-chrétienne
Citation :
il cède à une béatitude croissante, en se trouvant toujours rapproché de la lumineuse apparition, et quand enfin le Saint-Graal lui-même apparaît au milieu du cortège sacré, il s'abîme dans une adoration extatique
cette phrase-là particulièrement est à se tordre... "je m'abîme, je m'abîme..." comme répète l'anglais du Bal des Voleurs d'Anouilh
Revenir en haut Aller en bas
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9912
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 22:37

sud273 a écrit:
amusant ce Wagner commenté par lui-même

Le pire c'est que c'est sans doute le cas.

Encore que je soupçonne Liszt d'être capable d'un style aussi ampoulé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 22:53

Morloch a écrit:
sud273 a écrit:
amusant ce Wagner commenté par lui-même

Le pire c'est que c'est sans doute le cas.

Encore que je soupçonne Liszt d'être capable d'un style aussi ampoulé.

Tu as un exemple juste au-dessus. Mais le style de Liszt est bien plus personnel je trouve.
C'est d'ailleurs Baudelaire qui dit dans le même article "cette langue un peu bizarre qu'il affecte, espèce d'idiome composé d'extraits de plusieurs langues". Il ajoute "avec un charme infini."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 22:58

sud273 a écrit:
amusant ce Wagner commenté par lui-même, comme toujours dans ses écrits un charabia inextricable, mêlé aux pires poncifs ici de la mystique pseudo-chrétienne
Citation :
il cède à une béatitude croissante, en se trouvant toujours rapproché de la lumineuse apparition, et quand enfin le Saint-Graal lui-même apparaît au milieu du cortège sacré, il s'abîme dans une adoration extatique
cette phrase-là particulièrement est à se tordre... "je m'abîme, je m'abîme..." comme répète l'anglais du Bal des Voleurs d'Anouilh

Certes, mais ce n'est qu'un programme, les compositeurs et les peintres ne se piquent pas de faire de la littérature, encore moins quand ils ne sont pas français.

EDIT: se piquer de faire qqch What the fuck ?!? ça marche ou pas ? (c'est pour dire que dans ce milieu, il est mal vu que les artistes jouent les poètes et que ceux-ci sont considérés comme des vaniteux)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Sam 15 Déc 2007 - 23:33

se piquer en effet marche fort bien, et la difficulté et que Wagner s'en piquât justement avec un style bien établi et reconnaissable, mais une syntaxe tarabiscotée pour exprimer les choses les plus simples: le texte de Liszt est déjà plus intelligible, et comme tu citais Wagner entre Baudelaire et Berlioz, tous deux bons écrivains.
Je trouve ce texte très édifiant quant à l'hypocrisie religieuse et l'arrivisme de l'auteur vis-à-vis de la bourgeoisie parisienne, (enfin c'est très Bidermayer, je comprends mieux le point de vue de Liana sur le Wagner petit-bourgeois) tout y est formulé en images d'épinal propres à exciter l'imagination des femmes habituées aux vignettes pieuses, et des auditeurs versés dans les contes de chevalerie paganisants. C'est très visuel en même temps, très baigné de lumières contrastées; ça a un petit côté Heroic Fantasy et Manga avant l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 30
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Dim 16 Déc 2007 - 1:12

sud273 a écrit:
se piquer en effet marche fort bien, et la difficulté et que Wagner s'en piquât justement avec un style bien établi et reconnaissable, mais une syntaxe tarabiscotée pour exprimer les choses les plus simples: le texte de Liszt est déjà plus intelligible, et comme tu citais Wagner entre Baudelaire et Berlioz, tous deux bons écrivains.
Je trouve ce texte très édifiant quant à l'hypocrisie religieuse et l'arrivisme de l'auteur vis-à-vis de la bourgeoisie parisienne, (enfin c'est très Bidermayer, je comprends mieux le point de vue de Liana sur le Wagner petit-bourgeois) tout y est formulé en images d'épinal propres à exciter l'imagination des femmes habituées aux vignettes pieuses, et des auditeurs versés dans les contes de chevalerie paganisants. C'est très visuel en même temps, très baigné de lumières contrastées; ça a un petit côté Heroic Fantasy et Manga avant l'heure.

Bon j'ai relu une cinquantaine de fois, je n'ai rien trouvé pour défendre Wagner. C'est effectivement mal écrit, plein de bizarreries inutiles "il s'élargit, il se dilate", bourré de poncifs religieux (encore que là je vois mal ce qu'il aurait pu inventé, ça va dans le sens de sa légende je crois et ce en dépit de son incroyance d'alors).

Un peu de Baudelaire pour changer:

M'est-il permis à moi-même de raconter, de rendre avec des paroles la traduction inévitable que mon imagination fit du même morceau, lorsque je l'entendis pour la première fois, les yeux fermés, et que je me sentis pour ainsi dire enlevé de terre ? Je n'oserais certes pas parler avec complaisance de mes rêveries, s'il n'était pas utile de les joindre ici aux rêveries précédentes. Le lecteur sait quel but nous poursuivons : démontrer que la véritable musique suggère des idées analogues dans des cerveaux différents. D'ailleurs, il ne serait pas ridicule ici de raisonner a priori, sans analyse et sans comparaisons; car ce qui serait vraiment surprenant, c'est que le son ne pût pas suggérer la couleur, que les couleurs ne pussent pas donner l'idée d'une mélodie, et que le son et la couleur fussent impropres à traduire des idées; les choses s'étant toujours exprimées par une analogie réciproque, depuis le jour où Dieu a proféré le monde comme une complexe et indivisible totalité.

La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.*

Je poursuis donc. Je me souviens que, dès les premières mesures, je subis une de ces impressions heureuses que presque tous les hommes imaginatifs ont connues, par le rêve, dans le sommeil. Je me sentis délivré des liens de la pesanteur, et je retrouvai par le souvenir l'extraordinaire volupté qui circule dans les lieux hauts (notons en passant que je ne connaissais pas le programme cité tout à l'heure). Ensuite je me peignis involontairement l'état délicieux d'un homme en proie à une grande rêverie dans une solitude absolue, mais une solitude avec un immense horizon et une large lumière diffuse; l'immensité sans autre décor qu'elle-même. Bientôt j'éprouvai la sensation d'une clarté plus vive, d'une intensité de lumière croissant avec une telle rapidité, que les nuances fournies par le dictionnaire ne suffiraient pas à exprimer ce surcroît toujours renaissant d'ardeur et de blancheur. Alors je conçus pleinement l'idée d'une âme se mouvant dans un milieu lumineux, d'une extase faite de volupté et de connaissance, et planant au-dessus et bien loin du monde naturel.


*Deux quatrains du sonnet Correspondances des Fleurs du mal pour ceux qui seraient frappés par la foudre en plein coeur et qui ne connaissent pas encore.

Prochainement: la comparaison entre les trois visions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
KID A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2912
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   Dim 16 Déc 2007 - 9:57

« Je ne suis point propre à donner des concerts. La foule m’intimide; je me sens asphyxié par ces haleines précipitées, paralysé par ces regards curieux, muet devant ces visages étrangers. Mais toi, tu y es destiné, car quand tu ne gagnes pas ton public, tu as de quoi l’assommer ».

Chopin à Liszt. Si j'étais à la place de Liszt, je ne sais pas comment j'aurais pris la fin Rolling Eyes .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les compositeurs vus par leurs contemporains   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les compositeurs vus par leurs contemporains
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les compositeurs vus par leurs contemporains
» Biographies des compositeurs contemporains
» Compositeurs contemporains - Votre top
» Régis Haas, "les grands compositeurs et leurs oeuvres&q
» Compositeurs italiens fin XIXième début XXième

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: