Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Maurizio Pollini

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Mer 7 Nov 2012 - 19:49

Après les coffrets Chopin et "20th Century" parus l'an dernier, deux nouveaux boîtiers sont annoncés dans la même collection chez DG: l'un consacré à Schumann et l'autre aux concertos de Mozart, Beethoven et Brahms (dir. Abbado, Böhm ou Pollini himself)
http://www.amazon.co.uk/s/ref=sr_st?keywords=Pollini&qid=1352313475&rh=n%3A229816%2Ck%3APollini&sort=-releasedate

Les réserves habituelles et justifiées sur le Pollini cassant des années 70 à cause des prises de son DG sont moins nécessaires ici car le gros de ces enregistrements est plus tardif. Le coffret Schumann me semble donc indispensable. Le "Concertos" peut-être aussi, mais je connais moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Jeu 8 Nov 2012 - 22:13

La 8ème sonate de Beethoven, cet été à Lucerne :
/watch?v=r5sH8JFdDjA
/watch?v=OVDCMaTzgUA
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Jeu 8 Nov 2012 - 22:18

Le coffret "concertos" est un ensemble étrange, en tout cas incomplet, un choix peu cohérent et apparemment arbitraire.
Pourquoi ne pas avoir mis les deux Bartok ? Pourquoi ne pas avoir mis le 5e de Beethoven avec Abbado en plus des quatre autres ? Pourquoi avoir mis le 1er de Brahms avec Böhm et le 2e avec Abbado et pas les deux versions de chaque ? Et le concerto de Schoenberg ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Jeu 8 Nov 2012 - 22:25

Oui, c'est un peu n'importe quoi, il vaut mieux rester sur les albums séparés.
Les deux Bartok et le Schönberg sont présents dans le coffret XXème siècle. Ensuite les deux intégrales des concertos de Beethoven et les Brahms ne sont pas très difficiles à trouver. Pour les Brahms il n'a enregistré que le 1er avec Böhm non ?
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Jeu 8 Nov 2012 - 22:28

alexandre. a écrit:
Oui, c'est un peu n'importe quoi, il vaut mieux rester sur les albums séparés.
Les deux Bartok et le Schönberg sont présents dans le coffret XXème siècle. Ensuite les deux intégrales des concertos de Beethoven et les Brahms ne sont pas très difficiles à trouver. Pour les Brahms il n'a enregistré que le 1er avec Böhm non ?

Oui bien sûr, je me suis emmêlé les pinceaux avec le 1er enregistré avec Thielemann. Ce qui fait trois enregistrements du premier et un seul du second.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Dim 20 Jan 2013 - 1:19

Un débat sur le dernier concert de Pollini à Pleyel, sur la technique de Pollini et son interprétation de Beethoven :

http://classik.forumactif.com/t6556-salle-pleyel-18-janvier-2013-pollini-perspectives
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno13700
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Mar 20 Mai 2014 - 13:03

Pollini était un très grand pianiste jusque dans les années 80-90. Une technique à tomber par terre - vous soulignez d'ailleurs les études de Chopin et c'est là effectivement qu'il était impressionnant - mais maintenant que reste t'il ? C'est un pianiste qui n'a pas su se renouveler, aucune évolution depuis. Il suffit d'écouter son appassionata de quand il était jeune : absolument intransigeante, terrible, le fameux torrent de lave dans un lit de granit. Sa dernière est molle, lente, noyée sous une pédale omniprésente pour masquer ses innombrables pains qu'il n'arrive plus à maitriser. Non merci, le Pollini de maintenant n'est plus du tout intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9414
Age : 58
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Mar 20 Mai 2014 - 13:35

Bruno13700 a écrit:
… Non merci, le Pollini de maintenant n'est plus du tout intéressant.

Alors qu'on le pende!!  keuf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno13700
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Mar 20 Mai 2014 - 13:48

Jaky a écrit:
Bruno13700 a écrit:
… Non merci, le Pollini de maintenant n'est plus du tout intéressant.

Alors qu'on le pende!!  keuf

De suite les grands mots ... Very Happy C'était un grand pianiste, il a gravé selon moi des versions de référence : sa presque intégrale Beethoven sauf l'op 110 que je trouve ratée, les études de Chopin évidemment, pour les autres oeuvres de ce compositeur je préfère Zimerman (live et cd), la sonate n°7 de Prokofiev ...

Mais depuis 2000, c'est terrible, il y a eu un déclin technique impressionnant. Il n'a tout simplement pas su (ou accepté ?) adapter son répertoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1392
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Mar 20 Mai 2014 - 20:36

Bruno13700 a écrit:
Jaky a écrit:
Bruno13700 a écrit:
… Non merci, le Pollini de maintenant n'est plus du tout intéressant.

Alors qu'on le pende!!  keuf

De suite les grands mots ... :DC'était un grand pianiste, il a gravé selon moi des versions de référence : sa presque intégrale Beethoven sauf l'op 110 que je trouve ratée, les études de Chopin évidemment, pour les autres oeuvres de ce compositeur je préfère Zimerman (live et cd), la sonate n°7 de Prokofiev ...

Mais depuis 2000, c'est terrible, il y a eu un déclin technique impressionnant. Il n'a tout simplement pas su (ou accepté ?) adapter son répertoire.

Je ne comprend pas , quel rapport entre pouvoir ou vouloir adapter son répertoire et un déclin éventuel de technique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno13700
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Mer 21 Mai 2014 - 8:03

Ça me semble évident : il n'a plus la technique qu'il avait quand il était jeune et non plus les mêmes doigts. Il suffit d'écouter la hammerklavier ou l'appassionata d'aujourd'hui pour se rendre compte de la bouillie sonore qu'il propose. Alors pourquoi s'obstiner à jouer ces œuvres d'une difficulté technique assez importante ? Pourquoi noyer ces difficultés sous une pédale omniprésente ? Qu'on ne vienne pas me dire que c'est une évolution artistique de la part de Pollini. Il doit donc adapter son répertoire en fonction de ses difficultés comme beaucoup le font.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1392
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Mer 21 Mai 2014 - 8:07

Bruno13700 a écrit:
Ça me semble évident : il n'a plus la technique qu'il avait quand il était jeune et non plus les mêmes doigts. Il suffit d'écouter  la hammerklavier ou l'appassionata d'aujourd'hui pour se rendre compte de la bouillie sonore qu'il propose. Alors pourquoi s'obstiner à jouer ces œuvres d'une difficulté technique assez importante ? Pourquoi noyer ces difficultés sous une pédale omniprésente ? Qu'on ne vienne pas me dire que c'est une évolution artistique de la part de Pollini. Il doit donc adapter son répertoire en fonction de ses difficultés comme beaucoup le font.

Ok lâ je te rejoins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Sam 24 Mai 2014 - 3:53

Je ne partage en rien les remarques de Bruno 13700. Je trouve Pollini bien plus intéressant ces dix dernières années qu'il n'a jamais été. Il n'est pas question ici de déficience technique mais de changement de technique. Théo B. l'explique d'ailleurs bien mieux que je ne le ferais, dans un fil ouvert à l'occasion d'un concert récent ( http://classik.forumactif.com/t6556-salle-pleyel-18-janvier-2013-pollini-perspectives ) :

Théo B. a écrit:
On peut sans doute discuter à condition de parler du fond et non des impressions immédiates que produit l'écoute de Pollini aujourd'hui sur tel ou tel.
Pollini est un cas très spécial dans la mesure où
1. il a complètement changé d'approche du piano et de la technique il y a 10-15 ans, à un stade de la carrière où l'on ne touche plus à ça (les rares fois où ça se produit, ça donne plutôt des résultats catastrophiques).
2. Il a dit ce qu'il voulait faire et il a fait ce qu'il avait dit (c'est sur ce dernier point que la discussion me semble intéressante).

Qu'a-t-il dit ? Qu'il ne supportait plus ses disques de jeunesse, notamment ses Chopin "qui font taktaktak" ; qu'il croyait à présent qu'il y avait bien une "zone transcendante du son", par le son pour le son, mais pour le legato harmonique et la "possibilité de faire un crescendo sur une note" (de donner l'illusion que, évidemment).
En clair, il a annoncé qu'il voulait se détourner de l'articulation qui d'ailleurs lui avait occasionné bien des détracteurs, dont j'ai fait partie soit dit en passant, même si la solidité intrinsèque et la probité de son jeu m'a toujours imposé le respect.
Précisément, je pense que c'est cette très grande solidité originelle, et cette probité face aux partitions, qui pour moi se rapproche de plus en plus du "refus d'interpréter" prôné par Richter, et qu'on pourrait rapprocher aujourd'hui d'autres très grands comme Leonskaja ou Lupu, qui lui a permis de surmonter le défi qu'il s'était imposer, consistant à retrouver quelque chose de la technique de grands pianistes d'avant l'ère du disque.
Le problème de cette démarche, c'est qu'elle déstabilise parce qu'elle impose des nécessités agogiques autres que celles de la partition, pour rendre justice à un aspect à mon sens plus profond de la vérité de la partition, celle de sa structure harmonique, qui est le squelette de sa forme, donc de l'oeuvre elle-même. L'exemple donné par Scherzian plus haut est en ce sens très juste et illustrant. C'est vrai aussi pour les dynamiqus qu'il ne suit plus du tout et a tendance à égaliser, mais dans son cas c'est très clairement différent des pianistes en perte de vitesse technique, c'est un choix délibéré qu'on retrouve d'ailleurs chez les deux pianistes pré-cités.

Au disque on retrouve très bien cet écart considérable entre le Pollini d'avant et l'actuel, notamment dans Mozart et Chopin. Qu'on écoute par exemple son 2e impromptu, sa 2e ballade, ses préludes, ou son 21e concerto, autant d'oeuvres pour lesquelles (à part la première) on a des points de comparaison avec son jeu des années 80. Ou mieux encore, la section centrale extraordinaire de son nocturne op. 32/2. Quasiment personne aujourd'hui ne joue ce répertoire avec aussi peu d'intentions et pourtant autant de liberté, parce que seuls les mouvements harmoniques globaux guide ses mains, et non le caractère ou le style des thèmes ou motifs.

Au concert, on a entendu bien des choses outre l'autre soir l'illustrant aussi, notamment un fabuleux concerto en ré mineur de Brahms il y a trois ans, où le finale a été bissé, et qui montrait que Pollini n'avait guère perdu de sa solidité face aux partitions les plus monstrueusement difficiles. La Hammerklavier bien sûr, les préludes et certaines études de Chopin incroyables (25/2,25/10, 10/4 notamment), l'Appassionnata...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Sam 24 Mai 2014 - 11:03

Bruno13700 a écrit:
Ça me semble évident : il n'a plus la technique qu'il avait quand il était jeune et non plus les mêmes doigts. Il suffit d'écouter  la hammerklavier ou l'appassionata d'aujourd'hui pour se rendre compte de la bouillie sonore qu'il propose. Alors pourquoi s'obstiner à jouer ces œuvres d'une difficulté technique assez importante ? Pourquoi noyer ces difficultés sous une pédale omniprésente ? Qu'on ne vienne pas me dire que c'est une évolution artistique de la part de Pollini. Il doit donc adapter son répertoire en fonction de ses difficultés comme beaucoup le font.

LeKap a écrit:
Bruno13700 a écrit:
Ça me semble évident : il n'a plus la technique qu'il avait quand il était jeune et non plus les mêmes doigts. Il suffit d'écouter  la hammerklavier ou l'appassionata d'aujourd'hui pour se rendre compte de la bouillie sonore qu'il propose. Alors pourquoi s'obstiner à jouer ces œuvres d'une difficulté technique assez importante ? Pourquoi noyer ces difficultés sous une pédale omniprésente ? Qu'on ne vienne pas me dire que c'est une évolution artistique de la part de Pollini. Il doit donc adapter son répertoire en fonction de ses difficultés comme beaucoup le font.

Ok lâ je te rejoins

Hippolyte a écrit:
Je ne partage en rien les remarques de Bruno 13700. Je trouve Pollini bien plus intéressant ces dix dernières années qu'il n'a jamais été. Il n'est pas question ici de déficience technique mais de changement de technique. Théo B. l'explique d'ailleurs bien mieux que je ne le ferais, dans un fil ouvert à l'occasion d'un concert récent ( http://classik.forumactif.com/t6556-salle-pleyel-18-janvier-2013-pollini-perspectives ) :

Théo B. a écrit:
On peut sans doute discuter à condition de parler du fond et non des impressions immédiates que produit l'écoute de Pollini aujourd'hui sur tel ou tel.
Pollini est un cas très spécial dans la mesure où
1. il a complètement changé d'approche du piano et de la technique il y a 10-15 ans, à un stade de la carrière où l'on ne touche plus à ça (les rares fois où ça se produit, ça donne plutôt des résultats catastrophiques).
2. Il a dit ce qu'il voulait faire et il a fait ce qu'il avait dit (c'est sur ce dernier point que la discussion me semble intéressante).

Qu'a-t-il dit ? Qu'il ne supportait plus ses disques de jeunesse, notamment ses Chopin "qui font taktaktak" ; qu'il croyait à présent qu'il y avait bien une "zone transcendante du son", par le son pour le son, mais pour le legato harmonique et la "possibilité de faire un crescendo sur une note" (de donner l'illusion que, évidemment).
En clair, il a annoncé qu'il voulait se détourner de l'articulation qui d'ailleurs lui avait occasionné bien des détracteurs, dont j'ai fait partie soit dit en passant, même si la solidité intrinsèque et la probité de son jeu m'a toujours imposé le respect.
Précisément, je pense que c'est cette très grande solidité originelle, et cette probité face aux partitions, qui pour moi se rapproche de plus en plus du "refus d'interpréter" prôné par Richter, et qu'on pourrait rapprocher aujourd'hui d'autres très grands comme Leonskaja ou Lupu, qui lui a permis de surmonter le défi qu'il s'était imposer, consistant à retrouver quelque chose de la technique de grands pianistes d'avant l'ère du disque.
Le problème de cette démarche, c'est qu'elle déstabilise parce qu'elle impose des nécessités agogiques autres que celles de la partition, pour rendre justice à un aspect à mon sens plus profond de la vérité de la partition, celle de sa structure harmonique, qui est le squelette de sa forme, donc de l'oeuvre elle-même. L'exemple donné par Scherzian plus haut est en ce sens très juste et illustrant. C'est vrai aussi pour les dynamiqus qu'il ne suit plus du tout et a tendance à égaliser, mais dans son cas c'est très clairement différent des pianistes en perte de vitesse technique, c'est un choix délibéré qu'on retrouve d'ailleurs chez les deux pianistes pré-cités.

Au disque on retrouve très bien cet écart considérable entre le Pollini d'avant et l'actuel, notamment dans Mozart et Chopin. Qu'on écoute par exemple son 2e impromptu, sa 2e ballade, ses préludes, ou son 21e concerto, autant d'oeuvres pour lesquelles (à part la première) on a des points de comparaison avec son jeu des années 80. Ou mieux encore, la section centrale extraordinaire de son nocturne op. 32/2. Quasiment personne aujourd'hui ne joue ce répertoire avec aussi peu d'intentions et pourtant autant de liberté, parce que seuls les mouvements harmoniques globaux guide ses mains, et non le caractère ou le style des thèmes ou motifs.

Au concert, on a entendu bien des choses outre l'autre soir l'illustrant aussi, notamment un fabuleux concerto en ré mineur de Brahms il y a trois ans, où le finale a été bissé, et qui montrait que Pollini n'avait guère perdu de sa solidité face aux partitions les plus monstrueusement difficiles. La Hammerklavier bien sûr, les préludes et certaines études de Chopin incroyables (25/2,25/10, 10/4 notamment), l'Appassionnata...

Je rejoins largement le point de vue de Bruno13700 et LeKap : Pollini est en chute libre sur le plan technique depuis quelques années comme l'attestent ses médiocres concertos de Brahms avec Thielemann ou son dernier récital Beethoven (op 7, 14 et 22). Les doigts ne suivent plus, l'usage abusif de la pédale n'est qu'un pis-aller et la sonorité est aujourd'hui dure et métallique.

Rien à voir avec l'évolution technique dont Théo parle à juste titre mais que je ferais plutôt dater du début des années 90 (les concertos de Beethoven avec Abbado montrent déjà une volonté d'humaniser le discours et de varier bien davantage les couleurs) et n'est plus, depuis 2010 environ, qu'un souvenir. Mais à plus de 70 ans, cela arrive souvent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Sam 24 Mai 2014 - 15:08

Il arrive que Pollini soit en méforme, mais de tous les concerts qu'il a donnés ces dernières années à Pleyel, dans mon souvenir, un seul a été vraiment raté, le 2e de Bartok avec Boulez, les doigts ce soir-là ne suivaient pas. Le reste a été magnifique. Aucun problème technique dans tous ces concerts, les 3 dernières de Beethoven, la 4e et la 8e, les Hammerklavier, les préludes de Chopin, le 1er concerto de Brahms avec Eötvös absolument incroyable... Au disque, les concertos de Mozart avec Vienne sont stupéfiants, l'Appassionata live à Vienne... Je n'ai pas écouté ses derniers Brahms avec Thielemann.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno13700
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Sam 24 Mai 2014 - 16:08

Hippolyte a écrit:
Il arrive que Pollini soit en méforme, mais de tous les concerts qu'il a donnés ces dernières années à Pleyel, dans mon souvenir, un seul a été vraiment raté, le 2e de Bartok avec Boulez, les doigts ce soir-là ne suivaient pas. Le reste a été magnifique. Aucun problème technique dans tous ces concerts, les 3 dernières de Beethoven, la 4e et la 8e, les Hammerklavier, les préludes de Chopin, le 1er concerto de Brahms avec Eötvös absolument incroyable... Au disque, les concertos de Mozart avec Vienne sont stupéfiants, l'Appassionata live à Vienne... Je n'ai pas écouté ses derniers Brahms avec Thielemann.

Où est la fougue du jeune Brahms sur le concerto n°1 interprété par Pollini ? Pour moi ce concerto doit être exécuté avec les tripes, comme si la vie du pianiste en dépendait. Sur les octaves du premier mouvement, il faut une prise de risque maximale, un tempo élevé et chez le nouveau Pollini c'est pantouflard et il se démerde quand même à en mettre à côté. Mais tout va bien la pédale est là pour masquer tout ça. Avez-vous vu le concerto par Zimerman avec Jansons ? Lui se sert de la pédale à bon escient, pour embraser l'orchestre ! C'est vraiment du feu qu'il propose. Pareil pour Angelich avec Jarvi. Je retrouve avec ces deux interprétations la fougue du jeune Brahms. Pollini lui met fait penser un peu à Emmanuel Ax dans ce concerto.

Mais tout ceci après tout est une question de goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Dim 25 Mai 2014 - 9:41

J'ai le souvenir d'un article paru dans Gramophone, à la mort de Gilels, qui disait en substance que maintenant que le pianiste russe était décédé, Pollini était désormais légitime pour être reconnu comme "le plus grand beethovénien vivant". Cela m'avait d'autant plus surpris que son enregistrement des cinq dernières sonates, encensé partout lors de sa sortie, ne m'avait jamais convaincu à l'époque -et ça n'a pas trop changé depuis, et les autres sonates entendues n'ont pas excessivement fait évoluer cette première impression-. Par contre, j'aime bien ses Diabelli... Et je le considère comme immense dans Chopin et dans Brahms, mais également dans la sonate de Berg ou dans la 7ème de Prokofiev.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno13700
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Dim 25 Mai 2014 - 12:35

Diablotin a écrit:
J'ai le souvenir d'un article paru dans Gramophone, à la mort de Gilels, qui disait en substance que maintenant que le pianiste russe était décédé, Pollini était désormais légitime pour être reconnu comme "le plus grand beethovénien vivant". Cela m'avait d'autant plus surpris que son enregistrement des cinq dernières sonates, encensé partout lors de sa sortie, ne m'avait jamais convaincu à l'époque -et ça n'a pas trop changé depuis, et les autres sonates entendues n'ont pas excessivement fait évoluer cette première impression-. Par contre, j'aime bien ses Diabelli... Et je le considère comme immense dans Chopin et dans Brahms, mais également dans la sonate de Berg ou dans la 7ème de Prokofiev.

Je suis d'accord avec vous concernant les dernières sonates de Beethoven. Surtout, je trouve qu'il y a une vraie déception sur l'op 110. Ceci dit sa Hammerklavier est exceptionnelle, pour moi la meilleure avec celle de Brendel. J'ai beaucoup aimé également ses Diabelli, il a proposé une autre vision de cette oeuvre, quelque chose que je n'avais jamais entendu auparavant. Chez Chopin, j'adore les Etudes mais pour le reste je préfère Zimerman tout comme chez Brahms. Rubinstein disait d'ailleurs que Zim était le plus grand brahmsien. Pour la 7ème de Prokofiev, Pollini est exceptionnel, c'est vraiment une sonate taillée pour lui, Argerich se débrouille pas mal également. Mais récemment (il n'est jamais trop tard !) j'ai été bluffé par la version de Pletnev dans un live qu'il avait donné à Stockholm (dispo sur youtube). Sur le precipitato ce qu'il arrive à faire est extraordinaire, il fait carrément swinguer ce diabolique mouvement et il emploie un tempo dément. Sachant que c'est du live, la prise de risque est maximale. Pour moi la meilleure version. Ce qu'a fait Pletnev par la suite chez Chopin ou chez Liszt ne fonctionne pas du tout, son "indiscipline" au niveau du rythme ne prend pas chez ces compositeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5580
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Ven 26 Fév 2016 - 14:39

Je jette un oeil au coffret Pollini, déjà assez ancien, et me rends compte qu'il comblerait avantageusement quelques fâcheuses lacunes dans ma discothèque pianistique. Si je m'intéresse avant tout aux oeuvres en gras, serait-ce un bon plan?



Bartók:
Piano Concerto No. 1, BB 91, Sz. 83
Piano Concerto No. 2, BB 101, Sz. 95


Beethoven:
Piano Concerto No. 3 in C minor, Op. 37
Piano Sonata No. 14 in C sharp minor, Op. 27 No. 2 ‘Moonlight'
Piano Concerto No. 4 in G major, Op. 58
Piano Concerto No. 5 in E flat major, Op. 73 'Emperor'
Piano Sonata No. 13 in E flat major, Op. 27 No. 1 'Quasi una fantasia'
Piano Sonata No. 17 in D minor, Op. 31 No. 2 'Tempest'
Piano Sonata No. 21 in C major, Op. 53 'Waldstein'
Piano Sonata No. 29 in B-flat major, Op. 106 'Hammerklavier'
Piano Sonata No. 32 in C minor, Op. 111

(J'ai déjà tout ça par Gulda, Kovacevich et Ashkenazy mais j'aime tellement que cela ne me dérangerait pas de triplonner voir quadruplonner)

Boulez:
Piano Sonata No. 2

Brahms:
Piano Concerto No. 1 in D minor, Op. 15

(Incroyablement, je ne l'ai pas en CD)

Chopin:
Piano Sonata No. 2 in B flat minor, Op. 35 'Marche funèbre'
Études (12), Op. 25
Berceuse in D flat major, Op. 57

(J'ai quelques Études par Magaloff)

Debussy:
Études pour piano (12)

(Tiens, pas de version de ceci chez moi non plus)

Liszt:
Piano Sonata in B minor, S178
(J'ai déjà Argerich)

Mozart:
Piano Concerto No. 23 in A major, K488

Nono:
Como una ola de fuerza y luz

Schoenberg:
Piano Concerto, Op. 42
Suite for Piano, Op. 25

Schubert:
Piano Sonata No. 20 in A major, D959
Allegretto in C minor, D915
Klavierstücke (3), D946


Schumann:
Fantasie in C major, Op. 17
Arabeske in C major, Op. 18

Stravinsky:
Danse Russe (from Pétrouchka)
La semaine grasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2942
Age : 44
Localisation : Vers Sailles
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Ven 26 Fév 2016 - 21:26

Cet après-midi, France Musique a diffusé une émission consacrée aux enregistrements de Pollini avec Abbado. Peut-être qu'en écoutant l'émission sur le site de la radio tu pourras t'en faire une idée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5580
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Sam 27 Fév 2016 - 16:46

Merci Pipus, je vais voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25200
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Lun 19 Sep 2016 - 0:20

Very Happy Réédition en gros coffret de tous les enregistrements DG (58 disques) !

https://www.amazon.fr/Maurizio-Pollini-Complete-Recordings-Grammophon/dp/B01JNP1GTG

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4660
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Ven 14 Sep 2018 - 21:15

J'ai quelques enregistrements de Pollini:
Beethoven: les Sonates 'La Tempête', 'Waldstein' & 'Les Adieux' et Concerto no.3 avec Böhm
Chopin: les Études
Brahms: les 2 Concertos avec Böhm et Abbado.

J'aime surtout Pollini quand il joue seul, sans orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 17837
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Sam 15 Sep 2018 - 20:16

Ses Bartok avec Abbado sont pourtant fabuleux. cool-blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4660
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Sam 15 Sep 2018 - 20:48

arnaud bellemontagne a écrit:
Ses Bartok avec Abbado sont pourtant fabuleux. cool-blue

oui, merci pour cette référence, j'écoute ! mains    

Et Pollini est tout aussi génial dans la Seconde Sonate de Boulez.  I love you

Dommage pour ses Brahms...
nous en avions parlé dans la Playlist...  Idea
Peut-être trop conventionnel pour lui,
pas trop fameux en fait, un peu défraîchis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85086
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Sam 15 Sep 2018 - 23:16

Le concerto 2 de Brahms… version de 77 avec Vienne ou de 97 avec Berlin ? Pour moi c'est vraiment la date qui fait tout pour Pollini : dur et cassant jusqu'assez tard, puis, à l'aboutissement de sa remise en question technique, vraiment au sommet d'une maîtrise hallucinante et d'un sens des textures, de la poésie, assez hors du commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5580
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   Dim 16 Sep 2018 - 10:04

Ah oui, Berlin 1997 est superlatif !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maurizio Pollini   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maurizio Pollini
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Maurizio Pollini
» Maurizio Pollini
» Samson François, pianiste
» Playlist (56)
» Pollini à Pleyel 14-02-2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: