Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 18:57

L'ORGUE FRANCAIS SOUS L'ANCIEN REGIME, DE LA RENAISSANCE A LA REVOLUTION

Ce sujet vise à traiter de la discographie de l'orgue français classique, situé chronologiquement entre la fin de la Renaissance et la Révolution.

Parallèlement à une présentation de ce répertoire (compositeurs et oeuvres) que j'ai développé en page 1 d'un autre fil (clic) en catégorie Général, j'amorce le présent fil par un panorama discographique en plusieurs étapes chronologiques, suivies par une synthèse de disques essentiels et une série de compilations ou anthologies transversales.

Les dix rubriques liminaires sont encore un peu vides pour l'instant. Un peu de patience...

Un tel dossier nécessite du temps pour la rédaction et la mise en page ; il sera complété progressivement, et régulièrement actualisés.

Pour visualiser un ordre préférentiel, j'emploie une cotation sur cinq étoiles qui reflète ma dilection envers les disques évoqués. Cette évaluation n'implique aucun jugement de valeur global sur l'artiste mais reflète seulement l'attrait ou l'intérêt que j'accorde à cette interprétation particulière. La performance de l'orgue, le choix des registrations, la réalisation artistique, la qualité de la prise de son, la qualité du livret entrent aussi en compte.
Les albums considérés comme référence, conseillés en choix prioritaire pour se constituer une CDthèque (ce qui sous-entend leur disponibilité courante), sont précédés du signe : =>

N'hésitez pas à réagir pour compléter ou contredire ces avis, puisque ce fil doit bien sûr héberger des échanges d'informations et des débats Il peut aussi servir de vigie pour annoncer les parutions discographiques dans ce répertoire.

Very Happy


Dernière édition par Mélomaniac le Mar 20 Nov 2012 - 0:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 18:58

I) La Renaissance et quelques figures préclassiques : Titelouze, Roberday, Louis Couperin

1) Jehan Titelouze (1563-1623)

Celui que l'on considère comme le père de l'orgue français a été peu récompensé par la discographie, honteusement indigente pour une telle sommité du répertoire !
Parmi ceux que je connais, deux albums s'avèrent très recommandables...

=> |*****| Yves-G. Préfontaine, Orgue Tribuot / Aubertin de l'église de Seurre (Atma, mai 2007 & juin 2008)

les 12 Hymnes :
Ad coenam - Veni Creator - Pange lingua - Ut Queant - Ave maris stella - Conditor alme siderum
A solis ortus cardine - Exsultet coelum - Annue Christe - Sanctorum meritis - Iste confessor - Urbs Jerusalem

Le seul organiste qui se soit jamais aventuré dans l'enregistrement des douze Hymnes !
Devra-t-on donc conseiller ce disque par défaut ?
Non : superbe résultat !
« En ce début de XXI° Siècle, qui se soucie de Jehan Titelouze ? Il fait figure d'australopithèque » écrit Yves-G. Préfontaine dans le convivial livret où l'on sent poindre une certaine malice, un franc-parler typique de la province québécoise. Cet ancien élève des Lagacé et de Scott Ross au Conservatoire de Montréal se rappelle sa précoce sympathie pour ce compositeur qui est, selon ses propres mots, « affaire de plaisir » : celui d'un interprète admiratif de la richesse harmonique, rythmique et contrapuntique de l'écriture, celui d'un exécutant ravi d'exploiter les attraits d'une musique qui n'a d'ingrat que sa réputation.
Les ressources sonores des tuyaux Tribuot - Aubertin sont mises à contribution par une pertinente réflexion sur le dialogue des voix, la registration du cantus firmus, l'utilisation des jeux solistes... La sobriété de l'ornementation révèle une attitude empathique et néanmoins ludique qui semble guidée par l'esprit du ricercare : cette vocation qu'indiquait Titelouze dans son titre de fugues et recherches. L'écoute ne s'offusque d'aucune vaine hardiesse mais se voit gratifiée par les solutions toujours sensées qu'offre un organiste herméneute. Un véritable art heuristique, qui trouve car il a sagement exploré les contraintes et potentialités du cahier des charges nécessaire à animer ces vénérables partitions.
Pour l'alternatim : le ton franc, élancé, nettement chantourné, savoureusement coloré et peut-être un brin désacralisé des Chantres du Roy trahit une sémillante gourmandise... qui se permet quelques rehauts du meilleur effet, tels les versets de l'Ave Maris Stella adornés en faux-bourdon d'après Bournonville.
Comme nous l'explique Jean-Pierre Leguay dans le livret, la démarche pour aborder Titelouze doit « s'abreuver à la concentration, à la disponibilité ». Ces deux disques font preuve de l'une et l'autre, et marient l'intelligence et la sensibilité.
Dans de telles conditions, on espérerait tant les Magnificat par la même équipe !
Spoiler:
 

|*****| Jean-Charles Ablitzer, Orgue Dallam de l'église de Guimiliau (Harmonic Records, novembre 1990)

6 Hymnes : Ave Maris Stella - Pange Lingua - Veni Creator - Conditor alme siderum - A solis ortus - Exultet coelum
Magnificat sexti toni

Un CD depuis longtemps épuisé mais qui mérite d'être traqué en seconde main.
Un témoignage typé, par la forte personnalité de l'instrument. Dans l'acoustique mate et peu réverbérée de l'enclos paroissial Saint-Miliau, ce petit orgue (32/III + péd en tirasse) se pare d'intimisme et d'une savoureuse rugosité. Ces sonorités habillent l'approche un brin austère d'Ablitzer, qui sculpte les phrases comme un maître autel. Le bas-relief l'emporte sur la couleur du panneau, le mobilier semble parfois inerte, mais on peut rendre hommage à un tel artisanat. Précieux livret.
Les versets alternent avec les voix sensibles de Gérard Lesne, Josep Benet, Josep Cabré & Malcolm Bothwell.
Spoiler:
 


|*****| André Isoir, Orgue Koenig de Sarre-Union (Calliope, janvier 1973)

4 Hymnes : Veni Creator - Pange Lingua - Ave maris stella - Exultet coelum
Magnificat primi toni

Presque à l'opposé de son confrère Ablitzer, André Isoir fascine par l'étincelle sacrée qu'il allume dans ces versets, avec la complicité d'un petit instrument (31/II + péd) d'esthétique classique, nouvellement construit en 1967 par Jean-Georges Koenig d'après les recettes de Dom Bedos. L'infinie douceur de ces rais de lumière nous baigne dans une ferveur immaculée. La spititualité de ces bijoux polyphoniques luit alors d'une aura quasiment mystique. La musique du Chanoine de Rouen illuminée de l'intérieur... Mais saurait-on la réduire à ces visions séraphiques ?

Spoiler:
 


2) François Roberday (1624-1680)

Là encore, la discographie de ce compositeur souffre disette, même si l'on retrouve quelques pièces de son opus unicum dans diverses anthologies.
Deux disques très recommandables, dont l'un est épuisé.

|*****| Michel Chapuis, Orgue Jullien de la Collégiale de Roquemaure (Astrée, mars 1977)

Fvgves et Caprices a Qvatre Parties

Construit par les frères Jullien vers 1650, cet instrument fut redécouvert en 1969, quelques années avant l'enregistrement. Miraculeusement préservés, tous les tuyaux s'ajustent dans leur sommier d'origine, permettant d'entendre un authentique plein jeu (avec tierce) du XVII° Siècle.
La console (14/I + péd) restreint les possibilités de registration mais la suavité des timbres d'époque suffit au plaisir de l'oreille. Cette partition éminemment contrapuntique, notée sur quatre portées, exige une parfaite lisibilité que Chapuis façonne dans son laboratoire poétique, en s'inspirant des usages de jeu préconisés par le Père Mersenne dans son Harmonie universelle (1636). Voilà le texte restitué dans son intégrité et son charme : aucune fioriture, rien que l'essentiel dans cette interprétation pourtant enjôleuse qui comble le coeur autant que l'esprit.

Spoiler:
 


Dernière édition par Mélomaniac le Mer 21 Nov 2012 - 22:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 18:59

II) L'enfance du Classicisme : Nivers, Geoffroy, Lebègue, D'Anglebert, Gigault, Chaumont
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 19:00

III) L'âge d'or du Classicisme, trois maîtres de la génération 1650 : Jullien, Raison, Boyvin

3) Jacques Boyvin (c1653-1706)

=> |*****| Michel Chapuis, Orgue Joyeuse / Muno de la Cathédrale d'Auch (Plenum Vox, novembre-décembre 2004)

Les deux Livres d'Orgue (1690, 1700)

On avait longtemps espéré pouvoir enfin disposer d'une intégrale des deux Livres au disque... La voilà enfin ! En deux double-albums, soit quatre CDs.
Sur un instrument brillant, riche, et puissant (42/IV + péd.), assez semblable à celui dont bénéficiait Boyvin à Notre Dame de Rouen, Michel Chapuis réjouit par sa faconde coutumière. Splendide ! Et superbe prise de son, écrasante.
Très intéressant livret, sur l'histoire de l'orgue de la Cathédrale de Rouen, et celui d'Auch.
Spoiler:
 


Dernière édition par Mélomaniac le Mar 20 Nov 2012 - 22:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 19:01

IV) L'apogée du Classicisme : François Couperin


1) Messe à l'usage des Couvents & Messe solemnelle à l'usage des Paroisses : versions en un seul album

|*****| Aude Heurtematte, Orgue de l'église Saint-Gervais (Zig Zag, février 2004)

L'emblématique orgue de François ?! Oui et non...
En échappant à des transformations perverses, l'instrument actuel (41/V + péd.) respecte approximativement l'état où le perfectionna François-Henri Clicquot mais ne correspond pas exactement à celui (quatre claviers) que connut Couperin après les travaux de Pierre et Alexandre Thierry.
Sur ce vénérable témoin de la tardive facture d'Ancien Régime, l'interprète joue sobrement, en évitant de peu que la rigueur devienne parfois rigidité. Cette neutralité tendrait à éteindre les pages méditatives comme l'Elévation, et manque un peu de flamboyance dans les grands jeux. Mais cette perception ressortit peut-être des anches touffues et velues du lieu, captées de près.
Une approche plus sagement classique que baroque. Dénuée d'alternatim, elle plaira à ceux qui cherchent une lecture charnue mais stricte, et strictement instrumentale.
Spoiler:
 

2) Messe solemnelle à l'usage des Paroisses : versions isolées

=> |*****| Olivier Vernet, Orgue Levasseur du Prytanée National militaire de La Flèche (Ligia, avril 2000)

Sur un instrument historique (35/IV + péd.) nouvellement restauré en 1992-95 : interprétation d'apparat, généreusement ornementée. On tendra l'oreille à la plage 5 qui permet d'entendre en duo les jeux de cromorne et trompette dont quasiment tous les tuyaux datent authentiquement du XVII° Siècle.
Pour l'alternatim : plain chant de l'Ordinaire + O Salutaris, prière pour le Roi (Domine, salvum fac regem). Le Propre exploite la Messe de Saint Louis tirée du Graduale Parisiense.
Spoiler:
 


3) Messe à l'usage des Couvents : versions isolées



Dernière édition par Mélomaniac le Mar 20 Nov 2012 - 19:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 19:02

V) Le sommet du Classicisme : Nicolas de Grigny

1) Les 5 Hymnes et la Messe : versions en un seul album



2) Les 5 Hymnes : versions isolées

=> |*****| Bernard Coudurier, Orgue Moucherel de Cintegabelle, Ensemble Alternatim (BNL, mai 1991)


|*****| Jean-Pierre Lecaudey, Orgue Tribuot de Seurre, les Chantres du Roy (Pavane, avril 1999)

Transféré en 1793 dans la petite église de Seurre, restauré en 1990 par les soins experts de Bernard Aubertin, l'orgue que Julien Tribuot acheva en 1699 résonne dans une acoustique étroite et mate qui oriente considérablement l'interprétation, et la perception de l'auditeur. Cette perspective frontale nous laisse savourer des timbres rugueux, l'oreille collée aux tuyaux.
Sans le secours de la réverbération se requiert un jeu vif dont s'acquitte exemplairement Jean-Pierre Lecaudey, qui a murement réfléchi son projet. Le musicologue Norbert Dufourcq se demandait si l'ornementation très ouvragée du Livre de Grigny « n'a pas cherché à aligner l'orgue sur le clavecin dans le propos d'humaniser un majestueux et mystérieux personnage ». L'agile dextérité de l'organiste breton exploite un jeu très claviéristique qui exacerbe la loquacité de ces pages. Au prix de tempos parfois exceptionnellement pressés (l'Amen du Verbum Supernum !) que la mécanique de l'instrument et la proximité des micros sculptent en toute lisibilité. Jean-Pierre Lecaudey s'est reporté à diverses sources (copies de J.S. Bach et Walther, édition de Nicolas Gorenstein…) pour résoudre les fautes de gravure dont est entachée la partition originale, et proposer ainsi une solution crédible à la question harmonique.
Avouons que la ferveur disparaît dans cette approche très virtuose, et pourtant humble et intimiste (presque une lecture de cabinet), à l'instar de l'alternatim vocalisé par les Chantres du Roy.

Spoiler:
 

|*****| Jean-Louis Durand, Orgue Parizot de Falaise (Carthagène, mars 1982)

Aux commandes de l'orgue Parizot de Falaise, on salue la pertinence de registration, l'intelligence de la conduite polyphonique, l'authentique ferveur qui se dégage de cet enregistrement. On savoure la délicatesse de ce cromorne qui parchemine maintes phrases, et ménage quelques délices (le Trio A Solis Ortus !)
Mais le toucher semble étrangement laborieux (l'Amen du Verbum Supernum par exemple). Et surtout trébuche péniblement sur l'ornementation affrontée par une gênante indécision. On sait certes que l'édition originale du Livre est entachée de nombreuses erreurs de gravure. Mais dans ce maquis qui oblige l'interprète à une savante exégèse, Jean-Louis Durand multiplie les maladresses, qui s'entendent comme autant de fautes de goût et salissent l'harmonie au coeur des phrases.
Même le glorieux Dialogue qui conclut ces cinq Hymnes s'affaisse, et résonne d'un enthousiasme en berne, comme si l'interprétation tirait d'elle-même un constat d'échec. On écoutera ce disque pour la sensibilité de l'inspiration, pour le climat ému qu'elle dégage. Mais l'exécution, il m'en coûte de le dire, répond trop timidement à l'enjeu de virtuosité que réclame cet emblématique cahier du répertoire classique français.

Spoiler:
 

3) La Messe : versions isolées

=> |*****| Bernard Coudurier, Orgue Moucherel de Cintegabelle, Ensemble Alternatim (BNL, mai 1991)

Sur le Moucherel (34/III+péd.) de Cintegabelle, voilà une lecture puissante et charpentée, où Coudurier articule la rhétorique chantournée en toute lisibilité et excelle aussi bien dans le sobre recueillement que dans la claironnante édification.
Très sobre alternatim (par l'ensemble éponyme) d'après un Graduel de 1655. Pronociation à la française suivant les préceptes de Lecerf de la Viéville. Concernant le problématique ordonnancement du Gloria, les interprètes ont légitimement choisi de placer le Récit de Tierce en taille au cinquième couplet (Agnus Dei).

Spoiler:
 


Dernière édition par Mélomaniac le Sam 1 Déc 2012 - 21:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 19:03

VI) le radieux crépuscule du Classicisme : Gaspard Corrette, Marchand, Du Mage, Clérambault, D'Agincourt

1) Gaspard Corrette (1671-1732)

Si on considère Corrette comme un second couteau on peut pourtant se réjouir que sa Messe du VIII° Ton n'a pas été malchanceuse au disque.
D'abord en microsillon : sur le Beckerath de l'Oratoire Saint-Joseph de Montréal (Oryx, 1965), le Québecois Raymond Daveluy faisait figure de pionnier sur un instrument pas idéalement idiomatique. On doit se rappeler les intégrales d'Albert Villard (Erato, 1970) à Saint-Pierre de Poitiers dont il était alors titulaire. Puis l'année suivante celle de Werner Jacob gravée sur le Silbermann d'Arlesheim pour la filiale allemande d'Emi.
Traversée du désert avant que Dominique Ferran n'enregistre en 1990 sur le fringant Rabiny de Saint-Géraud d'Aurillac (Adda, épuisé).
Malgré sa prestigieuse affiche, je déconseillerais Pierre Bardon à Saint Maximin (Syrius, 2004) : l'inspiration me semble laborieuse et la prise de son terne. Au contraire, René Saorgin à la Cathédrale de Monaco (HM, 1998) articule des lignes lumineuses et nettement captées par les micros -mais le brio de l'instrument restitue trop anonymement le caractère de ces pages.

=> |*****| Jean-Louis Durand, Orgues Parizot de Notre-Dame-de-Guibray de Falaise et Lefèbvre de l'église de La Madeleine de Verneuil-sur-Avre (Carthagène, octobre 1981 & mars 1982)
Je recommanderais donc prioritairement l'enregistrement de Durand (élève d'André Marchal et Maurice Duruflé), qui vient de reparaître voilà quelques mois, et qui fait entendre deux instruments normands (celui de Verneuil utilisé pour le Gloria) aux timbres très typés, et chacun dotés de quatre claviers comme en l'église Saint-Herbland où officia Boyvin dès 1705.
Quand fut gravé ce disque, le Parizot n'avait pas encore connu sa restauration de 1991. Ces sonorités de terroir chatouillent et frictionnent l'oreille. Le prasé souple et ouvragé de l'interprète nous assure une étroite connivence avec cette messe radieuse, abordée avec convivialité, simplicité voire rusticité : une piété conventuelle sans chichi ni faste inutile.
On taira quelques menus accrocs de doigts (qui pimentent des rencontres harmoniques déjà bien épicées), ou hélas une lecture assez prosaïque du cromorne en taille pour l'élévation. Car dans l'ensemble cette version offre une faconde, une sincérité et un goût authentique qui dresse de cette messe un portrait aussi brut que sympathique. Interprétation vraiment touchante, confortée par une prise de son douce et intimiste.
Spoiler:
 

|*****| René Saorgin, Orgue Boisseau / Tamburini de la Cathédrale de Monaco (Harmonia Mundi, juillet 1998)
Discourant haut et fort, Saorgin rivalise de brio et de lisbilité pour nous offrir une lecture aussi claire que fastueuse, malgré quelques infimes relachements de dextérité (pl.4, Trio à 2 dessus).

|*****| Pierre Bardon, Orgue Isnard du Couvent de Saint-Maximin (Syrius, juin & octobre 2004)
La magie des timbres de Saint-Maximin opère évidemment son charme, Bardon insuffle la spiritualité et son charme coutumiers. Mais la prise de son me semble un peu terne et voilée, ce qui déçoit en considération de la réputation audiophile de ce label.
Un second disque inclus dans le boîtier permet une écoute en 5 canaux pour les mélomanes dotés de cette installation (les exigences techniques sont détaillées dans le livret).
Cette version propose un alternatim vocal, lumineusement exhalé par les Soeurs Dominicaines du lieu.
Autre argument notale : Bardon joue aussi les deux pièces alternatives du Graduel et de l'Elévation.


2) Louis Marchand (1669-1732)

=> |*****| François Delor, Orgue Quoirin du Temple de la Fusterie de Genève (Cascavelle, juin 1992)
Ouvert par un édifiant Prélude à six voix, l'oeuvre de Louis Marchand reste une des plus impressionnantes du répertoire Grand-siècle.
D'accord, la pochette du CD fait à la fois cheap et austère, et elle éclipse le nom du compositeur sous celui de l'interprète.
Mais à l'écoute, quelle réjouissance !
Sur un fringant instrument d'esthétique classique française construit par le jeune Pascal Quoirin en 1979, François Delor tire un feu d'artifice absolument éblouissant !
Les registrations indiquées en page 11 du livret expliquent les recettes de cette fastueuse pyrotechnie, qui rivalise avec tous les spectacles du Roi Soleil.
Ce disque a choisi la quasi intégralité du Livre (moins les secondes Tierces en taille et Basse de trompette, redondantes) et seize (soit environ un tiers) des autres pièces qui nous sont connues par les manuscrits du Château de Versailles.
Toucher vif et virtuose, style flamboyant : l'organiste genevois nous régale d'une lecture ostentatoire qui rend tous les honneurs aux folies baroques du fantasque Marchand.
Superbe prise de son, al fresco. Un récital renversant !
Idéal pour découvrir la musique de celui que  Jacques Lacombe (Dictionnaire portatif des Beaux-arts, 1753) désignait comme « le plus grand organiste qu'il y ait jamais eu » à l'époque de Louis XIV.
Spoiler:
 




Dernière édition par Mélomaniac le Sam 24 Jan 2015 - 13:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 19:04

VII) La tradition des Noëlistes

1) Louis-Claude Daquin (1694-1772) : les douze Noëls

|*****| Christopher Herrick, Orgue Parizot de l'église Saint-Rémy de Dieppe (Hypérion, mai 1995)

Sur le Parizot que venait de restaurer Jean-François Dupont, l'organiste connu pour sa série Organ Fireworks chez le même éditeur valorise une ornementation profuse, moelleusement festonnée. Au risque d’une surcharge décorative qui menace d’égarer l’auditeur des simples mélodies qui inspirent ces Noëls.
Le volubile Daquin était passé maître en l’art de la variation fleurie ; l’interprète anglais, en veine de recréation quasi improvisatrice, fait bourgeonner ces vignettes de crèche au gré d’un maniérisme rococo.
Tempos judicieusement choisis, permettant l’éveil de la ferveur, sauf peut-être pour le fameux Noël Suisse qui clôt ce cycle, dont Herrick taquine le jarret et qu’il diligente avec davantage de brio que de majesté.
Agréable profondeur de champ, mais les micros auraient pu mieux discerner l’étagement des plans que requièrent les effets d’écho en dialogues –l’instrument dieppois dispose à sa console de claviers d’Echo et de Récit, dont les tuyaux ont été reconstruits.
Un surcroît de relief et de transparence n’aurait pas nui à cette prise de son, toutefois suffisamment chaude et charmeuse.

Spoiler:
 


Dernière édition par Mélomaniac le Mar 15 Jan 2013 - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 19:05

VIII) Les héritiers : le postclassicisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 19:06

IX) Anthologies et compilations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 18 Nov 2012 - 19:07

X) Synthèse : quelqes disques essentiels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mer 21 Nov 2012 - 11:12

Quelqu'un a déjà écouté le livre de Grigny par Odile Bailleux à l'orgue d'Albi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mer 21 Nov 2012 - 14:56

Hidraot a écrit:
Quelqu'un a déjà écouté le livre de Grigny par Odile Bailleux à l'orgue d'Albi ?

Chez le label XCP (octobre 1983). Non jamais écouté.

Odile Bailleux est une artiste trop rare au disque. Dans le répertoire ibérique, elle avait enregistré un extraordinaire CD consacré à Francisco Correa de Arauxo pour Erato en avril 1990.


Dernière édition par Mélomaniac le Mer 21 Nov 2012 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mer 21 Nov 2012 - 20:20

Zut ... Je l'ai vu d'occasion mais à 30€ quand même donc j'aurais bien aimé savoir si ça valait le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Sam 1 Déc 2012 - 21:14

NEWS :

On croyait la collection Tempéraments éteinte, tant le rythme des parutions s'est ralenti depuis quelques années.

Un nouveau volume vient juste de paraître, consacré à Dandrieu. Son oeuvre d'orgue et de clavecin illustrée respectivement par André Isoir et Olivier Baumont : (clic)

Non un nouvel enregistrement, mais une opportune réédition puisque ce livre-disque regroupe deux CD captés en 1987 et originellement publiés chez le label Adda.


PUB :

coucou Par ailleurs, je viens d'ajouter quelques références discographiques dans les messages ci-dessus, dans les rubriques consacrées à Nicolas de Grigny et Louis Marchand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Sam 8 Déc 2012 - 12:21

Titelouze, hymnes et magnificat par Ablitzer



Je n'ai pas vraiment de point de comparaison puisque c'est la première fois que j'écoutais du Titelouze mais ce CD m'a vraiment plu. Il est malheureusement épuisé mais on le trouve assez facilement d'occasion.
Mélomaniac a déjà commenté cet enregistrement un peu plus haut.
Ce qui frappe au premier abord c'est l'orgue qui sonne très petit ce qui donne un certain charme et une certaine proximité plaisante. Titelouze est un véritable orfèvre de l'harmonie, osant quelques dissonances tout en restant assez simple dans la ligne mélodique. Je trouve que ça fait résolument moderne pour l'époque de création. Ce qui me vient également à l'esprit à la première écoute c'est la sévérité de ces pièces et la rigueur avec laquelle elles sont traitées par Ablitzer. A cela s'ajoute une alternance avec du plain-chant ou plus fréquemment avec de la polyphonie à 3 voix d'hommes.
L'alternance sur le pange lingua est vraiment très réussie.
Un très beau disque à mettre entre toutes les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Sam 15 Déc 2012 - 1:39

Couperin, messe propre aux couvents

-> Chapuis, Marmoutier, Saint-Maximin

Chapuis est "ma" version de référence, disons que c'est ce que je préfère au niveau orgue. Maintenant à l'écoute de pleins d'autres versions (Vernet, Bouvard, Bardon ...) et pour pinailler j'y trouve quelques petits défauts. Disons que le toucher est assuré et assez carré et que l'on pourrait désirer un peu plus de délicatesse à certains endroits. Le côté positif de la chose c'est que les mélodies ressortent bien, c'est un jeu très propre et du coup c'est assez accessible pour un néophyte. L'ornementation fait naturelle sans excès.
Il n'y a malheureusement pas de plain-chant. Le CD est malheureusement très difficile à trouver.

-> Bouvard, Cintegabelle, plain-chant par les demoiselles de Saint-Cyr

Le plain-chant utilisé ici est la messe de première classe extraite du Graduale Romano-Monasticum publié par Nivers qui était souvent utilisé surtout dans les couvents de femmes. La mélodie de ce plain-chant est simple et élégante. La proportion entre la partie plain-chant et orgue est vraiment honnête. Les demoiselles de Saint-Cyr ont grande habitude de ce répertoire et excellent vraiment dedans, rendant ce plain-chant vivant et varié réservant des moments de grande piété et d'autres plus innocents. Peut-être une bonne porte d'entrée pour ceux qui sont allergiques au plain-chant ?
Au niveau de l'orgue c'est vraiment un très bon travail. Moins propre que chez Chapuis, c'est du coup un peu moins personnel mais on trouve plus de délicatesse. J'aimerais que ce soit parfois plus heurté, plus énergique. Pour les intentions, l'ornementation, le style, on est quand même très proche de Chapuis.
Je le dis ? Bon d'accord, c'est très difficile à trouver Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 6 Jan 2013 - 3:28

DavidLeMarrec in Playlist a écrit:

Franchement, peu importe, si tu trouves facilement des monographies Calvière ou Roberday, fais-moi signe. Je fais avec les bouts d'anthologie que je trouve.

Pour Antoine Calvière, j'ai fait rapidement le tour de ma CDthèque, je n'ai retrouvé qu'une pièce enregistrée par Latry à Saint-Pierre de Poitiers, dans un CD RCA (indisponible) intitulé Les Organistes de Notre-Dame de Paris du XVII° Siècle à nos jours.

Pour Roberday, on peut encore débusquer en occasion le disque de Chapuis indiqué en haut de page à la rubrique correspondante. Sinon, il y a bien sûr l'excellent CD d'André Isoir à Saint-Michel en Thiérache (coll. Tempéraments), que je vais commenter un de ces jours. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mar 15 Jan 2013 - 1:24

Mélomaniac a écrit:
Hidraot a écrit:
Quelqu'un a déjà écouté le livre de Grigny par Odile Bailleux à l'orgue d'Albi ?
Hidraot a écrit:
Je l'ai vu d'occasion mais à 30€ quand même donc j'aurais bien aimé savoir si ça valait le coup.
Chez le label XCP (octobre 1983)

En feuilletant des magazines, je suis tombé sur un article qui couronnait la réédition CD par un Diapason d'Or en avril 2009.

« Odile Bailleux préfère avancer et déclamer avec éloquence, sans se départir d'une maîtrise de soi sereine en même temps qu puissante. En cela, ce n'est rien moins que l'essence du Grand Siècle que l'interprète parvient à combiner avec sa personnalité forte et inventive » argumentait Xavier Bisaro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mar 15 Jan 2013 - 10:39

Ok merci, reste plus qu'à le retrouver maintenant hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Jeu 14 Fév 2013 - 20:45

bounce Un nouveau CD semble enfin pointer son nez dans l'emblématique collection Tempéraments qui je crois n'avait rien produit depuis plusieurs années ! !

Louis Marchand joué par Frédéric Desenclos :

http://www.amazon.fr/Oeuvres-Pour-Orgue-Louis-Marchand/dp/B00AJOOXPU/ref=sr_1_277?s=music&ie=UTF8&qid=1358553575&sr=1-277

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Lun 25 Fév 2013 - 17:01

Malgré le gouffre discographique dans lequel Nivers est tombé, nous avons la chance de disposer de 2 enregistrements de sa messe.



Keï Koïto, plain-chant de l'ensemble Gilles Binchois, Orgue Boizard de Saint-Michel en Thiérache.
Cet enregistrement contient également des motets, une hymne et un bout de suite pour orgue.
Si les autres pièces sont intéressantes, la messe n'est pas une grande réussite. La registration n'est guère audacieuse, cela manque un peu d'emphase, on a l'impression que l'organiste s'ennuie. Le problème vient surtout du plain-chant qui n'est pas intéressant du tout. Les parties vocales étant assez importantes dans cette messe, il faut quelque chose de plus animé pour ne pas tombé dans une douce torpeur.



Frédéric Munoz, plain-chant de John Elwes, Orgue de Saint-Guilhem-le-Désert.
J'avais peur que l'instrument de Saint-Guilhem-le-Désert ne soit un peu imposant pour cette messe mais en réalité il est utilisé très intelligemment par Frédéric Munoz.
C'est pour moi l'enregistrement de référence pour cette oeuvre. Le jeu est davantage passionné, les registres utilisés à bon escient. Le plain-chant sans être passionnant est tout de même beaucoup mieux traité que dans l'enregistrement précédemment cité.
En plus de la messe ce CD présente également le "Pange Lingua" de Nivers, une hymne dont je suis folle qui est magnifiquement interprété.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Lun 25 Fév 2013 - 21:24

Smile Je suis d'accord avec toi, le disque enregistré à Saint-michel en Thiérache est honorable sans être passionnant.
Pourtant Koïto est une organiste très douée et supérieurement intelligente, comme l'ont par exemple montré certains Bach (je pense aux Sonates en trio chez Harmonic Records, ou à l'Art de la Fugue dans la même collection Tempéraments).
Dommage donc que la diffusion du CD de Munoz (jamais entendu ce disque-là) semble plus confidentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Lun 25 Fév 2013 - 23:19

Je crois que je ne l'ai pas entendu dans d'autres chose Koïto.

La distribution est certes plus confidentielle, mais on le trouve facilement tout de même pour 15€
http://www.amazon.fr/gp/product/B003X3FYXE/ref=oh_details_o01_s00_i00?ie=UTF8&psc=1

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat17
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1191
Age : 54
Localisation : Dubai (Emirats Arabes Unis)
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 9 Juin 2013 - 8:32

Hidraot a écrit:
Je crois que je ne l'ai pas entendu dans d'autres chose Koïto.

Je n'ai pas encore écouté l'album de Nivers (commandé, j'attends de passer en France pour le récupérer), mais je confirme que Koito est absolument géniale quand il s'agit de Bach... Les trois volumes des chefs d'oeuvre de Bach sont également des chefs d'oeuvre d'interprétation, où elle allie avec maestria une lecture limpide, sensible et intégrale de la partition. Sans compter que le choix des orgues et des registrations est extrêmement judicieux. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5458
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 9 Juin 2013 - 14:38

Est-il nécessaire de sacrifier à la manie de la classification stricte dans le cas de ce fil (section discographie: oeuvres) et celui sur l'école d'orgue française aux 17ème et 18ème (section 'général') ??

Il me semble qu'à peu de choses près ils se recoupent beaucoup. C'est fastidieux de passer de l'un à l'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5458
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 9 Juin 2013 - 14:56

Récital Mard Baumann à l'orgue de la Cathédrale de Strasbourg. Des œuvres de Du Caurroy, Boyvin, Balbastre, Marchand, Piroye pour la période en question. Suivies de Boëly, Lefébure-Wely, Langlais, Guilmant. Un disque rutilant



Ce vénérable instrument, sur lequel il subsiste des traces du travail de Silbermann a été refait plusieurs fois, pas toujours de façon intelligente. On le désigne maintenant comme un orgue Kern.

Beau diaporama de l'orgue ici:

http://www.flickr.com/photos/ctruongngoc/3557494185/lightbox/

(faire défiler les images de gauche à droite ou vice-versa). Admirez le pendentif ! Et admirez Strasbourg tout court: lles diapos sont magnifiques (pas de moi,, car je n'avais pas d'appareil photo lorsque j'y suis allé ) Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 24 Nov 2013 - 23:30

Very Happy  Réédition dans la collection Tempéraments d'un disque paru chez Adda en 1987 : André Isoir honore la dynastie Couperin (dont la Messe des Couvents de François) à la tribune de Saint-Michel-en Thiérache.
 
Cet album vient de recevoir un Diapason d'or dans le magazine de décembre.
 
http://www.amazon.fr/Dynastie-Couperin-Compositeurs-Multiples/dp/B00F2N3M5K
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mar 21 Jan 2014 - 0:10

Very Happy Nouvelle parution dans la collection Tempéraments :

http://www.amazon.fr/Clerambault-Livre-dOrgue-Cl%C3%A9rambault-Louis-Nicolas/dp/B00HANCV8E

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mar 21 Jan 2014 - 1:54

Tu es sûr qu'il ne s'agit pas d'une réédition d'un enregistrement Virgin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mar 21 Jan 2014 - 2:03

 Smile Oui, j'avais bien écrit nouvelle parution, et non nouvel enregistrement.

Ca doit provenir de cet album : http://www.amazon.fr/Cl%C3%A9rambault-Motets-Premier-dorgue-Plain-Chant/dp/B000009KKA

D'un côté on se réjouit de voir ces enregistrements réédités ; d'un autre ça veut dire aussi que cette collection Tempéraments, qui a produit des trésors, n'ose plus s'aventurer dans de nouveaux projets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Mar 21 Jan 2014 - 2:06

Exact, je n'avais pas saisi la nuance.
Oui ça vient bien de là, sauf le miserere ... je ne sais pas d'où il sort celui là.
Certes mais quand ce sont des enregistrements comme ceux là, vive la réédition !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 16 Mar 2014 - 11:42

Quelqu'un a écouté ça ?  bounce 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Ven 28 Mar 2014 - 0:05

Surprised Oh merci de signaler cette nouveauté !

Je vais commander ça dans la semaine.

La discographie de Titelouze s'étoffe enfin !

*******************************************************************

Mélomaniac a écrit:


Spoiler:
 


Smile Cet album Clérambault vient de recevoir un Diapason d'or dans le magazine d'avril.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Jeu 1 Mai 2014 - 22:10

Very Happy A paraître, ce coffret qui réédite en huit CDs quelques albums de la collection Tempéraments, consacrés au répertoire classique français :

La pochette annonce treize organistes, il doit donc s'agir d'une sélection parmi les disques originaux, et non de leur exhaustive reproduction.

Compte tenu de la qualité générale des interprétations et des prises de son, voilà en tout cas une anthologie qui s'annonce idéale pour le néophyte.

Puisque le nom de Moroney y figure, des extraits de sa pionnière et précieuse intégrale Louis Couperin, devenue indisponible, sont certainement au menu.


http://www.amazon.fr/Maitres-lOrgue-Fran%C3%A7ais-Multi-Compositeurs/dp/B00JBJOWCI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Sam 10 Mai 2014 - 1:41

DavidLeMarrec, in playlist, a écrit:

=> Rameau-Rechsteiner – arrangements d'opéra – Rechsteiner à Cintegabelle (Alpha)
J'ai beau trouver ça un peu pauvre, ça reste plus ou moins un premier choix pour ces arrangements.



 thumleft Ce disque avait reçu un Diapason d'or dans le magazine d'avril 2010.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Sam 29 Nov 2014 - 13:32

bassonbaroque, in playlist, a écrit:

Louis-Antoine DORNEL (1685 - 1765), Pièces d'orgue et Simphonies, Cantate "La Fin des Siècles"

- 1ère Suite en trio en sol mineur (livre de 1709) : 2 violons, 2 hautbois/flûtes et basse continue (violoncelle, basson et orgue)
Ouverture - Air tendre, très lentement - Rondeau, gay - Air en Loure - Caprice, lentement vivement - Gigue

- Suite d'orgue en ré : Prélude - Fugue - Duo - Trio - Basse - Dialogue

- Sonate en trio n° 6 en la mineur (livre de 1713) : 2 hautbois et basse continue (basson et orgue)
Prélude, lentement - Allemande, gaiement - Sarabande - Gavotte - Air en gigue

- Pièces d'orgue en la : Basse et Dessus de Trompette en dialogue - Récit en taille - Récit de Cornet et Cromorne en dialogue - Grands jeux, Trompette Cromornes sans fond - Cromorne en taille

- Cantate spirituelle "La Fin des Siècles" : basse, hautbois et basse continue (orgue)
Récit : Jour de douleur, jour de vengeance
Air, vif : Quels cris, quels troubles affreux
Récit : Les morts réduits en cendres
Air : tout périt dans la nature
Récit : O funeste moment
Air gracieux : Adorons l'Eternel


- Suite d'orgue en si bémol : Prélude - Duo - Trio - Basse de Trompette - Récit - Dialogue

- Sonate en quatuor en si mineur (livre de 1709) : flûte, hautbois, violon et basse continue (violoncelle et orgue)
Gravement-vite-Gravement-Vite - Fugue - Lentement - Fugue

- Suite d'orgue en do : Prélude - Duo - Récit de Nazard - Basse et dessus de Trompette - Récit - Cornet - Dialogue - Plein Jeu


La Simphonie du Marais, dir. Hugo Reyne
Gilles Harlé, orgue J. Boizard (1714), Saint-Michel-en-Thiérache

CD France Musique, coll. Tempéraments


Smile Tu as juste oublié de citer le nom du baryton qui chante la cantate : Arnaud Marzorati.
On peut pas dire que Dornel encombre le catalogue discographique, alors là un disque entier qui lui est consacré c'est la fête !
Je l'avais acheté à sa parution, comme tous les volumes de la collection Tempéraments.
Un petit maître tardif mais attachant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 14:37

Confused Les micros ont aussi capté d'insupportables et omniprésents bruits de tribune.
J'aime bien entendre respirer la mécanique, mais là ces chocs sourds et grondements m'agacent.


Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Louis-Claude Daquin (1694 - 1772) :

Douze Noëls

-sur les jeux d'anches sans tremblant
-en dialogue, Duo, Trio sur le cornet de récit, les tierces du positif et de la pédalle de Flûte
-en Musette, en Dialogue et en Duo. Très tendrement
-en Duo sur les jeux d'anches, sans tremblant
-en Duo
-sur les jeux d'anches, sans Tremblant et en Duo
-en Trio et en Dialogue, le Cornet de Récit de la main droite, la Tierce du Positif de la main gauche
-étranger, sur les jeux d'Anches sans tremblant et en Duo
-sur les Flûtes
-grand Jeu et Duo
-en récit en Taille, sur la Tierce du Positif, avec la Pédalle de Flûte, et en Duo, Lentement et tendrement
-suisse, grand Jeu, et Duo


= Marie-Claire Alain, orgue Castie/Callinet/Kern de la Cathédrale Saint Théodorit d'Uzès

(Erato, 1977)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bassonbaroque
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 407
Age : 46
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 10/08/2014

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 20:09

Mélomaniac a écrit:
bassonbaroque, in playlist, a écrit:

Louis-Antoine DORNEL (1685 - 1765), Pièces d'orgue et Simphonies, Cantate "La Fin des Siècles"

- 1ère Suite en trio en sol mineur (livre de 1709) : 2 violons, 2 hautbois/flûtes et basse continue (violoncelle, basson et orgue)
Ouverture - Air tendre, très lentement - Rondeau, gay - Air en Loure - Caprice, lentement vivement - Gigue

- Suite d'orgue en ré : Prélude - Fugue - Duo - Trio - Basse - Dialogue

- Sonate en trio n° 6 en la mineur (livre de 1713) : 2 hautbois et basse continue (basson et orgue)
Prélude, lentement - Allemande, gaiement - Sarabande - Gavotte - Air en gigue

- Pièces d'orgue en la : Basse et Dessus de Trompette en dialogue - Récit en taille - Récit de Cornet et Cromorne en dialogue - Grands jeux, Trompette Cromornes sans fond - Cromorne en taille

- Cantate spirituelle "La Fin des Siècles" : basse, hautbois et basse continue (orgue)
Récit : Jour de douleur, jour de vengeance
Air, vif : Quels cris, quels troubles affreux
Récit : Les morts réduits en cendres
Air : tout périt dans la nature
Récit : O funeste moment
Air gracieux : Adorons l'Eternel


- Suite d'orgue en si bémol : Prélude - Duo - Trio - Basse de Trompette - Récit - Dialogue

- Sonate en quatuor en si mineur (livre de 1709) : flûte, hautbois, violon et basse continue (violoncelle et orgue)
Gravement-vite-Gravement-Vite - Fugue - Lentement - Fugue

- Suite d'orgue en do : Prélude - Duo - Récit de Nazard - Basse et dessus de Trompette - Récit - Cornet - Dialogue - Plein Jeu


La Simphonie du Marais, dir. Hugo Reyne
Gilles Harlé, orgue J. Boizard (1714), Saint-Michel-en-Thiérache

CD France Musique, coll. Tempéraments


Smile Tu as juste oublié de citer le nom du baryton qui chante la cantate : Arnaud Marzorati.
On peut pas dire que Dornel encombre le catalogue discographique, alors là un disque entier qui lui est consacré c'est la fête !
Je l'avais acheté à sa parution, comme tous les volumes de la collection Tempéraments.
Un petit maître tardif mais attachant.



Pardon pour avoir oublié de citer le nom de Arnaud Mazorati Rolling Eyes
et pardon encore plus, Mélomaniac, pour la tardiveté de ma réaction à ton message  Shit
Pour moi - mais je ne suis pas objectif en disant cela - Dornel ne peut être ravalé au rang de petit maître : pour tout flûtiste (et hautboïste), il es t un compositeur important dans le répertoire baroque français, au même titre que Boismortier, par exemple.
C'est vrai que peu de choses ont été produites au disque. J'en ai cité quelques uns dans ma playlist (et qui reviennent assez fréquemment dans mon répértoire...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jof
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 02/05/2014

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 20:27

Pour le Livre de Noëls de Daquin, j'ai découvert avec ça :



Vincent Boucher sur le Beckerath de l'Oratoire St-Joseph de Montréal.
J'ai beaucoup aimé : des anches très rondes, et l'orgue propose une diversité de registration énorme.
Certainement un peu hors sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bassonbaroque
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 407
Age : 46
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 10/08/2014

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 20:29

A mon humble avis, ton message pourrait relever aussi bien de ce sujet que de la playlist habituelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28457
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 20:32

bassonbaroque a écrit:
A mon humble avis, ton message pourrait relever aussi bien de ce sujet que de la playlist habituelle...

Il est au contraire parfaitement au bon endroit.
Il y a un endroit pour l'écouter Jof ?

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
Jof
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 02/05/2014

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 20:34

Je voulais dire hors-sujet au niveau du choix de l'instrument (bien que cet orgue convienne vraiment à tous les répertoires). Mr.Red

Arrow http://www.deezer.com/album/8935325
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 20:54

Un petit orgue bourru peut aussi bien convenir pour faire sentir les saveurs de terroir et la piété naïve de ces vignettes de crèche.

Mais faut au moins un instrument à trois claviers pour restituer les effets d'échos.

Tu les joues à ta tribune, Jof ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jof
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 02/05/2014

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 22:25

Non, je n'ai pas encore frotté mes doigts sur du baroque français.

Quelle(s) version(s) de ce Livre tu recommandes, Mélo ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 21 Déc 2014 - 23:01

Smile En premier choix, je te conseillerais bien Bardon à Saint-Maximin, mais faut aimer les anches.

Regarde sur cette page, on y trouve des commentaires intéressants :

http://www.amazon.fr/Daquin-No%C3%ABls-pour-Orgue-Louis-Claude/dp/B002T5UR70

Sinon, Baumont à Saint-Michel en Thiérache, dans une optique plus orientée terroir.

Ou au contraire le brio de Tchebourkina au château de Versailles.

Ou, second choix, l'approche très décorative de Christopher Herrick.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Lun 22 Déc 2014 - 0:50

Mélomaniac a écrit:
Sinon, Baumont à Saint-Michel en Thiérache, dans une optique plus orientée terroir.

Difficile de battre ce timbre ! Very Happy

Et puis, comme d'habitude Baumont, ça respire à merveille.

Mais je suis peut-être de parti pris, toujours très client de l'un et de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Lun 22 Juin 2015 - 23:23

Smile J'ai oublié de signaler la parution, il y a quelques mois, de ce récent album de la collection Tempéraments, consacré aux derniers feux du XVIII° :

http://www.amazon.fr/Ombres-Heureuses-Compositeurs-Multiples/dp/B00NJAOWXO

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21672
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Dim 24 Jan 2016 - 16:00


Le microsillon Argo ZRG 744


Confused  Alors que l'interprétation du programme Roberday enregistré lors des mêmes sessions m'avait enchanté, ici déception dans Clérambault.
Pleins-jeux grandioses mais statiques, grands-jeux débités avec phlegme sur des registrations aigrillardes.
Et surtout d'insupportables flûtes que l'organiste affuble d'un affreux tremblant fort. A tel point qu'on croit entendre un ridicule limonaire de foire, -et cela pendant plus de cinq minutes.
Le directeur artistique n'a rien trouvé à redire ?
En tout cas, la magnifique prise de son de Stanley Goodall reste un régal.


Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Porche de l'église St Léonard

Louis Nicolas Clérambault (1676-1749) :

Suite du deuxième ton

= Gillian Weir, orgue Silbermann/Kuhn de l'église St Léonard de Bâle

(Argo, août 1973)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 524
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   Lun 1 Fév 2016 - 20:08

[/img]


Ce disque-ci, que j'ai trouvé sur Qobuz, me fait pas mal de plaisir. Mon problème est que je ne suis pas arrivé à trouver un tracklist qui montre qui joue quoi, et sur quelle orgue. Est ce qu'il y a quelqu'un qui peut m'aider?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Orgue sous l'Ancien Régime : parcours discographique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'orgue au cinéma
» Symphonies pour orgue
» Championnats internationaux de course de sous-marins 2009
» Messiaen : Oeuvres pour orgue
» Orgue d'Urrugne (Pays Basque)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: