Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Beethoven Sonates pour piano

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2257
Age : 54
Date d'inscription : 06/01/2012

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyJeu 17 Jan 2019 - 14:34

Réécoute d’une intégrale mythique …

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Z

Le Beethoven de Backhaus est rigoureux, sévère, austère et abstrait.

Rigoureux d’abord sur le plan technique. La maîtrise digitale est impressionnante quand on songe que le pianiste allemand a enregistré cette intégrale entre 1958 et 1969, date de sa mort, donc entre l’âge de 74 et de 85 ans (sauf la n° 29 de 1952 qui est reprise de son intégrale mono). Rigoureux aussi dans son rapport au texte. Son omission, malheureuse à mon sens, de la plupart des reprises n’en est que plus étonnante.

Sévère : ça rigole autant que Backhaus sur la photo ci-dessus  hehe . C’est peu dire qu’il est insensible à l’humour beethovenien.

Austère: Backhaus, c’est l’anti-Arrau (que j’apprécie aussi pour d’autres raisons). Aucun épanchement sentimental ni recherche d’abîmes métaphysiques.  Aucun rubato. La rigueur du tempo, généralement rapide voire très rapide, est constante.

L’approche du pianiste est en outre abstraite, au sens où elle est indifférente à l’évolution stylistique du compositeur. Son intégrale est très homogène, et on peinerait à distinguer des styles différents pour les sonates de jeunesse, les sonates médianes et celles de l’ultime maturité. Tout est axé sur la mise en valeur des formes. Cette abstraction est amplifiée par la prise de son, elle même « abstraite », au sens où il s’agit de captations très « studio » , selon la manière souvent typique des années 60. Le piano sonne de manière très peu naturelle, tout milieu sonore ambiant étant gommé. On a le sentiment que les micros sont dans le piano … J’ajoute que malheureusement la qualité de ces enregistrements est très variable. Cela va du bon (sonate n° 30) au calamiteux (sonates 13 et 14), mais d’une manière générale c’est assez médiocre. Autant j’apprécie les prises de son des ingénieurs de la Decca de l’époque, pour l’orchestre et pour l’opéra, autant je déprécie ce qu’ils faisaient souvent subir au piano (cfr l’intégrale Brahms de Katchen, l’intégrale des sonates de Scriabine ou l’intégrale Chopin d’Ashkenazy, ou encore les Brahms de Radu Lupu).

L’intégrale culmine selon moi dans les cinq dernières sonates, assez remarquables, avec quelques sommets dans les sonates qui précèdent : l’op. 10, la Pastorale, l’op. 31, l’op. 81a, l’op. 90 …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87392
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyVen 18 Jan 2019 - 1:29

C'est peut-être le côté motorique de la régularité rythmique que tu mentionnes, mais je ne trouve pas ça du tout austère. Assez « droit », oui, mais aussi limpide et assez généreux en fin de compte, il fonce crânement sans enrober les traits et les difficultés (digitales ou formelles).

Une des très grandes intégrales (il y en a certes, vu la discographie, un assez solide nombre).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2257
Age : 54
Date d'inscription : 06/01/2012

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyVen 18 Jan 2019 - 7:35

DavidLeMarrec a écrit:
C'est peut-être le côté motorique de la régularité rythmique que tu mentionnes, mais je ne trouve pas ça du tout austère. Assez « droit », oui, mais aussi limpide et assez généreux en fin de compte, il fonce crânement sans enrober les traits et les difficultés (digitales ou formelles).

Une des très grandes intégrales (il y en a certes, vu la discographie, un assez solide nombre).

Il est difficile de trouver des adjectifs (hormis les qualifications techniques objectives bien sûr) qui fassent l'unanimité quand on parle de musique, parce qu'on met tous des choses un peu différentes sous le vague de leur notion Smile . En réalité, je suis d'accord avec ce que tu écris : assez droit, limpide et généreux. C'est tout à fait ça ... Et il fonce en effet ... ; ses tempi sont très rapides et réguliers.

Et c'est en effet une grande intégrale, mais qui, je trouve, garde sa spécificité en dépit du nombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
Diablotin

Nombre de messages : 1042
Age : 52
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyDim 20 Jan 2019 - 13:14

Anaxagore a écrit:
Réécoute d’une intégrale mythique …

Le Beethoven de Backhaus est rigoureux, sévère, austère et abstrait. (…)

Dans la même veine, je te propose d'écouter la troisième et dernière intégrale de Friedrich Gulda, que l'on trouve à vil prix chez Decca/Philips -encore moins cher que la réédition chez Brilliant-, complété des concertos pour piano avec Horst Stein, dans une réédition soniquement excellente -nettement meilleure que n'importe quelle réédition précédente-. A l'origine, c'était paru en 33T chez Amadeo, branche autrichienne de Philips, dans un pressage malheureusement exécrable.
Intégrale majeure à mon sens !
Les deux premières intégrales, parues au début des années 50, sont chez Decca -indisponible et mal captée, je trouve- et chez Orfeo -excellente version et remarquable réédition multiprimée par la presse spécialisée, mais chère-.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2257
Age : 54
Date d'inscription : 06/01/2012

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyDim 20 Jan 2019 - 19:54

Diablotin a écrit:
Anaxagore a écrit:
Réécoute d’une intégrale mythique …

Le Beethoven de Backhaus est rigoureux, sévère, austère et abstrait. (…)

Dans la même veine, je te propose d'écouter la troisième et dernière intégrale de Friedrich Gulda, que l'on trouve à vil prix chez Decca/Philips -encore moins cher que la réédition chez Brilliant-, complété des concertos pour piano avec Horst Stein, dans une réédition soniquement excellente -nettement meilleure que n'importe quelle réédition précédente-. A l'origine, c'était paru en 33T chez Amadeo, branche autrichienne de Philips, dans un pressage malheureusement exécrable.
Intégrale majeure à mon sens !
Les deux premières intégrales, parues au début des années 50, sont chez Decca -indisponible et mal captée, je trouve- et chez Orfeo -excellente version et remarquable réédition multiprimée par la presse spécialisée, mais chère-.

Merci pour le conseil. Je mets cela sur mes listes d'écoutes en attente Smile . J'ai aussi l'intégrale, jamais écoutée, d'Annie Fischer dans le collimateur ... J'ai du pain sur la planche cool-blue .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
Cello

Nombre de messages : 5692
Date d'inscription : 03/01/2007

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyLun 21 Jan 2019 - 10:25

Je serai curieux de lire ton avis.

Intégrale majeure, en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27163
Date d'inscription : 21/09/2012

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyVen 29 Mar 2019 - 23:32

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Ludwig van Beethoven (1770-1827) :

Sonate n°23 en fa mineur, Op. 57
Sonate n°7 en ré majeur, Op. 10 n°3

= Vladimir Horowitz, piano

(RCA, mai-juin 1959)

Smile Hélas le pianiste russe enregistra fort peu les Sonates de Beethoven, sa discographie ne contient que quatre célèbres sonates à titre :
Pathétique, Clair de lune, Waldstein, Appassionata (qu'il réenregistra en octobre 1972).
Ainsi que la n°7, et la 28 (novembre 1967, inédite en vinyle, elle fut publiée pour la première fois en CD).
Et voilà tout !
A vrai dire, avec un tel tempérament d'interprète, c'est moins le compositeur qu'Horowitz qu'on écoute, qu'on est forcé d'écouter tant le charisme déborde du texte.
Le Finale de la 23° menace souvent de quitter les rails ; le contraste, les coups de patte chavirent un discours aux antipodes de l'émouvante résilience d'un Kempff.
Les éclats d'Horowitz conviennent mieux aux intempestives saillies du premier mouvement.
En tout cas, la projection, l'inflammable volatilité (la partie centrale de l'Andante !), l'art de buriner le trait rendent l'écoute captivante.
Et le climat épuré, endeuillé du Largo e mesto de l'opus 10 révèlent un virtuose attendri et tendu, attentif à l'extrême,
raréfiant l'atmosphère d'un des plus graves morceaux que Beethoven ait conçu à cette époque.


Beethoven Sonates pour piano - Page 4 20151110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 713
Date d'inscription : 03/04/2010

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptySam 30 Mar 2019 - 8:29

J’ai commencé à explorer le Beethoven de Evgeni Koroliov. Son ton est dur et brillant comme diamants, et il met le contrepoint en valeur, j’étais particulièrement impressionné par l’op 109.

Et un live Diabelli Variations en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sergio
Mélomane averti
sergio

Nombre de messages : 262
Date d'inscription : 19/07/2010

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyMar 2 Avr 2019 - 18:46

J'ai cru comprendre qu'il était de bon ton sur ce forum de dénigrer l'intégrale de Wilhelm Kempff.

Pourtant je suis en train d'écouter sa seconde intégrale de 64 en stéréo et je me surprend à trouver ça superbe.  

Il faut dire qu'en ce moment je commençais à trouver fatigante l'inépuisable  énergie de Kovacevich.
La transparence du jeu de Kempff et sa façon de faire avancer la musique sans chichis est un vrai bonheur.

J'ai eu sa première intégrale en mono et comme j'avais du mal à m'y intéresser j'ai fini par l'offrir.
Même s'il est souvent recommandé de préférer la première intégrale en mono, je me trouve à préférer largement la seconde en stéréo !

Je conserve tout de même précieusement Arrau, Nat et Gilels ...plus quelque sonates par Richter, Solomon, Michelangeli, Grinberg et Fischer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
Diablotin

Nombre de messages : 1042
Age : 52
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyJeu 4 Avr 2019 - 7:30

sergio a écrit:
J'ai cru comprendre qu'il était de bon ton sur ce forum de dénigrer l'intégrale de Wilhelm Kempff.[...]
J'ai eu sa première intégrale en mono et comme j'avais du mal à m'y intéresser j'ai fini par l'offrir.
Même s'il est souvent recommandé de préférer la première intégrale en mono, je me trouve à préférer largement la seconde en stéréo ![...].
Tiens, c'est étonnant ! "On" -pronom impersonnel et malhonnête- dit généralement beaucoup de mal de Kempff sur ce forum, pour ma part, j'aime beaucoup son intégrale mono des années 50 -avec quelques réserves sur les sonates qui demandent plus d'abattage-, et moins celle en stéréo des années 60, dans la même veine mais avec moins de doigts et de rigueur. Dans les deux cas, la prise de son est un peu pénalisante, à mes oreilles : un peu dure, grave peu présent et pas très propre de surcroît, sans grande dynamique -mais c'est peut-être lié au jeu du pianiste, aussi, pour ce dernier point...-.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27163
Date d'inscription : 21/09/2012

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyJeu 4 Avr 2019 - 19:40

sergio a écrit:

il était de bon ton sur ce forum de dénigrer l'intégrale de Wilhelm Kempff.


keuf J'ai mis fin a cette délinquance quand je suis arrivé sur le Forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sergio
Mélomane averti
sergio

Nombre de messages : 262
Date d'inscription : 19/07/2010

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyVen 5 Avr 2019 - 12:14

A vrai dire, je me suis intéressé à nouveau à Kempff un peu par hasard !

C'est en rentrant du récent récital à la Philharmonie  de Katia Buniatishvili où l'accumulation d'intentions dans la D960 de Schubert avait rendu l'atmosphère un peu étouffante que j'ai ressorti le coffret des sonates de Schubert par Kempff.

Après ce loukoum de belles sonorités, l'air est immédiatement redevenu d'une incroyable pureté et je me suis suis dit que cette simplicité et cette évidence dans l'énonciation de la musique avaient finalement d'immenses qualités.

D'où mon intérêt pour redécouvrir son intégrale des sonates de Beethoven et j'ai opté pour celle de 64 puisque celle en mono ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eslios
Néophyte
eslios

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 13/09/2011

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyVen 5 Avr 2019 - 16:45

La mode journalistique à la polémique et au dénigrement systématiques sont consternants, lassants et déplaisants.
Et c'est beaucoup plus agréable de remettre un peu de calme, de moins crier, de moins s'engueuler (pour beaucoup de sujets...) et pour ce qui concerne Wilhelm Kempff, j'ai toujours trouvé ses intégrales empreintes d'une subtile poésie aussi pertinentes que celles de pianistes plus «cogneurs» comme il y en a eu beaucoup dans la seconde moitié du XXième siècle (l'une des plus belles Op.57 de la discographie)!

J'ai toujours beaucoup aimé les dernières sonates enregistrées (et même ré-enregistrées avant parution d'ailleurs) en 1976 par Maurizio Pollini chez DG
Beethoven Sonates pour piano - Page 4 71dwe610

, et j'ai remarqué l'absence de tout commentaire dans les pages qui précédent sur l'intégrale, y a-t-il des raisons à cela?
Beethoven Sonates pour piano - Page 4 717n0m10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
sergio
Mélomane averti
sergio

Nombre de messages : 262
Date d'inscription : 19/07/2010

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyVen 5 Avr 2019 - 22:14

Pollini avait été accueilli comme le Messie quand les trois dernières sonates avaient été publiées il y a 40 ans !

C'est d'une grande perfection pianistique mais assez austère...

Ici, la réputation de froideur de Pollini n'est pas complètement usurpée et cela devient lumineux et incandescent seulement dans l'Arietta de l'opus 111.

Je ne connais pas l'intégrale mais il me semble que si on recherche la perfection pianistique Gilels est tout de même plus avenant même s'il manque l'opus 111 dans sa quasi intégrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
Diablotin

Nombre de messages : 1042
Age : 52
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptySam 6 Avr 2019 - 6:44

eslios a écrit:
[...] et j'ai remarqué l'absence de tout commentaire dans les pages qui précédent sur l'intégrale, y a-t-il des raisons à cela?
Intégrale Pollini:
 

Cette intégrale, enregistrée sur une période de plus de 35 ans, est assez glaçante par moment : c'est toujours très bien joué, évidemment, mais pas forcément toujours intéressant -ni toujours très chantant, d'ailleurs : dans les dernières enregistrées, la sonorité du pianiste s'est quelque peu durcie- et j'ai eu du mal à aller jusqu'au bout... Parmi la vingtaine d'intégrales sur mes étagères, elle fait partie de celles vers lesquelles je ne retourne presque jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusèbe
Mélomaniaque
Eusèbe

Nombre de messages : 1180
Age : 42
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptySam 6 Avr 2019 - 9:20

Diablotin a écrit:
eslios a écrit:
[...] et j'ai remarqué l'absence de tout commentaire dans les pages qui précédent sur l'intégrale, y a-t-il des raisons à cela?
Intégrale Pollini:
 

Cette intégrale, enregistrée sur une période de plus de 35 ans, est assez glaçante par moment : c'est toujours très bien joué, évidemment, mais pas forcément toujours intéressant -ni toujours très chantant, d'ailleurs : dans les dernières enregistrées, la sonorité du pianiste s'est quelque peu durcie- et j'ai eu du mal à aller jusqu'au bout... Parmi la vingtaine d'intégrales sur mes étagères, elle fait partie de celles vers lesquelles je ne retourne presque jamais.

Au contraire, j'aime beaucoup les volumes les plus récents, pas toujours très chantants en effet, c'est plutôt un Beethoven moderniste et visionnaire.

Comme version décantée, et plus chantante que Kempff, que je trouve un peu raide, il y a Serkin (chez CBS et Sony, pas les derniers enregistrements DG): pas d'intégrale, mais un choix significatif de sonates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8385
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyDim 12 Mai 2019 - 2:29

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Beetho11
Sonates pour piano nº29 en si bémol majeur, op. 106 «Hammerklavier», nº30 en mi majeur, op. 109, nº31 en la bémol majeur, op. 110 et nº32 en ut mineur, op. 111
Peter Serkin (pianoforte Conrad Graf)
St Paul (Minnesota), 1984-85
Musical Concepts


J’ai enfin réussi à me procurer ce double CD (qui comporte aussi les 27ᵉ et 28ᵉ Sonates et les deux Rondos op. 51, que je n’ai pas encore écoutés), et je ne regrette pas mon achat, tant ces enregistrements apportent quelque chose de réellement singulier à l’écoute de ces Sonates.

Cette singularité, c’est d’abord celle de l’instrument. Ce Graf authentique tranche en effet avec les copies que l’on s’est plus récemment habitué à entendre (par exemple la copie McNulty utilisée par Brautigam dans son intégrale.) On pourrait tout simplement dire que l’instrument de Peter Serkin sonne mal: le timbre est complètement dépareillé, il y a manifestement de grosses irrégularités dans le toucher, les cordes résonnent souvent en sympathie et semblent à plusieurs reprises sur le point de lâcher, on entend d’innombrables distorsions et craquages dans l’aigu, et les cliquetis de pièces de bois sont légion... Et pourtant, je dois dire que je me suis pris à aimer cette abominable casserole: outre ses imperfections, parce qu’elle possède quand même une belle chaleur (que ne possède pas la belle copie, trop cristalline, trop lisse, qu’utilise Brautigam) - mais peut-être aussi pour ses imperfections mêmes: d’abord, parce que ces accidents du matériau confère à la musique énormément de relief, et réservent de constantes surprises et comme une sorte de suspense (au moins à la première écoute); et surtout parce qu’elles imposent au pianiste de sortir des schémas interprétatifs habituels, qu’il s’agisse d’exalter dans ces œuvres, grâce à la régularité technique des pianos modernes, la modernité de l’architecture formelle, la puissance expressive des contrastes ou l’ampleur du flux mélodique.

Peter Serkin possède à mes yeux l’immense mérite de ne pas chercher à faire ce qui serait impossible à réaliser sur cet instrument, c’est-à-dire une sorte d’image idéale de ce que Beethoven désirait produire: il s’efforce, avec une vraie humilité, de jouer la partition (en particulier les rythmes tels qu’ils sont écrits), sans viser à l’effet, mais avec un sens constant de la poussée (un peu à la façon d’un Nat) et une superbe éloquence (la profondeur du toucher produit des accentuations tout à fait remarquables.) Tout au plus pourrait-on lui reprocher un excès de pédale (c’est Papa qui n’a pas dû apprécier...)

Ce que j’ai le sentiment d’entendre ici, c’est (au-delà de toute invocation, forcément vaine, d’«authenticité») non pas une traduction des visions grandioses que Beethoven portait en lui (quelque chose comme l’Essence des Dernières Sonates), mais au contraire tout ce que Beethoven a dû batailler avec une matière ingrate pour suggérer cette idée. Ce qui, d’une certaine manière, retourne l’argument habituel en faveur des pianos modernes dans ces œuvres: «on sait bien que Beethoven n’arrêtait pas de se plaindre des instruments de son temps, insuffisants pour réaliser ses idées musicales.» Peut-être, mais entendre comme ici cette idée s’incarnant dans les accidents de sa confrontation avec ces instruments imparfaits me semble plus passionnant et plus émouvant que sa réalisation idéale, libérée de ces contingences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
xoph

Nombre de messages : 2513
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyDim 12 Mai 2019 - 9:58

On en avait aussi un peu parlé là: http://classik.forumactif.com/t2405-beethoven-piano-forte-ou-piano-moderne?highlight=beethoven , suite aux conseils de David Le Marrec.
DavidLeMarrec a écrit:
Peter Serkin sur Graf dans les dernières sonates, je ne vois pas mieux (même sur piano moderne, alors même que ses gravures antérieures sur pianos modernes sont assez ennuyeuses). En tout cas, le son est très différent (des modernes et des Érard), et l'interprétation très aboutie digitalement (et conceptuellement), ça mérite de toute façon le détour pour entendre du neuf.  
xoph a écrit:

Sur les conseils de David Le Marrec, ci-avant ou là : http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2011/01/09/1649-beethoven-peter-serkin-sonates-pour-piano-sonatas-musical-concepts-conrad-graf-pianoforte-hammerflugel-fortepiano-hammerfluegel-hammerklavier: écoute du coffret de Perter Serkin (les six dernières sonates et rondos Op. 51).
Ecoute sur deezer, ce qui ne sert probablement pas au mieux le Conrad Graf de l’enregistrement (plus mauvaise connexion ce qui n’aide pas non plus). Mais n’y a-t-il pas deux sessions? j’ai nettement l’impression que le son s’ouvre après les deux rondos (Op.51/1 et Op.51/2) sur chacun des CD, gagne à la fois en clarté et profondeur…
Sans doute pas ma version de référence, mais je partage le sentiment d’un enregistrement passionnant (et touchant), et même si je ne vois dans les sonates aucun » corpus glacial » : les « fragilités» du pianoforte découvrent un Beethoven « en travail ». Mais est-ce que toutes les grandes interprétations (à fortiori quand on s’attaque à l’Op. 106 et aux trois dernières sonates) n’y contribuent pas?
Etrangement les moments qui me séduisent le plus tiennent plutôt du scintillement (arietta de l’Op. 111 magnifique – pour la plus belle des musiques, il est vrai -) que d’une forme de matité, voire une forme de sècheresse « sans appel » (qui marque pour moi mon attrait (récent) pour le pianoforte): mise à nu salutaire (en tout cas de notre perception) d’œuvres parfois », figées en statues grandioses*. Comme quoi il n'y a sans doute pas de pianoforte mais des pianoforte.
Pour moi, à réécouter avec les vrais CD (ce qui ne devrait pas tarder)
* « On en est arrivé à la considérer comme un monument plutôt que comme une œuvre à apprécier » Charles Rosen à propos de l’Op. 106
EDIT
A la réécoute des CD d’origine: quelle origine ?
Si je comprends bien, remastérisation de trois sessions d’enregistrements différentes des années 80. Ce qui confirme mon impression deezerrienne  (d’un son qui s’ouvrait après les deux rondos).
Enregistrements originaux :
- Op 109, 110, 111
- Op. 90, 51, 101
- Op. 106
« the three different sessions employed different microphone and instrument positioning, yielding three clearly discernible recording perspectives…» Producer’s note
Pas si facile de savoir ce qu’est un pianoforte, mais dans ces conditions : ce n’est plus de jeu (mais Gould ne nous a-t-il pas mis la puce dans l’oreille….ou le fait d’attribuer un diapason d’or cette année à une prise de son, ou aimer les enregistrements pour clavicorde de Jocelyne Cuiller) ?
Sinon, pour moi, toujours très belle « Hammerklavier » et superbe Op. 111. Pour le coup : sonorités assez dissemblables (matité plus grande dans l’Op. 106 et mise en avant expressive de déséquilibres, homogénéité et déploiement sonore –scintillement- dans l'Opus 111).
Je n'en ai pas tout à fait fini, à réécouter, donc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87392
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyDim 12 Mai 2019 - 13:20

Tu as très bien évoqué les aspects inestimables de ce disque, Benedictus. Je trouve au contraire ce Graf très beau, mais oui, il a une grande irrégularité de timbre, et dès que ça joue fort, tout vibre par sympathie, dans la fugue de la Hammerklavier, j'en suis à la centième écoute mais je crois toujours que la table d'harmonie va lâcher… Ça crée des irisations assez incroyables.

Et pour l'interprétation, toute en sobre honnêteté, il se produit le même miracle que pour les Chopin de Goerner : alors que les Beethoven de Peter Serkin sur piano moderne très, très lisses, on découvre ici une sensibilité très fine, jamais dans l'épate, mais tout sauf neutre, un frémissement infra-solfégique, une sorte de passion qui anime la partition sans chercher à 'l'interpréter'.

Et pour couronner le tout, comme tu dis, l'émotion de sentir le processus de lutte contre l'instrument. Ce ne sont plus les pianistes-démiurges qui imposent leur Beethoven, mais bien la lutte du pianiste et du compositeur contre les limites d'un instrument à bout de ses possibilités… Ces moyens limités rendent paradoxalement Beethoven encore plus grandiose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
sergio
Mélomane averti
sergio

Nombre de messages : 262
Date d'inscription : 19/07/2010

Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 EmptyVen 17 Mai 2019 - 1:09

Le récital Igor Levit aux Champs Elysées (Opus 109 et 110, Variations Diabelli) laisse augurer le meilleur de son intégrale des Sonates annoncée par Sony pour septembre 19.
Un beethovénien de grande race !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Beethoven Sonates pour piano - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Beethoven Sonates pour piano
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Beethoven : les Sonates et l'oeuvre pour piano
» Krystian Zimerman
» George Szell
» BACH - intégrales Brilliant et autres
» Max Reger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: