Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Beethoven Sonates pour piano

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2121
Age : 54
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Jeu 17 Jan 2019 - 14:34

Réécoute d’une intégrale mythique …



Le Beethoven de Backhaus est rigoureux, sévère, austère et abstrait.

Rigoureux d’abord sur le plan technique. La maîtrise digitale est impressionnante quand on songe que le pianiste allemand a enregistré cette intégrale entre 1958 et 1969, date de sa mort, donc entre l’âge de 74 et de 85 ans (sauf la n° 29 de 1952 qui est reprise de son intégrale mono). Rigoureux aussi dans son rapport au texte. Son omission, malheureuse à mon sens, de la plupart des reprises n’en est que plus étonnante.

Sévère : ça rigole autant que Backhaus sur la photo ci-dessus  hehe . C’est peu dire qu’il est insensible à l’humour beethovenien.

Austère: Backhaus, c’est l’anti-Arrau (que j’apprécie aussi pour d’autres raisons). Aucun épanchement sentimental ni recherche d’abîmes métaphysiques.  Aucun rubato. La rigueur du tempo, généralement rapide voire très rapide, est constante.

L’approche du pianiste est en outre abstraite, au sens où elle est indifférente à l’évolution stylistique du compositeur. Son intégrale est très homogène, et on peinerait à distinguer des styles différents pour les sonates de jeunesse, les sonates médianes et celles de l’ultime maturité. Tout est axé sur la mise en valeur des formes. Cette abstraction est amplifiée par la prise de son, elle même « abstraite », au sens où il s’agit de captations très « studio » , selon la manière souvent typique des années 60. Le piano sonne de manière très peu naturelle, tout milieu sonore ambiant étant gommé. On a le sentiment que les micros sont dans le piano … J’ajoute que malheureusement la qualité de ces enregistrements est très variable. Cela va du bon (sonate n° 30) au calamiteux (sonates 13 et 14), mais d’une manière générale c’est assez médiocre. Autant j’apprécie les prises de son des ingénieurs de la Decca de l’époque, pour l’orchestre et pour l’opéra, autant je déprécie ce qu’ils faisaient souvent subir au piano (cfr l’intégrale Brahms de Katchen, l’intégrale des sonates de Scriabine ou l’intégrale Chopin d’Ashkenazy, ou encore les Brahms de Radu Lupu).

L’intégrale culmine selon moi dans les cinq dernières sonates, assez remarquables, avec quelques sommets dans les sonates qui précèdent : l’op. 10, la Pastorale, l’op. 31, l’op. 81a, l’op. 90 …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86452
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 18 Jan 2019 - 1:29

C'est peut-être le côté motorique de la régularité rythmique que tu mentionnes, mais je ne trouve pas ça du tout austère. Assez « droit », oui, mais aussi limpide et assez généreux en fin de compte, il fonce crânement sans enrober les traits et les difficultés (digitales ou formelles).

Une des très grandes intégrales (il y en a certes, vu la discographie, un assez solide nombre).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2121
Age : 54
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Ven 18 Jan 2019 - 7:35

DavidLeMarrec a écrit:
C'est peut-être le côté motorique de la régularité rythmique que tu mentionnes, mais je ne trouve pas ça du tout austère. Assez « droit », oui, mais aussi limpide et assez généreux en fin de compte, il fonce crânement sans enrober les traits et les difficultés (digitales ou formelles).

Une des très grandes intégrales (il y en a certes, vu la discographie, un assez solide nombre).

Il est difficile de trouver des adjectifs (hormis les qualifications techniques objectives bien sûr) qui fassent l'unanimité quand on parle de musique, parce qu'on met tous des choses un peu différentes sous le vague de leur notion Smile . En réalité, je suis d'accord avec ce que tu écris : assez droit, limpide et généreux. C'est tout à fait ça ... Et il fonce en effet ... ; ses tempi sont très rapides et réguliers.

Et c'est en effet une grande intégrale, mais qui, je trouve, garde sa spécificité en dépit du nombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
Diablotin

Nombre de messages : 1029
Age : 52
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Dim 20 Jan 2019 - 13:14

Anaxagore a écrit:
Réécoute d’une intégrale mythique …

Le Beethoven de Backhaus est rigoureux, sévère, austère et abstrait. (…)

Dans la même veine, je te propose d'écouter la troisième et dernière intégrale de Friedrich Gulda, que l'on trouve à vil prix chez Decca/Philips -encore moins cher que la réédition chez Brilliant-, complété des concertos pour piano avec Horst Stein, dans une réédition soniquement excellente -nettement meilleure que n'importe quelle réédition précédente-. A l'origine, c'était paru en 33T chez Amadeo, branche autrichienne de Philips, dans un pressage malheureusement exécrable.
Intégrale majeure à mon sens !
Les deux premières intégrales, parues au début des années 50, sont chez Decca -indisponible et mal captée, je trouve- et chez Orfeo -excellente version et remarquable réédition multiprimée par la presse spécialisée, mais chère-.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2121
Age : 54
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Dim 20 Jan 2019 - 19:54

Diablotin a écrit:
Anaxagore a écrit:
Réécoute d’une intégrale mythique …

Le Beethoven de Backhaus est rigoureux, sévère, austère et abstrait. (…)

Dans la même veine, je te propose d'écouter la troisième et dernière intégrale de Friedrich Gulda, que l'on trouve à vil prix chez Decca/Philips -encore moins cher que la réédition chez Brilliant-, complété des concertos pour piano avec Horst Stein, dans une réédition soniquement excellente -nettement meilleure que n'importe quelle réédition précédente-. A l'origine, c'était paru en 33T chez Amadeo, branche autrichienne de Philips, dans un pressage malheureusement exécrable.
Intégrale majeure à mon sens !
Les deux premières intégrales, parues au début des années 50, sont chez Decca -indisponible et mal captée, je trouve- et chez Orfeo -excellente version et remarquable réédition multiprimée par la presse spécialisée, mais chère-.

Merci pour le conseil. Je mets cela sur mes listes d'écoutes en attente Smile . J'ai aussi l'intégrale, jamais écoutée, d'Annie Fischer dans le collimateur ... J'ai du pain sur la planche cool-blue .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
Cello

Nombre de messages : 5626
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   Lun 21 Jan 2019 - 10:25

Je serai curieux de lire ton avis.

Intégrale majeure, en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beethoven Sonates pour piano   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beethoven Sonates pour piano
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Beethoven Sonates pour piano
» Beethoven - L'intégrale des trios pour piano
» Tchaïkovsky : musique pour piano
» György Ligeti - Oeuvres pour piano
» Villa-Lobos : L'œuvre pour piano seul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: