Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
29.99 € 49.99 €
Voir le deal

 

 Maazel Lorin

Aller en bas 
+17
poisson
Guillaume
Dave
adriaticoboy
Octavian
Pison Futé
atomlegend
christophe21
Wolferl
Toxic
antrav
Walter
Bertrand67
DavidLeMarrec
Tus
Xavier
Sauron le Dispensateur
21 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95298
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyDim 13 Sep 2009 - 15:31

C'est plus agréable, parce que le vocabulaire est un peu plus consistant qu'une fois traduit, mais ce n'est franchement pas une perte incommensurable. Clairement, ce n'est pas le style qui fait l'intérêt du roman, ça reste sobre et sans chichis. J'avais même été très déçu du début, assez maladroit par rapport à sa portée à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
adriaticoboy
Mélomane chevronné
adriaticoboy


Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyDim 13 Sep 2009 - 15:58

DavidLeMarrec a écrit:
Clairement, ce n'est pas le style qui fait l'intérêt du roman, ça reste sobre et sans chichis.
En effet.
D'habitude je ne m'autoriserais pas à juger du style littéraire dans une langue qui n'est pas la mienne (en l'occurence je lis parfaitement l'anglais, mais est-ce que je le "sens" vraiment pour autant ?) mais là il me parait assez évident que l'écriture d'Orwell est ici assez simple et "neutre", avec cette espèce de froideur qui colle parfaitement au sujet.
Effectivement, la traduction ne doit donc pas être des plus problématiques.
Revenir en haut Aller en bas
poisson
Mélomane chevronné
poisson


Nombre de messages : 5507
Date d'inscription : 14/02/2009

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptySam 26 Sep 2009 - 23:35

Xavier a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Xavier a écrit:
Cette nuit:

Maazel: 1984

Very Happy Very Happy Very Happy Smile
C'est tout ? Tu avais déjà écouté ? Tu vas nous en parler ?

Perso, ça a été une claque immense. Pour trouver aussi bien, il me faut remonter plus de vingt ans plus tôt, pour la Reine Morte de Daniel-Lesur, et puis avant, quasiment à Scheewittchen ou à Damase (ou à Saint-François si on peut le digérer).
Bien sûr, il y a quelques réussites du type Rihm entre temps, mais des oeuvres de cette force, très très peu. Maazel a quand même réussi, en s'emparant d'un texte emblématique de notre modernité, à en faire un opéra qui exalte toutes les qualités du roman (qui n'est pas spécialement un chef-d'oeuvre littéraire en soi).

Justement j'ai été tellement pris par le livret et par le drame en général (je ne connais pas le bouquin) que je n'ai pas l'impression d'avoir énormément prêté attention à la musique.
Je ne sais pas encore si c'est juste bien ou vraiment génial, en tout cas l'ensemble fonctionne vraiment superbement.
A première écoute, la musique ne m'a pas tant marqué que ça, mais elle colle parfaitement au livret et l'ensemble est vraiment une claque effectivement.

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, ça se regarde presque comme un film.

Les deux premiers actes ne sont pas forcément vertigineux, mais le troisième, musicalement, est quand même magnifique, une sorte de mélange de Chostakovitch et de Berg, en pas trop rugueux.

C'est pas du tout original, mais justement, c'est presque une synthèse inspirée du XXe siècle musical.

oui ça ouvre plutôt un nouveau genre, quelque part entre le film, le théâtre et l'opéra et quelque chose d'autre, je ne sais pas, qui a à voir avec la culture TV. avec ces moments parlés, criés, les bruits qui se superposent aux lignes de la musique. c'est assez étonnant (par exemple dans la scène où les gamins des rues et les gamins du parti se font face) cette façon de jouer avec et de superposer les lignes de ce qui se présente extérieurement comme des petites chansons.

si on passe la fausse question (celle de la justice au bouquin d'Orwell), la chose passe en éclair et fonctionne drôlement bien mais un peu comme xavier la musique m'a un peu échappé. cette entrée en matière chorale qui donne le ton hehe, les cloches, le gentil baryton face aux ténors du parti, le thème de winston et julia, un perso (Syme) aux lignes vocales totalement incongrues, qui bariole curieusement l'ensemble là où c'est plus sobre (et pas mal écrit) pour winston et julia et puis les airs qui font "populaires" pour sucrer une musique rude--ment efficace à défaut d'être vraiment intéressante (de toutes façons si couverte et maltraitée par les éléments sonores son musicaux, qu'elle ne semble être qu'un enjeu secondaire).

sur un détail: cette insistance sur les consonnes en fin de mots c'est juste une façon d'assurer que le texte anglais passe (surtout présent dans les deux premiers actes) ou ça fait parties de ces troubles obsessionnels du discours et la diction associés aux personnages (comme la répétition des syllabes finales pour Winston/Smith)?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95298
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptySam 26 Sep 2009 - 23:39

La vache, c'est un enterrement de première seconde classe, ça ! Surprised

Je suis, évidemment, pas du tout d'accord avec tout ça (mais alors pas du tout du tout), mais je réponds sur un point : c'est simplement que derrière un orchestre énorme, si les gens qui sont dans la salle veulent entendre, il faut surarticuler.

C'est déjà le cas pour le chant en général (les voyelles vampirisent les consonnes), particulièrement lyrique. Alors, derrière un gros orchestre, c'est indispensable. Evidemment, on ne ferait pas autant pour une mélodie de Quilter.

Ce qui te donne l'impression d'exagération est tout simplement que tu les entends via le micro posé sur eux ou à proximité. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
poisson
Mélomane chevronné
poisson


Nombre de messages : 5507
Date d'inscription : 14/02/2009

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptySam 26 Sep 2009 - 23:43

non mais en fait au départ je voulais pas vraiment en dire du mal, juste à mon niveau de compréhension du truc, c'est plus facile de créer un genre au niveau que de l'intégrer à une notion facile d'opéra.

mais donc dans ce genre nouveau, c'est génial Mr.Red

mais je t'en prie, punis-moi
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95298
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyDim 27 Sep 2009 - 11:52

Pour ta peine, tu écouteras Les Huguenots en intégralité dans un son horrible.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume


Nombre de messages : 17530
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyDim 27 Sep 2009 - 12:09

Ou encore mieux, tu es condamné à écouter l'intégrale Donizetti par Sutherland, Pavarotti et Bonynge. Maazel Lorin - Page 2 Affraid Maazel Lorin - Page 2 Affraid Maazel Lorin - Page 2 Affraid Maazel Lorin - Page 2 Affraid

Je requiers la peine maximale ! Maazel Lorin - Page 2 Icon_twisted

Même si je ne connais pas le truc de Maazel.
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl


Nombre de messages : 13311
Age : 32
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptySam 17 Oct 2009 - 13:12

natrav a écrit:
1984

Sur les conseils de Sud j'ai découvert cette oeuvre au DVD. Comme parfois quand je suis très enthousiaste j'ai du mal à exprimer au mieux mes idées.

Cet opéra vaut autant par la composition musicale que par le livret qui sait très justement retrouver l'atmosphère oppressante du roman. Ne parlons pas de la production londonienne (celle du DVD et création sans doute) qui est tout simplement magnifique, Sad comme dirait Atom.

Le langage musical est très varié, Mazzel empruntant en effet à tout le XX° siècle sans pour autant pasticher (sauf Puccini dans les airs de romance). Berg, Britten, les rengaines berlinoises des années 30... Mais tout ceci apporte un climat qui serre de près l'action, ces brusques rappels au passé sont justifiés par la nostalgie constante de cette période révolue, heureuse, qu'évoquent aussi bien les victimes que leur tortionnaire. "Qui veut contrôler l'avenir doit contrôler le passé, qui veut contrôler le passé doit contrôler le présent" Ces allers et retours sont constants.
Inutile de rappeler l'argument, allez lire Orwell sinon.

Trois actes, le premier nous permet de découvrir cet univers totalitaire et sa logique absurde, l'intelligence de cette conception concentrationnaire digne de la Corée du Nord ou de l'Allemagne nazie. Dans l'acte II, la rencontre amoureuse de 1079 Smith W. et de Julia et la perpétration du crime sexuel, du crime par la pensée. Le III pénible mais supportable nous fait assister à la scène de torture (moins longue que dans le roman) et la destruction psychique des deux amants.
Le tout entrecoupé des flash d'info du Gouvernement et de sa propagande, de beaux interludes orchestraux aussi.

Vocalement c'est vraiment beau, le personnage principal, Winston le ténor, est constamment en scène. Les seconds rôles sont fouillés et intéressants: Syme et Parsons les collègues de Winston qui tentent de se convaincre de la logique novlanguienne ou new-speakienne si l'on préfère, Julia très lyrique, l'inquiétant et rassurant O'Brien le tortionnaire bienveillant, glaçant et chaleureux à la fois, la prostituée décatie comme la prof de remise en forme, le vieil antiquaire véreux.

Les tableaux sont souvent très marquants, les fêtes qui célèbrent la haine, le lynchage, la dénonciation, le bombardement, la chambre 101, la salle d'attente avant l'interrogatoire, le choeur qui ouvre l'oeuvre...

En tout cas sans doute indissociable pour moi de la somptueuse réalisation du Royal Opera House dirigée par Maazel et au plateau excellentissime.

Keenlyside est Winston, je n'ai jamais vu un tel engagement vocal et dramatique, hallucinant, un chanteur magnifique à tous égards. Il a été entendu en Wozzeck l'année dernière à Paris m'assure-t-on. Inoubliable ici.
Le reste de la distribution est superbe: Nancy Gustafson en Julia, gentille, pas éclatante non plus mais le rôle est plus limité, impressionnant Richard Margison dans le rôle de l'ogre O'Brien, Diana Damrau, (la prof de sport et la prostituée) s'éclate dans ces deux petites compositions, de l'humour et de la voix, irrésistible.
Lawrence Brownlee dans le rôle de Syme, comme Jeremy White dans Parson, les collègues de travail de Winston sont touchants.
Costume, éclairages très travaillés, mise en scène mais aussi réalisation de la vidéo qui sait croquer avec attention et émotion les petits détails, les expressions...
Une très belle entrée dans le répertoire contemporain à mon avis.

sunny sunny sunny
Que dire de plus ? Je partage en tous points ce qu'écrit Natrav, mais vais tout de même essayer d'exprimer mon ressenti...

Déjà, c'est vraiment une expérience. Un opéra avec un langage très direct qui le rapproche du cinéma, comme ça a été dit, mais avec quelque chose d'encore plus marquant : la conjugaison de la musique, de la mise en scène et de la performance des acteurs, magnifique.

La musique de Maazel n'est certes pas d'une modernité farouche ; assez frappante au début, elle se fait un peu oublier, agace un peu avec ses grands élans romantiques convenus (le duo d'amour au II), on l'aimerait parfois plus aride...
A là fin de l'opéra, je me suis dit que sa principale qualité était l'efficacité dramatique, guère plus. Mais en y revenant un peu, elle est tout de même bien mieux que ça, avec des motifs qui restent dans la tête (celui de Big Brother !), des fulgurances, et tout simplement de très beaux passages, comme ce fameux duo, la séance de stretching ou la toute dernière scène.
L'insertion de chants "populaires" très tonals augmente aussi le contraste avec le bain musical dans lequel on est, permet aussi de souffler quelques instant tout en créant des ambiances très particulières. Maazel abuse même un peu trop du procédé (trois ou quatre fois en 2h30).

Il faut voir si tout cela souffre ou non la réécoute...

Robert Lepage signe en revanche une mise en scène parfaite, qui colle complètement au livret (logique s'il a participé à sa création). Les dispositifs scéniques sont inventifs et efficaces, ces bâtiments pivotants à plusieurs étages, et surtout la salle 101 très évocatrice. En ajoutant que l'esthétique n'est pas non plus oubliée, on a du mal à s'en détacher !

C'est du côté des chanteurs aussi que c'est époustouflant : c'est moi aussi la première fois que je vois une prestation aussi engagée que celle de Keenlyside. A ce niveau là ce n'est même plus de l'interprétation, il n'a pas du en sortir indemne...
Nancy Gustafson est en effet un peu plus en retrait, je ne suis pas fan du timbre, mais c'est bien incarné et sa dernière scène est vraiment poignante.
Damrau est géniale dans ses deux rôles, surtout la prof de sport j'ai trouvé. Et puis quelle maîtrise vocale ! Dans le genre, Brownlee est aussi impressionnant en Syme, même si le jeu est au second plan.


Voilà voilà, ne connaissant pas le bouquin j'ai été pris de bout en bout dedans, malgré quelques petites longueurs au II, et j'en garde un grand souvenir !
Je ne suis pas sûr que ce soit très représentatif de l'opéra contemporain, ça a quelque chose d'un peu daté, plus deuxième moitié du XXe, mais très accessible.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95298
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptySam 17 Oct 2009 - 14:50

Merci Wolferl. Wink

Wolferl a écrit:
La musique de Maazel n'est certes pas d'une modernité farouche ; assez frappante au début, elle se fait un peu oublier, agace un peu avec ses grands élans romantiques convenus (le duo d'amour au II), on l'aimerait parfois plus aride...
Les grands élans romantiques convenus ? Je n'en vois qu'un, celui dans l'église. Ensuite, ça ne dure que quelques secondes, le lyrisme proprement dit (un peu comme la fin du premier tableau de la Femme sans Ombre), avec il est vrai une touche de Puccini que je trouve très chouette : comme dans le roman, on allège enfin la situation, juste une respiration qui justifie que le suicide ne soit pas envisagé par les personnages. Et qui détend un tout petit peu le spectateur.

Tout cela étant mêlé à la menace du Dies irae et immédiatement interrompu...


Citation :
L'insertion de chants "populaires" très tonals augmente aussi le contraste avec le bain musical dans lequel on est, permet aussi de souffler quelques instant tout en créant des ambiances très particulières. Maazel abuse même un peu trop du procédé (trois ou quatre fois en 2h30).
Oui, c'est étrange, mais ça allège aussi. Ca correspond aussi aux rêveries de Winston dans le roman (il y a un long moment où il médite sur l'équivalent de la laveuse de carreaux : la large mère de famille nombreuse dans son jardin de prolétaire).


Citation :
Il faut voir si tout cela souffre ou non la réécoute...
Musicalement, ce n'est pas original, mais c'est d'une telle justesse... Surprised


Citation :
C'est du côté des chanteurs aussi que c'est époustouflant : c'est moi aussi la première fois que je vois une prestation aussi engagée que celle de Keenlyside. A ce niveau là ce n'est même plus de l'interprétation, il n'a pas du en sortir indemne...
Oui, c'est invraisemblable. Je ne vois pas comme il peut chanter aussi proprement (et juste !) en ayant tous ses muscles contractés à ce point. En plus de ça, au III, il est en permanence sur scène, allongé, et dans une tessiture meurtrière par-dessus un orchestre pléthorique.

Dire que ce chanteur est capable d'être tiède selon les jours, ça rend encore plus lunaire sa prestation hors du commun.

Citation :
Damrau est géniale dans ses deux rôles, surtout la prof de sport j'ai trouvé. Et puis quelle maîtrise vocale ! Dans le genre, Brownlee est aussi impressionnant en Syme, même si le jeu est au second plan.
Brownlee est même encore plus impressionnant, je ne vois pas beaucoup de parties de ténor, même chez Rossini, qui soient plus exigeantes. Et quelle santé vocale !


Citation :
Voilà voilà, ne connaissant pas le bouquin j'ai été pris de bout en bout dedans, malgré quelques petites longueurs au II, et j'en garde un grand souvenir !
C'est surtout le I qui expose par scène de façon un peu moins convaincante amha. Musicalement aussi, ça se cherche.


Citation :
Je ne suis pas sûr que ce soit très représentatif de l'opéra contemporain, ça a quelque chose d'un peu daté, plus deuxième moitié du XXe, mais très accessible.
C'est même plutôt première moitié, vu la dose de Berg et de Chosta. En fait, c'est typique du second vingtième tiède au niveau du langage... sauf que c'est dément. Surprised


Je me doutais bien que ça te plairait.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
senga
Mélomane averti
senga


Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 06/12/2008

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptySam 17 Oct 2009 - 14:59

C'est le film le plus violent que j'aie jamais vu! Une expérience à tenter, c'est sûr.
Revenir en haut Aller en bas
nugava
Mélomaniaque
nugava


Nombre de messages : 1528
Age : 36
Date d'inscription : 09/12/2007

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyMer 11 Nov 2009 - 19:56

Y a un petit côté Rimsky dans la thème-fanfare de Big Brother... Ca m'a fait pensé à la fanfare du Tsar Saltan ou au thème du Coq d'Or...
Revenir en haut Aller en bas
poisson
Mélomane chevronné
poisson


Nombre de messages : 5507
Date d'inscription : 14/02/2009

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyMer 11 Nov 2009 - 23:02

DavidLeMarrec a écrit:
nugava a écrit:
Je vois que 1984 a été récemment cité... C'est marrant parce que je viens justement de le voir... j'ai adoré mais je me demande si ça passerait aussi bien sans l'image...
Je peux te répondre : je l'avais découvert en musique seule à la radio.

La réponse est : non. Mr. Green Ca sonnait comme une oeuvre postmoderne comme tant d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20716
Age : 39
Date d'inscription : 03/07/2009

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyMar 7 Sep 2010 - 10:41

Et voilà... je suis en train de relire le livre... et en vous lisant ainsi qu'en ayant regardé quelques extraits sur le Tube, j'ai une furieuse envie de regarder ce DVD...

Argh!!!!! hehe

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95298
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyJeu 17 Mar 2016 - 22:52

anaëlle a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
anaëlle a écrit:
Maazel : 1984 - DVD Decca. Keenlyside, Gustafson, Margison, Damrau, Brownlee / Orchestra & Chorus of the ROH, dir. Maazel
Very Happy Very Happy Very Happy Smile +
Spoiler:
Je veux bien des impressions. Very Happy


Maazel Lorin - Page 2 3641590030

J'ai lu 1984 il n'y a pas longtemps, alors j'appréhendais un peu l'adaptation, mais finalement ça marche très bien, l'efficacité dramatique est même l'un des gros points forts.
J'aime beaucoup la mise en scène, intelligente et efficace (la salle 101 Exclamation ).
La musique m'a plutôt plue, c'est gentil, d'ailleurs en écoute à l'aveugle, j'aurais pu difficilement penser que la partition était aussi récente.
L'alternance entre l'"aridité" de certains passages et l'ultra lyrisme (le fameux duo du II) est assez déstabilisante au début, mais dans l'ensemble j'ai vraiment bien aimé, on se laisse prendre au jeu.

cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac


Nombre de messages : 28855
Date d'inscription : 21/09/2012

Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 EmptyJeu 17 Mar 2016 - 23:01

Rolling Eyes Je m'étais procuré le DVD, grâce à vos conseils, en arrivant sur le Forum.

Mais je n'ai pas encore trouvé moyen de l'écouter.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Maazel Lorin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maazel Lorin   Maazel Lorin - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Maazel Lorin
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bons plans CD et plans pourris aussi (4)
» Lorin Maazel : le chef d'orchestre
» Mozart - Don Giovanni (2)
» Salle Pleyel - Maazel - 8 et 9/09/08
» Maazel - Mahler (Luxembourg et Paris) mai 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: