Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-60%
Le deal à ne pas rater :
-60% sur l’extracteur de jus FAURE FJ-4541
39.99 € 99.99 €
Voir le deal

 

 John Antill (1904-1986)

Aller en bas 
AuteurMessage
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

John Antill (1904-1986) Empty
MessageSujet: John Antill (1904-1986)   John Antill (1904-1986) EmptyJeu 4 Sep 2008 - 8:48

John Antill (1904-1986) 51UHe%2BBRIiL._SS280_

C'est avec ce réjouissant CD Naxos que je découvre ce compositeur australien oublié, à la production pourtant très importante (plein de quatuors, paraît-il) et qui mérite absolument d'être écouté!

Son style me semble à la fois influencé par des sources diverses, et éminemment personnel. Beaucoup de style et de gueule en tout cas, une musique totalement débridée, sans complexes, très originale et pas du tout rétrograde ou arriérée.

An Outback Overture (1955) est une pièce très marrante qui mêle des échos de Stravinski (pour la rythmique violente, celle des premiers ballets), de Copland (le climax cuivré, sans doute un brin souriant), Barber (la poésie des mélodies, l'orchestration très américaine), et du folklore britannique, auquel Antill emprunte ironiquement des thèmes d'allure modale et populaire. C'est court, très ramassé, pas du bavard du tout et franchement réjouissant: du beau travail! En plus, ça ne manque pas d'éclat et il est difficile de ne pas sourire à l'écoute de ce patchwork riant.

Le clou, c'est Corroboree (1946). Antill, qui s'est beaucoup intéressé à la musique aborigène, "raconte" ici en sept tableaux de longueur variée (de 2 à 16 minutes, le total en durant 41) une cérémonie "sauvage" où pittoresque, terreur et frénésie se mêlent pour former une bombe orchestrale incroyable, peut-être l'une des partitions les plus dingues que j'ai jamais entendu! La référence au Sacre du Printemps est évidente, autant dans le rapport lointain et torturé à la tonalité, que dans les mélodies bien présentes et mémorables, ou la violence rythmique indicible de certains passages. Cependant, en 1946, Antill va plus loin que Stravinski trente ans plus tôt et ne fait pas un simple remake sans intérêt. Si au niveau harmonique, c'est sans doute moins osé que le Sacre, au niveau de l'orchestration, c'est par contre assez inoubliable: Antill déploie un immense orchestre avec une section de percussions pléthorique, qui joue le beau rôle ici, comme on s'en aperçoit dès le premier tableau ("Opening ceremony"), ouvert par une scanssion de timbales en ostinato qui semble ne plus vouloir arrêter sa course folle. Le reste est à la mesure des ambitions du compositeur, absolument dingue, avec des effets vertigineux, déjantés (un contrebasson solo dans l'extrême grave en fortissimo, un solo de xylophone à toute allure, des éclats de cuivres effrayants), et culmine dans une "Procession finale" orgiaque, où les sonorités déjà particulièrement éclatantes de l'orchestre au grand complet se mêlent à celle d'un instrument aborigène rare, le rhombe, employé ici à toute blinde dans les dernières minutes, et dont le son ressemble assez à celui d'une F1 lancée à fond dans une ligne droite. Conseil d'ami: n'écoutez pas ça au casque à fond comme je l'ai fait, ou vous risquez le déchirement de tympans!

En tous cas ça donne vraiment l'impression d'une musique de rêve, sans aucun exotisme facile (pas plus que le Sacre d'ailleurs), qui fait exploser tous les standards d'orchestration sauvage et méritait vraiment une autre place au répertoire! colors
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



John Antill (1904-1986) Empty
MessageSujet: Re: John Antill (1904-1986)   John Antill (1904-1986) EmptyJeu 4 Sep 2008 - 9:06

ça fait vraiment envie... en plus je n'en ai jamais entendu parler!
Revenir en haut Aller en bas
JM
Mélomane averti


Nombre de messages : 475
Date d'inscription : 24/08/2005

John Antill (1904-1986) Empty
MessageSujet: Re: John Antill (1904-1986)   John Antill (1904-1986) EmptyJeu 4 Sep 2008 - 17:32

On le trouve à un prix dérisoire sur Amazon. Je crois que je vais l'acheter, ça me tente bien aussi ! Naxos, ils ont aussi édité les musiques de Peter Sculthorpe, un autre compositeur australien plus contemporain qui s'est également intéressé à la musique aborigène et à tenté d'en retranscrire les mélodies dans sa musique.
Revenir en haut Aller en bas
Phrygien
Néophyte
Phrygien

Nombre de messages : 17
Age : 31
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 08/02/2008

John Antill (1904-1986) Empty
MessageSujet: Re: John Antill (1904-1986)   John Antill (1904-1986) EmptyJeu 4 Sep 2008 - 19:38

sais-tu s'il a composé des concertos ou oeuvres pour didjeridoo ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/raphaellanguillat
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89446
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

John Antill (1904-1986) Empty
MessageSujet: Re: John Antill (1904-1986)   John Antill (1904-1986) EmptyJeu 4 Sep 2008 - 20:40

Phrygien a écrit:
sais-tu s'il a composé des concertos ou oeuvres pour didjeridoo ?
Tout à fait, il est même une référence en la matière. Une de ses oeuvres les plus célèbres, le (très beau) Requiem, est pour orchestre, choeurs et didgeridoo obligé. Une oeuvre très accessible et assez poétique.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89446
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

John Antill (1904-1986) Empty
MessageSujet: Re: John Antill (1904-1986)   John Antill (1904-1986) EmptyLun 27 Oct 2008 - 13:25

Un petit mot à mon tour sur Corroboree...

Effectivement, sur des rythmes et des motifs aborigènes, c'est un décalque du Sacre, dont Antill copie l'orchestration (l'usage des bois en particulier), de Petrouchka également.

Une grande orgie orchestrale très convaincante, qui peut faire songer à l'Apprenti Sorcier également, portée par des rythmes obstinés et déhanchés.

C'est évidemment beaucoup plus gentil que les originaux dont s'inspire Antill, avec un petit côté naïf, comme si, dans une marmite de Stravinsky sauvage, on avait ajouté une petite louche de Ketelbey. (En réalité, il existe pas mal de points communs avec la Pagan Symphony de Bantock, mais ici beaucoup plus débridé dans l'orchestration, et avec des séquences beaucoup plus décousues.)

Le résultat, sans constituer un chef-d'oeuvre ultime, est vraiment entraînant et roboratif. On aimerait l'entendre plus souvent.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
kentel
Mélomane averti
kentel

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 25/09/2008

John Antill (1904-1986) Empty
MessageSujet: Re: John Antill (1904-1986)   John Antill (1904-1986) EmptyLun 27 Oct 2008 - 17:46

DavidLeMarrec a écrit:
Phrygien a écrit:
sais-tu s'il a composé des concertos ou oeuvres pour didjeridoo ?
Tout à fait, il est même une référence en la matière. Une de ses oeuvres les plus célèbres, le (très beau) Requiem, est pour orchestre, choeurs et didgeridoo obligé. Une oeuvre très accessible et assez poétique.

Je réédite car j'avais rien capté - le requiem de Sculthorpe je viens tout juste de l'écouter, ce n'est pas ce que j'ai préféré de lui mais je dois avouer que son intégration du didgeridoo dans une forme classique est assez fantastique. Ceci dit je préfère Earth Cry.

Mais on n'est pas sur le bon fil je crois Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




John Antill (1904-1986) Empty
MessageSujet: Re: John Antill (1904-1986)   John Antill (1904-1986) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
John Antill (1904-1986)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: