Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Vélo d’appartement FYTTER – statique et ultra-pliable
150 € 249 €
Voir le deal

 

 Norbert Burgmüller (1810-1836)

Aller en bas 
AuteurMessage
Mayem
Mélomane averti
Mayem

Nombre de messages : 123
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 26/03/2008

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 12:31

August Joseph Norbert Burgmüller (Düsseldorf, 8 février 1810 - Aix-la-Chapelle, 7 mai 1836) était un compositeur et pianiste allemand très prometteur dont la vie et l’œuvre connurent une fin brutale.

Norbert Burgmüller (1810-1836) Burgmueller5xgy1yk6pm8


Sa vie

Son père, Johann August Franz, pourvu d’un talent considérablement inférieur au sien, avait fait de la musique sa profession et était parvenu à décrocher la fonction honorable de directeur de musique à Düsseldorf en 1821. Sous sa tutelle, Norbert entama la pratique du piano et du violon. Mais ce même père, de caractère plutôt irresponsable, était bien trop absent pour transmettre son savoir de façon systématique à ses trois enfants ; ainsi, à sa mort, en 1824, Norbert se senti perdu, en manque flagrant de bagage culturel et de solides bases musicales. Cette triste situation fût de courte durée, car le généreux comte Franz von Nesselrode-Ehreshoven décida de se charger de l’éducation du jeune garçon en tant que mécène, et l’envoya poursuivre ses études à Kassel.

Dans cette ville, Burgmüller suivit, en dehors de son instruction générale, des cours intensifs de composition chez deux professeurs renommés : Moritz Hauptmann et Louis Spohr. De 1826 à 1831, il fit d’étonnants progrès en théorie, continua également l’exercice de ses instruments, fréquenta le milieu artistique et participa régulièrement à des concerts en tant que soliste ou chef d'orchestre/chœur. Lors d’une de ces soirées, en janvier 1830, il exécuta son remarquable Concerto pour piano op. 1.

L’échec de ses fiançailles avec la diva Sophie Roland pour des raisons inconnues, enclencha une dépression violente chez lui durant laquelle l’abus d’alcool et des attaques d’épilepsie se présentaient sous forme de leitmotivs. La réputation d’ivrogne qu’il s’était construite ne plût guère à Spohr, qui abandonna son élève aussitôt. L’inconsolable Burgmüller retourna à Düsseldorf pour y enseigner à son tour, et entreprit la direction d’un petit ensemble instrumental constitué d’amateurs, peut-être avec l’espoir d’attirer l’attention pour obtenir une position importante et permanente dans sa ville natale.

En 1834, Burgmüller rencontra le compositeur Felix Mendelssohn et lui exprima toute son admiration. Cette rencontre fut certainement un moment de bonheur dans sa courte existence. Sans grande prétention, il présenta à Mendelssohn son premier opus. Ce dernier s’étonna du talent prodigieux de son cadet et éprouva dès cet instant un profond respect pour celui-ci. Un sentiment qu’il confirma en jouant son concerto en mai.

Après le départ de Mendelssohn, en 1835, l’écrivain Christian Dietrich Grabbe, avec lequel Burgmüller entretenait des relations amicales, s’inséra dans la vie quotidienne du compositeur. Ils passèrent souvent leurs temps ensemble dans la taverne Zum Drachenfels, où l’idée d’une collaboration pour la réalisation d’un opéra parodiant les conventions du genre naquit. Burgmüller enterra ce projet assez vite, car il était assez lucide pour comprendre qu’aucun établissement n’accepterait la production d’une composition pareille.

Cette même année, il fit la connaissance de Joséphine Collin, la gouvernante des enfants du comte Nesselrode-Ehreshoven ; ce fut le coup de foudre. Burgmüller projetait de s’installer à Paris avec sa bien-aimée. Non seulement, Paris lui donnerait la possibilité de pratiquer la langue activement mais en plus il y retrouverait son frère Friedrich, pédagogue apprécié dans la capitale française, qui l’aiderait à s’introduire dans la haute société. Ce souhait ne se réalisera pas. En mai 1836, il se noya suite à une crise d’épilepsie en prenant les bains à Aix-la-Chapelle.

Dans sa Neue Zeitschrift für Musik, Robert Schumann rendit honneur à Burgmüller en parlant de « la plus grande perte dans le monde musical depuis la mort de Schubert ». A sa mémoire, Mendelssohn écrivit sa Marche funèbre op. 103.


Son œuvre

L’héritage musical que nous a laissé Burgmüller surprend l’auditeur et l’analyste par sa grande qualité et son curieux développement.


Le Concerto pour piano op. 1 anticipe celui de Brahms d’un point de vue technique. L’expansion de l’introduction orchestrale et la manipulation du matériau motivique annoncent le renouveau significatif du sens de la forme et du travail thématique après Beethoven. A cette originalité s’ajoute le choix excentrique de la tonalité de fa dièse mineur, tonalité expressive rarement utilisée pour ce genre instrumental.

Dans ses quatuors à cordes op. 4 et op. 7, il pousse le chromatisme à un degré jusqu’alors inexploré qu’il combine avec une forme plutôt classique pour atteindre une parfaite symbiose. Tandis que les longues phrases mélodiques rappellent le style lyrique de Spohr et l’invention raffinée de Mendelssohn, ces compositions se caractérisent par un sens commun, profondément mélancolique et personnel.

Sa deuxième symphonie, composition inachevée (deux mouvements orchestrés, l’esquisse du scherzo achevée et celle du final s’arrêtant à la mesure 59) qui avait suscité l’enthousiasme de Robert Schumann, témoigne d’une grande maîtrise de l’appareil symphonique qui écarte tout doute que Burgmüller, malgré sa mort prématurée, ne puisse être compté parmi les maîtres du courant romantique. L'orchestration du scherzo fut terminée par Schumann (à partir de la mesure 169). A la demande de la famille de Burgmüller, il tenta de composer un final (dont il reste 121 mesures d'esquisses), mais abandonna le projet.


Catalogue des compositions

* Musique pour orchestre
o Symphonie n° 1, en do mineur, op. 2 (1831-33)
o Symphonie n° 2, en ré majeur, op. 11 (1834-35, inachevée)
o Ouverture, en fa mineur, op. 5 (1825)
o 4 Entr'actes, op. 17 (1827-28 )
o Concerto pour piano, en fa dièse mineur, op. 1 (1828-29)

* Musique vocale
o Dionys, opéra d’après la ballade Die Bürgschaft de Schiller (1832-34, fragment)
o 23 Lieder

* Musique de chambre
o Quatuor à cordes n° 1, en ré mineur, op. 4 (1825)
o Quatuor à cordes n° 2, en ré mineur op. 7 (1825-26)
o Quatuor à cordes n° 3, en la bémol majeur, op. 9 (1826)
o Quatuor à cordes n° 4, en la mineur, op. 14 (1835)
o Duo, pour clarinette et piano, en mi bémol majeur, op.15 (1834)

* Musique pour piano
o Sonate, en fa mineur, op. 8 (1826)
o Valse, en mi bémol majeur, WoO (1827)
o Polonaise, en fa majeur, op. 16 (1832)
o Rhapsodie, en si mineur, op. 13 (1834)
o Mazurka, en mi bémol majeur, WoO (s.d.)


Source : Mayem@Wikipedia - http://fr.wikipedia.org/wiki/Norbert_Burgm%C3%BCller
Cette page offre une bibliographie de base. Il n'y a malheureusement rien en français, à part peut-être l'article de Fétis dans la Biographie universelle des musiciens [...].

(Selon certains musicologues, le thème des Geistervariationen de Schumann serait en fait une reprise du premier thème du premier mouvement de la deuxième Symphonie de Burgmüller.)


Duo pour clarinette et piano, op. 15 : http://fr.youtube.com/watch?v=w_t7hOnPCEI
Des fragments : http://www.burgmueller.com/werke_e.html


http://www.burgmueller.de/
http://www.burgmueller.com/
Revenir en haut Aller en bas
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 12:36

Il y a des choses libre de droits de lui ?
Histoire de découvrir ?
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 12:37

J'ai écouté un extrait et c'est pas mal du tout.
Revenir en haut Aller en bas
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 53
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 12:38

Super !!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 12:38

C'est quoi un fichier .ra?

C'est bon, j'arrive à lire.
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 12:42

Vartan? tu aimes ça? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
MickeyZeVrai

Nombre de messages : 2984
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 12:51

Ses Lieder ont l'air vraiment intéressant!
Le piano aussi, mais ça sent un peu le Chopin quand même...
Revenir en haut Aller en bas
http://homondieu.blogspot.com/
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 13:06

Oui, c'est loin d'être indigne, au contraire, j'aime bien ses quatuors également.
C'est autre chose que ses études que je dois me farcir...
Revenir en haut Aller en bas
Mayem
Mélomane averti
Mayem

Nombre de messages : 123
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 26/03/2008

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 13:07

Wolferl a écrit:

C'est autre chose que ses études que je dois me farcir...

Ce sont celles de son frère. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Clarinomaniaque
Stadler

Nombre de messages : 8501
Age : 50
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 27/11/2006

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 13:08

Wolferl a écrit:
C'est autre chose que ses études que je dois me farcir...

Ne confonds-tu pas avec son frère ainé, Johann Friedrich Burgmüller ?

Edit : grillé (mais j'ai indiqué le prénom hehe )
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyLun 29 Sep 2008 - 13:12

Ce qui prouve qu'il n'y a pas de gène de l'inspiration... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Ophanin
Fer galant
Ophanin

Nombre de messages : 4576
Age : 32
Date d'inscription : 13/12/2008

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyMar 8 Sep 2009 - 18:57

Je découvre ce compositeur à la mort pour le moins minable. C'est tout à fait étonnant. Il y a du Beethoven et du Brahms dans la façon de développer ses thèmes conquérants.

Son concerto pour piano op1 en Fa dièse mineur vaut franchement le coup, il me fait penser à Spohr. C'est à dire que l'orchestre ne sert pas juste à accompagner bêtement.

Une belle surprise. Smile
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Christophe
Mélomaniaque
Christophe

Nombre de messages : 1593
Age : 54
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyJeu 29 Avr 2010 - 13:06

Bonjour,

Même question que dans le fil sur Nielsen ... Quid de la musique pour piano de Norbert et Friederich Burgmüller ? Quels disques me conseilleriez-vous ?

Merci,
Christophe.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyJeu 29 Avr 2010 - 13:19

Ah oui, ça t'irait bien comme genre de musique. Ce que j'ai joué, tiré des Etudes de Friedrich, m'a paru très gentil et assez plat. Mr. Green

Il y a peut-être plus intéressant à cette époque, non ? (Tu n'as peut-être pas exploré Czapek par exemple.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
Christophe

Nombre de messages : 1593
Age : 54
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyJeu 29 Avr 2010 - 13:29

DavidLeMarrec a écrit:
Ah oui, ça t'irait bien comme genre de musique. Ce que j'ai joué, tiré des Etudes de Friedrich, m'a paru très gentil et assez plat. Mr. Green

Patatandouille !!! Norbert Burgmüller (1810-1836) Mini-tire-langue-539

Au passage, je te signale que je parle des 2 frères et si Friedrich semble plutôt académique, j'ai cru lire dans ce post que Norbert n'était pas inintéressant. Me trompje ?

Et puis j'aimerais bien parler avec ton père supérieur pour qu'il te recadre un peu. Je trouve qu'il y a pas mal de laisser-aller et d'insolence, ces derniers temps bedo drink

DavidLeMarrec a écrit:
Il y a peut-être plus intéressant à cette époque, non ? (Tu n'as peut-être pas exploré Czapek par exemple.)

Oui, j'ai noté ça quelque part .. une piste à explorer. Des disques à me conseiller (pour te racheter un peu) ?

Christophe Wink
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe

Nombre de messages : 1593
Age : 54
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyJeu 29 Avr 2010 - 13:46

DavidLeMarrec a écrit:
Il y a peut-être plus intéressant à cette époque, non ? (Tu n'as peut-être pas exploré Czapek par exemple.)

Je ne trouve que ça (en recherche rapide) : http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Dclassical&field-keywords=czapek

C'est tout ce qui serait disponible ?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyJeu 29 Avr 2010 - 13:54

Si tu n'as que SA variation sur la valse de Diabelli, ça devient compliqué en effet (même si elle est très belle). hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
Christophe

Nombre de messages : 1593
Age : 54
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyJeu 29 Avr 2010 - 14:01

DavidLeMarrec a écrit:
Si tu n'as que SA variation sur la valse de Diabelli, ça devient compliqué en effet (même si elle est très belle). hehe

Comprends pas trop, là scratch . Si je tape Leopold Eustache Czapek dans google ou amazon, je ne trouve rien d'autre comme disques que ceux du lien indiqué dans mon message précédent, dans lesquels il y a en effet plein de variations sur la valse de Diabelli, dont celle de Czapek ... mais d'autres oeuvres de Czapek, point ! Sad

Même pour en savoir plus sur le bonhomme et son oeuvre, ce n'est pas évident ...

Bon, je file, il est 14 heures et j'ai une réunion !

Christophe coucou
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyJeu 29 Avr 2010 - 14:14

Christophe a écrit:
Patatandouille !!! Norbert Burgmüller (1810-1836) Mini-tire-langue-539
Je n'avais pas pensé à un rapport entre mes deux phrases. hehe D'une part c'est dans ton style, d'autre part moi je n'en ai pas beaucoup retiré, c'est tout. Laughing


Citation :
Et puis j'aimerais bien parler avec ton père supérieur pour qu'il te recadre un peu. Je trouve qu'il y a pas mal de laisser-aller et d'insolence, ces derniers temps
On voit que tu n'as pas assisté à ses sermons :
https://www.youtube.com/watch?v=8J3qOLYYTIw .
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
Christophe

Nombre de messages : 1593
Age : 54
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 30 Avr 2010 - 17:41

David,

Quand tu auras 5 minutes, pourrais-tu me dire 2 mots de Czapek car Google reste définitivement très peu prolixe à son encontre. Aucune biographie et rien d'autre que les disques cités plus haut, tous sur les variations de la valse de Diabelli.

Si tu me conseilles de m'intéresser à ce compositeur, j'imagine qu'il a du un peu "pianoter". Il ne resterait de lui rien d'autre qu'un fervent admirateur reclus dans son monastère ? Et une discographie aussi dépouillée que la chambre dudit reclus ? Sad hehe

Merci,
Christophe coucou
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 30 Avr 2010 - 18:12

C'était un grand pianiste tchèque de l'époque de Chopin, il a même fait une balade avec lui en juin 1831, on a les preuves. hehe

Il semble effectivement qu'il n'y ait à peu près rien au disque, désolé. Neutral Dommage, je le trouvais plutôt engageant, moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 30 Avr 2010 - 18:27

Ça vous dirait pas de créer un fil sur Czapek, plutôt ?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 30 Avr 2010 - 18:45

C'est ce que j'avais suggéré à Christophe, mais vu qu'il n'y a rien de disponible en quantité, c'est inutile au bout du compte.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
Christophe

Nombre de messages : 1593
Age : 54
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 30 Avr 2010 - 21:00

DavidLeMarrec a écrit:
C'était un grand pianiste tchèque de l'époque de Chopin, il a même fait une balade avec lui en juin 1831, on a les preuves. hehe
Ils auraient été mieux inspirés d'écrire une ballade ensemble ... tant pis pour moi Sad .


DavidLeMarrec a écrit:
Il semble effectivement qu'il n'y ait à peu près rien au disque, désolé. Neutral Dommage, je le trouvais plutôt engageant, moi.
Mais toi qui m'en a(s ?) parlé, tu connais d'autres choses de/sur lui ?


Wolferl a écrit:
Ça vous dirait pas de créer un fil sur Czapek, plutôt ?
DavidLeMarrec a écrit:
C'est ce que j'avais suggéré à Christophe, mais vu qu'il n'y a rien de disponible en quantité, c'est inutile au bout du compte.
Malheureusement rien à rajouté. "Biographie" anecdotique sur Wiki.de et discographie pour ainsi dire inexistante. Vraiment pas matière à un fil dédié ! Crying or Very sad

Christophe Wink
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 30 Avr 2010 - 21:03

Christophe a écrit:
Mais toi qui m'en a(s ?) parlé, tu connais d'autres choses de/sur lui ?
1) Tu peux effectivement accorder, "qui" représente "tu" dans la subordonnée, donc il faut le "s". ("Nous qui avons parlé.")
2) J'avais vivement été intéressé par sa variation, et je supposais que comme beaucoup de ces pianistes, il y avait un minimum de discographie, c'est pourquoi je te lançais sur la piste. Mais je n'ai même pas de partitions supplémentaires...
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
Christophe

Nombre de messages : 1593
Age : 54
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 30 Avr 2010 - 21:14

DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Mais toi qui m'en a(s ?) parlé, tu connais d'autres choses de/sur lui ?
1) Tu peux effectivement accorder, "qui" représente "tu" dans la subordonnée, donc il faut le "s". ("Nous qui avons parlé.")
2) J'avais vivement été intéressé par sa variation, et je supposais que comme beaucoup de ces pianistes, il y avait un minimum de discographie, c'est pourquoi je te lançais sur la piste. Mais je n'ai même pas de partitions supplémentaires...

Merci

1) pour la leçon de grammaire, j'avais un doute sur le sujet : toi ou qui. Mais il est vrai que mettre la phrase au pluriel résout bien souvent ce genre d'interrogation. Je m'en sers souvent pour le futur/conditionnel de la première personne du singulier : j'aurai(s) ---> nous aur(i)ons. J'aurais dû y penser !!! Idea Evil or Very Mad Laughing

2) Pour la confirmation de la pauvreté discographique Sad
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89370
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 30 Avr 2010 - 21:56

Christophe a écrit:
1) pour la leçon de grammaire, j'avais un doute sur le sujet : toi ou qui. Mais il est vrai que mettre la phrase au pluriel résout bien souvent ce genre d'interrogation. Je m'en sers souvent pour le futur/conditionnel de la première personne du singulier : j'aurai(s) ---> nous aur(i)ons. J'aurais dû y penser !!! Idea Evil or Very Mad Laughing
En réalité, comme "qui" est la plupart du temps la reprise d'une troisième personne, on a tendance à le considérer comme une troisième personne.

Mais en fait, "qui" est juste un pronom sujet de la subordonnée, pas plus. Et s'il remplace une première ou deuxième personne, on accorde.

Malheureusement, il est rare qu'on l'apprenne à l'école. siffle C'est bien pour ça qu'il existe Classik.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 7 Mai 2010 - 13:22

Christophe a écrit:
Bonjour,

Même question que dans le fil sur Nielsen ... Quid de la musique pour piano de Norbert et Friederich Burgmüller ? Quels disques me conseilleriez-vous ?

Il n'y a guère de grand choix. Friedrich, s'il a vécu longtemps, n'a composé que des études encore connues des apprentis pianistes mais sans grand intérêt musical, et des pièces de salon qui ne méritent pas vraiment d'être enregistrées, même si elles ne sont pas désagréables à déchiffrer. Son frère Norbert, bien plus doué, mort jeune hélas, n'a laissé qu'un toute petit catalogue dont on a vite faite le tour pour le piano. Outre un lien déjà indiqué plus haut, où l'on peut entendre ses oeuvres, je te conseille ce lien plus récent :
http://www.passee-des-arts.over-blog.com/article-courants-contraires-sonate-en-fa-mineur-et-rhapsodie-en-si-mineur-de-norbert-burgmuller-49243484-comments.html
(les enregistrements sont réalisés sur piano d'époque, ce qui peut plaire ou déplaire).
Mais je te conseille vivement d'écouter aussi ses beaux quatuors, magnifiquement enregistrés.
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe

Nombre de messages : 1593
Age : 54
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyVen 8 Oct 2010 - 19:15

Et hop, dépoussièrons ce fil avec un très beau disque :

Norbert Burgmüller (1810-1836) 51T%2BrN-ZevL._SS400_
Norbert Burgmüller (1810-1836) 51cYLK05D8L._SS400_


Là, je n'ai que très peu de temps, et de toute façon, ce que j'ai à dire tient en une seule phrase :

Je ne savais pas que Beethoven avait écrit 11 symphonies !!! Shocked I love you pété de rire

Eh oui, ces 2 symphonies auraient tout simplement pu être écrites par Beethoven (surtout la première), et c'est pour moi un compliment car je n'y vois pas un plagiat mais vraiment des symphonies du même calibre.

La 2ème est peut-être plus "personnelle". Elle est malheureusement inachevée (3 mouvements sur 4). Schumann a même un temps essayé de la terminer (extrait du livret).

Bref, j'y entends aussi du Schubert, Schumann et Brahms (en moins ennuyeux Embarassed Laughing ).

Du tout bon pour ceux qui apprécient les compositeurs cités dans ce message.

Très belle découverte pour moi. Je vais donc chercher du côté de son concerto pour piano et de ses oeuvres pour piano seul.

Note : I love you I love you I love you

Christophe coucou


Dernière édition par Christophe le Lun 29 Nov 2010 - 16:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Mélomaniaque
joachim

Nombre de messages : 1230
Age : 74
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyMer 13 Oct 2010 - 20:31

D'accord avec Christophe : il faut absolument connaître ces symphonies de Burgmüller. Ce CD est particulièrement intéressant, car il me semble que c'est le premier enregistrement de la 1ère, oeuvre de jeunesse qui fait effectivement penser à Beethoven.
Revenir en haut Aller en bas
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 23/01/2014

Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) EmptyMer 18 Nov 2015 - 0:54

Norbert Burgmüller - Piano Concerto in F-sharp minor, Op.1 (1829)
watch?v=jKX8NXOH55I

découverte encore une, nouvelle oeuvre, nouveau compositeur
des fois je me demande si une seule vie suffit pour connaître tous les compositeurs et écouter toutes les oeuvres composées depuis toujours surr notre terre !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty
MessageSujet: Re: Norbert Burgmüller (1810-1836)   Norbert Burgmüller (1810-1836) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Norbert Burgmüller (1810-1836)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: