Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Conlon Nancarrow (1912-1997)

Aller en bas 
AuteurMessage
niang
Mélomane du dimanche
niang

Nombre de messages : 20
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 30/07/2010

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyMar 8 Fév 2011 - 23:38

Bonsoir,
quelle surprise de ne pas trouver Nancarrow dans la liste de compositeur dejà répertoriés sur ce forum.
J'aimerais avoir des avis de pianistes sur ses compositions (études, ...), ainsi que découvrir les œuvres majeures de sa musique de chambre qui a l'air bien moins enregistrée.
Diverses directions se font sentir aux différents stades de sa vie, du jazz à la musique sérielle en passant par des emprunts à Bach pour la technique du canon, du contrepoint (ça je n'aurais pas su l'inventer), le piano préparé, l'importance du rythme et de la syncope, le rapprochement souvent fait avec John Cage, même si ce dernier a reçu bien plus d'honneurs et d'attention.
Revenir en haut Aller en bas
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 511
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyMer 9 Fév 2011 - 0:15

Let’s hear it for another great Italian, Conlon Nancarrow, ladies and gentlemen.

Les esprits les plus vifs auront reconnu Zappa sur l’album « Tinsel-Town Rebellion ». J’ai connu Nancarrow en écoutant FZ. Dans ma petite tête à l’époque je m’étais dit que si FZ en parle ça doit être bien. J’avais tort. Je trouve ça génialissime, bien plus intéressant que John Cage à mon sens. Une de mes plus grandes découvertes. Les CD Wergo sont à emporter sur une île déserte. niang, on va s’entendre mains

A chaque écoute je découvre quelque chose. Je ne m’en lasse pas. En plus je trouve que ça a une pointe d’humour.

PS : Le livret est de John Tenney, un autre compositeur que j’aime beaucoup. Certains ici connaissent peut-être sa musique.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 19456
Date d'inscription : 22/01/2010

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyMer 9 Fév 2011 - 10:39

En effet une grande influence sur Frank Zappa, notamment ses compositions electroniques sur Synclavier. Smile
Revenir en haut Aller en bas
niang
Mélomane du dimanche
niang

Nombre de messages : 20
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 30/07/2010

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyJeu 10 Fév 2011 - 11:56

En fait, je suis venu à Nancarrow récemment, las de voir son nom apparaitre que ce soit dans des bouquins de musiques exprimentales, d'anthologies classiques, ou dans des discussions sur la musique sérielle et de ne pas avoir entendu une note.
J'ai un peu peur que les 5CD des études chez Wergo ne me dégoutent. Le contenu est un peu varié ou bien ça reste vraiment réservé aux initiés (je ne suis aucunement pianiste)?
Revenir en haut Aller en bas
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 511
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyDim 27 Fév 2011 - 1:47

niang a écrit:
J'ai un peu peur que les 5CD des études chez Wergo ne me dégoutent. Le contenu est un peu varié ou bien ça reste vraiment réservé aux initiés (je ne suis aucunement pianiste)?
Pourquoi ça te dégoûterait !? Vas-y ces 5 CD sont passionnants, aucune raison d’hésiter !
Revenir en haut Aller en bas
aroldo
Mélomaniaque
aroldo

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyLun 28 Fév 2011 - 22:56

Ligeti ayant dit de Nacarrow qu'il était le plus grand compositeur "vivant", je me suis précipité sur sa musique dont on a beaucoup parlé à la fin des années 80 en des termes élogieux et motivants.
J'avais demandé à mon disquaire de commander l'intégrale de son oeuvre et même chose à la bibliothèque. J'ai acheté le premier CD Wergo parvenu à mon disquaire et j'ai emprunté le reste à la phonothèque.
Mais j'avoue que ma déception a été assez grande à l'écoute des études pour piano. J'ai tenu le coup pendant un quart d'heure puis j'ai abandonné. J'ai refait quelques tentatives qui se sont toujours soldées par une fin de non recevoir ; c'est peut-être génial, mais c'est trop aride pour moi, le son du piano mécanique me fait penser à une batterie de casseroles dans lesquelles on aurait largué 150 boîtes à musique et la composition me rappelle l'image du cowboy qui tire sur le rouleau (mais ici avec une Kalachnikov).
Je reste sur le seuil de cette musique intéressante pour son originalité plastique mais dont le côté burlesque caustique me tient à l'écart.
J'imagine qu'une petite investigation du côté de ses quatuors pourrait me réconcilier partiellement avec Nancarrow, mais j'avoue que le traumatisme des études y fera en grande partie obstacle.
Revenir en haut Aller en bas
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 511
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyMar 6 Sep 2011 - 19:13

Un CD de Nancarrow sort sur Wergo le 13 septembre :

http://www.amazon.com/gp/product/B0052NZXBQ/ref=snp_dp
Revenir en haut Aller en bas
Mike
Mélomane averti
Mike

Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 12/09/2010

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyMer 7 Déc 2011 - 23:19

JerMu a écrit:
Un CD de Nancarrow sort sur Wergo le 13 septembre :

http://www.amazon.com/gp/product/B0052NZXBQ/ref=snp_dp


Ce CD est un peu fourre-tout, il contient des études transcrites pour pianos traditionnels (à 4, 7 ou 8 mains!), des pièces pour petit ensemble, un fragment de septuor et la reconstitution, par la compositeur Paul Usher, d'un concerto pour pianola et orchestre de chambre, où intervient Rex Lawson -qu'on a pu entendre dans des transcriptions de Stravinsky (celle des Noces vaut le détour).

Pour ce qui est des transcriptions d'études de Nancarrow, il y a un disque que je recommande chaudement, c'est celui d'un certain Martin Schlumpf, qui a réalisé par ordinateur des adaptations d'une quinzaine d'études -et des meilleures- de Nancarrow. Pour tout inconditionnel de Nancarrow, ce disque est absolument indispensable parce qu'il permet d'entendre les études orchestrées synthétiquement (avec imitation de sons de piano, vibraphone, vents, violoncelle, etc., toute la palette y passe -et même la percussion sur une étude, seule petite faute de goût à mon sens), mais sans déperdition de vitesse et de réactivité rythmique, contrairement aux tentatives d'exécutants humains, comme le disque de l'Ensemble Modern. Bref, ce sont les études, aussi étourdissantes que les originaux, mais avec une lisibilité accentuée par la coloration des timbres. Ce disque génial s'appelle "Die Kunst des Tempokanons".

Sinon, les disques Wergo sont effectivement fabuleux, mais la nouvelle édition chez MDG est encore plus complète, le son y est en outre plus proche du timbre du piano que l'instrument assez casserolesque utilisé chez Wergo: On y gagne en feutré et en classe sonore ce qu'on perd parfois en lisibilité -les passages les plus chargés polyphoniquement, que le tricotage en pointes de clavecin chez Wergo restitue toujours parfaitement, sont parfois un peu "savonnés" chez MDG. Mais beaucoup d'études en sont décapées, avec des tempos différents, et souvent plus justes que chez Wergo.

A noter que le label Other Minds a réédité en coffret de 4 CD la première édition d'études parues en disques vinyles chez Arch records: Outre que cette édition est la moins complète, le son y est encore plus ferraillant que chez Wergo. Intérêt documentaire, donc.

Au-delà, je rejoins JerMu pour louer le génie tout à fait singulier de ce compositeur, et l'extraordinaire variété et puissance de renouvellement de son corpus.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9416
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptyJeu 30 Avr 2015 - 0:29

Benedictus en Playlist a écrit:
Nancarrow: Studies
Ingo Metmacher / Ensemble Modern
RCA, 1993
C’est la première fois que j’en entends...  Surprised  C’est fou comme on dirait du Carla Bley! Donc c’est très chouette, ludique, ingénieux avec une ambiance swing un peu décalée qui me plaît bien (je récouterai ça plus souvent que du Spahlinger), mais... Disons que je m’attendais à quelque chose d’un peu plus radical ou d’un peu plus puissant, d’après les éloges de Ligeti.

(Puisque je parlais de Carla Bley, il y a des titres d'elles qui sont bien plus radicaux, sur Thesis et Free Fall de Jimmy Giuffre, Steve Swallow et Paul Bley - pas vrai, Alifie?)

Cette écoute soulève vraiment chez moi beaucoup d'interrogations. Déjà, pour les Etudes et deux autres pièces du disque, il s'agit de transcriptions pour petit ensemble (par Yvar Mikhashoff et Charles Schwobel): est-ce que cela aurait tendance à affaiblir ou à noyer l'éventuelle densité compositionnelle? Ou bien non? Après tout les œuvres non arrangées du disque (2e Pièce pour petit orchestre, Trio pour basson, clarinette et piano et Sarabande & Scherzo pour basson, hautbois et piano) ressemblent beaucoup à ces Etudes transcrites.

Ensuite, est-ce que sous leur apparente facilité immédiate d'écoute ces œuvres cacheraient une beaucoup plus grande complexité (au niveau de l'écriture rythmique, j'imagine)?

Je serais aussi curieux de savoir jusqu'à quel point la musique de Nancarrow est novatrice, justement par rapport à ce qui se passait à la même époque dans le jazz le plus innovant (parce que, par rapport à Carter ou à l"Ecole de New York, ça ne me semble pas franchement révolutionnaire).

Les disques de jazz auxquels je faisais allusion sont de 1961-62; après recherches, il semblerait que la musique de Nancarrow ait commencé à être diffusée vers 1960, via Merce Cunningham - des gens comme Paul et Carla Bley en ont donc sûrement eu connaissance, mais au point d'en être fortement influencé? Ou alors est-ce que Nancarrow aurait travaillé, dans son isolement mexicain, dans les directions que l'aile la plus avancée de la musique populaire s'apprêtait à explorer?

Globalement, le statut de Nancarrow me fait un peu penser à celui de Satie dans son époque. Quelqu'un aurait des précisions ou des éclaircissements à m'apporter?
Revenir en haut Aller en bas
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 591
Age : 38
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) EmptySam 28 Déc 2019 - 14:25

Je me suis lancé ces derniers jours à la découverte des fameuses Etudes pour piano mécanique de Nancarrow, et je constate à la lecture de ce court fil qu'il a finalement peu été question des procédés d'écriture utilisés par Nancarrow pour la composition d'une bonne partie de ces études (notamment, la question de Benedictus dans le message qui précède le mien "est-ce que sous leur apparente facilité immédiate d'écoute ces œuvres cacheraient une beaucoup plus grande complexité" est restée sans réponse).

Il me semble pourtant qu'on ne peut guère aborder ce corpus sans se plonger l'explication de ce que Nancarrow a construit pour chacune de ces drôles de pièces, et qui se pousse jusqu'à des retranchements assez fascinants et en même temps ridicules les questions de la "jouabilité" des morceaux de musique. C'est d'ailleurs un premier reproche que je ferai globalement à cette musique : c'est une musique qu'on ne peut pas se contenter d'écouter (et je n'aime pas ce principe de musiques pour lesquelles l'oreille ne suffit pas à comprendre la démarche) car dans beaucoup de cas le principe de composition est beaucoup trop tordu pour être perceptible à l'oreille.

Rappelons donc que Nancarrow, isolé dans le Mexique de l'après-guerre où il s'était exilé, s'est lancé quasi-exclusivement dans la compostion d'oeuvres qui repoussent les limites techniques dans des confins assez peu imaginables et sont de fait complètement impossibles à interpréter par un seul instrumentiste sur un piano classique, d'où leur composition pour piano mécanique (parfois même pour deux pianos mécaniques). Dans les premières études, Nancarrow explore les possibilités les plus évidentes avec des études au rythme délirant ou d'autres qui font intervenir un nombre de voix qui dépasse la dizaine, mais il va très vite se concentrer principalement sur des études en forme de canon. Jusque-là rien de très original, sauf que Nancarrow va surtout explorer le principe du canon "accéléré", où les deux vois (voire plus dans certaines études) jouent la même mélodie, mais à des tempi différents (dans pas mal d'études, les départs des deux voix sont par exemple désynchronisés pour qu'elle achèvent leur partie simultanément, mais il y a plein d'autres variations subtiles), en partant de rapport de tempi à peu raisonnables (genre 5/7) pour arriver dans les études plus tardives à des trucs nettement plus ésotériques. L'étude 41a par exemple a un rapport de tempo entre les deux voix de (1/sqrt(pi))/sqrt(2/3) (sqrt : racine carrée) ! Bon, là on se rapproche dangereusement de la masturbation intellectualo-musicale, mais ça amusera au moins un petit peu les matheux parmi nous.

Bon, tout celà est bien beau, mais est-ce que Nancarrow arrive à créer quelque chose d'un minimum musical à partir de tout ça ? J'ai envie de dire que c'est un demi-succès. Pas un échec total car il y a une vraie substance musicale là-dedans (pour reprendre la comparaison classique quoique finalement peu adaptée avec Cage, je trouve les Sonates et interludes pour piano préparé de ce dernier beaucoup plus creuses dans la mesure où il semble se contenter de l'aspect purement sonore du cliquetis de ferraille à l'intérieur de son piano, mais sans créer quoi que ce soit d'intéressant avec ; chez Nancarrow, j'entends vraiment la volonté de faire de la musique), mais pas non une réussite complète dans la mesure où les procédés sont quand même très répétitifs d'une étude à l'autre (effets de glissandi notamment) et surtout où dans une bonne partie des études le procédé de composition en canon passe complètement à la trappe et il reste une "musique" relativement incompréhensible et pas passionnante. Parfois, Nancarrow arrive quand même à créer des choses vraiment prenantes, dans lesquelles le son, euh, inimitable, du piano mécanique ajoute encore au côté étrange et hypnotique (il pourra tout autant en agacer plus d'un au bout de deux ou trois études...).

Un corpus qui mérite en tout cas aussi d'être découvert pour les questions qu'il pose à propos de l'interprétation en musique : une musique d'une complexité telle qu'elle ne peut pas être interprétée par un humain est-elle encore de la musique ? Bien sûr, quantité d'autres pistes ont depuis été explorées à ce sujet, mais Nancarrow lance des pistes intéressantes à partir d'un instrument au fond tout simple. Pour ceux qui seraient tentés de découvrir ces études, je conseillerais de commencer par les études numérotées 3 (en fait une suite en cinq mouvements encore assez tranditionnelle et influencée par le jazz, avec "simplement" des mouvements ultra rapides) ou encore l'étude 40b assez caractéristique du "style" ultérieur de Nancarrow (beaucoup de notes, des glissandi de partout, une structure incompréhensible à l'oreille), si vous trouvez ça insupportable n'insistez pas trop, sinon peut-être que Nancarrow est fait pour vous.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
Contenu sponsorisé




Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty
MessageSujet: Re: Conlon Nancarrow (1912-1997)   Conlon Nancarrow (1912-1997) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Conlon Nancarrow (1912-1997)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: