Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -41%
-41% sur le Pack enceintes Home Cinéma JAMO PACK
Voir le deal
649 €

 

 Biarent Adolphe, 1871-1916.

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
georges2
Mélomane averti


Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 17/07/2016

Biarent Adolphe, 1871-1916.  Empty
MessageSujet: Biarent Adolphe, 1871-1916.    Biarent Adolphe, 1871-1916.  EmptyLun 14 Juin 2021 - 17:04

BIARENT Adolphe (1871-1916) ,compositeur belge.

Une écoute chez une connaissance, m'a rappelé l'existence de ce compositeur qu'est Biarent.
Inspiré par César Franck et Richard Wagner, j'ai écouté sa symphonie en ré mineur ainsi qu'une suite d'orchestre.
Intéressé d'approfondir, j'ai vu qu'il existait un disque d'œuvres symphoniques dirigé par P. Bartholomée.

Biarent Adolphe, 1871-1916.  Screenshot-20210614-164749


Et un lien à consulter :
http://www.lamediatheque.be/travers_sons/walcomp.htm

Bonnes écoutes ou bonne découverte.
Idea
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 1106
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Biarent Adolphe, 1871-1916.  Empty
MessageSujet: Re: Biarent Adolphe, 1871-1916.    Biarent Adolphe, 1871-1916.  EmptyMar 15 Juin 2021 - 0:03

Biarent... Peut-être faudrait-il évoquer le contenu de ce disque et glisser deux mots ce qu'il faut en retenir ? N'hésite pas à en faire la présentation puisque tu as lancé le sujet, je me contente du contenu ! Very Happy

Biarent Adolphe, 1871-1916.  Screenshot-20210614-164749
Trenmor, Symphonie, Deux sonnets pour violoncelle et orchestre (Luc Dewez : violoncelle ; Pierre Bartholomée)

On consultera avec profit deux disques disponibles en streaming édités par Cypres :

Biarent Adolphe, 1871-1916.  Bia110
Poème Héroïque, Rapsodie Wallonne, Contes d'Orient (Diane Andersen : piano ; Pierre Bartholomée)

Le Poème sent son Strauss ou son Berlioz (voire, si l'on ose l'anachronisme, Rachmaninoff et ses penchants les moins subtils ), on pourrait imaginer l'utiliser pour illustrer des scènes d'amour. À défaut d'originalité, il y a clairement du métier.

La Rhapsodie est une sorte de concerto pour piano en plus léger, truffé de thèmes populaires, avec des échos de Tchaikovsky (tentations lyriques) et Saint-Saëns (tentations héroiques). Le II, retenu dans son expression, ne fait pas dans la subtilité pour la mélodie ou les textures (c'est terriblement convenu), et pianote les touches les plus aiguës avant de lancer un finale heureusement brillant, virtuose et canaille. Charmant mais absolument pas mémorable (voire irritant, selon ses dispositions).

Heureusement, il reste la pièce de résistance ! Les Contes sont une collection orientaliste en 11 mouvements qui brasse du cliché et où l'on voit défiler une quantité incalculable de compositeurs, avec Rimsky et Bizet en première ligne. Ah, l'introduction ou les tournoiements de la danse orientale ne font pas dans la subtilité, ce qui n'empêche pas la pièce d'être éminemment plaisante et de contenir son lot de belles choses : le rêve de l'émir et cette espèce de fanfare à la Dukas, le chant d'amour très cinématique avec ses soupirs cuivrés (entre moments retenus d'Antar et qualité hypnotique de Beni Mora), les tintannabulis et envolées lyriques du violon dans la Rêverie tirées de Rimsky. Enthousiasme évoque les espagnolades françaises (Bizet et Massenet), La chanson de l'Ukraine et le Chant d'Hervor rappellent Ippolitov-Ivanov et les folkloristes russes (une pincée de Tchaikovsky et de Lyadov). Effet de lune est un nocturne enchanté qui se veut impressionniste, le génie en moins (une sorte de Gaubert dénervé). Le long finale récapitule les thèmes utilisés précédemment avant de conclure sur El Cid et Carmen. Un régal


Biarent Adolphe, 1871-1916.  Bia210
Quintette avec piano, sonate pour violoncelle et piano (Diane Andersen : piano ; Marc Drobinsky : violoncelle ; Quatuor Danel)

À mon avis, l'album à découvrir prioritairement. La parenté stylistique avec Franck et Lekeu est évidente (épanchements intenses et cyclisme "mortel"), mais pourquoi gâcher son plaisir ?
Dans le quintette, des soupirs d'ennui laissent bien vite place à des motifs motoriques (ah, le crescendo à 14:00 et l'ébullition à partir de 14:12 !), au sein d'une texture étonnament aérée (les tentations orchestrales sont vraiment minimes) où le piano tient une place prépondérante. Le spectre de la sonate pour violon de Franck est palpable. L'Intermezzo démarre par une figure très sombre au piano, avant d'être rejoint par des cordes frémissantes, fiévreuses (schubertiennes ?), une sorte de calme maniaque après les montagnes russes du I où le piano tresse des guirlandes ou fait couler des fontaines de notes, avant de retomber sur ses inquiétantes notes initiales. Le III revient à des affects plus outrés, beaucoup de désespoir, la proximité avec Lekeu se fait vraiment sentir (la tension insoutenable à partir de 10:00, avec cette densification progressive du matériau avant de revenir à cette clarté et cet élancement initial). Le finale voit une couverture du spectre progressive, pour la première fois dans des teintes chaudes, avant la péroraison franchement souriante. Fortement recommandé.

La sonate est intéressante, plus personnelle mais peut-être une coche en dessous question inspiration : après un long premier mouvement assez sombre, le II est une sorte de tempête sous un crâne tout à fait saisissante, là où le très concis III est une rumination silencieuse. Le IV revisite les thèmes du I avec beaucoup de bonheur et de contrastes, dont une magnifique conclusion apaisée.
Revenir en haut Aller en bas
georges2
Mélomane averti


Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 17/07/2016

Biarent Adolphe, 1871-1916.  Empty
MessageSujet: Re: Biarent Adolphe, 1871-1916.    Biarent Adolphe, 1871-1916.  EmptyMar 15 Juin 2021 - 8:36

Heureux de pouvoir bénéficier de l'avis d'un expert, m'incitant à découvrir l'œuvre d'Adolphe Biarent dont je n'avais que superficiellement écouté deux partitions.
Je vais me procurer les enregistrements en tenant compte de ton analyse très intéressante.


Idea
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Biarent Adolphe, 1871-1916.  Empty
MessageSujet: Re: Biarent Adolphe, 1871-1916.    Biarent Adolphe, 1871-1916.  EmptyMer 16 Juin 2021 - 13:19

Mefistofele a écrit:
Poème Héroïque

Le Poème sent son Strauss ou son Berlioz (voire, si l'on ose l'anachronisme, Rachmaninoff et ses penchants les moins subtils ), on pourrait imaginer l'utiliser pour illustrer des scènes d'amour. À défaut d'originalité, il y a clairement du métier.

Ah, moi j'y entends très fort, au début, les fanfares de guerre en arrière-scène pendant l'acte III du Roi Arthus de Chausson !  (ou celles au début du Psaume 47 de Schmitt)

Sinon, corpus orchestral pas particulièrement singulier, mais de très belle facture, l'aspect « couleur locale », musique « de caractère » est très bien réussi !
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




Biarent Adolphe, 1871-1916.  Empty
MessageSujet: Re: Biarent Adolphe, 1871-1916.    Biarent Adolphe, 1871-1916.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Biarent Adolphe, 1871-1916.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: