Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Machine à café avec broyeur KRUPS YY4384FD Essential
357.99 € 599.99 €
Voir le deal

 

 Petr Eben (1929-2007)

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14498
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyVen 11 Mar 2022 - 17:02

Petr Eben (1929-2007) Eben_p10
Petr EBEN
(Žamberk, 22 janvier 1929 - Prague, 24 octobre 2007)

Diverses contributions assez développées lui ayant été récemment consacrées dans divers fils, il semble de plus en plus nécessaire de lui consacrer un topic.

Avant de recopier lesdites contributions, je signalerai juste trois pages (dont deux nécrologiques), assez brèves, mais qui me semblent avoir le mérite de bien cerner le compositeur, deux sur le site en français de Radio Prague International (ici et là) et la nécrologie du Monde (par Machart) ici.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14498
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyVen 11 Mar 2022 - 17:04

Du fil « Les plus belles pièces d’orgue »:
Le 3 avril 2011, Tatsuya a écrit:
Petr Eben est intéressant aussi. Sans doute pas incontournable, mais vaut le détour.
ysov a écrit:
Tatsuya a écrit:
Petr Eben est intéressant aussi. Sans doute pas incontournable, mais vaut le détour.
Petr Eben a fait de belles choses, mais ce n'est certainement pas avec ce compositeur que je tenterais de faire aimer la musique pour orgue aux profanes. Quoique Frank Martin et sa Passacaille,
encore moins... Wink
Le 24 avril 2014, Mélomaniac a écrit:
Tiré de ma playlist du 23 avril :

Petr Eben (1929-2007) Tuyau_15
Les Tuyaux de la Nuit...
Petr Eben (1929-2007) Tuyau_15

[...]

4) Petr Eben (1929-2007) :

Paysages de Patmos

L'Aigle - Les Vieillards - Le Temple - L'Arc-en-ciel - Les Chevaux

= Eirik Raude, percussion ; Halgeir Schiager, orgue de l'église Hedvig Eleonora de Stockholm

(Hypérion, juin 2004)

colors Inspirées par l'Apocalypse selon Saint-Jean, ces cinq fresques dégagent un pouvoir descriptif rare !

Petr Eben (1929-2007) Stockh11

Mélomaniac a écrit:
Tiré de ma playlist du 28 avril :

Petr Eben (1929-2007) Tuyau_15
Les Tuyaux de la Nuit...
Petr Eben (1929-2007) Tuyau_15

Petr Eben (1929-2007) 51eRPT-NV4L._SY450_

3) Petr Eben (1929-2007) :

Job

Destinée - Foi - Acceptation de la souffrance - Aspiration à la mort - Désespoir et résignation - Mystère de la Création - Pénitence et entendement - Récompense de Dieu

= Halgeir Schlager, orgue Grönlund de l'église Hedvig Eleonora de Stockholm

(Hyperion, juin 1993)

brilsmurf « Le pari entre Satan et Dieu sur le sort d'un être humain » nous dit le compositeur tchèque au sujet de cette vaste fresque de trois quarts d'heure, illustrant les épreuves de ce personnage biblique de l'Ancien Testament.
On retrouve dans ce cycle écrit en 1987 le verbe narratif, le talent d'évocation et le sens coloriste d'Eben, compositeur majeur et hélas méconnu du grand public mélomane, que je place au même niveau que Messiaen pour leur contribution au répertoire organistique du XX° Siècle.
Excellente interprétation, magnifique prise de son.


Petr Eben (1929-2007) Stockh12

Le 1ᵉʳ février 2021, Mélomaniac a écrit:
Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Petr Eben (1929-2007) Gunthe10
L'interprète écoutant les volumes
de son intégrale Eben



Petr Eben (1929-2007) :

Mutationes

Impetuoso - Allegretto - Veemente - Scherzando - Rapsodico - Grazioso - Agitato

= Günther Rost, orgue Goll de l'église St Martin de Memmingen


(Motette, novembre 2001)

Smile C'est en l'église d'Oliwa, contenant trois orgues, qu'Eben eut l'idée de faire alterner deux instruments dans une même œuvre.
Ce concept se concrétisa à l'occasion d'une commande du Welsh Arts Council pour le festival de Cardiff en 1980.
Les sept parties sont donc conçues comme une séquence : les impaires sont confiées à un grand instrument et se déterminent par leurs dissonances, leur richesse
de registration ; les sections paires se destinent à un instrument plus restreint et se caractérisent par leur transparence chambriste et leur pôle tonal.
La dernière partie doit se jouer en dialogue par les deux instruments.
Pour cet enregistrement à Memmingen, c'est le même orgue qui traite les deux ensembles, mais en variant la position des micros pour donner l'illusion
d'une perspective différente, et en utilisant des registrations distinctes.
La dernière section a superposé deux captations lors du montage de la prise de son.
 

Petr Eben (1929-2007) Memmin10
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14498
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyVen 11 Mar 2022 - 17:05

Du fil «Découvrir l’orgue par le disque»:
Le 14 novembre 2021, Mélomaniac a écrit:
Dans le genre imagé, si on quitte l'Hexagone, j'aime beaucoup aussi Petr Eben (toute la série chez Hyperion, commencer peut-être par Job et Faust).
Le 16 novembre 2021, Mefistofele a écrit:
Petr Eben (1929-2007) Folder13

J'ai commencer à creuser Eben (Job seulement, 4 écoutes) et cela m'a fait autant d'effet que Langlais. Très, très intense, avec des couleurs incroyables, des titres vraiment raccords avec le contenu, un véritable livre d'images (pour adultes). Disons que c'est le genre de choses que j'attendais pour accompagner les illustrations de Blake, plutôt que les vapeurs et demi-teintes* de Vaughan Williams sur le même argument. Rien que l'ouverture, ténébreuse, déchirée par un son nasillard, et l'espèce de moment fou qui suit, l'incroyable quantité de sonorités, une sorte de creuset primordial aux accents fatidiques. Puis, dans le mouvement qui suit, la touchante prière de Job interrompues par les malheurs (d'abord une ritournelle, puis une pluie d'accords terrifiants)... Et il reste encore 6 mouvements tous plus inventifs les uns que les autres (l'entêtant Longing for Death) ! Je note pour éventuellement faire une présentation de Petr plus tard.

*Euphémisme du jour pour exprimer ma détestation réserve à l'égard de cette partition.
Le 18 novembre 2021, Mélomaniac a écrit:
D'Eben, tout me semble hautement fréquentable. Voir aussi Okna, et les Paysages de Patmos, dans cette version ou cette autre :
https://www.amazon.fr/Concerto-pour-orgue-Landscapes-Patmos/dp/B007WA0X6M
https://www.amazon.fr/%C2%8Cuvres-pour-orgue-Intégrale-5/dp/B000CETZDM
Le 20 novembre 2021, Mefistofele a écrit:
Eben, j'ai testé le disque Rost. Assez dépouillé et suspendu, j'ai été particulièrement sensible au paysage avec cheval, particulièrement évocateur. Un peu moins convaincu par Okna, qui mérite réécoute, mais l'idiome est de prime abord assez "moderne sans séduction". C'est finalement le concerto, plus exubérant et coloré, que j'aurai préféré sur ce disque.
Le 29 novembre 2021, DavidLeMarrec a écrit:
(J'en profite pour glisser que suite à vos conseils, j'ai exploré le fonds de Petr Eben… il y a vraiment des merveilles, à commencer par Job en effet. La version Titterington avec récitant anglais, remarquablement interprétée, ouvre des mondes !  Une des choses le plus abouties que j'aie entendues pour l'instrument. I love you

Tonal mais richement augmenté, vraiment de quoi se faire plaisir pour beaucoup de profils différents d’auditeur.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14498
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyVen 11 Mar 2022 - 17:05

Dans le fil «Absurdités et bêtises ou Humour et Génie: Érik Satie»:
Le 24 février 2022, Beckmesser a écrit:
Désolé pour le hors sujet, mais lorsque je lis un peu plus haut…
Alpha a écrit:
Petr Eben [...] ses oeuvres pour choeur sont innomables, je trouve
Alpha a écrit:
C'est ce que l'on déteste le plus du contemporain: totalement hideux - et le pire est que c'est voulu!
… même si ça date de près de 15 ans, j’ai du mal à ne pas réagir devant des propos aussi obtus.

Comme il n’y a pas de fil dédié à Petr Eben, je tiens juste à ajouter un autre exemple de cette musique soi-disant « hideuse », en plus des œuvres pour orgue mentionnées sur le fil discographique: ses cycles de Lieder. Et notamment:
Šestero písní milostných (Six chants d'amour ), 1951, sur des textes médiévaux dans diverses langues, avec un accompagnement original de piano + harpe.
Písně nejtajnější (Chants les plus secrets), 1952, sur des textes traduits de poèmes arabes et perses du moyen-âge, alternant avec des auteurs tchèques contemporains.
Sechs Lieder nach Gedichten von Rainer Maria Rilke (1961)

En CD:
Récital Soňa Červená : œuvres d'Ostrčil, Vycpálek, Janáček, Eben (Supraphon, 1958)
Uniquement 5 des písní milostných, mais chantés avec un charme certain, avec Petr Eben au piano.

Petr Eben : Songs / Dagmar Pecková & Ivan Kusnjer, avec à nouveau le compositeur au piano (Supraphon, 1996)
Pecková chante également les písní milostných, mais avec une émission beaucoup plus opaque que Červená, et dans la version avec piano seul (sans harpe)
Par contre, Ivan Kusnjer n’est pas sans rappeler un certain Siegmund Nimsgern (voilà qui devrait éveiller la curiosité de quelques forumistes…)
Le 25 février 2022, DavidLeMarrec a écrit:
C'est d'autant plus étonnant que les chœurs sacrés que je connais d'Eben sont plutôt tradis et plats que dissonants. Mais tu sais, au début du forum, les forums étaient un peu l'apanage de jeunes étudiants qui découvraient la vie et osaient des expressions très tranchées… Aujourd'hui le forum s'est assagi, tout le monde dit très calmement ses désamours, mais il ne faut pas en prendre ombrage lorsqu'on tombe sur de vieux messages (d'autant qu'il y a eu de fameuses figures qui ont fini par se faire bannir ou par claquer la porte).

Si tu aimes Eben, on a beaucoup parlé de lui dernièrement dans les fils d'orgue (en particulier pour Job évidemment, mais pas seulement).
Beckmesser a écrit:
Merci David.

J’avais bien lu les éloges à propos de Job (y compris sur CSS), je viens de voir les posts sur Faust, Mutationes
Mon message précédent, c’était surtout pour indiquer une autre porte d’entrée possible chez Eben, par la mélodie.
Rien révolutionnaire là dedans, on est entre Martinu, Barber et les arrangements de folksongs par Britten, mais on trouve quand même quelques pépites dans les 3 cycles mentionnés ci-dessus.
Par exemple:
Unter den Linden (dans les Love Songs, à écouter de préférence avec harpe, donc par Červená),
Vorgefühl (dans le cycle d’après Rilke)

Sinon, je ne connaissais pas grand chose d’autre d’Eben, mais cette discussion m’a donne envie d’en entendre plus (en dehors des œuvres pour orgue pour lesquelles il y a déjà de bons avocats).
Première moisson:

Suita Balladica pour violoncelle et piano (1955): sympathique mais assez convenue, aux motifs un peu répétitifs.

Quatuor à Cordes "Labyrinth of the World and Paradise of the Heart", (1981). Beaucoup moins lisse et sans doute plus "profond", mais il faudrait l'écouter avec le programme en tête pour mieux en saisir la logique. Sinon, ça ressemble surtout à une juxtaposition de formules et de trucs d’écriture, déjà entendus en mieux...

Symphonie Gregoriana (= 1er concerto pour orgue et orchestre, 1953).
Une maitrise indéniable de l’alliance orgue - orchestre, des formules séduisantes et efficaces ça et là, une véritable rutilance sonore par moments. Mais aussi l’impression d’une œuvre exagérément ambitieuse (quasiment 1 heure) par rapport à la grande simplicité du traitement thématique et harmonique.

Concerto pour piano (1961). Une partition virtuose et flamboyante, mais qui cette fois ne se prend pas trop au sérieux (un dernier mouvement très « Poulenc »), et qui reste relativement concise (25’). Peut-être la meilleure trouvaille jusqu’ici en dehors des pièces pour orgue.

Quant aux mélodies, je n'avais pas signalé:

• Les Písně nelaskavé (Loveless Songs) (1963), pour contralto et alto.
Je ne connaissais que la version de Pecková, avec son émission engorgée et sur des tempi soporifiques, et je n’avais pas du tout accroché.
Je viens d'écouter Věra Soukupová (une vraie personnalité… dommage que beaucoup ne connaissent d’elle que son Erda). Le cycle devient soudain beaucoup plus intéressant!
(CD Hurník/Novák/Eben chez Supraphon, version avec non plus 1 alto mais un ensemble d’altos.)

• Les Lute Songs, présents sur un récital de Magdalena Kožená… Entre néo-renaissance et folk-songs, ça se laisse écouter (mais c'est vite oublié)

Il existe un autre CD entièrement consacré aux Lieder d’Eben, chez Pan Classics. Comment dire… avec Pecková, au moins, on reconnait la hauteur des notes.

On trouve aussi les Loveless Songs sur le récital d’une mezzo qui a apparemment tout misé sur la pochette.
À retrouver d'ici quelques minutes sur le fil des pochettes les plus... (curieux qu’elle soit passée au travers jusqu’ici!)
Edit: le fil des pochettes est apparemment verrouillé, ce sera pour une autre fois
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14498
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyVen 11 Mar 2022 - 17:08

En Playlist:
Aujpurd'hui, Benedictus a écrit:
Petr Eben (1929-2007) Eben_j10
Job pour orgue
David Titterington (orgue de l’église du Monastère des Minorites, Uničov), Howard Lee (récitant)
Uničov, 1991
Multisonic


Le langage est assez passionnant et les registrations ont un relief magnifique, mais je n’ai pas été aussi frappé ou touché que je l’escomptais. En fait, je crois que c’est le récitant qui m’a gâché l’écoute - il faudrait que je réécoute en sautant les plages qui lui sont dévolues (ou alors s’il existe une version avec le texte lu en hébreu?)
Mefistofele a écrit:
Tiens donc, tu as pu mettre la main sur la version vantée par David ? Je suis curieux, la présence du récitant me fait peur justement et je me suis contenté de la version Schiager.

Petr Eben (1929-2007) Eben10
DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
(ou alors s’il existe une version avec le texte lu en hébreu?)

Oui, je pense qu'ils ont sûrement fait, vu les ventes vertigineuses, des sous-produits adaptés à la langue de chaque nation, plus les langues bibliques disparues. Mr. Green

Qu'est-ce qui te dérange dans le texte anglais ?  L'imperfection de la traduction proposée ?  La couleur / l'univers mental de la langue ?

Moi j'ai trouvé ça très bien dit, et ça donne un contexte poétique très bienvenu. (Ça permet aussi de se repérer dans les pistes sans avoir le nez dans le livret.)
Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
(ou alors s’il existe une version avec le texte lu en hébreu?)
Oui, je pense qu'ils ont sûrement fait, vu les ventes vertigineuses, des sous-produits adaptés à la langue de chaque nation, plus les langues bibliques disparues. Mr. Green
Non, mais c'est quand même la langue du texte d'origine, et l'hébreu biblique n'est tout de même pas tout à fait ce qu'on peut appeler une langue disparue, ne serait-ce que du fait de son usage liturgique (même si le Livre de Job est en effet rarement lu dans ce contexte.)

DavidLeMarrec a écrit:
Qu'est-ce qui te dérange dans le texte anglais ?  L'imperfection de la traduction proposée ?  La couleur / l'univers mental de la langue ?

Moi j'ai trouvé ça très bien dit
Je n'ai pas fait exactement gaffe à la traduction.

En revanche, oui, la couleur et l'univers mental m'ont paru assez décalés: pour moi, ça manque vraiment d'étrangeté et/ou de hiératisme, par rapport à la musique (et c'est peut-être accentué par le ton très narratif et direct du lecteur); à la limite, ce serait probablement beaucoup mieux passé avec une langue que je ne comprends pas du tout (mais j'y pense, ça doit quand même bien exister au disque avec le texte en tchèque, non?), mais je me suis vraiment pris à rêver de ce que ça pourrait donner avec un alternatim en cantillation séfarade.

Et, plus globalement, ça hache trop le discours musical: du coup, en première écoute, les pièces paraissent trop brèves et par là même un peu frustrantes (en plus, les pistes sont enchaînées sans aucune pause, ça aurait déjà été mieux avec un temps de silence plus long après chaque plage d'orgue) et ça empêche de bien percevoir un dessin d'ensemble (les éventuels effets d'écho ou de rappels, la poussée d'ensemble, les équilibres...)

DavidLeMarrec a écrit:
et ça donne un contexte poétique très bienvenu. (Ça permet aussi de se repérer dans les pistes sans avoir le nez dans le livret.)
Oui, d'accord; peut-être que sur ce point, l'appréciation dépend beaucoup du degré de familiarité qu'on peut avoir avec le texte: si on le connaît déjà bien, ça peut à l'inverse assez vite impatienter. (En plus j'ai trouvé un peu contre-intuitif qu'on lise après la musique les versets que celle-ci est supposée évoquer - du moins si les métadonnées des services de streaming sont exactes.)

(Il faudrait peut-être ouvrir un fil Eben, depuis le temps qu'on discute de lui en Playlist, dans les fils orgue transversaux, voire dans le fil Satie…)
DavidLeMarrec a écrit:

Benedictus a écrit:
(mais j'y pense, ça doit quand même bien exister au disque avec le texte en tchèque, non?)
Pas trouvé – sinon tu imagines bien que j'aurais commencé par ça.

Citation :
mais je me suis vraiment pris à rêver de ce que ça pourrait donner avec un alternatim en cantillation séfarade.
Quand on en est là en écoutant des disques, il faut songer à se reconvertir en directeur artistique de festival ouvert sur le monde ! Mr. Green

Citation :
Et, plus globalement, ça hache trop le discours musical: du coup, en première écoute, les pièces paraissent trop brèves et par là même un peu frustrantes (en plus, les pistes sont enchaînées sans aucune pause, ça aurait déjà été mieux avec un temps de silence plus long après chaque plage d'orgue) et ça empêche de bien percevoir un dessin d'ensemble (les éventuels effets d'écho ou de rappels, la poussée d'ensemble, les équilibres...)
Ah, je trouve au contraire que, comme l'alternatim des messes d'orgue, ça permet de respirer, d'être plus disponible mentalement pour chaque section, de bien différencier les progressions.

Citation :
Oui, d'accord; peut-être que sur ce point, l'appréciation dépend beaucoup du degré de familiarité qu'on peut avoir avec le texte: si on le connaît déjà bien, ça peut à l'inverse assez vite impatienter.
Je ne le connais pas par cœur, mais je l'ai déjà lu plusieurs fois et ça ne m'a pas du tout gêné, surtout que c'est vraiment bien lu, la déclamation elle-même se pare d'une qualité musicale propre.

Citation :
(Il faudrait peut-être ouvrir un fil Eben, depuis le temps qu'on discute de lui en Playlist, dans les fils orgue transversaux, voire dans le fil Satie...)
Clairement !
Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
(mais j'y pense, ça doit quand même bien exister au disque avec le texte en tchèque, non?)
Pas trouvé – sinon tu imagines bien que j'aurais commencé par ça.
On voit que tu es surmené en ce moment: après trente secondes de recherche, je viens de découvrir qu'il existait chez Supraphon un enregistrement de Tomáš Thon sur l'orgue de l'Église de l'Assomption d'Opava, lequel est publié en deux éditions avec (presque) la même couverture: vu les noms des récitants, j'imagine que celle dont le narrateur s'appelle Radovan Lukavský (à gauche) doit être en tchèque, et que celle dont le narrateur s'appelle Moshe Yegar (à droite) doit être en hébreu:
Petr Eben (1929-2007) Eben_j11   Petr Eben (1929-2007) Eben_j12
(J'ai mis ça de côté, mais je ne sais pas encore quand j'aurais le temps de les écouter.)

Citation :
Quand on en est là en écoutant des disques, il faut songer à se reconvertir en directeur artistique de festival ouvert sur le monde ! Mr. Green
Gnégnégné.

Citation :
Ah, je trouve au contraire que, comme l'alternatim des messes d'orgue, ça permet de respirer, d'être plus disponible mentalement pour chaque section, de bien différencier les progressions.
Autant ça me fait cet effet-là avec le langage du baroque baroque français, autant avec le langage d'Eben, c'est tout l'inverse.

Citation :
surtout que c'est vraiment bien lu, la déclamation elle-même se pare d'une qualité musicale propre.
J'ai trouvé la déclamation très bien mais pas spécialement comme tu dis.


Dernière édition par Benedictus le Ven 11 Mar 2022 - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 12408
Date d'inscription : 21/01/2007

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyVen 11 Mar 2022 - 19:39

Smile

Un album de Lieder! Very Happy

Petr Eben (1929-2007) 91eig810
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19083
Date d'inscription : 25/11/2012

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyVen 11 Mar 2022 - 20:20

moi j’ai plein de trucs à dire sur Eben !

1. jusqu’à très récemment, Mélo était le seul sur ce forum à savoir qui c’est et à le citer un peu partout dans l’indifférence générale.

2. en 2015 j’ai téléchargé je ne sais plus quelle intégrale pour orgue pour faire plaisir à un gars sur soulseek, et ne l’ai jamais écoutée.

voilà pour ma contribution. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19083
Date d'inscription : 25/11/2012

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptySam 12 Mar 2022 - 8:33

lulu a écrit:
Petr Eben (1929–2007) :
Job pour orgue (1987)

Andrzej Białko (Philharmonie de Cracovie)

Petr Eben (1929-2007) Eben-j10

(j’ai choisi la version que personne n’a citée pour pas faire comme tout le monde.)

Honnêtement j’ai trouvé ça assez faible en terme de contenu musical, et contrairement à Mefistofele j’ai pas trouvé ça si évocateur que ça. Curieux langage à la fois austère et bigarré, mais est-ce étonnant de la part des organistes ? Un peu lassé par ces mélodies invariablement modalo-chromatisantes bien appuyées mais qui se terminent toujours sur une consonnance assez vide parce que quand même il faut rester raisonnable. Parfois j’ai l’impression qu’il essaie de faire des sortes de climax impressionnants voire pyrotechniques, mais à part la puissance acoustique de l’instrument ce sont même les parties les moins consistantes de l’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu


Nombre de messages : 19083
Date d'inscription : 25/11/2012

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptySam 12 Mar 2022 - 23:21

J’ai tenté Faust mais là c’est trop pour moi. J’ai l’impression que cette musique, tout en étant hyper conservatrice, fait tout pour être réservée à un petit cercle d’organistes-initiés. Le compositeur hésite manifestement entre le concert de Noël et le moche-pour-être-moche, mais je sais pas si c’est voulu, j’avoue que je comprends pas le projet, à qui ça s’adresse, etc. Aux organistes (ces gens bizarres) était ma première idée, mais si c’est certes une musique hyper organistique (impossible d’imaginer ça sur un autre instrument), en dehors de quelques passages je suis même pas sûr que ça soit très jouissif à jouer, l’écriture me semblant souvent légèrement en-deçà de l’instrument, c’en est presque frustrant. S’y ajoute en plus un côté répétitif, chaque figure étant répétée quatre fois ou presque. Bref je vais m’arrêter là avec Eben sinon je vais devenir (encore davantage) de mauvaise foi. Laughing
Mais en général quand je dis que j’aime pas un truc ça donne envie d’écouter donc allez-y. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 12408
Date d'inscription : 21/01/2007

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyDim 13 Mar 2022 - 8:05

lulu a écrit:
J’ai tenté Faust mais là c’est trop pour moi. J’ai l’impression que cette musique, tout en étant hyper conservatrice, fait tout pour être réservée à un petit cercle d’organistes-initiés. Le compositeur hésite manifestement entre le concert de Noël et le moche-pour-être-moche, mais je sais pas si c’est voulu, j’avoue que je comprends pas le projet, à qui ça s’adresse, etc. Aux organistes (ces gens bizarres) était ma première idée, mais si c’est certes une musique hyper organistique (impossible d’imaginer ça sur un autre instrument), en dehors de quelques passages je suis même pas sûr que ça soit très jouissif à jouer, l’écriture me semblant souvent légèrement en-deçà de l’instrument, c’en est presque frustrant. S’y ajoute en plus un côté répétitif, chaque figure étant répétée quatre fois ou presque. Bref je vais m’arrêter là avec Eben sinon je vais devenir (encore davantage) de mauvaise foi. Laughing
Mais en général quand je dis que j’aime pas un truc ça donne envie d’écouter donc allez-y. Laughing

C'est vrai que du coup, ça donne envie d'en savoir plus! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94324
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) EmptyDim 13 Mar 2022 - 17:22

Benedictus a écrit:
On voit que tu es surmené en ce moment: après trente secondes de recherche, je viens de découvrir qu'il existait chez Supraphon un enregistrement de Tomáš Thon sur l'orgue de l'Église de l'Assomption d'Opava, lequel est publié en deux éditions avec (presque) la même couverture: vu les noms des récitants, j'imagine que celle dont le narrateur s'appelle Radovan Lukavský (à gauche) doit être en tchèque, et que celle dont le narrateur s'appelle Moshe Yegar (à droite) doit être en hébreu:
Petr Eben (1929-2007) Eben_j11   Petr Eben (1929-2007) Eben_j12
(J'ai mis ça de côté, mais je ne sais pas encore quand j'aurais le temps de les écouter.)

Le pire est que j'ai écouté ce disque (beaucoup moins bien côté orgue), sans avoir remarqué la présence du récitant. (Je n'avais pas vu que c'était doublé en tchèque dans une autre version !)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé





Petr Eben (1929-2007) Empty
MessageSujet: Re: Petr Eben (1929-2007)   Petr Eben (1929-2007) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Petr Eben (1929-2007)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Beverly Sills (1929 2007)
» Peter Sculthorpe (né en 1929)
» André Previn (1929-)
» André Messager (1853-1929)
» André Mathieu (1929-1968)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: