Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 0:47

Une femme, certes, mais la reléguer au rôle de représentante d'un sexe si peu favorisé par la gloire sous l'ancien régime ne lui rendrait pas les honneurs qu'elle mérite. C'est une femme, mais la postérité aurait tendance à ne voir que ça, une femme et de surcroit bonne compositrice ? Quel exploit !
Non, c'est un compositeur. Le genre féminin accolé au métier est une idiotie. Compositeur n'est pas un métier différent de celui de compositrice. C'est d'ouvrages de dames dont nous parlons ? En l'occurence, il ne s'agit pas d'un phénomène de société mais de l'oeuvre éminemment touchante d'un artiste exceptionnel. Son sexe n'est là que pour le desservir dans un siècle qui devient de plus en plus misogyne avec le renforcement du bigotisme qui teinte la fin du règne de Louis XIV.

Claveciniste, elle est présentée au roi à l'âge de 5 ans. Elle est fille de Claude Jacquet, organiste de l'église de l'île Saint-Louis à Paris. Trois autres enfants: Pierre prend la succession de son père, Nicolas devient le titulaire de l'orgue de l'église Saint-Pierre à Bordeaux, Anne sa soeur est claveciniste au service de Mademoiselle de Guise et travaille régulièrement avec Charpentier.
Mais c'est Elisabeth qui est la plus douée. Madame de Montespan la prend à son service... à 5 ans. On imagine déjà ce que doit endurer l'enfant dès ses jeunes années. Elle s'endurcit sans doute au contact de cette vie de cour au temps de la Montespan qui est la plus cruelle qui soit. Elle est là pour "amuser agréablement" la suite de la favorite du roi. Elisabeth sera éternellement reconnaissante de cette faveur et louera toujours avec émotion et chaleur Sa majesté dans toutes les dédicaces à l'impression de sa musique.

Elle épouse Marin de la Guerre en 1684 et vit alors à Paris où elle donne concerts et cours avec la plus grande estime de la part des musiciens et des mélomanes du marais. "Tous les grands musiciens et les bons connaisseurs allaient avec empressement l'entendre toucher le clavecin."
Elle fait donner un petit opéra chez le Dauphin en 1685 et chez la Montespan une cantates (perdus tous deux).

A 22 ans, publication de son Premier livre de clavessin, un chef d'oeuvre abouti, déjà d'une maturité impressionnante. Une profondeur et une gravité qu'on ne retrouve que chez Couperin. Pour moi parmi le meilleur clavecin de son époque. Organisé sous forme de suites de danses typiquement française (Allemande, Courante, Gigue, Menuet) et ajout au désir de Canaries, Chacones ou Gavottes ou surtout de tocades, c'est à dire de pièces improvisées retranscrites au mode italien des pièces fantaisistes de Frescobaldi ou Froberger. En effet De la Guerre était réputée comme la plus grande improvisatrice de son temps. On courrait ses concerts pour l'entendre élaborer des thèmes et les développer à l'envie.

15 mars 1694, création de Céphale et Procris, superbe musique, mauvais livret. Les répétitions font courir tout Paris, l'oeuvre sera donnée à l'Académie Royale, on s'extasiait, on se pâmait devant cette musique.

L'opéra tombe au bout de cinq représentations. Il est difficile aujourd'hui de comprendre que le public était plus attentif au texte qu'à la musique dans ces oeuvres. Mais retenons que le genre s'appelle "tragédie lyrique". On vient écouter un texte avant tout. La musique est excellente, le texte assez beau mais l'intrigue mal fichue. Elisabeth Jacquet de la Guerre est profondément affectée par cet échec et mettra treize ans avant de proposer une nouvelle oeuvre au public. Aucune publication entre 1694 et 1707. On ne parle plus d'elle.

Elle perd dans ces années son père, sa mère, son mari puis son frère Nicolas. Enfin son enfant de dix ans. Elle est seule. Elle vit confortablement dans son appartement de l'île Saint-Louis avec sa vue sur la Seine. Elle donne des concerts chez elle toujours très courus par les mélomanes les plus passionnés. Elle compose enfin. De 1707 à 1711: des sonates, genre nouveau pour la France, des cantates (Deux livres de cantates spirituelles), Six sonates pour le viollon, des Pièces qui se peuvent joüer sur le clavecin (premières oeuvres de clavecin accompagné). Ces oeuvres sont toujours dédicacées à Louis XIV: "...ce glorieux accueil dont j'ai joui moi-même dès le berceau, vous n'avez pas dédaigné mon enfance..."

Ses sonates pour clavecins s'étoffent et se rapprochent de ce que François Couperin composera. Une musicienne éloignée des futilités, de la frivolité. On est plus près de Louis Couperin que de Royer.
En 1708 puis en 1711 elle édite des livres de cantates "françoises" bibliques sur des textes de Houdar de la Motte qui ont un beau succès "qui recueillent une faveur immédiate".

Louis XIV meurt, nous sommes en 1715. Elle publie des cantates profanes qu'elle dédie à l'électeur de Bavière Maximillien-Emmanuel II.
Trois cantates profanes exceptionnelles de musicalité, proche de l'opéra qu'elle délaisse en raison de son échec cuisant. Sémélé, L'Île de Délos et Le sommeil d'Ulisse.
Ultime composition: le Raccommodement Comique de Pierrot et de Nicole, parodie d'opéra où Nicole et Pierrot après s'être disputés à cause de l'inconstance de Nicole se réconcilient par l'entremise d'un dialogue chanté, inaugure un genre qui aura beaucoup de succès, l'opéra comique.

Elisabeth se retire de la scène et ne compose plus qu'un Te deum exécuté à la Chapelle du Louvre en l'honneur de la guérison du jeune Louis XV âgé de 11 ans, oeuvre perdue malheureusement.

En 1727 elle quitte l'île Saint-Louis pour un appartement de la paroisse Saint-Eustache, rue des prouvaires. Le 24 juin, elle fait venir son notaire, elle nomme par testament ses deux neveux, fils de sa soeur Anne, légataires universels.

Elle meurt le 27 juin et est inhumée à Saint-Eustache.

Titon du Tillet cite dans son Parnasse les six plus grands compositeurs de son temps: Lully, La Lande, Campra, Marais, La Guerre, Destouches.

Elle fut moins un digne représentant du sexe faible qu'un grand compositeur, souvent de renommée discrète, mais très estimée des musiciens de son époque.


Dernière édition par vartan le Sam 28 Juin 2008 - 1:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:33

C'est super ton enthousiasme , mais tu pourrais nous parler de son style, ce qui a été enregistré , par qui . Par quoi faut-il commencer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:34

Son inventaire après décès indiquait qu'elle possédait trois clavecins: "un petit à touches blanches et noires, un clavecin à clavier noir et un grand clavecin flamand à deux clavier".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:35

atomlegend a écrit:
Par quoi faut-il commencer ?

On va essayer d'y venir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:35

vartan a écrit:
Son inventaire après décès indiquait qu'elle possédait trois clavecins: "un petit à touches blanches et noires, un clavecin à clavier noir et un grand clavecin flamand à deux clavier".

Génial bounce bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:35

vartan a écrit:
atomlegend a écrit:
Par quoi faut-il commencer ?

On va essayer d'y venir...


Génial bounce bounce bounce bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:36

Qu'il est c... hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:47

J'ai découvert Elisabeth avec cet opéra, avant Lully il faut dire. Malgoire a recréé cette oeuvre il y a une vingtaine d'année et j'en ai gardé le souvenir d'une tragédie lyrique superbe, de la danse, des récitatifs et une déclamation très aboutis. Aucune publication jusqu'à ce jour. Il faudra que je réécoute cette interprétation qui, malgré sa distribution internationale, apporte un bel enthousiasme pour cette oeuvre injustement oubliée. Mais quoi, c'est le seul moyen d'accéder à cette oeuvre superbe. Et puis j'en rêve depuis mes 20 ans ! batman



Dernière édition par vartan le Ven 1 Aoû 2008 - 11:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:51

Pour son clavecin, Carole Cerasi a signé un sublime CD de l'intégrale de ses pièces publiées en 1687 et 1707. Six suites graves et mélancoliques qui restent pour moi un incontournable du clavecin XVIII°.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:53

Oui, en plus elle était belle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 1:57

On trouve pas mal d'oeuvres d'elle sur amazone, beaucoup au clavecin effectivement.
Je me jette à l'eau .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 2:05

Blandine Verlet a aussi réalisé un enregistrement de ces pièces de clavecin qui est considéré comme une référence.

Chez Alpha on pourra goûter à la grande qualité de ses cantates profanes (ainsi qu'un peu de son clavecin et de ses trios) avec surtout Le sommeil d'Ulisse et ses scènes de sommeil et de tempête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 3:38

vartan a écrit:
Une musicienne éloignée des futilités, de la frivolité. On est plus près de Louis Couperin que de Royer.

Confused

Bon, je vais quand même essayer... Mais le clavecin "profond" (= austère) n'est pas tellement ma tasse de thé (quoique, ça dépend de l'humeur du jour). Pour le XVIIIème siècle j'aime beaucoup les Boismortier, Pancrace Royer et autres Duphly par exemple, mais ceux-ci sont bien plus tardifs : Jacquet de la Guerre doit être plus proche de D'Anglebert et Couperin. A essayer donc, ça comporte sûrement son lot de belles surprises.

Je viens de voir ce double CD Naxos sur Amazon, apparemment c'est une intégrale des pièces de clavecin jouées par une claveciniste américaine mais je ne sais pas ce que ça vaut (j'aurais tendance à me méfier) :



Sinon je commencerai par les disques que tu as indiqué plus haut et que tu as écouté, c'est peut-être plus prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanlea
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5373
Age : 59
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 6:45

vartan a écrit:
Qu'il est c... hehe

On ne peut pas dire le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 28 Juin 2008 - 8:18

Effectivement, c'est assez austère. Le disque Alpha si prometteur ne m'a pas démesurément enthousiasmé (on dirait du Blamont qui a mangé du Biber hehe ). On est loin, il me semble de la souplesse et de l'expressivité de Clérambault.


Pour le clavecin chez Naxos, tout ce que je puis dire, c'est que les Rameau de Cummings & Ichise sont tout en haut de la discographie, donc que contrairement aux pianistes, ils semblent ne pas les jouer au tarot. Et la prise de son est irréprochable, pas comme la caisse métallique qui enregistre leur musique de chambre habituellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Mer 9 Juil 2008 - 18:59

vartan a écrit:
Pour son clavecin, Carole Cerasi a signé un sublime CD de l'intégrale de ses pièces publiées en 1687 et 1707. Six suites graves et mélancoliques qui restent pour moi un incontournable du clavecin XVIII°.


Six suites graves et mélancoliques.
Oui, et c'est bien plus que ça.bounce
Chaque suite est composée de diverses " gigues, cannaris, gavottes " pleines d'allants , dont certaines débordent de vitalité et de punch, bien rythmées au son d'un très beau clavecin . Un clavecin très irrégulier et c'est ce qui en fait vraiment l'originalité et la surprise. Comme si le style musicale variait au fil des suites
L'interprète Carole Cesari a un style proche de celui de Scott Ross . Ciselé et tranchant avec un "touché" plus léger . ( touche féminine I love you )
Atom très content
rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Mer 9 Juil 2008 - 20:56

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Mer 9 Juil 2008 - 23:28

vartan a écrit:
Wink

Pas comprendre hehe

Ok c'est un de tes cd favoris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Mer 9 Juil 2008 - 23:35

Oui, c'est de la connivence. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Mer 9 Juil 2008 - 23:38

vartan a écrit:
Oui, c'est de la connivence. Wink

Parles moi d'osiris et on va parler de connivence hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Mer 9 Juil 2008 - 23:45

LA PRIERE VESPERALE D'ATOM

Notre père Osiris
Qui es merveilleux,
Que ta volonté soit faite
Sur les concerts comme au disque,
Que ton Reyne vienne,
Donne-nous aujourd'hui
Notre pain de ce jour ;
Pardonne-nous nos offenses
Comme nous pardonnons à ceux
Qui ont nos oreilles offensé,
Et ne nous sommets pas
A la tentation de charrier Vartan,
Mais délivre-nous des choeurs.
Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Mer 9 Juil 2008 - 23:46

pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 0:20

DavidLeMarrec a écrit:
LA PRIERE VESPERALE D'ATOM

Notre père Osiris
Qui es merveilleux,
Que ta volonté soit faite
Sur les concerts comme au disque,
Que ton Reyne vienne,
Donne-nous aujourd'hui
Notre pain de ce jour ;
Pardonne-nous nos offenses
Comme nous pardonnons à ceux
Qui ont nos oreilles offensé,
Et ne nous sommets pas
A la tentation de charrier Vartan,
Mais délivre-nous des choeurs.
Amen.

pété de rire pété de rire
Pauvre Vartan Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanlea
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5373
Age : 59
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 0:28

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 11:47

J'ai écouté tout le disque d'Elisabeth Jacquet de la Guerre ce matin !

Impressions : c'est bien, mais je crois que ce n'est pas le clavecin que j'aime, c'est vraiment trop typé XVIIème pour moi. Ca me fait un peu le même effet que Louis Couperin, qui est pourtant d'une génération avant.
J'aime bien plus les suites du 2ème livre, de 1807, où l'on se rapproche déjà plus, là, de François Couperin.
Bref, ce n'est pas mon corpus pour clavecin préféré, mais il n'empêche que c'est une belle découverte, et qu'il y a quand même quelques bijoux Smile (la chaconne de la suite en ré du second livre par exemple!)


Par contre, je sais pas si ça vous a frappé, mais je trouve le son du clavecin de Cerasi assez agressif... je ne sais pas si c'est un clavecin type italien, mais en tout cas ça accroche bien, c'est le moins que l'on puisse dire pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 11:57

Eragny a écrit:
J'ai écouté tout le disque d'Elisabeth Jacquet de la Guerre ce matin !

Impressions : c'est bien, mais je crois que ce n'est pas le clavecin
que j'aime, c'est vraiment trop typé XVIIème pour moi. Ca me fait un peu le même effet que Louis Couperin,

Tu fais référence aux Couperins de Ross . ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 12:01

Non, j'ai pas écouté Ross, et puis je crois que c'est plutôt François Couperin qu'il a enregistré, non ?
Louis c'est par Noëlle Spieth, mais même sans parler de l'interprétation, c'est l'effet que ça m'a fait : finalement je trouve ça bien, mais ça ne m'"éclate" pas comme du Forqueray, ou du Duphly. Question d'époque sans doute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 12:03

Eragny a écrit:
Non, j'ai pas écouté Ross, et puis je crois que c'est plutôt François Couperin qu'il a enregistré, non ?

Oui j'ai fais pas gaffe au prénom.


Dernière édition par atomlegend le Jeu 10 Juil 2008 - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 12:27

Le clavecin est un Ruckers d'Anvers de 1636 ravalé par Hemsch à Paris en 1763.


Dernière édition par vartan le Mar 5 Aoû 2008 - 6:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 12:32

vartan a écrit:
Le clavecin est un Ruckers de 1636

On en trouve des plus vieux ? ( en état de marche)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 12:35

vartan a écrit:
Le clavecin est un Ruckers de 1636
Eh bien elle ne le fait pas sonner comme YLG Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 12:37

Eragny a écrit:
vartan a écrit:
Le clavecin est un Ruckers de 1636
Eh bien elle ne le fait pas sonner comme YLG Mr.Red

Ca c'est complètement partial .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:04

Je crois que la prise de son est surtout assez proximale avec un micro presque dans la boîte à punaises. Il est assez ressemblant en effet avec celui de Landowska. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:05

Eragny a écrit:
J'ai écouté tout le disque d'Elisabeth Jacquet de la Guerre ce matin ! Ca me fait un peu le même effet que Louis Couperin, qui est pourtant d'une génération avant.

Tout à fait, la même intériorité et une retenue extrême qui me plaît beaucoup, dépouillé presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:12

vartan a écrit:
Je crois que la prise de son est surtout assez proximale avec un micro presque dans la boîte à punaises. Il est assez ressemblant en effet avec celui de Landowska. hehe
Je n'ai pas osé aller jusque là hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:26

L'aigu n'est pas fantastique, mais je ne le trouve pas vilain du tout, c'est vraiment typique des originaux très riches dans le goût de Blandine Verlet, avec une mesure qui ne me déplaît pas. Je pense que ce qui vous gêne dans ce clavecin, c'est plutôt que la captation de près fait entendre l'agressivité de l'attaque des sautereaux...

Sur le fond, il est sûr qu'on est proche de la rigueur très "musique pure" de Louis Couperin, mais avec une fantaisie bien plus développée. J'aime énormément, et je trouve l'interprétation sérieuse et élégante, très supérieure à ce que fait Scott Ross dans ce répertoire (qui plus est dans du François Couperin !), où ça reste sans esprit.

Ca fait partie de mes meilleurs disques de clavecin, je crois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:28

DavidLeMarrec a écrit:
L'aigu n'est pas fantastique, mais je ne le trouve pas vilain du tout, c'est vraiment typique des originaux très riches dans le goût de Blandine Verlet, avec une mesure qui ne me déplaît pas. Je pense que ce qui vous gêne dans ce clavecin, c'est plutôt que la captation de près fait entendre l'agressivité de l'attaque des sautereaux...

Sur le fond, il est sûr qu'on est proche de la rigueur très "musique pure" de Louis Couperin, mais avec une fantaisie bien plus développée. J'aime énormément, et je trouve l'interprétation sérieuse et élégante, très supérieure à ce que fait Scott Ross dans ce répertoire (qui plus est dans du François Couperin !), où ça reste sans esprit.

Ca fait partie de mes meilleurs disques de clavecin, je crois...
Après Forqueray, Duphly, etc..; silent silent
Effectivement, tu as raison, ce qui gène c'est la captation de près, et donc le fait d'entendre toutes les attaques et autres bruits de sautereaux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:36

Eragny a écrit:
Après Forqueray, Duphly, etc..; silent silent
Ce sont de très beaux disques aussi, mais Jacquet de La Guerre correspond beaucoup plus à mes inclinations personnelles bien plus archaïsantes (Frescobaldi et Froberger restent des références pour moi...).

Cela dit, le disque Duphly est un très grand disque, je l'ai dit et je le répète, un indispensable je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:42

Bruits de sautereaux? C'est quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:43

Les sautereaux sont les supports de la plume qui pince la corde au clavecin : suivant les enregistrements, on les entend plus ou moins retomber en faisant "shlak" hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:47

Eragny a écrit:
Les sautereaux sont les supports de la plume qui pince la corde au clavecin : suivant les enregistrements, on les entend plus ou moins retomber en faisant "shlak" hehe
Ici, ça va de ce côté, c'est surtout l'attaque elle-même dont on entend la violence. Je n'ai rien contre la retombée des sautereaux, je trouve même ça assez joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:50

vartan a écrit:
Je crois que la prise de son est surtout assez proximale avec un micro presque dans la boîte à punaises.

C'est malheureusement souvent le cas pour les disques de clavecin. En tout cas j'aime bien le son du clavecin que Cesari utilise, avec ses graves très profonds. Pour la qualité du jeu, qui me convient tout à fait, j'aurais du mal à donner un avis autre, mon oreille ne maîtrisant aucun des paramètres qui parlent directement aux musiciens : justesse de l'inégalité, legato, rubato, etc. j'aime bien ce disque de Cesari qui m'a permis de découvrir l'oeuvre pour clavecin d'Elizabeth Jacquet de La Guerre. Pour être honnête je ne suis pas très friand des pièces lentes, avec leurs notes très espacées / détachées, qui sont assez nombreuses ici, certaines Sarabandes sont austères et à la limite du pénible pour moi... Les passages plus allants comme par exemple la gavotte de la suite en la mineur, le menuet & double de la suite en sol mineur ou encore les chaconnes des deux suites en ré, correspondent plus directement à mes goûts. Comme Eragny je suis plus sensible à un clavecin moins austère et plus XVIIIème. La suite en sol majeur est très divertissante : après une gigue endiablée le menuet qui suit est joué sur le deuxième clavier (?) - j'ai toujours adoré cet effet I love you - puis nouveau changement d'ambiance et la suite s'achève sur un superbe rondeau grave et dansant. Certaines pièces lentes sont aussi de toute beauté, je pense en particulier à l'émouvante Flamande & Double qui ouvre la deuxième suite en ré mineur, une des plus belles du disque, et qui est un petit bijou de poésie.

DavidLeMarrec a écrit:
Ici, ça va de ce côté, c'est surtout l'attaque elle-même dont on entend la violence. Je n'ai rien contre la retombée des sautereaux, je trouve même ça assez joli.

Mes oreilles déficientes n'entendent pas la retombée des sautereaux Confused Par contre la violence des attaques ne me gêne pas du tout, Cesari prend son clavecin à bras le corps pour un résultat qui me réjouis complètement.


Dernière édition par WoO le Jeu 10 Juil 2008 - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:51

DavidLeMarrec a écrit:
je trouve même ça assez joli.

Ca fait parti de l'instrument je trouve comme une viole qui respire. Ca donne un petit côté authentique et ne me choque pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 13:51

DavidLeMarrec a écrit:
Ici, ça va de ce côté, c'est surtout l'attaque elle-même dont on entend la violence. Je n'ai rien contre la retombée des sautereaux, je trouve même ça assez joli.
Oui, ça fait "authentique", comme le bruit des doigts sur la touche du violoncelle Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 14:12

@ Era.
Si nous nous étions consulté avant de poster nous n'aurions pas fait mieux hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 14:26

Non, WoO, on n'entend pas beaucoup les retombées sur ce disque-ci, les micros doivent être plutôt au bout du clavecin. En revanche, lorsque tu parles de prendre à bras-le-corps le clavecin, ce n'est pas possible, le claveciniste n'a pas de prise sur l'intensité du son de son instrument. C'est vraiment le son du clavecin en question (et la franchise de phrasés aussi).

Eragny a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Ici, ça va de ce côté, c'est surtout l'attaque elle-même dont on entend la violence. Je n'ai rien contre la retombée des sautereaux, je trouve même ça assez joli.
Oui, ça fait "authentique", comme le bruit des doigts sur la touche du violoncelle Very Happy
C'est moins audible, tout de même.

Ce que je n'aime pas du tout, ce sont les doigts qui glissent sur la touche au théorbe. Ou la corde d'ut qui vibre contre la touche au violoncelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 14:40

DavidLeMarrec a écrit:
C'est vraiment le son du clavecin en question (et la franchise de phrasés aussi).

Voilà, elle "phrase" très bien Very Happy

DavidLeMarrec a écrit:
Ce que je n'aime pas du tout, ce sont les doigts qui glissent sur la touche au théorbe. Ou la corde d'ut qui vibre contre la touche au violoncelle...

Moi, outre les bruits de doigts qui glissent, ce sont les cliquetis des touches de certains orgues et le souffle des interprètes qui m'insupportent parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Jeu 10 Juil 2008 - 14:57

Pour les orgues, ils faut vraiment pas être doué comme preneur de son...

Sauf pour les positifs lorsqu'on a Ton Koopman qui joue. Dans une très mauvaise salle, à trente mètres de lui, j'entendais le bruit de ses doigts sur le positif, tant il cognait avec entrain ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Sam 19 Juil 2008 - 9:37



Céphale et Procris, donné le 15 mars 1694 à l'Académie Royale de Musique

Le livret est de Joseph-François Duché de Vancy, obscur poète que la postérité jugera mauvais.
La musique est appréciée dès les répétitions. Rouillé du Coudray écrit à Madame de Sévigné: "Je fais grand fond sur l'opéra de la petite La Guerre. J'en ai vu deux répétitions [elles sont publiques pour les mélomanes qui faisaient et défaisaient les succès]; il sera fort bon."


Un autre, Parfaict dans son Histoire de l'Académie Royale de Musique:
"On tombait en extase aux répétitions de ce poème et malheurs à ceux qui auraient dit qu'il fallait attendre le jugement du public. Ce jour arriva, quel changement ! L'opéra expira à sa cinquième ou sixième représentation."

Le livret s'inspire d'un épisode du livre III de l'Art d'aimer et du livre VII des Métamorphoses tous deux d'Ovide. Il rajoute deux personnages secondaires dont les intrigues amoureuses servent de contrepoint tendre aux amours tragiques de Céphale et Procris. Les vers sont mauvais ce qui coûta la vie à cette oeuvre. Cependant elle est de facture classique, conforme aux canons définis par Lully: un prologue et cinq actes. Jacquet de la Guerre tire malgré tout profit de ce texte et dépeint de beaux caractères amoureux, une Aurore touchante, un acte V très émouvant, digne des plus grands musiciens.

Elisabeth à 29 ans quand elle subit cet échec. Le choc est rude et elle semble se refermer sur ses activités d'enseignement et de concerts privés, essentiellement d'improvisation.

-------------------

Le Prologue

Une ouverture assez classique enchaînée d'un beau duo dont la ligne mélodique contournée n'est pas sans rappeler Destouches. Le choeur lulliste entonne "Chantons, chantons sa valeur immortelle ".
Truffé de danses rustiques (louré, marche, passepied, rondeau) qu'on retrouve très présentes dans toute l'oeuvre. Elles se fondent avec des reprises chantées par les nymphes ou Flore.


L'acte I

Le dieu Borée à la prononciation d'un français tropicalo-javanais d'Emil Rovner ne manque pourtant pas d'émouvoir quand il déclare sa flamme à la belle Procris de Raphaëlle Kennedy.
La confidente de celle-ci, Dorine: "On vous aime et vous n'aimez pas, que votre sort a d'appas". Arcas, l'amant de Dorine, vient confier à Procris que le prince Céphale l'aime. Elle déclare alors choisir pour amant celui que son père désignera.
Une joute amoureuse s'engage entre Dorine et Arcas en un délicieux duo:
"Pour vivre sans chagrin, sans troubles, sans alarmes,
Dorine: "Il faut ne s'engager jamais"
Arcas lui répond: "Aimons et ne changeons jamais"
Le choeur des Athéniens triomphant avec une belle sonnerie de tambours et trompettes introductive ("Célébrons d'un héros la valeur triomphante") s'avance et le roi d'Athènes annonce que le vainqueur des Thraces (Céphale) épousera sa fille Procris (mariage politique). "Formez les concerts les plus doux".
La prêtresse de la déesse Athéna (dont l'accent évoque les faubourgs de Caracas) débarque, pas contente, elle parle "d'hymen odieux", " de ciel qui désapprouve" enfin "Accordez Procris à Borée" afin de sceller la paix nouvelle entre Athènes et la Thrace juste conquise.
Céphale est effondré: "Ah, Dieux cruels ! Où me réduisez-vous" des plus pathétiques. Suivi d'une déploration instrumentale bouleversante qui introduit les longues et touchantes lamentations de Procris au début de

L'acte II

"Lieux écartés, paisible solitude". La tragédie est enfin là. Procris la rejoint et mêle ses propres larmes à son chant dans un beau duo amoureux.
Borée est annoncé au son d'une marche, Céphale se cache... Borée et le choeur des Thraces se réjouissent de l'arrêt de la divine Minerve. Céphale sort de sa cachette et invective Borée qui bon prince l'excuse. La déesse Aurore descend du ciel "dans une machine brillante" elle tente d'apaiser l'amoureux déçu. Celui-ci menace d'en venir au suicide. Il est enlevé par les Zéphyres au royaume d'Aurore. En fait Aurore aime Céphale et a manigancé le mariage de Borée en convainquant la Prêtresse d'Athéna d'intervenir.

L'acte III (la pastorale centrale)

Céphale est transporté au palais de la déesse Volupté. Il déclame encore sa douleur dans un air "Amour, que tes lois sont cruelles".
"Volupté et sa suite forment une entrée de ballet"
Elle chante avec grâce l'amour avec une belle reprise du choeur. Et à nouveau on danse au palais...

Choeur: "La douce folie que celle d'aimer"
L'Aurore déclare son amour à Céphale qui n'en veut pas "De mon sort funeste, Ciel ! quelle est la rigueur ?"

Et on danse à nouveau...

L'acte IV

Dans les jardins du palais d'Erictée (ne me demandez pas où c'est) ...renseignements pris c'est le palais du roi d'Athènes.

Dorine ("Les feux de ton amour pourraient se ralentir") et Arcas ("Les mépris d'une cruelle") continuent de s'agacer sans que leur histoire avance d'un iota.

Aurore débarque en furie, blessée d'avoir été repoussée par Céphale, elle vient attaquer Procris dans un air terrible "O vous implacable ennemie". Elle vient calomnier Céphale et le dire infidèle aux yeux de Procris. Elle convoque La Jalousie et La Rage afin de l'aider dans son noir dessein !

"On entend une symphonie lugubre"

Procris s'effondrée dans le très bel air "Funeste mort, donnez moi du secours et par pitié venez trancher mes jours".

"On entend un bruit souterrain"

"Mille abîmes se sont ouverts".
Procris se retrouve au séjour infernal de La Rage et de La Jalousie et du Désespoir (toutes trois chantées par des voix masculines) et en appelle à leurs furies. C'est l'occasion de quelques danses 'infernales'. Là dessus elle tombe évanouie...
Dans son sommeil ces charmantes personnes lui prodiguent bien des conseils (toujours en dansant) "La haine que l'on sent pour un amant volage se mesure à l'amour que l'on avait pour lui".


L'Acte V

Le plus beau musicalement.

Dans un bois.
Introduction par une triste ouverture de flûte et de violon.
Procris continue ses lamentations. Borée entre avec sa suite de Thraces dansants. Il renouvelle sa demande en mariage dans une belle aria qui enchaîne avec un touchant duo amoureux: Procris et Borée "Après de mortelles peines".
Le texte chante le triomphe de l'amour "Est-il de plus douce victoire..." alors que toute la musique pleure cette alliance de raison.

"...et les Thraces recommencent leurs danses." Quel peuple !

Mais Procris n'en restent pas moins affligée par cette malheureuse histoire "Ah ! Pendant ces moments où je suis libre encore... Mourrons..."

Prise de remords (?), touchée par ces plaintes, L'Aurore vient assurer Procris de la flamme sincère que Céphale a conservé pour elle. Elle chante avec douceur l'amour des deux amants aussi bien dirait-on que sa propre douleur d'avoir échoué dans sa tentative de se faire aimer de Céphale.

Tout dans cette fin est superbe: récitatifs, déclamation, airs...

Coup de théâtre ! Borée furieux décide de se battre en duel avec Céphale. Procris qui tente de s'interposer est victime d'une balle perdue, tirée par Céphale. L'Aurore reprend espoir, Céphale est enfin libre. Elle se cache à l'arrivée du prince. Ambiance !

Céphale survient et nous tire des larmes avec son "Ah ! Laissez-moi mourir !"

S'engage un duo pathétique, Procris mourante, portée par sa suite et entourée d'une troupe d'Athéniens vient faire ses adieux à son amant. Celui-ci "Je vais vous suivre en la nuit éternelle". Procris meurt "Déjà du noir séjour j'entrevois les horreurs, A mes yeux obscurcis la lumière est ravie" mais elle défend Céphale de la suivre dans la mort. Mais il désobéit "Je succombe à mes maux, rien ne m'est plus contraire, Et je vais aux enfers rejoindre ma Procris." Le tout déclamé tendrement, accompagné de quelques accords délicats du théorbe. Fin superbe en suspend comme dans Callirhoé.

-----------------------


Voilà.
La sortie de ce premier enregistrement de 2005 (aprés une première résurrection par Malgoire en 1987) passe bien inaperçue, les artistes eux-même n'en semblent pas prévenus. C'est dommage car l'engagement de la troupe tant instrumentale que vocale est total et le résulat est à la hauteur de ce que j'attendais depuis ma découverte il y a 20 ans de cette oeuvre. Very Happy
De la distribution, c'est Raphaëlle Kennedy qui séduit le plus, incarnant avec un timbre très expressif et juvénile la princesse malheureuse. Le Céphale de Achim Schulz est également magnifique.
Un beau continuo dirigé du clavecin par Daniela Dolci et son ensemble Musica fiorita, musiciens issus de la Schola Cantorum Basiliensis.


Dernière édition par vartan le Mar 5 Aoû 2008 - 6:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   Lun 4 Aoû 2008 - 1:46

Je suis tout simplement scotché Sad

Je comprends l'enthousiasme de Vartan

Superbe, je suis séduit, c'est vraiment d'une poésie égale à ce que je connais de mieux de lully. Une musique pas moins intéressante presque "destouchienne" avec quelque chose d' infiniment plus lullyste .
On pourrait reprocher les accents des chanteurs. Mais comment le faire tellement la diction reste audible, expressive et souvent très trop charmante côté féminin. Raphaëlle Kennedy I love you I love you
L'orchestre n'est pas des plus consistant mais que c'est juste et beau et ce et à l'image de la diction superbes des chanteurs (j'insiste).
Malgrès ma première lecture sans le livret , pas par une seule seconde d'ennui je n' ai été pris. C'est retournant, saisissant, pénétrant, puissant.

Mazette une vrai réussite. ( Lully est égalé, dans la qualité toujours).


Demain je m'attaque au livret. Ca va être le pied .

A mon avis et à coup sur le meilleur moyen pour mettre le pied dans l'univers lullyste


Vartan merci pour tes lumières averties
thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Elisabeth-Claude Jacquet de la Guerre (1665-1729)
» Élisabeth Jacquet de La Guerre (1665-1729)
» Opéra de Marseille 2009-2010
» Elisabeth Schwarzkopf
» Elisabeth Grümmer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: