Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chostakovitch - Symphonie n°9

Aller en bas 
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25614
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Chostakovitch - Symphonie n°9   Mer 14 Mar 2018 - 0:35


Smile Un topic dédié aux enregistrements de la Symphonie n°9 de Chostakovitch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25614
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Chostakovitch - Symphonie n°9   Mer 14 Mar 2018 - 0:47


Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) :

Symphonie n°9 en mi bémol, Op. 70

= Sergiu Celibidache, Orchestre philharmonique de Munich

(Emi, février 1990)

Smile Interprétation léchée et méthodique, -conforme aux impressions que j'avais consignées lors d'une précédente écoute :

Celibidache s'éprend de classicisme : trace à la règle et au compas et propose de cet antimilitariste opus une des lectures les plus harmonieuses que j'aie entendues.
L'étoffe charnue de la Philharmonie munichoise est un baume : sonorité pleine, veloutée, qui respire sainement
et diffuse un charme simili-viennois qui situe cette symphonie dans l'héritage schubertien.
Ne vous laissez pas abuser par la durée globale du premier mouvement : on n'y joue point vite
mais cela s'explique par l'éviction de la reprise à 1'27 (cela nous mène directement à la mesure 87).
Le ton revendique néanmoins une pertinente causticité : ce violon pincé à 3'12.
.
Le clarinettiste rancit également son timbre au début du Moderato qui parait alors judicieusement amer.
On se délectera de la plasticité instrumentale que Celibidache malaxe dans le Presto : par exemple le geste très large du timbalier.
Dommage qu'un tromboniste commette un flagrant faux départ à la mesure 66 (1'20) -l'occasion de rappeler que nous vivons la spontanéité d'un concert.
Autre surprise, mais préméditée : dans le Largo, un clash remplace un coup de baguette sur la cymbale (0'24, 1'44).
.
Le Finale démarre commodément (noire à 83 au lieu de 100) mais affiche une étonnante discipline.
Notez comment la mélodie s'engrène sur le mécanique tic-tac des hautbois à 1'52. L'art du ritenuto, les manoeuvres à suspense du chef roumain font merveille dans cet exorde dilatoire.
La trame s'épaissit ensuite progressivement sans déroger à une exactitude horlogère que les pizzicati du simo animato (4'30) ne viendront pas perturber.
Le maestro organise une implacable construction, jusqu'à une parade (5'23) d'artillerie lourde : un défilé grandiloquent qu'interrompt le fulgurant Allegro final (mesure 337, 6'25).
Celibidache y précipite son orchestre dans une célérité qui s'expose à la confusion (triangle, cymbales, archets peinent à se coordonner).
Mais ce panache est dûment applaudi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4826
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Chostakovitch - Symphonie n°9   Mer 14 Mar 2018 - 0:53

Sans doute la plus sarcastique, il l'a composée par obligation pour Staline sans la lui dédicacer. Staline était furieux à l'écoute de cette musique un peu incompréhensible et suspecte à ses oreilles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25614
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Chostakovitch - Symphonie n°9   Sam 27 Oct 2018 - 22:08

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) :

Symphonie n°9 en mi bémol majeur, Op. 70

= Malcolm Sargent, Orchestre symphonique de Londres

(Everest, octobre 1959)

Smile Cette goguenarde partition, on a plutôt l'habitude de l'entendre activée à des tempos bien plus vifs que ceux du chef anglais.
Cette retenue lui permet pourtant de soigner les teintes, idéales de verdeur, malgré la chair nourrie par l'orchestre londonien,
certes flatté par les généreux micros d'Everest.
L'esprit persifleur est bien là, mais surtout cet opus a rarement connu une lecture aussi décortiquée, des phrasés aussi habités,
qui exposent une trame polyphonique que les chefs ont tendance à sacrifier dans l'élan.
Preuve de cette prestation aux petits oignons : le début du finale que Sargent articule avec soin, puis fait monter la température jusqu'à l'explosion conclusive,
débitée sans aigreur ni forfanterie.
Si vous cherchez un enregistrement qui valorise précautionneusement la clarté d'écriture et les saveurs de l'instrumentation, la discographie n'offre
aucun meilleur choix que cette interprétation néoclassique et délicieusement acidulée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chostakovitch - Symphonie n°9   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chostakovitch - Symphonie n°9
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chostakovitch : Symphonie n°11
» Chostakovitch Symphonie n°2 Octobre
» Chostakovitch - Symphonie n°10
» Chostakovitch Symphonie n°5
» Chostakovitch Symphonie n°6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: