Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Nike Air Zoom Pegasus 39 Premium
77.97 € 129.99 €
Voir le deal

 

 Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10

Aller en bas 
+8
Stolzing
toucan
jerome
DavidLeMarrec
Utnapištim
Froberger
Zwielicht
Xavier
12 participants
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89200
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyJeu 21 Oct 2010 - 17:39

On n'aura malheureusement pas droit à nos Schoenberg/Boulez prévus...

Ensemble Modern Orchestra
Peter Eötvös : direction

Arnold Schönberg
Cinq Pièces op. 16

Jens Joneleit
Dithyrambes pour grand orchestre en un mouvement création

Johannes Maria Staud
Contrebande (On Comparative Meteorolgy II) création

Bruno Mantovani
Postludium création

Arnold Schönberg
Variations pour orchestre op. 31

Pierre Boulez, pour des raisons de santé, ne pourra diriger le concert. (Boulez aurait subi en urgence une opération de l'oeil à Chicago et a dû annuler ses engagements jusqu'à fin novembre)
Il sera remplacé par Peter Eötvös.
Revenir en haut Aller en bas
Zwielicht
Mélomane du dimanche



Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 05/06/2010

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyJeu 21 Oct 2010 - 18:17



Cela veut dire que tout ce qui était prévu avec Boulez au théatre de l'odéon pour le centenaire de la naissance de Jean Louis Barrault est également annulé
Revenir en haut Aller en bas
Froberger
Mélomaniaque
Froberger


Nombre de messages : 863
Date d'inscription : 05/05/2010

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptySam 23 Oct 2010 - 4:58

Le pauvre Mantovani est celui qui se fait vraiment avoir dans l'affaire : je ne connais pas le bon Monsieur Eötvös, et ne lui veux que du bien, mais il me semble qu'être créé par Boulez et être créé par Eötvös n'est pas la même chose...

Sinon, Xavier, le concert en vaut-il toujours le coup ?
Revenir en haut Aller en bas
Utnapištim
Mélomane chevronné
Utnapištim


Nombre de messages : 3330
Age : 58
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptySam 23 Oct 2010 - 7:18

Froberger a écrit:
Le pauvre Mantovani est celui qui se fait vraiment avoir dans l'affaire : je ne connais pas le bon Monsieur Eötvös, et ne lui veux que du bien, mais il me semble qu'être créé par Boulez et être créé par Eötvös n'est pas la même chose...
Sinon, Xavier, le concert en vaut-il toujours le coup ?

Certes, Eötvös n'a pas la précision de Boulez, mais ce n'est tout de même pas n'importe qui, et en plus c'est un excellent compositeur.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94721
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptySam 23 Oct 2010 - 7:36

Excellent compositeur, ça dépend des goûts. Mr. Green En revanche excellent chef, ça me semble facile à établir. Pas sûr que les auditeurs y perdent, d'ailleurs. (C'est plus chatoyant que Boulez et tout aussi lisible...)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité




Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptySam 23 Oct 2010 - 10:48

Froberger a écrit:
Le pauvre Mantovani est celui qui se fait vraiment avoir dans l'affaire : je ne connais pas le bon Monsieur Eötvös, et ne lui veux que du bien, mais il me semble qu'être créé par Boulez et être créé par Eötvös n'est pas la même chose...

Sinon, Xavier, le concert en vaut-il toujours le coup ?
Personnellement, j'ai toujours trouvé que Eötvös pouvait être un excellent substitut à Boulez en cas de nécessité. C'est tout de même un chef confirmé qui a gravé d'excellents enregistrements. J'ai notamment en tête sa version de la Sinfonia de Berio qui tient très bien la route. En tant que compositeur, je regrette seulement qu'il ne soit pas plus enregistré. J'avais été frappé par son Chinese Opera qui m'avait permis de le découvrir.
C'est clair cependant qu'être "créé" par Boulez est un peu plus prestigieux tout de même. En tout cas, ce programme est magnifique et je regrette de ne pouvoir me rendre à ce concert.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94721
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptySam 23 Oct 2010 - 11:31

En termes de prestige, Mantovani a déjà été joué par Boulez, et en tant que gouverneur du CNSM...
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89200
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptySam 23 Oct 2010 - 12:08

Froberger a écrit:
Le pauvre Mantovani est celui qui se fait vraiment avoir dans l'affaire : je ne connais pas le bon Monsieur Eötvös, et ne lui veux que du bien, mais il me semble qu'être créé par Boulez et être créé par Eötvös n'est pas la même chose...

Sinon, Xavier, le concert en vaut-il toujours le coup ?

Etant donné que ce qui m'intéresse le plus dans un concert, c'est son programme, et étant donné que comme ça a été dit, Eötvös n'est pas n'importe qui...
Revenir en haut Aller en bas
jerome
Fugueur intempéré
jerome


Nombre de messages : 8869
Date d'inscription : 10/03/2008

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 0:25

Mes petites impressions sur le concert de ce soir.

Mantovani : Postludium

Comme l'indique le titre, Mantovani nous raconte la toute fin d'une histoire. Il nous plonge d'emblée au plus fort de l'assaut final, en plein milieu d'un bombardement (gros accents répétés de cuivres et de percussions). De nombreux soli de bois, loquaces et biscornus, prennent le dessus dans les moments de reflux. On reconnaît par-ci par-là ses harmonies alla Lindberg, très divisées mais claires et scintillantes. Les cuivres ôtent leurs embouchures pour donner une imitation du vent très fine et organisée ; cet effet sera d'ailleurs présent dans les trois créations du programme. Dans le cas de Mantovani, l'ambiance obtenue grâce à ce procédé m'a rappelé la fin de Circulating Ocean d'Hosokawa. La belle fin en retour progressif au silence a très bien fonctionné : un silence parfait de quelques secondes, je crois que toute la salle a été saisie.
Il y a quelque chose d'évident dans la cette scénarisation de l'oeuvre (les baffes du début, par exemple), agréable mais parfois presque Hollywoodien. J'ai l'impression que, du fait de cette évidence de réception, c'est la création qui a reçu le meilleur accueil du public – mais en même temps, combien d'élèves du CNSM dans la salle venus applaudir leur directeur ?

Joneleit : Dythirambes

On rajoute un piano, un célesta et deux harpes. Le début de l'oeuvre a sûrement été pour moi le meilleur moment de la soirée. Après la virulence du Mantovani, le début frissonant du Joneleit m'a flanqué la chair de poule. Des notes longues, un climat précaire, choses qu'on n'avait pas trop entendues à ce moment du programme. Le discours est, ici aussi, strié par des accents brutaux ; point de parenté assez fort entre les deux premières créations, en plus de l'effet de souffle confié aux vents. Il m'a semblé que les deux compositeurs avaient une façon différente de gérer "l'après" de ces accents : chez Mantovani de la profusion bavarde, chez Joneleit des notes simples, droites, plus Weberniennes dans l'esprit. Au fur et à mesure j'ai commencé à être moins captivé : piano et célesta sont censés tresser un tapis de cui-cuis dans certains passages calmes, mais l'effet ne m'a pas trop emballé, un peu trop diffus, en demi-mesure, et les deux instruments placés un peu trop loin l'un de l'autre pour bien se fondre. Si le début semblait répondre de façon étroite à la pièce de Mantovani, on perd ensuite la cohérence qui rendait ce dernier très agréable à suivre. La seconde moitié du Joneleit m'a semblé beaucoup plus hétérogène, j'ai eu du mal à naviguer dans la variété des épisodes.

Schoenberg : Cinq pièces opus 16

Placé après deux oeuvres du XXIe siècle à l'orchestration très riche, le Schoenberg m'a paru un peu terne en comparaison. Ce qui n'est pas forcément un mal : on s'aperçoit que cette sonorité d'orchestre est en quelque sorte "datée", qu'elle a vieilli, et qu'elle est finalement plus claire et lisible que ce qu'une écoute isolée pourrait laisser croire. Le début de la deuxième pièce, en particulier, ressemble soudain à un lied de Schubert en comparaison, un chant, un accompagnement, et c'est presque tout... j'ai adoré cette impression de nudité. Par contre je crois qu'on aurait pu rêver un Farben un tout petit plus coloré et profond, je suis resté un poil sur ma faim. Les deux dernières pièces, je m'y perds à chaque fois, elles se ressemblent un peu, je les aime moins.

Staud : Contrebande

Pièce beaucoup plus douce que les deux premières : on abandonne les boulets de canon, on se concentre sur les beaux tapis étirés. Les textures sont majoritairement plus fines. Mais – c'est peut-être l'effet d'accumulation – je n'ai pas été très séduit par cette longue succession de climats, un peu prise de tête. Des effets orchestraux rigolos ont attiré mon attention plus relâchée. Le tubiste frappe l'embouchure de son instrument avec la paume de la main : le son obtenu, un "plouk" assourdi mais relativement sonore, crée un effet de profondeur sympa, comme un écho d'arrière plan au milieu d'une forêt de bruits plus proches. Quand l'instrumentiste alterne entre ces deux modes de jeu (plouk et mode normal), il devient très marrant à regarder. Le piano et le célesta sont désormais côte à côte, et le joueur de célesta alterne entre son instrument et les aigus du piano. Il change de siège plusieurs fois, emmène sa partition avec lui, et vient aider son copain pianiste à faire un peu plus de boucan (on n'entend presque pas la différence...). Le clou de leur association est un gros cluster joué à quatre avant-bras, et dont un long arrêt de l'orchestre nous laisse savourer la résonance chaotique. Rien d'autre à dire sur cette oeuvre, je me suis un peu ennuyé, il m'a parfois semblé entendre de la "musique contemporaine au kilomètre" – je dis ça avec les réserves d'usage, c'était bien sûr une première écoute.

Schoenberg : Variations opus 31

Cette oeuvre n'est pas facile, mais il y a vraiment des passages splendides. Les figures d'accompagnement de bois assez accrocheuses au tout début, par exemple, on peut trouver dommage qu'il n'ait pas un peu plus joué avec. Dans certaines variations le contrepoint (surtout aux cordes) est d'un lyrisme intense. Je n'ai pas encore bien apprivoisé cette oeuvre un peu hermétique... le B-A-C-H très moche dont il saupoudre lourdement l'orchestre me reste toujours en travers de la gorge. Par contre je n'ai quasiment pas entendu la mandoline, un grand soulagement !


Conclusion : Concert très intéressant, un programme stimulant, mais peu de moments vraiment forts pour moi. Je garde le Mantovani pour son caractère ludique et distrayant, le début du Joneleit, les trois premières pièces de l'opus 16, et certains moments très vivants de l'opus 31.
Revenir en haut Aller en bas
toucan
Mélomane du dimanche
toucan


Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 04/05/2010

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 0:44

Oui, Eötvös est un chef excellent - doublé d'un bel homme! Et le concert de ce soir, dans une salle Pleyel qui ne fut pas bondée mais qui ne fut pas vide non plus, fut lui aussi excellent.

Eötvös (je suppose que ce fut sa décision) fit changer l'ordre des oeuvres. Mantovani, Joneleit, Schoenberg op 16 en première partie; Staud et Schoenberg op 31 après l'entracte.

L'oeuvre de Bruno Mantovani est puissante, pleine de trouvailles d'harmonie subtiles, expressive de sentiments vrais (et pessimistes), visuelle, évocatrice comme une oeuvre de Witold Lutoslawski (lequel Lutoslawski semble être une influence profonde sur nombre de compositeurs jeunes et moins jeunes, qui se veulent modernistes tout en étant dégagés du Webernisme).

Mantovani, contrairement à son oeuvre, a une apparence un peu banale, un timide un peu coincé, qui avait du mal à regarder le public droit dans les yeux!
Jens Joneleit, lui, est plus solide, bien posé sur cette terre. Il ressemble un peu à Wolfgang Rihm. Son oeuvre, par contre - Dithyrambes - m'a semblée relever d'un goût ou d'un genre comparable à celle de Mantovani, peut-être un peu moins bien unifiée - mais comment juger bien sur une première écoute?

L'Opus 16 de Schoenberg est un chef d'oeuvre absolu (ou disons quasi absolu, puisque j'aime la cinquième piece moins que les autres!)
Eotvos a joué le sublime mouvement central (Farben) un peu plus rapidement que de coutume, sans que cela nuise vraiment à ce coup de génie et d'inspiration pure de Schoenberg.

Staub est le plus mince des trois jeunôts; son oeuvre aussi, il m'a semblé - mais il est fort possible que je n'ai pas réussi à me concentrer aussi bien que je le souhaitais sur trois oeuvres nouvelles en une soirée.

Les Variations de Schoenberg sont une oeuvre plus austère que l'Opus 16: courageux, de terminer un concert sur ça, même devant un public favorable. C'est aussi l'oeuvre idéale pour s'introduire au dodécaphonisme, tant le thème - la mélodie, puisque s'en est une, une mélodie de treize notes (puisque Schoenberg répète bel et bien l'avant dernière note), divisée en trois parties plutôt simples a saisir - ce que Schoenberg a nommé sa Série Fondamentale - est clairement enoncé par les violons des le début du second mouvement.

Quoique en général les musiciens de l'Ensemble Modern etaient habillés de noir ou gris sombre, ils s'étaient authorisés quelques couleurs, dont les bas bleus d'une violoniste asiatique au second rang à gauche, et une jupe de feutre rougeoyant portée par une violoncelliste des plus appétissante au troisieme rang à droite! Ces libertés sont-elles la marque d'un certain modernisme vestimentaire, complément au modernisme musical que cet ensemble représente?

Aussi je me demande si ces musiciens ont jamais discutés de ces questions d'apparence, un parti anti-rouge arguant qu'il serait mieux d'éviter cette couleur, de crainte qu'on les prenne pour des bolchévistes, un parti pro-rouge affirmant que de toute facon on les prendrait pour des bolchévistes, autant donc qu'ils se colorent comme ils leur plaise!

L'une des violoniste, habillée de gris clair, elle, etait enceinte. Pendant les parties violentes de Mantovani et de Joneleit, je me suis souvenu de ce que disent certains pédiatres, que les fetus peuvent entendre la musique qu'on leur joue. Et je me suis demandé ce qui adviendrait d'un fetus auquel ont fait entendre la musique de Mantovani, comparé à un fetus auquel on fait entendre le Wiegenlied de Brahms.

Si des chercheurs au CNRS veulent se servir de cette question stupide pour obtenir une bourse de recherche, je m'en fiche, car ce n'est pas en France que je paye mes impôts. ha ha.

Revenir en haut Aller en bas
Froberger
Mélomaniaque
Froberger


Nombre de messages : 863
Date d'inscription : 05/05/2010

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 0:47

toucan a écrit:
Oui, Eötvös est un chef excellent - doublé d'un bel homme!

Oui, j'ai trouvé plutôt... Smile

toucan a écrit:
L'une des violoniste, habillée de gris clair, elle, etait enceinte. Pendant les parties violentes de Mantovani et de Joneleit, je me suis souvenu de ce que disent certains pédiatres, que les fetus peuvent entendre la musique qu'on leur joue. Et je me suis demandé ce qui adviendrait d'un fetus auquel ont fait entendre la musique de Mantovani, comparé à un fetus auquel on fait entendre le Wiegenlied de Brahms.

Si des chercheurs au CNRS veulent se servir de cette question stupide pour obtenir une bourse de recherche, je m'en fiche, car ce n'est pas en France que je paye mes impôts. ha ha.
pété de rire


@ jerome et toucan : pour le Staub aussi, je pense que c'est l'effet d'accumulation... parmi les gens autour de moi avec qui j'ai discuté, l'un a trouvé que c'était l'oeuvre la plus « accessible » (sans doute pour dire qu'elle était un peu conventionnelle).
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89200
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 1:36

Franchement, je pense être quand même tolérant, mais Joneleit et Staud, pour moi c'était à la limite du tolérable dans la parodie de musique contemporaine avec ses suites d'effets, de sons bizarres, de déflagrations de cuivres, (et ça ce n'est pas daté peut-être? Depuis les années 50 et Lutoslawski déjà...) tout ça sans aucune inspiration, réelle idée ni continuité... Quel sens ça a cette musique? 2 daubes autrichiennes dans la même soirée, c'était trop pour moi.
Pendant la pièce de Joneleit, j'ai vraiment eu envie de me barrer. Il y avait un passage "portnawak" qui semblait s'éterniser, j'ai du mal à croire que j'aie pu être le seul à ressentir ça...
J'ai bien aimé en particulier le passage où la petite asiatique qui était aux timbales s'escrimait à faire des rythmes super irréguliers en tapant des mains sur ses timbales, évidemment on n'entendait strictement rien de ce qu'elle faisait avec tout le boucan des autres... hehe
Je veux bien qu'on trouve Escaich ou Connesson trop sages ou académiques ou je ne sais quoi, mais au moins leur musique a une cohérence, une continuité, une logique, une respiration plus naturelle...
Et finalement ça n'est pas plus académique que tout ce qu'on a entendu ce soir hormis Schoenberg!
C'est un nouvel académisme tout ça... Qui dure presque depuis les années 60 en fin de compte, même si les sonorités sont globalement plus riches et moins austères que ce qu'on faisait à l'époque.
Bien sûr, la pièce de Mantovani, elle, avait une réelle personnalité, un découpage clair et une vraie cohérence comme ça a été souligné par d'autres avant moi, on était plus ou moins captivé avec l'envie de la suivre vraiment jusqu'au bout, alors que la bouillie des deux autres... I don't want that

jerome a écrit:
Schoenberg : Cinq pièces opus 16

Placé après deux oeuvres du XXIe siècle à l'orchestration très riche, le Schoenberg m'a paru un peu terne en comparaison.
Ce qui n'est pas forcément un mal : on s'aperçoit que cette sonorité d'orchestre est en quelque sorte "datée", qu'elle a vieilli

J'ai précisément ressenti l'inverse, et j'ai justement retrouvé la modernité de Schoenberg dans toute sa splendeur, mais aussi sa lisibilité (je suis d'accord sur ce point) comparé au bordel complet de la pièce précédente.
Cette musique a un siècle mais est finalement plus moderne pour moi que celle des trois autres compositeurs entendus ce soir.
J'ai regretté la direction un peu froide et expéditive d'Eötvös, mais c'était quand même remarquablement joué, et l'orchestre entendu ce soir est d'une virtuosité assez époustouflante.
Dommage notamment pour les deux mouvements lents vraiment rapides, qui perdaient ainsi de leur mystère et de leur sensualité.

Citation :
Staud : Contrebande

Pièce beaucoup plus douce que les deux premières : on abandonne les boulets de canon, on se concentre sur les beaux tapis étirés. Les textures sont majoritairement plus fines. Mais – c'est peut-être l'effet d'accumulation – je n'ai pas été très séduit par cette longue succession de climats, un peu prise de tête. Des effets orchestraux rigolos ont attiré mon attention plus relâchée. Le tubiste frappe l'embouchure de son instrument avec la paume de la main : le son obtenu, un "plouk" assourdi mais relativement sonore, crée un effet de profondeur sympa, comme un écho d'arrière plan au milieu d'une forêt de bruits plus proches. Quand l'instrumentiste alterne entre ces deux modes de jeu (plouk et mode normal), il devient très marrant à regarder. Le piano et le célesta sont désormais côte à côte, et le joueur de célesta alterne entre son instrument et les aigus du piano. Il change de siège plusieurs fois, emmène sa partition avec lui, et vient aider son copain pianiste à faire un peu plus de boucan (on n'entend presque pas la différence...). Le clou de leur association est un gros cluster joué à quatre avant-bras, et dont un long arrêt de l'orchestre nous laisse savourer la résonance chaotique. Rien d'autre à dire sur cette oeuvre, je me suis un peu ennuyé, il m'a parfois semblé entendre de la "musique contemporaine au kilomètre" – je dis ça avec les réserves d'usage, c'était bien sûr une première écoute.

Franchement, je crois que ça ne mérite pas une 2è écoute. (si ça en méritait une première, ce qui n'est pas certain)
On sent toute ta bonne volonté à essayer d'y trouver quelque chose, mais effectivement c'était de la tambouille pseudo-moderne écrite au kilomètre avec tous ces effets sans queue ni tête...
Avec des passages jolis, certes.
Pour moi, Joneleit était strictement de la même eau. (en plus moche, certes)

Citation :
Schoenberg : Variations opus 31

Cette oeuvre n'est pas facile, mais il y a vraiment des passages splendides. Les figures d'accompagnement de bois assez accrocheuses au tout début, par exemple, on peut trouver dommage qu'il n'ait pas un peu plus joué avec. Dans certaines variations le contrepoint (surtout aux cordes) est d'un lyrisme intense. Je n'ai pas encore bien apprivoisé cette oeuvre un peu hermétique... le B-A-C-H très moche dont il saupoudre lourdement l'orchestre me reste toujours en travers de la gorge. Par contre je n'ai quasiment pas entendu la mandoline, un grand soulagement !

J'ai bien plus aimé la direction d'Eötvös ici que dans l'opus 16, la tension de son interprétation était bien plus adaptée ici, pas un moment de répit, c'était vraiment superbe, sans oublier la poésie des variations lentes notamment.

Pour résumer, je me suis plutôt fait chier en dehors de Schoenberg. Mr.Red (non j'exagère, Mantovani était assez chouette, mais les deux autrichiens... Evil or Very Mad )
Ca faisait longtemps que je n'avais pas assisté à des créations, eh ben... Heureusement que je sais qu'il y a d'autres choses, mais je suis assez sceptique quand je vois la création contemporaine actuelle tout de même... J'ai même l'impression d'avoir affaire à de véritables fumistes en ce qui concerne nos deux amis autrichiens du jour.
Et quand je pense au boulot des instrumentistes pour jouer ces trucs informes... Quel courage! (en se disant peut-être avec un peu de chance ce seront les nouveaux Dutilleux, Ligeti et Boulez... m'enfin à mon avis ça ne sera pas pour cette fois)


Dernière édition par Xavier le Dim 7 Nov 2010 - 3:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89200
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 1:50

toucan a écrit:
Oui, Eötvös est un chef excellent - doublé d'un bel homme! Et le concert de ce soir, dans une salle Pleyel qui ne fut pas bondée mais qui ne fut pas vide non plus, fut lui aussi excellent.

Oui c'était relativement bien rempli pour un concert de ce type (m'enfin on pouvait évidemment se replacer sans problème, en tout cas au 1er balcon), mais il faut se rappeler que la plupart des billets ont été vendus avec le nom de Boulez à l'affiche, et à mon avis l'annonce de son remplacement a été bien tardive. (j'ai du mal à croire qu'Eötvös ait pu apprendre toutes ces nouvelles oeuvres en 10 jours ou même pas!!)
Revenir en haut Aller en bas
jerome
Fugueur intempéré
jerome


Nombre de messages : 8869
Date d'inscription : 10/03/2008

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 10:50

Je pêche peut-être par excès de prudence, c'est vrai. Toi tu as sûrement plus de bouteille pour t'autoriser ces vertes critiques, et c'est très intéressant de lire tes avis.

Merci Toucan pour les considérations vestimentaires passionnantes geek
Il y avait aussi une violoniste en blanc avec les cheveux très bruns en touffe, on aurait dit une espèce de poupée-démon japonais.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94721
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 12:33

Merci à tous pour vos impressions très détaillées (et en particulier à Jérôme cheers ).

Je suis enchanté que le Mantovani vous ait plu à tous, je suis en particulier étonné que Xavier aime ça, parce que c'est quand même assez défragmenté comme discours. Comme quoi, la qualité franchit les frontières esthétiques. Very Happy

(A mon avis, vous avez même plutôt gagné en entendant Eötvös, vu le programme.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89200
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 12:39

DavidLeMarrec a écrit:
Je suis enchanté que le Mantovani vous ait plu à tous, je suis en particulier étonné que Xavier aime ça, parce que c'est quand même assez défragmenté comme discours.

Comme je l'ai laissé entendre, je n'ai pas été emballé plus que ça, mais il gagnait à la comparaison des autres créations... Ca paraissait beaucoup moins défragmenté que ça l'était du coup.
Revenir en haut Aller en bas
Stolzing
Mélomaniaque
Stolzing


Nombre de messages : 962
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 16:40

.


Dernière édition par Stolzing le Lun 8 Nov 2010 - 9:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl


Nombre de messages : 13311
Age : 31
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyDim 7 Nov 2010 - 17:35

Xavier a écrit:
Pour résumer, je me suis plutôt fait chier en dehors de Schoenberg. Mr.Red (non j'exagère, Mantovani était assez chouette, mais les deux autrichiens... Evil or Very Mad )
Bon, je crois que je suis à peu près désaccord sur chacun des points que tu abordes. fleurs

Un peu déçu par le Mantovani, certes plus construit et cohérent, mais donné comme ça sur une durée si courte ce n'était pas extrêmement séduisant. Tout de même de très beaux effets, ces vagues sombres et frémissantes, ce climat angoissé... Mais je suis resté sur ma faim.

Je comprends bien ton reproche Xavier sur l'aspect collage, suite d'effets un peu creux, mais je l'ai seulement ressenti dans la pièce de Joneleit. On avait de grandes plages ou étaient étalées des textures sonores sans aucun lien, jolies mais franchement lassantes. Il y avait certaines couleurs, des détails d'orchestration qui m'ont bien plu (les accords fortissimo aux cordes avec célesta par exemple). Globalement ça avait tout de même un aspect très grossier.

Staud par contre a été une jolie découverte. Le plus accessible, oui, le plus séduisant aussi : très coloré, très varié, orchestré avec plus de finesse... Pas très profond, au final, mais ça ne m'a pas dérangé.


Au milieu de tout ça, l'écriture froide de Schoenberg faisait un drôle de contraste - bien que la soirée fut visiblement placée sous la figure du Maître. J'aime décidément pas ces pièces opus 16, et si les Variations m'ont plu davantage (il y a quelques très très beaux passages, c'est vrai) je me suis tout de même ennuyé à chaque fois.


Désolé, je n'ai pas vraiment le temps de détailler, mais cette soirée était quand même bien intéressante ! Je pensais qu'il n'y aurait personne mais en fait tout le gratin était là. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Théo B
Mélomane averti



Nombre de messages : 446
Age : 38
Date d'inscription : 06/09/2010

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyMar 9 Nov 2010 - 14:55

Je suis d'accord avec Xavier sur Joneleit : de loin l'oeuvre la plus faible et caricaturale du concert, et en effet tout le passage (on ne peut pas décemment parler de développement ni de quoi que ce soit de sérieux) central était un grand 'portnawak.
La réflexion que j'ai faite à chaud à la fin était que si l'on avait joué du Varèse à la place de Schoenberg, voire le Sacre et juste Amériques, l'ensemble des créations auraient paru très datées et scolaires - certes avec des réussites diverses.
Revenir en haut Aller en bas
niang
Mélomane du dimanche
niang


Nombre de messages : 20
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 30/07/2010

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyMer 17 Nov 2010 - 16:37

Bonjour, j'ai un avis un peu différent de ceux exposé précédemment.
J'ai trouvé la piece de Mantovani brutale de façon assez gratuite, alors que j'ai bien plus apprécié Joneleit (et notamment le passage flottant, qui s'eloigne du classique et se rapproche de la musique free), et surtout les pieces de Schoenberg, précises et expressives. Staub m'a paru un peu sclérosé, riche en poncifs de la musique contemporaine (manque de fluidité des enchainements, techniques alternatives de souffle dans les vents trop répétées)
Revenir en haut Aller en bas
marc.d
Mélomaniaque
marc.d


Nombre de messages : 1218
Age : 67
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2007

Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  EmptyVen 19 Nov 2010 - 14:03

Hier soir à Lille j'ai écouté le livre des illusions et j'avoue être resté très distant avec ce type d'oeuvre malgré les explications très pédagogiques du compositeur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty
MessageSujet: Re: Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10    Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Concert Schoenberg-Mantovani/Eötvös salle Pleyel 6/11/10
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salle Pleyel - Intégrale Varèse / Eötvös (octbore 2009)
» Schoenberg: Gurrelieder - Salle Pleyel, 25/06/11
» Salle Pleyel - Manoury/Harvey/Schoenberg - Boulez 9/09/12
» Schoenberg et Zemlinsky à Pleyel 27/11/10
» Quelle est la meilleure place au concert ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: