Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Captive : où acheter le Tome Captive 1.5 en édition Collector ?
26.90 €
Voir le deal

 

 Fugitivité de la musique

Aller en bas 
+10
Cello
jerome
Kilban
Siegmund
charles
808
Le faiseur de reines
Glocktahr
Zoroastre
Pärti
14 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 90690
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

Fugitivité de la musique - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Fugitivité de la musique   Fugitivité de la musique - Page 2 EmptyMer 7 Mar 2012 - 0:29

Pärti a écrit:
Un certain nombre de messages n'ont donc été que de fugitifs écrits Confused .
Le couperet est sévèrement passé sur eux.

Les messages ont été déplacés et verrouillés (quand on se met à remettre en cause la modération comme ça a été le cas, c'est ce qui risque d'arriver le plus souvent), en aucun cas supprimés.

Maintenant rien ne vous empêche de reprendre la discussion, y compris de remettre une partie des messages déplacés (il suffit de faire copier-coller), si certaines phrases en sujet ont été emportées dans le mouvement avec l'ensemble des messages...
Merci de revenir au sujet. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Fugitivité de la musique - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Fugitivité de la musique   Fugitivité de la musique - Page 2 EmptyMer 7 Mar 2012 - 13:07

Pärti a écrit:
Que cela ne t'empêche pas Kilgore d'aborder cette association mémoire et musique effectivement prometteuse. Car c'est sans doute là que se trouve la solution au problème que je posais initialement.
Je me tâte. Je ne suis plus sûr d'avoir envie.


Xavier a écrit:
Les messages ont été déplacés et verrouillés (quand on se met à remettre en cause la modération comme ça a été le cas, c'est ce qui risque d'arriver le plus souvent), en aucun cas supprimés.

Maintenant rien ne vous empêche de reprendre la discussion, y compris de remettre une partie des messages déplacés (il suffit de faire copier-coller), si certaines phrases en sujet ont été emportées dans le mouvement avec l'ensemble des messages...
Sur le point en gras, je suis sûr de ne pas avoir envie.


Xavier a écrit:
Merci de revenir au sujet. Smile
Il me semble que le "concept" de "fugitivité" de la musique est intimement lié à la manière de fonctionner de notre cerveau. Tout cerveau humain procède de la même manière : il reçoit une partie des données perçues par les sens et les combine, le plus souvent inconsciemment, aux données qu'il contient déjà, ce qui crée de nouveaux circuits neuronaux, en supprime ou modifie la manière de fonctionner des circuits existant déjà. Les modifications apportées à ce qui existait déjà dans le cerveau peut provoquer des émotions (ou pas) ; aussi faire apparaître une appréciation, selon que la chose soit ressentie comme agréable ou non, je suppose. Donc, cela doit toucher peu ou prou aux mécanismes de "récompense" (encore que je sois loin d'en être certain), ce qui pourrait expliquer que certaines personnes soient "victimes" d'une certaine addiction pour la musique.

Ce qui précède m'amène à penser que la manière de "ressentir" la musique, y compris sa "fugitivité", est propre à chaque individu, même si on peut, parfois, dégager des points de convergence. Ce qui me semble logique, vu que, si le cerveau et les organes sensoriels de tous les êtres humains se ressemblent fortement, ils ne sont pas rigoureusement identiques; en outre, les données déjà présentes dans le cerveau de chacun sont spécifiques.

La conclusion s'impose d'elle-même : chaque personne "ressent" une œuvre artistique donnée d'une manière unique, ce qui implique qu'aucune œuvre ne peut être "universelle", c'est-à-dire provoquer exactement les mêmes sensations et réactions chez tout le monde, quels que soient les critères pris en compte. Y compris en ce qui concerne la "fugitivité" qui, à mon avis, est aussi ressentie d'une manière unique par chaque individu.

C'est à peu près là que j'en étais, même si c'était exprimé de manière différente.

Je pense qu'il serait intéressant de décortiquer en long, en large et en travers la manière dont le cerveau reçoit, assimile, recombine avec ce qu'il contient déjà, les "données musicales". Il se pourrait qu'il existe des études scientifiques sur le sujet. Mais j'en reste là. D'abord parce que j'ai autre chose à faire aujourd'hui. Ensuite parce qu'il est hors de question que je développe à nouveau le "résumé" ci-dessus : Je n'en ai pas envie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Fugitivité de la musique
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» César Franck - Musique pour orchestre et musique vocale
» EXPOSITION MUSIQUE ET CINEMA CITE DE LA MUSIQUE
» Edgar Varèse (1883-1965)
» Les premiers temps de la musique : la musique antique
» Musique pour enfants - Musique douce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: