Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Gioacchino Rossini (1792-1868)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82881
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 4 Nov 2009 - 21:50

Je fusionne avec le sujet Rossini.

Pour la discographie, voir dans la rubrique adéquate. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Jeu 26 Nov 2009 - 12:20

Une bonne âme pourrait-elle me conseiller quel passage du Turc en Italie dois-je écouter en priorité pour avoir une bonne idée de l'oeuvre, et surtout de la prestation ?

Oui, l'idéal est de l'écouter en entier, mais là, il en est hors de question, c'est surtout pour une question de temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Jeu 26 Nov 2009 - 12:48

Un extrait en particulier ca m'est difficile. Tu peux toujours écouter cette compil sur musicme : http://www.musicme.com/#/Gioacchino-Rossini/albums/Il-Turco-In-Italia-(Extraits)-5099705350522.html

Pour une intégrale il y a ça : http://www.musicme.com/#/Michele-Pertusi/albums/Rossini:-Il-Turco-In-Italia-0028945892429.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Jeu 26 Nov 2009 - 13:13

Merci bien Calbo, mais j'ai déjà ma version en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Jeu 26 Nov 2009 - 17:51

Le trio "Un marito scimunito" pour les hommes. Et pour Fiorilla, son grand récitatif de la lettre "Vani ornamenti, che fate meco omai ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 0:18

6 pages sur Rossini? Il n'inspire pas beaucoup dis donc!

Je viens d'écouter Il signor bruschino (vous aurez remarqué que je viens de prendre la décision de ne plus poster dans le fil playlist afin de poster des commentaires constructifs et intelligents), et j'ai passé un agréable moment. Le livret est assez bien ficelé et ne se dénoue qu'à la toute fin. Il n'y a pas grande tension mais a son charme, efficace dans son genre. Il y a quelque chose de pétillant dans le retournement de situation quelque scène avant la fin, et qui annonce le triomphe de Bruschino.

La musique n'est pas forcément incroyable, mais reste assez inspirée, il y a un ou deux airs qui m'ont particulièrement plu. Pas franchement de longueur, vu la durée de l'opéra.

Opéra sympathique, bon moment!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 0:56

Oui, c'est mignonnet, une sorte d'opéra-minute. Mais il y a beaucoup mieux ailleurs, un peu comme pour Offenbach, même si Rossini reste toujours un minimum musical (et aussi moins varié).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:29

Pensez vous que pour parler du chant rossinien il faudrait créer un fil spécial? Je demande cela car dans le fil discographique sur La Cenerentola, il y a des considérations générales sur les ténors rossiniens. Je ne suis pas la personne la plus apte à parler de chant rossinien. Parmi les compositeurs belcantistes italiens, j'écoute plus souvent Bellini et Donizetti. Verdi n'est pas tout à fait un compositeur belcantiste au sens strict.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:30

Oui, j'y ai pensé aussi, on pourrait faire comme pour le chant wagnérien.

Cela dit, comme on n'y cause généralement que de quatre ténors, ça va vite se tarir. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:31

Et ce n'est pas moi qui vais l'alimenter parce que je n'y connais pas grand chose. (et ça ne m'intéresse aussi pas tant que ça)

Mais pourquoi pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:37

DavidLeMarrec a écrit:
Cela dit, comme on n'y cause généralement que de quatre ténors, ça va vite se tarir. Mr. Green

Il y a 4 ténors qui reviennent souvent effectivement : Blake, Merritt, Matteuzzi et Florez. Après, on pourrait parler aussi de Lawrence Bronwlee, Raul Giménez, Bruce Ford, Gregory Kunde, Franciso Araiza ou Luigi Alva.
Pour les femmes, il y a plus de possibilités: Berganza, Horne, Valentini-Terrani, Podles, Bartoli, Larmore, Barcellona, DiDonato, Genaux, Kasarova, Anderson, Cecilia Gasdia, Lella Cuberli, Mariella Devia, etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:39

aurele a écrit:
Il y a 4 ténors qui reviennent souvent effectivement : Blake, Merritt, Matteuzzi et Florez.
J'aurais dit Kunde plutôt que Matteuzzi.

Citation :
Après, on pourrait parler aussi de Lawrence Bronwlee, Raul Giménez, Bruce Ford, Gregory Kunde, Franciso Araiza ou Luigi Alva.
Luigi Alva ? Mr. Green Sur le papier, alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:43

DavidLeMarrec a écrit:
Luigi Alva ? Mr. Green Sur le papier, alors.

Il chantait les rôles plus légers : Almaviva, Ramiro, Lindoro. Je n'aime pas tellement ce ténor. Je lui préfère Araiza. Ce serait intéressant de les comparer dans ces rôles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:44

aurele a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Luigi Alva ? Mr. Green Sur le papier, alors.

Il chantait les rôles plus légers : Almaviva, Ramiro, Lindoro. Je n'aime pas tellement ce ténor. Je lui préfère Araiza. Ce serait intéressant de les comparer dans ces rôles.
Alva avait une toute petite voix, et il était à peu près incapable de vocaliser, en tout cas sans commune mesure avec tous les autres de ta liste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:49

Penses tu David que cela peut valoir le coup d'ouvrir un fil spécifique pour le chant rossinien qui est très particulier? Surtout qu'il y a plein de possibilités avec les femmes qui ont chanté et chantent ce répertoire mais également avec les autres voix masculines que les ténors par exemple, notamment les basses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 4 Avr 2010 - 17:51

aurele a écrit:
Penses tu David que cela peut valoir le coup d'ouvrir un fil spécifique pour le chant rossinien qui est très particulier? Surtout qu'il y a plein de possibilités avec les femmes qui ont chanté et chantent ce répertoire mais également avec les autres voix masculines que les ténors par exemple, notamment les basses.
Si ça t'intéresse, ouvre-le !

(On parle normalement des ouvertures de fils dans "Prochains sujets", rubrique "Le Forum".)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 9 Avr 2010 - 15:21

Rossini avait quand même un sacré don pour faire des ouvertures vraiment efficaces (et toujours plus ou moins sur le même schéma, mais tant que c'est bien fait, alors ça va!) : là, j'écoute Tancredi et l'ouverture se laisse vraiment bien écouter !

Bon, ce n'est pas la plus renversante (pour moi, la meilleure c'est l'Italienne, avec après Guillaume Tell Smile ) mais très efficace ! (très souvent, la déception vient après... Mr.Red )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 24 Aoû 2010 - 0:30

Concernant La Cenerentola, il existe deux versions de la scène 7. Je suis le livret seulement en italien et manque de bol, dans l'enregistrement que j'écoute, ce n'est pas la version qui est dans le livret. La version qui est dans l'enregistrement que j'écoute est "Sì tutto cangerà...Là del ciel nell'arcano profondo". Laquelle des deux versions de cette scène a votre préférence? Il faudrait que je puisse comparer personnellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 24 Aoû 2010 - 13:54

Peut-on dire que "Una volta c'era un re" dans La Cenerentola est une sorte de leitmotiv?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 24 Aoû 2010 - 14:20

C'est juste un motif cité de façon récurrente, mais il n'est pas autonome dans la musique (ni modifié), il est explicitement lié à une chanson. C'est juste que Cendrillon chante plusieurs fois cet air. On pourrait parler de leitmotiv s'il revenait à l'orchestre pour souligner une émotion, ou même s'il intervenait à chaque entrée de Cendrillon, pour la caractériser.

C'est un cas de récurrence mélodique, mais on n'en est pas encore au niveau de Meyerbeer, et encore moins de Wagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 24 Aoû 2010 - 14:27

DavidLeMarrec a écrit:
C'est juste un motif cité de façon récurrente, mais il n'est pas autonome dans la musique (ni modifié), il est explicitement lié à une chanson. C'est juste que Cendrillon chante plusieurs fois cet air. On pourrait parler de leitmotiv s'il revenait à l'orchestre pour souligner une émotion, ou même s'il intervenait à chaque entrée de Cendrillon, pour la caractériser.

C'est un cas de récurrence mélodique, mais on n'en est pas encore au niveau de Meyerbeer, et encore moins de Wagner.

Merci pour cet éclairage. J'ai donc utilisé le mauvais terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 24 Aoû 2010 - 14:41

Tu n'as pas utilisé le mauvais terme, tu as posé une question légitime, et qui soulève des problèmes extrêmement intéressants (limite entre "récurrence" et "signifiance", en gros).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 11 Sep 2010 - 11:53

J'ai écouté le premier acte de La Donna del lago par le biais du live de l'Opéra de Paris diffusé sur France Musique avec Joyce DiDonato et Juan Diego Florez.
Je n'ai pas accroché du tout à l'oeuvre, ce qui est sûrement dû à cette version. Je trouve cela assez ennuyeux sur le plan dramatique malgré de beaux passages sur le plan musical, en particulier l'air de Malcolm "Mura felici". J'écouterai l'acte 2. Peut être qu'il me plaira plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19783
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 11 Sep 2010 - 13:39

aurele a écrit:
J'ai écouté le premier acte de La Donna del lago par le biais du live de l'Opéra de Paris diffusé sur France Musique avec Joyce DiDonato et Juan Diego Florez.
Je n'ai pas accroché du tout à l'oeuvre, ce qui est sûrement dû à cette version. Je trouve cela assez ennuyeux sur le plan dramatique malgré de beaux passages sur le plan musical, en particulier l'air de Malcolm "Mura felici". J'écouterai l'acte 2. Peut être qu'il me plaira plus.

En même temps vu l'histoire... c'est juste la beauté musicale dans cet opéra!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 11 Sep 2010 - 18:00

Le deuxième acte de La Donna del lago est plus court et il est moins chiant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 11 Sep 2010 - 18:03

Il est plus court donc il est moins chiant, ou bien c'est une pure coincidence ? Surprised


Dernière édition par Elvira le Sam 11 Sep 2010 - 18:13, édité 1 fois (Raison : Que venait faire ce fichu tréma sur le 'i' de coincidence ? :-/)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 11 Sep 2010 - 18:06

Elvira a écrit:
Il est plus court donc il est moins chiant, ou bien c'est une pure coïncidence ? Surprised

C'est une pure coincidence. Disons qu'il y a déjà une matière musicale plus intéressante, notamment avec le trio réunissant Elena, Uberto (Giacomo) et Rodrigo. Il y a le fameux rondo à la fin et le deuxième air de Malcolm est intéressant également même si moins connu que le premier.
Cet opéra n'est pas passionnant à cause de son intrigue. Vocalement, il y a mieux que celui-ci chez Rossini malgré un certain nombre de beaux passages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19783
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 11 Sep 2010 - 19:53

aurele a écrit:
Disons qu'il y a déjà une matière musicale plus intéressante, notamment avec le trio réunissant Elena, Uberto (Giacomo) et Rodrigo. Il y a le fameux rondo à la fin et le deuxième air de Malcolm est intéressant également même si moins connu que le premier.

Ah? Parce que l'entrée d'Elena, c'est pas beau? Le premier air de Malcolm, l'entrée de Rodrigo, le final guerrier? Tout ça c'est pas beau?

Citation :
Cet opéra n'est pas passionnant à cause de son intrigue. Vocalement, il y a mieux que celui-ci chez Rossini malgré un certain nombre de beaux passages.

L'intrigue est pas passionnante, je suis bien d'accord.
Vocalement, c'est quand même assez rossinien dans l'âme dans ce que j'en connais! Dans le lignée des Otello, Ermione ou autres Semiramide. Par contre, la direction d'Abbado (Roberto malheureusement...) n'aide sûrement pas à donner une grande puissance à l'orchestre!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 9 Nov 2010 - 20:50

Le fil n'est pas très riche. Confused

Je signale juste à ceux qui n'aiment pas le Rossini sérieux et qui seraient tentés par Otello au TCE (ou tout simplement par une découverte au disque) que c'est vraiment l'opéra tout indiqué pour s'y convertir.

Contrairement aux daubes infâmes qu'il a pu produire (Elisabetta Regina d'Inghilterra est au moins aussi mauvais que les opéras de Glass), ou aux usines à vocalises plus (Maometto II) ou moins (Semiramide) sympathiques qu'il a pu produire, Otello a vraiment une place à part.

A plusieurs titres :
=> la qualité mélodique en est grande, plus inspirée que dans les autres oeuvres de son répertoire serio, et les lignes ne se contentent pas de coloratures prévisibles ;
=> l'orchestration est réellement soignée ; rien de révolutionnaire, mais un véritable effort d'apporter des couleurs de bois ou de cors, de trouver des figures expressives d'accompagnement, loin des ponctuations sèches qui sont souvent la norme du belcanto romantique de cette époque ;
=> dramatiquement, l'oeuvre dispose d'un rythme et d'une densité d'intrigue assez supérieurs, on est tiré vers l'avant là où en général ces livrets se traînent épouvantablement en affadissant les plus grands chefs-d'oeuvre (ou pas) de la littérature ;
=> enfin, il faut noter la plus-value d'un véritable sens de la danse, beaucoup d'épisodes 'rebondissent' bien, s'éloignant ici aussi de la tradition de ploum-ploums assez rectilignes.

Enfin, la distribution (Osborn, Kortchak, Antonacci, et surtout Pidò qui est capable d'animer les partitions les plus pauvres comme s'il s'agissait de chefs-d'oeuvre orchestraux) a tout pour mettre en valeur l'oeuvre.

Il n'est pas prévu que les lutins s'y rendent alien , mais c'est assez tentant en réalité, même lorsqu'on n'est pas spontanément admiratif des recettes du genre.

Donc pour ceux qui n'aiment pas, jeudi ou jamais, en quelque sorte. (Si vous aimez les couleurs vives, les harmonies violentes et les lignes mélodies torturées, l'essai demeure tout à fait dispensable, précisons-le. hehe )


Dernière édition par DavidLeMarrec le Mar 9 Nov 2010 - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 9 Nov 2010 - 20:51

DavidLeMarrec a écrit:
Le fil n'est pas très riche. Confused

Je signale juste à ceux qui n'aiment pas le Rossini sérieux et qui seraient tentés par Otello au TCE (ou tout simplement par une découverte au disque) que c'est vraiment l'opéra tout indiqué pour s'y convertir.

Contrairement aux daubes infâmes qu'il a pu produire (Elisabetta Regina d'Inghilterra est au moins aussi mauvais que les opéras de Glass), ou aux usines à vocalises plus (Maometto II) ou moins (Semiramide) sympathiques qu'il a pu produire, Otello a vraiment une place à part.

A plusieurs titres :
=> la qualité mélodique en est grande, plus inspirée que dans les autres oeuvres de son répertoire serio, et les lignes ne se contentent pas de coloratures prévisibles ;
=> l'orchestration est réellement soignée ; rien de révolutionnaire, mais un véritable effort d'apporter des couleurs de bois ou de cors, de trouver des figures expressives d'accompagnement, loin des ponctuations sèches qui sont souvent la norme du belcanto romantique de cette époque ;
=> dramatiquement, l'oeuvre dispose d'un rythme et d'une densité d'intrigue assez supérieure, on est tiré vers l'avant là où en général ces livrets se traînent épouvantablement en affadissant les plus grands chefs-d'oeuvre (ou pas) de la littérature ;
=> enfin, il faut noter la plus-value d'un véritable sens de la danse, beaucoup d'épisodes 'rebondissent' bien, s'éloignant ici aussi de la tradition de ploum-ploums assez rectilignes.

Enfin, la distribution (Osborn, Kortchak, Antonacci, et surtout Pidò qui est capable d'animer les partitions les plus pauvres comme s'il s'agissait de chefs-d'oeuvre orchestraux) a tout pour mettre en valeur l'oeuvre.

Il n'est pas prévu que les lutins s'y rendent alien , mais c'est assez tentant en réalité, même lorsqu'on n'est pas spontanément admiratif des recettes du genre.

Donc pour ceux qui n'aiment pas, jeudi ou jamais, en quelque sorte. (Si vous aimez les couleurs vives, les harmonies violentes et les lignes mélodies torturées, l'essai demeure tout à fait dispensable, précisons-le. hehe )

Tu es sûr hehe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6975
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 9 Nov 2010 - 21:18

DavidLeMarrec a écrit:
surtout Pidò qui est capable d'animer les partitions les plus pauvres comme s'il s'agissait de chefs-d'oeuvre orchestraux) a tout pour mettre en valeur l'oeuvre.
pas d'accord du tout! Pido a pu être intéressant dans un passé très lointain mais depuis quelques années c'est Pido qui coupe, casse et assèche tout. Thumb down Thumb down Thumb down Thumb down Thumb down Thumb down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 9 Nov 2010 - 21:31

Oui, il y a quelque chose de baroqueux dans sa démarche (incisivité, goût de la danse...). Et je souligne justement que ce qu'il fait est différent, c'est donc particulièrement intéressant pour ceux qui ne se satisfont pas des épaisseurs de type López-Cobos ou Pritchard.

Après, tu ne l'aimes pas, comme tu l'as déjà dit, ce qui est cohérent d'une certaine façon (encore que d'un point de vue authenticité...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14253
Age : 57
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Dim 14 Nov 2010 - 23:03

Ecoute des Péchés de vieillesse : Album de chaumière, par Dino Ciani en concert à Milan en 1968. Des petites pièces sans prétention mais quelle joie de vivre ! J'écoute ça, un grand sourire collé au visage, je dois avoir l'air complètement idiote… hehe La Petite polka chinoise, la Petite valse de boudoir et la Petite valse : "L'huile de ricin" (je n'invente rien !) sont à mourir de bonne humeur - où l'on peut aussi découvrir l'humour du bonhomme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 28 Jan 2011 - 16:42

Je ne connais pas encore tous les opéras plus légers de Rossini ou bouffes. Je connais L'Italiana in Algeri (dans une version coupée cependant), La Cenerentola et je viens d'écouter en intégralité entre hier et aujourd'hui Il Barbiere di Siviglia. Je préfère L'Italiana in Algeri et La Cenerentola.
Il Barbiere di Siviglia est sympathique à écouter mais sans plus. Les rôles de Bartolo, Basilio et Figaro sont truculents. Le couple d'amoureux m'intéresse moins. Je préfère Rosina dans le couple. Sur le plan musical, il y a des airs qui marquent incontestablement : tubes et aussi des ensembles très réussis. Pour le personnage de Rosina, je préfère "Contro un cor" et l'air rarement donné de la version pour soprano c'est-à-dire à "Ah se è ver" au rabattu "Una voce poco fa".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 28 Jan 2011 - 17:17

aurele a écrit:
Je ne connais pas encore tous les opéras plus légers de Rossini ou bouffes. Je connais L'Italiana in Algeri (dans une version coupée cependant), La Cenerentola et je viens d'écouter en intégralité entre hier et aujourd'hui Il Barbiere di Siviglia. Je préfère L'Italiana in Algeri et La Cenerentola.
Il Barbiere di Siviglia est sympathique à écouter mais sans plus. Les rôles de Bartolo, Basilio et Figaro sont truculents. Le couple d'amoureux m'intéresse moins. Je préfère Rosina dans le couple. Sur le plan musical, il y a des airs qui marquent incontestablement : tubes et aussi des ensembles très réussis. Pour le personnage de Rosina, je préfère "Contro un cor" et l'air rarement donné de la version pour soprano c'est-à-dire à "Ah se è ver" au rabattu "Una voce poco fa".

Je connais exactement les mêmes opéras que toi (pas un de plus, pas un de moins), mais le Barbier est bien mon préféré, pour le livret en particulier. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelléas
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1875
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 28 Jan 2011 - 17:18

aurele a écrit:
Je ne connais pas encore tous les opéras plus légers de Rossini ou bouffes. Je connais L'Italiana in Algeri (dans une version coupée cependant), La Cenerentola et je viens d'écouter en intégralité entre hier et aujourd'hui Il Barbiere di Siviglia. Je préfère L'Italiana in Algeri et La Cenerentola.
Il Barbiere di Siviglia est sympathique à écouter mais sans plus. Les rôles de Bartolo, Basilio et Figaro sont truculents. Le couple d'amoureux m'intéresse moins. Je préfère Rosina dans le couple. Sur le plan musical, il y a des airs qui marquent incontestablement : tubes et aussi des ensembles très réussis. Pour le personnage de Rosina, je préfère "Contro un cor" et l'air rarement donné de la version pour soprano c'est-à-dire à "Ah se è ver" au rabattu "Una voce poco fa".

J'aime beaucoup les Rossini bouffes, je n'écoute pas ses sérias, il sait tellement bien composer du bouffe!

Bien sûr il y a les airs, mais ce sont surtout les scènes et les ensembles que j'aime et cette musique virevoltante, j'aime beaucoup les 3 que tu as cités, je n'ai aucune réserve sur le Barbier, et j'y ajouterais le Viaggo a Reims, c'est délirant, une caricature des différents Européens, c'est encore actuel, quelle verve, ça vaut tous les anti-dépresseurs! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malko
Mélomaniaque


Nombre de messages : 692
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 28 Jan 2011 - 17:23

En général, on entre dans Rossini par le ou la bouffe mais ce qu'on en garde en bouche à l'oreille au final, c'est plutôt Tancrède.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 28 Jan 2011 - 17:27

Percy Bysshe a écrit:
Je connais exactement les mêmes opéras que toi (pas un de plus, pas un de moins), mais le Barbier est bien mon préféré, pour le livret en particulier. Smile

Je n'ai pas lu la pièce de Beaumarchais. Je n'en connais qu'1 ou 2 extraits. Rossini a repris dans La Cenerentola pour 'Non più mesta", une partie de "Cessa di più resistere". Je n'avais jamais écouté en intégralité cet opéra et je n'avais donc pas pu le remarquer. Le personnage de Angelina me touche beaucoup. J'aime beaucoup l'atmosphère de La Cenerentola reprise du conte de fée mais transformée. Pour L'Italiana in Algeri, j'ai entendu une version avec des coupures mais tous les airs d'Isabella en particulier sont géniaux. Les personnages de Mustafa et Taddeo sont savoureux également. Les prochains opéras dans la veine comique ou plus légère chez Rossini que je découvrirai seront Il Turco in Italia, Il Viaggio a Reims et peut être d'abord Le Comte d'Ory puisque j'irai au cinéma pour ce dernier opéra assister à la retransmission du Met.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 28 Jan 2011 - 17:33

malko a écrit:
En général, on entre dans Rossini par le ou la bouffe mais ce qu'on en garde en bouche à l'oreille au final, c'est plutôt Tancrède.

Dans le genre seria, j'ai entendu en "intégralité" Armida, Ermione, La donna del lago, Zelmira et Semiramide (la version que j'ai entendu comporte des coupures). Mon préféré reste Semiramide. Zelmira est le plus faible à mon avis. Dans La donna del lago, il y a de la très belle musique mais il y a également des longueurs. Le live que j'ai entendu ne m'a pas aidé non plus à apprécier pleinement cet opéra. Pour Ermione, j'avais écouté sans livret, une écoute avec livret s'impose mais j'avais eu une bonne impression d'ensemble. Armida était une belle découverte.
J'avais entendu en partie Le Siège de Corinthe mais là encore, il me faudra réécouter. Concernant l'opéra bouffe, j'avais pu entendre il y a quelques années Il Signor Bruschino mais je n'en ai pas gardé de souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malko
Mélomaniaque


Nombre de messages : 692
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 28 Jan 2011 - 17:41

Ce qui est bien avec Rossini, c'est qu'il a lui même composé son reader digest avec le voyage à Reims.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1523
Age : 32
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 16 Mar 2011 - 18:26

(J'ai assisté pour la deuxième fois au Barbier de Séville... et comme pour la première, y a une espèce d'excitation jubilatoire quand Bartolo commence son "A un dottor della mia sorte"... Je me dis: "Est-ce qu'il va y arriver ?") (C'était particulièrement bien chanté par Bruno de Simone... vous connaissez ce chanteur ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 6 Juil 2012 - 14:57

Il Viaggio a Reims est un délice, le livret avec son aspect parodique est très drôle, c'est festif, joyeux, cela met de très bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23071
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Lun 6 Mai 2013 - 20:55

Il Turco in Italia est un opéra qui met de très bonne humeur, frais. C'est dans la lignée de L'Italiana in Algeri. Ce sera à réécouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mar 7 Mai 2013 - 18:43

Dans la lignée du sujet, c'est l'évidence, mais le Turc est beaucoup plus original à tous les étages :
=> l'importation de l'orientalisme dans une Europe quotidienne est beaucoup plus rare que les intrigues orientales où les héros sont européens ;
=> musicalement, les ensembles sont beaucoup plus nombreux et denses ;
=> le principe de distanciation du poètes commentant son propre ouvrage que nous sommes en train de voir est devenu banal aujourd'hui, mais c'était d'une nouveau assez saisissante à cette date ! Et fait avec beaucoup d'esprit.

Pour moi, ce que Rossini a écrit de mieux, tous répertoires mêlés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25864
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Jeu 23 Jan 2014 - 21:14

Ayant lu de-ci de-là que ces oeuvres religieuses mâtinées d'opéra glotto étaient plutôt bâtardes, je n'avais jamais été porté à découvrir la musique sacrée de Rossini, même si j'aime bien ce genre en général.

 Very Happy J'ai entendu hier le Stabat Mater et j'ai adoré, au point que je pense commander d'autres versions que celle de Kertesz, pour approfondir le plaisir. Je vais aller voir en rubrique Discographie.

Je voulais juste dire ici que l'air martial que chante le ténor au début m'a fait penser à la partie centrale de La Savoie aimante, une pièce pour piano que j'adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimipinson
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 06/01/2014

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 24 Jan 2014 - 5:45

J'ai chanté, il y a deux jours la petite messe solennelle. Je vous ferai un petit topo sur mes impressions vues de la scène, et sur le chemin parcouru pour en arriver là. Il me faut juste trouver un peu de temps pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 5 Mar 2014 - 23:17

Au programme de l'opéra Bastille 2014-2015, il y a le Barbier, version Damiano Michelotto : que pensez-vous de cette mise en scène moderniste ? J'ai un peu de mal à m'imaginer Figaro, Almaviva et Suzanne dans un décor style West side Story...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82881
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 21 Nov 2015 - 20:15

J'ai beau chercher, pas un mot sur Guillaume Tell dans toute la discussion...

J'aime beaucoup l'ouverture (enfin les 2/3), y a-t-il une chance que j'aime la suite, ou au moins que je ne m'endorme pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86153
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Lun 23 Nov 2015 - 19:38

Quand tu dis les 2/3, je suppose les deux premiers tiers ? [EDIT : oui, confirmation en off]

De toute façon, non, peu de probabilités que ça te plaise : c'est une belle déclamation simple, sur des harmonies très sommaires.

Essaie peut-être juste le début, après la chanson du Pêcheur (qui te paraîtra très pénible, mais qui est brève), il y a un très bel ensemble où chaque personnage est bien individualisé. J'aime beaucoup aussi le duo Guillaume-Arnold au I (« Où vas-tu ? ») et le fameux trio du II (« Quand l'Helvétie est un champ de supplices »), mais c'est déjà beaucoup plus tradi et prévisible.

Le reste est long, assez chouette mais même moi je trouve ça assez nu – ce qui ne m'arrive jamais dans Hérold, Verdi ou LULLY… (sans parler de Meyerbeer, qui est objectivement nettement plus complexe)

Si tu veux absolument essayer du grand opéra, va plutôt sur du Meyerbeer, il y a beaucoup plus d'événéments musicaux. Le III de Robert, ou bien les IV et V des Huguenots, le Prophète… ce pourrait t'intéresser davantage, surtout avec mise en scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8346
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 9:14

Je ne connais (presque) rien de Rossini!...c'est grave docteur ? Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gioacchino Rossini (1792-1868)
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gioacchino Rossini, Cendrillon
» La gazza ladra (Rossini, 1817)
» Joseph Martin Kraus (1756 - 1792)
» Guillaume Tell (Rossini, 1829)
» Il viaggio a Reims (Rossini, 1825)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: