Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 ...
Voir le deal
3.07 €

 

 Debussy - Pelléas et Mélisande

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
AuteurMessage
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph

Nombre de messages : 2152
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2010

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 20:42

Après plusieurs années de découverte et de fascination pour l’opéra grâce au forum, j’ai pensé que c’était le bon moment pour me lancer dans ce fameux Pelléas. En effet, l’aura que cette œuvre dégage à travers les nombreux posts (tout comme Parsifal par exemple) m’a tout d’abord effrayé. Je souhaitais vraiment prendre mon temps pour rentrer dans l’univers vocal et, petit à petit, faire la connaissance des quelques grands opéras qui figurent au sommet des listes du sujet « Vos opéras préférés ».

J’ai découvert Pelléas et Mélisande ce matin par le DVD De Billy / Pelly et je dois dire que j’ai été captivé de bout en bout. Dès les premières notes, j’ai immédiatement compris et surtout pu (enfin !) réaliser que j’allais assister à un grand moment musical. Ce qui m’a le plus frappé, c’est que, selon moi, ce n’est pas véritablement l’histoire qui est importante mais plutôt l’âme des différents personnages qui est ainsi révélée à travers le déroulé de l'action et de la musique. J’avais l’impression que les chanteurs déclamaient leur texte de la façon la plus pure possible, presque de façon spirituelle je dirais alors que le ton (le sujet de la plupart des phrases) n’est pas particulièrement philosophique (à première vue), contrairement aux Carmélites par exemple.

J’étais réellement dans une espèce de brume, d’un rêve, tout au long de l’œuvre. Évidemment, la sublime musique, quasi hypnotique, n’y est pas pour rien. Elle arrive à créer une ambiance à la fois sensuelle et onirique qui m’a tenu en haleine du début à la fin. Je ne sais pas s’il existe d’autres œuvres comme celle-là mais Pelléas et Mélisande me semble vraiment être une œuvre à part dans tout le répertoire. J’ai également trouvé la prosodie magnifique, bien plus que dans les Carmélites...

J’ai également adoré le rôle central de l’orchestre, ces textures incroyables que Debussy arrive à créer sont tout simplement miraculeuses. Les interludes orchestraux m’ont fait voyager loin, très loin.
Je sens bien qu’il y aura un avant et un après Pelléas. Il me reste maintenant à dévorer la version Abbado que je possède. J’ai également beaucoup aimé ce DVD qui m’aura fait découvrir Naouri et Degout dans une belle mise en scène. Très bel orchestre également de De Billy.

Une magnifique expérience !  sunny
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10970
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 20:47

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31487
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 21:05

TragicSymph a écrit:
Je ne sais pas s’il existe d’autres œuvres comme celle-là

Non. Ne me remercie pas pour l'info Mr.Red

Et dire que les interludes orchestraux n'étaient pas prévus à la base ... c'est juste la logistique du théâtre qui a poussé Debussy à cela Laughing Cela relève du miracle, oui.

C'était un pauvre petit être mystérieux, comme tout le monde Sad

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85141
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 21:35

Si en plus tu as supporté Dessay, alors là...
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph

Nombre de messages : 2152
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2010

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 21:42

Cololi a écrit:
TragicSymph a écrit:
Je ne sais pas s’il existe d’autres œuvres comme celle-là

Non. Ne me remercie pas pour l'info Mr.Red

Oui, c'est un peu ce que j'ai pensé en l'écrivant...

Citation :
Et dire que les interludes orchestraux n'étaient pas prévus à la base ... c'est juste la logistique du théâtre qui a poussé Debussy à cela Laughing  Cela relève du miracle, oui.

C'était un pauvre petit être mystérieux, comme tout le monde Sad

J'ai lu ça par après également, bon, heureusement, ils sont superbes ces interludes !
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph

Nombre de messages : 2152
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2010

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 21:44

Xavier a écrit:
Si en plus tu as supporté Dessay, alors là...

Justement, je n'en ai pas parlé ! Mr.Red

J'ai préféré partager mes émotions sur l'oeuvre en elle-même ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85141
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 21:54

Cololi a écrit:
TragicSymph a écrit:
Je ne sais pas s’il existe d’autres œuvres comme celle-là

Non. Ne me remercie pas pour l'info Mr.Red

C'est quand même un peu rapide comme réponse.

Si on veut dire de même nature et de même niveau, non effectivement.

Par contre de style plus ou moins proche et de grande qualité, il y a quand même au moins: Ariane et Barbe-Bleue (Dukas), Polyphème (Cras), voire le Château de Barbe-Bleue. (Bartok)
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph

Nombre de messages : 2152
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2010

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 22:02

Xavier a écrit:
Cololi a écrit:
TragicSymph a écrit:
Je ne sais pas s’il existe d’autres œuvres comme celle-là

Non. Ne me remercie pas pour l'info Mr.Red

C'est quand même un peu rapide comme réponse.

Si on veut dire de même nature et de même niveau, non effectivement.

Par contre de style plus ou moins proche et de grande qualité, il y a quand même au moins: Ariane et Barbe-Bleue (Dukas), Polyphème (Cras), voire le Château de Barbe-Bleue. (Bartok)

Ah, tiens, pendant mon écoute, j'ai aussi pensé à cet opéra (que j'aime énormément), peut-être les intervalles de quartes qui reviennent souvent.  Very Happy
Je connais aussi celui de Dukas que j'ai découvert à l'Opéra du Rhin il y a quelques années, je ne sais plus si j'en ai fait un commentaire. D'ailleurs, il est disponible sur le Tube.
Et Cras...inconnu au bataillon pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85141
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyLun 29 Jan 2018 - 22:10

TragicSymph a écrit:

Et Cras...inconnu au bataillon pour l'instant.

C'est surement celui qui ressemble le plus, mais c'est évidemment moins génial.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMar 30 Jan 2018 - 0:03

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

TragicSymph a écrit:
alors que le ton (le sujet de la plupart des phrases) n’est pas particulièrement philosophique (à première vue), contrairement aux Carmélites par exemple.

C'est vrai.

Citation :
J’ai également trouvé la prosodie magnifique, bien plus que dans les Carmélites...

En effet, sans comparaison. Très gris et uniforme dans les Carmélites, mais c'est sans doute aussi délibéré, pour cette atmosphère de confinement, où tous les mots sont pesants.


La version que tu as vue n'est pas la plus captivante (sur aucun des paramètres) qui soit, et la discographie déborde de lectures très singulières, toutes très différentes, tu as de l'amusement en perspective !

Très content de te voir rejoindre nos rangs.

Il est à nouuuuuuuuuuuuus ! Has ! Irimiru Karabrao ! cheers

--

Sur les opéras qui ressemblent, outre ceux cités (Polyphème est excessivement proche en effet, une merveille aussi, même s'il est un peu moins mystérieux et original), il y a La Reine morte de Daniel-Lesur (mais jamais éditée officiellement) ou bien, plus aride mais sur du Maeterlinck aussi, Monna Vanna de Février.

Bonne chasse !
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
TragicSymph

Nombre de messages : 2152
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2010

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMar 30 Jan 2018 - 19:16

DavidLeMarrec a écrit:
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

En effet, sans comparaison. Très gris et uniforme dans les Carmélites, mais c'est sans doute aussi délibéré, pour cette atmosphère de confinement, où tous les mots sont pesants.

De ce point de vue-là (qui se défend tout à fait), c'est réussi oui ! Je n'y avais jamais pensé.

Citation :

La version que tu as vue n'est pas la plus captivante (sur aucun des paramètres) qui soit, et la discographie déborde de lectures très singulières, toutes très différentes, tu as de l'amusement en perspective !

Très content de te voir rejoindre nos rangs.

Il est à nouuuuuuuuuuuuus !  Has !  Irimiru Karabrao !  cheers

C'était le moment, oui. A moi maintenant l'enfer (et le plaisir) de la discographie...

Citation :

Sur les opéras qui ressemblent, outre ceux cités (Polyphème est excessivement proche en effet, une merveille aussi, même s'il est un peu moins mystérieux et original), il y a La Reine morte de Daniel-Lesur (mais jamais éditée officiellement) ou bien, plus aride mais sur du Maeterlinck aussi, Monna Vanna de Février.

Pareil, je ne connais pas du tout ces oeuvres, je m'y attarderai certainement un jour ! Merci pour les conseils ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 613
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 0:32

Bon. Enfin écouté, cet opéra à la réputation mythique sur le forum ! (D'autant qu'on m'en a encore fait l'article ailleurs), et je comprends sa cote d'amour et l'admiration qu'il procure. J'ai passé un très beau moment, mais je ne pense toutefois pas rejoindre le chœur des thuriféraires transis.

J'ai opté pour la version Abbado, car on alien m'a dit que Le Roux était en voix, et l'orchestre flattait l'oreille (les fanfares sur le fameux Absalon ! Shocked ). Verdict : cette musique est à tomber ! I love you I love you I love you Il y a tellement de belles choses, l'introduction, les scènes de la grotte, la fontaine, les réminiscences de La Mer dans "Je respire enfin !", les interludes...

Côté diction, oui, c'est différent, et pourtant, je n'ai eu aucun souci à rentrer dedans. Parce que j'étais prévenu, ou qu'au contraire les torrents de contre-ut ont tendance à être plutôt un repoussoir ? Côté plateau vocal, il n'y a guère qu'Yniold ("wui, wui, toujours, petit père") et Geneviève qui m'ont déplu (quelle tristesse, alors que j'aime tellement Christa Ludwig en général).
Côté livret et intrigue, j'ai apprécié tout le non-dit (qui est vraiment Mélisande ? D'où vient l'anneau pour qu'il soit si important ?), l'absence de justification de la moindre action, les jeux de référence permanents : la chevelure qui captive, qui capture, qui enchaîne ; toute l'ironie des répliques de Golaud, "aveugle" qui évoque sa perte au fond de la mer ou dans la forêt, lieux ô combien essentiels dans l'intrigue, ou son déni d'être un espion (c'est vrai, il exige d'un enfant de faire ce boulot à sa place... vive la morale élastique !)...

MAIS ! Outre que les histoires d'amour évanescentes (surtout sans intervention diabolique !) ne sont pas forcément mon quotidien, j'ai trouvé le personnage de Mélisande un peu frustrant. Elle évoque clairement son malheur à de multiples reprises, de diverses façons, mais ne fait pas grand-chose à ce sujet. Quel plaisir trouve-t-elle à rester ? À un moment, je me suis dit : "Oh !#Golddigger ?" Même pas, elle semble un peu trop gourde, languide, confusément amoureuse tout en restant innocente et ne cherche même pas à abuser de son barbon. Elle ment très mal, aussi (la découverte de la disparition de l'anneau), et fort mal à propos. Femme-"enfant" ? Maladie mentale ? Traumatisme ? Je ne sais pas, mais c'est un facteur de frustration, j'ai eu parfois envie de la secouer (ou qu'elle se fasse secouer, ce qui arrive bien dans la fameuse scène avec Golaud). À côté de cela, la scène de l'anneau et toute la symbolique, certainement voulue mais aussi que j'y ai appliqué (j'ai lu trop de Voisenon et de Boyer d'Argens) m'a bien fait rire.

Tout le cinquième acte m'a passablement ennuyé. Je vois bien l'intérêt théâtral et pyschologique, mais pour le plaisir narratif et auditif, je n'y ai pas trouvé mon compte.

En fin de compte, j'ai préféré un autre livret de Maeterlinck, Ariane et Barbe-Bleue, dont les enjeux m'ont touché plus personnellement. Mélisande est une victime, là encore, mais complaisante, et ses motivations sont plus claires : le poids de la liberté est plus lourd que les chaînes de l'esclavage, surtout quand le mari/bourreau est riche et séduisant, alors que chez Debussy, elle se laisse embarquer (par dépit ? par absence de volition ?) par un homme qui pourrait être son père. Ariane aussi est formidable (ce sens si mal placé d'une mission supernelle, c'est aussi admirable que pathétique). La musique de Dukas est superbe, le traitement de la voix m'a toutefois nettement moins enthousiasmé.

Bref, encore merci pour cette expérience, je pense y revenir un jour (avec image, peut-être ?). J'ai l'impression d'avoir enfin ma "ceinture jaune" en opéra. viking
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85141
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 0:52

C'est très intéressant de lire une première expérience dans cette oeuvre.  Smile

Mefistofele a écrit:
Il y a tellement de belles choses, l'introduction, les scènes de la grotte, la fontaine, les réminiscences de La Mer dans "Je respire enfin !", les interludes...

Tiens, je n'ai jamais pensé à la Mer dans ce passage, pour tout dire je n'ai pratiquement jamais pensé à une autre œuvre de Debussy en écoutant Pelléas. (à part la fin du II, sur "il y a... il y a..." où les cordes alternent quintes et tierces en notes égales comme les bois au début de Nuages)
"Réminiscences": plutôt prémonitions, s'il s'agit de la Mer, car celle-ci est postérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10970
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 1:07

Xavier a écrit:
C'est très intéressant de lire une première expérience dans cette oeuvre.  Smile
Very Happy En effet!

Et puis, c'est rafraîchissant au milieu du genre de gars qui sévissent ici, qui ont écouté cent cinquante versions et coupent en quatre la moindre modulation dans un contrechant ou le moindre lexème inattendu au détour d'une phrase ou sont capable de tenir la conversation rien qu'avec des citations du livret...
Cela dit, je subodore que Mefistofele aura tôt fait de rejoindre le clan...


Mefistofele a écrit:
Côté plateau vocal, il n'y a guère qu'Yniold ("wui, wui, toujours, petit père") et Geneviève qui m'ont déplu (quelle tristesse, alors que j'aime tellement Christa Ludwig en général).
D'un autre côté, c'est très bien aussi, parce que comme ça, tu vas vouloir entendre ce qui se fait de mieux en Geneviève et en Yniold - et du coup, tu vas aller écouter Yvonne Minton et le petit Anthony Britten chez Boulez ainsi que Solange Michel et Françoise Ogéas chez Inghelbrecht, ce qui fera encore deux autres immenses versions de Pelléas à ton palmarès!

Désolé, on ne se refait pas...
Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31487
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 9:32

Xavier a écrit:
C'est très intéressant de lire une première expérience dans cette oeuvre.  Smile

Oui !

Benedictus a écrit:

Cela dit, je subodore que Mefistofele aura tôt fait de rejoindre le clan...[/size]

C'est l'évidence même !
Au fait l'autre jour pendant que vous vous amusiez avec le défi qu'avait relevé Pérec … j'ai essayé de transformer du Maeterlinck sans les "e", mais personne n'a remarqué hehe

Si j'avais une arrière-pensée pourquoi ne la dirais-je pas ???

L'acte 5 pas génial musicalement Surprised

C'était un petit acte si tranquille, si timide et si silencieux ...
C'était un pauvre petit acte mystérieux comme tous les autres ...
Il est là comme s'il était orphelin de l'opéra ...

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
gluckhand
Mélomaniaque
gluckhand

Nombre de messages : 1876
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 9:52

[quote="Mefistofele"] Il y a tellement de belles choses, l'introduction, les scènes de la grotte, la fontaine, les réminiscences de La Mer dans "Je respire enfin !", les interludes...

Goléa rappelle justement , dans son bouquin Esthétique de la musique contemporaine, qu'il n'y avait au début ,aucun interlude prévu, mais Albert Carré ,directeur de l'opéra a demandé à Debussy d'en faire, pour faciliter les changements de décors.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 12:50

Mefistofele a écrit:
(quelle tristesse, alors que j'aime tellement Christa Ludwig en général).

Tu as dû beaucoup l'écouter dans les les lieder de Mahler, alors, parce qu'à l'opéra elle a toujours ce côté opaque (et, certes, ici en plus la voix est délabrée est le français insupportable, mais pas davantage que son italien).


Citation :
Elle évoque clairement son malheur à de multiples reprises, de diverses façons, mais ne fait pas grand-chose à ce sujet. Quel plaisir trouve-t-elle à rester ? À un moment, je me suis dit : "Oh !#Golddigger ?" Même pas, elle semble un peu trop gourde, languide, confusément amoureuse tout en restant innocente et ne cherche même pas à abuser de son barbon. Elle ment très mal, aussi (la découverte de la disparition de l'anneau), et fort mal à propos. Femme-"enfant" ? Maladie mentale ? Traumatisme ? Je ne sais pas, mais c'est un facteur de frustration, j'ai eu parfois envie de la secouer (ou qu'elle se fasse secouer, ce qui arrive bien dans la fameuse scène avec Golaud).

Je la perçois comme beaucoup plus ambiguë… Elle manipule tout de même fort bien tout le monde (Pelléas, qu'elle aime en premier ; Golaud, à qui elle ment ; Arkel, qui ne voit rien), et ça passe par de petits détails de coquetterie (l'allumage en règle dans la première scène de la fontaine), par de petits détails qui montrent bien que, peut-être sans en avoir conscience, elle maîtrise et manipule assez bien les alentours.

Le livret d'Ariane est beaucoup plus univoque et démonstratif : le propos est séduisant, mais on voit bien où l'on veut nous emmener, il n'y a pas vraiment de place pour la pluralité des lectures – un peu comme R. Strauss vs. R. Wagner.


Citation :
Tout le cinquième acte m'a passablement ennuyé. Je vois bien l'intérêt théâtral et pyschologique, mais pour le plaisir narratif et auditif, je n'y ai pas trouvé mon compte.

Oui, le V pourrait être coupé, clairement. C'est davantage la musique que le texte qui s'étiole, je crois, mais il faut dire qu'un acte pour mourir dans un lit (et cette fois sans changement de tableau), ce n'est pas suffisamment original pour soutenir l'attention.


Xavier a écrit:
Tiens, je n'ai jamais pensé à la Mer dans ce passage, pour tout dire je n'ai pratiquement jamais pensé à une autre œuvre de Debussy en écoutant Pelléas. (à part la fin du II, sur "il y a... il y a..." où les cordes alternent quintes et tierces en notes égales comme les bois au début de Nuages)
"Réminiscences": plutôt prémonitions, s'il s'agit de la Mer, car celle-ci est postérieure.

Pourtant, les cuivres (bouchés ?) dans les palpitations de la mer, il y a une communauté de couleur… même si rien n'est identique entre les deux, c'est vrai.


Benedictus a écrit:
Et puis, c'est rafraîchissant au milieu du genre de gars qui sévissent ici, qui ont écouté cent cinquante versions et coupent en quatre la moindre modulation dans un contrechant ou le moindre lexème inattendu au détour d'une phrase ou sont capable de tenir la conversation rien qu'avec des citations du livret...

Nous avons toujours été un peu étranges. viking


Citation :
Cela dit, je subodore que Mefistofele aura tôt fait de rejoindre le clan...

Nous consentons à l'accueillir comme on accueillerait notre propre fils.



gluckhand a écrit:
Goléa rappelle justement , dans son bouquin Esthétique de la musique contemporaine, qu'il n'y avait au début ,aucun interlude prévu, mais Albert Carré ,directeur de l'opéra a demandé à Debussy d'en faire, pour faciliter les changements de décors.

C'est cette version (de 1904, il me semble ?) qui est usuellement donnée, mais 1902 a pas mal de fois été documentée (Gardiner plusieurs, Minkowski pour le centenaire à l'Opéra-Comique, etc.). Ils sont si beaux, cela dit, qu'il n'y a pas lieu de s'en passer. D'ailleurs on les joue isolés encore plus souvent que l'opéra lui-même. hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85141
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 13:19

Il me semble que la version avec interludes date bien de 1902, et même que c'est la version de la première, Debussy ayant écrit les interludes supplémentaires (dont un ou deux passages très wagnériens) pendant les répétitions. A vérifier.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 15:32

Je suis allé vérifier chez Messie Orledge :

¶ La première édition de l'œuvre (Fromont 1902) ne contient pas les interludes.

¶ Messager vient trouver Debussy le 1er avril (la première était le 30, la générale le 28) pour lui demander d'allonger les interludes (déjà existants, mais beaucoup plus concis) d'un nombre précis de mesures.

¶ Les souvenirs de Messager semblent indiquer qu'il a recueilli les interludes page à page pour les faire travailler à l'orchestre, et que tout a été bouclé avant la première.

¶ Des commentaires des premières représentations soulignent le caractère wagnérisant de certains passages.

Donc, oui, apparemment les interludes étaient prêts pour la première.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 613
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 16:04

Merci à Xavier pour les précisions sur les dates, c'est vrai que La Mer est postérieure !

DavidLeMarrec a écrit:
Mefistofele a écrit:
(quelle tristesse, alors que j'aime tellement Christa Ludwig en général).

Tu as dû beaucoup l'écouter dans les les lieder de Mahler, alors, parce qu'à l'opéra elle a toujours ce côté opaque (et, certes, ici en plus la voix est délabrée est le français insupportable, mais pas davantage que son italien).

Je vais vous faire une confidence : ce qui m'a tenu loin de l'opéra pendant longtemps, outre l'émission si particulière de la voix, c'est... l'italien. J'aime l'opéra en allemand, en français, rarement en italien (mais 2 ÉNAURMES exceptions, Don Gio et... un certain opéra de Boito). Donc je n'ai jamais entendu Ludwig en italien (apparemment, bien m'en a pris !) ni en français, jusqu'à hier soir, et ça a fait mal. Je l'aime bien en allemand (Humperdinck, Strauss), en anglais (Candide !), en hongrois (Le château de Barbe-Bleue), même si pour le coup, j'ai des doutes sur l'authenticité de la prononciation.

Étant donné la prosodie dans Pelléas (moins chantée que parlée), la diction est vraiment importante essentielle, et j'ai choisi Abbado parce que "beau son + plateau (essentiellement) francophone". Maria Ewing est assez convaincante, tout au plus offre-t-elle un surcroît d'étrangeté qui ne messied pas au personnage. Par contre, la Geneviève décatie, heureusement que le rôle est court.


DavidLeMarrec a écrit:
Mefistofele a écrit:
Elle évoque clairement son malheur à de multiples reprises, de diverses façons, mais ne fait pas grand-chose à ce sujet. Quel plaisir trouve-t-elle à rester ? À un moment, je me suis dit : "Oh !#Golddigger ?" Même pas, elle semble un peu trop gourde, languide, confusément amoureuse tout en restant innocente et ne cherche même pas à abuser de son barbon. Elle ment très mal, aussi (la découverte de la disparition de l'anneau), et fort mal à propos. Femme-"enfant" ? Maladie mentale ? Traumatisme ? Je ne sais pas, mais c'est un facteur de frustration, j'ai eu parfois envie de la secouer (ou qu'elle se fasse secouer, ce qui arrive bien dans la fameuse scène avec Golaud).

Je la perçois comme beaucoup plus ambiguë… Elle manipule tout de même fort bien tout le monde (Pelléas, qu'elle aime en premier ; Golaud, à qui elle ment ; Arkel, qui ne voit rien), et ça passe par de petits détails de coquetterie (l'allumage en règle dans la première scène de la fontaine), par de petits détails qui montrent bien que, peut-être sans en avoir conscience, elle maîtrise et manipule assez bien les alentours.

La scène de la tour, façon Raiponce, est à relire façon veuve noire, l'araigne qui tisse sa toile (ou mieux, qui laisse sa victime s'embobiner dans ses soies) ? Intéressant... J'imagine qu'une autre version de cet opéra mettrait plus l'accent sur cet aspect. Du coup, la critique qui parlait de Pédéraste et Médisante a raté le coche... Médusante aurait été tellement mieux à tant de niveaux (la chevelure, la paralysie, la physalie qui se laisse porter par le courant dont les immenses tentacules resplendissants piègent tout ce qui approche... Je découvre que ce n'est pas une méduse. Sad )

DavidLeMarrec a écrit:
Le livret d'Ariane est beaucoup plus univoque et démonstratif : le propos est séduisant, mais on voit bien où l'on veut nous emmener, il n'y a pas vraiment de place pour la pluralité des lectures – un peu comme R. Strauss vs. R. Wagner.

En effet... Ce qui fait le charme de Pelléas, son caractère vaporeux qui permet d'y voir les fantômes que notre subconscient projettera sur ces brumes. Hélas, mon imagination est faible, le caractère plus démonstratif d'Ariane me sied mieux.


DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
Cela dit, je subodore que Mefistofele aura tôt fait de rejoindre le clan...

Nous consentons à l'accueillir comme on accueillerait notre propre fils.

Je ne suis pas certain d'être Pelléastre (ou de le devenir), et la phrase de David, qui a autrement écrit un topo sur Absalon ailleurs, est glaçante. Viens Médée, maman ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyMer 22 Avr 2020 - 18:04

Mefistofele a écrit:
Je l'aime bien en allemand (Humperdinck, Strauss), en anglais (Candide !), en hongrois (Le château de Barbe-Bleue), même si pour le coup, j'ai des doutes sur l'authenticité de la prononciation.

C'est déjà flou en allemand, ailleurs c'est la cata, oui. Enfin, moins la catastrophe par l'inexactitude que par manque délibéré d'articulation, pour laisser la voix couler sans être embarrassée de la disparité des voyelles et les obstacles des consonnes – une conception très italo-datée du chant, d'ailleurs.


Citation :
La scène de la tour, façon Raiponce, est à relire façon veuve noire, l'araigne qui tisse sa toile (ou mieux, qui laisse sa victime s'embobiner dans ses soies) ? Intéressant... J'imagine qu'une autre version de cet opéra mettrait plus l'accent sur cet aspect.

C'est peut-être exagéré, mais oui, il y a de cela, pas forcément consciemment d'ailleurs… elle est fatale à ceux qu'elle touche, sans nécessairement se rendre compte (parce qu'elle pense comme une enfant) du pouvoir qu'elle a sur les hommes (tous gagas d'elle, d'Yniold à Arkel).

La paronomase Mélisande-Mélusine n'est sans nul doute pas fortuite : on la trouve près d'une fontaine, elle peigne ses cheveux dans sa chambre (le dimanche !), et elle dispose de cet aspect potentiellement magique / destructeur.


Citation :
En effet... Ce qui fait le charme de Pelléas, son caractère vaporeux qui permet d'y voir les fantômes que notre subconscient projettera sur ces brumes.

Oui, les phrases sont tellement banales qu'elles peuvent suggérer beaucoup de choses, renvoyer à beaucoup d'expériences. Et les chanteurs ne se privent pas d'orienter le sens général ou particulier de leurs répliques.


Citation :
DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
Cela dit, je subodore que Mefistofele aura tôt fait de rejoindre le clan...

Nous consentons à l'accueillir comme on accueillerait notre propre fils.

Je ne suis pas certain d'être Pelléastre (ou de le devenir), et la phrase de David, qui a autrement écrit un topo sur Absalon ailleurs, est glaçante. Viens Médée, maman ! Mr. Green

Il ne faut pas s'inquiéter ainsi pour une blague. (Tu reviendras un autre jour et nous en trouverons une autre.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 85141
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyJeu 4 Juin 2020 - 5:25

Vidéo très intéressante sur la partition de Pelléas et ses nombreuses modifications, où l'on apprend que la censure a joué un rôle important:

https://www.youtube.com/watch?v=VE21j3QvHA0
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 EmptyVen 5 Juin 2020 - 10:17

Oui, la censure, c'est bien documenté. Quelle scène en effet !

Nouvelle édition très bienvenue. Tous ceux qui s'y sont essayé ont remarqué, je crois, les discrépances entre la version piano et l'orchestre, les bouts de répliques coupés, partiellement rétablis…

Deux choses m'amusent néanmoins :

1) Les éditeurs disent « enfin une version cohérente », comme si c'était la faute à quelqu'un… Mais qui a attendu la fin des 70 ans de droits d'auteur (Maurice rejoignit Messaline en 1949) pour publier un matériel correct pour une des œuvres les plus jouées au monde ? Pas sûr que ce soit libre de droit pour autant (années de guerre, je ne sais pas si la directive européenne qui les inclut aux 70 ans affecte rétroactivement les droits qui couraient déjà), mais pour sûr Durand assis sur son tas d'or s'est pas trop pressé de faire du bon boulot.

2) Tu sais que tu es un geek quand tu dresses l'oreilles aux erreurs du spécialiste – il parle de tomber amoureux sur la terrasse à la fin du II ; or il s'agit de la fin de l'acte I (la fin du II, c'est la grotte, beaucoup plus ambiguë), et Mélisande dit au IV qu'elle a aimé Pelléas dès la première seconde, donc avant qu'on les voie ensemble sur scène (ce n'est pas une scène de rencontre, ils se connaissent déjà tous).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande   Debussy - Pelléas et Mélisande - Page 20 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Debussy - Pelléas et Mélisande
Revenir en haut 
Page 20 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: