Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-56%
Le deal à ne pas rater :
PANDA Lit enfant cabane brut – Bois pin massif naturel – ...
99 € 225 €
Voir le deal

Partagez
 

 Maurice Duruflé

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88303
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Duruflé - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Duruflé   Maurice Duruflé - Page 2 EmptyLun 4 Déc 2017 - 11:22

Xavier a écrit:
Je t'assure que si tu compares l'essentiel de la 1ère danse (tout ce qui est rapide) ainsi que la 3è danse au 3è mouvement de l'Ascension, il y a une parenté même de langage (beaucoup de mode 2, et même dans l'orchestration je trouve) très importante, même s'il y a aussi quelque chose qui se rattache encore davantage à la génération d'avant, c'est vrai.

Je viens de survoler les deux… effectivement, il y a des parentés (et je ne contestais pas du tout ton observation sans nul doute factuellement fondée). Mais ça ne me frappe pas énormément à l'écoute globale. Il y a longtemps que je n'ai pas écouté l'Ascension orchestrale, il faut dire (une fois ou deux depuis que je l'ai entendue en salle… en 2006), je m'en fais peut-être une image plus moderne avec les frottements qu'on entend à l'orgue.


Benedictus a écrit:
Il faudrait que je réécoute ces Messiaen-là, parce que je n'ai vraiment le souvenir d'un tel saut de langage à ce moment-là; dans mon souvenir, ça bifurque déjà dans une autre direction, mais le saut de langage, je le situais plutôt pendant la guerre, pas vraiment avant.

Je parle de changement de langage par rapport au tout-venant de l'époque et à la tonalité en générale, pas dans le catalogue de Messiaen en effet. Smile (Où ça se radicalise avec la Nativité, mais la rupture se situe plus loin.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28203
Date d'inscription : 21/09/2012

Maurice Duruflé - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Duruflé   Maurice Duruflé - Page 2 EmptyDim 9 Fév 2020 - 2:52

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Maurice Duruflé - Page 2 Trier_10
Basilique Constantin de Trèves (Allemagne, Rhénanie-Palatinat)


Maurice Duruflé (1902-1986) :

Prélude et Fugue sur le nom d'Alain, Op. 7

= Martin Bambauer, orgue Schuke de la Basilique de Trèves

(Ifo, juin 2001)

Smile Excellente interprétation de la pièce la plus connue de Duruflé, écrite en hommage à Jehan Alain.
Cette basilique nous renvoie à l'Antiquité tardive puisqu'elle fut érigée en lieu de l'ancienne salle du trône de l'Empereur Constantin Ier.
Détruite par les Francs au V° Siècle, ensuite diversement transformée jusqu'à ce que le Roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV décide une reconstruction,
achevée en 1856, selon son architecture romaine d'origine.
Hélas l'édifice périt dans les bombardements en 1944, et avec lui l'orgue Ibach de 40 jeux abrité dans un monumental buffet de 15 mètres de haut dont les énormes
tourelles latérales laissaient voir les trente tuyaux du Principal 32' !
Après la guerre, la reconstruction du bâtiment permit l'installation en niche d'un nouvel orgue de modeste dimension (30 jeux sur deux claviers à traction mécanique),
d'esthétique néobaroque, assemblé par le facteur Karl Schuke de Berlin.
En 2004 fut installé un second instrument d'envergure symphonique.
En tout cas, l'orgue de Schuke, malgré son étroite façade, rayonne de plénitude et profite de l'imposante réverbération en ce gigantesque espace acoustique
de la Basilique dont le volume intérieur ne compte ni pilier ni étançon.
La suavité du vent, la nette rondeur de la sonorité, la projection magnifiquement focalisée s'avèrent particulièrement délectables
au travers cet album qui révèle la polyvalence de l'instrument, de Sweelinck à Duruflé, en passant par Buxtehude, Bach, Grigny, Schumann et Liszt.


Maurice Duruflé - Page 2 Trier_11
Revenir en haut Aller en bas
 
Maurice Duruflé
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: